Navigation – Plan du site

Arzanà, n. 20. La description

Avant-propos
p. 4-5

Texte intégral

1Ce nouveau numéro d’Arzanà regroupe plusieurs des contributions issues de l’un des axes de recherche développés par le CERLIM (Centre d’Études et de Recherche sur la Littérature Italienne du Moyen Âge, Université de la Sorbonne Nouvelle) au cours du contrat d’établissement 2014-2018.

2Il manque hélas la partie introductive initialement prévue, concernant la tradition manuscrite et la circulation en Italie des Arts poétiques, essentiellement français, des xiie et xiiie siècles. Celles-ci furent l’objet d’une belle communication inaugurale polyphonique, mais les auteurs n’ont pas réussi à rendre à temps la version écrite achevée. Néanmoins, nous espérons encore être en mesure d’insérer les résultats de cette recherche dans une prochaine livraison.

3La « description » : il s’agissait de saisir les enjeux de différentes formes et déclinaisons de ce qui est d’abord (mais la question de l’antériorité reste débattue) un exercice d’école. Un exercice qui se codifie en France en même temps que son ‘application’ chez Chrétien de Troyes et dans quelques lais, soumis donc au régime de la senefiance. Un exercice ressortissant par ailleurs à la catégorie rhétorique maîtresse de l’amplificatio. C’est ainsi que tout cela est consigné encore dans le Trésor de Brunet Latin.

4Ont été envisagés des usages, donc, d’un modèle codifié par les textes – traités, d’une part, de l’autre œuvres littéraires (ces dernières au sens large, si l’on se rappelle que la “littérature religieuse” – en témoigne éloquemment Alain de Lille – est elle aussi étonnamment impliquée).

5Mais auparavant, rappelons-nous que la description se situe par définition à l’articulation entre le verbal et le visuel, qu’elle est prise dans le mirage d’un inatteignable idéal de transparence de l’un à l’autre.

6Elle a, naturellement, l’un de ses champs d’application dans la commande artistique. Il ne sera pas ici question d’ekphrasis (autre exercice d’école) au sens strict, mais bien plutôt d’écritures pratiques : les consignes notariées données aux peintres pour satisfaire les désirs de leurs commanditaires. Mais s’y déposent des catégories relevant du jugement esthétique, qui montrent que les univers ne sont pas étanches. Les modèles y font retour, dans un jeu complexe où s’entremêlent valeurs garanties par l’inscription dans la tradition (celle-ci s’exprimant dans des concepts en quelque sorte ‘performatifs’) et futures “instructions pour la lecture” (de l’image). L’artiste-interprète trouve dans ce jeu la marge de liberté que lui laisse précisément l’impossible recouvrement entre verbal et visuel.

7Dans le champ littéraire, les enjeux sont bien sûr différents. Ici, ce sont des lignes évolutives qui nous ont intéressés.

8La descriptio puellæ telle que Pétrarque s’en empare dans l’Africa, la contaminant avec les sources classiques, même si ces dernières ne parviennent pas d’abord à dissimuler les modèles médiévaux, s’ouvre néanmoins à des perspectives nouvelles. Celles-là mêmes qui seront mises en œuvre pour l’évocation (plus que la description), à partir de quelques traits distinctifs du « canon bref » cher à Pozzi, de la Laure du Canzoniere. Mais aussi, d’autre façon, dans l’apparition d’un art du portrait qui se dessine sous d’autres auspices dans l’œuvre latine. Et où se joue tout autrement le rapport instauré par la tradition entre extrinsecus et intrinsecus.

9L’envers de la beauté rentre lui aussi de plein droit dans un tel cadre : cette laideur dont les Arts poétiques donnent quelques exemples, mais comme a latere, et dont toutefois les virtualités vont se déployer pour inaugurer un nouveau type de rapport au monde dans et par la représentation. Représentation où la variété de ce monde (le nôtre, celui d’ici-bas, dans son inépuisable multiplicité, soumis au flux du continuel changement), où un nouveau sens du réel acquièrent des droits inédits. Ce dont seront de géniaux interprètes, chacun à sa manière, Pétrarque et Boccace qui, répétons-le, savent repenser le rapport entre extérieur (visible) et intérieur (seulement inférable à partir d’autres types de signes, sans lien de nécessité a priori et biunivoque avec les apparences).

10Mais aussi, dans d’autres domaines où décrire peut servir, les enjeux trivialement concrets conservent leurs prérogatives. Dans les lettres d’une mère florentine à ses fils exilés, la description chosifie les êtres (éventuelles futures épouses, en l’occurrence et pour l’essentiel), les transformant en marchandises. Une réification qui prend bien soin de saisir le lien entre extrinsèque et intrinsèque, mais ici encore sans systématicité prévisible. Tout en restant malgré tout toujours tributaire des modèles littéraires, dont on peut se demander si et dans quelle mesure, au-delà de la façon dont ils informent l’écriture (une écriture ancrée dans le filon de la littérature “familiale”), ils ne contribuent pas aussi à façonner le regard. Et cependant, la visée pratique impose que l’idéal se confronte au réel, qui finit par l’emporter – au prix du renoncement à toute coïncidence exacte possible.

11Avec les conjurations du Quattrocento milanais, florentin et romain, enfin, la nature de la description se modifie encore. Pas seulement parce que le lien renouvelé de l’effictio avec l’éthique repose sur des concepts repensés à l’aune de la visée humaniste, mais parce que la toile de fond hypotextuelle y est constituée essentiellement par l’historiographie classique (Salluste au premier chef), ses catégories et ses modalités expressives et représentationnelles. Tout cela étant également redevable, chez les auteurs anciens comme chez leurs imitateurs (ceux qui nous intéressent ici), d’une lecture et d’une relecture de la rhétorique classique.

12Telles sont, brièvement esquissées, quelques questions centrales soulevées par les articles réunis ici. Très loin d’épuiser la question, ce petit volume voudrait persuader de la nécessité de prolonger la réflexion sur des bases plus amples. Il y va d’une meilleure compréhension, à travers les avatars et les métamorphoses de l’imitation, de nos façons d’appréhender le réel et de nous rapporter au monde.

13Bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Arzanà, n. 20. La description », Arzanà, 20 | -1, 4-5.

Référence électronique

« Arzanà, n. 20. La description », Arzanà [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1126 ; DOI : 10.4000/arzana.1126

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals