Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ArticlesNotes sur une poésie oubliée de P...

Articles

Notes sur une poésie oubliée de Pétrarque : Laurus amena

Note su una poesia dimenticata del Petrarca : Laurus amena
Anne-Marie Telesinski
p. 38-49

Résumés

Citée par Ernst Hatch Wilkins, Marco Santagata et Enrico Fenzi, éditée la première fois par Francesco Novati au début du xxe siècle, la poésie latine de Pétrarque dont l’incipit est Laurus amena a été négligée par la critique. Son analyse et sa résonance avec d’autres textes, pétrarquiens mais pas uniquement, tendent cependant à réévaluer et confirmer l’influence de la tradition médiévale sur la poétique de notre auteur. C’est donc une découverte plus approfondie de cette poésie que vise cet article, qui en propose de plus la première traduction en langue française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francesco Novati, Elegia ritmica di Francesco Petrarca in morte di Laura, Milan, 1910 (Nozze Salv (...)
  • 2 Ernst Hatch Wilkins, The making-of the « canzoniere » and other petrarchan studies, Roma, Edizion (...)
  • 3 « F. Scio, sed non tam inimica michi sunt sidera […] multum pristini vigoris amisit », Francesco (...)
  • 4 Ernst Hatch Wilkins, op. cit., p. 351.
  • 5 Ibid., p. 30.

1La poésie latine Laurus amena, composée de vingt-quatre hexamètres rimés (douze distiques), sort de l’ombre lorsqu’en 1910, Francesco Novati, éminent philologue et historien, la découvre dans un manuscrit de la bibliothèque de Bergame. Il est donc le premier à la transcrire, avec quelques corrections, à partir du manuscrit et à la publier, en peu d’exemplaires1. Ernst Hatch Wilkins en reprendra la lectio dans un chapitre de son ouvrage contenant l’étude pionnière sur la genèse des Rerum vulgarium fragmenta, chapitre intitulé « Notes on other poems »2. On lui doit d’avoir identifié en cette poésie le « funereum carmen », qu’Augustinus d’abord, puis Franciscus, évoquent dans un passage du Secretum (livre III)3. Écrit alors que Pétrarque croyait Laure sur le point de mourir, il présente en effet plusieurs points de contact, mis en évidence par Wilkins, en matière de signifiants et de signifiés avec le dialogue en prose. Ce dernier cite la poésie en d’autres endroits fondamentaux de son ouvrage, à savoir la chronologie de tous les écrits de Pétrarque4, ainsi que la table 1 synthétisant les poèmes latins écrits probablement avant septembre 13405.

2Dans la présentation succincte de ces quinze poèmes, Wilkins introduit une critique indirecte à propos du titre donné par Novati à la poésie dont nous nous occupons : « the (wrongly so-called) Elegia ritmica di Francesco Petrarca in morte di Laura ». Bien qu’il ne l’explicite pas, la réserve de Wilkins semble porter, outre le fait qu’il ne s’agisse pas d’un titre d’auteur, sur le contexte de l’écriture qui serait la mort de Laure, alors même que, comme nous l’avons rappelé, il s’agit selon lui d’un moment antérieur dans l’histoire d’amour, où la mort prochaine de Laure était appréhendée et vraisemblable. Validant son appartenance à la catégorie de l’élégie (« Elegy for Laura »), Wilkins se réfère au texte en citant ses deux premiers mots, comme il le fait pour les epystole, mais ici ils font particulièrement sens et c’est de la même manière que nous désignerons la poésie, par cet incipit.

  • 6 Dans l’églogue X – datée de 1348 –, sous la même forme lexicale laurus (v. 21, 282, 349, 382, 399 (...)
  • 7 Anne-Marie Telesinski, Pétrarque, le poète des métamorphoses, thèse de doctorat sous la direction (...)

3Laurus amena : la première – à en croire la datation avancée par Wilkins, qui situerait sa composition entre 1331 et 1335 – ou, pour le moins, la seule occurrence du laurier comme allégorie de Laure dans la production poétique latine de Pétrarque, exception faite de quelques occurrences du Bucolicum carmen6, une conclusion à laquelle m’ont conduite de précédentes recherches7. Ce trait distinctif surprenant – qui le rapproche des poésies en vernaculaire de la même période, les années 1330, où l’assimilation de Laure au laurier est déjà devenue un topos – m’a intriguée et m’a incitée à étudier de façon plus approfondie ce texte. Son analyse thématique, métrique, lexicale et stylistique aura pour objectif de décoder les traditions littéraires qui y sont à l’œuvre, ainsi que de mettre en avant de nouveaux textes entrant en résonance avec lui.

1. Le texte et sa traduction

  • 8 Petrarca nel tempo. Tradizione, lettori e immagini delle opere, Catalogo della Mostra, Arezzo, So (...)
  • 9 Marco Santagata, L’amoroso pensiero. Petrarca e il romanzo di Laura, Milano, Mondadori, 2014, p.  (...)

4Le texte nous a été transmis par le manuscrit MA 391 (anciennement Sigma II, 8) de la Biblioteca Civica Angelo Mai de Bergame, un manuscrit composite du xve siècle. Ce document unique, qui occupe le fol. 59v., pourrait jeter un doute sur son authenticité (d’autant plus que le manuscrit contient par ailleurs un autre texte faussement attribué à Pétrarque, le sirventès « Tal par che cum passi lenti »), cependant la critique spécialisée l’a accueilli unanimement comme une production de paternité pétrarquienne. Ainsi, l’ouvrage Petrarca nel tempo, offrant une présentation synthétique de l’ensemble de la production du poète, paru à l’occasion du 700e anniversaire de sa naissance en 2004, le signale parmi les poésies latines n’appartenant à aucun recueil8. Plus récemment encore, Marco Santagata, au-delà de l’allusion à propos du sonnet 31 (et de la maladie de Laure) dans l’édition Mondadori des Rerum vulgarium fragmenta sur laquelle nous reviendrons, l’intègre de nouveau dans son récit du « roman » de Pétrarque qu’est le canzoniere, pour reprendre ses termes, et y propose même la traduction italienne du premier distique9.

  • 10 « Dominus Franciscus Petrarcha cum quedam honestissima mulier quam sub annis iuvenilibus ardenter (...)

5Le titre choisi par Novati et évoqué précédemment a sans doute été induit par la rubrique précédant la poésie dans le manuscrit. Écrite à l’encre rouge, comme la lettrine du premier vers, elle interprète semble-t-il la mort de Laure comme celle “réellement” advenue (le 6 avril 1348 donc)10, ce qui serait plausible si Pétrarque ne l’avait apprise par une lettre reçue bien après, le 19 mai, alors qu’il se trouvait à Parme, comme l’indique sa très célèbre Nota obituaria qui, dans le manuscrit Virgilio Ambrosiano, recense les décès de ses proches. Or le texte donne l’impression de décrire une agonie, une mort lente qui se produit en quelque sorte sous les yeux du poète s’exprimant à la première personne, et par conséquent réactualisée aux yeux du lecteur : « moritur » (v. 1), « illa quidem properat » (v. 6), « illa fugit » (v. 9), « precipitique gradu fert » (v. 10), « uenit hec ad limina mortis » (v. 24).

Laurus amena

Laurus amena uirens moritur : nunc optima uite
Tempora diffugiant ; iamque impia fata uenite !

Spes, tanto frustrata bono, iam cepta relinque ;
Tu quoque quid sequeris ? nunc nunc moriamur utrinque.

Mens, dominam moriendo tuam precurrere cessas ? 5
Illa quidem properat : tu spes trahis anxia fessas.

Hinc animo nil dulce meo nisi copia flendi :
Omnia que uideo fiunt mihi causa dolendi.

Illa fugit que olim nobis dabat una placere,
Precipitique gradu fert que mihi grata fuere. 10

Vita brevis misero properataque mors sit amanti :
Flens uiuam moriarque libens : mors equa uocanti.

Nunc precor absolui, dum claustra decora recludis,
Atque animam egregio castam de pectore trudis.

Ut comes astra petam factus simul incola celi, 15
Unius pariter peream si cuspide teli.

Nil metuo iam nunc, grauioraque nulla tremisco :
Heu mihi ! sed quali teneor cum corpore uisco ?

Sperabam, fateor, mihi lux dum intraret acerba,
illius et lacrimas et consolantia uerba. 20

Cur autem ommisso iubet hoc deus ordine pulcro,
Ultima nascendo prius ut sit clausa sepulcro ?

Cum prior intrassem, grauis est iniuria sortis,
Quod prior egrediens uenit hec ad limina mortis.

Le beau laurier verdoyant se meurt : que désormais disparaissent
les meilleurs moments de l’existence. Alors venez, Parques impies !

Ô espérance, abusée par tant de bien, abandonne enfin tes projets.
Que poursuis-tu toi aussi ? L’heure est venue que nous mourions
[tous les deux.

Ô mon esprit, tardes-tu à précéder dans la mort ta dame ?
Mais celle-ci se hâte ; tu traînes tes espérances lassées par l’angoisse.

Dorénavant rien n’est plus doux à mon âme que l’abondance des larmes :
Tout ce que je vois devient pour moi une cause de douleur.

Elle s’en va, celle qui depuis longtemps était la seule à nous plaire ;
d’un pas pressé, elle emporte ce qui m’a été agréable.

Pour l’amant malheureux, que la vie soit brève et la mort rapide :
que je vive en pleurant et que je meure de bon gré : la mort est propice à
[celui qui l’invoque.

À présent je prie d’être délivré, pendant que tu brises ses belles chaînes
et que tu fais sortir cette âme chaste de sa noble poitrine.

Puissé-je rejoindre les astres, et devenir en même temps leur compagnon et
[un habitant du Ciel,
si je péris à mon tour, de la pointe de la même arme.

Désormais je ne crains rien, ni ne tremble devant rien de plus accablant
[encore.
Pauvre de moi ! Quelle est donc cette glu qui me retient de tout mon corps ?

J’espérais d’elle, je l’avoue, alors que la lumière entrait précocement en moi,
des larmes et des paroles réconfortantes.

Pourquoi donc un dieu, à l’encontre de l’ordre bien établi,
permet-il que, née la dernière, elle soit enfermée la première dans le
[tombeau ?

Puisque je suis entré le premier dans la vie, c’est par un destin dur et injuste
qu’elle en sort la première et parvient au seuil de la mort.

2. Le genre de l’élégie et la tradition funèbre : un Pétrarque médiéval

  • 11 V. par exemple, sur le genre de l’élégie, Stefano Pittaluga, « Elegia e “nova comoedia” », in Avv (...)

6En tant que complainte de l’amant voyant injustement mourir la dame aimée avant lui, Laurus amena se rattache au genre de l’élégie au sein de la poésie lyrique latine, un genre antique qui a perduré chez les auteurs médiévaux, et qui signifiait à l’origine « chant du deuil », mais qui exprimait aussi des amours malheureuses11. Devenu plus généralement le « stilum […] miserorum », le genre des malheureux d’après Dante (De Vulgari Eloquentia, II iv, 5), on ne peut que remarquer ici la quasi-absence de la thématique amoureuse, ne serait-ce que par son lexique élémentaire, à l’exception de « amanti » (v. 11) – à la différence par exemple du planctus de Pier delle Vigne « Amando con fin cor e co speranza » –, bien que, de façon implicite, la mort de l’aimée conditionne inévitablement un bouleversement dans la vie du ‘je’ lyrique.

7Ce qui frappe à la lecture de ce texte, comme cela a été souligné précédemment dans le relevé des verbes au présent, est la contemporanéité entre la mort de Laure en acte et le moment de l’écriture, et ce dès le premier vers. Une configuration inédite qui n’a pas été assez soulignée, car les compositions de thématique funèbre traitent de la mort advenue du défunt. Ici, la mort, avant même d’être avérée, se révèle omniprésente dans la manifestation textuelle de l’angoisse (« anxia », v. 6) du poète, qui se trouve face à cette terrible réalité en train de se concrétiser.

  • 12 Dans la rhétorique antique, il s’agit de l’une des trois catégories de discours distinguées par A (...)
  • 13 De même, dans l’Elegia di Costanza de Boccace (1332-1334 environ, contemporaine donc de Laurus am (...)
  • 14 Luca Marcozzi, « Fisiologia e metafora del pianto fra Cino e Petrarca », in Lachrymae : mito e me (...)

8Cette situation particulière de mort prochaine explique peut-être pourquoi, à la différence de la tradition épidictique12 contenue dans les plaintes funèbres, à laquelle appartient en revanche le panégyrique écrit par Pétrarque à la mort de sa mère (1318-1319, devenu par la suite l’Ep. I 7), cette poésie fait l’impasse sur un véritable éloge de Laure13. Luca Marcozzi rappelle en effet que l’éloge de l’aimée représente l’élément le plus constant dans les complaintes funèbres de la tradition lyrique provençale – le planh  et italienne14, et l’on peut observer la même caractéristique dans le planctus médiolatin. Or ici, l’éloge de Laure occupe en fin de compte relativement peu d’espace : « amena virens » (v. 1) ; « Illa […] que olim nobis dabat una placere » (v. 9) ; « claustra decora » (v. 13) ; « animam […] castam », « egregio pectore » (v. 14) ; « lux » (v. 19) qui peut se rapporter métaphoriquement à Laure. Laurus amena est donc effectivement un « funereum carmen » élégiaque, dans lequel domine l’expression des émotions et des pensées du ‘je’ déstabilisé par la perte imminente de l’être aimé.

  • 15 Rappelons que ce texte mêle la complainte et l’invective personnelles (livres I et II) à un disco (...)
  • 16 Daniela Goldin Folena, « Petrarca e il Medioevo latino », Quaderni petrarcheschi, IX-X, 1992-1993 (...)

9Il nous faut remarquer que le genre de l’élégie en vers latins figure parmi les toutes premières expérimentations littéraires aussi bien de Pétrarque que de Boccace (voir l’Elegia di Costanza mentionnée plus haut), et que dans le cas de Pétrarque, les deux poésies latines (l’éloge funèbre pour sa mère et Laurus amena) ont en commun le thème de la mort prématurée de ces deux figures féminines et de ce fait une forte interdépendance entre événements biographiques et écriture. Ajoutons du reste que l’un des textes dans lequel ont puisé nos deux poètes, l’Elegia de Arrigo da Settimello (vers 1193)15, qui a fait partie du canon des auteurs mineurs depuis le xiiie siècle jusqu’à la Renaissance, a été produit dans le milieu culturel bolonais, où s’est en partie formé Pétrarque et où était également présente la poésie française16.

  • 17 Id., p. 474. L’auteur affirme également que des « attitudes, procédés et formes typiques de son é (...)
  • 18 Edmond Faral, Les Arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècles. Recherches et documents sur la tech (...)

10Comme je l’illustrerai un peu plus loin dans l’analyse plus détaillée de ce carmen, on retrouve chez Pétrarque des traits caractéristiques de la poésie lyrique médiolatine, tels que l’apostrophe, le paradoxe, l’amplificatio, l’hyperbole, qui y sont fréquemment employés17. Dans un premier temps, je m’intéresserai plus particulièrement à la forme métrique de la poésie, des hexamètres rimant deux par deux, les versus caudati théorisés par Évrard l’Allemand dans la section consacrée à la versification métrique de son Laborintus (v. 711-716)18. Comme le rappelle Novati, Pétrarque a également écrit en « esametri rimati » l’Epystola varia « Exul ab Italia » à Philippe de Cabassoles. Toutefois, contrairement à ce qu’il laisse entendre, il ne s’agit pas d’une préférence pétrarquienne : Pétrarque s’inscrit semble-t-il dans une tradition médiévale bien établie, celle des épigraphes et des textes de thématique funèbre composés justement de séquences de deux vers latins à rime plate.

  • 19 Baudri de Bourgueil, Poèmes, traduction par Jean-Yves Tilliette, Paris, Belles Lettres, 1998. Sig (...)
  • 20 Gianfranco Folena, Culture e lingue nel Veneto medievale, Padova, Libreriauniversitaria.it Edizio (...)

11Je me limiterai à donner deux exemples, l’un français et l’autre italien. On trouve par exemple chez Baudri de Bourgueil (1045/6-1130), un auteur fréquenté d’ailleurs par Pétrarque, des versus caudati, rares sur la totalité de sa production, qu’il emploie seulement dans des poésies typiques de la poésie médiévale : dans trois « rouleaux des morts » sur six (14 ; 17 ; 73) et dans trois « tituli », qui accompagnaient ou décrivaient un objet, en général religieux (224 ; 235 ; 237, chacun de deux vers)19. En Italie, l’épitaphe de Béatrice d’Este, datant de 1226, est quant à elle composée de 6 distiques à rime plate et d’une clausola de 4 hexamètres dits léonins (c’est-à-dire comportant une rime interne)20.

12Au-delà de Exul ab Italia – dont l’existence est un argument avancé par Novati en faveur de la paternité pétrarquienne de la poésie Laurus amena –, d’autres textes pétrarquiens non évoqués par Novati, plus brefs et écrits en hexamètres rimés nous sont parvenus, parmi lesquels sa propre épitaphe. S’y ajoutent d’autres éléments plus tangibles encore, d’ordre thématique, lexical et stylistique, qui viennent, s’il en était besoin, confirmer la paternité de Laurus amena.

3. Analyse de la poésie et de ses interférences avec d’autres textes

  • 21 Luca Marcozzi, op. cit., p. 341-342.

13La lecture du texte confirme la présence des constantes des complaintes pour la mort de l’aimée, avec quelques variantes déjà évoquées précédemment : l’annonce du décès (à venir, v. 1), la lamentation, les considérations générales sur la mort (v. 11 et 21-24), le souvenir du passé (v. 9-10), et dans une moindre mesure ici l’éloge (voir plus haut) et la prière (v. 13-16)21. De façon générale, les lamentations du ‘je’ lyrique sont ici exprimées par des procédés rhétoriques et lexicaux faisant écho à des traditions très variées. Comme souvent chez Pétrarque, le texte est pétri de réminiscences qui font s’entrecroiser des sources classiques, bibliques, médiolatines et vernaculaires.

  • 22 Cynthia est le nom du mont à Délos où naquit Apollon. V. Élégie I 19 où il est question de la mor (...)

14À commencer par le premier mot du texte, « laurus », qui concentre à lui seul l’allégorie médiévale, le senhal provençal, le nom attribué par Properce à l’aimée dans ses Élégies22 et le comparant métamorphosant et typiquement pétrarquien des fragmenta. Le laurier et quelques noms mythologiques sont également présents dans une épître contemporaine de Pétrarque, l’Ep. I 3 adressée à Enea Tolomei da Siena en 1331, mais la différence majeure est qu’ils le sont en tant que simples ornements poétiques pour évoquer l’arbre (désigné comme l’un des trésors de l’Italie par la métonymie « divine frondis », v. 120), un décor bucolique ou un lieu géographique (les nymphes, Jupiter, Atlas, Charybde). Dans son élégie, Pétrarque transpose en revanche en latin son senhal topique.

  • 23 V. par exemple les Planctus Mariae médiévaux, la lauda « Donna de Paradiso » de Iacopone da Todi.
  • 24 À distinguer donc du thème de l’una mors, selon lequel les proches survivant meurent également mé (...)
  • 25 Dante Alighieri, Vita nova, a cura di Guglielmo Gorni, Torino, Einaudi, 1996.
  • 26 Ibid., (14), v. 73-79.
  • 27 La mort attendue et perçue comme un bien par la fin des souffrances terrestres et la perspective (...)

15Le laurier, qui sous l’integumentum est sa dame (« dominam […] tuam », v. 5), se meurt donc : le contexte de la mort en cours peut évoquer la Passion du Christ et sa mort à laquelle assistent plusieurs personnes23. Les conséquences de cet événement tragique sur le ‘je’ sont immédiatement évoquées dans le premier distique : les temps heureux du passé se dissipent et l’amant désespéré souhaite mourir à son tour. Ce désir de mort est en effet le fil conducteur principal de l’élégie et il amplifie, par la répétition des nom et verbe appartenant au champ lexical de la mort (« mors » v. 11 et 12 et le souhait d’une union immédiate dans la mort24, soulignée par la répétition de l’adverbe « nunc nunc moriamur utrinque » v. 4), le drame qui concerne initialement Laure (« moritur » v. 1 ; « moriens » v. 5 ; « mortis » v. 24). Si l’invocation de la Mort lors de la perte – réelle ou imaginée – de l’être aimé est bien un topos (voir notamment « Mors veni ! », Boccace, Elegia di Costanza, v. 102 et v. 96-106 ; « Dolcissima Morte, vieni a me ! », Dante, Vita Nova, 14, 925 et dans la chanson Donna pietosa e di novella etate26), Pétrarque la reformule au discours indirect (« mors equa vocanti », v. 12) et y substitue un autre topos du monde classique – le destin ou les Parques – cette fois au discours direct, « iamque impia fata venite ! » (v. 2)27. Le souhait d’être uni à l’aimée dans la mort est de plus particulièrement perceptible à travers les adverbes indiquant l’identité, l’égalité, la simultanéité : « utrinque » (v. 2), « simul » (v. 15), « unius pariter » (v. 16).

  • 28 Daniela Goldin Folena, op. cit., p. 477.

16Par ailleurs, Pétrarque introduit d’autres apostrophes plus « personnalisées » en ce début de poème et en début de vers, puisqu’il s’adresse de façon détournée à lui-même au travers de « spes » (v. 3, son espérance) et « mens » (v. 5, son esprit). Les trois premières strophes de l’élégie contiennent donc chacune une apostrophe qui souligne discursivement le caractère plaintif de l’élocution, complété de surcroît par deux questions rhétoriques, adressées à ces instances personnifiées (v. 4 et 5), afin de signifier le caractère illusoire de toute espérance et de nouveau le désir de mort. Comme l’indique Daniela Goldin Folena28, les questions rhétoriques font partie des stylèmes typiquement médiévaux de la poésie médiolatine, tout comme les antithèses, les paradoxes vie/mort, joie/douleur, dont nous avons ici plusieurs exemples. Ainsi, on peut remarquer la coprésence dans les v. 1 et 11 de « moritur » et « vite », « vita » et « mors », tandis que le chiasme du vers 12 est particulièrement expressif : « flens vivam moriarque libens », opposant de nouveau la vie et la mort mais aussi les manifestations émotives, contradictoires avec chacun des états, de la joie et des larmes.

17Les lamentations sont représentées textuellement par les champs sémantiques de la douleur et des pleurs, et l’interjection « Heu mihi » (v. 18). Je m’efforcerai sur ce point de mettre en résonance quelques syntagmes significatifs de la poésie avec des sources textuelles potentielles, notamment en ce qui concerne les syntagmes de fin de vers qui riment entre eux. Dans cette poésie, plusieurs couples de rimes font particulièrement sens et donnent beaucoup d’expressivité à un rythme de vers qui évite tout enjambement – sauf dans le premier distique. Chaque vers est une proposition à part entière, ou plutôt chaque proposition se modèle sur le vers, tout en gardant une fluidité rythmique malgré cette contrainte métrique. Les fins de vers, ou clausulae, par leur caractère mnémotechnique, sont de nature à porter la marque des réminiscences poétiques de l’auteur. Et en effet, les clausulae en rime « copia flendi » : « causa dolendi » (v. 7-8), sont un écho de l’Ovide élégiaque d’un côté (avec l’inversion de « flendi copia », Ex Ponto III, epystola I 98) et de la correspondance d’Héloïse à Abélard de l’autre (« causa dolendi », et « dolendi causa » précédemment dans la même phrase de la lettre 229). Peu après, au vers 10, « mihi grata fuere » est de nouveau une citation d’Ovide (Ex Ponto III, epystola V 12), reformulée dans la Nota obituaria (« quod amplius mihi placeat in hac vita » : voir aussi l’écho entre le même verbe « placere » au v. 9 du carmen et « fuere » v. 10, tous deux à la rime).

  • 30 Les traductions sont miennes.

18Quelques vers de l’Elegia de Arrigo da Settimello, évoquée plus haut, sont également réélaborés, par exemple : « Hanc, Pater, hanc animam, misero quam carcere trudis » (II, 21 : « Ô Père, cette âme, que tu fais sortir d’une triste prison ») dans le v. 14 « Atque animam egregio castam de pectore trudis » ; « Tam gravibus ledor quod non peiora timesco » (I, 237 : « je suis tellement profondément abattu que je ne crains rien de pire »)30 dans le v. 17 « Nil metuo iam nunc, graviora nulla tremisco ». Non seulement les affinités voire identités phoniques sont remarquables en ce qui concerne le mot final, mais elles sont également présentes à l’intérieur du vers (terminaisons en -am du premier exemple, -iora dans le second), et ces affinités s’étendent à la sphère lexicale et sémantique (« animam » ; « carcere »/« pectore » ; « gravibus »/« graviora » ; « timesco »/« metuo »). Les deux textes ont également en commun des techniques expressives similaires, comme les répétitions ou l’allitération sibilante (« -s- ») : « sola sedet probitas » (Elegia, v. 1) et « spes trahis anxia fessas » (Laurus amena, v. 6), qui dans les deux cas fait résonner ce dont le ‘je’ a été privé, respectivement l’honnêteté et l’espoir.

  • 31 Silvia Chessa, Il profumo del sacro nel « Canzoniere » di Petrarca, Firenze, Società editrice fio (...)

19Le monologue se poursuit avec deux autres questions rhétoriques (v. 18 et 22), qui relient la poésie à deux thématiques et traditions différentes par l’intermédiaire de deux mots-clés, « visco » et « deus ». En effet, si le poète utilise à partir du vers 13 des périphrases et métaphores religieuses pour exprimer le désir de mort annoncé au début (« precor absolui » v. 13 ; « ut comes astra petam factus simul incola celi » v. 15, parallèlement à l’opposition topique corps/âme décrivant la mort de Laure : « claustra decora recludis », « animam egregio castam de pectore trudis », v. 13-14), l’irruption d’un terme comme viscum associé à son propre corps au vers 18 est certes un renvoi à la métaphore augustinienne31, mais il est également issu de la poésie lyrique médiévale. Entrave au détachement d’avec les choses terrestres dans le premier cas, symbole de la persistance dans la passion amoureuse dans l’autre, la glu est resémantisée dans l’élégie car elle n’est plus le lien amoureux dangereux pour l’amant et son âme, mais le lien qui l’empêche de rester uni à Laure, ce qui le sépare d’elle pour la rejoindre au Ciel en le maintenant sur terre. De plus, l’image du ‘je’ englué, tel un oiseau à l’arbre (de laurier ? Peut-être l’autre laurier, la poésie, et par là-même la réponse à la question rhétorique), illustre une influence possible de la poésie vernaculaire sur cette poésie latine.

  • 32 Comme l’a mis en évidence Raffaella Zanni, le De excessu fratri de Saint Ambroise, connu de Pétra (...)
  • 33 Voir aussi Boccace, Elegia, v. 111-115.
  • 34 Francesco Petrarca, Canzoniere, edizione commentata a cura di Marco Santagata, Milano, Mondadori, (...)
  • 35 Ce passage fait le récit de la naissance des jumeaux de Rebecca et Isaac, le premier à naître («  (...)
  • 36 Francesco Petrarca, Secretum, a cura di Enrico Fenzi, Milano, Mursia, 1992, p. 209 et notes p. 36 (...)
  • 37 En ce qui concerne l’image de la lumière (« lux », v. 19), sans doute faut-il y lire une influenc (...)

20La dernière question rhétorique frôlerait presque le blasphème, en accusant un « deus » d’une ‘négligence’ qui a permis la mort de l’aimée, à l’encontre des lois naturelles. Ce jugement sera considéré par Augustinus dans le Secretum comme une erreur et même un signe de furor, mais à ce stade de la fabula lyrique, c’est le sentiment d’injustice et d’incompréhension qui prévaut. Or, la complainte est la première étape d’un cheminement spirituel32 qui, comme nous le savons, est loin d’être linéaire, puisque cette problématique reviendra après 1348. Pétrarque reprendra la thématique selon laquelle il aurait dû mourir avant Laure, parvenue trop tôt33 « in limina mortis », comme l’exprime la iunctura finale, une thématique présente dans les v. 5 et 21-24 de l’élégie. L’adjectif polysémique « virens » du premier vers renvoie d’ailleurs à cette précocité de la mort : couleur de l’arbre-symbole et de la jeunesse, auquel se superpose paradoxalement le syntagme « già condutta al verde » du sonnet 33 (v. 9), qui signifie « parvenir à la fin de sa vie »34. L’une des variantes de cette thématique est l’inversion d’un « ordre naturel » qui voudrait que chacun meure selon son ordre de venue au monde, un paradoxe rendu par le parallélisme antithétique entre le ‘je’ et Laure : « prior intrassem » / « prior egrediens » (v. 23-24, le dernier syntagme étant une reprise biblique tirée de Gen. 25.25)35. Je ne reprendrai pas ici les références intertextuelles disséminées chez Pétrarque et ses modèles classiques, mises en avant à ce propos par Enrico Fenzi en ce qui concerne le passage du Secretum évoquant le funereum carmen36. La dimension chrétienne côtoie ici une expression héritée de l’Antiquité classique. Le thème médiéval de la Fortune (cf. le De remediis utriusque fortunae pétrarquien ainsi que l’Elegia de Arrigo da Settimello) a été remplacé ici par « fata » (v. 2) et « sortis » (v. 23)37.

  • 38 Maurizio Fiorilla, I classici nel “Canzoniere”. Note di lettura e scrittura poetica in Petrarca, (...)
  • 39 Par exemple « moriarque libens » et « Muor’ mentre se’ lieto » (v. 62). Voir également RVF 246, 7 (...)
  • 40 Par exemple « flens vivam » et « mia vita in pianto » (v. 9), « or vivo pur di pianto » (v. 41).
  • 41 Contrairement à Santagata (qui le relie à Laurus amena), Rosanna Bettarini le considère davantage (...)

21Après la rédaction du Secretum, cette question a toujours des implications d’ordre littéraire et émotionnel au milieu des années 1350, période à laquelle Paola Rizzo situe une note écrite par Pétrarque sur le manuscrit Vitt. Em. 1632 et commentant un passage des Tusculanes (I 85) de Cicéron. Il y est question de la mort de Priam, et du fait qu’il aurait dû mourir plus tôt, afin d’échapper à une série de malheurs. Pétrarque commente ainsi : « idque optimum », puis « et id bonum » (fol. 11r). La datation de cette note aux années 1350 induit Maurizio Fiorilla à proposer cette même datation pour la chanson 331, Solea da la fontana di mia vita (élaborée selon lui dans le contexte de l’ébauche du Triumphus Fame et du De Remediis), sur laquelle Santagata et Dotti ne donnent pas de précisions38. RVF 331 présente de plus de nombreux points de contact avec Laurus amena (notamment les vers 35-36, 43-45 et 61-64), comme plusieurs autres poésies, d’un point de vue lexical mais aussi thématique (le désir de mourir avant Laure ou le regret que cela ne se soit pas produit)39. Signalons en particulier la sextine double 33240, le sonnet 3141 (v. 1-2) et le sonnet 251 (v. 1-4, 7, 12-14), qui entre très tardivement dans le livre (1373-1374), ce qui laisse penser, d’après Rico et Santagata, qu’il a été composé après 1348 comme le reste du cycle du pressentiment de la mort de Laure (RVF 246-254), et peut-être même dans les années 1360-70.

  • 42 Bucolicum Carmen X : laurus y figure à deux reprises en fin de vers. Signalons quelques syntagmes (...)

22Enfin, je ferai remarquer que les similitudes avec les églogues, tout particulièrement la dixième, Laurea occidens, mais aussi la onzième et la troisième, sont frappantes et nombreuses (lexique, positionnement des mêmes mots ou syntagmes en fin de vers)42. L’élégie contient en germe l’allégorie qui y sera développée ainsi que l’image significative de la présence du laurier au Ciel. Dans ce cas, si des fragmenta ont pu être écrits a posteriori afin d’anticiper les poésies in morte, ne se pourrait-il pas que Laurus amena soit chronologiquement plus proche de Laurea occidens ? Dans le cas contraire, si Laurus amena est bien la poésie écrite à l’occasion de la mort redoutée de Laure dans les années 1330, il faut alors supposer que, par sa thématique funèbre, elle révèle la constitution précoce d’un imaginaire de la mort de l’aimée, déployé ensuite significativement dans l’écriture de cette églogue narrant la mort avérée du laurier allégorique et polysémique. Imprégné de la mémoire poétique de ses prédécesseurs et de ses propres textes, Pétrarque propose une réécriture de cette thématique, perfectionnée au fil du temps et disséminée entre plusieurs textes.

Conclusion

23On constate donc une pluralité de sources littéraires, avec leurs aspects lexicaux, phoniques, métriques, sémantiques, qu’il faudrait continuer d’explorer, de même que l’histoire de la transmission et de la réception du texte. Au-delà de la littérature latine classique et des poésies vernaculaires (qui peuvent être à l’origine de l’enrichissement d’une métaphore augustinienne comme le viscum – la glu), la poésie médiolatine constitue un arrière-plan fondamental pour cette poésie élégiaque.

24De plus, comme nous l’avons mis en lumière, les interférences existant avec les textes de Pétrarque ne se limitent pas au Secretum et à RVF 31, puisque Laurus amena fait écho à d’autres fragmenta et anticipe en quelque sorte plusieurs églogues du Bucolicum carmen, en particulier Laurea occidens. Cependant, la complainte sur la mort que contient Laurus amena est une meditatio mortis qui ne résoud rien dans le processus de mutatio vitae du ‘je’ amant et poète, elle est la pure expression de la douleur et du regret de la séparation d’avec l’être aimé.

Haut de page

Notes

1 Francesco Novati, Elegia ritmica di Francesco Petrarca in morte di Laura, Milan, 1910 (Nozze Salvy-De Nolhac, Versailles, 26 nov. 1910).

2 Ernst Hatch Wilkins, The making-of the « canzoniere » and other petrarchan studies, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1951, p. 302-304.

3 « F. Scio, sed non tam inimica michi sunt sidera […] multum pristini vigoris amisit », Francesco Petrarca, Secretum. Il mio segreto, a cura di Enrico Fenzi, Milano, Mursia, 1992, p. 208-209.

4 Ernst Hatch Wilkins, op. cit., p. 351.

5 Ibid., p. 30.

6 Dans l’églogue X – datée de 1348 –, sous la même forme lexicale laurus (v. 21, 282, 349, 382, 399) ou bien celle de laurea (v. 32, 36, 376, 377).

7 Anne-Marie Telesinski, Pétrarque, le poète des métamorphoses, thèse de doctorat sous la direction de Madame le Professeur Anna Fontes Baratto, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2014 ; Id., « Les mythes de métamorphoses dans les Fragmenta de Pétrarque (entre 1331 et 1341) : aux origines d’un topos des RVF », Petrarchesca, 4, 2016, p. 11-26.

8 Petrarca nel tempo. Tradizione, lettori e immagini delle opere, Catalogo della Mostra, Arezzo, Sottochiesa di San Francesco, 22 novembre 2003-27 gennaio 2004, a cura di Michele Feo, Pontedera, Bandecchi & Vivaldi, 2003, p. 312.

9 Marco Santagata, L’amoroso pensiero. Petrarca e il romanzo di Laura, Milano, Mondadori, 2014, p. 61.

10 « Dominus Franciscus Petrarcha cum quedam honestissima mulier quam sub annis iuvenilibus ardenter amauerat in extremis ageret hos versiculos in medio dolore conscripsit impetuose magis quam grauiter » (Messire François Pétrarque, au moment où une femme très honnête qu’il avait aimée ardemment pendant ses jeunes années parvenait à la fin de sa vie, a composé ces vers en proie à la douleur, avec davantage d’impétuosité que de gravité). La traduction est mienne.

11 V. par exemple, sur le genre de l’élégie, Stefano Pittaluga, « Elegia e “nova comoedia” », in Avvisi ai naviganti. Scenari e protagonisti di Medioevo e Umanesimo, a cura di Cristina Cocco, Atiilio Grisafi, Francesco Mosetti Casaretto, Napoli, Liguori, 2014, p. 85-96.

12 Dans la rhétorique antique, il s’agit de l’une des trois catégories de discours distinguées par Aristote : le discours délibératif, le discours judiciaire et le discours épidictique (ce dernier visant à démontrer les qualités d’un personnage vivant ou défunt).

13 De même, dans l’Elegia di Costanza de Boccace (1332-1334 environ, contemporaine donc de Laurus amena), la complainte de l’amant fait passer au second plan la présentation des vertus de l’aimée défunte. Pour les spécificités d’une autre élégie boccacienne, l’Elegia di Madonna Fiammetta, de type différent, v. Johannes Bartuschat, « Boccace et Ovide : pour l’interprétation de l’“Elegia di Madonna Fiammetta” », Arzanà, 6, 2000, p. 71-103.

14 Luca Marcozzi, « Fisiologia e metafora del pianto fra Cino e Petrarca », in Lachrymae : mito e metafora del pianto nel Medioevo, Atti delle III Giornate internazionali interdisciplinari di studio sul Medioevo, Siena, 2-4 novembre 2006, a cura di Francesco Mosetti Casaretto ; con la collaborazione editoriale di Roberta Ciocca ; indici a cura di Carla Piccone, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2011, p. 341-342.

15 Rappelons que ce texte mêle la complainte et l’invective personnelles (livres I et II) à un discours philosophique et moral (livres III et IV), et ne se rattache pas aux thématiques amoureuses et funèbres. Arrigo da Settimello, Elegia, edizione critica, traduzione e commento di Clara Fossati, Firenze, SISMEL-Galluzzo, 2011 ; Enrico da Settimello, Elegia, a cura di Giovanni Cremaschi, Bergamo, Istituto italiano edizioni Atlas, 1949 ; Henrici Septimellensis Elegia sive De miseria, recensuit, praefatus est, glossarium atque indices adiecit Aristides Marigo, Patavii, A. Draghi, 1926 ; Marco Galdi, « Note all’“Elegia” di Arrigo da Settimello », Giornale storico della letteratura italiana, XLVIII (1930), p. 39-54.

16 Daniela Goldin Folena, « Petrarca e il Medioevo latino », Quaderni petrarcheschi, IX-X, 1992-1993, p. 470 et note 26.

17 Id., p. 474. L’auteur affirme également que des « attitudes, procédés et formes typiques de son époque et de celles qui l’ont immédiatement précédée » sont perceptibles chez Pétrarque (p. 469).

18 Edmond Faral, Les Arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècles. Recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1962 [1924], p. 362. Matthieu de Vendôme, quant à lui, ne développe pas ce type de vers, même s’il en donne un exemple dans son Ars versificatoria. Il critique d’ailleurs la futilité des vers léonins qui comportent, en plus de la rime en fin de vers, des rimes internes (Matthieu de Vendôme les qualifie de nugae et préconise de les exclure de l’enseignement, Id, p. 166-167).

19 Baudri de Bourgueil, Poèmes, traduction par Jean-Yves Tilliette, Paris, Belles Lettres, 1998. Signalons également que le texte 74 est un planctus pour la mort de son maître.

20 Gianfranco Folena, Culture e lingue nel Veneto medievale, Padova, Libreriauniversitaria.it Edizioni, 2015 [1990], p. 140-141.

21 Luca Marcozzi, op. cit., p. 341-342.

22 Cynthia est le nom du mont à Délos où naquit Apollon. V. Élégie I 19 où il est question de la mort de Cynthie. On remarquera la parenté avec le mythe du dieu de la poésie.

23 V. par exemple les Planctus Mariae médiévaux, la lauda « Donna de Paradiso » de Iacopone da Todi.

24 À distinguer donc du thème de l’una mors, selon lequel les proches survivant meurent également métaphoriquement. Voir à ce propos, pour l’Ep. I, 7, Sabrina Stroppa, Petrarca e la morte tra « Familiari » e Canzoniere, Roma, Aracne, 2014, p. 43.

25 Dante Alighieri, Vita nova, a cura di Guglielmo Gorni, Torino, Einaudi, 1996.

26 Ibid., (14), v. 73-79.

27 La mort attendue et perçue comme un bien par la fin des souffrances terrestres et la perspective de rejoindre l’aimée et d’accéder au paradis est un topos présent ailleurs chez Pétrarque dans différents contextes (« Morere dum letus es », Fam XI 51 et De rem. I 90 12), mais déjà dans le Tobias de Matthieu de Vendôme, on trouve le même concept de « douce mort » (v. 387), de même que dans l’Elegia boccacienne (v. 104).

28 Daniela Goldin Folena, op. cit., p. 477.

29 http://www.thelatinlibrary.com/abelard/epistola.html. Pour la traduction française : Abélard et Héloïse. Correspondance, texte traduit et présenté par Paul Zumthor, Paris, 10/18, UGE, 1979, p. 126.

30 Les traductions sont miennes.

31 Silvia Chessa, Il profumo del sacro nel « Canzoniere » di Petrarca, Firenze, Società editrice fiorentina, 2005, p. 223-230. Voir aussi RVF 40, 3.

32 Comme l’a mis en évidence Raffaella Zanni, le De excessu fratri de Saint Ambroise, connu de Pétrarque, renouvelle l’approche chrétienne du deuil en considérant que les pleurs ne sont pas à proscrire et sont partie intégrante du processus qui conduit au dépassement de la douleur et à la réflexion sur la résurrection. Raffaella Zanni, « Amicizia e retorica della consolatio : note in margine ad un “singolare” lamento funebre boccacciano (Filocolo V, 75) », Arzanà, 13, 2010, p. 211-243 : 242.

33 Voir aussi Boccace, Elegia, v. 111-115.

34 Francesco Petrarca, Canzoniere, edizione commentata a cura di Marco Santagata, Milano, Mondadori, 2004 [1996], note ad loc.

35 Ce passage fait le récit de la naissance des jumeaux de Rebecca et Isaac, le premier à naître (« prior egressus est ») étant Ésaü, avant Jacob. On remarquera l’inversion sémantique chez Pétrarque, puisque le verbe signifiant « sortir », ou plus exactement ici « naître », prend le sens de « mourir » (sortir de la vie).

36 Francesco Petrarca, Secretum, a cura di Enrico Fenzi, Milano, Mursia, 1992, p. 209 et notes p. 362-363. Pour une synthèse des différentes considérations sur la mort chez Pétrarque, voir aussi Sabrina Stroppa, « Morte », in Lessico critico petrarchesco, a cura di Luca Marcozzi e Romana Brovia, Roma, Carocci, 2016, p. 208-219.

37 En ce qui concerne l’image de la lumière (« lux », v. 19), sans doute faut-il y lire une influence du langage religieux, mais aussi une caractéristique de la poésie stilnoviste (voir également RVF 327-331). Faisons remarquer en passant que la structure verbe + fateor en incise, présente dans ce vers 19, est caractéristique de l’écriture de Pétrarque (par exemple Ep., I 14, 29-30 : « Hec meditans, fateor, trepido mortisque propinque / auguror insidias » (« en méditant sur cela, je l’avoue, je tremble et je sens près de moi les embuscades de la mort »).

38 Maurizio Fiorilla, I classici nel “Canzoniere”. Note di lettura e scrittura poetica in Petrarca, Roma-Padova, Antenore, 2012, p. 139 et 141-142.

39 Par exemple « moriarque libens » et « Muor’ mentre se’ lieto » (v. 62). Voir également RVF 246, 7-8.

40 Par exemple « flens vivam » et « mia vita in pianto » (v. 9), « or vivo pur di pianto » (v. 41).

41 Contrairement à Santagata (qui le relie à Laurus amena), Rosanna Bettarini le considère davantage comme un rêve qu’une maladie réelle de Laure. V. Francesco Petrarca, Canzoniere, Rerum vulgarium fragmenta, a cura di Rosanna Bettarini, Torino, Einaudi, 2005, note ad loc.

42 Bucolicum Carmen X : laurus y figure à deux reprises en fin de vers. Signalons quelques syntagmes significatifs : « copia flendi » (BC XI, 9), « precipitique gradu » (BC II, 25), « mors equa » (BC XI 50), « incola celi » (BC X, 149), « limina montis » (BC X, 51, qui fait écho à « limina mortis », Laurus amena v. 24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Telesinski, « Notes sur une poésie oubliée de Pétrarque : Laurus amena »Arzanà, 21 | -1, 38-49.

Référence électronique

Anne-Marie Telesinski, « Notes sur une poésie oubliée de Pétrarque : Laurus amena »Arzanà [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 08 juillet 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/2003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.2003

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Telesinski

Université de Caen Normandie / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CERLIM, annemarie.telesinski@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search