Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Avant-propos

Avant-propos

Philippe Guérin
p. 5-7

Texte intégral

1Ce numéro 21 d’Arzanà est le deuxième rassemblant des « Varia », conformément à ce que prévoit la politique éditoriale inaugurée avec le passage en ligne de la revue en 2016, qui voit s’alterner volumes thématiques et recueils de contributions variées. La section initiale accueille de jeunes (pour l’essentiel) chercheurs français et étrangers, à qui nous offrons la possibilité de faire connaître leurs travaux. Le précédent numéro similaire (19) comprenait en outre un « dossier » (consacré à Gianfranco Contini), et l’expérience a été jugée alors si concluante que la rédaction a souhaité la reproduire. Le lecteur trouvera cette fois-ci un ensemble consacré aux Epystole de Pétrarque. Enfin, une section est réservée aux comptes rendus d’ouvrages reçus qui nous ont semblé devoir être portés à la connaissance du plus grand nombre de lecteurs possible.

2Dans la première section, Sara Ferrilli part des rapports intertextuels entre un sonnet souvent attribué à Guido Novello da Polenta, dernier protecteur de Dante, et son ‘imitation’ par Cecco d’Ascoli dans L’Acerba, pour interroger à nouveaux frais, y compris par le biais d’un état précis de la question sur le plan philologique, la paternité du sonnet en question, et émettre d’autres hypothèses attributives (notamment celle d’un autre Guido Novello, dei Conti Guidi, celui-là). Hypothèses tenant compte de l’opposition de Cecco à Dante, ‘pivot’ à juste titre du raisonnement conduit par S. Ferrilli, et de son anti-gibelinisme. C’est donc aussi Dante comme ‘papier de tournesol’, sinon ombre tutélaire projetée sur l’arrière-plan de l’intertextualité ici analysée, que nous voyons apparaître dans cet essai.

3Tommaso Lombardi s’attache quant à lui à la question de l’être et du paraître dans – principalement – l’Elegia di madonna Fiammetta de Boccace. Son petit essai, appuyé sur une mise en regard du ‘roman’ boccacien et de la Vita nova de Dante, montre comment, pour Boccace, le monde est un univers de signes demandant à être déchiffrés sur un plan purement immanent par un sujet herméneutique dont la subjectivité, précisément, en butte à l’opacité et souvent à l’échec, est l’alpha et l’oméga. En jeu, donc, de nouvelles frontières entre intériorité et extériorité, au profit de l’exploration, en un travail toujours à reprendre, des vertigineux méandres de l’espace intérieur, impliquant la traque des illusions dont le monde extérieur fournit maint prétexte – l’interprète étant si souvent lui-même producteur de ces méprises.

4Anne-Marie Telesinski commente et traduit pour la première fois en français un poème latin composé dans les années trente par un Pétrarque encore fort jeune, donc. Cette Laurus amena en vingt-quatre hexamètres rimés exprime l’angoisse du poète nourrissant de vives craintes pour la vie de Laure. L’on y voit un Pétrarque pratiquant la veine élégiaque, tributaire des reprises et théorisations médiolatines du genre, lecteur d’un Arrigo da Settimello (pour ne citer que cet exemple particulièrement significatif), un Pétrarque qui, par ce biais – encore mal accepté par ceux qui ne peuvent (veulent) prendre en considération que l’‘inventeur’ du classicisme –, met au banc d’essai des préfigurations de compositions postérieures, dont notamment la Laurea occidens du Bucolicum carmen.

5Enfin le pétrarquisme français clôt la section, avec l’essai d’Alessandro Turbil qui continue à creuser la question de la pénétration du Pétrarque ‘vulgaire’ en France (après celle du « philosophe moral » latin), à partir du constat – qui n’a sans doute pas été encore définitivement assimilé au-delà du cercle des spécialistes – que cette pénétration advient avec les Triomphes bien avant que le Chansonnier devienne la référence unique. Cela vaut aussi pour ce qui concerne Laure – et le mythe qu’en italien l’on dit « laurano » – quand les six « triomphes » ne sont plus lus sous l’angle exclusif de l’exemplarité des personnages illustres qui y défilent. Trois traductions sont examinées par A. Turbil, à cheval entre fin du XVe et début du XVIe siècle. Il ressort de l’examen minutieux, entre philologie et traductologie, que l’image de Pétrarque poète amoureux (et celle de Cupidon qui va de pair) trouve là précisément son tout premier fondement.

6Nous avons ainsi le sentiment, après avoir reparcouru cette section, d’avoir satisfait à notre ambition de réunir des contributions novatrices, dues à des auteurs en ‘phase ascendante’, sinon à leurs premières armes.

7Venons-en au « Dossier », dû lui aussi à de jeunes gens et coordonné par Alessia Valenti, auteure d’une thèse toute récente sur le sujet – destinée à être publiée, si possible dans les meilleurs délais.

8Son objet est l’un des rares livres publiés par Pétrarque (en l’occurrence en 1364). Les Epystole (tel est le ‘vrai’ titre du recueil de ces soixante-six lettres en hexamètres) font partie des projets exposés dans la lettre d’ouverture des Rerum familiarium Libri, où l’auteur de la missive de 1350 à ‘Socrate’ fait part de son intention de rassembler en différents recueils ses ‘fragments épars’ – motif repris du reste dans le texte d’ouverture à Barbato da Sulmona. Mais pour des raisons que nous explique Alessia Valenti dans l’essai sur la fortune des Epystole qui sert d’introduction au dossier, ce recueil a été très largement négligé. Entre préemption et instinct de propriété chez les uns, qui ont empêché que voie le jour une édition fiable et, partant, accessible aux lecteurs (curieuse conception de la transmission – dans tous les sens du terme – qui est notre fonction principale), et manque d’intérêt durable pour un livre conçu comme tel, concernant la ‘jeunesse’ de l’auteur (jusqu’en 1350 ou peu au-delà, couvrant un âge prenant fin avec le Jubilé de 1350), ce ‘montage’ de missives latines, n’occupe pas, exception faite de quelques rares pièces privilégiées, la place qui lui revient dans les études pétrarquiennes. Il est pourtant à la fois une mine pour comprendre les fondements de l’autoportrait “posteritati” qui est le grand dessein de notre auteur, et une collection renfermant quantité de petits chefs-d’œuvre, une collection que, d’une formule désuète, l’on est tenté de définir comme pleine de charme et où, entre ‘réseaux amicaux’, commerce avec les grands, éléments de poétique, solitude vauclusienne, etc., on voit émerger et se former dynamique et repères cardinaux de la pensée et de l’imaginaire pétrarquiens (en dehors de Laure, dont il n’y a ici que bien peu de traces).

9Pour permettre aux études sur les Epystole de connaître enfin l’essor qu’on leur souhaite – prises isolément comme ‘livre’, ou dans le cadre d’une appréhension plus exacte et plus fine de la trajectoire pétrarquienne d’ensemble, existentielle et d’écrivain, les deux finissant par se confondre, comme l’on sait –, Simone Gibertini dresse un très opportun et exhaustif état des lieux bibliographique (éditions et traductions), précédé d’utiles paragraphes liminaires. Son travail de bénédictin mérite d’être salué comme il se doit.

10Et Giulia La Rosa nous montre que faire le point philologiquement sur certaines lettres permet non seulement d’en repréciser la chronologie, mais aussi d’en renouveler l’interprétation, en prêtant attention aux raisons profondes du macrotexte. C’est le cas notamment de l’épître III 17 (l’autre missive étudiée étant la I 8 à Lelio), qui occupe le centre géométrique du dernier livre des Epystole. C’est dans celles-ci la seule lettre qui soit adressée à Boccace, mais c’est la première de la longue série qui suivra jusqu’à la disparition de Pétrarque. Une épître toute pleine du motif conducteur du recueil, celui de la mutatio vitae comme ligne d’horizon d’une vie de tourments intimes. C’est la seule de toutes à être écrite en vers, la seule qui soit antérieure, au moins dans sa rédaction première, à la rencontre florentine du mitan du siècle. Une pièce essentielle, donc, dans l’histoire compliquée des rapports entre les deux auteurs.

11Dans cette section médiane aussi, donc, sous le signe de Pétrarque comme dans deux des contributions de la première, ce sont des aperçus novateurs et infiniment ‘utiles’ qui nous sont proposés. Et par conséquent, notre grande gratitude pour un travail parfois… ingrat.

12La section « Comptes rendus », enfin, n’accueille pas, hélas, tous les titres que nous aurions aimé voir y figurer. Certains de ces ouvrages négligés se retrouveront dans un prochain numéro. Cela ne veut pas dire que les autres seraient oubliés parce qu’ils ne mériteraient pas d’y figurer, mais qu’à notre grand regret manquent souvent les forces disponibles. Nous rappelons alors à nos lecteurs qu’ils peuvent toujours nous proposer leur collaboration, elle sera la bienvenue ! Ils seconderaient ainsi avec bonheur notre volonté de nous faire à notre modeste échelle des vecteurs de transmission, des passeurs de textes.

13Bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guérin, « Avant-propos »Arzanà, 21 | -1, 5-7.

Référence électronique

Philippe Guérin, « Avant-propos »Arzanà [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/1737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.1737

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search