Navigation – Plan du site

Avant-propos

p. 5-7

Texte intégral

1Rappelons la politique éditoriale adoptée par Arzanà nouvelle formule, autrement dit depuis son passage en ligne avec le n° 18, 2016 (« Langages du corps »). La ligne suivie consiste à alterner à une cadence annuelle numéros thématiques et « Varia ».

2Les premiers correspondent aux problématiques développées par le CERLIM (Centre d’Étude et de Recherche sur la Littérature Italienne du Moyen Âge, EA 3979 LECEMO de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), avec le concours de spécialistes étrangers des questions abordées, dans les champs de réflexion et d’investigation choisis et renouvelés tous les deux ans.

3Les « Varia » entendent, quant à eux, accueillir d’abord des contributions jugées significatives de jeunes chercheurs français et étrangers, éventuellement accompagnés d’aînés proposant des recherches originales. S’y ajoutent, le cas échéant, des « dossiers », comme dans le présent numéro. Enfin, une section est réservée aux comptes rendus des ouvrages reçus et dont nous pensons qu’ils doivent être portés à la connaissance du plus grand nombre.

4L’esprit « Varia » nous semble parfaitement illustré par cette première livraison.

5L’espace consacré aux jeunes chercheurs témoigne bien de la volonté de faire connaître de ce côté-ci des Alpes, en même temps que des travaux de jeunes chercheurs français ou travaillant en France, des travaux de leurs homologues étrangers, d’abord italiens – ce qui ne saurait surprendre.

6Cette première section est caractérisée par la variété, précisément, des contributions reçues.

7À la première place, Cino, avec la contribution de Leyla Livraghi. À l’honneur, donc, le poète de Pistoie, au moment où un regain d’intérêt, attendu, justifié, et dont on espère qu’il aura une suite, a donné lieu à une importante toute récente publication (Cino da Pistoia nella storia della poesia italiana, a cura di Rossend Arqués Corominas e Silvia Tranfaglia, Firenze, Cesati, 2016).

  • 1 Il Libro di Luigi Peruzzi, a cura di Gennaro Ferrante, Napoli, Istituto Italiano per gli Studi Stor (...)
  • 2 Arzanà 16-17 (2013), Écritures de l’exil dans l’Italie médiévale, Anna Fontes Baratto et Marina Gag (...)

8Suivent deux contributions “linguistiques” (Benedetta Fordred, Gennaro Ferrante), qui ont le mérite d’imposer à l’attention ce domaine de spécialité, peu représenté “chez nous”. La première, sur la langue de Boccace, appelle simplement la lecture, qui permettra de comprendre comment le caractère non figé de la norme linguistique au Trecento est utilisé par l’auteur du Décaméron, sur le plan stylistique, à des fins expressives précises. À propos de la seconde, un double commentaire : le personnage au centre de l’étude et auteur du Libro publié récemment par G. Ferrante1 (qui nous livre ici pour la première fois en français le résultat de ses recherches) est un exilé qui fait en tant que tel écho à l’histoire récente d’Arzanà, au numéro, précisément, qui fut le fruit des recherches conduites sur ce thème dans le cadre du CERLIM (et au-delà)2. La deuxième remarque, de politique éditoriale, concerne la présence d’un sujet « quattrocentesco » dans cette revue d’études médiévales. Ce n’est pas tout à fait une première (voir les articles de Giulia Puma ou Donatella Bisconti dans le n° d’Arzanà tout juste cité), mais cela permet de réaffirmer la nécessaire ouverture au siècle souvent délaissé (sauf de cercles étroits), ce Quattrocento dont on ne sait jamais très bien si, en dehors des affirmations éclatantes, orgueilleuses même, de l’Humanisme (mais que dire de Pétrarque, alors, pour l’historiographie française comme allemande ou britannique première grande figure de la Renaissance ?), il appartient déjà aux Temps modernes et au renouveau, ou s’il est le dernier siècle du Moyen Âge. Querelles souvent futiles, sans doute, car le propre des périodisations est de jouer avec les frontières : selon les temporalités envisagées et les couches dont est constituée l’épaisseur historique, au lieu des solutions de continuité, il y a le plus souvent chevauchement, recouvrement… Tant il est vrai qu’ici, l’analyse souligne comme caractère premier « l’orientation didactique et édifiante de l’écriture de Peruzzi, propre à la culture médiévale ».

9Tissage encore, et pour finir, avec l’histoire du CERLIM et d’Arzanà, toute récente cette fois : l’article de Paolo Rigo, hôte du Centre pendant l’année universitaire 2014-2015, quand il était encore doctorant à l’université Roma 3, prolonge très utilement la livraison précédente de la revue (« Langages du corps », Arzanà 18, 2016), avec un article sur la représentation du corps chez Pétrarque. Sa fidélité, qui témoigne de l’importance des liens tissés par la revue au fil de sa déjà longue vie, nous honore.

10Un mot, à présent, du « Dossier » que nous sommes heureux d’accueillir : ces Scavi continiani sont issus de la table ronde qui a eu lieu en décembre 2014 à la Maison d’Italie à Paris, lors de la présentation du n° X d’Ermeneutica letteraria (livraison contenant les actes du colloque consacré à Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critique, tenu à Clermont-Ferrand du 30 mai au 1er juin 2013).

11Nous n’allons pas reprendre le propos introductif de Donatella Bisconti et Elisabeth Kertesz-Vial, qui ont réuni ces études. Nous voudrions néanmoins souligner la centralité et la brûlante actualité de la question qui nous paraît émerger avec insistance tout au long de ces pages : celle du lien entre critique (philologique et littéraire) et éthique, sous le sceau d’une conscience herméneutique pleinement assumée en tant que telle (dans un mouvement revendiqué du présent vers le passé). Conscience qui fait du rapprochement entre philologie et interprétation une exigence absolue. Et c’est à ce titre aussi que Contini apparaît avec force comme une figure exemplaire de l’intellectuel européen, autrement dit comme une figure dont l’Union politique du Vieux Continent, qui ne saurait exister sans un fort coefficient de conscience culturelle partagée, a aujourd’hui tant besoin. Non seulement donc le dialogue entre le savant de Domodossola et André Pézard constitue un moment remarquable d’incarnation du dialogue intereuropéen ; non seulement les intérêts critiques de Contini pour la culture littéraire française, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine, tracent toujours une voie à suivre ; mais c’est le pari même d’un lecteur intelligent, fondé sur la foi en la transmission (et l’enseignement) comme acte d’amour (cela même qui le reliait au professeur du Collège de France, commentateur et traducteur de Dante), qui est encore “exemplaire” et fécond. Comme l’est l’esprit de dialogue qui a présidé à la constitution de ce dossier.

12Enfin, pour imparfaite qu’elle soit en ce qu’elle n’est pas, hélas, exhaustive et que manquent quelques titres qui eussent plus que mérité d’y figurer, la section « Comptes rendus » témoigne de notre volonté de nous faire à notre modeste échelle des vecteurs de transmission, des passeurs de culture. En ayant continuellement à cœur de faire des frontières que l’histoire nous a léguées (y compris temporelles) précisément des lieux de passage et de rencontres, et non des clôtures…

Haut de page

Notes

1 Il Libro di Luigi Peruzzi, a cura di Gennaro Ferrante, Napoli, Istituto Italiano per gli Studi Storici, Bologna, Il Mulino, 2016.

2 Arzanà 16-17 (2013), Écritures de l’exil dans l’Italie médiévale, Anna Fontes Baratto et Marina Gagliano (éds) ; Images and Words in Exile. Avignon and Italy at the beginning of the 14th century, Elisa Brilli, Laura Fenelli, Gerhard Wolf (éds), Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2015 ; Sabrina Ferrara, La parola dell’esilio. Autore e lettori nelle opere di Dante in esilio, Firenze, Cesati, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Avant-propos », Arzanà, 19 | -1, 5-7.

Référence électronique

« Avant-propos », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1016 ; DOI : 10.4000/arzana.1016

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals