Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-17Pratiques de l'exclusion et typol...La vie effacée du poète dissident

Pratiques de l'exclusion et typologies de l'écriture

La vie effacée du poète dissident

Iacopone et le « peuple » à Todi
La vita cancellata del poeta dissidente. Iacopone e il «popolo» a Todi
Antonio Montefusco
Traduction de Malika Combes
p. 53-73

Résumés

Le processus de contrôle de la population et de l’orthodoxie, que les institutions laïques et ecclésiastiques mettent en œuvre, de façon significativement parallèle, au XIVe siècle, avait accompagné, au XIIIe siècle, l’émergence et l’affirmation, en Italie, de la culture en langue vernaculaire. Des phases de conflit (autour du concile de Lyon II, à cause de la recrudescence des luttes entre factions dans les Communes ou pendant le pontificat de Boniface VIII) marquent cette affirmation d’une manière qui n’a pas encore été étudiée en profondeur. À partir du constat de ces interactions, l’auteur de cette contribution avance une hypothèse concernant l’itinéraire biographique du poète franciscain de Todi, Iacopone. Se rapportant aux études récentes sur l’évolution politique de cette Commune ombrienne, l’auteur attribue à Iacopone un rôle de protagoniste dans l’expérience du « primo popolo » à Todi et considère que cette expérience a marqué son existence de religieux et de poète lié à la dissidence franciscaine, au moment précisément où Todi resserrait ses liens avec la papauté et mettait en place un modèle politique original. Cela ressort notamment de la présence, dans la poésie de Iacopone, d’un lexique et d’un imaginaire de l’exclusion qui traverse toute sa production, anticipant la nouveauté, bien problématique, de l’approche dantesque de l’exil, revendiqué en tant qu’élément constitutif de l’auctor.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit par Malika Combes

Notes de l’auteur

Étant données l’imposante bibliographie et l’interprétation en quelque sorte délicate de certains points abordés ici, je préfère maintenir la forme de l’expression orale. Je limiterai, par conséquent, les notes à l’essentiel, et j’éviterai donc d’alourdir le texte par un appareil de réflexions historiographiques qui détourneraient de l’intention principale. La traduction des textes de Iacopone, avec des ajustements, se base sur Jacopone da Todi, Les «  Laudi  », intr. et trad. par L. Portier, Paris, Cerf, 1996. Je l’ai corrigée sur quelques points parce qu’elle est fondée sur l’édition Ageno (Laudi, Trattato e Detti, Florence, Le Monnier, 1953), tandis que l’édition de référence est, depuis, celle dirigée par F. Mancini  : Iacopone da Todi, Laudi, Roma-Bari, Laterza, 1974. Je saisis cette occasion pour remercier les participants au colloque, et, en particulier, Anna Fontes et Giuliano Milani, dont les encouragements, les suggestions et les remarques sont à l’origine de la réflexion qui est ici mise à l’écrit.

Texte intégral

1

  • 1 . Un exemple particulièrement frappant, à cet égard, est constitué par la simple et évidente omissi (...)
  • 2 L’incipit de Folquet A vos, midontç, voill retrair’ en cantan [BdT 155.4], repris dans Madonna, dir (...)

1Iacopone est une figure énigmatique dans la littérature italienne du xiiie siècle. Même si son «  laudario  » représente l’un des sommets de la poésie religieuse européenne, il est très souvent perçu comme une œuvre périphérique au sein de la littérature vernaculaire naissante et des rapports de concurrence et d’échange qui se nouent entre les deux aires culturelles de la Toscane et de la Vénétie1. Les raisons invoquées – certaines de nature psychologique, quasi pathologique, d’autres inhérentes aux choix religieux, d’autres encore philologiques – ne suffisent pourtant pas à expliquer une marginalisation qui est contredite par la proximité du frère-poète avec les poètes qui lui étaient contemporains (surtout Guittone) et avec ceux qui étaient à peine plus jeunes (Dante, en premier). Je me réfère ici au problème très concret de la compatibilité entre l’optique courtoise et la perspective chrétienne, qui se posait, à l’époque, à un grand nombre des poètes et que certains d’entre eux avaient partiellement résolu sur le plan de la biographie, à travers l’escamotage (si vous me passez l’expression un peu brutale) de la conversion. Je pense à l’exemple de Folquet de Marseille, devenu moine cistercien alors qu’il était au sommet, pour ainsi dire, de sa carrière poétique, et qui a constitué par là un modèle de renonciation au profane. Si nous pensons que l’incipit de «  Madonna dir vo voglio  » de Giacomo da Lentini, qui peut être considéré comme le texte fondateur de la tradition poétique italienne, est une adaptation d’un incipit de Folquet, et que l’incipit de Giacomo da Lentini a inspiré de nombreux poètes au cours du xiiie siècle, on peut en conclure que l’évêque de Toulouse est devenu une sorte de fantasme et d’avatar de la création poétique en langue vulgaire2.

  • 3 E. Menestò, 1997, «  La biografia di Iacopone  : questioni non ancora risolte  », in M. Poli (éd.), (...)
  • 4 Il s’agit d’un point particulièrement discuté dans la biographie et dans l’interprétation des œuvre (...)
  • 5 Iacopone da Todi, Laudi…, 53. 128-30  : «  Cela ne m’est pas chose nouvelle, / car le long capuchon (...)
  • 6 Cf. E. Paoli, 2003, «  Osservazioni sulle “vite antiche” di Iacopone da Todi  », Studi medievali, X (...)
  • 7 Je me réfère essentiellement à E. Menestò, «  “Che farai, fra Iacopone  ?”  » …, p. 17.
  • 8 Le terme «  rejet  » est utilisé par L. Andreani, 2006, «  Todi al tempo di Iacopone  », in F. Biso (...)

2Iacopone se situe sur le versant opposé, car son choix retentissant d’endosser l’habit de pénitent pendant dix longues années avant d’entrer dans l’ordre des frères mineurs place délibérément dans l’ombre tout son parcours biographique précédent3. Dans la laude-manifeste du Iacopone «  spirituel  », Que farai, fra’ Iacovone  ?, la vie laïque du frère n’existe pas, elle est délibérément effacée. La condition éprouvante de prisonnier qu’il décrit dans ce poème est pour lui l’occasion de se poser la question, très urgente, du «  que faire  », et de récapituler, en lui attribuant une valeur exemplaire, prophétique et eschatologique, son parcours de franciscain engagé dans les rangs des «  Spirituels4  ». Ce parcours a débuté en 1268, date à laquelle Iacopone a revêtu pour la première fois «  le long capuchon  » de «  bezzocone5  ». Cette année-là – sur laquelle je reviendrai –, Iacopo a entre 30 et 40 ans  : c’est-à-dire qu’il est «  à la moitié du chemin  ». Aussi bien la tradition hagiographique, tardive et peu fiable6, que le matériel hétéroclite dont l’historiographie s’est emparée7, mettent fortement l’accent sur ce coup de théâtre, à la fois narcissique et auctorial, qui détermine quasiment un vide de nature civique dans l’existence du Tudertin. L’historienne Laura Andreani a pointé ce problème pour conclure finalement, à juste titre, qu’un tel vide se fonde pour l’essentiel sur un rejet réciproque  : celui que la ville a réservé à son poète le plus célèbre, mais orgueilleux et isolé (suivant l’approche psycho-pathologique), et auquel ce dernier a répondu par un silence méprisant et tout aussi assourdissant8.

3Si on envisage le cas de Iacopone du point de vue de l’exclusion, celle-ci semble correspondre pleinement à cette dynamique de rejet réciproque. Excommunié par le pape Boniface VIII pour son soutien à la rébellion des cardinaux Colonna, et persécuté comme le seront également ses alliés «  spirituels  » – je reviendrai sur ce point –, frère Iacopone et sa poésie se réduiraient à leur appartenance au seul milieu ecclésiastique, sans interférer dans les destinées citadines qui en constituent la toile de fond. Cela confirmerait, en définitive, l’abîme qui le sépare des expériences parallèles, poétiques et intellectuelles, du xiiie siècle.

  • 9 E. Artifoni, 2003, «  I governi di ‘popolo’ e le istituzioni comunali nella seconda metà del secolo (...)
  • 10 G. Milani, 2009, «  Banditi, malesardi, ribelli. L’evoluzione del nemico pubblico nell’Italia comun (...)

4Une voie différente peut, cependant, être explorée  ; peut-être est-elle encore incertaine et mériterait-elle d’être étayée par une argumentation plus solide, mais elle est, à mon avis, très prometteuse. Il s’agirait d’utiliser les résultats des études récentes sur la commune de Todi, en prenant en compte ses spécificités tout en gardant plus largement à l’esprit ce qui, dans la pratique de l’exclusion, est contextuellement reconductible à l’idée d’un contrôle total du corps politique. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, cette idée prend forme à travers le processus hégémonique de développement institutionnel que les gouvernements «  populaires  » imposent au régime du podestat9  : à travers, par exemple, ces imposants procédés de fichage nominal qui ne seront utilisés que dans un second temps (au tournant du xiiie siècle) pour servir l’objectif de la criminalisation de la dissidence politique10.

5Je me suis demandé si Iacopone pouvait trouver place dans ce contexte, et la réponse a été, pour moi, ô combien surprenante. Je pense que l’on peut prendre le risque d’avancer qu’il existe des arguments permettant de forger un nouveau paradigme, dont, dans le cadre de cet article, je ne peux que donner les éléments essentiels. Il me faudra puiser tout à la fois dans les sources littéraires, les chroniques et les sources documentaires  : d’où, par endroits, une démarche d’érudition. Je ne développerai pas mon propos de manière chronologique – ne serait-ce que pour ne pas dissocier les deux dimensions, ecclésiastique et civique –, mais je l’organiserai autour de quelques moments-clés, se situant entre les années bonifaciennes et, d’un autre côté, l’émergence des forces «  populaires  » dans l’histoire de Todi au xiiie siècle.

2

  • 11 J. Coste (éd.), 1995, Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins (13 (...)
  • 12 G. Falco, 1925 («  Sulla formazione e la costituzione della signoria dei Caetani (1282-1303)  », Ri (...)
  • 13 S. Carocci, 1999, «  La signoria dei baroni romani a Sermoneta e nel Lazio nel Duecento e nel primo (...)

6Le conflit qui opposa au pape les cardinaux Colonna appartenant à la lignée de Palestrina a récemment été élucidé (en partie, du moins) grâce à la publication, par Jean Coste11, d’une énorme quantité de documents (textes juridiques et de propagande) concernant le procès contre Boniface. Le conflit s’enracine dans l’expansion vertigineuse de la seigneurie des Caetani, fruit de la brutalité12 d’une politique visant l’expansion patrimoniale de cette famille qui, à Rome et dans le territoire de Campagna et Marittima principalement, entre en concurrence ouverte avec les Colonna13.

  • 14 Boniface VIII en procès…, p. 5.
  • 15 Ibid., p. 32-42.

7Invités à comparaître devant le pape le 4 mars 129714, à la suite de l’assaut d’un convoi des Caetani mené par l’un des Colonna, les cardinaux Pietro et Giacomo, frère et oncle du responsable, rédigent un mémoire, daté du 10 mai, qui sera à la base d’un affrontement très dur, y compris sur des questions doctrinales et spirituelles. Dans cette phase, les postulats des Colonna sont  : l’illégitimité de l’élection de Boniface, qui avait obtenu par la fraude la démission de son prédécesseur  ; la gestion tyrannique de la charge pontificale, qui constitue une offense au Christ et à la tradition ecclésiastique  ; la nécessité d’un concile général15.

  • 16 Qui est pourtant centrale dans le Manifeste  : «  Respondemus ad ultimum verbum inter alia, in mand (...)
  • 17 A. Frugoni, 1959, «  Iacopone francescano  », in Iacopone e il suo tempo (Todi, 13-15 ottobre 1957) (...)
  • 18 «  ma poi che tu salisti enn ofizio papato  ».
  • 19 Publiée par L. Fumi et A. Cerlini dans Archivio Muratoriano, 14, 1914, p. 112-139  ; quelques extra (...)
  • 20 «  de congregar le cose granne n’à’ auta cura  ».
  • 21 «  l’alma e lo corpo ài posto a llevar to casata  ».
  • 22 «  cusì par che llo scandalo te sia solazzo e ioco  ; / dell’aneme redente par che ne curi poco  !  (...)
  • 23 «  Pensavi per augurio la vita perlongare  !  » Le dossier, déjà rassemblé par J. Coste, a été soum (...)

8Le texte, connu sous le nom de «  manifeste de Lunghezza  », a été signé, entre autres, par trois frères mineurs  : un dénommé frère Benedetto de Perouse, un Deodato Rocci de Monteprenestino et, enfin, Iacopo Benedetti de Todi. L’appui de Iacopone à ce manifeste est problématique  : comme l’a déjà relevé Arsenio Frugoni, la question de la légitimité de l’élection du pape16 n’est jamais soulevée dans l’abondant corpus que Iacopone écrit à ce propos  ; elle n’apparaît pas non plus dans la pièce la plus percutante de ce corpus  : O papa Bonifazio, molt’ai iocato al mondo (83)17. Cela ne signifie pas pour autant que ce soutien au «  manifeste  » puisse être réduit à une simple fonction de témoignage. Pour s’en tenir à cette laude, il est opportun d’y souligner l’adhésion totale à une série considérable d’éléments de la revendication colonnienne  : les fautes de Boniface ont été commises autant avant qu’après son élection au siège pontifical («  mais après que tu t’élevas à un office papal18  »)  ; sa venalitas et le souci de congregare pecuniam, selon les termes utilisés par une continuation de la chronique de Martin de Troppau19 («  tu t’es grandement préoccupé de rassembler des richesses  »)20  ; la malhonnêteté de sa politique patrimoniale orientée en faveur de sa famille («  tu as mis toute ton âme et ton corps pour élever ta famille  »)21  ; son indifférence envers les scandales et le destin de son âme («  ainsi ce scandale paraît t’avoir réjoui et amusé  ; / des âmes rédemptrices tu parais te préoccuper peu  !  »)22. D’autres accusations lancées par Iacopo seront reprises dans les dépositions de Pietro Colonna lors du procès post mortem du pape, en particulier sa conviction d’être supérieur à saint Pierre, les festivités scandaleuses à l’occasion de l’adoubement de son neveu Roffredo III, et enfin l’idolâtrie et même l’illusion de pouvoir prolonger sa propre vie («  Tu pensais prolonger ta vie par les augures ! »)23.

  • 24 D. Waley, 1982, «  Colonna, Pietro  », in Dizionario Biografico degli Italiani, XXVII, p. 399-402   (...)
  • 25 Sur les rôles différents des deux cardinaux, cf. P. Vian, 2003, «  Bonifacio VIII e i Colonna  : un (...)
  • 26 G. L. Potestà, 2002, «  La duplice redazione della Historia septem tribulationum  », Rivista di sto (...)
  • 27 Voici le texte de la souscription, à la fin du manifeste de Lunghezza  : «  Actum in castro Longeti (...)

9Plus qu’autour de Pietro, à qui l’on peut attribuer les accusations les plus politiques dans le conflit contre Boniface24, c’est dans le monde religieux entourant le cardinal le plus âgé que la présence et le soutien de Iacopone trouvent une justification, comme le montre la signature de son confrère Deodato Ricci, qui fut l’exécuteur testamentaire de Giacomo Colonna25. Le cardinal était entouré d’un groupe de visionnaires et de spirituels, parmi lesquels se détache Angelo Clareno, qui, si l’hypothèse formulée par Gian Luca Potestà est correcte, écrivit entre 1309 et 1314 la première version de l’Historia septem tribulationum pour présenter, justement sur une commande du cardinal, une vision historiographique du développement franciscain alternative à celle de la «  Communauté26  ». Je rappelle ce fait parce que le titre sous lequel Iacopo apparaît dans la souscription que l’on a déjà mentionnée («  vir religiosus  ») n’est pas très éloigné de ce que Clareno dit de lui lorsqu’il évoque la naissance officielle des Pauperes heremiti domini Coelestini  : un frère chez qui «  Christus et eius spiritus inhabitare credebatur  », une auctoritas spirituelle, donc, et un point de référence pour le monde de la dissidence franciscaine27.

  • 28 Dans le réquisitoire contre le gouvernement tyrannique de Boniface VIII présenté le 15 juin 1297, e (...)
  • 29 «  Epistula ad Conradum de Offida  », in L. Oliger, 1918, «  Petri Iohannis Olivi de renuntiatione (...)
  • 30 «  Item si papatui cedere esset possibile, verisimile est, quod multi sancti pape hactenus renuntia (...)

10Vu de cette manière, Iacopo semble avoir joué un rôle plutôt important dans le conflit prénestinien, peut-être en véhiculant des orientations du franciscanisme dissident de l’Ombrie et de la Provence28, qui, entre 1294 et 1297, avait largement débattu du problème non pas tant de la légitimité de l’élection de Boniface que du renoncement à la papauté par Célestin V. C’est sur ce sujet qu’intervient le frère Pierre de Jean Olieu en 1295, dans une quaestio universitaire et dans une lettre à Corrado da Offida (qui est lié à la frange la plus radicale des spirituels italiens)29. Aux doutes émis par ces derniers – dont nous n’avons aucune trace, mais qui devaient être particulièrement abondants puisque Pierre de Jean Olieu dut répondre, dans la quaestio, à pas moins de douze objections –, le frère provençal rétorque en distinguant entre «  le pouvoir du sacrement de l’ordre  » (lié à la condition cléricale et épiscopale) et le «  sacrement de la juridiction  »  ; celui-ci, qui est lié à la condition de pontife, est indestructible, sauf en cas de mort du pontife, mais aussi en cas d’hérésie manifeste, et surtout lorsque le pape ne se sent pas à la hauteur de ses compétences30.

  • 31 Sur ce sujet, voir P. Herde, 1981, Cölestin V (1294), Peter vom Morrone, Stuttgart, A. Hiersemann.

11La référence au cas de Pier da Morrone est ici évidente. L’éphémère pontificat de l’ermite des Abruzzes fut un moment-clé dans l’histoire religieuse de cette période  : un moment d’espérance, mais aussi de crainte – beaucoup ont probablement été sceptiques  ; ce fut néanmoins un tournant, marqué par des tonalités eschatologiques31. Parmi les sceptiques, je dirais que peuvent sans doute être comptés Pierre de Jean Olieu et, avec lui – comme c’est assez souvent le cas –, Iacopone. Je dirais même que c’est justement à ce moment-là que semblerait s’affirmer pour la première fois une intention prophétique dans son écriture, dans la mesure où le groupe compact des laudes sur Boniface se relie étroitement à la laude sur Pier da Morrone  :

Que feras-tu, Pier da Morrone  ?
Tu es venu à l’épreuve.

Nous verrons au travail
car en cellule tu as contemplé  ;
si le monde est trompé par toi
il en suit malédiction.

  • 32 «  Que farai, Pier da Morrone  ? / Éi venuto al paragone. / Vederimo êl lavorato / che en cell’ài c (...)

Ta renommée est montée haut,
en nombreux lieux elle est allée  ;
Si tu te souilles à la fin
pour les bons tu seras confusion32.

12En se confrontant au pouvoir, au «  sacrement de juridiction  », on peut voir que le poète pauper interroge la possibilité même d’y réaliser («  nous verrons au travail  ») un parcours de perfection («  car en cellule tu as contemplé  »)  : c’est en cela que consiste l’épreuve (le «  paragone »), le point de non retour de Pietro, avant qu’il ne devienne, par la suite, celui de Iacopo, dans la formidable réécriture de cette laude, au lendemain de la capitulation de Palestrina, qu’est le texte déjà cité Que farai, fra  Iacovone ? :

Que feras-tu, frère Iacopone  ?
Tu es venu à l’épreuve.

  • 33 «  Que farai, fra’ Iacovone  ? Éi venuto al paragone. / Fusti al Monte Pellestrina, / anno e mezzo (...)

Tu as été à Palestrina
un an et demi en pénitence  ;
là tu as pris une maladie,
d’où tu as maintenant la prison33.

  • 34 «  Eosdem quoque Jacobum et Petrum, quondam cardinales […] [et filios et heredes] […] omnibus jurib (...)

13L’épreuve, dans ce dernier cas, consiste dans la condamnation solennelle lancée par Boniface dans la Lapis abscissus, par laquelle les cardinaux Colonna, leurs parents et leurs partisans sont excommuniés, privés de leurs biens et, pour finir, exilés et bannis  : le bannum, qui est ici «  limité  » à l’expulsion de l’urbs, du districtus et des territoires sujets à la Romana Ecclesia, s’insère en fait dans le crescendo de la sententia excommunicationis, qui aboutit à une sorte de «  mort sociale34  ».

  • 35 «  Probendato en cort’i Roma, / tale n’ho redutta soma  ; / onne fama se ’n ci afuma, / tal n’aio ’ (...)
  • 36 «  Maledicerà la spesa / lo convento che l’à presa  ; nulla utilità n’è scesa / de la me’ reclusion (...)
  • 37 Voir, à titre d’exemple, l’opposition «  ser Jacomo  »/«  frate Jacopone  » dans la vie dite toblér (...)

14On peut conclure cette partie en montrant justement que, dans les laudes anti-bonifaciennes, le «  paragone » et l’épisode de Célestin (à l’intérieur du débat collectif qui en découle) contribuent à un engagement de type prophétique – affiché par l’auteur, qui dépasse de cette manière le cercle étroit de la réception confraternelle et franciscaine pour s’adresser au «  mondo che mal vive  ». Pour servir un tel objectif il mobilise un lexique structuré de l’exclusion, toujours caractérisé par la même terminaison -one, dans lequel figurent, de manière frappante et en position centrale, les termes maledezzone35 («  malédiction  ») et reclusione36 («  réclusion  »), germant à partir du «  paragone  » selon un rythme soutenu. Le fruit le plus important d’une telle germination est le nom de l’auctor, du nouveau prophète à la Jean-Baptiste, «  Iacovone  »  : une innovation radicale, mais durable, que l’on retrouve jusque dans ses biographies, qui démarquent nettement le «  Iacobus  » laïc du «  frater Iacobonus  » ou «  Iacoponus37  ».

  • 38 A. Montefusco, «  Repenser les “Spirituels”. Auto-exclusion, répression et identité dissidente dans (...)
  • 39 Sur cela, voir S. Piron, «  Le mouvement clandestin des dissidents franciscains au milieu du xive s (...)
  • 40 Voir l’utilisation dans Que farai, Pier da Morrone  ?  : «  Amor bastardo à ’l pagamento / de sotto (...)
  • 41 «  A ffar l’onore en te morire, / le recchezze fa esbannire, / la scienzia tacere / e ffuir fama de (...)
  • 42 «  Que n’è opporto tal omo, per cu’ va’ afatiganno  ? / Se nn’è da te fugito, a te non torna ’n dan (...)
  • 43 «  “Que fai, anema predata  ?” / “Faccio mal, cà so dannata. / Aio male che è enfenito, / onne bon (...)
  • 44 «  “Amor, mustram’el como, / cà êl quanto no n’è omo, / che ’l no somerga el somo / del quanto esme (...)
  • 45 M. Lucarelli, 2007, «  Tracce di cultura giuridica nel laudario iacoponico  », in La vita e l’opera (...)
  • 46 D’après les stimulantes observations de E. Artifoni, «  I governi di “popolo”  » …, 13-14. Rappelon (...)
  • 47 Rappelons le très célèbre passage du Liber de moribus hominum de Iacopo da Cessole, dans lequel les (...)

15Là où, dans la laude sur Célestin, les terminaisons en -one se concentraient – à la suite d’Olieu – sur les effets négatifs que l’action d’un pape incapable peut avoir sur les fidèles (et un terme les caractérisant tous est confusione, «  confusion  »), dans la réécriture autobigraphico-prophétique elles se concentrent au contraire sur le processus concret de l’exclusion auquel est assujetti le juste. L’importance de la captivité émerge avant tout à travers le terme presone («  prisonnier  »). J’ai récemment montré en quoi le recours à l’emprisonnement, dans la répression de la dissidence religieuse à l’intérieur de l’espace claustral, est une nouveauté du xiiie siècle qui fut utilisée par les franciscains pour une répression collective explicitement dirigée contre les «  spirituels38  ». L’insistance sur sa propre vie de prisonnier est donc, ce qui peut se comprendre, liée à la formation d’une identité des mouvements dissidents paupéristes du xiiie siècle, qui aura pour champions Iacopone et Pierre de Jean Olieu39. Cet élément, crucial pour la construction d’une figure exemplaire de prophète eschatologique à travers son rapport avec l’écriture et la dissidence, va notamment de pair avec le recours au bannum (de nouveau au moyen du dernier terme en -one sur lequel je m’appuie  : sbandesone, «  bannissement  »)40. C’est là un élément extrêmement productif du point de vue métaphorique puisqu’il touche à la pauvreté (bannie par les richesses)41, la sotériologie (le bannissement de l’homme du paradis terrestre)42, la morale (l’âme damnée bannie du paradis)43, dans un enchevêtrement sémantique du plus grand intérêt (surtout par l’image du pauper peregrinus calquée sur le Christ)44. Il s’agit d’un élément qu’il faut sûrement rapprocher de l’utilisation de termes juridiques techniques dans le «  laudario  », tels que «  vultura  » (virement), «  morganato  » (le morganaticus, cadeau de l’époux le jour après le mariage) ou de plano, qui ne peuvent pas s’expliquer sans la formation juridique de leur auteur45. Iacobus Benedicti, en effet, bien avant d’entrer dans les ordres a vraisemblablement exercé une profession-clé dans le monde communal – et notamment chez le «  popolo46 » – au xiiie siècle, celle de notaire47. Cette remarque va me permettre de pénétrer rapidement, mais avec la plus grande précaution, dans la vie effacée du Iacopo laïc.

3

  • 48 L. Andreani, 2010, «  Todi nel basso medioevo (secoli xiii-xv)  : aspetti di vita politico-istituzi (...)
  • 49 S. Nessi, 1979, «  Per una nuova biografia di Iacopone da Todi  », Miscellanea francescana, LXXIX, (...)
  • 50 Cf. «  La cronaca todina di Ioan Fabrizio degli Atti  », éd. par F. Mancini, dans Le cronache di To (...)

16Ville majoritairement d’obédience papale, Todi participa seulement deux fois aux ligues anti-impériales  : la première fois en 1237, la seconde en 125948  ; dans le Memoriale Communis Spoleti, au bas de la page qui indique l’alliance entre Todi, Spolète et Narni, à la veille même de Montaperti, apparaît la signature de Iacobus Benedictoli49. Nous sommes de nouveau sur le terrain extrêmement fragile des indices, mais peut-être vaut-il la peine d’avancer quelques éléments d’ensemble. L’entrée du notaire de Todi sur la scène politique advient à un moment d’intense accélération du conflit entre les factions, en grande partie liée – comme dans le reste de l’Italie communale – aux revers de la politique internationale. C’est alors que l’on peut attester l’émergence dans les villes d’un primo popolo («  premier peuple  »), qui se caractérise par la tentative, tout à fait inhérente à la pensée politique «  populaire  », de reconduire sur le terrain des institutions les batailles que la militia avait jusqu’alors menées sur le terrain violent de l’ethos chevaleresque et de la suprématie de classe. La chronique d’un podestat, rédigée à la moitié du xiiie siècle, transcrite deux siècle après par le chancelier de l’époque, Giovanni Fabrizio degli Atti, situe en 1255 la nomination du premier capitaine du peuple (Bonifacio Castellano de Bologne), et raconte que, peu de temps après, s’engage dans la ville un affrontement ouvert entre les partes, qui allait aboutir au ralliement du peuple à des positions anti-gibelines50.

  • 51 G. Milani, 2010, «  Podestà, popolo e parti a Todi tra Due e Trecento : per una revisione del parad (...)
  • 52 Ibid., p. 360. Comme ouvrage de référence sur les rapports entre documentation et institutions à l’ (...)
  • 53 E. Artifoni, 1986, «  I podestà professionali e la fondazione retorica della politica comunale  », (...)
  • 54 Sur les dynamiques de la tradition littéraire spécifique à l’Ombrie, cf. I. Baldelli, 1971, Medioev (...)
  • 55 J. Göbbels, 1992, «  Percivalle Doria  », in Dizionario Biografico degli Italiani, 41, s.v.
  • 56 G. Bertoni, 1903, Trovatori minori di Genova, Dresden, Gesellschaft für Romanische Literatur, p. xi (...)
  • 57 L’attribution, problématique, est discutée (dans le canzoniere Chigiano, la chanson Come lo giorno (...)
  • 58 Une hypothèse allant dans ce sens est formulée par A. Vitale Brovarone, 1983, «  Congetture su Perc (...)
  • 59 Par un événement peut-être fortuit, dans l’acte de donation d’une partie de la bibliothèque du card (...)

17Je ne peux pas, dans ce cadre, entrer dans la question des rapports entre peuple et factions à Todi, pour lesquels je renvoie à un essai très clair de Giuliano Milani51. Il me suffit de dire que là aussi, en concordance avec l’émergence du «  peuple  », on note une innovation importante dans la tradition documentaire qui s’ouvre à des écritures «  courantes  », aux registres et aux listes52. Cette culture pragmatique est à la fois un terreau propice à une plus grande efficacité de la machine administrative et un domaine professionnel, social et intellectuel, qui s’ouvre à un certain type de tradition culturelle en langue vulgaire53, dont la culture sicilienne54  : on pense évidemment à la Toscane de Brunetto. Il n’est pas inutile de signaler la présence, justement dans ces mêmes années, du juge génois Percivalle Doria, lequel, après avoir été podestat en Provence et dans l’Italie septentrionale, est nommé vicaire de la Marche d’Ancône et des duchés de Spolète et de Romagne en 125855. Dans les années où Iacopo signe l’accord de Spolète, Percivalle s’employait activement, dans la Marche d’Ancône, à préparer la victoire de Montaperti  ; quelque temps après et à peu de distance de là, il mourra noyé près de Terni, en dirigeant en 1264 un contingent favorable à Manfredi56. On peut voir chez Doria une figure centrale pour l’implantation et la circulation, dans la zone de l’Ombrie, de la tradition courtoise transalpine ainsi que de la poésie sicilienne  : auteur d’un sirvente (Felon cor ai et enic) en provençal sur un thème guerrier, d’une cobla pour une tenzone avec Felip de Valenza et de deux chansons en italien57, il semble bien conjuguer les deux aspects caractéristiques de la production poétique naissante de l’Ombrie. À l’appui d’une telle circulation véhiculée par les équipes des podestats, je peux rappeler qu’un neveu de Doria (ou d’un cousin homonyme)58 récupéra du juge génois Giacomo de Platealonga une série de volumes acquis par son oncle, parmi lesquels, aux côtés de Boncompagno da Signa et des textes de l’ars dictandi, on relève la riche série de volumes et de cahiers de littérature en vulgaire  : «  librum romanciorum de quaternis novem, quaternos decem romanciorum, libros tres romanciorum59.  »

4

  • 60 L’épisode est le point de départ de la réflexion sur le «  paradigme tudertin  » de J.-C. Maire-Vig (...)
  • 61 Ibid., et G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 361.
  • 62 L. Andreani, 1997, «  Per una morfologia della statutaria medievale umbra  », in E. Menestò (éd.), (...)
  • 63 S. Carocci, 2000, «  Barone e podestà. L’aristocrazia romana e gli uffici comunali nel Due-Trecento (...)
  • 64 D. Quaglioni, 1983, Politica e diritto nel Trecento Italiano  : il De tyranno di Bartolo di Sassofe (...)

18Après nous être quelque peu éloignés de notre thème principal, il est opportun d’y revenir en notant avant toute chose la coïncidence ad annum de la conversion de Iacopone et d’un épisode de l’histoire de Todi qui a laissé un grand nombre de traces documentaires. Je me réfère à l’expulsion, le 17 juillet 1268, du podestat bolonais Comazzo Galluzzi, appartenant à la pars geremea anti-souabe. Au cours des tumultes aboutissant à l’exclusion du parti guelfe, la lutte en faveur du podestat est le fait, entre autres, d’une societas populi de medio qui se réunit plusieurs fois, entre les mois de juin et de juillet, sans réussir ni à prévenir ni à contenir l’affrontement60. Dans la Todi gibeline qui s’ensuivit, ce sont justement la societas populi et l’institution du capitaine qui disparaissent pendant quasiment une décennie. Il s’agit d’une éclipse «  peu courante61  », qui se prolonge lors de la paix entre les partes en 1274 et dans le Statuto de l’année suivante62. L’équilibre entre les factions était garanti par le partage paritaire des offices, tandis que le rôle de pacificateur, faisant contrepoids à l’exclusion du «  popolo  » des offices, était confié à la figure des podestats étrangers, recrutés bien souvent dans les rangs des barons romains (en grande partie Savelli et Orsini)63. Le système sera repris dans le régime bipartite du xive siécle, longuement analysé dans un célèbre traité de Bartolo da Sassoferrato64.

  • 65 Sur la résistance des couvents franciscains, les exemples sont nombreux  ; voir, à titre d’exemple, (...)
  • 66 G. Ceci, 2010, in Todi nel Medioevo…, qui situe l’épisode en 1261.
  • 67 L. Andreani, 2010, «  Todi nel Basso Medioevo  »…, p. 51-87  ; mais je voudrais signaler également (...)
  • 68 L’ouvrage de référence est D. Burr, 2001, The Spiritual Franciscans. From Protest to Persecution in (...)

19Il est sans doute erroné d’avancer, par la seule coïncidence chronologique entre ces phénomènes et le parcours «  bizzocale  » (que l’on peut situer, je le répète, entre 1268 et 1278) de Iacopone, une preuve de la proximité des Benedetti, et de leur fils «  spirituel  » le plus célèbre, avec le monde populaire. Cependant, si nous essayons de raisonner à partir de la plausibilité abstraite d’une telle éventualité, nous relevons que, au moins dans une première phase – entre les années 1270 et 1280 –, une telle hypothèse ne semble pas contradictoire avec l’entrée (contrastée et décriée, rappelons-le) du bezocone dans les rangs des franciscains65. Au-delà du domaine spirituel, sans doute crucial, pourrait en effet émerger un intérêt civique qui ne lui serait étranger qu’en apparence  : les Mineurs semblent en réalité mener, dès les années 1260, une politique pacificatrice d’inspiration, du moins au début, anti-gibeline. L’historien de Todi Getulio Ceci rappelle à ce propos une intervention directe de Bonaventure dans la ville au cours des années 126066. Néanmoins, ce n’est vraiment qu’à la fin des années 1270 que s’affirme le pouvoir dans la cité des familles des Acquasparta et des Bentivenga, liées au monde franciscain et très proches du frère67. Le recrutement du notaire Iacobus ne paraît donc pas surprenant  : fort d’une décennie de vie de pénitence hors des Ordres religieux existants et en contact également avec le monde visionnaire de l’Ombrie du xiiie siècle, il accepte d’entrer dans un espace religieux institutionnel justement au moment où, à l’intérieur de celui-ci, s’est enfin dégagé un mouvement d’orientation radicale (avec l’occupation des couvents de la Marche d’Ancône en 1274), bien qu’exposé à la répression68.

5

  • 69 G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 366.
  • 70 Ibid., p. 367.
  • 71 G. Ceci, Todi nel Medioevo…, p. 243-251.
  • 72 Comme le montre l’acte de donation de Matteo d’Acquasparta, cité à la note 59.

20Si nous allons jusqu’aux années 1280 et 1290, de manière en tout point parallèle à ce qui arrive en d’autres lieux, le monde des corporations et un secondo popolo («  second peuple ») s’affirment également à Todi, alors que désormais les podestats ne sont plus recrutés parmi les barons romains69. Le régime du podestat «  fait un saut d’échelle70  » en investissant dans des travaux publics, en désactivant par un système efficace les sources de conflit et de danger que constituaient les magistratures liées à la militia, et, enfin, en impliquant dans l’administration les frères mendiants, chargés de rédiger et conserver les documents officiels71. Iacopo, ancien notaire, est à ce moment lector auprès du couvent franciscain72  : un enseignant, je souligne, d’orientation rigoureusement paupériste, comme le démontrent largement les laudes de la «  lettoria  ».

  • 73 Voir L. Pellegrini, 2010, «  Monaci e ordini mendicanti a Todi e nel territorio diocesano tra secol (...)
  • 74 Je me réfère à Tale qual è, tal è  ; non ci è relïone, Iacopone da Todi, Laude…, 91.
  • 75 «  Adunanse a capituli, a ffar li multi articuli. / El primo dicetore, el primo rompetore. / Vedete (...)
  • 76 «  S’è figl’i calzolaro o de vil macellaro, / menarà tal’ grossure co’ figl’ i’ mperadore  ».
  • 77 Sur ce sujet, voir E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani. Le corporazioni medievali di T (...)
  • 78 «  forno adconcie l’arte de Todi  », La cronaca todina di Ioan Fabrizio degli Atti…, p. 139.
  • 79 E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani  »…, p. 162-163.

21Cette activité semble témoigner d’une phase d’intégration complète à la fois dans le cadre de la cité et dans l’espace des Franciscains, qui imposent leur suprématie au sein des Mendiants de Todi73. Et cependant, un élément de fracture semble apparaître, dans une laude où revient l’opposition entre la cupiditas du savant (ou plutôt du philosophe, étant donné la référence ponctuelle à Paris) et l’observance rigoureuse de la règle des frères mineurs74. On y trouve une condamnation explicite de la divisio («  Ils se réunissent dans les chapitres pour faire leurs nombreux articles / Le premier expose, le deuxième tranche / Voyez le grand amour que l’un et l’autre ont dans le cœur  !  »)75, mais je voudrais aussi souligner, dans les deux vers conclusifs («  Si tu es fils de cordonnier ou d’un vil boucher / Tu feras des grossièretés avec les fils de l’empereur  »)76, un écho, assez fidèle, de l’affirmation des corporations77 sur la scène citadine (voire l’affleurement, à peine perceptible, d’un sentiment anti-gibelin). Alors que, dans le Statuto de 1275, on relève la prééminence d’une seule corporation de métier (celle des mercatores) à laquelle sont confiées des tâches de surveillance, peu d’années après, la chronique transcrite par Atti dit que «  les Arts de Todi furent mis en place78  »  : une indication confirmée, en 1282, par le Liber communantiorum qui enregistre les consules des seize corporations, parmi lesquels se distinguent les «  consules macellariorum  » et les «  consules calçolariorum79  ». Par la suite, ce seront justement ces consules qui éliront le podestat (dans les riformagioni de 1289).

  • 80 Je me permets de renvoyer à A. Montefusco, 2006, «  Amore “baratto” e Amore “mercato”  », Iacopone (...)

22Dans ce cas aussi, l’allusion, à elle seule, est sans aucun doute un indice mais non pas une preuve  ; cependant, elle s’ajoute aux autres allusions aux métiers qui sont disséminées dans le «  laudario  », et dont la productivité métaphorique concerne avant tout les mercatores (il suffit de rappeler son idée d’un «  marché de la rédemption  »), mais va jusqu’à englober même une catégorie professionnelle encore exclue des organisations corporatives  : je me réfère à l’image saisissante du «  Dieu tavernier  » (Dio tavernaro), qui me paraît être un unicum dans la littérature italienne de l’époque80.

  • 81 D. M. Montagna, 1986, «  Filippo e Iacopone  : convergenze agiografiche in morte  ?  », in Le fonti (...)
  • 82 Domenico da Todi, Ystoria del beato Filippo da Fiorenza, dans Todi e s. Filippo Benizi, Todi 1985, (...)
  • 83 E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani  »…, p. 196-202, décrit largement sa trajectoire.

23S’agit-il seulement d’éléments d’une imagerie particulièrement sensible à l’actualité  ? Peut-être que oui  ; je voudrais néanmoins recourir encore à une autre donnée, bien qu’elle soit des plus fragiles. Il s’agit d’un document de 1285 dans lequel un frater Iacobus de Tuderto apparaît au cours du témoignage d’une certaine Divitia en faveur du procès de béatification de Filippo Benizi81. «  Saint des infirmes […] confident et soutien des souffrants82  », Filippo est le saint de Todi appartenant à l’ordre des Servites de Marie, un ordre mendiant qui, en s’installant dans les quartiers bourgeois de la ville en 1274, devient un point de repère dans le monde des confréries, dont il accompagne la rapide ascension, non dépourvue d’aspects anti-nobiliaires, au tournant du siècle83. Il serait intéressant d’approfondir, pour comprendre si des éléments de la sensibilité servite apparaissent dans le «  laudario  ». Si tel était le cas, nous aurions une confirmation du fait que Iacopone – qui pourtant s’obstine à nous renvoyer l’image d’un frère complètement absorbé dans sa mission de prêcheur de la pauvreté radicale – vivait son choix de la règle franciscaine dans la continuité de sa vie de pénitent laïc des années 1270 et se mouvait avec aisance dans le milieu religieux de Todi.

  • 84 E. Menestò, 2003, «  Bonifacio VIII e Todi  », in Bonifacio VIII…, p. 21-57.
  • 85 Sur la construction de San Fortunato, et sur son rôle dans le paysage de la politique religieuse de (...)
  • 86 G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 369.

24En définitive, je crois que ses idées spirituelles lui ont permis de ne pas adhérer pleinement au positionnement de pointe du couvent franciscain sur la scène citadine, en particulier lorsque celui-ci s’allie concrètement avec la nouvelle classe des maiores qui s’affirme dans les années 1290. Il en découle quelques conséquences importantes pour les années bonifaciennes. L’adhésion de Iacopone à la faction des Colonna est peut-être liée à la position qu’il adopte dans les années où émerge un secondo popolo («  second peuple »). À la différence de l’ancien notaire, certaines personnalités de l’Ordre contribuent alors de façon considérable à un rapprochement définitif entre la ville et le nouveau pape Boniface VIII84. Cet accord, scellé par la construction du nouveau siège prestigieux des Mineurs à San Fortunato, accéléra probablement la fin de l’expérience «  populaire85  ». On observe au sommet de la société urbaine une nette fermeture due à un favoritisme diffus, un phénomène rendu possible par le recours à des personnes de provenance gibeline, dans une situation qui rappelle de près la période où Iacopone était bizzoco86.

25Une petite confirmation, d’un point de vue seulement négatif cependant, peut être apportée par les événements successifs. Malgré ses demandes réitérées, comme on le sait, Iacopone n’est pas gracié ni relâché avant le bref pontificat de Benoît XI. De nouveau, la superposition avec ce qui arrive en dehors du couvent est surprenante  : on dirait que Iacopo est réintégrable dans la société seulement quand la situation penche en faveur des corporations.

266. Pour conclure, je reviens rapidement sur la proximité, quant au paradigme culturel, entre l’expérience de Iacopo et la littérature de l’époque. Je voudrais dire les choses clairement  : je considère comme tout à fait plausible l’idée que le poète franciscain de Todi a été un acteur – de quelle importance, il est vraiment difficile de le dire – lié, socialement et idéologiquement, au milieu des notaires proches des expériences du popolo («  peuple  »), et peut-être à la partie de ce dernier la plus liée à l’affirmation des organisations corporatistes (et on doit donc mettre en compte, de manière tout à fait hypothétique, la possibilité aussi d’une certaine distance vis-à-vis de la deuxième expérience d’un gouvernement «  populaire  » à Todi). Quand il subit la sévère excommunication après Palestrina, il connaît tout aussi bien les mécanismes de répression de la dissidence religieuse que les mécanismes d’exclusion des institutions communales, et cette connaissance est à la base de la transfiguration de son expérience d’exclu qu’il opère dans ses textes, ainsi que de la construction d’une image de l’auctor qui contribuera, sciemment, à la nébulosité de son propre parcours de laïc.

  • 87 J. Steinberg, 2007, «  Dante’s First Editors : The Memoriali bolognesi and the Politics of Vernacul (...)
  • 88 J. Najemy, 1994, «  Brunetto Latini’s Politica  », Dante Studies, CXII, p. 33-51.

27Mais ce qui compte est le fait que, en poète isolé, colérique et individualiste, il devient en quelque sorte plus familier, si ce n’est même typique, à une époque où non seulement les notaires assument «  la tâche majeure de l’élaboration intellectuelle  » – et il suffirait ici de rappeler la portée historiographique des «  memoriali  » bolonais contenant la poésie vernaculaire copiée par les notaires87 –, mais surtout où on relève une même capacité d’élaboration idéologique, visant à discipliner la violence des partes, chez les intellectuels du «  popolo »– et ici il est bon de se souvenir de la leçon donnée par les vertus au «  beau chevalier  » dans le Tesoretto de Brunetto88. La comparaison avec Guittone est fructueuse justement parce que, sans que l’on perde de vue pour autant la spécificité des frères Gaudenti, celui-ci démontre la fragilité des frontières entre choix religieux et positions politiques dans cette phase de l’histoire communale, en confirmant – si cela était encore nécessaire – l’extrême importance du lien entre écrivains et «  popolo  » dans le xiiie siècle italien.

Haut de page

Notes

1 . Un exemple particulièrement frappant, à cet égard, est constitué par la simple et évidente omission de Iacopone dans Sergio Luzzatto et Gabriele Pedullà (éds), Atlante storico della letteratura italiana, Amedeo De Vincentiis (éd.), I, Dalle origini al Rinascimento, Turin, Einaudi, 2010.

2 L’incipit de Folquet A vos, midontç, voill retrair’ en cantan [BdT 155.4], repris dans Madonna, dir vo voglio de Giacomo da Lentini, devient à son tour une référence et est repris jusqu’à une quarantaine de fois dans la tradition poétique du xiiie siècle  : R. Antonelli, 2004, «  Dal Notaro a Guinizzelli  », in F. Brugnolo, G. Peron (éds), Da Guido Guinizzelli a Dante. Nuove prospettive sulla lirica del Duecento, Atti del Convegno di Studi (Padova-Monselice, 10-12 maggio 2002), Padova, Il Poligrafo, p. 107-146  : 107-108.

3 E. Menestò, 1997, «  La biografia di Iacopone  : questioni non ancora risolte  », in M. Poli (éd.), Iacopone da Todi, un francescano scomodo ma attuale, XV edizione delle Giornate dell’osservanza. Bologna (13-14 maggio 1996), Bologna, Fondazione del Monte di Bologna e Ravenna, p. 27-40, à rapprocher de E. Menestò, 2007, «  “Che farai, fra Iacopone  ?” Conferme e novità nella biografia di Iacopone da Todi  », in Id. (éd.), La vita e l’opera di Iacopone da Todi, Atti del Convegno di studio (Todi, 3-7 dicembre 2006), Spoleto, Fondazione Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, p. 1-37.

4 Il s’agit d’un point particulièrement discuté dans la biographie et dans l’interprétation des œuvres de Iacopone  ; je me permets de renvoyer, sur ce sujet, aux observations que j’ai développées dans A. Montefusco, 2006, Iacopone nell’Umbria del Due-Trecento. Un’alternativa francescana, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, p. 65-106. Une idée sensiblement différente est développée par S. Brufani, «  Iacopone da Todi, francescanesimo e minoritismo nella crisi di fine secolo xiii  », in Iacopone da Todi, Atti del XXXVII Convegno storico internazionale (Todi, 8-11 ottobre 2000), Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, p. 71-90.

5 Iacopone da Todi, Laudi…, 53. 128-30  : «  Cela ne m’est pas chose nouvelle, / car le long capuchon je retrouve / que pendant dix années entières / je portai, allant pénitent.  » Je préfère pénitent à tertiaire, proposé par Lucienne Portier, parce que, à l’époque de la conversion de Iacopone, le Tiers-Ordre franciscain ne s’était pas encore développé. Donc, par le terme bezzocone Iacopone entend souligner son propre choix d’une vie de pénitence vécue dans l’irrégularité trente ans auparavant.

6 Cf. E. Paoli, 2003, «  Osservazioni sulle “vite antiche” di Iacopone da Todi  », Studi medievali, XLIV, p. 811-861.

7 Je me réfère essentiellement à E. Menestò, «  “Che farai, fra Iacopone  ?”  » …, p. 17.

8 Le terme «  rejet  » est utilisé par L. Andreani, 2006, «  Todi al tempo di Iacopone  », in F. Bisogni, E. Menestò (éds), Iacopone e l’arte in Umbria nel Duecento, Catalogo della mostra (Todi, Palazzi comunali, 2 dicembre 2006-2 maggio 2007), Milano, Skira, p. 17-24  : 23. On le trouve aussi dans Ead., 2007, «  La memoria di Iacopone e la città di Todi  », in La vita e l’opera di Iacopone da Todi…, p. 63-82.

9 E. Artifoni, 2003, «  I governi di ‘popolo’ e le istituzioni comunali nella seconda metà del secolo xiii  », Reti Medievali, IV/2, p. 1-20.

10 G. Milani, 2009, «  Banditi, malesardi, ribelli. L’evoluzione del nemico pubblico nell’Italia comunale (secoli xii-xiv)  », Quaderni Fiorentini, 38, p. 109-143.

11 J. Coste (éd.), 1995, Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins (1303-1311), édition critique, introduction et notes par J. Coste, Roma, Fondazione Camillo Caetani-L’erma di Breitschneider, p. 365-375.

12 G. Falco, 1925 («  Sulla formazione e la costituzione della signoria dei Caetani (1282-1303)  », Rivista storica italiana, 42, p. 225-278  : 227), utilise l’expression «  contadinesca e brutale  ».

13 S. Carocci, 1999, «  La signoria dei baroni romani a Sermoneta e nel Lazio nel Duecento e nel primo Trecento  », in L. Fiorani (éd.), Sermoneta e i Caetani. Dinamiche politiche, sociali e culturali di un territorio tra medioevo ed età moderna, Atti del Convegno della Fondazione Camillo Caetani (Roma – Sermoneta, 16-19 giugno 1993), Roma, Fondazione Camillo Caetani, p. 113-144  ; voir aussi A. Esposito, 2003, «  La famiglia “Caetani”  », in Bonifacio VIII, Atti del XXXIX Convegno storico internazionale, organizzato dal Centro Italiano di Studi sul Basso Medioevo- Accademia Tudertina (Todi, 13-16 ottobre 2002), Spoleto, Fondazione Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, p. 67-88.

14 Boniface VIII en procès…, p. 5.

15 Ibid., p. 32-42.

16 Qui est pourtant centrale dans le Manifeste  : «  Respondemus ad ultimum verbum inter alia, in mandato nostro facto propositum, si tamen mandatum dici debeat, “quod volebatis scire utrum essetis papa”, quod vos non credimus legitimum papam esse, sacroque cetui dominorum cardinalium denuntiamus, suamque provisionem et re medium super hoc exposcimus, cum hoc expediat universali Ecclesie et fidei fundamento ut loco Domini nostri Iesu Christi et in eius vices non nisi verus et legitimus, vere et legitime pastor presit, curamque gregis sibi commussi legitime gerat, ne si, quod absit  !, non erus pastor insurgeret, seu etiam remaneret, non levem iacturam seu fundamentalem subersionem reciperet sancta catholica et universalis Ecclesia, ecclesiastici sacramentis, indigne, proh dolor  ! profanatis, dum per eum indigne, indebite et illegitime ministrarentur, qui potestatem et auctoritatem ministrandi legitimam non haberet. Non enim sacramenta dare possunt qui ea dandi potestatem non habent, nec ministros creare qui non sunt. Frequenter namque audivimus a plurimis non levis auctoritatis viris, ecclesiastici et seculari status et dignitatis, dubitari verisimiliter an renuntiatio facta per sancte memorie dominum Celestinum papam V tenuerit et legitime et canonice facta fuerit, cum verisimiliter contrarium videatur, ex eo quod papatus a solo Deo est et que a Deo vel ab alio superiori committuntur, a nullo possunt inferiori removeri et sic papalis potestas, que a Deo solo committitur, a nullo inferiori removeri posse videtur.  » Rappelons qu’il n’est pas tant question d’un problème concernant l’élection de Boniface que du renoncement de Célestin V. Cf. l’avertissement important d’O. Capitani, 1997 («  La polemica antibonifaciana  », in Iacopone da Todi…, p. 126-148  : 147), dont l’interprétation fait autorité.

17 A. Frugoni, 1959, «  Iacopone francescano  », in Iacopone e il suo tempo (Todi, 13-15 ottobre 1957), Todi, Accademia Tudertina, p. 73-102  : 95-97.

18 «  ma poi che tu salisti enn ofizio papato  ».

19 Publiée par L. Fumi et A. Cerlini dans Archivio Muratoriano, 14, 1914, p. 112-139  ; quelques extraits dans Boniface VIII en procès…, p. 877-883  : 879 (la citation).

20 «  de congregar le cose granne n’à’ auta cura  ».

21 «  l’alma e lo corpo ài posto a llevar to casata  ».

22 «  cusì par che llo scandalo te sia solazzo e ioco  ; / dell’aneme redente par che ne curi poco  !  »

23 «  Pensavi per augurio la vita perlongare  !  » Le dossier, déjà rassemblé par J. Coste, a été soumis à un examen minutieux par O. Capitani, 1997, «  La polemica antibonifaciana  »…, p. 142-143.

24 D. Waley, 1982, «  Colonna, Pietro  », in Dizionario Biografico degli Italiani, XXVII, p. 399-402  ; cela apparaît avec évidence, par exemple, dans le long «  mémoire  » qui développe les articles de Guillaume de Plaisans en 1303, clairement inscrit dans la campagne anti-bonifacienne de la monarchie française  : Boniface VIII en procès…, p. 247-249.

25 Sur les rôles différents des deux cardinaux, cf. P. Vian, 2003, «  Bonifacio VIII e i Colonna  : una riconsiderazione  », in Bonifacio VIII…, p. 214-272.

26 G. L. Potestà, 2002, «  La duplice redazione della Historia septem tribulationum  », Rivista di storia e letteratura religiosa, 38, p. 1-38  : 15-21.

27 Voici le texte de la souscription, à la fin du manifeste de Lunghezza  : «  Actum in castro Longetie in territorio Romano, in domo domini Petri de Comite, presentibus venerabilibus viris, domino Riccardo de Montenigro, preposito Remensi et domino Thomasio de Montenigro, archidiacono Rothmagensi, domino Iacobo de Labro, canonico Carnotensi, magistro Alberto de Casteniate, canonico Ebredunensi, magistro Iohanne de Gallicano, domini pape scriptore, canonico Ecclesie Sancti Reguli Silvanectensis, ac religiosis viris frate Iacobo Benedicti de Tuderto, fratre Deodato Rocci de Montepenestrino ac frate Benedicto de Perusio, ordinis fratrum minorum, testibus ad premissa vocatis specialiter et rogatis.  » (Boniface VIII en procès…, p. 40-42). Voir aussi le récit de la mission chez Célestin V d’après Ange Clareno  : «  Interea fratre Petro de Morone ad pontificatum assumpto, placuit generali ministro et omnibus principalioribus fratribus in quibus Christus et eius spiritus inhabitare firmiter credebatur, et presertim fratri Conrado de Offida, Petrus de Monticulo, Jacobo de Tuderto, Thome de Trivio, Conrado de Spoleto et reliquis qui ad puram regule observantiam aspirabant, quod ad summum pontificem frater Petrus de Macerata et socius eius accederent, eo quod familiarem eum ante papatum habuissent et ipse de eorum bona voluntate plene confideret, et postularent ab eo pro se ipsis et aliis fratribus volentibus et amantibus regulam observare, obedentiam et licentiam observandi promissa absque molestiis et impedimentis aliorum qui ab illa regule fideli et pura observatione, quam sanctus Franciscus in suo testamento et in aliis suis scriptis mandaverat, spontanee declinabant.  », Angeli Clareni Opera II  : Historia septem tribulationum ordinis minorum, éd. par O. Rossini, intr. et comm. par H. Helbling, Roma, Istituto storico italiano per il Medio Evo, Fonti per la storia dell’Italia Medievale, 1999, p. 228 (c’est moi qui souligne).

28 Dans le réquisitoire contre le gouvernement tyrannique de Boniface VIII présenté le 15 juin 1297, et publié par Coste dans Boniface VIII en procès, p. 51-63, figure une dénonciation de la vénalité de l’Église «  nova Babilon effecta  » qui paraît se superposer à l’argumentation développée dans le septième notabile de la Lectura super Apocalipsim, comme le relève avec beaucoup de précautions P. Vian, 2003, «  Bonifacio VIII e i Colonna  »…, p. 234  ; si la comparaison était significative, la souscription par Iacopo n’en deviendrait que plus significative encore.

29 «  Epistula ad Conradum de Offida  », in L. Oliger, 1918, «  Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae Coelestini V Quaestio et Epistola  », Archivum Franciscanum Historicum, 11, p. 309-373  : 366-373. On en trouve une analyse comparative dans O. Capitani, 1997, «  La polemica antibonifaciana  »…, p. 136-137.

30 «  Item si papatui cedere esset possibile, verisimile est, quod multi sancti pape hactenus renuntiassent tanquam reputantem se inutiles et insufficientes aut tanquam videntes, quod aliquis sufficientior et uirilior poterat eis substitui. Sed nullus quantumcumque sanctus legitur in sacra scriptura nec in aliqua autentica hactenus hoc fecisse ergo videtur, quod omnes senserunt hoc esse sibi illicitum et impossibile. […] Ad quintum dicendum quod potestas pape potest considerari vel secundum se, et sic est maior sede papali tanquam imperans et presidens ei, vel potest considerari per respectum ad personam, in qua est, et sic quo ad diuturnitatem perdurandi, non est maior sua sede, quia persona pape potest facilius corrumpi aut ad regimen ecclesiarum inutilis reddi quam sedem romanam. […] Ad octavum est duplex responsio […] Secunda responsio est quod sicut electus in papam potest a cardinalibus preceptorie cogi, ut consentiat electioni, nisi evidenter pareat ipsum sic esse inutilem et ineptum ac pericolosum ad tale officium, quod ex hoc nullatenus possit cogi, sic, prout extimo, pape renuntiatio non valeret, nisi per consensum cardinalium acceptetur aut ubi fiat secundum anticam formam primitus ordinatam et a cardinalibus vel ab ecclesia acceptante.  » Pietro di Giovanni Olivi, «  An papa possit renuntiare papatui (De renuntiatione Papae), quaestio 13 de perfectione evangelica  », in L. Oliger, 1918, «  Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae  »…, p. 340-366.

31 Sur ce sujet, voir P. Herde, 1981, Cölestin V (1294), Peter vom Morrone, Stuttgart, A. Hiersemann.

32 «  Que farai, Pier da Morrone  ? / Éi venuto al paragone. / Vederimo êl lavorato / che en cell’ài contemplato. / S’el mondo de te è ’ngannato, / séquita maledezzone. / La tua fama alta è salita, / en molte parte n’è gita  ; / se te sozz’a la finita / a bon’ sirai confusione  », Iacopone, Laude…, 74.

33 «  Que farai, fra’ Iacovone  ? Éi venuto al paragone. / Fusti al Monte Pellestrina, / anno e mezzo en desciplina  ; / loco pigliasti malina / dónne ài mo la presone  », Iacopone da Todi, Laude…, 53.

34 «  Eosdem quoque Jacobum et Petrum, quondam cardinales […] [et filios et heredes] […] omnibus juribus et bonis et rebus mobilibus et immobilibus, hereditariis seu quomodolibet acquisitis […] necnon comitatibus, baroniis, communitatibus, civitatibus sive castris, ubicumque illa habeant […] privamus omnino  ; illaque omnia et singula publicamus et etiam confiscamus […]  ; eosque pronuntiamus infames et legittimis actibus prorsus indignos […]  ; ipsisque civitatem et incolatum et habitationem Urbis, cirucumposite regionis, et quorumvis civitatum, castrorum, terrarum atque locorum dicte Ecclesie subjectorum prorsus interdicimus ; eosque omnes et singulos ab Urbe ejusque territorio et districtu et ab omnibus civitatibus, castris, terris seu locis subjectis eidem Romane Ecclesie forbannimus  ; ipsosque [filios et heredes] excommunicationis sententia innodamus  : statuentes firmiter et mandantes ut nullus dictos Jacobum et Petrum et [filios et heredes] eos vel eorum aliquem aut aliquos recipiat vel receptet, nulliusque eius aut ipsorum alicui vel aliquibus prestet auxilium, consilium vel favorem, eos qui secus fecerint excommunicationis sententia innodantes. Precipimus etima, sub excommunicationis pena, quam contrarium facientes incurrere volumus ipso facto, ut nullus ab ispis Jacobo et Petro et predictis fratribus vel eorum altero, in scismate vel rebellione hujusmodi existentibus, nuntium vel litteras recipiat, aut mittat ad eos vel ad alterum eorundem  », Lapis abscissus, 23 maggio 1297, in G. Digard, M. Faucon, A. Thomas, R. Fawtier (éds), Les registres de Boniface VIII, Paris, E. Thorin, 1884-1935, I, no 2389, p. 969-970.

35 «  Probendato en cort’i Roma, / tale n’ho redutta soma  ; / onne fama se ’n ci afuma, / tal n’aio ’mmaledezzone.  »

36 «  Maledicerà la spesa / lo convento che l’à presa  ; nulla utilità n’è scesa / de la me’ reclusione.  »

37 Voir, à titre d’exemple, l’opposition «  ser Jacomo  »/«  frate Jacopone  » dans la vie dite toblérienne, ou encore le «  messer Iacomo  » de Pirro Stefanucci et le «  m. Iacopo  » de Guazzaroni, etc.  : E. Menestò (éd.), 1977, Le Vite antiche di Iacopone da Todi, Spoleto, Centro di Studi sull’Alto Medioevo, p. 5-7, 110, 112.

38 A. Montefusco, «  Repenser les “Spirituels”. Auto-exclusion, répression et identité dissidente dans la tradition monastique et franciscaine  », sous presse.

39 Sur cela, voir S. Piron, «  Le mouvement clandestin des dissidents franciscains au milieu du xive siècle  », dans Oliviana 3, en ligne.

40 Voir l’utilisation dans Que farai, Pier da Morrone  ?  : «  Amor bastardo à ’l pagamento / de sotto del fermamento  ; / cà ’l so falso entennemento / de sopre à fatto sbandesone.  »

41 «  A ffar l’onore en te morire, / le recchezze fa esbannire, / la scienzia tacere / e ffuir fama de santetate.  », Iacopone, Laudi, 36.

42 «  Que n’è opporto tal omo, per cu’ va’ afatiganno  ? / Se nn’è da te fugito, a te non torna ’n danno  ; / à a pagare gran banno, no lo pò satisfare  !  », ibid., 27.

43 «  “Que fai, anema predata  ?” / “Faccio mal, cà so dannata. / Aio male che è enfenito, / onne bon sì m’è fugito  ; / lo celo sì m’à esbannito / e l’onferno m’à albergata”  », ibid., 37.

44 «  “Amor, mustram’el como, / cà êl quanto no n’è omo, / che ’l no somerga el somo / del quanto esmesurato”. / “Lo como te mustrai / quanno me encarnai  ; / per te pelegrinai, / en croce consumato”  », ibid., 79.

45 M. Lucarelli, 2007, «  Tracce di cultura giuridica nel laudario iacoponico  », in La vita e l’opera di Iacopone da Todi…, p. 135-147.

46 D’après les stimulantes observations de E. Artifoni, «  I governi di “popolo”  » …, 13-14. Rappelons également A. Poloni, 2005, «  Fisionomia sociale e identità politica dei gruppi dirigenti popolari nella seconda metà del Duecento. Spunti di riflessione su un tema classico della storiografia comunalistica italiana  », Società e storia, 28, 110, p. 799-821, et S. Menzinger, 2006, Giuristi e politica nei comuni di Popolo. Siena, Perugia e Bologna, tre governi a confronto, Roma, Viella.

47 Rappelons le très célèbre passage du Liber de moribus hominum de Iacopo da Cessole, dans lequel les notaires sont solidement rattachés à la classe populaire. Cf. F. Novati, 1925, «  Il notaio nella vita e nella letteratura italiana delle origini  », Freschi e minii del Dugento, Milano, L. F. Cogliati, p. 241-256 (mais avec un avis différent).

48 L. Andreani, 2010, «  Todi nel basso medioevo (secoli xiii-xv)  : aspetti di vita politico-istituzionale  », in Todi nel Medioevo, secoli vi-xiv, Atti del XLVI Convegno storico internazionale (Todi, 10-15 ottobre 2009), Spoleto, Centro di Studi sull’Alto Medioevo, p. 51-88. L’ouvrage de référence sur l’histoire de Todi est E. Menestò, 1991 [1979], «  Note alle Cronache volgari  », in G. Italiani, C. Leonardi, F. Mancini, E. Menestò, C. Santini e G. Scentoni (éds), Le cronache di Todi, Spoleto, Centro Italiano di Studi Sull’Alto Medioevo, p. 413-591.

49 S. Nessi, 1979, «  Per una nuova biografia di Iacopone da Todi  », Miscellanea francescana, LXXIX, p. 375-91.

50 Cf. «  La cronaca todina di Ioan Fabrizio degli Atti  », éd. par F. Mancini, dans Le cronache di Todi…, 2. 20, et les notes de la p. 431. Cf. également G. Ceci, 1987, Todi nel Medioevo, Todi, A. Trombetti.

51 G. Milani, 2010, «  Podestà, popolo e parti a Todi tra Due e Trecento : per una revisione del paradigma “tudertino”  », in Todi nel medioevo…, p. 351-376.

52 Ibid., p. 360. Comme ouvrage de référence sur les rapports entre documentation et institutions à l’époque, voir J.-C. Maire-Vigueur, 1995, «  Révolution documentaire et révolution scripturaire  : le cas de l’Italie médiévale  », Bibliothèque de l’École des chartes, 153, p. 177-185.

53 E. Artifoni, 1986, «  I podestà professionali e la fondazione retorica della politica comunale  », Quaderni storici, 63, p. 687-719.

54 Sur les dynamiques de la tradition littéraire spécifique à l’Ombrie, cf. I. Baldelli, 1971, Medioevo volgare da Montecassino all’Umbria, Bari, Adriatica, mais sur l’implantation de la culture sicilienne en Ombrie, voir essentiellement I. Baldelli (éd.), 1966, Rime siculo-umbre del Duecento, Firenze, Sansoni, p. 255-293.

55 J. Göbbels, 1992, «  Percivalle Doria  », in Dizionario Biografico degli Italiani, 41, s.v.

56 G. Bertoni, 1903, Trovatori minori di Genova, Dresden, Gesellschaft für Romanische Literatur, p. xi-xviii. La nouvelle de sa mort se fonde sur une vulgarisation du Tresor de Brunetto, éditée par A. D’Ancona, in Rendiconti dell’Accademia dei Lincei, IV (1858), p. 252. Il faut préciser qu’il ne s’agit cependant pas d’une présence continue, dans la mesure où en 1260 Doria est remplacé par Enrico da Ventimiglia.

57 L’attribution, problématique, est discutée (dans le canzoniere Chigiano, la chanson Come lo giorno quand’è dal maitino est attribuée à Semprebene da Bologna)  : cf. Poeti della Scuola Siciliana, Milano, Mondadori, 2010, II, Poeti della corte di Federico II, p. 753-768.

58 Une hypothèse allant dans ce sens est formulée par A. Vitale Brovarone, 1983, «  Congetture su Percivalle Doria e su Ruggerone da Palermo  », Studi e Problemi di Critica Testuale, 27, p. 5-13.

59 Par un événement peut-être fortuit, dans l’acte de donation d’une partie de la bibliothèque du cardinal Matteo d’Acquasparta au couvent de San Fortunato di Todi, signé par les deux lectores du couvent Iacopone et frère Rainaldo, figurait justement un «  liber gallice scriptus  » : cf. E. Menestò, 1999, «  La biblioteca di Matteo d’Acquasparta  », in Matteo d’Acquasparta, francescano, filosofo, politico, Spoleto, Centro Studi sull’Alto Medioevo, p. 257-289  : 281-284.

60 L’épisode est le point de départ de la réflexion sur le «  paradigme tudertin  » de J.-C. Maire-Vigueur, 1995, «  Échec au podestat  : l’expulsion de Comacio Galluzzi podestat de Todi (17 juillet 1268)  », Bollettino della deputazione di Storia Patria per l’Umbria, XCII, p. 5-41, repris dans Alla Signorina. Mélanges offerts à Noëlle de La Blanchardière, Roma 1995, p. 251-283.

61 Ibid., et G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 361.

62 L. Andreani, 1997, «  Per una morfologia della statutaria medievale umbra  », in E. Menestò (éd.), Gli statuti comunali umbri, Spoleto, Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, p. 43-66 : 66.

63 S. Carocci, 2000, «  Barone e podestà. L’aristocrazia romana e gli uffici comunali nel Due-Trecento  », in J.-C. Maire Vigueur (éd.), I podestà dell’Italia comunale, I. Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine xii sec.-metà xiv sec.), Roma, EFR-Ist. Storico per il Medio Evo, p. 847-875, et G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 358.

64 D. Quaglioni, 1983, Politica e diritto nel Trecento Italiano  : il De tyranno di Bartolo di Sassoferrato, Firenze, Olschki (le titre du traité est De guelphis et gebellinis).

65 Sur la résistance des couvents franciscains, les exemples sont nombreux  ; voir, à titre d’exemple, la biographie dite Franceschina  : «  Et ispirato da Dio intrò nella religione de li Frati Menori, como in quella più spiccata et alienata dal mondo […] Ma nante che li frati lo volessero vestire, lo provaro per diverse vie, dubitando che non fosse qualche fantastico  », Le vite antiche…, p. 41.

66 G. Ceci, 2010, in Todi nel Medioevo…, qui situe l’épisode en 1261.

67 L. Andreani, 2010, «  Todi nel Basso Medioevo  »…, p. 51-87  ; mais je voudrais signaler également une certaine liberté de mouvement à l’intérieur de ce groupe, surtout de la part de Matteo d’Acquasparta, dont la relation avec Iacopone est absolument certaine  ; on pense, par exemple, à la paix entre les Orsini et les Colonna arrangée justement par Matteo, et à laquelle Boniface se serait opposé  : Boniface VIII en procès…, p. 294.

68 L’ouvrage de référence est D. Burr, 2001, The Spiritual Franciscans. From Protest to Persecution in the Century after Saint Francis, Pennsylvania University Press.

69 G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 366.

70 Ibid., p. 367.

71 G. Ceci, Todi nel Medioevo…, p. 243-251.

72 Comme le montre l’acte de donation de Matteo d’Acquasparta, cité à la note 59.

73 Voir L. Pellegrini, 2010, «  Monaci e ordini mendicanti a Todi e nel territorio diocesano tra secolo XIII e secolo XIV  », in Todi nel Medioevo, p. 591-623.

74 Je me réfère à Tale qual è, tal è  ; non ci è relïone, Iacopone da Todi, Laude…, 91.

75 «  Adunanse a capituli, a ffar li multi articuli. / El primo dicetore, el primo rompetore. / Vedete el granne amore, che l’uno êll’altro à en core  !  »

76 «  S’è figl’i calzolaro o de vil macellaro, / menarà tal’ grossure co’ figl’ i’ mperadore  ».

77 Sur ce sujet, voir E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani. Le corporazioni medievali di Todi tra economia, politica, religiosità e devozione  », in Itinerarium. Università, corporazioni e mutualismo ottocentesco, fonti e percorsi storici, Atti del Convegno di studi (Gubbio-Perugia, 12-14 gennaio 1990), Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, p. 159-202.

78 «  forno adconcie l’arte de Todi  », La cronaca todina di Ioan Fabrizio degli Atti…, p. 139.

79 E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani  »…, p. 162-163.

80 Je me permets de renvoyer à A. Montefusco, 2006, «  Amore “baratto” e Amore “mercato”  », Iacopone nell’Umbria del Due-Trecento…, p. 172-181. Pourtant cette tradition metaphorique était très diffusée  : cf. G. Todeschini, 1994, Il prezzo della salvezza. Lessici medievali del pensiero economico, Roma, Carocci.

81 D. M. Montagna, 1986, «  Filippo e Iacopone  : convergenze agiografiche in morte  ?  », in Le fonti per la biografia di san Filippo Benizi (11233-1285), Atti del Simposio scientifico di Todi (4-6 aprile 1986), Studi storici dell’Ordine dei Servi di Maria, XXXVI, p. 17-20. Largement réfuté par E. Menestò, «  Che farai, fra Iacopone  ?  »…, p. 15.

82 Domenico da Todi, Ystoria del beato Filippo da Fiorenza, dans Todi e s. Filippo Benizi, Todi 1985, p. 18-19.

83 E. Paoli, 1994, «  Il Purgatorio degli Artigiani  »…, p. 196-202, décrit largement sa trajectoire.

84 E. Menestò, 2003, «  Bonifacio VIII e Todi  », in Bonifacio VIII…, p. 21-57.

85 Sur la construction de San Fortunato, et sur son rôle dans le paysage de la politique religieuse de la ville, voir E. Paoli, 1988, «  “Nobile depositum Tuderti”. Il culto e il tempio di san Fortunato nella vita religiosa di Todi  », in Il tempio di San Fortunato a Todi, Todi, p. 35-66, et E. Menestò, 1996, «  Omaggio a Todi  : la città tra alto e basso Medioevo  », in Spazi, tempi, misure e percorsi nell’Europa del Basso Medioevo, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, p. 1-41.

86 G. Milani, 2010, «  Podestà, Popolo e Parti  », p. 369.

87 J. Steinberg, 2007, «  Dante’s First Editors : The Memoriali bolognesi and the Politics of Vernacular Transcription  », Accounting for Dante : Urban Readers and Writers in Late Medieval Italy, Notre Dame, UNDP, p. 17-60.

88 J. Najemy, 1994, «  Brunetto Latini’s Politica  », Dante Studies, CXII, p. 33-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Montefusco, « La vie effacée du poète dissident »Arzanà, 16-17 | 2013, 53-73.

Référence électronique

Antonio Montefusco, « La vie effacée du poète dissident »Arzanà [En ligne], 16-17 | 2013, mis en ligne le 16 juin 2015, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.201

Haut de page

Auteur

Antonio Montefusco

Antonio Montefusco est docteur de recherche en philologie romane et a été titulaire d’un contrat de recherche en histoire médiévale à l’Université La Sapienza de Rome. Ses travaux portent notamment sur la dissidence religieuse en Italie et en Provence, sur le modèle intellectuel à l’époque de Dante et des Communes, ainsi que sur la culture et la production documentaire des institutions monastiques dans la Rome médiévale. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Iacopone nell’Umbria del Due-Trecento. Un’alternativa francescana et, plus récemment, d’un essai sur les Épîtres de Dante.

Articles du même auteur

  • Amicizia, precettistica erotica 
e cultura podestarile-consiliare nel Fiore
    « Mostrando allor se·ttu·ssé forte e duro » [LX. 3]. Amitié, préceptes érotiques et culture « podestarile-consiliare » dans le Fiore
    Paru dans Arzanà, 13 | 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search