Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-17Pratiques de l'exclusion et typol...Consoler de l’exil

Pratiques de l'exclusion et typologies de l'écriture

Consoler de l’exil

Introduction à l’Épître consolatoire à Pino de’ Rossi de Boccace
Consolare l'esule. L'Epistola consolatoria a Pino de' Rossi di Boccaccio
Mathias Schonbuch
p. 75-85

Résumés

Entre littérature et témoignage, le regard que Boccace porte sur l’exil nous apparaît dans son épître à Pino de’ Rossi, où il fournit au destinataire de multiples exemples et arguments, inspirés notamment des auteurs classiques et destinés à le consoler des conséquences de l’exil, dont il envisage les différents aspects. Mais, ne se contentant pas de l’autorité de ses illustres prédécesseurs en la matière, Boccace fait preuve de son engagement personnel par le soutien moral et politique qu’il accorde à son ami. S’exprimant en vulgaire dans une prose de très haute tenue, et alors même qu’il affirme les limites de son exercice d’épistolier, il devient à son tour un modèle du genre consolatoire pour la littérature vernaculaire.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

consolation, exil, Boccace

Parole chiave:

consolazione, esilio, Boccaccio
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le récit détaillé est fourni par Matteo Villani, X, 23-25. Sur les condamnations et leurs modalités (...)
  • 2 Archivio di Stato di Firenze, Provisioni, vol.  48, f. 125r-126v, selon les indications d’A. Cortes (...)

1En 1358, à Florence, commença à s’instaurer un climat détestable en raison de la réactualisation d’une loi qui permettait, sur simple délation anonyme, d’exclure de la vie politique toute personne soupçonnée d’être opposée au Parti guelfe alors au pouvoir. En 1360, une quinzaine d’hommes au moins, appartenant à la bourgeoisie florentine, décidèrent de profiter du renouvellement des prieurs, qui devait intervenir le 31 décembre, pour renverser le pouvoir en place. Le projet fut éventé et dès le 30 décembre deux conjurés furent décapités1  : Domenico Bandini et Niccolò di Bartolo del Buono, dédicataire de la Comedia delle Ninfe de Boccace. Les autres conjurés s’enfuirent, avant d’être bannis le 20 janvier et de voir leurs biens confisqués le 22, par des actes conservés encore aujourd’hui aux Archives de Florence2. Parmi les condamnés, qui habitaient pour la plupart Oltrarno et que Boccace connaissait certainement, l’acte mentionne son ami «  Domino Pino domini Iohannis de Rubeis  », autrement dit Pino de’ Rossi.

  • 3 Nous indiquons entre parenthèses les numéros des paragraphes d’après l’édition de la Consolatoria a (...)
  • 4 Boccace écrit  : «  odo che fieramente e turbato e doluto vi sète  » (8) et plus loin  : «  Èmmi ad (...)

2Boccace, qui n’appréciait pas non plus l’oligarchie florentine, vivait à Certaldo, à l’abri, selon ses mots, de «  gl’inganni e le dislealtà de’ cittadini nostri  » (173)3, lorsqu’il écrivit, vraisemblablement plusieurs mois plus tard, à son ami exilé en un lieu qui n’a pas été identifié, une épître consolatoire qui est bien plus qu’une lettre de réconfort4.

  • 5 Après le 2 juillet 1361 et avant octobre 1362, mais pas entre fin ’61 et début ’62 où Boccace est à (...)
  • 6 G. Chiecchi, 2005, «  La lettera consolatoria a Pino De’ Rossi di Giovanni Boccaccio  », La parola (...)

3La question de la datation a été largement discutée, fixée par Pier Giorgio Ricci5 et affinée par Giuseppe Chiecchi, dont l’argumentation, qui date la lettre du printemps-été 1362, est d’autant plus convaincante qu’elle est corroborée par un indice interne  : la description du paysage printanier de Certaldo. Chiecchi reste cependant prudent à ce sujet en déclarant  : «  Suppongo, anche in questo caso, che lo schema non sia una automatica restituzione del reale, viceversa che la realtà inveri gli schemi letterari6  ».

4Toujours est-il que Boccace a pris le temps de la réflexion, en choisissant, précise-t-il, d’attendre le moment propice à l’envoi de ces arguments qui, s’ils étaient venus trop tôt, auraient été inutiles.

  • 7 «  Boccaccio riporta il tema topico del rifugio cercato nella quiete della natura, in contrasto con (...)
  • 8 «  fu composto in straordinaria coincidenza cronologica con le prime redazioni del De mulieribus e (...)

5Mais si Boccace rédige sa consolation plusieurs mois après les faits, c’est sans doute également que les conditions sont alors réunies pour lui aussi, tant sur le plan personnel, qu’il rappelle dans sa lettre – cet éloignement de Florence qui le fait se sentir proche de l’exilé7–, que du point de vue de ses intérêts littéraires. Le moment auquel il écrit correspond en effet à une période où notre auteur est occupé par la composition d’ouvrages érudits en latin, le De mulieribus claris dans ses premières rédactions et le De casibus virorum illustrium, pour lequel il est en train de recueillir des éléments en vue d’une première phase d’écriture. Boccace a donc sous la main tout ce matériel littéraire fait d’exemples illustres, qu’il va utiliser et organiser en les finalisant à cet objectif consolatoire, dont la rédaction – on ne l’a pas suffisamment souligné – a lieu en vulgaire. On trouve parfois des séries de citations similaires d’une œuvre à l’autre, comme reprises d’une même fiche de lecture, et l’epistola a été largement analysée par G. Chiecchi sous cet aspect8.

  • 9 «  è di necessità d’avere gli occhi della mente rivolti alle vere ragioni e agli esempli  » (11) an (...)

6La richesse du texte de Boccace ne réside pas tant dans les nombreuses citations en elles-mêmes que dans le fait que celles-ci émaillent à point nommé l’argumentation consolatoire. Le développement de la lettre est même construit sur ce principe argumentatif de l’exemple systématiquement apporté comme preuve, positive ou négative, et qui n’est donc pas une simple illustration mais renforce et étaie cet exercice consolatoire qui tend à la démonstration9.

7L’exil étant un éloignement forcé pour des raisons politiques, Boccace construit son épître en distinguant, selon un procédé analytique précis et éprouvé, les différents points qui le composent, les multiples problèmes et soucis, d’ordre matériel ou psychologique, qu’il engendre, et qu’il examine méthodiquement, les uns après les autres, pour y apporter une réponse basée sur l’expérience et sur les exemples précédents ou contemporains, dans une perspective consolatoire.

8Boccace a comme modèle du genre consolatoire le Cicéron des Tusculanes (V, 37), le Boèce de la Consolation de Philosophie, et surtout le Sénèque d’ad Helviam, dont il est très proche (y compris par sa longueur, d’une vingtaine de pages).

9Concernant le traitement littéraire de l’exil, il a bien entendu à l’esprit le modèle de Dante mais surtout, et pratiquement sous les yeux, le modèle de Pétrarque, en particulier des deux lettres Familiares à Severo Appenninicola (II, 3 et 4) et du De Remediis utriusque fortune (II, 67), qui déploient eux aussi argument sur argument pour consoler de l’exil.

10Boccace cherche à consoler de l’exil et de ses conséquences, et sa lettre devient un mini-traité philosophique  : le premier, de ce fait, en langue vulgaire. À travers le foisonnement d’exemples et d’arguments de cette épître qui, selon Boccace lui-même, s’est presque transformée en livre, nous observons une organisation en trois étapes  : l’auteur commence par se pencher vers son ami pour pleurer avec lui et, de là, l’apaiser en le consolant de son sort avant de l’encourager à se relever.

  • 10 F. J. Santa Eugenia, que je remercie ici pour sa disponibilité, propose le schéma suivant  : «  Eso (...)

11Au-delà de cette première structure portante, nous voyons apparaître un développement plus complexe, relevé F. J. Santa Eugenia, que nous suivons dans les grandes lignes10.

12Dans son exorde, Boccace explique qu’il a préféré «  aspettare tempo debito  » (1) avant de prendre la plume, et justifie ce délai par des exemples, dont celui de la mère qui vient de perdre son enfant et qu’il est inutile de tenter de consoler juste après cette épreuve. Il s’excuse auprès de son correspondant pour sa «  depressa […] condizione  » (6) malgré laquelle il ose s’adresser à Pino de’ Rossi. Cette autodépréciation est suivie d’autoironie, Boccace déclarant avoir l’habitude d’œuvrer en vain («  sono uso di perdere delle mie fatiche  », ibid.). Il justifie le désarroi de son correspondant, qui lui a été rapporté, par la «  novità degli accidenti  » (7) qu’il subit. Il ajoute cependant qu’il est désormais nécessaire de relever la tête. Puis, dans sa narration, Boccace essaie de consoler son ami en cherchant à atténuer l’importance et la portée de son préjudice, de le relativiser par rapport à d’autres maux existants auxquels il n’est pas soumis, et bien souvent, va jusqu’à opérer un renversement total de perspective.

  • 11 Semblant répondre à la question de Cicéron («  l’exil diffère-t-il vraiment d’un long voyage  ?  » (...)

13Notre auteur commence par aborder de front la cause principale de la douleur, l’exil, qui, selon lui, ne doit pas être considéré comme un désagrément. À la suite du Socrate mundanum cité par Cicéron, de Sénèque et de Pétrarque, Boccace affirme que «  il mondo [è] città  » (12). Certes, dit-il, l’exil entraîne des changements, mais, grâce à la raison, on doit pouvoir s’adapter au changement de lieu, tant il est vrai que des peuples entiers se sont exilés volontairement. Il met ainsi sur le même plan exil volontaire et exil contraint (mais ses prédecesseurs font de même11), qu’il propose même de renommer  : «  Dunque non giustamente esilio, ma permutazione dobbiamo chiamare quella che, o costretti o volontari, d’una terra in un’altra facciamo  » (16). Malgré cette tentative rhétorique de gommer la différence entre un départ volontaire et un bannissement, Boccace n’en est pas dupe. Il comprend que dans cette différence réside précisément la possibilité de consolation, et fait dès lors à son ami une proposition originale  : vous n’avez qu’à essayer de vous convaincre que votre exil est volontaire, écrit-il en substance  :

estimo, poscia che così piace alla Fortuna, che voi a voi medesimo facciate credere non costretto, ma volontario l’esservi d’uno luogo permutato in un altro  ; e che quell’altro sia il vostro e quello, che lasciato avete, fusse l’altrui  : questo v’agevolerà la noia, dove l’altro l’aggraverebbe. (23)

14Boccace examine ensuite l’une après l’autre les causes secondaires de l’exil (perte de l’honneur, des êtres chers et des biens), afin d’apporter à chacune un remède.

15Le prestige perdu peut s’acquérir à nouveau car la vertu est reconnue partout  ; et Boccace de citer des exemples antiques puis modernes. Il relativise ainsi par rapport à d’autres le sort de Pino de’ Rossi (Vous n’êtes ni le premier ni le seul, 29), et le relativise aussi par rapport à des exemples de destins plus malheureux ou tragiques que le sien. La Fortune ne lui ayant pas fait subir le pire sort possible, il s’ensuit que Pino de’ Rossi se doit de remercier Dieu.

16Pour consoler Pino de’ Rossi de ne plus vivre à Florence, Boccace commence une longue diatribe politique contre sa ville et ses dirigeants, petits ou moyens artisans venus du contado  :

se alcuno luogo a spirito punto schivo fu noioso a vedere o ad abitarvi, la nostra città mi pare uno di quelli, se a coloro riguarderemo e a’ loro costumi, nelle mani de’ quali, per la sciocchezza o malvagità di coloro che avuto l’hanno a fare, le redine del governo della nostra repubblica date sono  » (34), sans parler de «  i ghiottoni, i puttanieri, i tavernieri e gli altri di simili lordure […] disonesti uomini assai (37)

17Pino de’ Rossi n’a donc pas à se plaindre d’avoir été chassé de ce lieu infâme. Il devrait plutôt se plaindre et avoir honte de ne pas avoir fui spontanément depuis longtemps. Boccace est ici parti de la situation moderne avant de fournir des exemples antiques, à la suite desquels il cite même son propre exemple  : «  E se ’l mio piccolo e depresso nome meritasse di essere tra gli eccellenti uomini detti di sopra e tra molti altri che feciono il simigliante nomato, io direi per quello medesimo avere Fiorenza lasciata e dimorare a Certaldo  » (41), affirmant que, s’il pouvait, il s’en éloignerait davantage.

  • 12 Par cet excursus sur l’amitié, la rédaction en vulgaire de cet exercice consolatoire est d’autant p (...)

18Mais Boccace ne se contente pas de louer l’éloignement  ; il consolide son argumentation en examinant les désagréments que cet état peut néanmoins provoquer, concédant que «  i cari amici, i parenti, i vicini  » (42) ne se trouvent pas en tout lieu. C’est toutefois, précisément, l’adversité qui permet de connaître ses vrais amis. Et, ajoute-t-il, on ne devrait pas se plaindre de ne pouvoir voir ses vrais amis car l’amitié consiste en une conjonction des esprits et non des corps. Il est même préférable, renchérit Boccace, de ne parler à ses amis qu’en esprit, car ainsi vous pourrez leur parler autant que vous voudrez sans qu’ils vous interrompent  : ils vous approuveront en tout, répondront ce que vous voudrez et ne resteront pas plus longtemps que vous ne voulez  : «  niuno cruccio, niuna oziosa parola potrà mai essere tra voi e loro  : tutti presti, tutti pronti ad ogni vostro piacere verranno, né più staranno che a voi aggradi. O dolce e dilettevole compagnia e molto più che la corporea da volere  !  » (52-53)12. Comment ne pas percevoir une pointe d’ironie dans ces exclamations qui finissent par louer la séparation, en évoquant les désagréments liés à la présence des amis  ?

19Boccace rappelle toutefois à Pino de’ Rossi que s’il souhaite être plus proche de ses amis, il peut communiquer grâce aux lettres. Ainsi, écrit-il, au lieu de se rendre chez eux à pied, il ira avec ses doigts et sa plume.

20Après cette envolée vers les territoires de l’imaginaire, Boccace revient bien vite aux questions concrètes  : la perte des biens et la difficulté qui en découle à faire vivre sa famille. À l’énonciation de ce tourment, Boccace philosophe répond par une longue louange de l’«  onesta povertà  » (59), de loin préférable à l’avidité pour les richesses. Pour appuyer ses affirmations, Boccace ne se contente pas de raisonnements théoriques, même illustrés d’exemples. Il est bien conscient – et il le dit – que l’honneur ne nourrit pas la famille, mais il incite son correspondant à se contenter de peu. Il ajoute que Dieu l’aidera, et explique que la pauvreté renforce la droiture et incite les enfants à s’élever.

21Selon Boccace, le fait de subir l’exil à un âge déjà avancé ne devrait pas être considéré comme un facteur aggravant. Au contraire, l’expérience due à l’âge doit permettre de relativiser cette épreuve par rapport à toutes celles qui ont été subies au cours de l’existence. Une nouvelle fois, notre auteur opère un renversement de perspective en affirmant que la Fortune a eu pitié de Pino en attendant sa vieillesse pour lui faire subir l’exil.

22Les enfants ne doivent pas non plus être considérés comme un poids, car ils peuvent consoler, voire venger un père. «  Ma che diremo dell’aver moglie, non solamente vostro rammarichio, ma quasi universale di ciascuno  ?  » (103). L’infortune s’avère être un élément bénéfique pour l’homme marié  : si l’épouse n’est pas valeureuse, elle sera moins arrogante dans la misère que dans la prospérité  ; si en revanche elle a toutes les qualités, elle sera la plus grande consolation du malheureux. Boccace annonce alors rhétoriquement qu’il lui plaît d’illustrer par des exemples les deux cas de figure et met fin à la série d’exemples en assurant a Pino de’ Rossi que sa femme est exemplaire.

  • 13 «  Èmmi adunque per alcuno amico stato detto…  » (115).

23Viennent enfin les points les plus graves pour Pino de’ Rossi, selon ce qui aurait été rapporté à Boccace par un ami13. D’une part, l’ingratitude de ses concitoyens, qui ont refusé ses excuses, et d’autre part, le déshonneur.

  • 14 «  Scritto avete non una volta, ma molte e a private persone e a’ vostri maestrati  ; e con quella (...)
  • 15 «  oltre al danno, […] la vergogna  » (136), qui n’est pas sans rappeler «  il danno e le beffe  » (...)

24Pour faire face à l’ingratitude, Boccace répond que celle-ci est «  antichissimo peccato de’ popoli  » (128) dont beaucoup de grands ont souffert, et que «  quello che a molti si vede essere avvenuto ed avvenire, si dee con molto minor noia patire  » (129). Remarquons que Boccace à la délicatesse de ne pas nommer l’accusation de trahison politique faite au conjuré, faisant simplement allusion au «  titolo così abbominevole  » (115) avec lequel il a été chassé. Il précise que Pino de’ Rossi a clamé son innocence et demandé que l’on prouve sa culpabilité14, mais qu’il a obtenu à la fois les dommages et la honte15. Quant au déshonneur qui accompagne l’accusation, Boccace écrit en substance que le sage n’a pas à s’en préoccuper, tout en admettant – un peu contradictoirement – que la réputation est une chose importante. Mais mieux vaut, conclut-il, avoir une mauvaise réputation infondée plutôt qu’une mauvaise réputation fondée.

  • 16 Sa formule conclusive la mentionne pour lui-même  : «  E senza più dire, priego Iddio che consoli v (...)

25Il rappelle également que les situations des États et des hommes changent parfois vite, et passe ainsi implicitement de la consolation consistant à se satisfaire de sa situation au réconfort qui redonne l’espoir. Boccace récapitule alors l’ensemble de son propos, auquel il ajoute la nécessité de croire en la bonne espérance, («  la buona speranza  », 154), et cite des exemples de revirements de fortune favorables. Boccace quitte donc ici l’argumentation pure en introduisant une perspective religieuse  : «  Sperare adunque ne’ grandissimi affanni si vuole, ma non negli uomini, ch’egli è maledetto quell’uomo che ha nell’uomo speranza  : in Dio è da sperare  » (157-158). Remarquons qu’il n’évoque pas directement la voie de la prière16  : «  mai della grazia di Dio non si dee disperare, ma bene operando sempre a buona speranza appoggiarsi  » (164).

26Boccace exhorte ensuite Pino de’ Rossi à la fois à se ressaisir et à supporter dignement les épreuves. Il affirme alors sa conscience de l’insuffisance des paroles pour consoler celui qui souffre  : «  Bene so che dal confortare all’operare ha grande distanza  » (168). Il a conscience que, malgré le déploiement d’outils rhétoriques et d’exemples dont il fait preuve, il ne pourra payer de mots son ami. Il sait que ses mots ne remplacent pas des actes, et que, pour Pino de’ Rossi, il est bien loin de la réalité de l’exil. C’est pourquoi il se met à parler de sa propre condition, dans un passage autobiographique devenu célèbre, qui se veut empathique  : revenu à Certaldo, il a commencé à s’habituer et à apprécier cette vie rustre loin de l’agitation de Florence et montre ainsi à son ami, par son propre exemple, que l’on peut trouver dans ces conditions la «  etterna felicità  » (174), mis à part les soucis causés par son frère. Au moment où il écrit son épître, Boccace a une position intermédiaire entre l’exilé et celui qui est resté dans sa patrie car, même s’il s’est éloigné de Florence, il peut y retourner. Et s’il n’est donc pas à proprement parler exilé, il se sent néanmoins proche de son ami banni, à la fois par sa condition et son état d’esprit.

27L’excusatio finale pour la longueur excessive de l’épître n’en est en définitive pas une, car la durée de ce moment partagé avec lui lors de la lecture aura au moins permis d’arrêter les soupirs  : «  almeno questo farà  : che, quanto tempo in leggerla metterete, tanto a’ vostri sospiri ne torrò  ». La consolation interviendrait donc par-delà tout argument, comme une évasion temporaire, conséquence de la lecture, un peu comme les jeunes femmes désignées dans le Proemio du Décaméron pouvaient, selon son auteur, y trouver une consolation par la distraction.

28Enfin, la formule de salutation aux amis communs non seulement autorise, mais demande au destinataire de leur transmettre cette lettre consolatoire  : «  quelli conforti che a voi dono, quelli medesimi e massimamente in quelle parti che a loro appartengono, intendo che dati sieno  » (176). Cette double destination, privée et publique confère à la lettre un double enjeu, personnel et littéraire, Boccace revendiquant ainsi pour son épître non seulement le statut de lettre ouverte, mais une dimension philosophique à portée universelle. Comme d’autres lettres d’auteurs, bien que d’ordre privé, elle est d’une très haute tenue littéraire, et a du reste bénéficié d’une diffusion publique importante.

  • 17 G. Chiecchi, note à l’édition, p. 655-663, alors que P. G. Ricci mentionne deux manuscrits du xive (...)
  • 18 Une quinzaine de fois entre 1487 et 1547.
  • 19 Voir Marguerite de Cambis, traductrice de Boccace, Epistre consolatoire de messire Jean Boccace env (...)

29Nous disposons d’une centaine de manuscrits de l’épître consolatoire à Pino de’ Rossi, mais trois d’entre eux seulement remontent au xive siècle17. Au xve siècle, en revanche, selon P. G. Ricci, la Consolatoire de Boccace trouve sa place parmi d’autres épîtres morales ou harangues politiques et fut publiée plusieurs fois au xvie siècle18, souvent à la suite du Laberinto d’amore (ou Corbaccio), et même traduite en français, par Marguerite de Cambis19.

30En introduisat un genre nouveau pour la littérature en vulgaire, la lettre a pu jouer par la suite le rôle de référence en matière de consolation. Au-delà de la portée personnelle à l’égard de Pino de’ Rossi, ce compendium des modèles antiques devient ainsi un vademecum du parfait exilé, un Convivio de la consolation.

31À vouloir chercher à consoler de l’exil en y trouvant des avantages, Boccace finit par en donner une vision positive, renversant son image habituelle pour mieux réconforter celui qui le subit. Il ne s’agit plus seulement d’une consolation, mais d’un éloge de l’exil, que ceux qui ne le subissent pas en viendraient presque à envier. L’analyse est si complète que les arguments avancés pourraient en toute rigueur être considérés comme incompatibles entre eux. En effet, puisque l’exil est si louable, pourquoi vouloir consoler celui qui le subit  ?
Et comme l’a écrit Francisco Javier Santa Eugenia  :

  • 20 Op. cit.

Nella caterva di buone ragioni di non soffrire, il consolando non dovrebbe più avere per sé un solo pezzo d’orizzonte dove alzare il suo lamento. Perché se è uomo assennato, in quella caterva di buone e sante ragioni, non ne ha più moralmente il diritto20.

32Au détour des argumentations et des exemples cités apparaît aussi çà et là, on l’a vu, la figure de Boccace. Or, cela est fait de façon programmatique, pour être en empathie avec le destinataire de ses consolations. Cette intrusion autobiographique est aussi une caractéristique nouvelle, de même que l’introduction d’un exemple moderne au même titre que les anciens. Le destinataire de l’épître apparaît lui aussi, avec sa famille, en creux, au fil des paragraphes, et donne ainsi une mesure humaine, le rappel d’une dimension concrète, bourgeoise, contemporaine face au stoïcisme des exemples, souvent extrêmes, tirés des auteurs antiques.

  • 21 G. Chiecchi, 2005, p. 284 sqq.

33L’aspect littéraire et stylistique a aussi été étudié, surtout sous un angle rhétorique21, concernant la composition du texte (la dispositio, sa structure) ou les figures employées (l’elocutio). Il a été rappelé que Boccace suivait des schémas canoniques des modèles du genre consolatoire et qu’il usait dans le développement de son texte, de l’amplification pour les parties argumentatives et de l’abbreviatio pour les parties narratives.

34Cela tend à démontrer à quel point Boccace est proche de ses illustres prédécesseurs, mais à la lecture de ce texte, on perçoit néanmoins la personnalité littéraire de notre auteur. On peut remarquer par exemple qu’il y a beaucoup moins de questions rhétoriques et d’exhortations que chez Sénèque, ou relever ce goût pour le renversement paradoxal qui finit par valoriser les conséquences négatives de l’exil. Il nous semble pouvoir déceler aussi ce léger sourire derrière la gravité, ce détachement autoironique lorsqu’il fait allusion à son frère, et d’autre part, la recherche mercantesca d’efficacité concrète de l’épître, qu’il n’envisage pas seulement comme un exercice de style, mais comme un acte consolatoire, d’ordre «  thérapeutique  » (Chiecchi).

35Enfin, au niveau méta-littéraire, cette épître a Pino de’ Rossi, qui transmet le genre consolatoire et devient à son tour un modèle de sa réécriture en vulgaire, a contribué à diffuser au cours des siècles suivants l’image d’un Boccace auteur d’ouvrages d’une érudition savante dans les deux langues  : latine, certes, mais aussi vernaculaire.

Haut de page

Notes

1 Le récit détaillé est fourni par Matteo Villani, X, 23-25. Sur les condamnations et leurs modalités d’application, voir P. Steller. Exil et exilés florentins dans les chroniques et les écrits domestiques des xiiie et xive siècles, mémoire dactylographié, Université de Paris IV, 1987, cité par J. Heers, 1990, in Exil et civilisation en Italie (xiie-xvie siècles), études réunies par J. Heers et C. Bec, Presses universitaires de Nancy.

2 Archivio di Stato di Firenze, Provisioni, vol.  48, f. 125r-126v, selon les indications d’A. Cortese, qui a retrouvé le procès-verbal de confiscation des biens des conjurés (A.S.F., Capitani di parte guelfa, n. rosso 5, f. 17r-19r), «  Un documento sulla condanna di Pino de’ Rossi  », Studi sul Boccaccio, 1964, II, p. 15-16.

3 Nous indiquons entre parenthèses les numéros des paragraphes d’après l’édition de la Consolatoria a Pino de’ Rossi par G. Chiecchi in G. Boccaccio, Tutte le opere, V, 2, Milano, Mondadori, 1994, p. 615-627.

4 Boccace écrit  : «  odo che fieramente e turbato e doluto vi sète  » (8) et plus loin  : «  Èmmi adunque per alcuno amico stato detto  » (115), mais nous ne savons pas si effectivement «  Essendo messer Pino in esilio scrisse una lettera all’amico Boccaccio, nella quale descriveva il suo stato infelicissimo. Il nostro autore gli rispose con questa  », comme l’affirmait au xixe s. F. Costero, Introduzione all’Epistola consolatoria a Pino de’ Rossi, Milano, Sonzogno, s.d., lisible in G. Bongi (éd.), http://www.classicitaliani.it/intro_pdf/intropi.pdf.

5 Après le 2 juillet 1361 et avant octobre 1362, mais pas entre fin ’61 et début ’62 où Boccace est à Ravenne. P. G. Ricci, 1995, «  Studi sulle opere latine e volgari del Boccaccio  », Rinascimento, X, p. 21-26.

6 G. Chiecchi, 2005, «  La lettera consolatoria a Pino De’ Rossi di Giovanni Boccaccio  », La parola del dolore. Primi studi sulla letteratura consolatoria tra medioevo e umanesimo, Roma-Padova, Antenore, 2005, p. 264-308  : 267, qui reprend et complète Id., 1979, «  La lettera a Pino de’ Rossi, appunti cronologici, osservazioni e fonti  », Studi sul Boccaccio, XI, p. 295-331, ainsi que son introduction à l’édition critique citée. Henri Hauvette avait déjà observé  : «  étant donné le caractère très vague et un peu conventionnel des expressions employées, celles-ci ne s’appliquent pas mal à l’automne toscan, où les jardins ne sont pas dépourvus de fleurs  », mais penchait pour une datation plus tardive, vers mars 1364 (H. Hauvette, 1914, Boccace, Paris, A. Colin, p. 381-382).

7 «  Boccaccio riporta il tema topico del rifugio cercato nella quiete della natura, in contrasto con la vita ambiziosa e piena di affanni caratteristica della città. L’autore vuole stabilire una consonanza di situazioni e di affetti tra sé e l’amico, descrivendo i diletti possibili anche in esilio, concessi dalla natura a chi li sa ammirare  », M. E. Raja, 2003, Le Muse in giardino : il paesaggio ameno nelle opere di Giovanni Boccaccio, Alessandria, ed. dell’Orso, p. 26-27.

8 «  fu composto in straordinaria coincidenza cronologica con le prime redazioni del De mulieribus e con la raccolta degli elementi per la prima stesura del De casibus  », G.Chiecchi, 2005, cit., p. 269-270.

9 «  è di necessità d’avere gli occhi della mente rivolti alle vere ragioni e agli esempli  » (11) annonce l’auteur au début de sa lettre.

10 F. J. Santa Eugenia, que je remercie ici pour sa disponibilité, propose le schéma suivant  : «  Esordio  : 1. «  aspettare tempo debito  »  ; 2. «  la depressa mia condizione  » 3. «  novità degli accidenti  » 3.1 «  rilevamento  »  ; Narrazione  : male principale (esilio)  ; 4. «  il mondo [è] città  »  ; 4.1 «  le novità  » «  ne’ luoghi dove l’uomo si permuta  »  ; mali secondari (perdita dell’onore, degli esseri cari, dei beni)  ; 5. «  in grandissimo pregio appo i cittadini  »  ; 6. «  né prima né solo  »  ; 7. «  la nostra città  » «  luogo  » «  noioso  »  ; 8. «  i cari amici i parenti i vicini  »  ; 8.1 [i veri amici]  ; 8.2 «  il frutto e ’l bene della verace amistà non dimora nella corporale congiunzione, anzi nell’anima  »  ; 8.3 «  Le lettere  »  ; 9. «  beni paterni e gli acquistati perduti  », altre gravezze (età, famiglia numerosa)  ; 9.1 «  la onesta povertà  »  ; 10. «  vecchiezza  »  ; 11. «  figliuoli  »  ; 12. «  buona moglie  »  ; 13. «  i nostri cittadini  » «  ingrati  »  ; 14. «  la fama trasmutata in infamia  »  ; 15. Riepilogo  ; Conclusione  : 16. «  la buona speranza  »  ; 16.1 esuli rimpatriati con gli onori  ; 16.2 «  ergete con virile forza l’animo  »  ; 17. «  A confortatore non duole il capo  »  ; 17.1 «  della etterna felicità  »  ; 18. Excusatio  », La consolazione nel «  Decameron  » e nella «  Lettera a Pino de’ Rossi  » di Giovanni Boccaccio, mémoire de D.E.S., dir. G. Bardazzi et G. Gorni, Genève, 1995-1996.

11 Semblant répondre à la question de Cicéron («  l’exil diffère-t-il vraiment d’un long voyage  ?  » Tusc., V, 37, 107), Sénèque affirme que l’exil n’est qu’un changement de lieu (Ad Helviam, v, 6).

12 Par cet excursus sur l’amitié, la rédaction en vulgaire de cet exercice consolatoire est d’autant plus significative que Boccace touche là de plus près à un thème souvent abordé par Pétrarque – mais en latin (cf. Anne-Marie Télésinski, 2010, «  Absentes adsunt : le thème de l’ami absent dans la correspondance de Pétrarque  », Arzanà, 13, p. 257-298).

13 «  Èmmi adunque per alcuno amico stato detto…  » (115).

14 «  Scritto avete non una volta, ma molte e a private persone e a’ vostri maestrati  ; e con quella gravità che per voi s’è potuta la maggiore, ingegnato vi siete di mostrare la vostra innocenzia  ; e oltre a ciò avete la vostra testa offerta, dove del fallo appostovi dinanzi a giusto giudice, non ad impetuoso, siate convenuto  » (134).

15 «  oltre al danno, […] la vergogna  » (136), qui n’est pas sans rappeler «  il danno e le beffe  » du Décaméron, VI, 3, 7.

16 Sa formule conclusive la mentionne pour lui-même  : «  E senza più dire, priego Iddio che consoli voi e loro  » (177).

17 G. Chiecchi, note à l’édition, p. 655-663, alors que P. G. Ricci mentionne deux manuscrits du xive s. (P. G. Ricci, 1965, «  Cento e più correzioni al testo di alcune lettere del Boccaccio  », Studi sul Boccaccio, III, p. 191). Voir aussi V. Branca, 1953, Tradizione delle opere di Giovanni Boccaccio, Roma, p. 47-51.

18 Une quinzaine de fois entre 1487 et 1547.

19 Voir Marguerite de Cambis, traductrice de Boccace, Epistre consolatoire de messire Jean Boccace envoyée au Seigneur Pino de Rossi (1556), texte établi, commenté et annoté par C. H. Winn, Paris, Champion, 2003.

20 Op. cit.

21 G. Chiecchi, 2005, p. 284 sqq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Schonbuch, « Consoler de l’exil »Arzanà, 16-17 | 2013, 75-85.

Référence électronique

Mathias Schonbuch, « Consoler de l’exil »Arzanà [En ligne], 16-17 | 2013, mis en ligne le 16 juin 2015, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.204

Haut de page

Auteur

Mathias Schonbuch

Mathias Schonbuch, agrégé d’Italien, est maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Rouen. Dans le prolongement de sa thèse de doctorat, Le “récit de paroles” dans le Décaméron de Boccace, ses recherches ont porté sur l’écriture de l’oralité, notamment dans la littérature médiévale italienne. Il s’intéresse également à la diffusion de Boccace en France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search