Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elisa Brilli, Firenze e il profeta. Dante fra teologia e politica, Roma, Carocci, 2012, 384 p.

Isabelle Battesti
p. 124-126

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Elisa Brilli propose une entrée de lecture innovante sur la question de la fonction prophétique dans la Comédie : elle fait l’hypothèse que l’élaboration par Dante de sa posture prophétique se construit en lien étroit avec la représentation de Florence comme civitas diaboli.

2La méthode adoptée, qui croise les outils de l’enquête historique, ceux de l’anthropologie et de l’analyse littéraire, est définie dans l’introduction, et problématisée. Qu’est-ce que la compréhension historique d’un texte littéraire ? Comment s’exprime et se décline un paradigme culturel (celui de la civitas diaboli) dans un projet artistique singulier comme celui de la Comédie ? Telles sont les questions préalables, qui donnent lieu à un véritable discours de la méthode.

3E. Brilli entreprend tout d’abord un catalogue raisonné de la matière florentine du poème, entre deux jalons chronologiques qui sont l’assassinat de Buondelmonte le jour de Pâques 1216, et la victoire d’Uguccione della Faggiola à Montecatini en 1315. Sur ces bases, il s’agit de retracer un parcours, celui de la révision critique du récit municipal florentin dans le cadre d’un « projet » Comédie évolutif, qu’il convient donc d’historiciser et non pas d’essentialiser.

4Dans cette perspective, E. Brilli analyse le dialogue de Dante avec sa propre mémoire municipale, s’interrogeant sur la périodisation et les critères de sélection du corpus florentin de la Comédie, confrontant les silences de la mémoire dantesque avec ceux de l’historiographie. Elle montre que dans le poème la typologie des personnages est une typologie mémorielle – en d’autres termes que leur exemplarité est indexée sur la strate mémorielle à laquelle ils appartiennent. Les personnages antérieurs aux années 1280 font l’objet d’un traitement littéraire qualifiant, alors que les figures contemporaines demeurent le plus souvent anecdotiques. Quant aux événements futurs (par rapport à la date fictive de l’écriture), ils sont élaborés à travers l’artifice énonciatif de la prophétie post eventum. E. Brilli décrit ainsi brillamment les rouages d’une extraordinaire « machine mémorielle » florentine, qui dans le poème focalise l’attention sur le passé et l’avenir, et soustrait au regard les événements présents.

5Dans ce cadre sont analysées la tension entre adhésion et révision du récit municipal, et les étapes de cette révision dans le poème – développement progressif d’une étiologie de la crise florentine qui introduit des critères socio-économiques, périodisation plus nette, relectures successives de la bataille de Montaperti, démystification du panthéon des Florentins illustres au nom d’un ordre politique supérieur, celui de l’Empire. Dans ce dernier cas, l’auteure affronte l’ambivalence dantesque, qui consiste à damner une génération politique respectée (Brunetto Latini, les trois Florentins illustres d’Enfer XVI) pour des motifs apolitiques (la sodomie). Elle formule l’hypothèse d’une stratégie auctoriale, celle du dédoublement entre un protagoniste déférent, adhérant au récit florentin (le « moi » d’une époque révolue) et l’auteur (le « moi » du présent de l’écriture) prenant en charge la disqualification des grands Florentins – coupables d’avoir milité aveuglément pour la grandeur municipale dans l’oubli de l’ordo iustitiae que seul pouvait garantir l’Empire.

6Le chapitre central est consacré à la modélisation de Florence comme civitas diaboli. En effet la démystification du récit municipal dans la Comédie trouve un instrument opératoire dans le paradigme culturel de la civitas diaboli. Cette notion définie et codifiée par saint Augustin désigne l’ensemble de ceux qui sont ou seront damnés, susceptibles de s’incarner historiquement. Il s’agit en d’autres mots de l’isotope mondain, incarné dans l’histoire, de l’Enfer ultramondain. L’ambiguïté même de cette notion, la variété de ses applications, sa plasticité et sa force persuasive expliquent son succès, sa permanence dans le champ culturel. E. Brilli montre comment dans le poème Florence trouve place dans une typologie médiévale de la ville infernale, depuis Babel et Sodome jusqu’à la civitas magna de l’Apocalypse. Cette opération suppose la déconstruction d’un mythe central dans l’autoreprésentation municipale : l’assimilation de Florence à Rome, pour Dante inacceptable.

7Sur ces bases, le paradigme de la civitas diaboli sub specie Florentiae est une entrée de lecture extrêmement féconde sur les stratégies auctoriales de Dante, et avant tout sur l’auto-élaboration de son « masque prophétique » au long du poème.

8E. Brilli indique deux moments de cette auto-construction : tout d’abord en partant du Convivio, l’imitatio de Boèce, lequel dans les Consolationes invite à dépasser l’amour de la patrie vers une sagesse de l’exilé, rationnelle et cosmopolite. Le second moment s’élabore progressivement dans le cadre de la Comédie : sur la posture boécienne du sage, Dante « greffe » pour ainsi dire celle du prophète-apôtre, qui lui permet d’accéder à une nouvelle dimension, dramatique et doctrinale, dont il exploite les potentialités auctoriales. Ce masque prophétique cependant possède une connotation fortement locale et florentine, compatible d’ailleurs avec le caractère universel du message. C’est que dans ce paradigme vétéro-testamentaire du prophète, la présence d’une cité antagoniste, d’une civitas diaboli face au juste persécuté, est constituante de cette forme d’auctorialité. De même, le fait de s’acharner contre un juste est un trait qualifiant de la civitas diaboli selon les catégories médiévales – les deux antagonistes, la ville infernale et le prophète-apôtre, s’authentifient mutuellement. D’où, dans la Comédie, l’interdépendance fonctionnelle et le conditionnement mutuel des deux représentations – celle de Florence civitas diaboli, et celle de Dante, prophète-apôtre injustement banni.

9E. Brilli formule alors une hypothèse capitale, selon laquelle ce schéma formulé dans les chants centraux du Paradis permet de réaliser une opération radicalement innovante : l’auto-fondation de la Comédie. Seul le discours prophétique en effet fonde le discours du persécuté dans la volonté divine, instaurant un cercle vertueux dans lequel voyage dans l’au-delà et entreprise littéraire se justifient mutuellement. Dans cette nouvelle perspective, le voyage n’est plus un dispositif de salvation individuel concédé à Dante à travers la médiation de Béatrice, mais il a été voulu par la providence divine pour être raconté par Dante, prophète-apôtre. Ce procédé d’auto-fondation provoque un déplacement massif de la Comédie, de sa fabula comme de son régime de vérité, et la redéfinit comme une forme active de militia voulue par Dieu.

10L’auteure s’interroge alors sur le clivage autobiographique qui en résulte. Comment articuler dans le poème la double autoreprésentation de Dante en pécheur égaré, et en prophète autorisé ? Comment concilier ces deux filons autobiographiques, l’un sous le signe de Béatrice, l’autre sous celui de Cacciaguida ? Après un très utile recensement des solutions proposées par la critique pour concilier les deux récits autobiographiques, elle observe que pareil clivage est intérieur au christianisme médiéval et plus précisément, à l’anthropologie augustinienne.

11Au terme d’une analyse extrêmement dense et féconde, E. Brilli réaffirme l’historicité intense du récit dantesque, et récuse l’hypothèse macrotextuelle formulée par une partie de la critique, qui voit dans la Comédie une metanoia, un dépassement radical des valeurs municipales. Élaborée à travers le paradigme de la civitas diaboli, la matière municipale est dans le poème, comme l’affirme E. Brilli, non pas dépassée mais investie d’une valeur universelle. Dans une entreprise qui est aussi une quête du représentable, Dante expérimente les effets et dispositifs auctoriaux qui permettent de « dire » le politique, et de s’auto-légitimer dans le champ du politique. Élargissant de façon décisive le champ du dicible historico-politique, la Comédie inaugure dans l’ère romane la fondation d’un sujet auctorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Battesti, « Elisa Brilli, Firenze e il profeta. Dante fra teologia e politica, Roma, Carocci, 2012, 384 p. », Arzanà, 19 | -1, 124-126.

Référence électronique

Isabelle Battesti, « Elisa Brilli, Firenze e il profeta. Dante fra teologia e politica, Roma, Carocci, 2012, 384 p. », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1096

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals