Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La revue Arzanà, fondée par Claude Perrus en 1992, est une émanation du centre d'études et de recherches sur la littérature italienne du Moyen Âge de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Unique en son genre en France, elle a pour ambition originelle de recueillir le meilleur de la production des italianistes médiévistes actifs sur le territoire national, tout en s'adjoignant la collaboration régulière de spécialistes venant de l'étranger, d'Italie comme d'ailleurs. Elle a pour objet la culture du Moyen Âge italien sous toutes ses formes (littérature, histoire des productions et des formes textuelles, des idées, des arts de la médecine, de la culture religieuse, etc.)

Dernier numéro en ligne
21 | 2020
Varia

Avec un dossier sur les "Epystole" de Pétrarque présenté par Alessia Valenti

Ce numéro 21 de « Varia » (selon la formule bisannuelle de la revue) réunit des contributions originales de jeunes chercheurs (articles et dossier central), ainsi que des comptes rendus de lecture.

C’est un numéro placé assez largement sous le signe de Pétrarque. En effet, deux des quatre articles de la première section sont consacrés au poète de Laure et à sa réception française. Le dossier, quant à lui, propose un point extrêmement utile sur le recueil mal connu des Epystole, paradoxalement négligé alors qu’il s’agit d’un véritable ‘livre d’auteur’, l’un des rares qui aient été ‘publiés’ par celui-ci.

Les deux autres études de la première partie concernent, pour l’un, une ‘joute poétique’ dissimulée entre deux auteurs (Guido Novello da Polenta – si c’est bien de lui qu’il s’agit – et Cecco d’Ascoli) qui ont à l’égard de Dante des attitudes diamétralement opposées ; pour l’autre, une subtile analyse des liens entre extériorité et intériorité dans l’Elegia di madonna Fiammetta de Boccace.

Les comptes rendus, quant à eux, entendent signaler à l'attention de la communauté scientifique des parutions encore récentes qui nous ont paru particulièrement importantes. D’autres auraient sans aucun doute mérité d’y figurer, mais l’exhaustivité était hors de portée. Nous tâcherons de réparer, au moins pour partie, avec le prochain numéro de « Varia » (23).

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search