Navigation – Plan du site
Dossier : Scavi continiani

Gianfranco Contini et les ‘Continiens’ dans le regard franco-italien (Addendum à Ermeneutica letteraria X)

Gianfranco Contini e i “continiani“ in prospettiva franco-italiana (Addendum a Ermeneutica letteraria X)
Dominique Budor
p. 104-111

Résumés

À partir du bilan tracé par la revue Ermeneutica letteraria X, l’article retrace les fondements essentiels de la méthode initiée par Gianfranco Contini et suivie par plusieurs générations de ‘Continiens’ : depuis les changements apportés aux traditions dans lesquelles elle s’enracine (l’ecdotique, la philologie d’auteur) et l’enrichissement de l’horizon méthodologique, jusqu’à la constitution de la critique des variantes. Le rappel des contextes de naissance (corpus et conditions de recherche) et aussi de réception qui ont marqué l’élaboration de la critique des variantes en Italie et de la critique génétique en France permet de cerner de façon moins équivoque les affinités et les différences entre les deux approches, mais aussi d’envisager les possibilités du dialogue scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ermeneutica letteraria, rivista internazionale, X (2014). Dans cet article, ce numéro de la revue e (...)
  • 2 Le texte (genèse, variantes, édition), Dominique Budor et Claude Perrus (éds), Arzanà, 5 (2000).
  • 3 Gianfranco Contini, « Dante et la mémoire poétique », Poétique, 27 (1976).
  • 4 Claude Perrus, « Gianfranco Contini et l’approche de l’œuvre ‘in fieri’ », in Le texte (genèse, var (...)

1Il est vrai que nous avons, depuis Montaigne, admis avec la modestie nécessaire que « nous ne faisons que nous entregloser ». Toutefois, l’empilement des strates textuelles qui, inévitablement, sous-tend mon propos ici – à savoir les écrits de Gianfranco Contini, puis les contributions critiques sur son œuvre et, en particulier, les articles contenus dans le numéro X d’Ermeneutica letteraria1 (soit les actes du colloque « Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critique » organisé à Clermont-Ferrand en 2013), et enfin les communications prononcées à Paris le 5 décembre 2014 lors de la présentation de ce même numéro –, risque de faire apparaître l’exercice de méta-critique auquel j’ai été conviée trop éloigné des textes qui le fondent. Le simple projet d’introduction à un regard franco-italien sur Contini, que j’avais exposé oralement lors de cette rencontre autour d’Ermeneutica letteraria X, doit désormais être inscrit dans un panorama plus vaste pour susciter le débat que le lectorat d’Arzanà est, par sa compétence particulière au sein de l’italianisme français, apte à engager. Destiner cet aggiornamento du regard français sur Contini à la revue Arzanà constitue en outre un rappel de ce bilan-questionnement sur la collaboration nécessaire entre plusieurs sciences du texte (histoire de l’écrit, ecdotique, philologie, critique des variantes, critique génétique, édition de textes…) qui avait été collectivement effectué lors d’une Journée d’études, sur la base d’une sollicitation conjointe de médiévistes et de contemporanéistes, puis publié dans cette revue2. À cette occasion, Claude Perrus avait remarqué qu’alors, c’est-à-dire en 2000, un seul article de la vaste production continienne avait été traduit en français3, au risque d’ailleurs, parce qu’il portait sur Dante, d’inciter les lecteurs francophones à penser que la ‘critique des variantes’ n’était applicable qu’aux textes de poésie, alors même que ceux-ci n’avaient été que les premiers corpus étudiés et le lieu initial d’élaboration des principes de l’analyse : aussi Claude Perrus avait-elle choisi d’illustrer le discours théorique de Contini par les pages que le critique a consacrées à Proust afin, loin de tout arrêt interprétatif dans l’œuvre faite, de montrer la fécondité de la méthode pour l’approche de toute œuvre en devenir, indépendamment de toute distinction entre textes anciens et textes modernes et de toute inscription dans tel ou tel genre littéraire4.

2Sans doute convient-il donc à présent, en un point de vue rétrospectif et actualisé, de situer plus précisément les parcours entre philologie et critique de Gianfranco Contini et de ses disciples italiens dans la perspective romaniste qui a été la leur : c’est seulement sur ces bases que, par voie de conséquence et dans le contexte français de relative inattention dont pâtit encore l’œuvre de Contini, pourra être mieux compris le rapport complexe qui se dessine entre la variantistica continienne et cette démarche qui, en France et aujourd’hui, semble se situer sur un terrain contigu, à savoir la ‘critique génétique’.

3L’éditorial rédigé par Paolo Leoncini pour EL X, qui évoque les enjeux et les débats suscités par les différents articles parus dans la revue, marque bien les étapes et les acquis de la réflexion italienne sur Contini. Plus globalement – et surtout si l’on prête attention à ce qui rassemble les différents contributeurs dans leurs articles pour cette revue depuis son premier numéro ainsi que, du moins pour le lecteur qui accepte de mobiliser sa mémoire spécialisée, dans l’ensemble de leur production – s’y trouve tracée une histoire de l’herméneutique littéraire en Italie, notamment dans les vingt ou dix dernières années. Or cette histoire illustre non seulement le rayonnement de la pensée de Contini mais aussi son rôle central de catalyseur dans la critique italienne, non pas quant à l’établissement de quelque rigide ‘école’ mais plutôt dans la progressive constitution d’un réseau critique fondé sur une conception partagée de l’interprétation, de la tension de l’auteur vers le lecteur et du rapport à l’Histoire : c’est sur ces perspectives que je souhaite d’abord focaliser l’attention et, par la médiation d’Ermeneutica letteraria, faire retour à Contini puis à la compréhension de son œuvre en France.

4Le numéro X de la revue comporte un paratexte qui définit, pour le lecteur averti, dans quel champ interprétatif il faut situer la réception actuelle du discours sur Contini et plus largement le projet critique, post-continien, de la revue. Il y a une triple dédicace : à Adelia Noferi, Ezio Raimondi, Cesare Segre. D’emblée, l’évocation de ces trois dédicataires et la réunion de leurs noms suffisent, au-delà des différences que manifestent leurs travaux, à établir le lien entre recherche, philologie et interprétation dans la ligne initiée par Contini et suivie, dans le respect de leur propre personnalité, par ces figures marquantes de l’université italienne. C’est là, de fait, le socle de ce que l’on pourrait appeler, aux côtés de ceux qui furent les nombreux élèves directs de Contini (Dante Isella à Fribourg, d’Arco Silvio Avalle, Cesare Segre lui-même…), une ‘génération continienne’. Le paratexte de la revue devient ainsi une sorte de mode d’emploi qui aide à tracer les grandes lignes des apports de Contini à la critique moderne, sous forme de stimulations actives plus que d’héritage fixé d’ailleurs ; il installe aussi le cadre de la réception synthétique de l’œuvre de Contini au sein duquel doivent être lues les contributions des différents chercheurs ayant participé à EL X.

  • 5 Et ce dès les premières recensions critiques : v. Gianfranco Contini, « Introduzione agli ‘Ossi di (...)
  • 6 Qu’il suffise de citer : Ezio Raimondi, I sentieri del lettore, Bologna, Il Mulino (Coll. di Testi (...)
  • 7 Voir dans EL X la contribution dans laquelle Alfredo Luzi examinant, à propos de La letteratura del (...)
  • 8 On citera : Adelia Noferi, L’esperienza poetica del Petrarca, Firenze, Le Monnier, 1962 ; Id., Fram (...)
  • 9 V. Francesco Petrarca, Il codice degli abbozzi. Edizione e storia del manoscritto Vaticano latino 3 (...)
  • 10 Gianfranco Contini, Saggio d’un commento alle correzioni del Petrarca volgare, Firenze, G. C. Sanso (...)

5De prime abord apparaît manifeste, chez ces/les ‘Continiens’, la fidélité à une interprétation de la poésie qui soit en même temps une adhésion personnelle du critique au texte dont il est le lecteur, sur le modèle du lien qui a uni Contini-« Trabucco » à Montale-« Eusebio », Contini à Gadda ou, certes plus tardivement, à Pizzuto5 : si la critique est un détour réflexif par lequel, dans l’analyse du style – que Contini définit comme la manière qu’un auteur a de connaître les choses et d’exprimer sa perception du monde –, le lecteur décrypte la pensée d’un autre, c’est aussi un retour du sujet-lecteur sur lui-même et donc un facteur de compréhension de soi. La dédicace d’Ermeneutica letteraria X à Ezio Raimondi – dont les travaux sur la lecture et le lecteur sont fondamentaux6 – sert ainsi à marquer le niveau d’inclusion, dans la perception critique, de ce qui, lors de la lecture d’un texte, porte immanquablement la marque du présent du récepteur. On ne saurait donc s’étonner que les ‘Continiens’ aient des corpus et des auteurs de prédilection7 qui ne correspondent pas seulement à l’existence, très ancienne en Italie et notamment au regard des corpus disponibles en France, de ce qui peut être qualifié de ‘manuscrit d’auteur’, c’est-à-dire attestant du travail d’élaboration de l’écriture, à la différence des manuscrits calligraphiés par des copistes qui relèvent de la recherche, par ‘la philologie de la copie’ et à partir des textes examinés, du texte original disparu sous l’effet des modifications de transcription. En ce sens, la dédicace à Adelia Noferi, parce que l’auteur qui ouvre et achève en quelque sorte la pensée de ce critique demeure Pétrarque8, est un significatif rappel de l’origine : on sait que c’est à partir du brouillon du Canzoniere, désigné sous le nom de ‘codice degli abbozzi’ et conservé à la Bibliothèque du Vatican9, que Contini a élaboré et mis à l’épreuve la critique des variantes10. Or, si la mention d’Adelia Noferi (formée à l’école de Giuseppe De Robertis mais influencée aussi par les poètes liés à celui-ci, Ungaretti notamment) soulève les problèmes critiques particuliers que pose le texte de Pétrarque, elle étend en même temps l’analyse à l’héritage pétrarquiste, de Leopardi à Zanzotto : de sorte que sont mises au jour les questions générales de la parole comme ‘corps’ de la poésie et que le langage verbal est perçu comme la mise en forme de la pensée en acte. Pétrarque devient alors l’emblème d’une approche critique qui, cessant de limiter la philologie romane institutionnelle (liée à une discipline et au titulaire d’une chaire) à l’étude du Moyen Âge, peut s’appliquer aussi bien aux corpus modernes qu’aux corpus anciens, et aussi bien à l’analyse des poèmes qu’à celle de la prose, puisqu’il s’agit de chercher les ‘raisons’ référentielles et auctoriales d’une écriture et non de mettre au jour et de répertorier des thèmes inscrits dans des formes. L’on retrouve ainsi combien le titre donné par Contini à l’ouvrage publié en 1939, dès la période d’enseignement à Fribourg, Esercizî di lettura sopra autori contemporanei con un’appendice su testi non contemporanei, avait une valeur programmatique pour lui-même et ses disciples. L’on comprend aussi pourquoi les concepts forgés par Contini à partir de corpus particuliers (le « monolinguisme » de Pétrarque et Leopardi, le « plurilinguisme » de Dante et Gadda, l’« expressivité » de Gadda, Fenoglio et Testori…) peuvent servir, avec des modulations, à identifier des tendances de fond dans la tension entre perpétuation de la tradition et apparition de l’innovation ou encore à qualifier dans la culture italienne ce que Contini appelle une « fonction ».

6Il faut aussi rappeler ici – car cela éclaire le futur débat avec les ‘généticiens’ – que l’élaboration de la variantistica s’est faite progressivement : par glissements de corpus en corpus (ancien ou contemporain), par ruptures (le refus, anti-crocien, du jugement de valeur sur l’œuvre définitive, l’affirmation d’une dynamique de construction du texte régissant les variantes). Mais également dans une forme de continuité, à partir de la revisitation de la tradition italienne de ‘la philologie d’auteur’ dont l’édition, par Francesco Moroncini, des Canti de Leopardi en 1927 avait posé les bases : le report et la « représentation en colonne » des variantes autographes portées par les manuscrits marquaient en effet la significative prise en compte de la diachronie. Un tel positionnement de l’activité critique a entraîné une situation particulière de Contini dans le débat philologique et linguistique et explique sa géographie personnelle dans la romanistique. L’ecdotique de Lachmann a offert des procédures de classement des manuscrits, de choix des leçons et une démarche conjecturale. De Santorre Debenedetti, qui fut son professeur, Contini a retenu le caractère expérimental de la stylistique et, donc, la nécessité de toujours vérifier ce qui est senti comme écart par rapport à la norme ; tandis que la pensée historique de Giacomo Devoto l’a porté à inscrire le rapport à la norme dans une compréhension plus globale de ce jeu entre tradition et innovation qui demeure, dans la critique italienne, un axe de lecture presque obligé. L’appui théorique, pour éviter toute focalisation exclusive sur la description de la langue, a été recherché auprès de linguistes réceptifs à la valeur « sentie » de la langue et à la force créative du langage (Bally évoquant la valeur des faits d’expression du langage en rapport avec leur contenu affectif). Cela entraîne une conception de l’interprétation comme tension qui s’exerce, « au présent », entre l’auteur, le texte et le lecteur. Certes, ultérieurement et quelque peu différemment, Giacomo Debenedetti pratiquera ce que Montale a défini comme une sorte de socio-psychologie mais il s’agira toujours de ce va-et-vient, posé par Contini comme fondateur dans l’espace herméneutique, entre la perception du monde et l’interprétation du texte. La critique se voit ainsi « justifiée » par cet ancrage dans le temps intérieur de l’interprétant. Les risques de l’arbitraire critique se déplacent : des facteurs externes (les conditions de production et de diffusion du texte que déterminent les données économiques, sociales et idéologiques) vers une dimension affective de l’intellect, qui pourrait ressembler à ce que Roland Barthes a défini comme « pathétique », mais que la subjectivité relationnelle de l’interprétant garantit contre tout solipsisme.

  • 11 Pier Vincenzo Mengaldo, « La critica militante di Gianfranco Contini », Strumenti critici, 2 (2002) (...)
  • 12 Gianfranco Contini, « Risposta a un’inchiesta sull’università » (15 mai 1941), à présent in Id., Es (...)
  • 13 Cesare Segre, Per curiosità (Una specie di autobiografia), Torino, Einaudi, 1999.

7L’importance de l’histoire en philologie (utilement rappelée par Giorgio Pasquali sur la base des remarques de Joseph Bédier dont Contini avait été l’élève à Paris pendant deux ans) n’a pas cessé d’être admise, mais Contini a eu un rapport à l’Histoire plus exigeant et surtout non passéiste puisque, lisant l’Histoire dans le temps éthique de la littérature, il en a déduit la nécessité d’une critique moralement et pédagogiquement présente au monde. C’est cette conception d’une « critique militante11 » (développée par les disciples à des niveaux divers et selon leur propre tempérament) qui exige que la philologie soit fondée sur un sens des « valeurs » et pratiquée comme une éthique, pour saisir, dans une solidarité de sens, le passé littéraire national et le présent interculturel qui permet de comprendre ce passé : la philologie et la linguistique sont ainsi ouverture au monde contemporain (les poètes italiens du xxe siècle ou encore Proust et Mallarmé). Comme le rappelle implicitement la dédicace d’EL X à Cesare Segre, qui fut en 1966 co-fondateur de la revue Strumenti critici, dont l’importance pour redessiner le paysage critique en Italie de façon moderne par le dialogue entre les approches voire entre les disciplines est incontestable, l’activité critique peut – ou doit – devenir, dans le lien à l’enseignement, l’un des piliers d’une vie culturelle démocratique où l’intellectuel et/ou l’universitaire travaillent aux côtés de tous les autres citoyens, dans une constante solidarité entre pratique du monde et expérience de l’art : l’enseignement universitaire ne saurait alors arrêter la quête de savoir par la transmission de quelque dogme ou vérité mais inciter, fraternellement, à l’incertitude de la recherche personnelle (« Ogni problema pedagogico è d’amore, da Platone in giù », a affirmé Contini12). Et la leçon de Contini se retrouve encore si l’on pense à cette « espèce d’autobiographie » de vie et de pensée critique qu’est Per curiosità13 de Segre, où se raconte le lien entre activité spéculative et existence dans la réalité du monde. Cette inscription dans le politique, ou parfois la politique, s’opère certes de façon différente selon les urgences de l’Histoire. Il serait assurément vain de mettre sur le même plan la présidence de l’‘Associazione di Politica e Cultura’ de la maison d’édition ‘il Mulino’ qu’exerça Ezio Raimondi à Bologne et le rôle de Contini au sein du Partito d’Azione et au CLN, mais il convient de souligner que la passion politique fut un élément de l’exemple du maître qui fut recueilli par certains disciples.

  • 14 Gianfranco Contini, « Come lavorava l’Ariosto », Meridiano di Roma (18 juillet 1937) ; puis in Eser (...)

8En même temps, l’attention méthodologique est conçue, au-delà même de la précision philologique et de la rigueur documentaire, comme authentique recherche à partir des apports des plus grands théoriciens du xxe siècle. Rappelons que Contini s’est longuement confronté, et avec force, à la philosophie et à l’esthétique de Benedetto Croce, « cet immense athlète de la culture » comme il l’a défini un an avant que celui-ci ne meure, pour fonder une critique post-crocienne arrachant la philologie et la stylistique à toute condition de subordination théorique et ouvrant à d’autres arts que la littérature. L’élaboration se fait, aussi et surtout, selon un développement interprétatif résolument nouveau : c’est en intégrant à l’étude des variantes les notions de « structure » dotée d’une cohérence interne et de « système » doué d’une fonction sociale (mises en place par Ferdinand de Saussure dans l’étude de la langue) et en recueillant auprès des poètes ou écrivains contemporains analysés la notion d’inachèvement structurel que Contini forge cette approche qui aboutit, dix ans plus tard, à ‘la critique des variantes’ dont l’essai intitulé Come lavorava l’Ariosto14 représente le premier exemple constitué.

9Cet héritage continien intéresse surtout l’Italie. Mais il m’est apparu important de le rappeler, au risque du schématisme et de la répétition (du moins auprès de certains italianistes), car son ampleur permet d’appréhender le caractère réducteur de la réception en France de l’œuvre de Contini dès lors que, dans un contexte intellectuel résolument autre, l’attention s’est portée bien moins sur la pensée et l’éthique critiques que sur la seule méthode de description et d’interprétation des variantes. Les premières contributions connues l’ont été dans le cadre de la romanistique et de la philologie d’édition des textes médiévaux (les travaux de Contini sur le troubadour Bertrand Carbonel de Marseille, publiés dès 1937 dans les Annales du Midi) : soit un intérêt privilégié porté à l’auteur de ces articles qui seront ensuite réunis dans le Breviario di ecdotica (1986), et l’ouverture d’un débat sur les notions de « leçon », de « témoin », de « diffraction »… Ce n’est qu’ultérieurement, dans le cadre du renouveau critique des années soixante-dix, que la critique continienne a été perçue comme un point fort et net de la nécessaire rupture avec toutes les approches reposant sur une conception de l’écriture comme tension vers un résultat optimal et achevé. La variantistica est ainsi apparue en harmonie avec, d’une part, la ‘poïétique’ de dérivation valéryenne qui, au-delà du produit fini (le texte imprimé sur le livre), a interrogé le processus de création et ‘le faire’ du poète (selon l’étymologie grecque du poïein) et, d’autre part, en résonance avec les théories de la lecture qui, définissant le lecteur comme co-auteur, ont voué le texte à l’infinie variation et au structurel inachèvement.

  • 15 Voir notamment Almuth Grésillon, « Ouverture », in La mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, (...)
  • 16 On rappellera, à seules fins de micro-histoire littéraire ou universitaire, avec quelles réticences (...)
  • 17 Maria Teresa Giaveri, « La critique génétique en Italie : Contini, Croce et “l’étude des paperasses (...)
  • 18 Cesare Segre, « Critique des variantes et critique génétique », in Genesis 7 (1995), p. 29-45.

10C’est alors, dans une telle perspective, que le dialogue avec ‘la critique génétique’ s’est noué. Ce n’est pas ici le lieu de parcourir amplement ce chapitre de l’histoire des relations littéraires et scientifiques entre la France et l’Italie. Peut-être convient-il toutefois de rappeler que la critique des variantes en Italie et la critique génétique en France ont engagé le débat à partir de contextes scientifiques et culturels de naissance et de développement résolument différents. La critique des variantes a pu, compte tenu de la disponibilité d’un corpus patrimonial prestigieux de documents autographes et de l’existence d’une tradition philologique vivace, déjà solidement implantée et brillamment illustrée, inscrire dans la filiation méthodologique une visée différente et adapter certains instruments dans un champ constitué et académiquement reconnu. Par contre, la critique génétique, conçue en France d’abord au sein d’une équipe créée en 1968 et consacrée à l’étude des manuscrits d’Heinrich Heine avant d’être appliquée aux riches ensembles de manuscrits français déposés à la Bibliothèque nationale (Flaubert, Zola, Proust…), a risqué d’apparaître, dans l’euphorie marxiste ou psychocritique ou structuraliste des années soixante-dix et à l’époque de la contestation de la notion d’« auteur », comme un retour scientiste au descriptivisme de l’ancienne philologie néopositiviste. Par ailleurs, elle a pu être perçue comme une ‘école’ critique utilisant la plasticité de la notion de genèse au service d’une vocation trop extensive et non limitée au domaine littéraire : certaines définitions théoriques, d’évidence très liées au corpus étudié mais dotées d’une intentionnalité généralisante, ont suscité quelques blocages avant que soit opportunément rappelée la nécessité d’accepter l’interprétation génétique parmi et aux côtés d’autres courants critiques15. Des données, que l’on qualifiera pudiquement d’‘institutionnelles’ (les relations CNRS/Université et les rigidités disciplinaires) ont pu provoquer un même sens de crispation16. Occupée ainsi à trouver sa place dans le champ intellectuel français tout en diffusant, y compris à l’international, les lignes de force de l’approche et de la méthode (grâce, notamment, à la création en 1992 de la revue Genesis), la critique génétique a reconnu en l’œuvre de Contini un apport fécond et stimulant à la réflexion sur les variations combinatoires dans une stratégie globale d’écriture en acte et devenir. Méritent, à ce titre, d’être rappelés les articles de Maria Teresa Giaveri et de Cesare Segre dans les numéros 317 et 718 de Genesis.

  • 19 On note, à cet égard, l’importance de la publication du volume I Sentieri della creazione, tracce, (...)
  • 20 On signalera, par exemple, le séminaire ‘Critique génétique et philologie d’auteur. Rencontre(s) mé (...)
  • 21 Soit : Jean Bellemin-Noël, Le texte et l’avant-texte, Paris, Larousse (coll. L), 1972. Et Id., « Re (...)
  • 22 Gianfranco Contini, « Come lavorava l’Ariosto », cit., p. 233.

11Dans la situation pacifiée qui prévaut aujourd’hui19 mais qui, malgré quelques salutaires confrontations20, demeure trop souvent, du moins en termes nationaux, une situation de relative et réciproque ignorance, certains points théoriques nécessiteraient encore d’être sereinement débattus pour clarifier les visées des deux approches, sans volonté de faire prévaloir l’une ou l’autre mais simplement pour établir les points de contact, les ressemblances, les différences, voire les incompatibilités. Je me bornerai à indiquer quelques pistes qui me semblent parmi les plus intéressantes. Il conviendrait d’abord de définir ce qui, par Contini, est qualifié de « portée religieuse » de la critique, c’est-à-dire la recherche du rapport qu’entretient la naissance de la poésie en l’auteur avec la vie qui la produit et de noter que la critique génétique, elle, se situe en aval de cette genèse idéale (le germe vital ou « cosa mentale », selon l’expression de Léonard de Vinci) qu’elle sait inaccessible pour, donc, ne prendre en compte que les traces formalisées lors de l’acte d’écriture ; et, à partir de cette délimitation différenciée du champ critique, il conviendrait de poser les exigences spécifiques de la recherche, en termes documentaires et interprétatifs. Il faudrait encore rappeler que le mouvement de l’écriture est reconstitué par la philologie d’auteur et interprété par la variantistica en fonction d’un texte de référence tandis que la critique génétique, elle, a fait le constat que cette gestation s’exerce parfois indépendamment de toute orientation vers un « texte ». On se souviendra que la notion d’« avant-texte », telle que définie d’abord par Jean-Bellemin Noël, a été ensuite soumise à révision pour être reconnue comme un concept opératoire du discours critique et non comme un existant doté en soi de quelque qualité testimoniale21 : et ce, alors même que l’étude des manuscrits montre que des écritures dites « à processus » se bloquent, que des écritures dites « à programme » avortent et que des éléments de natures très diverses constituant un « dossier génétique » apparaissent provisoirement mais en pure perte. Il serait aussi opportun de clarifier la question de la « valeur » chez Contini et de ses liens avec le système esthétique propre à chaque auteur, en rappelant que, pour lui, l’œuvre poétique n’est pas « une “valeur” en soi » (à apprécier comme un résultat statique), mais une opération dynamique qui est « comme une éternelle approximation de la “valeur” »22. L’examen de ce mouvement, que Gibellini décrit comme une tension vers la profondeur, que Perrus définit comme la réalisation de l’objet textuel visé par le travail d’écriture, demeure fondateur dans la critique des variantes. C’est néanmoins dans l’attention portée à l’établissement et à la compréhension de la stratigraphie et de la chronologie des variantes au cours de la genèse énonciative que la variantistica et la critique génétique divergent le plus : ce qui d’ailleurs se traduit visuellement par une mise en perspective différente dans l’appareil descriptif. La séquentialité qu’adopte la variantistica en considérant, à l’instar de Contini, qu’un « équilibre dynamique » en remplace un autre et en plaçant les variantes dans un apparat critique séparé de l’écriture in fieri, fait le départ entre des mouvements d’écriture fixés et devenus obsolètes et d’autres encore actifs ; tandis que la transcription diplomatique que réalisent certains généticiens vise à présenter simultanément, sans aucune hiérarchisation quant à leur importance, toutes les traces graphiques d’une écriture tout en identifiant les phases différentes de son effectuation en acte (les « campagnes » d’écriture) et en permettant de voir les noyaux essentiels de son évolution.

12Dans la reconstitution de la genèse, c’est certes le rapport au temps et à l’espace de la création qui constitue le nœud problématique de l’analyse. Or, sur ce point, tant les ‘Continiens’ que les généticiens pourront sans doute imaginer des synergies nouvelles entre les différentes approches, à l’heure où les procédures d’édition numérique et les nouvelles technologies scientifiques de déchiffrement des strates autographes offrent l’espoir de lire les manuscrits, et de les éditer, dans toute la profondeur de leurs couches spatiales et temporelles. Toutefois, en ultime analyse, les visées différentes se révèleront dans les modulations méthodologiques : dans l’articulation des éléments mobilisés au cours de l’opération d’écriture ; et dans l’interprétation – par appel à d’autres méthodes ou courants de la critique et selon la personnalité critique de tel ou tel interprétant – de tous les processus mentaux invisibles qui se manifestent dans les traces graphiques. Alors apparaîtra, au regard de toute autre approche critique, la singularité de l’engagement continien : lorsque, dans l’opération critique, sont à l’œuvre la quête personnelle d’une sorte de perfection (dût-elle évidemment être partielle), la mise en jeu de soi par la ‘sympathie’ envers l’auteur étudié, et enfin la tension ‘politique’ qui lie la vie en pensée et la vie en action.

Haut de page

Notes

1 Ermeneutica letteraria, rivista internazionale, X (2014). Dans cet article, ce numéro de la revue est dorénavant désigné par le signe EL X.

2 Le texte (genèse, variantes, édition), Dominique Budor et Claude Perrus (éds), Arzanà, 5 (2000).

3 Gianfranco Contini, « Dante et la mémoire poétique », Poétique, 27 (1976).

4 Claude Perrus, « Gianfranco Contini et l’approche de l’œuvre ‘in fieri’ », in Le texte (genèse, variantes, édition), cit., p. 13-27.

5 Et ce dès les premières recensions critiques : v. Gianfranco Contini, « Introduzione agli ‘Ossi di seppia’ », Rivista Rosminiana, XXVII, 1 (1933), p. 55-59 ; et le compte rendu du Castello di Udine, Solaria, IX, 1 (1934), p. 88-93. La correspondance de Contini est, en outre, un important témoignage du dialogue critique avec les poètes ou écrivains les plus proches de son « goût » : voir Gianfranco Contini, C.E. Gadda, Carteggio 1934-1963, Milano, Garzanti, 2009. En ce qui concerne Pizzuto, voir l’entrée « Espressionismo », in Enciclopedia del Novecento. II, Roma, 1977, p. 780-801. (Je tiens à signaler que la plupart des précisions bibliographiques relatives aux toutes premières publications de Contini et citées ici sont empruntées à Paola Italia, entrée « CONTINI Gianfranco », in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma, Treccani, 2013).

6 Qu’il suffise de citer : Ezio Raimondi, I sentieri del lettore, Bologna, Il Mulino (Coll. di Testi e Studi), 1994 : I. Da Dante a Tasso, II. Dal Seicento all’Ottocento, III. Il Novecento : storia e teoria della letteratura. Ou encore : Id., Un’etica del lettore, Bologna, il Mulino (Coll. Voci), 2007 et Le voci dei libri, Bologna, il Mulino (Coll. Intersezioni, n° 384), 2012.

7 Voir dans EL X la contribution dans laquelle Alfredo Luzi examinant, à propos de La letteratura dell’Italia unita, comment Contini revisite De Sanctis définit en même temps le « goût » du critique.

8 On citera : Adelia Noferi, L’esperienza poetica del Petrarca, Firenze, Le Monnier, 1962 ; Id., Frammenti per i “Fragmenta” di Petrarca, avec une note de Luigi Tassoni, Roma, Bulzoni, 2001.

9 V. Francesco Petrarca, Il codice degli abbozzi. Edizione e storia del manoscritto Vaticano latino 3196, Laura Paolino (éd.), Milano, Ricciardi, 2000.

10 Gianfranco Contini, Saggio d’un commento alle correzioni del Petrarca volgare, Firenze, G. C. Sansoni, 1943.

11 Pier Vincenzo Mengaldo, « La critica militante di Gianfranco Contini », Strumenti critici, 2 (2002), p. 191-206.

12 Gianfranco Contini, « Risposta a un’inchiesta sull’università » (15 mai 1941), à présent in Id., Esercizî di lettura sopra autori contemporanei con un’appendice su testi non contemporanei, nouvelle éd. augmentée de Un anno di letteratura, Torino, Einaudi, 1974, p. 389.

13 Cesare Segre, Per curiosità (Una specie di autobiografia), Torino, Einaudi, 1999.

14 Gianfranco Contini, « Come lavorava l’Ariosto », Meridiano di Roma (18 juillet 1937) ; puis in Esercizi di lettura sopra autori contemporanei con un’appendice su testi non contemporanei, 1939. À présent, in Esercizi di lettura sopra autori contemporanei con un’appendice su testi non contemporanei, Torino, Einaudi, 1974, p. 232-241.

15 Voir notamment Almuth Grésillon, « Ouverture », in La mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 5-15.

16 On rappellera, à seules fins de micro-histoire littéraire ou universitaire, avec quelles réticences disciplinaires a été considérée, lors de son inscription en 1997, la première thèse de Doctorat Nouveau Régime authentiquement située en critique génétique dans le domaine des Études italiennes : La poétique du fragment chez les moralistes de la “La Voce”, thèse préparée par Laura Gatti sous la direction de Dominique Budor (Université Paris 3) et Jean-Louis Lebrave (ITEM-CNRS), et soutenue en 2002.

17 Maria Teresa Giaveri, « La critique génétique en Italie : Contini, Croce et “l’étude des paperasses” », in Genesis, 3 (1993), p. 9-29. Ce titre fait évidemment écho à l’article de Gianfranco Contini, « La critica degli scartafacci » [1948], reproduit in La critica degli scartafacci e altre pagine sparse, avec un souvenir d’A. Roncaglia, Pisa, Scuola Normale Superiore, 1992 ; mais il évoque aussi l’article consacré par Contini à Proust en 1947, « Introduzione alle “paperoles” », à présent in Varianti e altra linguistica. Una raccolta di saggi (1938-1968), Torino, Einaudi, 1970, p. 69-110.

18 Cesare Segre, « Critique des variantes et critique génétique », in Genesis 7 (1995), p. 29-45.

19 On note, à cet égard, l’importance de la publication du volume I Sentieri della creazione, tracce, traiettorie, modelli. Les Sentiers de la création, traces, trajectoires, modèles (Actes du colloque de Gargnano, septembre 1990), Maria Teresa Giaveri et Almuth Grésillon (éds), Reggio Emilia, Edizioni Diabasis, 1994.

20 On signalera, par exemple, le séminaire ‘Critique génétique et philologie d’auteur. Rencontre(s) méthodologique(s) / 2015 – 2016’ proposé à l’Université Paris 3 par le groupe ‘Manuscrits italiens du Settecento’ (au sein des travaux de l’équipe ‘Manuscrits du XVIIIe’ de l’ITEM-CNRS).

21 Soit : Jean Bellemin-Noël, Le texte et l’avant-texte, Paris, Larousse (coll. L), 1972. Et Id., « Reproduire le manuscrit, présenter les brouillons, établir un avant-texte », Littérature 28 (1977), p. 3-18.

22 Gianfranco Contini, « Come lavorava l’Ariosto », cit., p. 233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Budor, « Gianfranco Contini et les ‘Continiens’ dans le regard franco-italien (Addendum à Ermeneutica letteraria X) », Arzanà, 19 | -1, 104-111.

Référence électronique

Dominique Budor, « Gianfranco Contini et les ‘Continiens’ dans le regard franco-italien (Addendum à Ermeneutica letteraria X) », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1080 ; DOI : 10.4000/arzana.1080

Haut de page

Auteur

Dominique Budor

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, dominique.budor@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals