Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Comptes rendusSabrina Ferrara, La parola dell’e...

Comptes rendus

Sabrina Ferrara, La parola dell’esilio. Autore e lettori nelle opere di Dante in esilio, Firenze, Cesati, 2016, 364 p.

Philippe Guérin
p. 167-170

Texte intégral

1Une double décision préside sur le plan épistémologique à la conception de cet ambitieux et important travail – par la taille comme par les résultats. Il y a d’abord l’hypothèse de départ, déjà mise à l’épreuve par l’auteur dans sa thèse de doctorat, ancrée dans le parcours biographique de Dante, selon laquelle la condamnation de 1302 au bannissement de Florence constituerait une ligne de partage absolue, ayant amené Dante à repenser radicalement le statut de son ‘auctorialité’ et, dans un même mouvement, la nature même de sa production – de ses modes d’écriture comme de ses contenus. Ensuite, le parti pris théorique, dont il faut souligner d’emblée l’originalité (revendiquée dès les premières phrases de l’introduction), est celui d’une approche sous l’angle ‘pragmatique’ des œuvres et textes postérieurs à la mesure judiciaire ayant frappé l’auteur. C’est sous cet angle qu’est en effet envisagé le « système de communication » conçu par Dante : autrement dit, il s’agissait pour S. Ferrara d’interroger dans ses traits spécifiques la textualité d’une production très diverse et variée, sinon hétérogène, en croisant l’analyse des postures énonciatives de leur émetteur avec celle de la construction consciente et méthodique par celui-ci de la réception (à travers « l’image de l’énonciation » qu’il entend transmettre), une réception envisagée de façon différenciée aussi bien de texte en texte qu’à l’intérieur même de chaque dispositif textuel, de plus en plus ‘polyphonique’.

2Disons-le de suite : l’hypothèse nous paraît largement ‘vérifiée’. L’autoportrait qui se construit dès lors que Dante, de simple banni (situation somme toute bien banale dans le contexte d’alors) se promeut exul (pour la première fois dans l’épître III à Cino da Pistoia, capable, ce dernier, comme éminent juriste, de saisir les connotations d’un choix lexical ennoblissant, renvoyant à l’antiquité romaine), est dans le même temps démunicipalisation et universalisation – celle-ci étant aussi bien conquête d’une position d’auteur universel, super partes, que capacité de délivrer des messages valant pour l’humanité tout entière. Tel est le double effort, d’autoconstruction auctoriale (à l’articulation entre fortune indivuelle et destin collectif) et de construction d’un lectorat idéal fondamentalement repensées sous les espèces de l’éthique, que S. Ferrara suit pas à pas, en un corps à corps avec les passages ‘stratégiques’ des textes examinés, scrutés à la loupe, en particulier pour le lexique.

3Mais arrêtons-nous un instant sur l’architecture du volume. Il est composé de trois grandes parties. La première est intitulée « Il poeta-profeta » et s’attache successivement aux épîtres I à IV, au Convivio et au De vulgari eloquentia, puis à la Monarchia, enfin au reste des épîtres à l’exclusion de la dernière (XIII). La deuxième partie est tout entière consacrée à la Comédie. La troisième et dernière, enfin, se penche sur l’épître XIII à Cangrande, les Églogues, et pour terminer sur la Questio de aqua et terra.

4C’est en raison même de la méthode adoptée que les résultats les plus probants sont obtenus. Le bannissement, par Dante rebaptisé exil, devient indissociable de la figure d’auteur qu’il cherche à construire. Il est chassé de Florence sous la contrainte, celle-ci ne sera jamais oubliée, mais ses habitants deviennent sur le mode polémique des destinataires ‘négatifs’, interpellés y compris par le biais de l’invective (ces « lecteurs antagonistes » étant alors opposés aux « lecteurs complices » que Dante ne cesse de chercher, y compris en les ‘fabriquant’ : l’écriture de Dante, dans le jeu de la destination, est toujours clivante d’une manière ou d’une autre). Dante ‘retourne’ alors en quelque sorte sa condition en s’en faisant l’acteur, il sort de cette Florence injuste à son égard en diversifiant sciemment son lectorat, élargi progressivement à la mesure du monde idéal qu’il se prend à échafauder, autrement dit aux frontières de l’Empire. Et sa posture auctoriale en arrive au terme du processus à une forme de détachement supérieur, dont témoignent les dernières œuvres.

5Quelques questions restent toutefois ouvertes, passibles sans doute de reprises ultérieures.

6En ce qui concerne l’économie du volume et son architecture, tout d’abord. Le parti pris, puisqu’il s’agissait de suivre l’évolution des positionnements successifs de Dante au gré d’événements qu’il s’efforçait de ne pas subir passivement, y compris – et surtout – au moyen de la plume, impliquait une organisation chronologique de la matière étudiée. Avec une difficulté : que faire de la Comédie, des quinze ans environ de sa rédaction, concomitante en ses débuts avec les projets abandonnés du Convivio et du De vulgari eloquentia, puis avec diverses missives, notamment celles du rêve impérial lié à la figure d’Henri VII de Luxembourg, ainsi qu’avec la Monarchia, avec enfin les Églogues et la Quæstio par laquelle, s’approchant du terme de son parcours d’écrivain, Dante tente d’affirmer sa stature de philosophe et sa légitimité, au moins virtuelle, comme universitaire ? En réalité, S. Ferrara s’en sort habilement, réussissant globalement à faire dialoguer les textes ‘mineurs’ avec l’œuvre majeure, qui en reçoit elle-même des surcroîts d’intelligibilité.

7Quelques menus regrets, toutefois. Nous évoquions le Convivio, objet du deuxième chapitre et pour lequel de belles analyses sont proposées, notamment en ce qui concerne la décision capitale d’adopter le ‘vulgaire’ et d’en faire la théorie (mise en regard, évidemment, de la décision symétrique du petit traité parallèle de linguistique et poétique, lui aussi inachevé), le tout en relation avec la célèbre redéfinition de la noblesse au livre IV, pièce essentielle par ailleurs de l’autoreconstruction post-exil de l’identité de l’acteur politique et de l’auteur. Signalons au passage l’un des fils rouges : s’il a déjà fait l’objet de réflexions importantes chez les dantologues, l’enquête sur le lien entre langue (et réflexion sur la langue) et politique n’avait sans doute jamais pris de telles proportions. Mais venons-en à la question annoncée : pourquoi les trois chansons du projet encyclopédique fondé sur l’autocommentaire sont-elles écartées ? La raison invoquée, de leur composition largement antérieure à l’exil, nous paraît sur le fond insuffisante : en effet, ces textes poétiques sont profondément resémantisés par l’autoexégèse, et ce processus de resémantisation aboutissant en quelque sorte à de ‘nouveaux’ textes, ainsi qu’à de nouvelles ‘instructions pour la lecture’ (la référence à Iser et à sa théorisation de l’« acte de lecture », essentielle pour la théorie de la réception, cités en passant en introduction, ne semble pas avoir été vraiment mise à profit), il eût pu être examiné en tant que tel. En outre, la grande ‘chanson de l’exil’ (Tre donne intorno al cor) et la ‘montanina’ (Amor da che convien) font l’objet de considérations à notre sens trop rapides pour qu’en soient éclairées les raisons intimes. Une autre difficulté tient aussi à ce qui apparaît comme un présupposé, presque un impensé. Il ne suffit pas de dire que les textes devaient circuler (nous pensons notamment aux épîtres) pour que cette circulation, sur laquelle repose maint raisonnement relatif par exemple aux opérations de transcodage (telle est par exemple la féconde intuition exprimée à propos du passage des épîtres V-VII à la Monarchia), soit avérée. La pétition de principe suppose sans doute un lectorat réel plus homogène, compact et constant que ce qu’il est possible de démontrer. Et, s’il y a bien saut de qualité avec le Paradis, y compris quant au lectorat visé, y a-t-il pour autant totale homogénéité, comme cela est affirmé, entre les publics de l’Enfer et du Purgatoire, alors que prédominent dans le premier les « lecteurs antagonistes » déjà évoqués ?

8Mais, eu égard à la densité et à la richesse de ce fort volume, ce ne sont là que broutilles, sans doute, tout comme quelques imprécisions, pas toutes formelles (nous pensons ici à Contini comme chantre de la distinction entre le personnage de la Comédie et le poète, alors que c’est le personnage-poète qui est l’objet du célèbre essai du philologue de Domodossola). On retiendra la patiente impatience avec laquelle Dante complexifie son lectorat et le jeu de la destination-réception tout en érigeant (mais c’est en réalité une seule et même chose) son statut de prophète (au sens étymologique de « celui qui parle pour », en l’occurrence pour Dieu – sens bien évidemment présent à l’esprit de Dante, sommes-nous tenté d’ajouter, puisque c’est ainsi que raisonne notamment Thomas d’Aquin lorsqu’il aborde la question de la prophétie), son statut, sanctionné par l’écriture de la Comédie et sa dynamique, de scriba Dei, déjà esquissé dans les épîtres et la Monarchia. Là est le point de fuite de toute la démonstration, appuyée bien entendu sur le repérage et l’analyse des étapes fondamentales de la métadiscurivité auctoriale dans la Comédie : sont pris en considération à cet égard les moments d’ouverture, prologues, appels aux lecteurs, mais aussi les zones de passage, de transition, vestibule de l’Enfer ou Antépurgatoire tout spécialement (et globalement, les analyses qui nous sont proposées du Purgatoire, espace de transition par excellence, fondamental en vue de la purgation, à la fois celle du pèlerin, dont le voyage est envisagé sous l’angle métanarratif, et celle du poète, sont souvent remarquables), jusqu’aux chants décisifs à cet égard du Paradis, qui sont prétexte à d’autres belles pages de commentaire. Chaque point est discuté à partir d’un éclairage presque toujours impeccable sur le status quæstionis, pour ce qui concerne notamment – mais pas seulement – les problèmes de datation, dont on a compris qu’ils sollicitent l’alacrité de la chercheuse, puisqu’ils sont évidemment fondamentaux aux fins d’une démonstration qui entend se déployer selon une logique chronologique (particulièrement intéressantes les discussions sur les premières épîtres polotiques et, surtout, la vexata quæstio de la Monarchia). Globalement, l’exposition, portée par un excellent esprit de synthèse, est très soucieuse du lecteur, habilement guidé (et ‘construit’) par S. Ferrara : selon le meilleur de la ‘rhétorique’ de l’argumentation ‘à la française’, les transitions sont soignées, chaque paragraphe étant conclu par une phrase ou deux, concises et efficaces, de récapitulation (il faudrait citer la plupart de ces conclusions intermédiaires, la conclusion générale étant elle aussi au demeurant un modèle du genre). Bref, c’est un travail qu’il convient de saluer, en ce qu’il offre pour commencer des mises au point toujours utiles, puis des aperçus à maintes reprises inspirés, des occasions de discussion, de nombreuses pistes pour la réflexion. On en retiendra tout particulièrement qu’il sera difficile dorénavant d’en faire l’économie pour la lecture et l’interprétation des épîtres, manifestement terrain de prédilection de Sabrina Ferrara. Mais ce n’est pas par une note réductrice que nous avons l’intention de conclure, cette remarque ne saurait nous exonérer d’une lecture très attentive des autres parties, notamment celle consacrée à la Comédie (une centaine de pages serrées) : nous avons évoqué en passant tout le bien que nous pensions des analyses proposées, ce n’est pas une mince affaire que de réussir à proposer des vues neuves sur le « poème sacré ». Nous voudrions enfin clore le propos par ce qui nous apparaît comme un apport absolument substantiel et conséquent, à savoir la mise au jour du lien profond et essentiel entre poésie (et poétologie) et politique, action dans le monde – dans et par l’écriture. C’est sur ce socle que se bâtit l’identité finale de Dante, c’est sur ce socle qu’il nous institue destinataires de son message, le rendant actuel, parce que précisément arraché aux accidents de l’existence et aux contingences de l’histoire, pour un lectorat ‘désenclavé’ qui peut encore aujourd’hui trouver à s’incarner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guérin, « Sabrina Ferrara, La parola dell’esilio. Autore e lettori nelle opere di Dante in esilio, Firenze, Cesati, 2016, 364 p. »Arzanà, 21 | -1, 167-170.

Référence électronique

Philippe Guérin, « Sabrina Ferrara, La parola dell’esilio. Autore e lettori nelle opere di Dante in esilio, Firenze, Cesati, 2016, 364 p. »Arzanà [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 02 juillet 2020, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1373 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.1373

Haut de page

Auteur

Philippe Guérin

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search