Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri16-17Loca et topoi de l'exil. Ses lieu...Métaphores et métamorphoses de l’...

Loca et topoi de l'exil. Ses lieux et ses ailleurs

Métaphores et métamorphoses de l’exil dans le Canzoniere de Pétrarque

Metafore e metamorfosi dell'esilio nel canzoniere di Petrarca
Célia Filippini e Anne-Marie Telesinski
p. 141-155

Abstract

Non essendo Petrarca un esule, come spiegare il sentimento di esilio espresso dall’io lirico nei Rerum vulgarium fragmenta? La trama metaforica dei suoi testi crea una contiguità tra realtà geografica, sentimentale e morale che suggerisce l’articolazione fra tre luoghi chiave nel percorso dell’io poetante: Avignone, Valchiusa e Roma. Questi punti di riferimento (di partenza o di arrivo, di cedimento o di fuga) consentono a Petrarca di costruire un itinerario non lineare, percorso dai temi centrali della sua poetica, quali lo smarrimento, la peregrinatio, l’esodo, il tempo, la memoria e la morte. Lo studio del lessico e delle reti semantiche dell’esilio consente di dimostrare che Petrarca trasforma le parole dell’esilio, i luoghi dell’esilio e la condizione dell’io esule per mezzo di diverse metafore che fanno dell’esilio una nozione del tutto personale, basata principalmente sulla lontananza da Laura, la vita solitaria del poeta innamorato («cittadin de’ boschi», estraneo agli altri, ma anche a se stesso) e l’esistenza umana in Terra (opposta alla vita eterna in Cielo). Rappresentata come una sorta di esilio, ciascuna di queste situazioni esistenziali è all’origine di nuove identità dell’io, di Laura, dei luoghi, che costituiscono altrettante metamorfosi.

Torna su

Termini di indicizzazione

Mots-clés :

peregrinatio, identité, exil

Parole chiave:

peregrinatio, identità, esilio
Torna su

Testo integrale

  • 1 Sur Pétrarque peregrinus ubique, voir Ernest H. Wilkins, 1948, «  “Peregrinus Ubique” », Studies in (...)

1Par cette étude, nous nous proposons d’apporter des éléments complémentaires aux contributions déjà existantes sur Pétrarque et l’exil, qu’elles aient porté sur le thème du peregrinus ubique dans l’oeuvre de Pétrarque en général ou sur la présence et la réécriture de l’Ovide exilé dans les Rerum Vulgarium Fragmenta1.

  • 2 On sait que Dante choisit de s’autodéfinir par le seul terme latin (exul inmeritus) dès l’épître II

2C’est justement en tenant compte de la triple dette de Pétrarque envers Ovide, le stoïcisme et Augustin à propos de l’exilium, que notre attention a été retenue par la coprésence, dans les Rerum Vulgarium Fragmenta, de deux termes hétérogènes, l’un emprunté au latin («  exilio  ») – fût-ce en passant aussi par Dante –, l’autre («  bando / sbandita  ») d’origine germanique et relayé par les pratiques et les formules juridiques alors en vigueur. À partir du constat de cette hétérogénéité (assez singulière, si l’on pense que Dante ne l’applique pas à lui-même2), notre enquête s’est concentrée sur quelques aspects du lexique de l’exil et sur quelques avatars de son réseau sémantique dans les Rerum Vulgarium Fragmenta. Cependant, il convient tout d’abord de rappeler quelques données et points de repère succincts sur la présence diffuse de la thématique de l’exil dans l’écriture de Pétrarque moraliste et épistolier.

3Si le concept d’exil se définit avant tout par rapport à la patrie, on sait bien que Pétrarque, fils d’exilé, n’est pas lui-même un exilé au sens strict. Dans des textes latins tels que le De remediis utriusque fortune, où Pétrarque consacre tout un chapitre à l’exil (II, 67, De exilio), l’idée de patrie est écartée au nom de la perspective stoïcienne du mundanus :

  • 3 «  […] valde enim angustus est animus, qui sic ad unum terre angulum se applicat, ut, quidquid extr (...)

C’est faire preuve d’un esprit bien étroit, que d’être rivé à un coin de terre au point de considérer comme un exil tout ce qui s’en éloigne  ; et pleurer son exil, c’est se trouver à mille lieues de cette grandeur d’âme qui ne voit dans le monde tout entier qu’une étroite prison. On demandait à Socrate de quel pays il était  : «  Je suis citoyen du monde  », répliqua-t-il. Ah  ! Quelle réponse digne de lui ! Un autre aurait répondu qu’il était d’Athènes ; mais Socrate avait le monde entier pour patrie, non pas seulement ce que vous entendez ordinairement sous ce terme, et qui n’est du monde que la partie la plus infime, mais le ciel même, qui donne à ce monde son acception la plus juste3.

4La référence à Socrate est ensuite relayée par la double citation de saint Paul et d’Ovide  :

  • 4 «  Non habemus hic manentem civitatem, dixit Paulus. Omne solum forti patria est, inquit Naso », ib (...)

«  Nous n’avons pas ici bas de cité permanente  », disait Paul  ; écoutons Ovide  : «  Toute terre est une patrie pour un homme de cœur4.  »

  • 5 F. Petrarca, De vita solitaria, a cura di G. Martellotto, traduzione di A. Bufano, in Prose, Milano (...)
  • 6 Fam. VII, 7, 9  : «  Quid autem torqueor   ? ibunt res quo sempiterna lex statuit  ; mutare non pos (...)

5De même que, chez le philosophe, la distance s’impose du «  carcer exiguus  » qu’est pour lui «  totus orbis  », de même peut-on lire dans le De vita solitaria qu’elle est nécessaire à l’intellectuel par rapport à son propre univers, politique, social et économique5. Il y a prise de distance, éloignement, voire fuite, dès lors qu’il est impossible de changer les décrets de la «  loi éternelle  »  : «  Mais pourquoi me tourmenter  ? Tout se déroulera comme la loi éternelle l’a décidé  ; je ne peux le changer, je peux le fuir  », écrit-il à Cola di Rienzo dans les Rerum familiarium6.

  • 7 «  Il simbolismo romano nasceva effettivamente a Roma  ; l’aspirazione alla renovatio a cui esso dà (...)

6Chez Pétrarque, la question de l’exil en tant que “fuite de” se pose dans la perspective qui a été d’abord celle du chapelain des Colonna par rapport à la ville des papes – à Avignon, donc – ainsi que dans la perspective, redéfinie en termes augustiniens, du poète par rapport à Laure – et donc aussi à Vaucluse  : points de départ et points de fuite qui, dans un exode idéal, un “exil vers”, devraient mener à Rome, point d’arrivée. Rome est en effet une constituante de la rédaction Correggio jusque dans son titre  : Francisci Petrarce de Florentia Rome nuper laureati fragmentorum libri. C’est dans cette première rédaction du recueil que Rome accède au statut de lieu où la spiritualisation de l’amour se manifeste en première instance et conduit à son dépassement par la caritas. En tant que lieu symbolique de la renovatio de Pétrarque7, Rome y est à la fois point de repère et but du voyage sur terre, d’après le sonnet 16 Movesi il vecchierel canuto et biancho. Elle l’est du moins pour le «  vecchierel », dont le voyage à Rome se confond avec la «  via de salir al ciel  » que cette même ville indique («  mostra  ») – ou devrait du moins indiquer – au “je” dans le sonnet 68  :

L’aspetto sacro de la terra vostra
mi fa del mal passato tragger guai,
gridando : Sta’ su, misero, che fai ? ;
et la via de salir al ciel mi mostra. (68, 1-4)

7Pourtant Rome («  la terra vostra  ») n’est pas ici une réalité géographique (elle ne le deviendra pas davantage après le premier voyage à Rome de 1337), mais une ville dont les ruines évoquent chez Pétrarque la grandeur de l’Antiquité. Il choisira d’y être couronné parce qu’elle représente un idéal, ancré dans l’histoire romaine. Il ira jusqu’à soutenir la tentative de Cola di Rienzo de rétablir à Rome la république qu’il exalte dans l’Africa et le De viris. Cet idéal s’effondre en 1347, lorsque Cola di Rienzo échoue.

  • 8 Rumor autem infelix per literas Ludovici mei me Parme repperit, anno eodem mense maio die XIXo mane (...)

8Surviennent ensuite les décès de Laure et de Giovanni Colonna en 1348. Dans la note du Virgilio Ambrosiano, la mort de Laure est comparée à celle de Scipion (qui incarnait l’idéal romain dans l’Africa)  : «  Animam quidem ejus, ut de Africano ait Seneca, in celum, unde erat, rediisse persuadeo michi8  », leurs âmes suivant la même trajectoire linéaire, vers le ciel. Pour Pétrarque, au contraire, cela signifie la perte du lien avec ses points de départ (Laure et Giovanni Colonna, l’Avignon du cardinal et Vaucluse)  ; cette perte majeure, qui devrait pouvoir constituer une délivrance (effracto maiori laqueo), marque la naissance d’un nouveau questionnement sur le sentiment de l’exil, dès lors lié à l’écriture de la mémoire (Hec autem ad acerbam rei memoriam amara quadam dulcedine scribere visum est).

9Mais, sans point de départ, l’exode vers Rome devient impossible  : il ne reste que la fuite de Babylone (tempus esse de Babilone fugiendi). Les Rerum vulgarium fragmenta se construisent aussi autour de cette problématique, qui marque leur histoire rédactionnelle  : si la rédaction Correggio faisait cohabiter les deux images de Rome en mentionnant dès son titre le lieu de son couronnement poétique, la bipartition (et partant la bifurcation du but) apparaît ensuite avec la forme Chigi, puis Rome disparaît du titre avec la forme de Giovanni.

10Les premières apparitions du thème de l’exil dans les Rerum Vulgarium Fragmenta concernent des points de départ que le “je” tente de fuir (Avignon et Vaucluse, la curie et Laure). Au fil de l’écriture, le champ sémantique de l’exil comporte ensuite un sentiment de perte et de privation (de Giovanni Colonna et de Laure). Enfin, l’enjeu permanent d’une perception de l’exil qui recoupe bien souvent la thématique de la peregrinatio sera, pour l’amant, de ne pas tomber dans l’errance et le désespoir  : grâce à la mémoire de l’amour, qui renouvelle considérablement le topos de l’amour de loin, autant que par une intériorisation de l’exil qui renouvelle son appréhension.

11C’est la papauté en exil à Avignon qui permet au “je” de construire ses lieux d’écriture dans le prologo. Dans l’agencement actuel des Rerum Vulgarium Fragmenta, en effet, le lexique de l’exil apparaît pour la première fois avec «  sbandita  », au vers 2 du sonnet 7  :

La gola e ’l somno et l’otïose piume
ànno del mondo ogni vertù sbandita,
ond’è dal corso suo quasi smarrita
nostra natura vinta dal costume; (7, 1-4)

  • 9 Voir Marina Gagliano, 2007, «  Prophétisme et polémique dans les sonnets babyloniens et dans les ép (...)

12Par la place qu’il occupe dans le prologo, le sonnet 7 prélude aux sonnets babyloniens (RVF 136-138), où la conquête d’une autre écriture, apocalyptique et dantesque9, s’affiche et se précise en même temps qu’elle se poursuit, puisque, dès le sonnet 7, «  sbandita  » rime d’emblée avec «  smarrita  », lexème issu des vers incipitaires de l’Enfer. De façon complémentaire au propos du sonnet 6, le sonnet 7 lie l’égarement de l’individu à celui de la société («  povera et nuda vai, Philosophia  », 7, 10)  ; mais, derrière le discours général, c’est déjà Avignon qui est dénoncée. Avec le sonnet 7, l’égarement amoureux est relié géographiquement et moralement à la ville corrompue de la papauté exilée. De cette relation naît une double détermination de l’exil lyrique loin de l’être aimé  : géographique et mentale.

13La première occurrence d’exilio se trouve dans un texte où apparaît également pour la première fois le risque de mourir par amour («  poria smarrire il suo natural corso  », 21, 12), mais où la rime inclusive soccorso  : corso fait aussi réapparaître le «  corso  » du sonnet 7  :

Or s’io lo scaccio, et e’ non trova in voi
ne l’exilio infelice alcun soccorso,
né sa star sol, né gire ov’altri il chiama,

poria smarrire il suo natural corso:
che grave colpa fia d’ambeduo noi,
e tanto più de voi, quanto più v’ama. (21, 9-14)

14À travers le topos du cœur séparé de l’amant («  s’io lo scaccio  »), l’exil de l’amour (le cœur loin de l’être aimé) resémantise l’exil de la vertu du sonnet 7 (la «  vertù sbandita  » du monde à l’instar de la papauté exilée de Rome) par la reprise du même lexème smarrita (7, 3) / smarrire (21, 12), auquel s’ajoutent corso (dans les deux  : 7, 3  ; 21, 12) et natura (7, 4) / natural (21, 12). Tous deux – exil de l’amour et exil de la vertu – mènent à l’égarement et à la perte, voire à la mort.

15La deuxième occurrence du mot exilio se trouve dans la chanson 37 («  e perché ’l duro exilio più m’aggravi  », v. 37), qui fait partie des textes reliant le voyage à Rome (1336-1337) au thème de l’éloignement : plus le “je” s’éloigne de Laure, plus il se rapproche de la mort.

16Ces trois premières apparitions lexicales de l’exil montrent que, in vita, la mort et l’exil se côtoient sans qu’aucun des deux ne se réalise, toute fuite (loin d’Avignon et loin de Laure) s’avérant impossible. Le fragile équilibre qu’instaure cette tension vers une délivrance irréalisable est rompu in morte, où la mort effective de Giovanni Colonna et de Laure le contraint à repenser l’exil. Loin d’être une délivrance, la mort de ces deux personnages clé dans le parcours pétrarquien est vécue comme une double privation, de la personne et du point de départ. L’un des premiers textes in morte, le sonnet 269, dit que la demeure du «  stanco pensero  » est perdue à jamais :

Rotta è l’alta colonna e ’l verde lauro
che facean ombra al mio stanco pensero;
perduto ò quel che ritrovar non spero
dal borrea a l’austro, o dal mar indo al mauro.
Tolto m’ài, Morte, il mio doppio thesauro. (269, 1-5)

17La perte de son double «  thesauro  », défini comme «  quel che ’n molti anni a gran pena s’acquista  » (v. 14), est une dépossession métaphorique, l’équivalent de ce qui se produisait dans le cas du bannissement. La double perte est soulignée par la répétition du même verbe  : perduto (v. 3), perde (v. 13). Dans ce texte de lamentation, l’amant qui s’en remet à la fatalité – «  destino  » (v. 9), qui rime avec «  e ’l viso chino  » (v. 11) – tombe dans le travers de l’abandon de l’espoir et de l’impuissance  :

che posso io più, se no aver l’alma trista,
humidi gli occhi sempre, e ’l viso chino? (269, 10-11)

18On comprend alors que, si l’exil (privation du lieu et dépossession) devient définitif, le “je” reste dans l’impasse  : la double perte de ces deux points de départ nie toute possibilité de dépassement par le retour vers de l’exode. La notion positive d’exil pourrait alors laisser place à l’errance. C’est pourquoi, afin de ne pas se perdre lui-même, la mort oblige l’io poetante à redéfinir l’exil.

  • 10  [Augustinus] Hec tibi pestis nocuit  ; hec te, nisi prouideas perditum ire festinat. Siquidem fant (...)
  • 11 De même, dans la Fam. IV, I, que Pétrarque intitulera De curis propriis et où il relate l’ascension (...)

19Dans le Secretum, Augustinus le mettait déjà en garde contre sa propre perte  : Hec tibi pestis nocuit  ; hec te, nisi prouideas perditum ire festinat. À l’image de cette citation, Laure et Giovanni sont de mauvais points de départ, des racines dont rien ne fructifie, nil utile radices agat, nichilque fructiferum coalescat. Le Franciscus du Secretum doit réorienter son esprit en se dégageant d’une condition existentielle qui se définit par la double négation d’un positif : nusquam integer, nusquam totus10. L’esprit doit abandonner chimères et passions pour se tourner vers Dieu ; c’est cet itinéraire spirituel qui doit supplanter l’itinéraire géographique vers Rome qui ne peut aboutir11.

20Se délivrer de ses passions, c’est considérer que le corps n’est qu’une demeure pour l’esprit. La chanson 53 s’ouvre sur cette conception :

Spirto gentil, che quelle membra reggi
dentro a le qua’ peregrinando alberga
un signor valoroso, accorto et saggio (53, 1-3),

une conception qui est apparentée, par sa formulation, à un quasi oxymore («  peregrinando alberga  »). Mais, à l’opposé de l’exil-errance de Pétrarque, la peregrinatio qui oriente positivement l’existence ne peut être que celle du «  signor valoroso, accorto et saggio  » à qui la chanson 53 est adressée.

21En passant du verbe, «  peregrinando  », au substantif, «  pellegrina  », c’est en fait à Laure morte que ce terme se révèle être le mieux approprié  ; et ce dès la chanson 270, où l’apostrophe «  nobil pellegrina  » s’adresse à l’esprit de Laure qui a atteint la vie céleste.

Gli animi ch’al tuo regno il cielo inchina
leghi ora in uno et ora in altro modo;
ma me sol ad un nodo
legar potêi, ché ’l ciel di più non volse.
Quel’uno è rotto; e ’n libertà non godo
ma piango et grido : «Ahi nobil pellegrina,
qual sententia divina
me legò inanzi, et te prima disciolse? […] » (270, 91-98)

22Le sort de l’amant n’en est que plus fortement ressenti comme un exil terrestre négatif. C’est toujours la passion amoureuse qui est la cause de son aliénation : «  ma me sol ad un nodo  » (v. 93) est mis en relief dans un vers plus court, un heptasyllabe, entraînant le rejet du verbe «  legar potei  » au vers suivant afin d’insister sur le terme «  nodo  », qui peut ainsi rimer avec «  e ’n libertà non godo  » (v. 95). Aussi l’exil terrestre de l’amant s’apparente-t-il à une liberté malheureuse : la chanson 270 se conclut, en effet, par le vers «  lasciando trista et libera mia vita  ». La vie devient errance si elle perd son but – dont il n’est pas du tout sûr qu’il s’identifie avec le but véritable, Dieu, défini par Augustin, plutôt qu’avec la perspective de «  rivederla in cielo  »  : la perspective qui sera explicitement celle des Triomphes, et sur laquelle s’achève, par une épiphrase, le sonnet 349 («  ch’i veggia il mio Signore et la mia donna  »). Dans la deuxième partie du recueil, c’est en fait, plus systématiquement, le fourvoiement de l’idéal augustinien qui est mis en avant. Ainsi, dans la chanson 360, le “je” reconnaît devant le tribunal de la Raison que c’était plutôt sa volonté de se libérer d’Amour qui le poussait à fuir :

né costui né quell’altra mia nemica
ch’i’ fuggia, mi lasciavan sol un punto. (360, 54-55)

23C’est là le début de la sirma de la quatrième strophe, dont la fronte égrène comme autant d’«  erreurs  » tous les “lieux” (loci et loca) de son itinéraire existentiel  :

Cercar m’à fatto deserti paesi,
fiere et ladri rapaci, hispidi dumi,
dure genti et costumi,
et ogni error che’ pellegrini intrica,
monti, valli, paludi et mari et fiumi,
mille lacciuoli in ogni parte tesi ;
e ’l verno in strani mesi,
con pericol presente et con fatica (360, 46-53).

24Aussi la question de l’exil, de la peregrinatio qui s’égare dans les erreurs de l’errance, est-elle à la fois centrale et inextricablement liée aux problématiques essentielles des Rerum Vulgarium Fragmenta.

25L’opposition entre “aller vers” et “fuir de” est centrale dans la chanson 331, Solea de la fontana di mia vita, où l’on trouve à la fois les termes esilii (v. 5), pellegrino (v. 24) et bando (v. 39). La première strophe est construite sur une opposition entre le passé de la sirma, «  Solea  », et le présent de la fronte, «  Or lasso  ». D’un côté il y avait «  quelli esilii […] amari  » dans lesquels le cœur se nourrissait de mémoire et d’espoir  ; de l’autre, dans le présent, une fois que la mort a «  planté ses dents  » dans le «  caro nutrimento  » de l’espoir (v. 17), «  Sol memoria m’avanza  » (v. 10)  : il ne lui reste plus que la mémoire. Le regard rétrospectif retravaille le passé en y cherchant ce qui aurait pu être, si seulement il n’avait pas été «  mal accorto a provveder [suo] stato  » (v. 32) : aveugle à l’avertissement émanant des yeux de Laure à l’occasion de leur dernière rencontre, avant que la mort ne survienne, «  che di sì ricco albergo il pose in bando  » (v. 39). Maintenant, dans le présent où «  poca terra il mio ben preme  ; / et vivo  ; et mai nol penso ch’i’ non treme  » (v. 47-48), la rétrospection mémorielle se fait réécriture de ce qui n’a pas été ou de ce qu’il avait espéré pouvoir être, mais c’est le regret de ce qui ne fut pas qui prime (l’occasion ratée d’un «  morir beato  », v. 36), mettant par là un terme à la prospection, entamée depuis le sonnet 12, dans le futur apaisé de l’amour vieillissant.

  • 12 «  exilio »  : RVF 21, v. 10  ; 37, v. 37  ; 45, v. 7  ; 80, v. 32  ; 94, v. 8  ; 130, v. 13  ; «   (...)
  • 13 «  bando »  : RVF 76, v. 4  ; 113, v. 11  ; 216, v. 8  ; 223, v. 9  ; 331, v. 39  ; 338, v. 5  ; 34 (...)

26L’alternance lexicale entre exilio et bando se termine par une dernière occurrence de bando dans le sonnet 349, où la corrélation à la rime de cangiando avec bando et quando (v. 3, 6, 7) insère l’exil entre deux termes qui renvoient à des présences thématiques majeures des Rerum Vulgarium Fragmenta : le temps et la métamorphose. Ainsi, avant d’en revenir au sonnet 349 pour dresser un bilan de la présence lexicale d’exilio12et bando13, un détour s’impose afin d’esquisser quelques remarques – par la force des choses trop rapides – sur les métamorphoses que subissent les métaphores de l’exil.

  • 14 RVF 1, 4  : «  quand’era in parte altr’uom da quel ch’i’ sono ».

27Exil et métamorphose représentent deux états existentiels de l’io poetante des Rerum Vulgarium Fragmenta – un “je” exilé et métamorphosé –, qui ont en commun un ancrage, temporel et spatial, entre un avant et un après, un point de départ et un point d’arrivée (exil de quelque chose et exil vers quelque chose, d’une part  ; transformation de quelque chose en quelque chose, d’autre part). Il s’ensuit que cette métaphorisation de l’exil entraîne des métamorphoses de sa signification originelle et, par conséquent, des définitions plurielles de l’exil, qui, se rapprochant de thèmes comme l’errance, la fuite, la peregrinatio, la navigatio, le voyage, s’accompagnent d’une pluralité de lieux d’exil (Vaucluse, la forêt, la ville, Laure, le Ciel, etc.) et d’une pluralité d’identités du “je” amant et poète  : ce peregrinus ubique qui, dès le premier sonnet, manifeste ses difficultés à reléguer en exil «  l’altr’uom  » qui est en lui14.

  • 15 D’ailleurs, dans la Fam. XV 5, 9, il utilise, en l’espace d’une phrase, plusieurs de ces termes com (...)
  • 16 «  Citoyen nulle part, je suis étranger partout », Epystole III 19, 16. Voir aussi Fam. IV 6, 2  : (...)

28Tandis que exilio et bando se prêtent à métaphoriser la notion d’exil (qui revêt principalement trois significations  : l’éloignement de Laure, la vie solitaire et l’existence humaine sur terre), le terme esule est absent du lexique pétrarquien en vulgaire, où c’est en quelque sorte pellegrino qui le remplace (substantif ou adjectif). On peut le traduire de différentes façons, suivant le contexte  : pèlerin, étranger, voyageur, vagabond, errant15. Pellegrino synthétise donc les contradictions du “je” amant et poète  : à la fois pèlerin et vagabond, il n’a de cesse d’effectuer des déplacements, réels ou métaphoriques, qui, en assimilant son existence à un exil perpétuel (incola ceu nusquam, sic sum peregrinus ubique16), finissent par conférer à cette “ubiquité” le caractère paradoxal d’un exil statique.

29L’exil de l’être aimé, en tant que séparation douloureuse, est un topos bien connu la poésie lyrique. Dans la partie in vita, l’exil de Laure est l’exclusion d’avec un lieu symbolique et métaphorique, le corps de Laure, ou ses synecdoques (le cœur ou les yeux) qu’elle a rendus inaccessibles  : «  donna, m’avete / scacciato del mio dolce albergo fora  : / misero exilio, avegna ch’i’ non fôra / d’abitar degno ove voi sola siete  » (45, 5-8). Dans ses huit occurrences, dont celle que nous venons de citer, l’exil est en effet toujours accompagné d’adjectifs négatifs («  infelice  », «  duro  », «  misero  », «  indegno  », «  grave  ») – à une exception près  : l’«  exilio giocondo  » du sonnet 94, v. 8. Mais cet hapax, qui est aussi un oxymore, ne concerne pas l’io poetico, car il désigne le paradoxe topique, ou le double «  miracle  », de la transformation réciproque dans l’amour partagé  : une scène à laquelle il assiste, mais dont il est exclu, ne subissant que la métamorphose, unilatérale et solitaire, de la pâleur («  i’ vidi duo amanti trasformare, / et far qual io mi soglio in vista fare  », 94, 13-14).

30L’intervention de la mort, «  che di sì ricco albergo il pose in bando  » (331, 39), transforme l’exil de Laure en privation définitive, qui radicalise en même temps la perception de l’exil à soi, désormais ressenti comme exclusion de l’humain, ainsi que le montre la comparaison entre le sonnet 216, in vita  : «  e son fra li animali / l’ultimo, sì che li amorosi strali / mi tengon ad ogni or di pace in bando  », et les sonnets, in morte, 287  : «  et son fatt’una fera  », ou encore 306  : «  ond’io son fatto un animal silvestro  ». Dans ces deux derniers cas, le verbe de la transformation subie et inéluctable («  son fatto  ») sanctionne sa non-appartenance à un «  monde  » qui devient à son tour «  un deserto alpestro  » (306, 8).

31Ainsi, dans le congedo de la chanson 135, Pétrarque fait parler la chanson elle-même de sa vie solitaire à Vaucluse  : «  Sotto un gran sasso / in una chiusa valle, ond’esce Sorga, / si sta  ; né chi lo scorga / v’è se no Amor, che mai nol lascia un passo, / et l’imagine d’una che lo strugge, / ché per sé fugge tutt’altre persone  » (135, 92-97). Pétrarque s’«  exile  » en effet volontairement d’Avignon-Babylone en se retirant à Vaucluse en 1337, mais il était déjà un «  exilé  » sur place dans la ville des papes. Il est alors significatif que les trois sonnets (136-138) consacrés à Avignon-Babylone se situent à la suite de la chanson 135 dans l’agencement du canzoniere, constituant une sorte de réponse au dernier vers de celle-ci «  fugge tutt’altre persone  ».

  • 17 Voir le sonnet 114  : «  De l’empia Babilonia […] / son fuggito io per allungar la vita. / Qui mi s (...)

32Cet exil-là est une fuite par rapport à un lieu réel, la ville d’Avignon, qui est aussi le lieu symbolique de la décadence morale, exprimée par la métaphore de «  Babilonia  », ainsi que par des périphrases comme «  albergo di dolor  » (114, 3), «  nido di tradimenti  » (136, 5), «  albergo d’ira  » (138, 1) – où l’on retrouve «  albergo  », mais cette fois-ci comme métaphore inversée, désignant le lieu à éviter. Il s’agit donc, dans ce cas, d’un autoexil spatial qui va de pair avec une conquête morale  : étant donné que l’éloignement est choisi, exilio et bando s’effacent au profit du champ sémantique de la fuite, représenté très majoritairement par le verbe «  fuggir17  ».

  • 18 La forêt est lexicalement présente par les termes  : «  bosco », «  boschetto », «  boschi », «  se (...)
  • 19 RVF 129, 15-16  : «  ogni habitato loco / è nemico mortal degli occhi miei ».

33Mais l’exil loin de la ville corrompue par antonomase, Avignon, fait aussi place à l’exil dans un lieu qui peut être purement imaginaire, l’exil dans la forêt18, qui symbolise tout lieu solitaire, où la nature l’emporte sur la présence de l’homme  : l’io poetante bannit la ville de sa représentation mentale19, tout comme Pétrarque la bannit, pour ainsi dire, de son canzoniere. La forêt, antithétique à la ville («  le città son nemiche, amici i boschi, / a’ miei pensier’  », 237, 25-26 – seule occurrence de città dans le recueil), devient par extension la nouvelle demeure du “je” (la forêt devient sa ville d’exil), ainsi que le lieu d’une nouvelle métamorphose, par laquelle l’exil en soi de l’«  animal silvestro  », dont on a déjà parlé, le transforme en une sorte d’homme sauvage. La progression lexicale le montre, qui conduit de l’apparence de l’amant malheureux, «  mi fa in vista un huom nudrito in selva  » (22, 18), à l’affirmation d’une identité  : «  m’àn fatto habitador d’ombroso bosco  » (214, 33). L’«  habitador  » devient ensuite, par un nouvel oxymore, «  cittadin de’ boschi  » (237, 15), où il fuit Amour et cherche à se fuir lui-même  : «  fuggendo altrui et, s’esser pò, me stesso  » (281, 2).

  • 20 Voir n. 10. On privilégiera la traduction de E. Fenzi, «  mai pienamente in nessun luogo, mai tutto (...)

34Ces quelques exemples constituent une sorte d’illustration poétique pour la formule frappante du Secretum, nusquam integer, nusquam totus20, qui définit l’exil en soi et synthétise à son tour l’errance spatiale et morale de l’io poetante, seul, en fuite de soi en même temps qu’à la recherche de soi. L’exil en soi est en effet vécu comme un dédoublement, qu’il s’agisse de son double «  exilé  » en Italie par ses voyages, alors que lui-même reste en Provence avec Laure («  I dolci colli ov’io lasciai me stesso  », 209, 1), ou qu’il s’agisse de l’exil de l’âme par rapport au corps. Dans le sonnet 139, il est dit que son cœur demeure auprès des chartreux de Montrieux tandis que son corps est contraint de séjourner en terre d’exil  : «  egli [son cœur] in Ierusalem, et io in Egipto  » (v. 11). La bipartition du vers, qui scelle ici le dédoublement du “je”, connaît, in morte, une réécriture qui, encore une fois, le radicalise  : «  i’ era in terra, e ’l cor in paradiso  » (325, 46). C’est là en effet – au Paradis – que réside désormais Laure, «  quella che ’l mio grave exiglio / mira[ndo] dal suo eterno alto ricetto  » (285, 5-6).

  • 21 Chez Sénèque, et Socrate, auquel il fait allusion dans la Fam. IX 13, 10, et qu’il cite dans le De (...)

35L’aspiration, qui maintenant s’accentue, à dépasser la dimension profane de l’exil entraîne également la désignation du Ciel par les mêmes métaphores (ricetto, soggiorno, albergo, paese) qui avaient servi à définir les «  lieux  » de Laure sur terre. En passant de la Terre au Paradis, Laure a trouvé sa véritable demeure («  Ella, contenta aver cangiato albergo  », 346, 9) et réside désormais parmi «  l’anime beate / cittadine del cielo  » (346, 1-2), où le “je” aspire à la rejoindre et espère la retrouver. Dans la deuxième partie des Rerum Vulgarium Fragmenta, en effet, un déplacement s’opère du mundanus, le «  citoyen partout  » de la philosophie stoïcienne21, au peregrinus augustinien, en exil partout sur terre. La perspective chrétienne et pénitentielle, qui prend de l’ampleur, comporte un changement d’itinéraire. Aussi bien pour l’amant que pour le poète, il s’agit d’une nouvelle quête  : de Laure, au Ciel et non plus sur terre, d’une part  ; d’un agencement du recueil, d’autre part, dont la structure bipartite s’emploie à contenir la dispersion des «  fragmenta  ». Dans le réseau métaphorique des nouveaux lieux d’exil à atteindre, il prend ses distances d’avec le «  cittadin de’ boschi  », solitaire, exclu, errant dans le péché, et voudrait que son âme soit «  cittadina del cielo  » comme celle de Laure.

  • 22 RVF 54, 2  ; 270, 96.

36Cependant, contrairement à Laure, déjà qualifiée de pellegrina22 de son vivant, au sens positif du terme (pèlerine), la vie du “je” pellegrino semble relever davantage de l’exil-errance que du pèlerinage. «  Fuggo per più non esser pellegrino » (331, 23) signifierait donc qu’il est impatient de rejoindre le Ciel, d’accomplir son exode vers la cité céleste, point d’arrivée de l’exil-pérégrination qu’est la vie humaine sur terre. En passant de la partie in vita à la partie in morte, il y a transformation du but à atteindre, mais l’itinéraire de l’io poetante, à l’image de ses voyages, de ses errances, est loin d’être linéaire. Ainsi, il passe par des moments de doute et de désespoir, où même le port n’est plus un refuge  : «  veggio fortuna in porto  » (272, 12), son âge avancé ne lui épargnant pas les souffrances et le danger moral des passions. Il éprouve l’angoisse du naufrage, de l’issue catastrophique du voyage – de la navigatio – qu’est la vie.

  • 23 E. Fenzi, Saggi petrarcheschi, Fiesole, Cadmo, 2003, p. 505  : «  capacità trasformatrice del viagg (...)
  • 24 Secretum…, p. 166.
  • 25 RVF 81, 13-14. Pour cette métaphore biblique (Ps. 54, 7), voir la note ad locum de Marco Santagata, (...)

37Le voyage «  formateur et transformateur  » (comme le définit Enrico Fenzi)23 se trouve par conséquent également remis en question. La dernière occurrence d’exilio – et la seule au pluriel, «  exilii  » (331, 5) – est une métaphore de ses nombreux voyages, dont il ne retient, à la fin, que la futilité trompeuse  : comme dans la canzone 360, v. 46-55, où tous ses voyages en Europe se confondent avec les pièges d’une même errance dans l’erreur («  Cercar m’à fatto deserti paesi […] / et ogni error che’ pellegrini intrica  »). Malgré toutes ces métamorphoses (de lieux, d’identité, etc.), il ne change pas, il n’arrive pas à reléguer en exil l’«  altr’uom  » du sonnet 1, cette partie de lui-même qui le maintient dans l’immobilisme paradoxal de son errance, opposée ici à la peregrinatio qui a pour but de se débarrasser des aspirations terrestres. L’errance, la fuite et le voyage sont sa condition existentielle et vouent à l’échec sa quête du salut. En réalité, comme il nous l’explique dans la troisième partie du Secretum en citant Horace, celum non animum mutant, qui trans mare currunt24 : malgré tous ces voyages, malgré le choix des différents lieux de résidence, il piétine au même endroit. Finalement, il n’est pas peregrinus ubique d’un point de vue moral. La métamorphose du chrétien, autrement dit la conversion, est en effet constamment reportée, différée à plus tard. Le “je” poétique des Rerum Vulgarium Fragmenta ne parvient pas à prendre son envol25 pour la patrie céleste – et sa métamorphose souhaitée en colombe en reste à son état potentiel («  Quanto era meglio alzar da terra l’ali  », 359, 39).

38On peut enfin renouer, pour conclure, avec la dernière occurrence de bando dans le sonnet 349  : «  così dentro et di for mi vo cangiando, / et sono in non molt’anni sì dimesso, / ch’a pena riconosco omai me stesso  ; / tutto ’l viver usato ò messo in bando   » (v. 3-6), que l’on mettra en regard avec le sonnet 76  : «  quella mia nemica / ch’anchor me di me stesso tene in bando   » (v. 3-4).

39Ces deux citations montrent l’évolution du passif à l’actif entre la première et la dernière apparition du syntagme verbal comportant in bando. Presque à la fin du canzoniere, au moment où il a atteint l’âge de la vieillesse et que son corps ainsi que son âme se transforment avec le temps qui passe (le lien entre ces thèmes est rehaussé par les rimes cangiando  : bando  : quando, déjà citées), le “je” poétique, qui de complément d’objet devient sujet du syntagme verbal, se reconnaît ici dans un rôle d’acteur. Étranger à lui-même et à sa vie passée, en proie à la lassitude et dans l’attente de la mort, il semble cependant capable de se dégager de sa propre aliénation («  tutto ’l viver usato ò messo in bando  », 349, 6), dont la responsabilité avait été auparavant attribuée à Laure («  quella mia nemica / […] me di me stesso tene in bando  », 76, 3-4).

40Ainsi les dernières occurrences respectives de «  exilio  » et «  bando  » ont-elles ceci de particulier qu’elles apportent chacune un élément nouveau  : d’une part le pluriel «  exilii  », qui scelle la dispersion de ses errances (331, 5), et d’autre part la revendication d’une métamorphose existentielle dont il est le sujet. «  Exilio  » est en définitive un mot plus flexible, tandis que «  bando  » n’est employé par Pétrarque – contrairement à Dante – que dans des expressions figées, «  essere  » / «  tenere  » / «  porre  » / «  mettere in bando  », directement empruntées au langage juridique, dont il exploite la rigidité formulaire pour mieux mettre en valeur le renversement syntaxique auquel il la soumet.

41Mais, pour «  renversante  » qu’elle soit, l’affirmation du sonnet 349 ne prétend pas être le mot de la fin des Rerum Vulgarium Fragmenta. Que l’on peut sans doute chercher davantage du côté de la dernière canzone, dans l’aveu «  Medusa et l’error mio m’àn fatto un sasso  » (366, 111)  : errore étant jusqu’au bout l’hyperonyme le plus apte à inclure toutes les métamorphoses et métaphores, lexicales et sémantiques, du peregrinus ubique qui se savait nusquam integer nusquam totus.

Torna su

Note

1 Sur Pétrarque peregrinus ubique, voir Ernest H. Wilkins, 1948, «  “Peregrinus Ubique” », Studies in Philology, 45, p. 445-453  ; T. J. Cachey Jr., 1997, «  Peregrinus (quasi) ubique  : Petrarca e la storia del viaggio », Intersezioni. Rivista di storia delle idee, 27, p. 369-384  ; Enrico Fenzi, 2003, «  Tra Dante e Petrarca  : il fantasma di Ulisse », Saggi petrarcheschi, Fiesole, Cadmo, p. 492-517  ; Nicholas Mann, 2004, Pétrarque  : les voyages de l’esprit, quatre études, Grenoble, J. Millon ; les actes du colloque «  Pétrarque et l’Europe », Carlo Ossola (éd.), 2006, Grenoble, J. Millon. Sur l’Ovide exilé, voir Luca Marcozzi, 2001, «  Petrarca lettore di Ovidio », in Emilio Russo (éd.), Testimoni del vero. Su alcuni libri in biblioteche d’autore, Roma, Bulzoni, p. 57-106.

2 On sait que Dante choisit de s’autodéfinir par le seul terme latin (exul inmeritus) dès l’épître II.

3 «  […] valde enim angustus est animus, qui sic ad unum terre angulum se applicat, ut, quidquid extra sit, exilium putet. Multum abest exilii deplorator ab illa animi magnitudine, cui totus orbis carcer exiguus videtur. Interrogatus Socrates cuias esset, “mundanus, inquit, sum”. Vere socraticum responsum  ; Atheniensem se alius respondisset  : Socrati autem patria omnium mundus erat, non hic solum, quem vulgo mundum dictis, cum pars ultima mundis sit, sed celum ipsum, quod hac rectius appellatione comprehenditur », De rem., II, 67 (F. Pétrarque, Les remèdes aux deux fortunes, texte établi et traduit par Christophe Carraud, Grenoble, J. Millon, 2002, vol.  I, p. 826-833  : 828-9).

4 «  Non habemus hic manentem civitatem, dixit Paulus. Omne solum forti patria est, inquit Naso », ibid.

5 F. Petrarca, De vita solitaria, a cura di G. Martellotto, traduzione di A. Bufano, in Prose, Milano-Napoli, Ricciardi, 1955, p. 286-591. Voir aussi Pétrarque, La vie solitaire 1346-1366, Préface de N. Mann, Introduction, traduction et notes de C. Carraud, Grenoble, J. Millon, 1999.

6 Fam. VII, 7, 9  : «  Quid autem torqueor   ? ibunt res quo sempiterna lex statuit  ; mutare non possum, fugere possum. » (F. Pétrarque, Lettres familières, I-VII, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 360-361.)

7 «  Il simbolismo romano nasceva effettivamente a Roma  ; l’aspirazione alla renovatio a cui esso dà voce è quella di Petrarca nei primi anni Cinquanta », M. Santagata, 1992, I frammenti dell’anima, Bologna, Il Mulino, p. 187.

8 Rumor autem infelix per literas Ludovici mei me Parme repperit, anno eodem mense maio die XIXo mane. Corpus illud castissimum atque pulcerrimum in loco Fratrum Minorum repositum est, ipso die mortis ad vesperam. Animam quidem ejus, ut de Africano ait Seneca, in celum, unde erat, rediisse persuadeo michi. Hec autem ad acerbam rei memoriam amara quadam dulcedine scribere visum est, hoc potissimum loco qui sepe sub oculis meis redit, ut scilicet nichil esse debere quod amplius mihi placeat in hac vita et, effracto maiori laqueo, tempus esse de Babilone fugiendi, crebra horum inspectione ac fugacissime etatis estimatione comnmonear, quod praevia Dei gratia, facile erit, preteriti temporis curas supervacuas spes inanes et inexpectatos exitus acriter et viriliter cogitandi. («  La triste nouvelle, apportée par une lettre de mon ami Ludovic, me trouva à Parme la même année, le 19 mai au matin. Son corps très chaste et très beau fut déposé dans le cimetière des frères Mineurs le jour même de sa mort, aux vêpres. Je suis persuadé que son âme, comme Sénèque le dit de Scipion l’Africain, est retournée an ciel d’où elle était venue. J’ai décidé d’écrire cette note en souvenir amer de cette perte, avec une certaine douceur mêlée d’amertume, sur cette page qui revient souvent sous mes yeux, afin que je sois averti, par la vue fréquente de ces paroles et par la méditation sur le temps qui fuit rapidement, rien ne devant plus me plaire dans cette vie, et mon lien le plus fort étant brisé, qu’il est temps de sortir de Babylone  ; ce qui, avec le secours de la grâce divine, me sera facile en songeant avec persévérance et virilité aux soins inutiles, aux vaines espérances, aux événements imprévus de mon temps passé. »), Pierre de Nolhac, 19072, Pétrarque et l’humanisme, Paris, H. Champion, t. 2, p. 285.

9 Voir Marina Gagliano, 2007, «  Prophétisme et polémique dans les sonnets babyloniens et dans les épîtres Sine Nomine de Pétrarque », Arzanà, 12, Anna Fontes Baratto (éd.), Poésie et épistolographie dans l’Italie médiévale, p. 137-152.

10  [Augustinus] Hec tibi pestis nocuit  ; hec te, nisi prouideas perditum ire festinat. Siquidem fantasmatibus suis obrutus, multisque et uariis ac secum sine pace pugnantibus curis animus fragilis oppressus, cui primum occurrat, quam nutriat, quam perimat, quam repellat, examinare non potest  ; uigorque eius omnis ac tempus, parca quod tribuit manus, ad tam multa non sufficit. Quod igitur euenire solet in angusto multa serentibus, ut impediant se sata concursu, idem tibi contingit, ut in animo nimis occupato nil utile radices agat, nichilque fructiferum coalescat  ; tuque inops consilii modo huc modo illuc mira fluctuatione uoluaris, nusquam integer, nusquam totus. («  [Augustinus] Ce fléau t’a nui, et si tu n’y prends garde, il t’aura bientôt perdu. Assailli de chimères et opprimé par mille passions diverses qui se combattent sans trêve, l’esprit faible ne peut examiner laquelle attaquer d’abord, laquelle entretenir, laquelle détruire, laquelle repousser. Toute sa vigueur et le temps que lui accorde une main avare ne suffisent point à tant de choses. De même que, lorsqu’on sème beaucoup de grains dans un étroit espace, les semences se gênent en se rencontrant  ; de même, dans ton esprit surmené, les racines ne poussent rien d’utile, rien ne fructifie, et toi, irrésolu, tu es ballotté outrageusement, tantôt ici, tantôt là, nulle part sain et sauf, nulle part en sûreté. »), F. P., Secretum, a cura di E. Fenzi, Milano, Mursia, 1992, p. 138.

11 De même, dans la Fam. IV, I, que Pétrarque intitulera De curis propriis et où il relate l’ascension du Mont Ventoux, «  loin d’être une conquête des hauteurs spirituelles, l’arrivée de Pétrarque au sommet déclenche un avertissement solennel de la part d’Augustin à propos de la vanité de tels exploits, et annonce une nouvelle bifurcation, un changement de direction. L’œil n’est plus dirigé vers la cupiditas vivendi, mais s’engage dans le chemin de l’introspection qui pourrait mener à la conversion », Nicholas Mann, Pétrarque  : les voyages de l’esprit…, p. 18.

12 «  exilio »  : RVF 21, v. 10  ; 37, v. 37  ; 45, v. 7  ; 80, v. 32  ; 94, v. 8  ; 130, v. 13  ; «  exiglio »  : 285, v. 5  ; «  exilii »  : 331, v. 5. Huit occurrences au total.

13 «  bando »  : RVF 76, v. 4  ; 113, v. 11  ; 216, v. 8  ; 223, v. 9  ; 331, v. 39  ; 338, v. 5  ; 349, v. 6. Sept occurrences au total.

14 RVF 1, 4  : «  quand’era in parte altr’uom da quel ch’i’ sono ».

15 D’ailleurs, dans la Fam. XV 5, 9, il utilise, en l’espace d’une phrase, plusieurs de ces termes comme des équivalents afin de qualifier sa condition existentielle  : […] advena ego sum et peregrinus in terra, sicut omnes patres mei, exul sum viatorque anxius vie brevis («  je suis un étranger et un pèlerin sur terre, comme tous mes ancêtres, je suis un exilé et un voyageur inquiet de la brièveté du voyage »), Lettres familières, t. IV, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 321.

16 «  Citoyen nulle part, je suis étranger partout », Epystole III 19, 16. Voir aussi Fam. IV 6, 2  : ubique exul.

17 Voir le sonnet 114  : «  De l’empia Babilonia […] / son fuggito io per allungar la vita. / Qui mi sto solo ».

18 La forêt est lexicalement présente par les termes  : «  bosco », «  boschetto », «  boschi », «  selva », «  selve », «  Ardenna ».

19 RVF 129, 15-16  : «  ogni habitato loco / è nemico mortal degli occhi miei ».

20 Voir n. 10. On privilégiera la traduction de E. Fenzi, «  mai pienamente in nessun luogo, mai tutto intero » et Martellotti «  mai in nessun luogo tutto ed intero », plutôt que celle de F. Dupuigrenet Desroussilles, «  tu n’es sain et sauf nulle part, nulle part tu n’es en sûreté » (Mon secret, Paris, Rivages, 1991, p. 67).

21 Chez Sénèque, et Socrate, auquel il fait allusion dans la Fam. IX 13, 10, et qu’il cite dans le De remediis II, 67 (voir n. 3).

22 RVF 54, 2  ; 270, 96.

23 E. Fenzi, Saggi petrarcheschi, Fiesole, Cadmo, 2003, p. 505  : «  capacità trasformatrice del viaggio ».

24 Secretum…, p. 166.

25 RVF 81, 13-14. Pour cette métaphore biblique (Ps. 54, 7), voir la note ad locum de Marco Santagata, p. 419-420, et Luca Marcozzi, 2011, «  Pennæ mentis », Petrarca platonico. Studi sull’immaginario filosofico del canzoniere, Roma, Aracne, p. 43-71.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Célia Filippini e Anne-Marie Telesinski, «Métaphores et métamorphoses de l’exil dans le Canzoniere de Pétrarque»Arzanà, 16-17 | 2013, 141-155.

Notizia bibliogafica digitale

Célia Filippini e Anne-Marie Telesinski, «Métaphores et métamorphoses de l’exil dans le Canzoniere de Pétrarque»Arzanà [Online], 16-17 | 2013, online dal 16 juin 2015, consultato il 03 mars 2021. URL: http://journals.openedition.org/arzana/211; DOI: https://doi.org/10.4000/arzana.211

Torna su

Autori

Célia Filippini

Célia Filippini est professeur agrégé d’italien et membre du CERLIM. Elle poursuit ses études doctorales à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, où elle prépare, sous la direction d’Anna Fontes Baratto, une thèse de doctorat sur Les réseaux métaphoriques du réel dans les Rerum Vulgarium Fragmenta de Pétrarque.

Articoli dello stesso autore

Anne-Marie Telesinski

Anne-Marie Telesinski prépare une thèse de doctorat dans le domaine des études pétrarquiennes (Pétrarque, poète des métamorphoses), sous la direction d’Anna Fontes Baratto (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3). Elle a publié des comptes rendus dans la Revue des études italiennes et est l’auteur de l’article «  “Absentes adsunt” : le thème de l’ami absent dans la correspondance de Pétrarque  », paru dans Arzanà, 13.

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Presses Sorbonne Nouvelle

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search