Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Comptes rendusLessico critico petrarchesco, Luc...

Comptes rendus

Lessico critico petrarchesco, Luca Marcozzi et Romana Brovia (éds), Roma, Carocci, 2016, 389 p.

Anne-Marie Telesinski
p. 171-173

Texte intégral

1Grâce à l’ouvrage rédigé sous la direction de Luca Marcozzi et Romana Brovia, les études pétrarquiennes s’enrichissent d’un manuel critique prenant la forme originale d’un lexique thématique, à la différence des companions anglo-saxons. Ce lexique se compose de 25 entrées classées dans l’ordre alphabétique, ce qui permet d’utiliser l’ouvrage ponctuellement afin d’approfondir une ou plusieurs notions, mais il s’agit bien sûr également d’une synthèse qui fournit un vaste aperçu des problématiques au cœur de la production pétrarquienne dans son ensemble, qu’elle soit en vers ou en prose, en italien ou en latin. De plus, chaque chapitre propose au fil du texte des renvois à d’autres entrées, pertinentes dans le cadre du discours mené, de sorte que, si chacun des thèmes abordés est traité de façon indépendante et synthétique, il s’articule néanmoins avec d’autres thèmes qui s’en rapprochent, donnant ainsi une cohésion interne au livre, qui est lui-même un reflet de la complexité de la poétique de Pétrarque. Enfin, parmi les outils mis à la disposition du lecteur (chronologie succincte de la vie de l’auteur, présentation des œuvres, liste des éditions de référence), la mention des sources critiques en fin de chapitre fait le point sur la bibliographie essentielle propre à chaque thématique, et inclut des publications récentes. La méthode suivie dans l’ouvrage conjugue en effet une démarche de nature encyclopédique à une mise à jour interprétative de ce panorama thématique, replacé systématiquement dans le contexte culturel et historique mais s’appuyant aussi sur la biographie du poète : la réception par Pétrarque vient ainsi compléter la réception de Pétrarque.

2Les thématiques choisies concernent la production lyrique du poète ou relèvent de préoccupations spirituelles qui la dépassent et qui se manifestent dans ses autres textes (correspondance et ouvrages moraux et érudits). Ces dernières sont évidemment liées à des notions comme la vérité (Luca Marcozzi), la philosophie (Enrico Fenzi), mais également la connaissance (Romana Brovia), dont l’analyse lexicologique révèle, de façon plus inattendue, que la foi est l’une de ses acceptions. L’ouvrage se rattache de ce point de vue à l’histoire des idées, puisqu’en fonction des notions sont abordés les courants de pensée tels que l’aristotélisme – pour lequel Pétrarque avait peu de considération –, le stoïcisme, la pensée augustinienne, le néoplatonisme (explicités par Enrico Fenzi dans le chapitre consacré à la philosophie).

3Certaines entrées constituent nécessairement des thèmes déjà classiques dans la critique pétrarquienne (« Amour », « Corps », « Mort », « Otium », « Senectus », « Solitude », « Temps », « Ville »), néanmoins renouvelés par une approche transversale et synthétique tenant compte de l’ensemble des textes et dans certains cas par une analyse terminologique dynamique. Ainsi, Sabrina Stroppa (auteure des entrées « Amour », « Mort », « Senectus ») démontre notamment la complexité de la notion d’amour qui, au-delà du sentiment pour Laure, peut aussi prendre la forme de l’amour amical ou politique. En ce qui concerne l’otium, Teresa Caligiure illustre la variété du réseau sémantique qui s’y rapporte et ses nuances, entre solitude erratique, liberté spirituelle et activité intérieure de perfectionnement éthique. Sonia Gentili étudie en revanche la solitude dans sa dimension philosophique, articulée avec le concept de bonheur dans la pensée antique et médiévale, mais aussi la dimension biographique de la solitude pétrarquienne, comme destin et condition idéale de la réalisation de soi.

4D’autres entrées sont plus spécifiquement liées au travail de l’homme de lettres (« Bibliothèque », « Poésie », « Mémoire », « Antiquité », « Humanisme ») et aux représentations textuelles (« Image », « Vision », « Lis »).

5Luca Marcozzi (« Bibliothèque ») rend vivante la figure du poète et son modus vivendi en plongeant le lecteur dans sa pratique quotidienne de la lecture et son rapport personnel aux livres, qu’il personnifie. De façon complémentaire, le chapitre « Poésie », rédigé par Philippe Guérin, se penche, non plus sur la matérialité des livres possédés par Pétrarque, mais sur la conception même de la pratique poétique et la réception des textes-sources dans le processus d’écriture. Pétrarque se fait le théoricien d’un idéal de la poésie, créée par une élite et destinée à celle-ci, et dont la finalité principale est de dire le vrai sous le voile de la fiction, d’après l’allégorisme médiéval toujours à l’œuvre chez lui (voir également « Vérité », par Luca Marcozzi). De ce fait, la poésie est élevée par Pétrarque au rang de la théologie et de la philosophie. La mémoire poétique, qui sous-tend à la fois les pratiques de lecture et d’écriture, est analysée par Andrea Torre (« Mémoire »), de même que la théorisation par Pétrarque de la dialectique mémoire/oubli, ambivalente aussi bien dans les œuvres morales que dans les fragmenta. Si la littérature et l’histoire antiques sont naturellement mises en avant dans le chapitre sur l’Antiquité par Lorenzo Geri, l’auteur accorde également une place au christianisme et aux Pères de l’Église, fondamentaux dans la philosophie morale pétrarquienne.

6L’Antiquité est évidemment à son tour au cœur de la notion d’Humanisme, dont s’est occupé ici Francisco Rico, qui en rappelle la définition : d’une part « l’idéal d’une culture fondée sur les arts du langage et sur le modèle des grands écrivains classiques » – mais non exclusivement –, d’autre part la reconnaissance de la centralité de l’homme et la création d’un lien particulier, humain justement et caractéristique de notre poète, entre les auteurs anciens et les lecteurs modernes. Tout en retraçant, par sa biographie et des exemples littéraires, l’intérêt de Pétrarque pour la reconstitution philologique des textes antiques et leur juste interprétation, Francisco Rico n’omet pas de mettre en exergue des éléments moins connus dans la conception commune du rapport entre Pétrarque et l’Humanisme. Par exemple, le fait qu’il ait eu des prédécesseurs (les pré-humanistes padouans Lovato Lovati et Albertino Mussato), ou encore qu’il ait contribué à la diffusion de Vitruve et Pomponius Mela (donc sans se limiter à Tite-Live et Cicéron). Les liens établis avec d’autres auteurs médiévaux, la culture chrétienne et la culture développée à la Curie avignonnaise, permettent de replacer Pétrarque dans le contexte de son époque.

7Entre autres concepts, Pétrarque emprunte à l’Antiquité celui de la lis ou dispute/débat, que Marco Ariani considére comme représentatif de sa pensée et de son œuvre. À l’encontre de la tendance commune qui voit dans l’écriture de Pétrarque la mesure et la modération, les contradictions et les oppositions dynamiques sont omniprésentes, qu’il s’agisse des instances discursives du De remediis, de la structure des Triomphes, ou des procédés rhétoriques comme la psychomachie, le paradoxe, les oxymores et les antithèses dans le canzoniere. Cette dialectique de la pensée est d’ailleurs illustrée par les chapitres mêmes du Lessico critico. Ainsi l’image (Marco Ariani), entendue dans ses acceptions de fiction et d’apparence (les phantasmata de Laure), rejoint la réflexion sur la perdition morale et la recherche de la vérité, tandis qu’à propos de la vision, Maria Cecilia Bertolani montre que le motif de la vision béatifique se superpose à celui de la vision amoureuse de Laure, de son vivant ou défunte (voir également à ce propos « Corps », Paolo Rigo).

8Enfin, certaines entrées concernent les expériences humaines universelles (« Amitié », « Fortune », « Mémoire », « Peregrinatio ») et l’auteur dans son siècle (« Monde », « Politique », « Pouvoir »).

9Les études sur le Pétrarque civile (par Enrico Fenzi) retracent le rapport de Pétrarque aux États et aux hommes puissants de son époque tout au long de sa vie (Curie pontificale, pape, empereur, les Colonna, les Visconti) ainsi que ses diverses missions diplomatiques (« Politique »), tout en les mettant en parallèle avec ses textes et les idéaux à propos de l’art de gouverner issus de ses lectures (« Pouvoir »). Ces idéaux sont d’ailleurs liés à l’une de ses conceptions du monde comme société, cette dernière étant perçue plutôt négativement : cela se rapproche de sa conception négative de la ville (avec Avignon comme archétype), même si la ville apparaît comme inévitable (« Ville », Romana Brovia). Mais le monde est aussi bien un réservoir de toponymes et d’éléments naturels disséminés dans ses textes – et qui en poésie peuvent revêtir un sens figuré – qu’un espace géographique dans lequel l’homme se déplace (« Monde », Romana Brovia). Il s’articule de ce point de vue à la peregrinatio (Paolo Rigo), comme condition de l’homme sur Terre et comme voyage réél ou allégorique. La condition de l’homme lui impose en effet d’être constamment mis à l’épreuve, par exemple en parvenant à supporter les événements malheureux de l’existence, causés par la mauvaise Fortune. Vinicio Pacca décrit la conception pétrarquienne de la Fortune, dont chaque être humain fait l’expérience.

10Enrico Fenzi fait remarquer, à propos de l’amitié, la « nouvelle sensibilité » pétrarquienne, qui s’avère être une notion transversale et commune à plusieurs thématiques : il s’agit d’une approche intellectuelle qui dépasse les cadres spatio-temporels en s’appropriant et en rendant familières des figures du passé (voir « Amitié », « Antiquité », « Temps » – Luca Marcozzi, « Philosophie ») et même les livres personnifiés, ce qui explique l’enthousiasme et la volonté de les conserver et de les transmettre. Cette préoccupation ainsi que le perfectionnement moral recherché pour soi-même et ses lecteurs sont au centre de l’Humanisme pétrarquien. L’une des finalités de l’homme de lettres est en effet de proposer des modèles de vie au lecteur, d’après les expériences humaines et les sources auctoriales.

11Le Lessico critico petrarchesco contribue par conséquent à illustrer la multiplicité des questions soulevées par la production de Pétrarque et les multiples facettes de l’auteur (l’homme, l’intellectuel, le poète, le philologue, le moraliste, la personnalité publique), parfois encore cantonné aux étiquettes de poète de Laure ou d’humaniste. À ce propos, comme le suggère d’ailleurs la préface de l’ouvrage, il serait judicieux de compléter à l’avenir le lexique par d’autres mots-clés tout aussi représentatifs de l’écriture et de la pensée de Pétrarque, dont la portée européenne est toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Telesinski, « Lessico critico petrarchesco, Luca Marcozzi et Romana Brovia (éds), Roma, Carocci, 2016, 389 p. »Arzanà, 21 | -1, 171-173.

Référence électronique

Anne-Marie Telesinski, « Lessico critico petrarchesco, Luca Marcozzi et Romana Brovia (éds), Roma, Carocci, 2016, 389 p. »Arzanà [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 02 juillet 2020, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.1376

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Telesinski

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search