Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sabrina Stroppa, Petrarca e la morte : tra « Familiari » e Canzoniere, Roma, Aracne, 2014, 300 p.

Célia Filippini
p. 126-128

Texte intégral

1Petrarca e la morte est une monographie en trois parties qui analyse les différents aspects de la méditation sur la mort dans l’œuvre et dans la vie de Pétrarque.

2La mort est une thématique omniprésente et fondamentale, puisqu’elle est à l’origine de ses tout premiers écrits : l’oraison funèbre pour sa mère Eletta et la querimonia de Magon dans l’Afrique. Le Canzoniere et le Virgilio ambrosiano sont des cimetières ouverts jalonnés de pierres tombales. Chacun des événements tragiques auxquels celles-ci renvoient donne lieu à une réflexion sur la brièveté de la vie et sur le rôle de la Fortune.

3Sabrina Stroppa nous montre comment la meditatio mortis, qui n’était autre que la vraie philosophie pour les auteurs classiques, devient chez Pétrarque une thérapie du deuil avec des temps bien définis. Elle écarte pour ce faire le planctus pour Laure et la question de la mort dans les Senili, en resserrant son analyse sur le corpus des « consolatorie » présentes dans les premiers livres des Familiares, qui ont trait aux deuils des années quarante et à partir desquelles elle établit des points de contact et de divergence avec les Rerum vulgarium fragmenta.

4Dès le premier chapitre, qui examine les façons de représenter la mort et d’en faire objet de méditation, Sabrina Stroppa fait dialoguer de façon originale les textes de Pétrarque entre eux. Ainsi le De otio religioso propose indirectement un commentaire de la mort de Magon dans l’Afrique, relativement à la question de la gloire par rapport à la “bonne mort”. Dans ce texte, Pétrarque affirme que les hommes illustres de l’antiquité, dont les louanges pour le sang qu’ils ont versé relèvent de l’opinion erronée, ne jouissent que d’une fausse gloire. Ainsi, tous les exploits accomplis par Magon ne lui permettent pas d’accéder à une fin heureuse. Contraint d’abandonner sa perversitas opinionum, Magon se trouve dans la même position que Pétrarque dans le De remediis, lorsqu’il emploie l’image de la fenêtre pour décrire le regard heureux de celui qui va affronter la mort – à l’inverse des fenestre malorum bibliques, que l’on retrouvera dans la chanson 323.

5Dans le premier livre du Secretum, Augustinus invite son élève à mettre en pratique la meditatio mortis en observant la condition du mourant et en décrivant les détails macabres de son corps ; il l’exhorte ainsi à méditer sur l’infirmitas de l’homme et sur l’horreur de la mort afin qu’il la redoute dès à présent. Ainsi Franciscus doit abandonner la recordatio compendiosa de la mort pour s’exercer à une méditation plus profonde – alte descendere.

6Dans le deuxième livre du De remediis, Ratio est une consolatrice imparfaite : lorsqu’il s’agit de la mort d’un frère ou d’un ami, elle reconnaît à la douleur la nécessité de s’épancher en paroles et de verser des larmes. Mais les larmes pour les morts, lorsqu’elles sont apitoiement sur soi-même, contrastent avec l’enseignement des classiques : dans le De amicitia de Cicéron, Lelius les définit comme une erreur. Pétrarque renverse les fondements de la consolation classique : bien que l’argument de Ratio soit juste – la mort est la fin des maux –, elle ne parvient pas à persuader son interlocuteur Dolor.

7Le deuxième chapitre se concentre sur la meditatio mortis dans les lettres de consolation des Familiares. Avec les morts des années 1348 et 1349, les enseignements théoriques deviennent expérience, comme l’atteste le Liber des Lettres familières, qui se construit circulairement sur le thème de la mort, de la Fam. I 1 où Pétrarque se présente comme un locuteur posthume, à la Fam. XXIV 1, où la mort est un état existentiel présent et permanent. Après avoir identifié les modèles (notamment le De excessu fratris d’Ambroise, Sénèque, les Tusculanes de Cicéron, mais aussi deux lettres de Pierre de la Vigne) et un corpus limité dans le temps (puisque ces lettres se concentrent entre les livres IV et IX, soit entre les années 1341 et 1350), Sabrina Stroppa étudie la posture de Pétrarque locuteur, qui abandonne la philosophie pour pratiquer la sympatheia dans des textes où l’officium consolantis se limite à la sphère amicale – ce qui vaudra à Pétrarque le titre de consolator optimus dans l’éloge funèbre que fera de lui Bonaventura Badoer lors de ses funérailles à Padoue.

8L’étude de ces lettres de consolation met en évidence toute une “grammaire de la consolation”, pensée comme thérapie et auto-thérapie. La rhétorique du débat ou du dialogue fictif est privilégiée, car l’élément indispensable des lettres de consolation est l’empathie que le consolateur doit nécessairement exhiber pour toucher l’âme de son ami et mettre en place son solamen. Au lieu de proposer systématiquement des arguments philosophiques et des exempla, il se penche sur les raisons de la douleur, une douleur légitime – en cela consiste l’innovation pétrarquienne ; dans ces pages, la façon dont Pétrarque puise dans les Tusculanes est invoquée pour démontrer l’antistoïcisme de l’auteur.

9En se définissant comme un survivant, Pétrarque inscrit le “travail du deuil” dans l’interim, la vie que le sujet doit vivre après la mort de l’être aimé, un temps résiduel qu’il faut maîtriser, concept central de l’ouvrage de Sabrina Stroppa. Ses pensées ne doivent plus se concentrer sur la perte mais sur le temps passé ensemble du vivant du disparu. L’attente, qui permet de dépasser les apories de la consolation, n’est pas négation de ce que le sujet a obtenu ici-bas et qui fonde la légitimité de la douleur ; la consolation aboutie ne peut être pensée qu’en rapport avec la résurrection des corps, la réunion de l’âme et du corps.

10Le dernier chapitre approfondit le thème de la mort dans le Canzoniere, du topos lyrique dans la première partie, au planctus et à l’élaboration du deuil dans la deuxième.

11Sabrina Stroppa se concentre sur les trois derniers folios de la première section du Vaticano latino 3195 ; ils contiennent le sonnet 244, qui introduit un triptyque de louange à Laure (245-247), puis le sonnet 248, qui introduit le triptyque du pressentiment de la mort (249-251). Non loin de ce premier triptyque, l’on en rencontre un autre, de louange à Laure (260-263). Pétrarque reproduit ainsi les conseils prodigués à Giovanni après la mort de son frère Giacomo (Fam. IV 12) : il ne faut pas laisser les morts tomber dans le silence des larmes, il ne faut pas pleurer ce que l’on a perdu, mais exalter ce que l’on a eu. Un des éléments essentiels de la méthode de Sabrina Stroppa consiste à examiner la disposition voulue par Pétrarque en matière de mise en page de ces textes dans le manuscrit d’abord réalisé sous son contrôle direct, puis autographe, et à proposer sur cette base (la « lettura per carte ») une interprétation nouvelle de l’articulation entre les deux parties des Rvf et de la séquence initiale de la deuxième section.

12Après le planctus, les poèmes se tournent vers la consolation : on lit dans la chanson 270 l’impossibilité de mouvoir la pierre tombale de Laure, ce texte est analysé par comparaison avec l’attitude de Niobé dans l’églogue Galathea et avec la lettre à Stefano Colonna déjà amplement commentée dans la deuxième section (Fam. VIII 1) ; inutile de rouvrir les blessures, d’essayer de modifier la condition du défunt, il faut réfléchir sur le lien entre les vivants et les morts.

13Dans la forme Chigi, qui se conclut avec le sonnet 304, Pétrarque semble avoir trouvé une façon de penser son interim sur terre ; dans les textes ajoutés successivement on trouve le thème de l’ascèse, de la scission du corps et de l’âme, mais le regard du sujet oscille toujours entre ciel et terre. L’interim comme état du survivant a pour corollaire une autre attente : celle de Laure qui n’atteindra la béatitude qu’au moment de la résurrection des corps (sonnet 302).

14Suivant le modèle d’Ambroise, les premiers textes in morte élaborent le deuil en deux temps : d’abord le planctus, qui reproduit une écriture immédiate mue par une douleur imprévue, puis la consolatio qui donne forme et raison à cette douleur. Cependant, le sourire de la Raison, qui laisse le débat de la chanson 360 sans conclusion, rappelle l’incapacité de Ratio à consoler Dolor ou Metus dans le De remediis.

15La réponse se trouve donc ailleurs : dans le miroir qui reflète l’effet du temps sur le corps, comme le laissent entendre le sonnet 361 et la première Epystola : « Iam quod non potuit ratio, natura diesque longa potest ; vicere due cui cesserat una. / Tempus edax minuit quem mors exstinxit amorem ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Célia Filippini, « Sabrina Stroppa, Petrarca e la morte : tra « Familiari » e Canzoniere, Roma, Aracne, 2014, 300 p. », Arzanà, 19 | -1, 126-128.

Référence électronique

Célia Filippini, « Sabrina Stroppa, Petrarca e la morte : tra « Familiari » e Canzoniere, Roma, Aracne, 2014, 300 p. », Arzanà [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1098

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals