Navigation – Plan du site
Articles

Écriture de l’exil et « langue restituée ». Réflexions sur le florentin de Luigi Peruzzi (1410-1484)

Scrittura dell’esilio e « lingua restituita ». Riflessioni sul fiorentino di Luigi Peruzzi (1410-1484)
Gennaro Ferrante
p. 32-54

Résumés

En 1475, Luigi di Ridolfo Peruzzi appose sa signature sur un manuscrit en papier rédigé de sa propre main. Il est alors exilé à Avignon depuis trente ans car considéré comme un ennemi public par les Médicis. Le manuscrit rassemble une série d’écrits variés à caractère autobiographique, littéraire, moral et dévotionnel, qui constituent une forme de retour idéalisé de l’auteur à Florence. Les pages qui suivent se proposent d’analyser en quoi l’expression linguistique de Peruzzi est un facteur d’identité et de cohésion textuelle, ainsi qu’un moyen privilégié de restitution symbolique (‘lingua restituita’) d’un exilé à sa patrie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet essai est une réélaboration-traduction en français de l’expertise linguistique menée sur le Liv (...)
  • 2 Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Acquisti e doni 401 (dorénavant BML, Acq. e doni 401), (...)

1Le manuscrit autographe Acquisti e doni 401 de la Biblioteca Medicea Laurenziana constitue le projet littéraire et spirituel de Luigi Peruzzi (1410-1484), fils de Ridolfo, l’un des plus remarquables représentants de l’oligarchie marchande florentine du Quattrocento. Celui-ci était aussi, avec Rinaldo degli Albizzi et Palla Strozzi, l’un des chefs du parti oligarchique, dit « des Albizzeschi » ou « des Uzzaneschi », opposé au parti populaire, mené par Côme de Médicis. Si, durant les événements qui marquèrent le passage de la République de Florence au Principat territorial, le parti oligarchique sembla tout d’abord remporter la victoire en bannissant Côme ainsi que d’autres membres de la consorteria médicéenne (juillet 1433), il fallut à peine plus d’un an pour que le parti cède devant la résistance et la cohésion de ses adversaires et que leur chef exilé revienne (octobre 1434). Par la suite, Côme se montra intraitable avec tous les acteurs de sa condamnation, en particulier avec les chefs du parti et leurs descendants masculins. Ainsi, le père de Luigi Peruzzi fut condamné à l’exil à L’Aquila, où il mourut peu de temps après (1435). Luigi, son sixième fils, alors âgé de 24 ans, fut d’abord banni à Ancona, puis « non soferendo di nobile toscano tornar marchigiano2 », celui-ci décida de s’installer vers 1445 à Avignon, ancien comptoir commercial de la famille Peruzzi. C’est dans cette ville, qui bénéficiait encore d’une certaine vivacité économique malgré le départ des papes, que Luigi créa un nouveau réseau d’affaires en s’associant avec son plus jeune cousin, Francesco di Berto. La lignée française de la maison des Peruzzi acquit ainsi, en très peu de temps, un statut important parmi les familles de la noblesse avignonnaise. Ce prestige se manifesta, entre autres, par l’édification d’une chapelle familiale dans l’église des Cordeliers (1480) et par l’acquisition d’un titre de seigneurie (Caumont) en l’espace d’une seule génération.

  • 3 Ibid., fol. 75v : « l’odore e ’l nome in pecto nonn è spento ».

2Malgré le rétablissement de sa situation économique et sociale, Luigi ne perdit jamais l’espoir de retourner un jour à Florence. Toutefois, au fil des ans, ce dernier ne recevra aucune réponse favorable de la part du régime médicéen. C’est pourquoi son espoir d’un retour physique cédera le pas à une forme de retour imaginaire. Rédigé par Luigi Peruzzi de sa main alors qu’il avait déjà 65 ans (1475), le Livre de la Bibliothèque Laurentienne témoigne, selon nous, d’une véritable traduction par l’écriture de cet espoir de rapatriement. Il s’agit pour la plupart de textes personnels écrits par l’auteur, ainsi que de textes d’autres auteurs, écrits entièrement en langue vernaculaire, faisant référence à Florence, patrie dont « l’odeur et le nom ne se sont jamais éteints dans son esprit3 ». Voici le contenu des “macro-textes” transcrits dans les 76 feuillets du manuscrit : une liste alphabétique de proverbes ; trois traités moraux (un sur la richesse et la pauvreté, un autre sur la mort et le dernier sur la trahison) ; un diptyque biographique original de Dante et Pétrarque ; une auto-consolatio sur l’exil en forme d’épître ; une série d’oraisons poétiques dévotionnelles et un florilège de vingt-deux sonnets (de l’auteur et d’autres poètes toscans). Ainsi conçu, le Livre de Peruzzi devient une sorte d’“ersatz totémique” de Florence à travers ses livres, ses poètes, sa riche culture gnomique, ses anciennes coutumes, ses rituels spécifiques et ses modèles dévotionnels. Néanmoins, contrairement à la plupart des livres-zibaldoni qui sont constitués d’une superposition fortuite de matériaux variés dans un temps plus ou moins long, le Livre de Peruzzi se présente comme un recueil homogène, conçu par son auteur en une seule unité graphique et codicologique, dont les contenus sont organisés de manière cohérente au sein de sections internes et sont imprégnés, en filigrane, du thème de l’exil. L’un d’eux, l’Épître à Gentile de’ Bardi, véritable confession de l’auteur sur son statut d’exilé, constitue le cœur du Livre rythmé par le moi autobiographique et familial.

  • 4 Le terme, utilisé ici plusieurs fois, fait référence au caractère marqué – au sens philologique – d (...)
  • 5 Massimo Palermo, Il Carteggio Vaianese (1537-39). Un contributo allo studio della lingua d’uso nel (...)
  • 6 À propos des aspects syntaxiques et textuels des livres de famille, v. surtout Alessio Ricci, Merca (...)

3La spécificité de ce témoignage tout à fait inédit d’“écriture de l’exil” au Quattrocento réside, en premier lieu, dans une langue capable de donner une forme expressive originale au testament culturel d’un marchand nourri presque exclusivement des savoirs vernaculaires. Par ailleurs, cette langue incarne parfaitement le flatus vocis d’un homme désormais irrémédiablement éloigné de sa communauté d’origine (civile, mais aussi linguistique). Nous envisagerons donc la langue de Peruzzi comme un facteur d’identité et de cohésion textuelle et « super-textuelle4 » et, en complément de la traditionnelle démonstration des phénomènes linguistiques marquant l’état diachronique du document, nous proposerons d’analyser une série de preuves de la “conscience textuelle” de Peruzzi, c’est-à-dire de sa « capacité à adhérer aux différentes caractéristiques formelles et fonctionnelles du type de texte qu’il est en train de produire5 ». Toutefois, nous ne manquerons pas de souligner la discontinuité avec laquelle une telle conscience se manifeste chez des écrivains de « culture moyenne » tel que notre auteur. De même, nous signalerons l’émergence de certains aspects syntaxiques et textuels propres à la culture marchande, liés, d’un côté, à l’influence directe et indirecte du style conventionnel spécifique du latin notarial et, de l’autre, à la persistance dans ce type d’écriture de stratégies de planification plutôt connotées au niveau diamésique6.

  • 7 Dans le préambule, Peruzzi, lorsqu’il se dit « réduit de moitié », fait référence aux argumentation (...)

4Les auto-jugements à caractère linguistique disséminés dans le Livre nous permettent de justifier l’appartenance de l’écriture de Peruzzi à une culture et à une langue qui peuvent être qualifiées de “moyennes”. Ainsi, au tout début du préambule, l’auteur dit se sentir « réduit de moitié », car il ignore le latin et est doué des seuls instruments « simples et purs » de la langue vernaculaire7 :

  • 8 BML, Acq. e doni 401, fol. 2r. Pour le terme ignoto comme « inexpert », « ignorant », v. Tesoro del (...)

Pensando che cosa io potessi scrivere che fructo e consolatione porgessi a chi apresso mi viene, e trovandomi ignoto de la lingua latina e vòto d’ogni scienza e arte, e vedendomi uno senprice e puro vulgare…8

  • 9 V. Patrizia Serra, « Il viaggio allegorico tra visioni dell’aldilà e romanzo arturiano nella letter (...)

5De plus, l’expression « fructo e consolatione » montre clairement l’orientation didactique et édifiante de l’écriture de Peruzzi, propre à la culture médiévale. En insistant sur la « pureté » de la parole, qui dit le vrai dans sa forme la plus simple, Peruzzi renforce la fonction illocutoire et l’« utilité » de son discours. Il garantit ainsi la force et la cohésion de l’acte communicatif, tout en remédiant à d’éventuelles défaillances linguistiques et stylistiques9. Cela explique la valeur que Peruzzi attribue à ses « livres vernaculaires », dont il regrette l’absence dans son exil français, puisque c’est de ces livres qu’il aurait pu extraire le « suc […] de notre vie bonne et vertueuse » :

  • 10 BML, Acq. e doni 401, fol. 2r.

Onde nullo fructo, nulla opera, nulla doctrina da tenere nè stima nè conto di me salire puote. Et per così mi resto sopra al mio banco, colla buona voluntà sanza el potere. Et quello che più m’agrieva, non m’essere trovato ad abitare in luogo agia potuto notitia avere de’ nostri libri vulgari, che se nel mio bello ovile o in quelle regioni io abitato fussi, come quelle abundante ne sono, tanto arei rivolto e lecto, qualche sugo sugato arei del nostro bene e virtuoso vivere.10

  • 11 À cet égard, v. en particulier Christian Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Flor (...)
  • 12 En utilisant les termes « rectorico e legista » Peruzzi fait référence aux maîtres de rhétorique et (...)

6Parmi les livres importants pour lui se trouvent les trois « couronnes » incontournables (Dante, Pétrarque et Boccace), ainsi que des textes vernaculaires en prose, didactiques et moraux, extrêmement diffusés chez les marchands entre le xive et le xve siècle11. Ces derniers – pour la plupart des traductions ou des remaniements de textes originaux en latin – deviennent donc une référence prépondérante au sein de la culture bourgeoise médiévale. Ils servent aussi de modèle pour la cohésion syntaxique et textuelle pour ceux qui, comme Peruzzi, désirent concevoir des textes pas nécessairement d’ordre pratique ou fonctionnel (comme les livres de compte ou les livres de famille). Ce n’est pas un hasard si Peruzzi lui-même, tout en se définissant comme un « idiot », défend sa propre identité culturelle face aux « grands docteurs » et aux « hommes de valeur » et insiste sur l’utilité majeure de sa manière de parler « morale et simple » comparée à celle des « hommes de rhétorique et de loi »12 :

  • 13 BML, Acq. e Doni 401, fol. 15v-16r.

E quantunque gran doctori e valenti homini assai n’abino decto in bactere e riprendere questo vitio, modo che più dire, maxime a me ydioto, pare superfluo, a questo rispondo : quando que’ tali ne scrissono, questo malore nonn era tanto radicato, nè tanto trascorso e apreso come al presente, e però è necessario rinovellare e rinfreschare el dire giusto, che le pecche e vitii s’agravano, e a quelli dare rimedi e riparo ; in però che ’l seculo in gran corso di tempo fa gran varietà e mutatione, e pure di male in peggio. Et se io non sono rectorico e ligista, ti parlerò morale e senprice, tale quale natura m’à conceduto. E molte volte le cose così porte entrano meglo agl’uditori, e più fructo se n’aquista che quelle che sono decte con sufismi e con orpelli.13

  • 14 V. Rita Fresu, op. cit., p. 220.
  • 15 V. Paola Manni, « Ricerche sui tratti fonetici e morfologici del fiorentino quattrocentesco », Stud (...)

7C’est donc à la lumière de ces considérations et de la compréhension de l’identité linguistique mais aussi de la conscience textuelle de l’auteur, que l’on propose ici un examen des aspects distinctifs de l’écriture du Livre de Peruzzi, ainsi que des stratégies textuelles et pragmatiques qui permettent à ce dernier de mettre en œuvre son parler « morale e senprice ». Les différents niveaux d’analyse linguistique (notamment la graphie, la syntaxe, la textualité et le lexique) au sein desquels la variable “diagénérique” (c’est-à-dire la variable linguistique liée au conditionnement de la forme textuelle de référence14) montre plus singulièrement ses effets, seront étayés par un panel d’exemples. Les aspects phonétiques et morphologiques, en revanche, seront confrontés d’une manière plus synthétique aux tendances décrites dans les études consacrées au florentin du Quattrocento15.

  • 16 Les passages du manuscrit spécifiés uniquement par le numéro du folio renvoient en général aux écri (...)

8L’illustration des exemples sera limitée à un nombre d’échantillons suffisamment représentatifs pour chaque phénomène identifié. L’abréviation « etc. » en fin de répertoire témoignera de cette démarche sélective. Pour chacune des formes sélectionnées, on dénombrera les occurrences présentes à l’intérieur du Livre (avec renvoi à la page du manuscrit)16. En cas d’occurrences (en abrégé : « occ. ») multiples, le dénombrement sera exhaustif lorsque leur fréquence est limitée ; le dénombrement se conclura par l’annotation « etc. » en cas de fréquence trop élevée des occurrences. Les occurrences multiples dans la même page seront signalées par la nomenclature « 2/3 occ. », uniquement lors de dénombrements exhaustifs des formes sélectionnées.

1. Graphie

  • 17 La diffusion à Florence d’une graphie étymologique est communément rapportée à l’activité de la pre (...)

9Les modalités graphiques de Peruzzi révèlent une certaine tendance à l’uniformité, due à la présence du modèle littéraire vernaculaire et à une intention étymologisante plus générale17. L’absence d’autres documents autographes pratiques nous empêche de déterminer s’il s’agit d’une tendance structurelle ou plutôt d’un choix légitimé par des raisons esthétiques et par des instances émulatives, visant à faire de Peruzzi un “auteur”, et de son recueil manuscrit un “livre”. Par ailleurs, l’influence du plurigraphisme qui prévaut dans les scriptae italiennes avant une certaine stabilisation au xvie siècle, l’ignorance ou la très faible connaissance du latin par l’auteur, ainsi que la ténacité de certains graphismes typiques de la scripta marchande s’opposent parfois à la réalisation de cette tendance.

Propension à une graphie étymologisante

    • 18 L’extension de -ct- à d’autres types de gémination est observée, de même, et bien qu’épisodiquement (...)
    • 19 Il s’agit d’un usage déjà présent dans les textes toscans anciens, v. ibid., p. 159.
    • 20 Bruno Migliorini, op. cit., p. 218-20.
    • 21 Pär Larson, « Fonologia », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), Grammatica dell’italiano antico(...)

    Extrême diffusion des couples étymologiques -ct- e -pt-, à l’usage souvent hypercorrect, v. secte (fol. 1v, 63v 2 occ.) ; corocto (fol. 2v, 21r, 76r sonBR) ; apti (fol. 17v, 51v), etc., ou étendu aux couples de consonnes de différentes origines, v. tucta (fol. 2r, 14r Prov, 19r-v, etc.) ; ciptà (fol. 9r Prov, 18v, 31r, etc.), etc., face à un usage plus restreint du couple -tt- (43 occ. dans tout le Livre)18. À noter d’ailleurs la dissimilation graphique même en cas de redoublement phonosyntaxique, v. (d)a cte (fol. 3r-v Prov, 8r Prov, 52v, 56r, 59r, 64v, 65v, 66v, 67r-v, 69r, 70v, 74v) ; a pte (fol. 12r Prov, 41r, 47v, 66v, 67r, 69v)19, etc. Quant aux autres types de gémination (dans la morphologie verbale et dans la préfixation), la graphie de Peruzzi ne semble pas s’éloigner d’une oscillation endémique dans les scriptae de son siècle, qui perdurera encore pendant tout le Cinquecento20. On peut toutefois, remarquer quelques tendances plus uniformisantes, comme le maintien de la consonne simple en position protonique dérivant des préfixations latines (ad- ; sub- ; con-) : acordare (fol. 46r) ; soportare (fol. 33r) ; comessione (fol. 35r), etc.21

  • Fréquent usage du groupe étymologique -mpl- dans exemplo et amplo (11 occ. en totale) contre les formes en -mpi- (5 occ.).

    • 22 V. Nicoletta Maraschio, op. cit., p. 158.

    Fréquent usage du h étymologique, souvent adopté de manière hypercorrecte, v. hopera (fol. 1v, 44v) ; horatione (fol. 4v Prov) ; hopenione (fol. 18v, 33r, 35v, 45r) ; hoctanta (fol. 25r, 46r) ; huomo (fol. 7v Prov, 24v, 26r, 27r), etc. Pour l’alternance homo / omo, la règle de l’absence de h en cas d’anticipation par un proclitique est généralement respectée, cf. « mezo homo » (fol. 2v) vs. « l’omo » (fol. 23v)22.

  • Fréquent usage du groupe étymologique -ti- pour /tsi/, v. avaritia (fol. 2v, 8r Prov, 14r Prov, etc.) ; notitia (fol. 2r, 34v, 37r, etc.), etc., contre les formes en -zi- : avarizia (fol. 1v) ; notizie (fol. 45r), etc.

  • Fréquent usage des graphies th, ph, et y pour les termes d’origine grecque, v. theologia (fol. 32r, 35v 3 occ., 52r sonLP) ; thesoro (fol. 6v Prov, 16r, 19r, 23r sonLP, 69v Salmi) ; philosophia/philosofia et philosophi/philosofi (fol. 21v, 22v, 25r, 26v, 27r, 35v, 42v Credo, 61r) ; ydioto (fol. 15v), etc.

    • 23 V. ibid., p. 170 et Pär Larson, op. cit., p. 1537.

    Fréquent usage du x étymologique, v. proximo (fol. 16r, 40r Credo) ; luxurie (fol. 17r, 61r) ; xtrema / ixtremo (fol. 20v, 34r, 47r sonPE, 53r, 64r-v) ; exempli (fol. 3v Prov, 8r Prov, 22r, ecc.) ; xperti (fol. 31r), etc. Dans le Livre, on trouve quelques résidus de l’usage de x pour la consonne constrictive alvéolaire voisée intervocalique /z/, déjà observé dans d’autres graphies marchandes du Quattrocento, v. quarexima (fol. 1v) ; medeximo (fol. 7v) ; limoxina (fol. 17v), etc., contre quaresima (fol. 55v, 56r) ; medesimo (fol. 4v Prov, 7r Prov, 8r Prov, etc.), etc.23

Instabilité dans l’emploi des graphèmes à fonction diacritique

  • Instabilité du i comme indicateur de son palatal, v., quant à l’expression de la consonne affriquée palatale, ciercando (fol. 45r) ; fecie (fol. 31v, 50r, etc.) ; giente (fol. 17v, 18r, etc.) ; ciaschuno (fol. 6v Prov, 12v Prov, 17v, etc.), contre cercando (fol. 50v) ; fece (c. 28v, 29r, ecc.) ; gente (cc. 10r Prov, 21r, ecc.) ; caschuno (fol. 2v, 4v Prov, 9v Prov, etc.), etc. À noter, en outre, quelques cas, relativement fréquents, d’absence du graphème i devant les voyelles moyennes et postérieures (a, o), v. abruca [abrucia] (fol. 19r) ; caviene [ci aviene] (fol. 15v) e gricco [griccio] (fol. 74r), etc. Le graphème g, en revanche, exprime dans deux cas la fricative palatale voisée, v. fagani (f. 71v), du latin fasiani, et agati (fol. 74r), du français ancien aisiés. L’oscillation du signe est visible, de la même manière, dans les alternances gl / gli et gn / gni.

    • 24 En ce qui concerne les tendances chez Pétrarque et Boccace, v., respectivement, Nicoletta Maraschio(...)

    Persistance du h comme indicateur de vélarité devant a et o, face à la « tendance oblitérante » observée, par exemple, dans le Canzoniere de Pétrarque et, d’une manière encore plus nette, dans les autographes de Boccace, v. mancha (fol. 5v Prov, 22r) ; riccho (fol. 13r Prov) ; conoscho (fol. 17v) ; chura (fol. 15v), etc., contre manca (fol. 22r) ; conosco (fol. 47v sonPE) ; ricco (fol. 11v Prov, 18r-v, etc.) ; cura (fol. 46r), etc.24

Résistance au modèle graphique cultivé

  • 25 Il s’agit de phénomènes graphiques déjà connus dans les scriptae toscanes anciennes d’origine prati (...)

10Un exemple de résistance de la graphie de Peruzzi à l’affirmation d’une graphie cultivée est l’usage du graphème q pour indiquer, d’un côté, le groupe cu, v. quore (exclusif) ; siqura (fol. 12r Prov, 18v, 25r), etc. ; et, de l’autre, plus fréquemment, le son /gu/, v. sequente (exclusif) ; quarda/raquarda/riquarda (exclusif) ; lanquendo (fol. 3r) ; querra (8 occ., contre guerra, 2 occ.)25.

2. Phonétique et morphologie

  • 26 Comme explicité précédemment dans les essais des deux chercheurs (v. Paola Manni, op. cit., p. 119 (...)
  • 27 La génération précédente de celle de Luigi Peruzzi (né en 1410) correspond, plus ou moins, au group (...)

11Le Livre de Peruzzi témoigne d’une stabilisation des traits phonétiques et morphologiques les plus importants de la langue italienne du Quattrocento. En cela, il corrobore les classifications de Paola Manni et de Massimo Palermo26. Cependant, l’écriture de Peruzzi montre une fluctuation entre tendances innovatrices et tendances conservatrices ; fluctuation propre à la génération des écrivains précédant la sienne27.

  • 28 V. ibid., p. 123 ; Massimo Palermo, op. cit., p. 133. La communauté florentine avignonnaise, déjà b (...)

12À notre avis, cette donnée s’explique par deux raisons fondamentales : en premier lieu, si l’autographe du Livre a été rédigé très certainement après 1475, la langue dans laquelle il a été écrit reflète un stade d’évolution qui s’arrête essentiellement en 1434, année de l’exil de Peruzzi. Par ailleurs, c’est aussi à ce moment-là que se réduit sensiblement la compétence active (compréhension et expression) de Peruzzi dans sa langue maternelle (après son expulsion de Florence, Peruzzi restera dix ans à Ancône puis quarante ans à Avignon, jusqu’à sa mort en 1484). C’est pourquoi le Livre ne peut vraisemblablement pas témoigner des phénomènes du “parler urbain”, qui se stabilisèrent surtout dans la deuxième moitié du siècle, et que l’on retrouve par exemple dans l’avancement de la consonne occlusive vélaire devant la semi-voyelle antérieure (v. /ski / > /sti/ du type raschiare > rastiare et /gi/ > /di / du type ghiaccio > diaccio) ; phénomène dont on n’enregistre, en effet, aucune occurrence28.

  • 29 V. Massimo Palermo, op. cit., p. 132. Il faut toutefois remarquer qu’à Florence certains de ces phé (...)
  • 30 V. Massimo Palermo, op. cit., p. 132.
  • 31 Ibid., p. 133.

13L’autre raison est plutôt liée à ce que l’on pourrait appeler la “variable diagénérique”. Le refus du modèle des livres de famille, plus adapté à une écriture currenti calamo et d’usage essentiellement pratique, au profit d’une forme “super-textuelle”, proche de l’usage littéraire, peut expliquer l’absence ou la rareté des traits phono-morphologiques diatopiquement et/ou diastratiquement marqués et attestent un contrôle conscient de la part de l’écrivain. Ceci, par exemple, en l’absence – ou en la présence épisodique – de certains phénomènes liés à l’influence des dialectes toscans occidentaux (comme la vélarisation du l préconsonantique du type altro > autro ; la fricatisation de la semi-voyelle /w/ du type uomo, uova > vuomo, vuova ; la réduction de la consonne labio-vélaire dans les formes adunque, qualunque > adunche, qualunche ; la désinence en -eno pour le présent et le passé simple indicatif, l’imparfait subjonctif et le présent conditionnel, v. vedeno, vedesseno, vederebbeno)29 ; des dialectes sud-orientaux (comme la désinence en -gli des pluriels masculins du type cavalli > cavagli ; la désinence en -ar du futur, v. io lavarò)30 ; ou, encore, des quelques « rebuts diastratiques » propres au florentin (comme la diffusion des formes invariables des possessifs mie, tue, suo ; la désinence en -àno et -ono respectivement de la 1re et de la 3e pers. du présent indicatif de 1re classe, v. noi amàno, essi amono)31.

14Toutefois, si un contrôle linguistique conscient a vraiment lieu, celui-ci vise plus l’exclusion des traits probablement conçus comme “suburbains” ou “extra-urbains”, que l’uniformisation du Livre, comme le démontre la fréquente coexistence des formes innovatrices et conservatrices d’un même phénomène. De plus, l’adoption d’une typologie “super-textuelle” proche du zibaldone littéraire ou moral – au sein de laquelle le système linguistique de l’auteur de textes originaux cohabite avec celui du copiste de textes d’autres écrivains – a dû contribuer à cette coexistence. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la contrainte métrique réduit l’utilité d’une analyse diachronique des occurrences dénombrées dans les textes en rime.

3. Syntaxe

  • 32 Si l’influence de la langue parlée sur la syntaxe de la prose moyenne est un aspect désormais ample (...)

15En ce qui concerne l’élaboration syntaxique des textes en prose du Livre, on assiste à la présence et à l’interaction de plusieurs “forces” : d’un côté, il faut prendre en compte le conditionnement des paradigmes de genre pour chacun des écrits (composition moraliste de type religieux et dévotionnel pour les trois premiers traités ; (auto-)consolatio pour l’Épître à Gentile de’ Bardi ; biographie exemplaire de type humaniste pour les Vies de Dante et Pétrarque), pouvant aller jusqu’au niveau micro-syntaxique ; d’un autre côté, il ne faut pas négliger la continuité de l’influence du modèle textuel “profond”, coïncidant avec la typologie du livre de famille, au sein duquel les structures latinisantes cohabitent avec des phénomènes de thématisation propres à la langue parlée32. On propose, ci-dessous, un carnet d’échantillons des structures syntaxiques du Livre où l’action de ces forces est particulièrement visible, comme la syntaxe du verbe, l’utilisation du che et les relations coordonnantes et subordonnantes.

Syntaxe du verbe

Infinitif complément sans préposition

  • 33 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate all’infinito », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op (...)

16On retrouve parfois dans le Livre des phrases infinitives sans préposition soutenues par des verbes eux-mêmes soutenus par une préposition. Il s’agit probablement d’une tendance latinisante mise en œuvre par l’auteur33 : « ò avisato una parte del mio dire porre in stile di proverbi » (au lieu de avvisare di) (fol. 2v) ; « pregarono Liurgo quelle anullare » (au lieu de pregare di) (fol. 60v), etc.

Accusatif avec infinitif

  • 34 Ibid., p. 857-859.

17L’utilisation de l’accusatif avec infinitif n’est pas du tout rare dans le Livre. Il s’agit, là aussi, d’une construction typique du registre latinisant provenant de la prose élevée (v. en particulier le Convivio de Dante) et des « volgarizzamenti » ; c’est-à-dire de deux typologies textuelles qui influent de façon déterminante sur la compétence textuelle de Peruzzi34 : « considerando quanto poco di tempo c[i] abiamo a stare, e la nostra vita nonn essere che uno soffio » (fol. 27r) ; « ti confesso natura in noi essere infiebolita » (fol. 25r) ; « Et conosciendosi per voi avere bisogno d’alchuna corretione » (c. 33v) ; « dicendosi per loro essere fictione poetica » (fol. 45r) ; « tu mi potresti dire io essere [...] e le mie vogle essere » (fol. 53r), etc.

Emploi du participe passé

  • 35 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate al participio », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), o (...)
  • 36 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 92-93.

18Dans le Livre, on retrouve très fréquemment l’emploi du participe (antéposé ou postposé) dans sa fonction temporelle, causale, ou modale35. Il s’agit d’une donnée particulièrement importante, car elle marque la distance entre l’élaboration syntaxique de Peruzzi, plutôt orientée dans un sens argumentatif, didactique ou narratif, et la « simplification » mise en œuvre dans les livres de famille36 : « atenduto la gloria de·latino quanta è sublima e alta apo il vulgare » (postposé) (fol. 2v) ; « atenduto quanta disoluta è lascivia e’ vini grandi e potenti per la forza del sole » (postposé) (fol. 17r) ; « atenduto che furono a uno tenpo e ad una militaro » (antéposé) (fol. 20v) ; « Sì tosto bandeggiato » (antéposé) (fol. 35r) ; « considerato la vita e conversatione tenuta e menata » (antéposé) (fol. 36v) ; « Morto el padre e restato in sua libertà » (antéposé) (fol. 46r), etc.

Emploi du gérondif

  • 37 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate al gerundio », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. (...)

19Le gérondif, dont le spectre des rôles sémantiques est un peu plus large que celui du participe passé, est lui aussi très utilisé dans le Livre37 : « Avendo tractato in stile di proverbi del nostro bene e virtuoso vivere » (fol. 15r) ; « avendone facto nostro idio » (fol. 16r) ; « avendo ciascuna parte facta loro grandissima e xtrema forza » (fol. 34r) ; « Essendo ’l Petrarca sul camino vicino al Borghecto » (fol. 51r) ; « stando a mangiare meco » (fol. 30r) ; « Avendo menata in lungo exilio quasi tucto ’l corso di mia breve vita » (fol. 52v) ; « in tanta gloria pensando, mio spirto con gioia si diporta » (fol. 52v), etc.

Inversion auxiliaire-participe

  • 38 V. Paola Benincà, « L’ordine delle parole e la struttura della frase », ibid., vol. i, p. 28-59, p. (...)

20L’inversion entre auxiliaire et participe passé est fréquente. L’écriture de Peruzzi intègre probablement cette construction latinisante et, en cela, est influencée par la syntaxe des traductions vernaculaires et des traités moraux ainsi que par la prose élevée lue par l’auteur (le Convivio de Dante, l’Épître consolatoire à Pino de’ Rossi de Boccace, etc.). D’un point de vue générativiste, il s’agirait pour les phrases déclaratives, du résultat d’une focalisation du participe, qui est antéposé au verbe en position de focus38 : « Ongni esercitio e travaglo di corpo abandonato abiamo » (fol. 25r) ; « che forse tali termini più da altri sentito non n’avete » (fol. 45r-v) ; « da cte, caro Gentile, già domandato stato sono » (fol. 52v) ; « unico e solo già sono più anni restato sono, perché in mia gioventute exiliato fui » (fol. 53v) ; « Et nonn è maravigla se non volle aconsentire le sue ossa a Roma tra’ famosi Corneli portate fussino » (fol. 54r) ; « ella fu dove la virtù reda e gloria del mondo reverita fu » (ibid.), etc.

21L’exemple suivant montre la concomitance, au sein d’une même phrase complexe, des trois dernières structures décrites (subordonnée au participe passé, subordonnée au gérondif, inversion auxiliaire-participe) : « Ladove se involti si fussino di pazienza, posto el collo socto, esercitandosi in cose virtuose e ateso avanzarsi in honore e sustanza, non che fine laudabile avesson facto, ma certo mi par’essere nostro ritorno più corto suto sarebbe » (fol. 53v).

Emploi du che

Omission

  • 39 Gianfranco Folena, La crisi linguistica del Quattrocento e l’« Arcadia » del Sannazaro, Firenze, Ol (...)

22L’omission du che complétif et relatif, considérée comme l’aspect syntaxique le plus remarquable de la prose du Quattrocento39, est très fréquente dans le Livre de Peruzzi, v. pour le che complétif : « invoca le muse gli sieno in aiutorio » (fol. 28r) ; « pareva e santi e gl’altari mangiare si volessi » (fol. 30r) ; « Vedi Dante, concordandosi [...] pone questo peccato » (fol. 31v) ; « quantunque mi renda cierto [...] a questo nè ingrato nè sconosciente sete » (fol. 33r-v) ; « comandò l’altre si tirassino in disparte » (fol. 49r), ecc. ; pour le che relatif : « e con lui tucti quelli per lo simile ànno sparto e morto loro sangue » (sujet) (fol. 29v) ; « Di tucte le iustitie s’usavano a Roma » (sujet) (fol. 31v) ; « Visse con tucte quelle parti laudabili e civili si possono aplicare a uno homo di bene e d’onore » (sujet) (fol. 34r) ; « Anibale, che fu el più crudo e aspro capitano avesse el mondo, diventò molle per uno verno si riposò in Canpagnia » (objet indirect) (fol. 25r) ; pour le che consécutif, « Natura ci diè ta’ leggi, chente a ssé medesima tucto quello ch’ella fa, ella disfà ; e quello che à disfacto, ella rifà » (fol. 24r) ; « Mutio, con quanta costantia teneva [...] e con fiero squardo, ficcando gl’occhi nel viso di Porsenna, con tale virtù e apto li fé più guerra che tucto ’l popolo romano » (fol. 25v) ; « I’ò uno vicino selliero affinato maestro di suo mestiero e sì diligente, che la nocte non mi desto nè lievo a quella ora, no-llo senta lavorare » (fol. 26r) ; « Non ci possiamo porre in que· loco non pegioriamo da la nostra patria di bontà, di belleza, di pulitica e di costumi » (fol. 55r), etc.

23De même, le che est très souvent omis dans les connecteurs interphrastiques, en particulier après a cagione, ancora, (in) però, in modo, v. paragr. 4.

Oscillation entre che et il (la) quale dans les phrases relatives explicatives

  • 40 V. ibid., p. 213-15.

24Le Livre témoigne d’une présence notable du pronom relatif analytique40 : « Dante pone che truova santo Benedetto in paradiso, el quale si piagne » (sujet) (fol. 20r) ; « D’altra parte, ò uno vicino bene stante, el quale vive sì agio e morbido » (sujet) (fol. 26r) ; « arriva nel più basso loco e fondo de lo ’nferno, el quale ne’ tre ultimi capitoli de lo ’Nferno pone che sia tondo » (objet direct) (fol. 28v) ; « Onde per le sudecte sue autorità e per molte altre si potrebono dire e alegare, le quali intralasso, per non dire lungo » (objet direct) (fol. 51v), etc.

25Sur l’emploi de il (la) quale pour la progression thématique du discours (en tant que coniunctio relativa ou reprise lexicale), v. paragr. 4.

Présence du che causal

  • 41 V., pour l’ancien français, Annie Bertin, L’expression de la cause en ancien français, Genève, Droz (...)

26On retrouve, de même que dans d’autres langues romanes41, de nombreuses attestations de l’emploi du che pour exprimer la cause : « che se nel mio bello ovile o in quelle regioni io abitato fussi, come quelle abundante ne sono, tanto arei rivolto e lecto, qualche sugo sugato arei del nostro bene e virtuoso vivere » (fol. 2r) ; « no·troviamo che dire, che de’ buon frati sono sì pochi, “che lle cappe forniscie poco panno” » (fol. 37r) ; « che dove soleva bagnare gl’occhi, a quella volta avea cangiato stile dagli’occhi a’ piedi » (fol. 51r), etc.

Présence du che relatif indécliné à valeur temporelle

27Un seul exemple a été recensé : « al’anno mcccc, che furono e Bianchi » (fol. 20v).

Relations syntaxiques

Coordination

    • 42 Piera Molinelli, « Le strutture coordinate », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., vo (...)

    La conjonction de coordination la plus utilisée dans le Livre est évidemment le e, liant entre elles des propositions non nécessairement uniformes42. On peut noter son usage au niveau interphrastique : « Volgiti intorno, e comincia da’ gran signori, e disciendi di grado in grado, e tucti li troverrai macchiaty d’una pece » (fol. 19v) ; « Questo autore nel suo primo libro entra con Virgilio, sua guida e maestro, per la porta de lo ’nferno, e di grado in grado, di cierchio in cierchio fino al numero di nove che ne pone, e di bolgia in bolgia – che sono diverse e molte – infra questi nove cierchi discende, e nel disciendere li mena, strignendo e menomando » (fol. 28v), etc.

    • 43 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 139 ; v. aussi Rita Fresu, op. cit., p. 248 (qui rappelle l’usage ab (...)

    La conjonction e est aussi largement utilisée en tant que connecteur ou marqueur textuel43 : « in luogo di menare dolce e honesta vita [...] noi senpre stiamo in afanno e in passione e mai facciamo che condolerci, tenendo senpre l’occhio e la mente alle cose terrene, come animali bruti che sono su quactro piedi ; e la nobile natura ci à creati su due, cola testa alta per tenere gli occhi levati al cielo a considerare le cose celeste e divine, che sono tante maraviglose, gioconde e allegre, piene di letitie e di conforto ; e noi facciamo come ’l porco, tenendo senpre el murro a terra » (fol. 15r) ; « Quanta poca di virtù in noi si dimostra, che noi non possiamo domare nè vincere questo cieco vitio d’avaritia ! E domiamo le bestie salvatiche ancora che sieno fierissime, e con tucto che molto temino la faccia del’uomo si dimesticano con lui e fa loro portare el giogo. El domatore mecte la propia mano ne la bocca de· lione ; e thiry baciono e loro quardiani ; uno piccolo homo indiano doma e leophante e fallo portare e coricare in terra ; e noi, nelle nostre persone, non possiamo atenperare nè corregiere questo maladetto vitio. Tu mi dirai : richeze sono buone perché sono agiate. E io ti dico : del male giammai non si fa bene » (fol. 17v-18r), etc.

    • 44 Pour d’autres connecteurs utilisés afin d’établir différentes relations syntaxiques entre phrases c (...)

    Parmi les locutions adversatives, on remarque la fréquence du ma, qui est aussi utilisé comme introducteur adversatif, souvent précédé par non o non solo, v. : « Tu mi dirai : io sono buono christiano e credo dirictamente, ma quello che io fo nonn è a dolo nè a malitia, ma solo per mantenermi in cibare e coprire questo corpo, poi che Dio in questo carciere m’à rinchiuso » (fol. 16v) ; ainsi que comme marqueur discursif, v. : « Ma io ti domando [...] Ma è tanta la nostra superfluità » (ibid.), etc.44

  • Dans le Livre on retrouve aussi quelques cas du lien syntaxique dénommé « para-hypotaxe » ; lien syntaxique propre à l’italien ancien, que l’on retrouve, par ailleurs, dans les langues romanes anciennes en général : « Se ctu vuoi soctomecterti la morte, e tucte le cose soctomectiti ala ragione : tu regierai te e molti altri, se ragione ti reggie » (fol. 24v) ; « Quando queste donne sono davanti la reina, e lei, quelle raquardando, subito la vista le corse sopra Laura, parendoli la più bella della conpagnia » (fol. 49v), etc.

Subordination

  • L’emploi d’une syntaxe subordonnée est particulièrement concentré dans les passages où l’influence de la variable diagénérique est plus marquée. On prendra ici pour exemple le début de quatre passages du Livre (préambule, traité contre l’avarice, vie de Pétrarque et épître autobiographique à Gentile de’ Bardi), dans lesquels la phrase principale est toujours anticipée par un gérondif “d’appui” à valeur causale ou temporelle, auquel s’ajoutent notamment des propositions relatives dont la fonction diffère (finale, déterminative, restrictive, etc.) : « Pensando che cosa io potessi scrivere che fructo e consolatione porgessi a chi apresso mi viene, e trovandomi ignoto de la lingua latina e vòto d’ogni scienza e arte, e vedendomi uno senprice e puro vulgare, meco mi contristo e intorno mi combatto, dolendomi di questo abito mercantile in che la mia fortuna m’à posto pieno di disciplina, di paura e di pericoli, nel quale ò trainata e consumata mia tenpestosa e brieve vita » (fol. 2r) ; « Avendo tractato in stile di proverbi del nostro bene e virtuoso vivere, ora intendo e voglo due parti in spetiali, che sono in noi, quelle più lungamente in questa prosa dichiarare e aprire, le quali sopra tucte l’altre tanta di pena e di travaglio ci danno e ci conbactono e ci contristano, che a nostro conforto e rimedio utile e necessario mi pare più largo e distinto parlarne » (fol. 15r) ; « Fino a qui parendomi avere purgato l’errore che sopra la bona fama di Dante indegnamente molti voglon porre, e per questo fare alchunamente v’ò detto di sua vita, sì tosto a questo dato fine desto mi sono dirvi e dichiararvi d’uno hopenione che corre sopra ’l poeta Francesco Petrarca » (fol. 45r) ; « Avendo menata in lungo exilio quasi tucto ’l corso di mia breve vita e trovandomi nella vecchieza, da più persone, come ora da cte, caro Gentile, già domandato stato sono quali e come sono quelle cose più mi sono state greve avere lasciate e perdute della nostra bellissima e vaga patria » (fol. 52v).

  • Par ailleurs, on peut remarquer, à l’intérieur du discours, la présence de quelques exploits hypotaxiques dans les passages où la fonction allocutive s’unit à l’expression de la compétence stylistique de l’auteur ou à l’expression de la compétence textuelle de son Livre : « E quantunque ala mia penna la materia sia alta e forte, tucta volta mediante la gratia divina te n’aprirrò, per quanto mio debole ingiegno potrà portare e come quello che sono nela vecchieza e ala morte sono di presso, com’è di naturale uso che quanto più l’omo s’accosta ala cosa, tanto più la scorge, vede e conprende » (fol. 23v) ; « Non di meno, a suplimento di quello noto non vi fusse, in questo picciolo librecto su brevità intendo farvi un poco di discorso a sua iustificatione e laude, el quale suprirrà insieme col vostro dire a chiarire e purgare le menti degl’erranti » (fol. 33v).

  • L’incertitude dans l’usage de propositions subordonnées introduites par le complémentateur che (explicité ou omis) ainsi que dans l’emploi des temps verbaux entrave parfois le flux du discours : « Così facciendo, tale laudabile apto sarà accolto infra’ vostri generosi facti, quantunque mi renda cierto, come è di costuma d’ogni animo gentile, a questo nè ingrato nè sconosciente sete, e che dal canto vostro voi l’abiate difesa e mantenuta, e a questo fare siate assai bastante » (fol. 33r-v).

4. Textualité

  • 45 La textualité des livres de famille est l’objet d’une analyse spécifique d’Alessio Ricci, op. cit., (...)

28On a déjà parlé de l’effort de Peruzzi pour s’affranchir, au plan super-textuel, de l’expression identitaire marchande – c’est-à-dire du genre propre au livre de famille – pour adopter, suivant des intentions précises “d’auteur”, la forme très singulière de “zibaldone organisé”. Un tel affranchissement suppose, du point de vue syntaxico-textuel, l’abandon conscient de l’écriture currenti calamo des livres mémoriaux bourgeois, au profit d’une textualité plus complexe, ou en tout cas organisée différemment45. Les deux sections de ce paragraphe (Cohésion textuelle et Progression thématique) montrent en quoi l’affranchissement diagénérique du Livre est réalisé, d’un côté, par une plus grande planification macro et micro-textuelle, et de l’autre, par l’adoption de stratégies syntaxiques et stylistiques propres à la littérature morale et homilético-religieuse – c’est-à-dire à la production textuelle en vernaculaire, qui est plus familière à Peruzzi.

  • 46 V. Maurizio Dardano, op. cit., p. 27.

29D’autre part, certains phénomènes de progression thématique que l’on a repérés (v. par exemple la juxtaposition et le changement de projet syntaxique ou sémantique) témoignent, au-delà des efforts de recodification de son écriture, de franchissements périodiques de zones syntaxiquement moins contrôlées ainsi que d’une émergence ponctuelle de formes de thématisation propres à l’écriture moyenne et à la syntaxe de la langue parlée. Par ailleurs, en ce qui concerne les écrits en prose où le gradient d’auteur est le plus remarquable, et, d’une manière plus générale, en ce qui concerne la textualité du Livre, on peut affirmer que l’écriture de Peruzzi se situe exactement à la confluence entre les deux pôles du niveau moyen de la textualité médiévale – d’un côté, un système communicatif composite où tout se tient, et, de l’autre, une cumulation de micro-textes46.

Cohésion textuelle

Fonctions interactives des marqueurs de discours

  • 47 V. Carla Bazzanella, « I segnali discorsivi », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., v (...)

30Les textes en prose du Livre de Peruzzi montrent un nombre important de marqueurs de discours avec une fonction allocutive et dialogique, empruntés à la littérature morale ou homilético-religieuse47.

31Demande d’attention

  • Les allocutions à l’interlocuteur/lecteur à la deuxième personne, propres à la littérature homilétique, sont récurrentes dans le Livre, v. raquarda (fol. 17r-18r, 21r, 53r, 54v) ; se bene raquardi (fol. 15v, 16r, 19v, 20r) ; considera (fol. 18r, 29r) ; vedi (fol. 16r, 18v, 25r, 26r, 32r).

  • En ce qui concerne l’information d’un discours rapporté, il arrive qu’en plus des marqueurs du type come dice (fol. 16r, 21v), on trouve des phatismes qui renforcent le ton allocutif du discours, tels que leggi (fol. 25r, 27r) et raquarda(si) (fol. 35v, 36r).

Demande d’explication

32L’évocation d’une objection à travers la formule dialectique (tu mi) dirai est aussi relativement fréquente (fol. 16v, 18r, 19r, 22r, 24r, 26v).

Signal d’accord avec l’interlocuteur / lecteur

« Ma io ti domando : natura, c[i] à ella tractati peggio che gl’altri animali ? Cierto no, ma meglo, in però ch’ella ci à dotati e involti di ragione e di modestia [...] Natura ci à dato sì largo ventre, che più nutrimento che a lloro ci bisogni ? Non veramente [...] Do[h], frate, natura c[i] à facti tanto golosi, che noi avanziamo tucte le bestie in superchio di mangiare e di ghiottornia ? Certo no » (fol. 16v) ; « Che diremo del vino, che tanto inordinatamente s’usa ? Quale è quello lo pigli tenperato ? Nullo, o pochi sono » (fol. 17v) ; « Ora io ti domando : chi sono questi avari ? Chi sono questi chupidi ? Tucto el mare n’è pieno » (fol. 19v), etc.

Fonctions méta-textuelles des marqueurs du discours : introduction / présentation.

  • 48 Rita Fresu, op. cit., p. 234.
  • 49 V.. Carla Bazzanella, op. cit., p. 1351-1357. Quant à l’influence du modèle scolastique sur la text (...)

33Bien qu’éloigné de la « rigorosa disposizione testuale della materia48 » et du schématisme logique propre à un texte comme la Brieve collezzione della miseria della umana condizione di Agnolo Torini, avec lequel il montre par ailleurs des points communs, le Livre de Peruzzi présente plusieurs signaux d’articulation méta-textuelle empruntés à des textes d’origine scolastique, tels que des formules d’ouverture, de continuation et de conclusion d’un discours (v. mots en italique)49 : « Avendo tractato in stile di proverbi del nostro bene e virtuoso vivere, ora intendo e voglo due parti in spetiali, che sono in noi, quelle più lungamente in questa prosa dichiarare e aprire [...]. Adunque prima contro a questo vitio sequitando dico » (fol. 15r-16r) ; « Io ti porrò fine per non far volume » (c. 22v) ; « De l’avaritia abiàn decto e dela conditione e qualità di richeza e povertà. Ora intendo di dire del contentamento e conforto dela morte, e a quella confortarti e disporti » (fol. 23v) ; « Ancora mi pare utile e necessario doverti alchuna cosa dire » (fol. 28r) ; « Et però sequitando, per quanto mio debole ingiegno potrà portare, te ne dirò » (fol. 28v) ; « in questo picciolo librecto su brevità intendo farvi un poco di discorso » (fol. 33v) ; « La cagione di sua chacciata, ancora fusse a lungo a recitare, non di meno, per darne alquanto di notitia, su brevità ne dirò » (fol. 34v) ; « Basti del suo exilio questo averne decto » (fol. 35r) ; « El quale tractato per lo simile qui apresso porremo » (fol. 35v) ; « Fino a qui parendomi avere purgato l’errore [...] sì tosto a questo dato fine desto mi sono dirvi e dichiararvi d’uno hopenione che corre » (fol. 45r).

Liste

« La prima sì è paura di povertà [...] l’altra, spavento e paura di morte » ; « Tre party cotidiane mi sono state e sono davanti agl’occhi de la mente. La prima raquardativa quanto alla consolatione de l’anima [...] La seconda mi raquarda alla dilectatione e sanità del corpo [...] La terza è percossa dal mio assetato e debole intelecto » (fol. 52v).

Renvois anaphoriques et cataphoriques.

« E quantunque gran doctori e valenti homini assai n’abino decto [...] a questo rispondo » (fol. 15v) ; « Così è del’omo quando s’è condocto al’età matura e crepita : di quella se n’escie sanza travaglo e sanza pena » (fol. 24r) ; « come questo possa essere, e così sia, te lo mosterrò su brevità, per non si dilungare da nostra matera per che presi la penna » (fol. 29r) ; « Di questo bastone è percosso el peccatore : che » (fol. 26v) ; « In quel tempo regnavano a Firenze parte nera e parte bianca, come decto abiamo nella Vita di Dante » (fol. 45v) ; « E così da Adamo fino ala natività di Iesù Christo, corsono e sopradecti anni » (fol. 62r), etc.

Connecteurs interphrasiques utilisés comme marqueurs de discours

  • 50 V. les classifications de Alessio Ricci, op. cit., p. 224-235 e de Piera Molinelli, op. cit., p. 25 (...)
  • 51 V. Maurizio Dardano, op. cit., p. 23.

34La textualité de Peruzzi ne lésine pas sur l’emploi de connecteurs de phrase ayant un rôle spécifique de marqueurs de discours. Voici, ci-dessous, une liste des plus fréquents50. On remarquera en particulier la variété et la fréquence des connecteurs à valeur consécutive, qui, à cause de leur « sémanticité » réduite, assurent une moindre cohésion textuelle51 :

  • Adunque (conclusif) : fol. 16r, 17v, 18r, 22r, 22v (2 occ.), 36v, 47r.

  • Ancora (continuatif) : fol. 16v, 22r, 23r, 24v, 28r, 30r, 32r, 36r, 47v, 54v.

  • Anzi (adversatif) : fol. 16v, 17r, 23v, 25v, 48r sonPE.

  • Apresso (temporel) : fol. 23v.

  • Di che (consécutif) : fol. 29r, 34r, 51r, 60v.

  • Di poi (temporel) : fol. 30r, 31r, 34v, 36r, 61r.

  • Dove (consécutif) : fol. 55v, 61r.

  • Il perché (consécutif, « per la qual cosa ») : fol. 28r.

  • (In) però (consécutif) : fol. 10v, 15v, 17v, 18v, 21r, 23v, 24r, 24v, 26v, 27r, 28r, 28v, 32v sonLP, 38r Credo, 43v capSE, 45r, 54r, 55r, 56v Vang, 58r Vang, 59v, 71v sonTE, 75r sonLP.

  • (In) però (che) (causal) : fol. 15v, 16r, 16v, 17v, 18r, 22v, 23v, 24r, 24v, 26r, 27r, 36v, 46r, 47v, 49r sonPE, 51v, 55r, 65r Salmi, 67v Salmi.

  • In modo (che) (consécutif) : fol. 2v (2 occ.), 51v, 53v.

  • Ladove (adversatif) : fol. 53v.

  • Onde (consécutif) : fol. 2r, 15v, 16r, 21r, 21v, 25r, 28r, 28v, 31v, 32v sonLP, 33r, 33v, 34v, 35r, 35v, 45r, 45v, 46r, 48r, 49v, 51v, 55v sonLP, 57r Vang, 58r Vang, 59v Pregh, 71r sonLP, 72r sonLP, 73r sonTI, 76r sonBR.

  • Or(a) (temporel) : fol. 15r, 16v, 17r, 18v, 19v, 20r, 23r sonLP, 23v, 25r, 30r, 31v, 42r capSE, 43r capSE, 44r capSE, 45v, 53r, 54v, 58v Pregh, 59v Pregh, 71r sonLP, 71v sonTE, 74v sonLP.

  • Per ansì (consécutif, du français par ainsi) : fol. 20v, 54r.

  • Per così (consécutif) : fol. 2r, 18r, 21v, 45v.

  • Sicché / sì che (consécutif) : fol. 24r, 25r, 37r, 39v Credo, 40r Credo, 46r, 69v Salmi, 76r sonBR.

Énumération binaire et ternaire

  • 52 Rita Fresu, op. cit., p. 246. La tendance à l’énumération à travers les synonymes, les parallélisme (...)
  • 53 Un autre exemple considérable est l’épître dédicatoire de la vie de Dante, c. 33r-v.

35On retrouve assez fréquemment dans la prose de Peruzzi des énumérations synonymiques binaires ou ternaires qui ont pour but de structurer le discours de façon symétrique : il s’agit d’instruments stylistiques présents de manière diffuse dans les oraisons et dans les textes d’origine religieuse, en particulier dans l’homilétique52. On en trouve un exemple particulièrement parlant dans le préambule du traité contre l’avarice qui concentre en un espace très restreint une quantité remarquable de couples et de triplettes synonymiques ou complémentaires53 : « Avendo tractato in stile di proverbi del nostro bene e virtuoso vivere, ora intendo e voglo due parti in spetiali, che sono in noi, quelle più lungamente in questa prosa dichiarare e aprire, le quali sopra tucte l’altre tanta di pena e di travaglio ci danno e ci conbactono e ci contristano, che a nostro conforto e rimedio utile e necessario mi pare più largo e distinto parlarne. La prima sì è paura di povertà, di che ne seguita avaritia, onde tucte le nostre pecche quasi ànno principio ; l’altra, spavento e paura di morte. L’una e l’altra ànno in noi tanta di forza, che quanto più l’omo si riduce verso la vecchieza, più ci tormentano e tenpestano, modo che in luogo di menare dolce e honesta vita – non vo’ dire beata che sarebbe troppo ala nostra poca di virtù – noi senpre stiamo in afanno e in passione e mai facciamo che condolerci, tenendo senpre l’occhio e la mente alle cose terrene, come animali bruti che sono su quactro piedi ; e la nobile natura ci à creati su due, cola testa alta per tenere gli occhi levati al cielo a considerare le cose celeste e divine, che sono tante maraviglose, gioconde e allegre, piene di letitie e di conforto » (fol. 15r).

Progression thématique

Thème suspendu

  • 54 Paola Benincà, op. cit., p. 27 sqq. (pour le thème suspendu, v. en particulier p. 48 sqq.).

36Le « thème suspendu » et la dislocation à gauche sont des phénomènes de thématisation d’une structure de la phrase nucléaire à travers son déplacement de l’ordre non marqué vers la périphérie à gauche54. Leur présence dans ce paragraphe est justifiée par le fait que la progression thématique du discours se réalise grâce à des stratégies thématisantes d’ordre micro- et macro-syntaxique. On peut en effet remarquer que parallèlement aux exécutions élémentaires du thème suspendu, comme celle-ci : « La cagione di sua chacciata, ancora fusse a lungo a recitare, non di meno, per darne alquanto di notitia, su brevità ne dirò » (fol. 34v), etc., on retrouve dans le Livre des thématisations plus élaborées mises en œuvre dans une visée de symétrie textuelle : « [le père de Pétrarque] seco menò due figliuoli, l’uno chiamato Gherardo, l’altro Francesco. Gherardo si fé monaco di Certosa e in quella poco visse. Francesco, vedendolo il padre apto e in lui mostrarsi elevato ingiegno, volle che studiasse in leggi civili » (fol. 46r).

Dislocation à gauche

37De la même manière, la présence de la dislocation à gauche peut répondre, d’un côté, à des exigences de simple thématisation nucléaire, v. « Dela seta, purpura e bisso, tucte dilitie dilicate e supremie, non se ne tiene più conto, se non come di cose comuni » (fol. 17r) ; « Dela nostra tenpestosa ciptà, quanto ci sare’ che dire » (fol. 54r), etc. ; de l’autre, elle peut recouvrir une fonction plus spécifiquement textuelle, en coopération avec d’autres phénomènes de cohésion textuelle et / ou de progression thématique, par exemple : « E fichi e’ fructi che sono sul’albero maturi e stagionati, toccali col dito : de facto tonbano sanza nulla lesione. Così è del’omo quando s’è condocto al’età matura e crepita : di quella se n’escie sanza travaglo e sanza pena » (thème suspendu ou dislocation à gauche ; thématisation du renvoi cataphorique ; dislocation à gauche du rhème précèdent) (fol. 24r) ; « Io non so se Dante, anuntiandoli el suo proavo come sare’ chacciato e quello glen’adiverrà, dove li dice XVII° Paradisi : “Tu lascerai ogni cosa dilecta / più caramente, e questo è quello strale / che l’arco dello exilio pria saecta”, se questo dilecto e’ l’aplica al dilecto della sua patria. E però lui come gl’altri è d’averli per ischusati se alchunamente colla patiensa mal s’acordano » (thème suspendu ; dislocation à gauche d’un composant tiré d’un rhème précèdent [« questo dilecto »] ; dislocation à gauche de l’hyper-thème « lui… gl’altri ») (fol. 55r).

Focalisation de l’objet direct

  • 55 V. ibid., p. 34 ; Maurizio Dardano, Gianluca Colella, « Il verbo tra sintassi e semantica », in Mau (...)

38Dans la prose du Livre, on assiste parfois à des cas d’anticipation de l’objet direct sans reprise pronominale (« focalisation »). Un tel phénomène, fréquent dans l’italien ancien55, est utilisé par Peruzzi de préférence au début ou à la fin du discours : « onde sua regola fondò su la povertà (fol. 20v-21r) », « La ghiaccia pone che sia piena di traditori » (fol. 29v), etc.

Coniunctio relativa

  • 56 Id., op. cit., p. 25, rapporte l’emploi de la coniunctio relativa généralement à l’influence des te (...)

39Un dispositif fréquemment utilisé dans le Livre est la coniunctio relativa, que l’on retrouve dans des progressions de phrase à thématisation linéaire (le rhème précèdent devient le thème de la phrase suivante) ou constante (élaboration du thème initial)56. Elle se présente ainsi :

  1. En forme « absolue » (artquale) : « E nel cientro [...] pone lo ’nperadore del doloroso mondo, cioè Lucifero [...] El quale è sì gran bestia » ; « Qui pigla Bartolo, ne’ suoi commenti sopra le leggi, ch’egli avessi oppenione di resìa [...] El quale, se al presente stesse in lucie a’ misteri e cose sono succiedute e succiedono, meglo si conoscierebbe se lo dire suo fusse da pregiare e tenere conto » (fol. 36r-v), etc.

  2. Avec reprise lexicale (artqualenome) : « come pel mare del suo poema ampio si dimostra. Nel quale poema assai manifesto si può largo e aperto comprendere » (fol. 35v) ; « Bene disse Simone da Siena inn un tractato [...] El quale tractato per lo simile qui apresso porremo » (ibid.) ; « se non fusse che tracta del purgatoro [...] El quale purgatoro, e solo quello, gli fa stare » (fol. 36v) ; « Questo picciol borgo [...] El quale borgo al presente è cinto e chiuso di muragle » (fol. 50v), etc.

  3. Avec hyperonyme de synthèse (artqualecosa, etc.) : « la qual cosa farai se tu crederai potere vivere beatamente sanza loro » (fol. 22v) ; « La qual cosa voi e Buffillo, che sete delle sue principali colonne, consentire nè soportare non dovete » (fol. 33r) ; « La qual cosa pegli uomini di virtù e di bontà punto non s’apruova » (fol. 34r) ; « Quella, con senbiante humano, gl’occhi e la fronte li baciò ; del quale acto tucte ne presono allegreza insieme con invidia, come natura di femine » (fol. 49v) ; « Et ansì, tornandotene a Rodo ala tua magione [...] e nel quale paese ti sarà più cara » (fol. 52v), etc.

40On enregistre ici des exemples assez intéressants de il quale “suspendu” avec reprise pronominale : « Giuda Scariocto [...] el quale l’autore lo mecte nella bocca davanti di Lucifero » (fol. 30r) ; « questa concrusione [...] la quale, se nonn è così gentile e limata, prendila come più utile » (fol. 28r).

41Parmi les autres encapsuleurs anaphoriques présents dans le Livre, on peut citer questo : fol. 17v, 20v, 22r, 23v, 28r, 31r, 34v, 47r-51v (on retrouve, dans cet intervalle de pages, différentes occurrences du type questo si mostra / si dimostra), 55r ; 61r ; et così : fol. 33r, 55r.

Juxtaposition

  • 57 V. Rita Fresu, op. cit., p. 235.

42Un autre exemple de progression thématique fréquent dans le Livre est la juxtaposition57, se fondant sur des successions asyndétiques – structurées autour d’un thème constant ou d’un hyperthème – d’affirmations de nature gnomique, de citations d’autorités et d’exemples tirés du quotidien. Cette structure est visible surtout dans les trois traités moraux, notamment là où le modèle littéraire haut cède le pas à une sélection de sentences dont le thème est tiré des Epistulae vulgarisées de Sénèque ou des listes alphabétiques de proverbes, très chères aux marchands toscans. Le choix de cette modalité d’expression est symptomatique de la faible familiarité de Peruzzi avec les écritures dotées d’une architecture syntaxique et argumentative plus complexe : « Tu mi dirai : richeze sono buone perché sono agiate. E io ti dico : del male giammai non si fa bene. Richeze si fanno di male, in però che si fanno d’avaritia : adunque richeze non sono buone. Le cose buone danno grandeza d’animo, richeze danno superbia. Povertà dà tenperata virtù, richeze danno folle ordinamento. La giente reputa la povertà una maladitione e una bestemmia ; e io ti dico che ogni camino dubioso al povero è sicuro, a· ricco pericoloso e mortale. Ne’ beni temporali nonn à più bene se non quando sono usati a diricto sanza peccato [...] Bene disse quel proverbio di nostro paese : ‘del poco si gode, e de l’assai si tribola’. Colui nonn à poco, se al poco sta contento. La richeza consiste nel’animo, non ne la borsa. Richeza sì è povertà ordinata acordandosi alle leggi di natura » (fol. 18r-v) ; « Chi crede senpre vivere e confida in ventura, contasta a natura. Mal vive, chi senpre crede vivere. El peccatore vorrebbe senpre vivere per senpre peccare. La vita de’ savi, come s’accordano i philosofi, è pensare dela morte. Dispregia vivendo quello non puoi avere dopo la morte. Nonn è da pensare di mala morte, chi mena bona vita. Di questo bastone è percosso el peccatore : che nella morte si dimentica di sé, come nella vita s’è dimenticato di Dio » (fol. 26v), etc.

  • 58 Ibid., p. 268.

43Le Livre atteste de l’emploi d’enchaînements asyndétiques d’exclamations – vraisemblablement inspiré par les stratégies persuasives propres à l’ars praedicandi –, conférant une sorte de « littérarité emphatique » au raisonnement58 : « Quanti sono gli ignoranti che stimano la vita beata in questi beni mondani ! O miseri, come sete lontani dal vero e dala vostra salute ! » (fol. 18v) ; « O miseri, quant’è la nostra ciechietà, quant’è la nostra poca di virtù a non piglare gl’infurtuny pel suo diricto ! » (fol. 53v) ; « Così, posando l’animo, rimettersi nelle buone opere e voluntà di Dio ; al quale fusse stato di piacere che tucti altri usciti fussino stati di mio animo e voluntà ! Quanti ne sono capitati male, quanti morti in miseria e calamità, quanti andando errando per lo mondo ! » (ibid.), etc.

Changement de projet syntaxique et sémantique

    • 59 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 155.
    • 60 Pour ce genre de phénomènes, v. Marcello Barbato, « Subordinazione, coordinazione e giustapposizion (...)

    L’écriture de Peruzzi atteste parfois des changements de projet, symptomatiques d’une difficulté de micro-planification textuelle59. Ainsi, on peut observer l’utilisation du connecteur syntaxique onde lors du passage de la proposition subordonnée causale proleptique – introduite par e perché – à la proposition principale60 : « E perché latini e licterati nullo pregio e nullo conto tengono de lo stile vulgare, per adorno e ben decto che sia – in parte hanno ragione darvi col piè, atenduto la gloria de·latino quanta è sublima e alta apo il vulgare, in modo si può degnamente dire quello che nn’è abitato essere homo degnamente conpiuto e intero, el vulgare non essere che mezo homo – onde a loro non mi volto nè in questa nè in altra mia opera » (fol. 2v) ; « Et perché giammai non fu – nè credo che sarà – homo al mondo che più alto, sententioso, grave e gentile scrivesse de la iustitia di Dio, delle pene, discipline de lo ’nferno e purgatoro, tormenti e piaghe de’ peccati più ampio e più distinto ne dicessi, et più giusto e più convenente atribuisse le pene a’ peccati, che fece Dante come sommo theolago (oltre a l’altre scientie di che fu copioso e pieno), onde per lui intendo volerti mostrare la grandeza e graveza del peccato del tradimento » (fol. 28v).

  • On assiste, par ailleurs, à une élaboration syntaxique moins contrôlée ; élaboration qui, toutefois, ne compromet pas la représentation sémantique de base : « Et si soleva colle spade far querra, tirarsi su’ campi co la lancia e spada e, dopo lungo conbactere, a chi quello restava, se ne portava la victoria » (fol. 25r) ; « Le vite de’ quali, chi quistione mi facessi qual più gradabile mi fusse, risponderei : de l’uno ò invidia ; de l’altro conpassione » (fol. 26r-v).

  • En revanche, à la fin de certains enchaînements proleptiques de propositions subordonnées, on assiste à de vrais changements de projet de type sémantique : « Quando tu udisse del’uno e del’altro Decio, come voluntari si sacrificarono ala morte [...] Catone s’avanzò la morte colle proprie mani [...] Mutio, con quanta costantia teneva l’errante mana su l’ardente foco [...] e Regolo, che per salvare e tenere ferma la data fede tornò nele prigioni di Cartagine [...] io non ti do exempli nè autorità per essercitare el mio ingiegno, ma per confortarti contro a quella cosa la quale sopra tucte l’altre s’asomiglia a cosa paurosa » (fol. 25v-26r) ; « Et trovandosi sul sòlo e fermamento del decto emispero, quando e’ vide le ganbe di Lucifero rivolte alo ’nsu, mostrando le piante verso el cielo, di che stecte stupefacto, come questo possa essere, e così sia, te lo mosterrò su brevità, per non si dilungare da nostra matera per che presi la penna » (fol. 29r).

5. Lexique

44Dans les macro-textes du Livre où le gradient d’autorialité est relativement faible – liste de proverbes en rime ; biographies « parallèles » de Dante et Pétrarque ; séries de prières en rime ; calendriers universels –, le lexique adopté correspond généralement à la tradition et / ou à la typologie textuelle d’appartenance. Dans les textes où le contrôle de l’auteur est plus évident (préambule, traités moraux, épître autobiographique, sonnets), il est possible de noter, à l’intérieur des reproductions inertielles conditionnées par la variable diagénérique, l’utilisation d’une gamme lexicale liée à la culture de Peruzzi, qui correspond parfois à une volonté qu’on pourrait qualifier de super-textuelle.

  • 61 Les occurrences enregistrées ici incluent – sans toutefois les expliciter – d’autres catégories gra (...)

45Par ailleurs, dès le début du Livre (préambule, fol. 2r), dans un passage très court, on trouve certains termes centraux du champ sémantique propre à la culture textuelle marchande, comme fortuna (qu’on peut considérer comme lemme-guide), disciplina, paura, pericolo. Il s’agit de termes qui reviennent dans le Livre avec une certaine fréquence61 :

  • fortuna : fol. 4r-v, 5r-v, 8v, 10r, 12v Prov, 17v, 20v, 24v, 25v, 26v, 27r, 30r, 45v, 50r, 52r SonLP.

  • disciplina : fol. 20v, 28v, 53r.

  • paura : fol. 3v, 8r Prov, 15r-v, 18r, 22v, 23v, 26r-v, 42v, 53v.

  • pericolo : fol. 3v, 4r-v, 9v, 10r Prov, 16v, 18r, 22r, 34r, 54v.

46De plus, il nous semble opportun de noter la présence de certains lemmes-guides qui forment des champs sémantiques particulièrement actifs. Ils sont essentiellement concentrés (bien que non exclusivement) dans les traités moraux et sont en cohérence avec le statut social et professionnel de l’auteur, ainsi qu’avec sa condition psychologique et morale :

  • ricchezza (23 occ. entre subst. et adject.), avec l’antonyme direct povertà (32 occ. entre subst. et adject.) et d’autres formes associées à cette polarité sémantique, comme travaglio (12 occ. entre adject., subst. et formes verb.) ; diligenza (5 occ. entre subst. et adject.) ; industria (2 occ.) ; mercante/mercatante (9 occ. entre subst. et adject.) ; beni (12 occ., souvent en association syntagmatique avec mondani ou temporali) ; borsa (7 occ. entre subst. et formes verb.) ; danari (5 occ., più synon. comme moneta, 3 occ. ; argento, français, pour « denaro », 3 occ. ; grosso, 1 occ.) ; dilizie (4 occ.) ; oro (3 occ., en succession asyndétique, ou en dictologie, avec con argento o gemme) ; roba (2 occ.). V. aussi le champ sémantique incluant les lemmes avarizia (36 occ. entre subst. et adject.) ; chupidigia/chupidità (11 occ. entre subst. et adject.) ; liberalità (5 occ. de l’adject. liberale).

  • morte (118 occ. entre subst., adject. et formes verb.), avec l’antonyme direct vita (179 occ. entre subst., adject. et formes verb.), le synonyme fine, au sens de finis vitae (3 occ.) et le métonyme malattia (3 occ. entre subst. et adject.).

  • tradimento (44 occ. entre subst., adject. et formes verb.), avec l’hyperonyme ipocrisia (8 occ. entre subst. et adject.) et le synonyme inganno (3 occ.).

47La langue de Peruzzi s’affranchit parfois très clairement du conditionnement diagénérique, jusqu’à puiser des termes dans le jargon professionnel marchand et artisan. C’est le cas, par exemple, lorsque son parler est sous-tendu par une dynamique émotive particulière ou lors d’un contact phatique particulièrement évident avec l’interlocuteur implicite – v. le « frate » dans les allocutions ponctuelles au lecteur immédiat, qui pourraient se référer à un parent mais aussi à un ami intime ou à un associé digne de confiance – ou explicite – v. les destinataires de l’épître autobiographique et des différents sonnets – :

  • cazuola (« truelle », synecdoque rapprochée de la penna et de la spada pour symboliser l’« art d’édifier », propre aux marchands) : fol. 17v ; v. TLIO, s.v. cazzuola (v. en partic. 1.1 et citation de Boccace, Epist.).

48bastire (« bâtir ») : fol. 17v ; v. TLIO, a.v.

49gherbellare (« passer au crible ») : fol. 21v ; v. TLIO, s.v. garbellare.

  • abugiare (« tromper ») : c. 25r ; v. TLIO, sous la forme abugiatori.

  • arogiere (« additionner ») : c. 53v ; v. TLIO, s.v. arrògere.

50Lors de la mention spécifique d’un événement politique empreint d’une certaine gravité – l’assassinat de Niccolò Piccinino sur ordre de Francesco Sforza et de Ferdinand Ier de Naples, adversaires politiques de Peruzzi –, le recours au lexique argotique se pare à la fois d’une fonction de prudence communicative et de “caricaturisation” du thème, dans un but infamant :

Io mi penso che ’l conducitore e aventore sia stato gran maestro, e maggiore el burello (c. 30v).

  • 62 TLIO, a.v., 2.
  • 63 V. Vocabolario degli Accademici della Crusca, Venezia, Iacopo Sarzina, 1623, p. 99.
  • 64 De l’ancien français bourel : v. Walther von Wartburg (éd.), Französiches Etymologisches Wörterbuch (...)

51Ici Francesco Sforza, dénommé conducitore (« commandant à la solde »)62 et aventore (« acheteur habituel »)63, est aussi appelé gran maestro, c’est-à-dire, en jargon marchand : « le conseiller », celui qui a planifié l’affaire. En revanche, Ferdinand Ier, le roi de Naples, est interpellé avec le terme populaire et infamant burello (« bourreau »)64 et est défini comme maggiore, en jargon marchand : « le chef », « le supérieur ».

52On note, lors de la mention ultérieure d’une personne jugée coupable d’avoir « trahi » la confiance de l’auteur, la recherche d’une entente profonde avec le lecteur immédiat à travers un registre lexical tellement restreint et codifié qu’il atteint un niveau cryptographique. Ainsi, pour communiquer au lecteur l’identité du sujet, l’auteur utilise ici l’expression « la metà di sedici » :

Ora, frate, io ti domando come quello che sai el tradimento factomi la metà di sedici : sai e benefici e’ servigi da mme ricevuti ; sai come sovente da me era honorato ; sai che stando a mangiare meco, le contrafacte chiavi del mio studio e segreto in pecto avea ; sai che decte l’orma a mio nepote a condurre el furto, e lui come buono disciente bene aprese ; sai quante n’à facte ne·reame di Francia, per che lungamente ne stiè in prigione e di poi bandito fuori de·regno (c. 30r).

53Il s’agit sans doute ici d’un procédé cryptographique provenant de l’habitude des marchands toscans de rédiger un tableau de correspondance entre personnes et chiffres lors de communications considérées comme « sensibles ». Cependant, plus qu’à un geste de prudence, on pensera plutôt à une sorte d’abolitio nominis, conséquence d’une damnatio memoriae envers une personne ayant trahi la confiance de l’écrivain.

54En plus des formes propres à la sphère sociale et professionnelle de l’écrivain, la catégorie des lemmes attribuables à la sphère de l’identité du « Florentin » Luigi Peruzzi revêt, elle aussi, une importance particulière. Voici une liste de formes qui font référence, d’un côté, au contexte réduit de l’identité d’une personne (la famille), et de l’autre, au contexte plus large des institutions civiles (l’État) :

  • famiglia (6 occ. entre subst. et adject.), avec le synonyme casa (au sens de « lignée » : 4 occ.) et schiatta (3 occ.), et les hyponymes padre (14 occ. entre subst. et adject.) ; figlio (16 occ.) ; fratello (8 occ.) ; amico/amicizia (25 occ.) ; antichi (au sens d’ « ancêtres » : 3 occ.) ;

  • stato (au sens de « condition civile de l’individu et de la communauté » : 6 occ.), avec les hyponymes governo (17 occ. entre subst. et formes verb.) ; signoria (8 occ.) ; repubblica (5 occ.) ; comune (3 occ.) ; monarchia (4 occ.) ; magistrati (au sens de « fonctions publiques » : 2 occ.).

55On assiste, par ailleurs, à l’émergence d’un champ sémantique portant sur la “distance”, celle de l’écrivain séparé du centre civil, culturel et spirituel qu’est Florence. Comme on l’a déjà souligné précédemment, l’exil donne une cohérence profonde à tous les écrits contenus dans le Livre. Partant du lemme-guide patria, ce champ sémantique est constitué des lemmes suivants :

patria (14 occ.) ; Firenze (13 occ.) ; exilio/exiliare (15 occ.), avec les lemmes liés bandeggiare (1 occ.) ; bandire (1 occ.) ; privare (toujours utilisé en relation au discours de l’exclusion civile : 4 occ. entre formes verb. et subst.) ; spogliare (au sens de « priver des biens mondains, des affections familiales, des péchés » : 4 occ.).

56Un autre champ sémantique crucial pour le Livre de Peruzzi est celui qui gravite autour du concept de mémoire et qui se manifeste tant dans les situations personnelles et morales que dans les situations liées au “centre perdu”, qui concernent en particulier les affects familiaux (le père de l’auteur), civils (la ville de Florence et tout ce qui la concerne) et littéraires (Dante et Pétrarque) :

mente (23 occ., plusieurs fois dans la construction : ritenere nella/alla m.) ; memoria (8 occ. entre subst. et adject., dont 2 occ. accompagnées par bona, en référence à Dante, fol. 33r, et à son père Ridolfo, fol. 54v) ; ricordo (8 occ. entre subst. et formes verb.) ; pecto (comme « siège de la mémoire » : 2 occ.), avec les lemmes liés gloria (40 occ. entre subst., adject. et formes verb.) et fama (20 occ.).

  • 65 La quantité limitée des emprunts à la langue de contact est liée surtout à la « timidité » linguist (...)

57Une série d’emprunts aux langues gallo-romaines (français et occitan) révèle, pour finir, une ouverture prudente du toscan de Peruzzi au contact du “nouveau centre” représenté par Avignon65. Cet ensemble de termes montre qu’une telle interférence linguistique se résout principalement dans une gamme lexicale plutôt proche du langage familial ou commun.

  • 66 V. FEW, s.v. *bastjan, vol. xv/1, p. 76° ; v. TLIO, a.v
  • 67 V. FEW, s.v. *bunda, vol. i, partic. p. 626b.
  • 68 V. supra.
  • 69 V. FEW, s.v. pottus, vol. ix, p. 262 sqq.
  • 70 V. FEW, s.v. pŭtrēscĕre, vol. ix, partic. p. 640b.
  • 71 V. FEW, s.v. salīre, vol. xi, p. 92 sqq.
  • 72 V. FEW, s.v. tumb-, vol. xiii/2, p. 404a sqq.

argento (« argent ») : fol. 20r, 23r, 71v sonLP.
bastire (« bâtir ») : fol. 17v66.
bundare (« bonder ») : fol. 19v67.
burello (« boureau ») : fol. 30v68.
potto (« pot ») : fol. 74r sonLP69.
purire (« pourrir ») : fol. 26v70.
salire (« sortir ») : fol. 2r, 26r, 29r, 72r sonLP71.
tombare (« tomber ») : fol. 24r, 29r72.

58En conclusion, cette expertise montre comment un exilé politique de la fin du Moyen Âge a pu arriver à bâtir, à travers l’écriture d’un livre-mémoire conçu de manière précise dans toutes ses parties, un véritable ‘monument’ qui rend hommage à son pays d’origine, à son identité perdue. Par ailleurs, ce monument est forgé dans une matière – la langue de l’oligarchie marchande de la République florentine – capable de revendiquer, de phrase en phrase, toute sa ductilité dans la façon de raconter le monde et la vie. En cela, la langue de Luigi Peruzzi occupe une place à part dans la production littéraire de son époque, aux deux bouts de laquelle se situent l’æmulatio humaniste proposée par la nouvelle classe dirigeante, et l’‘improvisation’ stylistique proposée occasionnellement par le peuple illettré dans ses choix expressifs.

Haut de page

Notes

1 Cet essai est une réélaboration-traduction en français de l’expertise linguistique menée sur le Livre de Luigi Peruzzi et incluse dans l’édition critique de ce dernier (Gennaro Ferrante, Il Libro di Luigi di Ridolfo Peruzzi. Saggio introduttivo, testo critico e commento, Bologna, Il Mulino, 2016), p. 188-219. Je tiens à remercier Elis Wilk pour son apport essentiel à la révision de l’article.

2 Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Acquisti e doni 401 (dorénavant BML, Acq. e doni 401), fol. 55v.

3 Ibid., fol. 75v : « l’odore e ’l nome in pecto nonn è spento ».

4 Le terme, utilisé ici plusieurs fois, fait référence au caractère marqué – au sens philologique – du « recueil organisé » par l’auteur Luigi Peruzzi ; v. Paolo Divizia, « Testo, microtesto, macrotesto e supertesto : per una filologia dei manoscritti miscellanei », in Richard Trachsler, Frédéric Duval, Lino Leonardi (éds), Actes du xxviie Congrès international de linguistique et de philologie romanes (Nancy, 15-20 Juillet 2013). Section 13. Philologie textuelle et éditoriale, Nancy, ATILF, 2016, p. 109-118.

5 Massimo Palermo, Il Carteggio Vaianese (1537-39). Un contributo allo studio della lingua d’uso nel Cinquecento, Firenze, Accademia della Crusca, 1994, p. 24.

6 À propos des aspects syntaxiques et textuels des livres de famille, v. surtout Alessio Ricci, Mercanti scriventi. Sintassi e testualità di alcuni libri di famiglia fiorentini fra Tre e Quattrocento, Roma, Aracne, 2005. À propos de l’influence de la langue parlée dans la langue écrite au Moyen Âge et dans la première Époque moderne, v. Paolo D’Achille, Sintassi del parlato e tradizione scritta della lingua italiana, Roma, Bonacci, 1990.

7 Dans le préambule, Peruzzi, lorsqu’il se dit « réduit de moitié », fait référence aux argumentations proposées par Dante dans son Convivio (v. i, 1 1). En ce qui concerne l’influence de cet ouvrage sur la prose didactique en vernaculaire du xive et du xve, v. Rita Fresu, « La miseria dell’uomo tra enciclopedismo e letterarietà. Rilievi sintattico-testuali sulla trattatistica didascalica del XIV secolo : la prosa di Agnolo Torini », in Duilio Carocci, Rita Fresu, Patrizia Serra, Lorenzo Tanzini (éds), La parola utile. Saggi sul discorso morale nel Medioevo, Roma, Carocci, 2012, p. 219-273, p. 232.

8 BML, Acq. e doni 401, fol. 2r. Pour le terme ignoto comme « inexpert », « ignorant », v. Tesoro della lingua italiana delle origini (dorénavant TLIO). Corpus lemmatizzato dell’Opera del Vocabolario Italiano (en ligne sur www.ovi.cnr.it), s.v. ignoto, 2. Concernant l’implication linguistique du substantif vulgare, v. TLIO, s.v. volgare, part. 1.1.1 (au pluriel en l’occurrence) et les exemples enregistrés.

9 V. Patrizia Serra, « Il viaggio allegorico tra visioni dell’aldilà e romanzo arturiano nella letteratura medievale francese », in Duilio Carocci, Rita Fresu, Patrizia Serra, Lorenzo Tanzini, op. cit., p. 15-103, p. 16.

10 BML, Acq. e doni 401, fol. 2r.

11 À cet égard, v. en particulier Christian Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence, Mouton, Paris et La Haye, 1967, et Id., Le livres des Florentins [1413-1608], Florence, Olschki, 1984, études pionnières sur le sujet, auxquelles il faut ajouter la mise à jour de Giovanni Ciappelli, « Biblioteche e lettura a Firenze nel Quattrocento : alcune considerazioni », in Giuseppe Lombardi, Donatella Nebbiai Dalla Guarda (éds), Libri, lettori e biblioteche dell’Italia medievale (secoli IX-XV) : fonti, testi, utilizzazione del libro, Paris, CNRS, 2001, p. 425-439, et l’enquête menée par Robert Black, Education and Society in Florentine Tuscany, Leiden-Boston, Brill, 2007, sur le processus éducatif au sein de la bourgeoisie florentine au Moyen Âge. Quant à la “bibliothèque” de Luigi Peruzzi, v. Gennaro Ferrante, op. cit., p. 3-159, et passim dans le commentaire du Livre.

12 En utilisant les termes « rectorico e legista » Peruzzi fait référence aux maîtres de rhétorique et aux notaires qui étaient alors spécialistes de la codification de l’écriture (latine, mais aussi vernaculaire). Quant à l’importance de la littérature didactique morale et religieuse pour le développement de la conscience textuelle des écrivains « moyens », v. Rita Fresu, op. cit., p. 222 sqq.

13 BML, Acq. e Doni 401, fol. 15v-16r.

14 V. Rita Fresu, op. cit., p. 220.

15 V. Paola Manni, « Ricerche sui tratti fonetici e morfologici del fiorentino quattrocentesco », Studi di grammatica italiana, 8, 1979, p. 115-171 ; Massimo Palermo, « Sull’evoluzione del fiorentino nel Tre-Quattrocento », Nuovi annali della Facoltà di Magistero dell’Università di Messina, 9, 1991, p. 131-156. Pour une description plus détaillée des phénomènes phono-morphologiques de la langue du Livre, v. Gennaro Ferrante, op. cit., p. 191-97.

16 Les passages du manuscrit spécifiés uniquement par le numéro du folio renvoient en général aux écrits en prose du Livre (préambule, traités moraux, biographies de Dante et Pétrarque, etc.), dans lesquels le système linguistique de l’auteur est, en théorie, plus « visible ». En ce qui concerne les autres cas, on a voulu souligner l’incidence majeure du facteur diasystémique (texte vraisemblablement non original) ou diagénérique (texte en vers et plus généralement à « haute codification »), en spécifiant, à côté du numéro du folio, la typologie de texte dans lequel les formes citées apparaissent. Voici la légende des abréviations utilisées : Salmi = Sette Salmi penitenziali en tercets, d’attribution incertaine ; Prov = Proverbi in ordine alfabetico, d’attribution incertaine ; Vang = Vangeli della Quaresima en tercets, d’attribution incertaine ; Pregh = Capitolo à la Vierge en tercets de Simone Serdini, mais réadapté par Peruzzi ; Credo = Credo di Dante d’Antonio da Ferrara ; capSE = Capitolo sur Dante de Simone Serdini ; sonLP = sonnet de Luigi Peruzzi ; sonAN = sonnet anonyme ; sonTE = sonnet de Francesco Tedaldi ; sonPE = sonnet de Pétrarque ; sonBR = sonnet de Leonardo Bruni.

17 La diffusion à Florence d’une graphie étymologique est communément rapportée à l’activité de la première génération d’humanistes (v. Nicoletta Maraschio, « Grafia e ortografia : evoluzione e codificazione », in Luca Serianni, Pietro Trifone (éds), Storia della lingua italiana, 3 vol., Torino, Einaudi, 1993-1994, vol. i, p. 139-227, p. 169 sqq. ; Bruno Migliorini, Note, in Id., Saggi linguistici, Firenze, Le Monnier, 1957, p. 197-225, p. 201 sqq.). Il ne faut toutefois pas oublier que l’adoption d’une graphie latinisante était tout à fait normale dans les transcriptions en vernaculaire des actes du Tribunale della Mercanzia, qui étaient d’ailleurs familières aux marchands-écrivains (v. à ce propos Luca Boschetto, Writing the Vernacular at the Merchant Court of Florence, in William Robins (éd.), Textual Cultures of Medieval Italy, Toronto, University of Toronto Press, 2011, p. 217-62, p. 235 sqq.).

18 L’extension de -ct- à d’autres types de gémination est observée, de même, et bien qu’épisodiquement, dans le Décaméron de Boccace, v. Nicoletta Maraschio, op. cit., p. 168.

19 Il s’agit d’un usage déjà présent dans les textes toscans anciens, v. ibid., p. 159.

20 Bruno Migliorini, op. cit., p. 218-20.

21 Pär Larson, « Fonologia », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), Grammatica dell’italiano antico, 2 vol., Bologna, Il Mulino, 2010, vol. II, p. 1515-46, p. 1545, rappelle que la simplification des consonnes en position protonique dans l’italien ancien constitue « una sorta di sede di licenza ».

22 V. Nicoletta Maraschio, op. cit., p. 158.

23 V. ibid., p. 170 et Pär Larson, op. cit., p. 1537.

24 En ce qui concerne les tendances chez Pétrarque et Boccace, v., respectivement, Nicoletta Maraschio, op. cit., p. 180 et Francesca Faleri, Riflessioni sulla lingua di Giovanni Boccaccio (a partire dalle opere volgari in copia autografa), in Sandro Bertelli, Davide Cappi (éds), Dentro l’officina di Giovanni Boccaccio. Studi sugli autografi in volgare e su Boccaccio dantista, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2014, p. 137-162, p. 145-146. V. aussi Bruno Migliorini, op. cit., p. 204, qui analyse comment, aux xve et xvie siècles, une telle persistance est visible surtout dans les scriptae moins cultivées. À propos de la tendance à l’oblitération du signe au moment du passage à l’impression, v. Marcello Barbato, « Appunti sul testo del Plinio toscano di Cristoforo Landino », Medioevo Romanzo, 25, 2001, p. 122-150, p. 133.

25 Il s’agit de phénomènes graphiques déjà connus dans les scriptae toscanes anciennes d’origine pratique, v. Nicoletta Maraschio, op. cit., p. 155.

26 Comme explicité précédemment dans les essais des deux chercheurs (v. Paola Manni, op. cit., p. 119 et Massimo Palermo, op. cit., p. 134), entre le xive et le xve siècle, le florentin subit une série de transformations phonétiques et morphologiques importantes (qui marquent le passage du florentin « doré » à l’« argenté »), dues principalement à une longue période d’absence normative ainsi qu’à une exposition plus importante à des variations d’ordre diatopique et diastratique.

27 La génération précédente de celle de Luigi Peruzzi (né en 1410) correspond, plus ou moins, au groupe b du corpus établi par Paola Manni, comprenant Buonaccorso Pitti, Lapo dei Sirigatti, Leonardo Dati, Giovanni Morelli, Oderigo d’Andrea, Giovanni Corsini e Luca Albizzi (v. Paola Manni, op. cit., p. 119-120). Le groupe contemporain de Peruzzi sélectionné par la chercheuse est composé d’Alessandra Macinghi Strozzi, des copistes du Zibaldone de Giovanni Rucellai, de Bernardo Machiavelli et de Matteo Franco (v. ibid., p. 119).

28 V. ibid., p. 123 ; Massimo Palermo, op. cit., p. 133. La communauté florentine avignonnaise, déjà bien établie, s’étoffait régulièrement de nouveaux parlants arrivés de la patrie, ceci, tout au long du Quattrocento et surtout pendant les moments d’aggravation de la conjoncture politique. Néanmoins, il ne semble pas acceptable, ni fructueux, de comparer une compétence “excentrique” du parler florentin avec l’usage concret de la langue en son « centre ».

29 V. Massimo Palermo, op. cit., p. 132. Il faut toutefois remarquer qu’à Florence certains de ces phénomènes sont déjà occasionnels : dans le cas du type autro, on peut même assister à « des formes de réactions au phénomène », comme altorità, lalde, laulde (v. Paola Manni, op. cit., p. 123 ; v. aussi Arrigo Castellani, Grammatica storica della lingua italiana. Introduzione, vol. i, Bologna, Il Mulino, 2000, p. 299, 310).

30 V. Massimo Palermo, op. cit., p. 132.

31 Ibid., p. 133.

32 Si l’influence de la langue parlée sur la syntaxe de la prose moyenne est un aspect désormais amplement débattu depuis vingt ans environ, l’attention portée à l’influence sur certaines réalisations micro- et macro-syntaxiques du latin – directe, à travers les actes publics tels que les statuts et les actes privés, ou les instrumenta notariaux ; et indirecte, à travers la traduction vernaculaire des textes « juridiques » et littéraires – est plus récente : v. par exemple Alessio Ricci, op. cit., p. 33-50 et, plus généralement, Maurizio Dardano, « Il campo della ricerca », in Id. (éd.), Sintassi dell’italiano antico. La prosa del Duecento e del Trecento, Roma, Carocci, 2012, p. 1-35, p. 12 sqq.

33 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate all’infinito », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., vol. ii, p. 817-879, p. 819, 824.

34 Ibid., p. 857-859.

35 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate al participio », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., p. 881-901, p. 882 sqq.

36 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 92-93.

37 V. Verner Egerland, « Frasi subordinate al gerundio », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., p. 903-920, p. 904 sqq.

38 V. Paola Benincà, « L’ordine delle parole e la struttura della frase », ibid., vol. i, p. 28-59, p. 45.

39 Gianfranco Folena, La crisi linguistica del Quattrocento e l’« Arcadia » del Sannazaro, Firenze, Olschki, 1952, p. 75, n. 54. En ce qui concerne l’omission du complémentateur che, Lenka Meszler et Borbála Samu, « Le strutture subordinate », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., vol. ii, p. 763-789, p. 777, rappellent qu’il s’agit d’une construction qui, « nel Duecento era ancora marginale e che sarebbe diventata frequente solo alla fine del Trecento e soprattutto nel Quattrocento ». En ce qui concerne l’ellipse du relatif, Elisa De Roberto, Le proposizioni relative, in Maurizio Dardano (éd.), op. cit., p. 196-269, p. 220, remarque que cette stratégie était déjà « ben attestata nella fase antica, anche se la frequenza del fenomeno varia da testo a testo, mostrando un sostanziale incremento tra XIV e XV secolo ».

40 V. ibid., p. 213-15.

41 V., pour l’ancien français, Annie Bertin, L’expression de la cause en ancien français, Genève, Droz, 1997, p. 41 sqq.

42 Piera Molinelli, « Le strutture coordinate », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., vol. i, p. 241-271, p. 248 et Maurizio Dardano, op. cit., p. 29 sqq.

43 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 139 ; v. aussi Rita Fresu, op. cit., p. 248 (qui rappelle l’usage abusif de ce connecteur dans le « sous-code » de l’écriture didactique) ; Piera Molinelli, op. cit., p. 252-253 ; Maurizio Dardano, op. cit., p. 3.

44 Pour d’autres connecteurs utilisés afin d’établir différentes relations syntaxiques entre phrases coordonnées, v. paragr. 4.

45 La textualité des livres de famille est l’objet d’une analyse spécifique d’Alessio Ricci, op. cit., p. 155-244.

46 V. Maurizio Dardano, op. cit., p. 27.

47 V. Carla Bazzanella, « I segnali discorsivi », in Giampaolo Salvi, Lorenzo Renzi (éds), op. cit., vol. ii, p. 1339-1357, p. 1342-1351.

48 Rita Fresu, op. cit., p. 234.

49 V.. Carla Bazzanella, op. cit., p. 1351-1357. Quant à l’influence du modèle scolastique sur la textualité vernaculaire de type argumentatif, v.. Maurizio Dardano, op. cit., p. 26.

50 V. les classifications de Alessio Ricci, op. cit., p. 224-235 e de Piera Molinelli, op. cit., p. 255-257.

51 V. Maurizio Dardano, op. cit., p. 23.

52 Rita Fresu, op. cit., p. 246. La tendance à l’énumération à travers les synonymes, les parallélismes et les formes d’itérations anaphoriques est, en revanche, caractéristique de la facies rhétorique du texte prescriptif (v. Maurizio Dardano, op. cit., p. 25).

53 Un autre exemple considérable est l’épître dédicatoire de la vie de Dante, c. 33r-v.

54 Paola Benincà, op. cit., p. 27 sqq. (pour le thème suspendu, v. en particulier p. 48 sqq.).

55 V. ibid., p. 34 ; Maurizio Dardano, Gianluca Colella, « Il verbo tra sintassi e semantica », in Maurizio Dardano (éd.), op. cit., p. 36-68, p. 43.

56 Id., op. cit., p. 25, rapporte l’emploi de la coniunctio relativa généralement à l’influence des textes prescriptifs (à noter, cependant, la rareté du phénomène dans les livres de famille, v. Alessio Ricci, op. cit., p. 195 sqq.).

57 V. Rita Fresu, op. cit., p. 235.

58 Ibid., p. 268.

59 V. Alessio Ricci, op. cit., p. 155.

60 Pour ce genre de phénomènes, v. Marcello Barbato, « Subordinazione, coordinazione e giustapposizione nel ‘Rebellamentu di Sicilia’ », in Angela Ferrari (éd.), Sintassi storica e sincronica dell’italiano. Atti del X congresso della Società internazionale di linguistica e filologia italiana, Basilea 30 giugno - 3 luglio 2008, 3 vol., Firenze, Cesati, 2009, vol. i, p. 189-204, p. 194.

61 Les occurrences enregistrées ici incluent – sans toutefois les expliciter – d’autres catégories grammaticales liées au lemme-guide (adject., adv., verb.). À ce champ sémantique sont liés aussi les mots tempesta : fol. 18v, 23r, 25v, 31v, 34v, 50r, 75r, et spavento : fol. 15r, 31v.

62 TLIO, a.v., 2.

63 V. Vocabolario degli Accademici della Crusca, Venezia, Iacopo Sarzina, 1623, p. 99.

64 De l’ancien français bourel : v. Walther von Wartburg (éd.), Französiches Etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, 25 vol., Leipzig (puis Bonn et Bâle) 1922-2002, online sur https://apps.atilf.fr/lecteurFEW (dorénavant : FEW), s.v. bŭrra, vol. i, partic. p. 642. Il convient toutefois de noter aussi l’aequivocatio du terme – probablement recherchée – avec le toscan burello, « linge grossier », v. TLIO, a.v.

65 La quantité limitée des emprunts à la langue de contact est liée surtout à la « timidité » linguistique de Peruzzi et à sa qualité d’expatrié de première génération. Il est opportun de noter que, par exemple, dans le Libro dei Cassina, un livre « collectif » lui aussi rédigé par des marchands expatriés, le nombre des emprunts au français et à l’espagnol est inférieur dans l’écriture de Francesco Bernardino senior (écrivain de première génération), comparés à ceux présents dans l’écriture de Ieronimo (écrivain de deuxième génération) ou dans celle de Francesco Bernardino junior (écrivain de troisième génération) : v. Marcello Barbato, « I Cassina (1576-1650) : storia linguistica di una famiglia italiana nei Paesi Bassi meridionali », in Id., Claudio Gigante (éds), Aspetti della cultura, della lingua e della letteratura italiana in Belgio. Studi in onore di Michel Bastiaensen, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 45-65, p. 51, 54-56, 59-64.

66 V. FEW, s.v. *bastjan, vol. xv/1, p. 76° ; v. TLIO, a.v

67 V. FEW, s.v. *bunda, vol. i, partic. p. 626b.

68 V. supra.

69 V. FEW, s.v. pottus, vol. ix, p. 262 sqq.

70 V. FEW, s.v. pŭtrēscĕre, vol. ix, partic. p. 640b.

71 V. FEW, s.v. salīre, vol. xi, p. 92 sqq.

72 V. FEW, s.v. tumb-, vol. xiii/2, p. 404a sqq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gennaro Ferrante, « Écriture de l’exil et « langue restituée ». Réflexions sur le florentin de Luigi Peruzzi (1410-1484) », Arzanà, 19 | -1, 32-54.

Référence électronique

Gennaro Ferrante, « Écriture de l’exil et « langue restituée ». Réflexions sur le florentin de Luigi Peruzzi (1410-1484) », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1040 ; DOI : 10.4000/arzana.1040

Haut de page

Auteur

Gennaro Ferrante

Université de Naples « Federico II »

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals