Skip to navigation – Site map
2019

Construire la ville inclusive au prisme du genre. Réflexions à partir de la Belgique francophone

Book review of: Sacco M, Paternotte D. 2018. Partager la ville. Genre et espace public en Belgique francophone. Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan.
Karine Duplan

Full text

1Si les femmes sont reconnues comme ayant généralement un accès inégalitaire aux espaces publics du fait de leur genre, ces derniers sont également dénoncés comme étant non seulement socialement construits comme plus insécures (Condon et al. 2005), mais aussi le plus souvent peu adaptés à des pratiques quotidiennes évoluant sous contrainte de genre (Massey 1994). L’implémentation récente dans de nombreux pays européens de lois réprimant les actes de harcèlement sexiste dans les espaces publics — comme c’est le cas en France, en Belgique ou en Suisse — ainsi que la mise en place de programmes d’aménagements urbains sensibles au genre — avec pour exemple Vienne et plus récemment Paris — témoignent par ailleurs de la façon dont ce sujet est constitué en tant que problème public. C’est dans ce contexte que l’ouvrage collectif Partager la ville. Genre et espace public en Belgique francophone propose de contribuer aux réflexions autour d’un partage plus juste des espaces publics avec l’autre moitié de l’humanité (Sanchez de Madariage & Roberts 2013). Codirigé par Muriel Sacco et David Paternotte, respectivement politologue et sociologue à l’Université Libre de Bruxelles, cet ouvrage de taille modeste (202 p.) présente d’emblée un triple intérêt. Rédigé tant par des universitaires à différents niveaux d’avancement de carrière et laissant notamment place à des travaux de jeunes à très jeunes chercheuses, que par des collectifs associatifs, des militantes et des travailleuses sociales, il rassemble tout d’abord une grande diversité de contributions, telle que l’on en rencontre rarement. D’autre part, comme le sous-titre l’indique, il prend pour étude de cas la Belgique francophone, donnant ainsi à voir ce qui se joue dans cet espace dont il est encore rarement traité, y compris dans les travaux publiés en français. Enfin, en reprenant une thématique aujourd’hui parfois galvaudée dans ses usages politiques ou médiatiques, comme en témoigne la diffusion des approches qualifiées de gender mainstreaming, il rappelle la pertinence d’un sujet dont il prouve qu’il est encore loin d’être épuisé.

2Dès l’introduction, Marylène Lieber souligne l’actualité du genre pour penser la ville et les inégalités urbaines. Elle pose d’emblée le fait que « partager la ville est un idéal vers lequel on aimerait tendre, mais qui ne va pas de soi » (p.11). C’est donc à partir de ce constat que sont agencées les différentes contributions, montrant tout à la fois comment le genre va orienter les pratiques spatiales des usagèr.e.s et en quoi les usages mêmes de l’espace vont contribuer à révéler le rapport social de genre tout en le reconduisant dans sa dimension inégalitaire (Hanson 2010). Genre et espace sont ainsi envisagés comme co-construits tant par les pratiques ordinaires des usagèr.e.s de la ville et que par celles et ceux qui la conçoivent et l’aménagent (Bondi & Rose 1992).

3L’ouvrage se segmente ensuite en deux parties. La première partie, organisée en cinq chapitres, s’intéresse aux expériences et usages genrés de la ville. Elle met au jour les représentations majoritaires d’un espace public envisagé comme zone de danger ainsi que les modalités de construction d’une peur genrée jouant comme contrôle social des mobilités des femmes par intériorisation dès le plus jeune âge de normes socialement constituées. Cette incorporation de peurs sociales tend à rendre les femmes illégitimes dans l’espace public et conséquemment plus vulnérables. Elle entraine la mise en place de stratégies et tactiques d’évitement diverses permettant de composer avec les différents lieux de la ville, afin de tenter de contourner les situations de harcèlement, en particulier dans l’usage des transports en commun, des situations de harcèlement qu’il convient d’inscrire dans un continuum de violences faites aux femmes. À l’heure d’un vivre-ensemble nourri par les approches multiculturelles, ces travaux appellent ainsi à des réflexions autour des mesures à mettre en œuvre pour lutter contre ces inégalités d’accès aux espaces publics qui dépassent les visions majoritairement sécuritaires, tendant à renforcer la construction d’une vulnérabilité naturelle de genre, ou alternativement libérales, ces dernières contribuant à une reconduction de la division sexuée des usagers et usagères de la ville.

4La seconde partie, organisée en six chapitres, vient éclairer, au prisme des mobilités urbaines des femmes, les logiques androcentrées qui sous-tendent la production et l’organisation des espaces urbains. Elle montre comment les conceptions urbanistiques demeurent adaptées à un modèle de déplacement domicile-travail excluant les mobilités plus complexes que sont celles des femmes. Celles-ci demeurent en effet sous haute influence de la responsabilité de genre qui leur incombe, incluant notamment la prise en charge des enfants et des tâches ménagères, ainsi que de leur confinement dans des métiers précaires souvent encore féminisés et qui demandent un usage des systèmes de transport en commun selon un mode davantage discontinu. Ce manque d’adéquation d’un espace urbain pensé selon un modèle encore largement normatif entraine le développement de formes d’appropriations genrées informelles, que des démarches participatives s’attèlent par ailleurs à développer comme outil de sensibilisation et de visibilisation, sous forme de marches exploratoires par exemple. Ces démarches collaboratives sont également soulignées comme outil de diagnostic urbain visant à contester le « mètre étalon » de l’urbanisme (p.156) tout en reconnaissant les femmes comme compétentes pour penser l’espace public. Ces expériences témoignent en outre du pouvoir de transformation d’une situation d’injustice en la co-production de formes d’émancipation et de solidarités. À partir de réflexions, d’initiatives et d’actions menées à différentes échelles de la production et de la pratique de la ville, ces chapitres montrent que l’idée communément admise de frontière genrée entre espace public et privé mérite toujours et encore d’être déconstruite et surtout pensée dans sa fluidité. Ils rappellent également que tant que les socialisations demeureront genrées, la participation des femmes aux processus de conceptualisation et de mise en œuvre des aménagements urbains demeure incontournable.

5Par son thème, cet ouvrage témoigne de la persistance de la « frontière de genre […], mur porteur (favorisant) l’assignation matérielle et symbolique des femmes à l’espace domestique et la mainmise des hommes sur l’espace public » (Staszak 2017, p. 38). Par sa forme, il montre, dans la lignée des épistémologies féministes du point de vue (Haraway 1991 ; Rose 1993), que ces questions doivent être pensées à différents niveaux, depuis la conception et l’aménagement des espaces urbains jusqu’aux modalités de socialisation et d’éducation. Il exemplifie par ailleurs l’avantage qu’ont les savoirs sur la ville à intégrer une diversité d’acteurs et d’actrices incluant ceux considérés comme non savants dans la co-construction d’une expertise urbaine plus inclusive. Il atteste en cela des atouts d’une approche participative du politique visant à une meilleure justice spatiale. On peut toutefois regretter que le genre s’arrête aux femmes, ignorant ainsi les inégalités et discriminations liées à la diversité des expressions de genre (Blidon 2017). Le sous-titre de l’ouvrage, tel que libellé, tend ainsi à reconduire une binarité et une concordance du sexe et du genre favorisant une normalité de l’hétérosexualité, biaisant tout à la fois les cadres permettant de penser la ville et les analyses qui peuvent être menées auprès de ses usagers et usagères. De même, si l’approche intersectionnelle apparaît comme cadre théorique privilégié dans l’introduction, elle est finalement peu présente dans les travaux exposés. Une meilleure prise en compte de la diversité et complexité des appartenances sociales et identitaires (Young 1990) aurait pourtant permis, en donnant voix à celles et ceux toujours et encore aujourd’hui marginalisé.e.s par les politiques comme par les académiques, de promouvoir la reconnaissance de citoyennetés pleines et entières.

6Au final, cet ouvrage, facile d’accès, porte un regard dynamisant obligeant à interroger nos propres pratiques et expériences. Il parlera en cela aux femmes bien sûr, aux minorités de façon générale, et permettra tout aussi bien aux hommes d’envisager leurs pratiques, usages et mobilités depuis un autre point de vue tout en ouvrant aux autres formes de discrimination. Il invite enfin à s’interroger sur la fonction dévolue à la ville, en tant que lieu véritable de rencontre positive de l’altérité et du vivre-ensemble ou bien espace privilégié du façonnement de nouvelles normativités.

Top of page

Bibliography

Bondi L, Rose D. 1992. Constructing Gender, Constructing the Urban: A Review of Anglo-American Feminist Urban Geography. Gender, Place & Culture 10(3): 229-245.

Blidon M. 2017. Genre et ville, une réflexion à poursuivre. Les Annales de la recherche urbaine 112: 6-15.

Condon S, Lieber M, Maillochon F. 2005. Insécurité dans les espaces publics : comprendre les peurs féminines. Revue française de sociologie 2 (46): 265-294.

Hanson S. 2010. Gender and mobility: new approaches for informing sustainability. Gender, Place & Culture 17(1): 5-23.

Haraway D. 1991. Simians, Cyborgs and Women. London, Routledge.

Massey D. 1994. Space, Place and Gender. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Rose G. 1993. Feminism and Geography. London, Polity Press.

Sanchez de Madariage I, Roberts M. 2013. Fair Shared Cities: The Impact of Gender Planning in Europe. Farnham, Ashgate Publishing.

Staszak J.-F. (ed) 2017. Frontières en tous genres. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Young I. M. 1990. Justice and the Politics of Difference. Princeton, Princeton University Press.

Top of page

References

Electronic reference

Karine Duplan, « Construire la ville inclusive au prisme du genre. Réflexions à partir de la Belgique francophone », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2019, Online since 12 July 2019, connection on 19 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/articulo/4254

Top of page

About the author

Karine Duplan

Karine Duplan, Senior Lecturer, Department of Geography and Environment & Institute of Gender Studies, University of Geneva, Uni Carl Vogt, Boulevard Carl Vogt 66, CH-1205 Geneva 4, Switzerland, Tel. +41 22 379 98 94, email: Karine.Duplan@unige.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals