Navigation – Plan du site
Dossier : Scavi continiani

Romanistique et praxis ecdotique continiennes : bilan et perspectives

Romanistica e prassi ecdotiche continiane : bilanci e prospettive
Raffaella Zanni
p. 83-95

Résumés

Dans le cadre de la table ronde de présentation du Xe numéro de la revue Ermeneutica letteraria (décembre 2014), l’intervention vise d’abord à mettre en relief les aspects les plus novateurs de l’activité de Gianfranco Contini en tant que philologue, véritable romaniste ‘européen’ et critique militant. En second lieu, on essayera, d’une part, de questionner l’héritage de sa méthodologie en ce qui concerne la tradition éditoriale des textes médiévaux jusqu’à aujourd’hui et, d’autre part, compte tenu des limites éventuelles de la leçon continienne, on tâchera de comprendre dans quelle mesure l’on peut faire encore fructifier l’élan vital de la pédagogie philologico-critique de Contini.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte représente une version peaufinée de la page écrite pour mon intervention à la table ronde de présentation qui a eu lieu le 5 décembre 2014 à la Maison de l’Italie de Paris. Sans aucune prétention d’exhaustivité, notamment si l’on considère l’épanouissement et la richesse des études sur Gianfranco Contini dans les dernières années, les quelques indications bibliographiques que je fournis visent exclusivement à éclaircir la lecture de mes réflexions. Je tiens enfin à remercier chaleureusement Donatella Bisconti, Élisabeth Kertesz-Vial, Paolo Leoncini et Alfredo Luzi pour cette invitation.

Texte intégral

  • 2 Ermeneutica letteraria, X, 2014 (« Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critiq (...)

1Invitée à faire partie de cette table ronde de présentation du dixième numéro de la revue Ermeneutica letteraria accueillant les actes du colloque international de Clermont-Ferrand intitulé « Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critique », je me propose de vous présenter quelques réflexions qui ont surgi pendant la lecture de ce volume important, consacré à l’une des figures les plus remarquables – la plus remarquable, dirais-je – d’intellectuel, de critique et de philologue italien et européen du xxe siècle, Gianfranco Contini2.

  • 3 « Nessuna ricerca critica e, in genere, linguistica è didatticamente concepibile, ai suoi inizî, se (...)
  • 4 V. Roberto Antonelli, « Contini e la cultura europea », in Lino Leonardi (dir.), Gianfranco Contini (...)

2Je voudrais me concentrer sur deux aspects auxquels je tiens particulièrement, étant donnée ma formation de philologue romane : tout d’abord, le statut de véritable romaniste ‘européen’ de Gianfranco Contini ; deuxièmement, je voudrais consacrer quelques mots à l’ecdotique (« la prassi ecdotica ») de Contini, à sa méthodologie d’édition des textes médiévaux et à ce qui pourrait représenter aujourd’hui son héritage. L’attention que je veux porter aux études romanes de Contini ne dérive pas seulement du fait qu’elles sont les plus proches de mes intérêts scientifiques : la philologie romane ‘à la Contini’, ne relevant pas exclusivement du Moyen Âge, représente une pratique critique, éditoriale et herméneutique véritablement européenne, capable de franchir les frontières géographiques nationales et chronologiques de la discipline, ayant pour objectif presque obsessionnel la recherche de la vérité (« assillo di verità ») : on peut bien comprendre quel enjeu revêt son propre dispositif méthodologique, car les langues et les littératures médiévales, modernes et contemporaines fonctionnent d’après Contini dans une synergie « militante ». C’est en effet Contini qui nous laisse entendre, en répondant à une enquête concernant l’Université en 1941, que l’initiation à la philologie et à la critique doit nécessairement partir de la contemporanéité pour remonter doucement aux origines des langues et des littératures romanes, car le contemporain élimine d’emblée la nécessité de reconstruire l’histoire de la culture « dalla A alla Z ». La culture et la littérature contemporaines assument par conséquent un rôle éminemment pédagogique et peuvent représenter un véritable domaine propédeutique pour l’étude des langues et des littératures anciennes3. En revanche, la critique stylistique (Spitzer, Vossler, Auerbach) a permis au Contini contemporanéiste l’entrecroisement, voire la coexistence de ses intérêts militants et de ses intérêts professionnels, entre l’Italie et l’Europe4.

  • 5 Enza Biagini, « La “critica verbale” degli Esercizi e l’interpretazione », Ermeneutica letteraria, (...)

3Je confierai à ma conclusion quelques suppléments de réflexion pour élargir la perspective : il s’agit de suggestions ultérieures en ce qui concerne à proprement parler le « spazio ermeneutico aperto » continien comme l’a défini Enza Biagini5. En d’autres termes, j’essayerai de comprendre quelles possibilités existent aujourd’hui de faire encore fructifier l’éros pédagogique que Contini a su exploiter pendant toute son activité d’intellectuel et de critique.

  • 6 « Contini fu un contemporaneista acquisito alla filologia romanza, oppure un filologo romanzo appas (...)

4C’est Cesare Segre qui, en 2011, en ouverture des Actes du colloque international « Contini vent’anni dopo », pose une question qui n’est pas complètement anodine si l’on veut essayer de rendre compte du véritable statut de critique-philologue propre à Gianfranco Contini : est-ce que l’on peut définir Contini en tant que contemporanéiste, prêté à la philologie romane, ou ne s’agit-il pas plutôt d’un philologue roman passionné par la littérature du xxsiècle6 ? Sans aucun doute, les deux étiquettes fonctionnent ensemble et les deux permettent de bien comprendre les différentes facettes du domese. C’est en effet le double statut de philologue par métier, mais également de critique militant par passion, depuis sa jeunesse, qui a caractérisé toute l’activité intellectuelle de Contini. Notamment, l’interrelation entre ces deux aspects (tels que la passion, la vocation et le métier, l’obligation, parfois en contradiction et en conflit entre eux, comme l’a dit Contini lui-même) a vraiment fait la différence. Par ailleurs, la possibilité de raisonner en termes d’un double statut d’intellectuel représente pour Contini l’un des fils rouges qui traversent l’ensemble des contributions du volume d’Ermeneutica letteraria dont il est question.

  • 7 Gianfranco Contini (éd.), Le opere volgari di Bonvesin da la Riva, vol. I, Testi, Roma, Società Fil (...)
  • 8 Il s’agit d’une connaissance qui a mûri tout d’abord depuis la lecture des pages de la Storia della (...)

5Or, si la jeunesse de Contini peut sembler penchée toute entière vers le contemporain, étant donné son impressionnante précocité en tant que critique correspondant des principales revues littéraires de son époque (en particulier au sujet de la poésie hermétique florentine, des poètes autour de la Voce), l’apprentissage de la philologie n’est pas moins précoce et productif, puisque cette dernière deviendra son activité professionnelle par excellence : et ce, dès les premiers pas menés aux côtés de Santorre Debenedetti, grâce auquel Contini a commencé à s’intéresser aux ouvrages en langue vernaculaire (de la Lombardie) de Bonvesin da la Riva, qui feront ensuite l’objet de sa « tesi di laurea » (en tant qu’essai d’une édition critique de Bonvesin, publié en 1941)7. Aussi, Contini perfectionne ses compétences grâce au célèbre séjour d’étude à Paris (1933-1936), où il est confronté aux grands maîtres de la philologie romane (Bédier, Brunel, Jeanroy). Ensuite, c’est la rencontre avec la philologie neo-lachmanienne de Pasquali, pour les textes latins, à partir de 1934, qui le marque en profondeur, tout en orientant, à côté du dialogue avec le maître français Bédier (se déroulant en même temps), sa pratique philologique à venir8.

  • 9 C’est Carlo Ettore Colombo qui nous a montré les enjeux des débuts italo-provençaux de l’activité d (...)

6Quoique la bibliographie de Contini montre bien qu’il naquit évidemment contemporanéiste – et quoique sa consécration parmi les hommes de lettres advînt dans les domaines de la poésie et de la prose artistique contemporaines, en tant que critique militant –, l’alternance entre ses publications concernant l’époque contemporaine d’un côté, les littératures et les langues romanes de l’autre, est tout aussi flagrante : par exemple, les travaux d’édition de textes provençaux, jaillissant de son séjour de perfectionnement parisien, s’alternèrent, depuis 1937, avec la production critique militante (tout ce qui a conflué dans les Esercizi di lettura su autori contemporanei, datant de 1939, et dans Un anno di letteratura, datant de 1942)9. Les travaux consacrés à l’ancien français sont relativement plus tardifs ; ils semblent d’ailleurs répondre à des questions de nature différente, concernant surtout la théorie et la pratique éditoriales (nous y reviendrons ci-après).

  • 10 À Gianfranco Contini anthologiste et à la formation d’un canon littéraire qui en a dérivé sont cons (...)
  • 11 Beatrice Sica, « Fantastique, humor et paysage dans l’Italie magique de Gianfranco Contini », Ermen (...)

7La conclusion qui en découle est qu’il n’y a jamais eu un écart, une division nette et rigide des compétences, dès le début, entres les deux parcours, celui qui relève de la critique littéraire, d’une part, et celui qui remonte en revanche en arrière, jusqu’aux origines romanes (néolatines) des littératures modernes (l’italienne et plus généralement la littérature européenne) ; si la critique militante était de fait la véritable passion de Contini, alors que la philologie et l’activité éditoriale répondaient plutôt à des exigences académiques, liées justement à sa profession, les outils de la critique littéraire ont toujours été au service de la philologie, et vice-versa : il y a une sorte de compensation, voire de compénétration entre les deux approches. Par ailleurs, l’attention portée à la modernité et à la contemporanéité de la part de Contini ne reste pas confinée sur le terrain de la littérature nationale. Le regard sur la littérature italienne de Contini – celui qui découle de son expérience d’anthologiste de la poésie italienne de l’Unité à nos jours, par exemple10 – est toujours ouvert sur une perspective supranationale européenne (d’où une confrontation serrée avec le panorama culturel et littéraire français), comme le montre bien son anthologie Italie magique (datant de 1946 et originairement adressée à la France, puis retravaillée pour le public italien), mais également ses réflexions de nature théorique, comme l’Introduction à l’étude de la littérature italienne contemporaine de 1944 : ce qui a été analysé respectivement par Beatrice Sica et Ilaria Crotti dans leurs interventions11. Par ailleurs, Sica nous a montré dans quelle mesure l’attention portée au « réalisme magique » de la part de Contini à la fin du deuxième conflit mondial témoigne également d’une forte attitude ‘militante’, à savoir de la volonté de proposer une politique culturelle s’opposant clairement au régime fasciste.

  • 12 Dans cette perspective, v. Roberto Antonelli, « “Se si legga ancora la Divina Commedia”. Dante da C (...)

8Revenons de plus près aux travaux de Contini concernant la littérature italienne du Moyen Âge. Ce sont les études critiques concernant Dante et sa poésie, notamment la Comédie (tout en questionnant les propos de Croce et ses jugements esthétiques12), qui permettent vraiment à mon avis de comprendre cette espèce de syncrétisme continien, entre sa propre vocation à la critique littéraire et la pratique active de la philologie et de la critique textuelle.

  • 13 On rappelle ici que c’est justement à partir de ce commentaire scientifique, tout à fait expériment (...)
  • 14 Gianfranco Contini, « Un’interpretazione di Dante », in Id., Un’idea di Dante. Saggi danteschi, Tor (...)
  • 15 Giuseppe Sangirardi, « Contini e la costruzione… », Ermeneutica letteraria, cit., p. 47.
  • 16 V. Giorgio Brugnoli, Studi danteschi, 3 vol., Pisa, Edizioni ETS, 1998 ; Roberto Mercuri, Semantica (...)

9L’édition commentée des Rime de Dante (publiée en 1939 chez Einaudi)13 représente la première étape, paradoxalement et à plusieurs égards déjà très mûre pour un jeune homme de 27 ans, de l’activité à venir du domese : du point de vue éditorial, tout d’abord, car ici Contini mène à terme une révision complète de l’édition critique des Rime mise en œuvre par Barbi en 1921 – ce qui avait à son tour représenté un véritable monumentum de la nouvelle pratique éditoriale de l’école philologique florentine, à savoir le lachmannisme appliqué pour la première fois aux textes en langue vernaculaire. Deuxièmement, l’édition commentée des Rime de Dante se caractérise par une véritable mise à l’épreuve des compétences du romaniste, car Contini se sert ici de son ample connaissance de la langue poétique italienne, tout en opérant des comparaisons entre la poésie courtoise de l’Italie médiévale (sicilienne, toscane, pré-stilnoviste et stilnoviste), et les antécédents franco-provençaux. C’est justement à partir de cette pratique de confrontation serrée, de dialogue entre les poètes de l’époque de Dante que va se consolider une pratique herméneutique du texte littéraire dite ‘intertextuelle’. À cet égard, comme l’a bien montré Sangirardi dans son intervention consacrée à la « costruzione del modello dantesco » de la part de Contini, l’une des plus remarquables innovations méthodologiques en ce qui concerne l’herméneutique continienne est la notion de « memoria » (comme on peut le lire dans l’essai « Un’interpretazione di Dante » de 1965)14. Bien que la mémoire puisse apparaître comme une catégorie « meno divulgata » dans l’univers critique continien15, par rapport à d’autres bien plus connues et célèbres telles que le « sperimentalismo » et l’« espressionismo », c’est à partir des travaux de Gian Biagio Conte consacrés à la mémoire chez les poètes latins classiques (qui questionnent à leur tour le dispositif d’« arte allusiva » porté au premier plan du débat critique par Pasquali) que la « memoria » – aussi bien au niveau phonique-linguistique (grammatical) que rimique (poétique) – a été intégrée dans les enquêtes sur les textes littéraires à partir des années 1970. En ce qui concerne la Comédie de Dante, on peut citer ici les travaux incontournables de Giorgio Brugnoli et de Roberto Mercuri qui ont à leur tour analysé les rapports (intertextuels et métalittéraires) du macro-texte de Dante avec la Bible, la poésie latine classique et la poésie des générations contemporaines et immédiatement précédentes à Dante, afin de mieux comprendre d’une part sa stratégie d’écriture et de composition et, d’autre part, afin d’apporter, en général, un éclairage plus important à la compréhension et à l’interprétation du texte16.

10Enfin, je crois que l’édition des Rime a sans aucun doute inauguré une nouvelle « grammatica » pour ce qui est du commentaire scientifique des textes anciens et modernes, à savoir celle qui a pris le nom d’« annotazione scientifica » et qui a en quelque sorte fait école jusqu’à présent : il suffit justement de jeter un coup d’œil aux éditions critiques annotées produites par certains des élèves de Contini : entre autres, l’édition des poèmes de Monte Andrea de Filippo Minetti, l’édition des laudes de Iacopone et du Laudario Urbinate faites par Rosanna Bettarini, les travaux d’édition de Chiaro Davanzati et de Bonagiunta Orbicciani d’Aldo Menichetti. Ce genre de commentaire textuel, à la fois riche en information philologique, ponctuel, dense et efficace, a su par ailleurs représenter le ‘pire cauchemar’ de tous ceux qui ont dû se confronter au langage critique continien, très souvent considéré comme assez cryptique.

11Par ailleurs, il y a au moins deux autres éléments remarquables qui découlent des études sur Dante de Contini, notamment à partir de l’essai fondamental « Dante come personaggio-poeta della Commedia » (datant de 1958) : celui-ci permet de mieux comprendre, d’une part, le véritable statut de critique européen de Contini et, d’autre part, de saisir les liens profonds entre la philologie textuelle et la critique littéraire. Grâce à cet essai, tout d’abord, on a assisté, à partir de la seconde moitié du xxe siècle, à la mise en circulation dans le panorama critique italien des études d’origine anglo-saxonne consacrées à Dante ; notamment, les travaux de Singleton, dont est tirée la célèbre formulation du double statut de Dante en tant que personnage-poète [agens-auctor] dans la Comédie : ce qui s’est véritablement imposé, depuis la reformulation opérée par Contini, comme l’un des éléments critiques absolument incontournables pour l’interprétation du voyage de Dante dans l’au-delà de la Comédie.

  • 17 Gianfranco Contini, « Dante come personaggio-poeta della Commedia », in Id., Un’idea di Dante, cit. (...)
  • 18 Ivi.
  • 19 Ilena Antici, « Comment Montale est devenu proustien », Ermeneutica letteraria, cit., p. 14-150. Pa (...)

12On découvre par ailleurs sous l’étiquette de « personnage-poète » que l’on attribue au Florentin la mise en valeur du Je poétique du Novecento : il s’agit « di una cellula linguistica nata nel tessuto della critica sui moderni », comme l’a affirmé Contini dans les premières lignes de son essai, en empruntant les mots de Croce (« ogni storia è storia contemporanea »)17. Il s’agit, en d’autres termes, d’appliquer un paradigme (celui du personnage qui dit « je », qui parle à la première personne) relevant aussi bien de la subjectivité – dirais-je – de la littérature contemporaine que d’une instance collective, sur l’un des chefs-d’œuvre du Moyen Âge roman : la Comédie de Dante, dont le récit se déroule justement autour de l’articulation du double statut de Dante lui-même en tant que agens/auctor et de la dialectique « je/nous », ou, si l’on veut, de l’histoire individuelle/histoire collective ouvrant le premier chant de l’Enfer. En effet, l’interaction entre le personnage disant « je » et l’auteur d’un ouvrage dont son protagoniste dit à son tour « je » a été porté au centre du débat au xxe siècle par Proust : c’est pourquoi Contini utilise Proust et La Recherche en tant que ‘métaphore’ tirée du contemporain pour développer un discours sur Dante (un discours, à proprement parler, « non del tutto elementare », comme l’a précisé Contini lui-même18). Par ailleurs, la parabole proustienne est exploitée par Contini tout au cours de la lunga fedeltà qui l’a lié au plus grand poète de la contemporanéité italienne, à savoir Eugenio Montale : ce qui a permis à Montale lui-même en quelque sorte, comme l’a dit Ilena Antici dans son intervention, de devenir « proustien19 ».

  • 20 Lucrezia Chinellato, « Réflexions sur un bilinguisme “originaire et constitutif”. Considérations de (...)

13C’est grâce au lien très étroit avec le contemporain – un lien subtil, demeurant toujours en filigrane des réflexions continiennes – que les études sur Dante de Contini peuvent elles-mêmes également représenter des extraits de critique militante, car dans celles-ci il s’adresse de façon voilée aux poètes de sa contemporanéité : d’où la parabole de l’expressionnisme et du plurilinguisme italien Dante-Gadda-Pasolini tracée par Contini, à qui sont consacrées les réflexions de Lucrezia Chinellato dans notre volume20.

  • 21 L’actualité de la philologie de Contini est au centre de la contribution de Lino Leonardi, « Attual (...)
  • 22 Cesare Segre, « Contini e la critica testuale », in Enrico Malato (dir.), Su/Per Contini, Filologia (...)
  • 23 En fait, cet ouvrage reproduit les inquiétudes de Contini face à l’esthétique de Benedetto Croce – (...)

14Je passe au deuxième volet de mon propos, qui veut se concentrer plus spécifiquement sur l’activité philologique et sur la pratique éditoriale de Contini ainsi que sur ce qui pourrait en représenter aujourd’hui l’actualité21. Gianfranco Contini représente sans aucun doute le plus grand maître de critique textuelle romane, après le magistère de Pasquali dont les enseignements ont été confiés à l’ouvrage magistral Storia della tradizione e critica del testo (1934). Le Breviario di ecdotica, paru en 1986 par le soin de l’éditeur Ricciardi de Florence, recueille et organise les résultats (théoriques et pratiques) du travail éditorial conduit par Contini. D’ailleurs, comme l’a dit Cesare Segre22, cet ouvrage permet de retracer les différentes étapes du parcours continien dans le terrain de la critique textuelle, ainsi que les moments saillants de la confrontation du domese avec l’autre de ses maîtres : Benedetto Croce23.

15On peut clairement repérer dans le Breviario, à travers les divers aspects (« le figure ») de la pratique éditoriale, des traces évidentes du travail conduit par Contini tout au cours de sa vie et qui s’est déroulé, pour schématiser, en trois temps. Pendant les années 1935-1955, Contini formule et met au point sa propre pratique éditoriale (à côté du travail sur les variantes d’auteur), à travers, tout d’abord, la remise en question et la discussion de la méthode lachmannienne et de la solution mono-testimoniale proposée par Bédier ; deuxièmement, par le biais du concept de « sistema », qui avait été extrait par Contini du domaine de la linguistique pendant les années d’enseignement en Suisse, à Fribourg, et qui avait très précocement intégré le travail éditorial. La catégorie de « sistema » permet en effet de prendre en compte, pendant la recension de la tradition manuscrite, toute variante macro et micro-textuelle, tout en respectant l’autorité de chaque témoin et donc de chaque travail de transcription (et, par conséquent, du travail de chaque copiste, une sorte d’auteur au deuxième degré au Moyen Âge), en dépit de la chasse à l’erreur, à la faute à corriger.

  • 24 Lino Leonardi, « Attualità di Contini… », cit., p. 72.
  • 25 Gianfranco Contini (éd.), Il Fiore e il Detto d’Amore attribuibili a Dante, Milano, Mondadori, 1984

16Ce sont les années 1950-1970 qui ont permis à Contini de parvenir à deux monumenta aussi bien sur le plan théorique-méthodologique que sur le plan pratique (en tant que résultat éditorial) : je me réfère, tout d’abord, aux travaux consacrés au Saint Alexis français où Contini s’interroge sur la possibilité d’éditer un texte à partir du « bon manuscrit » ; je pense ensuite à l’édition des Poeti del Duecento (1950-1960), qui a représenté un véritable chef-d’œuvre pour ce qui est de la pratique éditoriale, de l’information historique (car il nous offre le plus ample panorama de la poésie italienne du Xiiie siècle), et de la densité du commentaire scientifique. De plus, comme l’a souligné récemment Lino Leonardi, paraphrasant les mots de Contini lui-même, cette édition magistrale a établi une norme nouvelle d’édition des textes, capable d’équilibrer « storicità e leggibilità » : je me réfère à la présentation graphique des poèmes dans l’édition continienne, qui essaye de reproduire par le biais de quelques inventions typographiques (les retraits correspondant aux divisions des poèmes ; des signes diacritiques) l’irrégularité ‘conventionnelle’ et intrinsèque à la poésie médiévale (entre autres, l’isosyllabisme irrégulier des poèmes anciens, ou le redoublement phono-syntaxique)24. On peut à la fin détecter dans le Breviario les traces du dernier défi continien, à savoir l’édition du Fiore, le long poème en langue vernaculaire toscane composé de sonnets, et du Detto d’Amore, le poème toscan en couplet d’heptasyllabes, les deux transmis en tant qu’anonymes (un exemple remarquable d’édition « monotestimoniale ») ainsi que le travail (datant de 1984) d’attribution de ces deux poèmes à Dante Alighieri25.

  • 26 Le texte du compte rendu continien a été réédité aux p. 347-362 du numéro monographique de Filologi (...)

17Le Breviario d’ecdotica représente par ailleurs un produit dont le ‘germe vital’ avait été déjà déposé à mon avis par Contini dans ses pages de compte rendu à la Storia della tradizione e critica del testo di Giorgio Pasquali datant de 1935 : Contini y avait déjà mis à l’épreuve son intérêt pour l’ecdotique (à partir de Debenedetti pour arriver à Pasquali lui-même) à travers le questionnement des positions principales et des problèmes encore irrésolus dans l’histoire éditoriale des textes latins de Lachmann (ce qui avait déjà été mis en discussion par Pasquali), tout en montrant l’influence exercée par son maître français Bédier : notamment, l’artificialité d’une reconstruction dogmatique lachmanienne du texte via le stemma codicum (et via la correction de toute faute)26. D’autre part, c’est déjà dans les pages très savantes de la Storia della tradizione de Pasquali que Contini avait pu repérer une attention toute particulière à la question de possibles variantes d’auteur. Le travail de « variantistica » – conduit par Contini sur l’Arioste, par l’intermédiaire de Debenedetti, sur Pétrarque, mais également sur Leopardi et sur Proust – a amené à la phase la plus importante du travail éditorial de Contini, celle qui date de la deuxième moitié du xxe siècle (1950-1970).

18Pour reprendre quelques-uns des résultats les plus remarquables de l’ecdotique continienne, il faudra rappeler, en ce qui concerne l’étude des traditions textuelles à plusieurs témoins, les concepts de la diffraction, tiré de l’optique, et de la lectio difficilior : il s’agit de la découverte de la présence dans tous les manuscrits d’un certain texte de variantes adiaphores qui dérivent d’une variante textuelle déjà fautive s’étant produite à la hauteur de l’archétype, à laquelle toute la tradition manuscrite a d’une certaine manière réagi. La lectio difficilior représente donc la leçon correcte de l’original qui a été corrompue dans l’archétype de la tradition : c’est une variante que le philologue doit a fortiori reconstruire, grâce à son iudicium (d’où l’élément divinatoire), mais surtout par le biais de l’étude du système linguistique du manuscrit, de l’usus scribendi du copiste, et également à travers l’analyse des éléments externes d’histoire culturelle et d’enquête des sources. C’est bien l’étude synchronique de toute variante textuelle et linguistique (notamment celles qui pourraient concerner l’attribution d’un texte anonyme) des poèmes de Siciliens recueillis dans les trois chansonniers de la poésie italienne du Duecento (le Palatino 418, le Laurenziano Redi 9, le Vaticano lat. 3793), par exemple, qui a amené Contini à formuler l’hypothèse de l’existence d’un archétype « sicilien », désormais perdu, qui était commun aux trois manuscrits : une hypothèse éditoriale et d’historiographie littéraire dont l’héritage est toujours vivant.

19En ce qui concerne par ailleurs la tradition à témoin unique – je me réfère aux travaux évoqués ci-avant sur Bonvesin et sur le Fiore –, c’est l’attention à l’aspect formel et linguistique du manuscrit, à l’usus scribendi du copiste qui est au cœur du travail éditorial ; et là encore, c’est le concept linguistique de « sistema » qui demeure central pour établir le texte à éditer, à savoir l’analyse synchronique de tous les éléments linguistiques composant le texte : la langue du manuscrit-source, la langue du copiste rédigeant le manuscrit, la langue ‘originale’ des textes recueillis dans celui-ci.

  • 27 Dante Alighieri, Le opere, vol. VII. Opere di dubbia attribuzione e altri documenti danteschi, tomo (...)

20L’édition du texte du Fiore représente aussi un véritable chef-d’œuvre éditorial, car ici Contini met à l’épreuve toutes ses compétences de romaniste : l’édition du texte, bien au-delà de la question de l’attribution à Dante, est en effet conduite à travers des confrontations systématiques avec l’ouvrage qui représente en quelque sorte son direct antécédent ancien-français, voire sa source, à savoir le Roman de la Rose (dont le Fiore réadapte les contenus en langue vernaculaire de ). Il en découle d’ailleurs, même dans le cas d’un texte transmis par un manuscrit unique, que l’on peut toujours reconstruire l’histoire diachronique du texte et détecter son ‘germe vital’ : un ‘germe vital’, dans le cas du Fiore, qui part du Roman de la Rose et qui s’est transformé en un noyau plurilinguistique en arrivant jusqu’à Dante (en passant à travers le Fiore-Roman de la Rose, jusqu’à la Comédie). Ce système, prenant en compte aussi bien le texte du Fiore que sa source directe ancien-française, représente par ailleurs le fondement méthodologique de la nouvelle édition commentée, avec révision du texte critique, dirigée par Luciano Formisano27, qui a le mérite, plus d’une vingtaine d’années après l’édition continienne, de mettre fortement en valeur cette attitude européenne et typiquement romane du texte attribuable à Dante.

  • 28 Gianfranco Contini, Carlo Emilio Gadda, Carteggio 1934-1963, a cura di Dante Isella, Gianfranco Con (...)

21Il en résulte une pratique éditoriale neolachmanienne ou translachmanienne privilégiant le texte en tant que ‘système’, à savoir un processus se déroulant sur l’axe vertical/diachronique de la tradition manuscrite et sur l’axe horizontal/synchronique des variantes textuelles, pour en arriver à un texte en mouvement permettant de comprendre le ‘germe vital’ qui est à la base de sa propre tradition éditoriale. C’est bien là la signification profonde et idéologique d’une pratique qui pourrait sembler ne relever apparemment que de la technique. La pratique philologique, comme l’a affirmé Contini à maintes reprises dans sa correspondance avec Gadda, est un dur travail de précision, « al microscopio », qui ne peut atteindre qu’assez lentement des résultats concrets28.

  • 29 L’emploi des métaphores naturelles voire médicales est tout à fait caractéristique des habitudes li (...)
  • 30 Le terme d’exécution, renvoyant au fait d’interpréter à l’aide d’une voix ou d’un ou plusieurs inst (...)

22L’intérêt de Contini philologue (et par conséquent de sa pratique éditoriale) réside dans le fait qu’il prend en considération le texte littéraire, dans n’importe quel contexte historique et culturel, à proprement parler depuis sa conception jusqu’à la naissance29, par le biais de la critique des variantes textuelles : cet aspect permet de suivre le texte « nel suo farsi » à travers notamment un questionnement et une étude en profondeur de l’ensemble des témoins de sa tradition manuscrite. En d’autres termes, il s’agit de repérer la façon à travers laquelle le texte a été transmis et a pu circuler à son époque. Il est donc question d’inclure la variance et le mouvement, au-delà d’une reconstruction lachmanienne dogmatique (effectivement rejetée). C’est pourquoi la véritable définition de l’opérateur de critique littéraire et du philologue est bien celle d’un ‘exécuteur’ du texte : il s’agit en définitive de viser (comme l’a souligné Roberto Antonelli lors du colloque napolitain « Riuscire postcrociani senza essere anticrociani » en 2002) davantage l’exécution (et l’auscultation) du texte que sa reconstruction matérielle30.

  • 31 Pietro Gibellini, « Critica genetica e variantistica continiana : esperienze di lavoro (Parini, Bel (...)
  • 32 Eugenio Montale, L’opera in versi. Edizione critica a cura di Rosanna Bettarini e Gianfranco Contin (...)

23La critique des variantes permet à son tour de visualiser les liens étroits entre l’activité de romaniste de Contini et son travail sur les auteurs de la modernité et de la contemporanéité : il s’agit d’un héritage profondément fructueux car la critique des variantes textuelles comporte une véritable « approssimazione al valore », comme l’a bien montré Pietro Gibellini dans son intervention, relisant sa propre expérience d’élève de Contini (à travers quelques-uns des auteurs les plus importants de la littérature italienne, tels Parini, Belli, Manzoni et D’Annunzio)31. Il s’agit par ailleurs d’une « approssimazione al valore » qui a amené jusqu’à l’édition des poèmes de Montale, conduite par Contini lui-même avec la collaboration de Rosanna Bettarini pendant les années 1980. L’édition de Montale, parue chez l’éditeur Mondadori dans la collection « Millenni », a représenté un travail monumental de philologie d’auteur, où la critique des variantes laisse la place à la reconstruction du texte approuvé par l’auteur, en prenant en compte toutes les erreurs s’étant produites dans la tradition autographe (également celles qui avaient été rejetées par Montale lui-même)32.

  • 33 Donatella Bisconti, « Gianfranco Contini sur le “discrimen” Dante-Pétrarque », Ermeneutica letterar (...)

24Par ailleurs, pour un critique moderne qui voudrait marcher sur les pas de Contini, la critique des variantes ne doit pas renoncer à l’aboutissement herméneutique et à la possibilité de faire de la critique littéraire, tout en proposant – comme a su le faire Contini à partir de l’analyse des scartafacci rejetés par Croce – un dispositif critique se confrontant en permanence à l’esthétique de Croce : ce qui nous a été bien montré par Donatella Bisconti dans son intervention axée sur le discrimen Dante-Pétrarque, à savoir la dialectique entre le plurilinguisme du florentin vs le monolinguisme de Pétrarque par le biais de l’enquête sur les variantes d’auteur des Rerum vulgarium fragmenta. C’est en fait sur le terrain de la dialectique Dante/Pétrarque que Contini a joué son propre certamen avec le maître Benedetto Croce33. Cette dialectique a d’ailleurs su nourrir, en d’autres termes, le « post-crocianesimo » de Contini.

  • 34 V. Gianfranco Contini, « Filologia ed esegesi dantesca », in Id., Un’idea di Dante, cit., p. 113-14 (...)

25En allant vers la conclusion de ces quelques réflexions, je voudrais vous proposer une tentative d’évaluation plus générale de certains aspects fondamentaux et toujours actuels de la pratique philologique-critique de Contini. On assiste avec lui, tout d’abord, à la fondation d’une nouvelle méthodologie de travail sur les textes littéraires qui représente d’une certaine manière un modèle universel que l’on peut à coup sûr envisager d’appliquer à tout moment de l’histoire des textes et des littératures nationales ; un modèle qui conjugue philologie matérielle et critique littéraire. C’est d’ailleurs le constat de la mort, si l’on veut, de la critique en tant que genre littéraire, à partir de la critique esthétique de Croce (« o si fruisce della poesia o la si giudica e la si connette culturalmente » et, par conséquent, « o si legge o si commenta »), qui a amené Contini à transférer la critique dans le laboratoire, selon sa propre expression34 : le résultat de ce passage fondamental réside dans la revendication d’une auscultation en profondeur du texte et, par conséquent, de l’exécution de celui-ci, en dépit d’une reconstruction/construction artificielle. Ce moment d’auscultation/exécution matérielle passe par la « critique verbale », en tant que réélaboration originale du structuralisme et de la critique stylistique et « verbale » ; un passage qui demeure possible par le biais des outils techniques tels que la philologie et la linguistique.

26Philologie et critique sont donc parfaitement complémentaires d’après Contini car l’une est accompagnée de l’autre, ou bien l’une – la critique –, par le biais des instruments techniques de l’autre – la philologie –, permet de rendre compte des différentes facettes du texte littéraire. Il ne s’agit en fait que d’opérer un véritable acte d’humilité, de s’abaisser au niveau du texte lui-même (et donc de se mettre, de la part du critique-philologue, au service du texte lui-même), tout en essayant de combiner et d’équilibrer l’intelligence avec la divination, le moment logique et technique qui est le propre de la recensio des manuscrits (la « stemmatica ») avec le moment ‘artistique’ de la divination et de l’intuition, qui est le propre de la discussion et de la sélection des variantes, avec pour but l’exécution-constitution du texte critique.

  • 35 La composante éthique et pédagogique du travail continien est d’ailleurs l’un des fils rouges du vo (...)

27Je suis ensuite fortement convaincue qu’il y a une interconnexion très étroite entre les aspects théoriques et méthodologiques de l’activité philologique continienne et la sélection qu’il opère lui-même des textes à éditer, commenter, annoter : ce qui représente d’une certaine manière une véritable pédagogie, une éthique visant la possibilité de fixer un canon littéraire à transmettre à la postérité35.

28En d’autres termes, on peut constamment repérer dans les textes dont Contini a dirigé l’édition une tension dialectique entre la volonté du philologue de rendre lisible et compréhensible n’importe quel texte et la volonté d’en tirer, de la lisibilité du texte lui-même (dont on a parlé en termes d’exécution et de constitution), une méthodologie de la pratique éditoriale (et donc de la possibilité de rendre matériellement lisible le texte lui-même) ; de plus, on peut également détecter une tension supranationale, européenne – comme c’était le cas d’après Curtius pour la littérature néolatine de l’Europe romane et chrétienne –, dans les choix de textes que Contini a opérés afin de peaufiner sa propre méthodologie éditoriale. Je me réfère tout d’abord au Saint Alexis, dont le travail d’édition a été repris bien des années après le séjour parisien, après avoir laissé sédimenter les enseignements du maître Bédier et donc avoir fouillé en profondeur tous les aspects de la délicate question des textes à traditions multiples : il réoriente ce long travail dans une perspective lachmanienne-pasqualienne, filtrée à travers Bédier. Le Saint Alexis représente en effet, au-delà de son importance spécifique dans le cadre de l’histoire littéraire de la France médiévale, un véritable texte-instrument sanctionnant le passage de la critique par le ‘microscope’ dans le laboratoire du philologue. C’est à partir de ses Scavi Alessiani (de 1968) que Contini va poser quelques-uns des jalons fondamentaux de son traité d’ecdotique, à savoir l’entrée « Filologia » reprise en ouverture du Breviario di ecdotica, en 1986 ; à partir de l’analyse des variantes textuelles de la Vie de Saint Alexis, Contini a pu mettre au point en effet les concepts de diffrazione et de lectio difficilior.

  • 36 Antonio Montefusco, « Contini e il “nodo” : l’avventura del Fiore (tra Roman de la Rose e Commedia) (...)

29L’édition du Fiore, par ailleurs, a représenté d’une certaine façon le texte cible pour aborder, à côté de la restitutio d’un texte à tradition mono-testimoniale (et donc à partir de l’attention toute particulière qu’il faut consacrer au système graphico-phonématique de la langue d’un seul manuscrit conservé jusqu’à présent), une tout autre problématique à la fois théorique et méthodologique, à savoir celle qui relève de la circulation anonyme de certains textes au Moyen Âge. Contini, dans la proposition d’attribution à Dante du Fiore – comme l’a bien montré Antonio Montefusco dans sa contribution36 –, fait entrer en jeu tous les outils de la philologie et de la critique qui étaient disponibles pour lui. Ce sont la critique « verbale » et la stylistique qui se conjuguent de façon extraordinaire avec les outils employés par la critique d’art (et notamment par Longhi) pour l’attribution des œuvres d’art : à savoir le contexte historico-culturel, les sources, etc. Tout cela vise une redéfinition complète de l’historiographie de la littérature romane, avec une attention toute particulière au rôle joué par la littérature italienne à cette époque : c’est pourquoi le travail conduit sur le texte du Fiore a représenté une remise en question et une mise à l’épreuve en continu, d’après Contini, de sa propre méthodologie de travail critique.

30En conclusion, il y a au moins deux dernières remarques à faire : l’une concernant l’héritage de cette méthodologie polyfonctionnelle, dans la tradition éditoriale des textes médiévaux jusqu’à aujourd’hui ; l’autre concernant les limites éventuelles de la leçon continienne et donc le moyen de faire fructifier à nouveau l’élan vital de la pédagogie philologico-critique de Contini.

  • 37 D’Arco Silvio Avalle (dir.), Concordanze della lingua poetica italiana delle origini (CLPIO), Milan (...)

31En ce qui concerne la pratique éditoriale des textes anciens, les Poeti del Duecento, par exemple, représentent encore un monument incontournable dans les études italiennes de critique textuelle : un monument d’autant plus indépassable que la méthode de l’édition – l’auscultation du texte par le biais d’une analyse minutieuse du système synchronique et diachronique de la tradition manuscrite – demeure encore productive. Je pense au travail d’édition également monumental des trois chansonniers déjà mentionnés de la poésie du xiiie siècle, dirigé par l’un des plus importants élèves de Contini lui-même, D’Arco Silvio Avalle (avec la collaboration de ses propres élèves) : une édition qui a abouti aux Concordanze della lingua poetica italiana delle origini (CLPIO)37, et qui représente aujourd’hui encore un point de départ pour tout travail de philologie italienne, en conjuguant la réflexion méthodologique et théorique concernant l’édition des textes anciens (notamment l’étude de la langue poétique ancienne) avec la pratique éditoriale.

  • 38 Gianfranco Contini, « Dante oggi », in Id., Un’idea di Dante, cit., p. 63.

32En ce qui concerne par ailleurs le plan de l’approche herméneutique qui doit forcément suivre le travail ‘matériel’ de mise en forme du texte critique – je reviens de nouveau sur certains aspects soulignés par Antonelli au cours du colloque « Riuscire postcrociani, senza essere anticrociani » –, Contini a en effet inauguré une saison nouvelle d’analyse et d’interprétation du texte littéraire et notamment de l’œuvre de Dante (je pense aux contributions « Un’interpretazione di Dante » et « Filologia ed esegesi dantesca », les deux datant de 1965), qui a été entièrement suggérée par Dante lui-même : c’est Dante qui a fourni aux savants, d’après Contini, des pistes tout d’abord linguistiques nécessaires pour l’interprétation de ses œuvres. Il s’agit, d’une certaine manière, d’une sorte de ‘quadrature du cercle’ se jouant sur le plan linguistique, face à la querelle de Croce concernant la poétique absolue de Dante, dont il faudrait tout d’abord lire les textes, avant de les commenter (selon Croce, « o si legge o si commenta », comme on l’a rappelé plus haut). D’autre part, comme le disait Contini dans son article programmatique « Dante oggi » (datant également de 1965), la modernité de l’engagement de Dante est avant tout de nature linguistique (et il semble aller de soi que « la Commedia sia l’unico capolavoro del medio evo europeo tuttora linguisticamente vivo38 »).

  • 39 Antonio Montefusco, « Contini e il “nodo”… », cit., p. 64.

33À cette limitation pour ainsi dire ‘linguistique’ s’oppose aujourd’hui la nécessité de savoir enrichir l’analyse du texte littéraire sur le double plan de l’idéologie et de l’histoire : ce qui représente, d’une certaine façon, comme le laisse entendre Antonio Montefusco pour le cas du Fiore39, une sorte de ‘trahison’, une forme d’infidélité face à l’idéologie de Contini qui revendiquait une valeur presque exclusivement linguistique de l’engagement politique de Dante.

  • 40 Dans cette perspective v. Emanuele Coccia, Sylvain Piron, « Poésie, sciences, politique. Une généra (...)

34Cependant, on pourrait à juste titre prôner que cette trahison, niant l’univocité de l’engagement de la poésie de Dante sur le plan linguistique et s’ouvrant à la critique des idées, à l’histoire des intellectuels, à l’histoire de la pensée, puisse représenter en effet une véritable mise à l’épreuve de la méthode de Contini, car toutes ces disciplines représentent en même temps des outils de contextualisation fondamentaux pour l’intelligence du texte littéraire40. Il faudra donc ne pas renoncer à la possibilité d’intégrer les fouilles philologiques, linguistiques, stylistiques d’un texte littéraire avec la mise en contexte de celui-ci, à savoir la mise en résonance des produits culturels avec leurs contextes spécifiques de production : il s’agit de mettre au centre de la ‘reconstruction’ d’un texte, réalisée par le biais de la philologie, l’eros pedagogicus – qui est propre à Gianfranco Contini et notamment à sa méthode de travail critique –, à savoir la volonté éthique de rendre à la postérité une œuvre qui n’est pas seulement un objet matériel du patrimoine régional, mais qui représente un capital d’idées encore susceptible d’être exploité et développé.

  • 41 Aux Rencontres internationales et à l’amitié (« la lunga fedeltà ») qui unit Contini et Montale est (...)
  • 42 Gianfranco Contini, Dove va la cultura europea ? Relazione sulle cose di Ginevra, a cura di L. Bara (...)
  • 43 Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. par J. Bréjoux, Paris, (...)

35Il s’agit en d’autres termes de ne pas s’enfermer dans la micro-spécialisation des secteurs disciplinaires, de ne pas renoncer à placer la littérature italienne et ses textes, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, dans l’espace historique, social et culturel européen néolatin qui lui est propre. La question fondamentale que Contini, en tant que critique militant, s’était posée en 1946, à la fin du moment le plus dramatique de l’histoire mondiale, dans son reportage sur les Rencontres internationales de Genève41, était bien « Dove va la cultura europea ?42 » ; deux ans après, en 1948, Ernst Robert Curtius traçait les contours historiques et culturels de l’Europe, néolatine et chrétienne, dans l’ouvrage Littérature européenne et Moyen Âge latin43. Le sentiment de crise de l’après-guerre et la Résistance sont les moteurs d’un inévitable questionnement concernant le rôle et la direction de la culture dans l’espace critique européen : la voie plurilingue et expressionniste ouverte par Contini sur le plan de la philologie et de la critique, le Moyen Âge latin conçu par Curtius comme espace socio-politique européen, sur le plan de l’histoire littéraire, représentent une réponse dotée d’une valeur fortement politique et militante, anti-normative et anti-institutionnelle ; il s’agit, pour finir, de recueillir et de relancer l’importante leçon politico-pédagogique offerte par des maîtres tels que Contini et Curtius, qui ne peut être engendrée que dans le cadre de « uno spazio ermeneutico aperto ».

Haut de page

Notes

2 Ermeneutica letteraria, X, 2014 (« Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critique »).

3 « Nessuna ricerca critica e, in genere, linguistica è didatticamente concepibile, ai suoi inizî, se non come esercizio sui contemporanei, in quanto non impongono anche la necessità di ricostruire preliminarmente una cultura dalla a alla z. » (Gianfranco Contini, Un anno di letteratura, Firenze, Le Monnier, 1942, p. 152, désormais dans Id., Esercizi di lettura, Torino, Einaudi, 1982, p. 387-388). Dans cette perspective, et autour de la valeur pédagogique du travail philologique et critique sur la poésie contemporaine, v. également Roberto Antonelli, « Contini e la poesia italiana », in Nicola Merola (dir.), Gianfranco Contini vent’anni dopo. Il romanista, il contemporaneista. Atti del Convegno internazionale di Arcavacata, Università della Calabria, 14-16 aprile 2010, Pisa, ETS, 2011, p. 85-105.

4 V. Roberto Antonelli, « Contini e la cultura europea », in Lino Leonardi (dir.), Gianfranco Contini 1912-2012. Attualità di un protagonista del Novecento, Firenze, SISMEL, 2014, p. 3-20.

5 Enza Biagini, « La “critica verbale” degli Esercizi e l’interpretazione », Ermeneutica letteraria, VI, 2010, p. 17-36 : p. 29.

6 « Contini fu un contemporaneista acquisito alla filologia romanza, oppure un filologo romanzo appassionato di contemporaneistica ? […] Come si strutturano entro il sapere di Contini la contemporaneistica e la filologia romanza ? » (Cesare Segre, « Contini uno, due, tre », in Nicola Merola [dir.], Gianfranco Contini vent’anni dopo, cit., p. 7).

7 Gianfranco Contini (éd.), Le opere volgari di Bonvesin da la Riva, vol. I, Testi, Roma, Società Filologica Romana, 1941.

8 Il s’agit d’une connaissance qui a mûri tout d’abord depuis la lecture des pages de la Storia della tradizione e critica del testo de Pasquali (datant de 1934 dont un célèbre compte rendu a été rédigé par Contini en 1935, où le critique et philologue posait déjà quelques jalons de sa pratique éditoriale à venir), mais qui a été directement consolidée pendant les années à la Scuola Normale Superiore di Pisa, où Contini occupa la chaire de philologie romane dès 1938.

9 C’est Carlo Ettore Colombo qui nous a montré les enjeux des débuts italo-provençaux de l’activité de Contini dans son intervention intitulée : « Les débuts italo-provençaux de Gianfranco Contini », Ermeneutica letteraria, cit., p. 33-39.

10 À Gianfranco Contini anthologiste et à la formation d’un canon littéraire qui en a dérivé sont consacrées les interventions de Alfredo Luzi, « Letteratura dell’Italia unita (1861-1968) : un’antologia tra canone e innovazione », ibid, p. 161-166 et de Alessandra Giappi, « Contini e la lirica del Novecento : l’antologista e il poeta », ibid., p. 167-175.

11 Beatrice Sica, « Fantastique, humor et paysage dans l’Italie magique de Gianfranco Contini », Ermeneutica letteraria, cit., p. 191-198 et Ilaria Crotti, « “Une idée à travers le chaos” : il canone del fantastico tra Francia e Italia », ibid., p. 177-189.

12 Dans cette perspective, v. Roberto Antonelli, « “Se si legga ancora la Divina Commedia”. Dante da Croce a Contini », in Angelo R. Pupino (dir.), Riuscire postcrociani senza essere anticrociani. Gianfranco Contini e gli studi letterari del secondo Novecento, Firenze, SISMEL, 2004, p. 3-14.

13 On rappelle ici que c’est justement à partir de ce commentaire scientifique, tout à fait expérimental pour l’époque (juxta le titre de la célèbre collection einaudienne « Nuova raccolta di classici italiani annotati ») qu’a commencé la collaboration fructueuse entre Gianfranco Contini et la maison d’édition fondée par Giulio Einaudi.

14 Gianfranco Contini, « Un’interpretazione di Dante », in Id., Un’idea di Dante. Saggi danteschi, Torino, Einaudi, 1976, p. 73 : « Che la vera sede della Commedia stia nella memoria e non nel libro, potrà risultare una tesi di lesa filologia. […] Se la memoria consente una ricostruzione ben tassellata del testo dantesco, in cui tutti i passi rientrano nell’ordine assegnato, ma al tempo stesso con clamante novità, essa è un oggetto necessario della filologia ». V. Giuseppe Sangirardi, « Contini e la costruzione del modello dantesco », Ermeneutica letteraria, cit., p. 41-53, notamment p. 47-48 : « La complessa nozione di memoria che si definisce nell’Interpretazione di Dante è insieme il compimento di un itinerario ermeneutico problematico che parte dalle interrogazioni implicitamente sollevate già nell’introduzione alle Rime riguardo al senso di una lettura frammentaria e alla legittimità dei riferimenti alla storia letteraria. Negli studi successivi, si delinea una sorta di compressione prospettica che prova a far quadrare l’ottica filologica con quella esistenziale del cercatore d’oro crociano ». De cette perspective herméneutique, à savoir de la « critica verbale », l’on retrouve déjà le ‘germe vital’, à mon avis, dans l’incontournable essai « Esercizio d’interpretazione sopra un sonetto di Dante », datant de 1947 (v. Gianfranco Contini, Un’idea di Dante, cit., p. 21-31).

15 Giuseppe Sangirardi, « Contini e la costruzione… », Ermeneutica letteraria, cit., p. 47.

16 V. Giorgio Brugnoli, Studi danteschi, 3 vol., Pisa, Edizioni ETS, 1998 ; Roberto Mercuri, Semantica di Gerione. Il motivo del viaggio nella Comedía di Dante, Roma, Bulzoni, 1984 ; Id., Genesi della tradizione letteraria in Dante, Petrarca e Boccaccio, in Alberto Asor Rosa (dir.), Letteratura italiana. Storia e geografia, I, L’età medievale, Torino, Einaudi, 1987, p. 229-457 ; Id., Comedìa di Dante Alighieri, in Alberto Asor Rosa (dir.), Letteratura italiana. Le Opere, I, Dalle origini al Cinquecento, Torino, Einaudi, 1992, p. 211-329. Une mise au point de la perspective intertextuelle en Italie a été très récemment fournie par Monica Cristina Storini, « La via italiana all’intertestualità : riflessioni, divagazioni, azzardi », in Antonio Montefusco, Raffaella Zanni (dir.), L’antica fiamma, Incroci di metodi e intertestualità per Roberto Mercuri, Linguistica e letteratura, XL, 2015, p. 279-307.

17 Gianfranco Contini, « Dante come personaggio-poeta della Commedia », in Id., Un’idea di Dante, cit., 1976, p. 33-62 : p. 33.

18 Ivi.

19 Ilena Antici, « Comment Montale est devenu proustien », Ermeneutica letteraria, cit., p. 14-150. Par ailleurs, le rôle des études françaises de Contini sur la littérature italienne contemporaine, notamment sur Montale, datant des années 44-46, qui ‘préfigurent’ les études continiennes sur Proust, est au centre de la contribution de Paolo Leoncini consacrée à la critique religieuse de Contini : Id., « “Critique religieuse” di Gianfranco Contini : Cecchi, Montale, Proust », ibid., p. 127-140.

20 Lucrezia Chinellato, « Réflexions sur un bilinguisme “originaire et constitutif”. Considérations de Contini pour une notion contemporaine de plurilinguisme littéraire en Italie et en France », Ermeneutica letteraria, cit., p. 199-209.

21 L’actualité de la philologie de Contini est au centre de la contribution de Lino Leonardi, « Attualità di Contini filologo », in Id. (dir.), Gianfranco Contini 1912-2012, cit., p. 65-80.

22 Cesare Segre, « Contini e la critica testuale », in Enrico Malato (dir.), Su/Per Contini, Filologia e critica, XVI, 2, 1991, p. 217-229.

23 En fait, cet ouvrage reproduit les inquiétudes de Contini face à l’esthétique de Benedetto Croce – comme le montre le choix du mot « breviario » pour le titre évoquant le Breviario di estetica. Le dialogue continien avec Croce, à la fois polémique et adhésif, n’a en réalité jamais été interrompu.

24 Lino Leonardi, « Attualità di Contini… », cit., p. 72.

25 Gianfranco Contini (éd.), Il Fiore e il Detto d’Amore attribuibili a Dante, Milano, Mondadori, 1984.

26 Le texte du compte rendu continien a été réédité aux p. 347-362 du numéro monographique de Filologia e critica, XVI, 2, 1991, déjà évoqué.

27 Dante Alighieri, Le opere, vol. VII. Opere di dubbia attribuzione e altri documenti danteschi, tomo I, Il Fiore e il Detto d’amore, a cura di Luciano Formisano, Roma, Salerno Editrice, 2012.

28 Gianfranco Contini, Carlo Emilio Gadda, Carteggio 1934-1963, a cura di Dante Isella, Gianfranco Contini, Giulio Ungarelli, Con 62 lettere inedite, Milano, Garzanti, 2009.

29 L’emploi des métaphores naturelles voire médicales est tout à fait caractéristique des habitudes linguistiques de Contini, depuis sa jeunesse, comme l’a bien montré Luca Serianni, « La lingua del giovane Contini », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia, 5, 2, 2015, p. 753-770.

30 Le terme d’exécution, renvoyant au fait d’interpréter à l’aide d’une voix ou d’un ou plusieurs instruments une partition musicale, a été emprunté par Contini au vocabulaire technique de la musique et a été employé et discuté à maintes reprises. V. Roberto Antonelli, « “Se si legga ancora la Divina Commedia”… », cit., p. 11-12.

31 Pietro Gibellini, « Critica genetica e variantistica continiana : esperienze di lavoro (Parini, Belli, Manzoni, D’Annunzio) », Ermeneutica letteraria, cit., p. 115-125.

32 Eugenio Montale, L’opera in versi. Edizione critica a cura di Rosanna Bettarini e Gianfranco Contini, Torino, Einaudi, 1980.9

33 Donatella Bisconti, « Gianfranco Contini sur le “discrimen” Dante-Pétrarque », Ermeneutica letteraria, cit., p. 67-77.

34 V. Gianfranco Contini, « Filologia ed esegesi dantesca », in Id., Un’idea di Dante, cit., p. 113-142 (les citations figurant dans le texte sont tirées des p. 113-117).

35 La composante éthique et pédagogique du travail continien est d’ailleurs l’un des fils rouges du volume X d’Ermeneutica letteraria dont il est question dans ces pages.

36 Antonio Montefusco, « Contini e il “nodo” : l’avventura del Fiore (tra Roman de la Rose e Commedia) », Ermeneutica letteraria, cit., p. 55-77.

37 D’Arco Silvio Avalle (dir.), Concordanze della lingua poetica italiana delle origini (CLPIO), Milano-Napoli, Ricciardi, 1992. Par ailleurs, au rapport entre Contini et Avalle, à l’hommage français d’Avalle à son propre maître ainsi qu’aux nouvelles perspectives ouvertes par Avalle lui-même dans le domaine de la philologie italienne est consacrée la contribution d’Elisabeth Kertesz-Vial, « L’hommage français de D’Arco Silvio Avalle à Gianfranco Contini, 1966-1973 : ouvrages et correspondance ; de la philologie à la numérisation », Ermeneutica letteraria, cit., p. 105-114.

38 Gianfranco Contini, « Dante oggi », in Id., Un’idea di Dante, cit., p. 63.

39 Antonio Montefusco, « Contini e il “nodo”… », cit., p. 64.

40 Dans cette perspective v. Emanuele Coccia, Sylvain Piron, « Poésie, sciences, politique. Une génération d’intellectuels italiens (1290-1330) », Revue de synthèse, 129, 3, 2008, https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00380558/document. Pour ce qui concerne plus spécifiquement Dante Alighieri, Antonio Montefusco et Giuliano Milani ont récemment mis en œuvre un projet de recherche s’articulant autour de trois volets visant une nouvelle analyse et une ré-étude du codex diplomatique de Dante. Il s’agit par ailleurs d’une étude capillaire des documents concernant la biographie de Dante qui pourrait également servir à l’analyse et à l’interprétation du contexte intellectuel de Dante et de son œuvre. Pour le premier volet concernant la famille et le patrimoine des Alighieri de Florence, v. Giuliano Milani, Antonio Montefusco (dir.), « Dante attraverso i documenti. I. Famiglia e patrimonio (secolo XII-1300 circa) », Reti Medievali Rivista, 15, 2, 2014, http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/4861. Ces mêmes convictions, avec une attention toute particulière au contexte socio-culturel, ont par ailleurs orienté la conception d’une nouvelle biographie scientifique de Dante Alighieri de la part de Giorgio Inglese (v. Id., Vita di Dante. Una biografia possibile, con un saggio di G. Milani, Roma, Carocci, 2015).

41 Aux Rencontres internationales et à l’amitié (« la lunga fedeltà ») qui unit Contini et Montale est consacrée la contribution de Marie-José Tramuta, « La correspondance entre Contini et Montale autour des “rencontres internationales” de Genève en 1946 », Ermeneutica letteraria, cit., p. 151-158.

42 Gianfranco Contini, Dove va la cultura europea ? Relazione sulle cose di Ginevra, a cura di L. Baranelli, con un saggio di D. Giglioli, Macerata, Quodlibet, 2012.

43 Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. par J. Bréjoux, Paris, Presses universitaires de France, 1956 (réimpr. 1986), 2 vol. Titre original : Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Bern, A. Francke Verlag, 1948.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaella Zanni, « Romanistique et praxis ecdotique continiennes : bilan et perspectives », Arzanà, 19 | -1, 83-95.

Référence électronique

Raffaella Zanni, « Romanistique et praxis ecdotique continiennes : bilan et perspectives », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1057 ; DOI : 10.4000/arzana.1057

Haut de page

Auteur

Raffaella Zanni

Université Lille SHS (CECILLE – EA 4074), raffaellazanni@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals