Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16-17Péripéties de l'exil et avatars d...Conditor et/ou proditor : figures...

Péripéties de l'exil et avatars de l'exilé

Conditor et/ou proditor : figures de l’exilé en héros fondateur

À propos du chant XXXII de l’Enfer et de l’Épître V de Dante
Conditor e/o proditor. Figure dell’esule come eroe fondatore (sul canto XXXII dell’Inferno e l’Epistola V di Dante)
Anna Fontes Baratto
p. 253-283

Résumés

La familiarité de Dante avec l’Enéide n’est plus de mise lorsqu’il fait de l’exilé troyen Anténor l’eponyme de la deuxième zone du Cocyte, où sont punis les traîtres à la patrie. Une telle « trahison » du texte virgilien, où Anténor n’est mentionné qu’en tant que fondateur de Padoue, est indirectement réitérée dans le ch.VI du Purgatoire, où Dante impute aux « Anténorides » (les Padouans, mais à l’instigation des Este) le meurtre, traîtreusement perpétré, de Jacopo del Cassero. L’hostilité que Dante manifeste à l’égard de Padoue et des Este ne suffit pas pour expliquer de telles entorses à Virgile. D’autant plus que les multiples rifacimenti médiévaux de la « matière de Troie » avaient continué de réécrire la légende, déjà répandue à l’époque classique, d’une trahison à deux, où Énée était également impliqué. Mais ces rifacimenti, dont Dante lui-même atteste la grande diffusion dans le De vulgari eloquentia, donnaient aussi une version de la chute de Troie où les facteurs internes (rivalités des factions, complots et trahison) l’emportent sur les initiatives externes (le fameux cheval). En reprenant la version de la légende qui accable Anténor, Dante entend dénoncer l’ancêtre dont ses contemporains perpétuent et renouvellent les crimes. Et ce d’autant plus que l’origine troyenne (et notamment la descendance d’Anténor) était partout revendiquée en Europe, par les « nations », les dynasties régnantes, les grandes familles, atteignant même la Scandinavie. L’attention critique que Dante porte à ces origines est confirmée par un passage de l’épître V, où les Italiens qui se dressent contre Henri VII sont apostrophés, et fustigés, par l’hyperbole ironique « Scandinavie soboles ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « E io : “Maestro mio, or qui m’aspetta,/sì ch’io esca d’un dubbio per costui ;/poi mi farai, quant (...)
  • 2 Épître V iv : « [11]Pone, sanguis Longobardorum, coadductam barbariem ; et si quid de Troianorum La (...)

1Deux questions, qui me tracassaient depuis longtemps, sont à l’origine de ma communication : pourquoi Dante a-t-il choisi Anténor, l’exilé troyen, comme personnage éponyme de la deuxième zone du Cocyte, celle où sont punis les traîtres à la patrie1 ? pourquoi apostrophe-t-il comme « Scandinavie soboles » les dédicataires de l’épître V, l’épître de 1310 adressée aux seigneurs italiens par l’« humilis ytalus Dantes Alagherii florentinus et exul immeritus2 » ?

  • 3 Pour sa diffusion en France, le renvoi s’impose à l’ouvrage de référence de Beaune, Colette, 1985, (...)

2Mon hypothèse de départ a été que, en dépit de toute apparence, ces deux questions étaient liées. Ce lien, je crois l’avoir trouvé, à l’issue d’une triple enquête qui a porté tour à tour sur la légende de la trahison d’Anténor (associée ou pas à celle d’Énée, mais mettant de toute façon en doute la pietas du héros virgilien) ; sur la cause de la chute de Troie – autrement dit : qu’est-ce qui fait tomber une ville ? – ; sur les exilés troyens (Énée, Anténor ou leurs descendants) dont on a fait les fondateurs des « nations » (au sens médiéval, bien sûr), des dynasties royales et des lignées des grandes familles européennes. Ce qui entraîne, sur ce dernier point, une question subsidiaire : comment Dante pouvait-il réagir à l’idée que « nous sommes tous des Troyens », idée largement répandue en France au xve siècle, mais déjà explicitement formulée au xiiie3 ?

  • 4 Voir Padoan, Giorgio, 1970, « Antenore », in Enciclopedia Dantesca, vol. I, p.296-7 ; Brugnoli, Gio (...)
  • 5 Pour aller vite, je désigne par Servius l’ensemble du commentaire, bien que l’on y distingue la mai (...)

3La première question – « pourquoi Dante a-t-il choisi Anténor, l’exilé troyen, comme personnage éponyme de la deuxième zone du Cocyte » – en fait se dédouble : d’où tenait-il cette image, d’abord ; ensuite – et surtout– pourquoi l’a-t-il retenue ? La réponse au premier volet, qui porte sur les sources, a été vite trouvée, dès les premiers commentateurs : étant bien entendu que Virgile n’y est pour rien, c’est de Servius que Dante tient cette image d’Anténor. Mais je ne crois pas, et ne suis pas la seule4, que la référence à Servius suffise pour répondre aussi à l’autre volet, celui du pourquoi, car il n’y a pas de ligne directe qui conduise de Servius5 au Cocyte.

1

4Abordons alors la question par ce que nous savons tous : que Dante tient à se faire dire par Virgile que son Énéide, il la connaissait « tutta quanta » (If XX 114). Mais nous savons tout aussi bien qu’il ne connaissait pas que l’Énéide, loin de là. A fortiori, l’Énéide n’était pas l’hypotexte auquel il songeait lorsqu’il faisait évoquer par Cacciaguida les femmes florentines d’antan qui « favoleggiava[no]… / d’i Troiani, di Fiesole e di Roma » (Pd XV 125-126).

5Bien sûr, Dante ne pouvait pas mettre dans le même sac ces « fabule » et la « vera historia » dont Virgile était le narrateur et le garant. Bien sûr, la figure d’Énée et l’image de Rome dans la Comédie se rattachent directement à Virgile. Et pourtant ces « fables » troyennes n’étaient pas que l’apanage des femmes florentines d’antan. Dante lui-même en avait été séduit, d’après le passage célèbre du De vulgari eloquentia (I x 2) qu’il consacre à la « delectabiliorem vulgaritatem » de tout ce qui avait été « redactum sive inventum » dans la prose d’oïl,

  • 6 Pour les ouvrages auxquels Dante pouvait songer en écrivant cela, voir la note ad locum de Tavoni, (...)

videlicet Biblia cum Troianorum Romanorumque gestibus compilata et Arturi regis amabages pulcerrime et quamplures alie ystorie ac doctrine6.

6Parmi toutes ces « quamplures ystorie », qui en fait circulaient dans toute l’Europe, nombreuses étaient celles qui parlaient d’Anténor et de sa trahison, mais aucune ne conférait à l’exilé troyen le rôle que Dante lui a assigné en donnant son nom à la deuxième zone du Cocyte, l’Antenora – nom prononcé de surcroît par Bocca degli Abati, le traître de Montaperti.

  • 7 J’en profite pour rappeler en passant que traditor a remplacé proditor en latin sous l’influence de (...)
  • 8 Dans Eneadi e antenoridi…, p.9.

7Anténor est ainsi hissé au rang d’archétype de l’une des quatre formes que peut prendre la trahison, au même titre que Caïn, Ptolémée et Judas – Caïn et Judas7 étant, dit Brugnoli, « veri e propri paradigmi della coscienza comune e della cultura di base8 ».

  • 9 Pd VI 69 (pas dans le rôle de meurtrier ou de traître, cependant).

8L’identification de Ptolémée est plus controversée. Au candidat largement majoritaire, le Ptolémée de la Bible, je serais tentée de préférer l’autre : le Ptolémée roi d’Égypte, le meurtrier de Pompée, qui est mentionné aussi ailleurs dans la Comédie9. Et on se souvient que Pétrarque l’appellera « il traditor d’Egitto » (RVF 102, 1), par une antonomase qui fait référence à Lucain. On aurait ainsi, pour ces quatre zones du Cocyte (Caina, Antenora, Tolomea, Giudecca), les deux traîtres éponymes issus de la Bible et, au centre, les deux traîtres issus des ouvrages profanes : disposées dans une succession chronologique, ces histoires vont converger dans les trois gueules de Lucifer.

  • 10 « Poi fummo fatti soli procedendo,/folgore parve quando l’aere fende,/voce che giunse di contra dic (...)

9Quoi qu’il en soit de Ptolémée, il n’en reste pas moins que la trahison d’Anténor acquiert, dans l’Inferno, la même “consistance” historique et la même valeur emblématique que le crime d’un Caïn ou d’un Judas. La même consistance historique, assurément, et cependant pas la même consistance narrative en tant que personnage. Contrairement à Judas, que l’on voit “en chair et en os” un peu plus loin, et à Caïn, évoqué de façon saisissante, voire « foudroyante », dans le Purgatoire (XIV 131-135)10, Anténor ne figure en effet qu’à travers sa double fonction d’éponyme : d’abord en tant qu’archétype des traîtres à la patrie, dans le Cocyte ; puis, dans le Purgatoire, en tant que fondateur de Padoue, la ville où les Padouans – les Antenòri du chantV – continuent de rappeler, et surtout de perpétuer, les forfaits de leur précurseur (PgV 73-78).

  • 11 Braccesi, Lorenzo, 1997, La leggenda di Antenore. Dalla Troade al Veneto, Venezia, Marsilio, a reco (...)
  • 12 Sur le rôle joué par Lovato Lovati au sein du « préhumanisme » padouan, voir Billanovich, Guido, 19 (...)

10À Padoue, la version positive de sa légende, faisant d’Anténor non pas un traître mais le conditor prestigieux de la ville11, venait d’être accréditée, à la fin du Duecento, par Lovato Lovati12. Quelques années après, l’auteur, demeuré anonyme, de l’Entrée d’Espagne, au lieu de dire son nom, vante son appartenance à la ville bâtie par Anténor comme le seul trait identitaire qu’il lui importe de revendiquer :

  • 13 Infurna, Marco (éd.), 2011, L’“Entrée d’Espagne” : Rolando da Pamplona all’Oriente, di Anonimo Pado (...)

mon nom vos non dirai, mais suis Patavian,
de la cité que fist Antenor le Troyan (v.10974-5)13.

  • 14 Un passage du Tresor (I 39, 1-2) confirme en effet l’existence d’un précédent tombeau : « Quant la (...)
  • 15 Pour le tombeau réaménagé en 1283, après la découverte des « reliques » d’Anténor, et qui « closely (...)

11On croyait même avoir découvert son squelette et son cercueil : d’où le tombeau, que l’on voit toujours, construit (ou, plus précisément, réaménagé14) en 1283 pour honorer ce prétendu squelette15. Quant au cercueil, il contenait également une plaque de bronze sur laquelle on pouvait lire ce vers :

Hic jacet Antenor, Patavine conditor urbis.

12Mais l’auteur véronais de La dedizione di Treviso e la morte di Cangrande, un poème anonyme à la gloire du Scaliger, l’avait ensuite repris pour le compléter ainsi :

  • 16 Padrin, Luigi, 1896, “La dedizione di Treviso e la morte di Cangrande I”, Carme del secolo xiv (per (...)

ille proditor fuit, et quique sequuntur eundem16.

  • 17 C’est Jacopo del Cassero qui parle : « “Quindi fu’ io ; ma li profondi fóri/ond’uscì ’l sangue in s (...)

13Chez Dante, c’est dans Pg V 75 que la caractérisation négative d’Anténor entraîne le rapprochement polémique Anténor-Padoue : par l’évocation du piège tendu à Jacopo del Cassero, tué « in grembo agli Antenòri » (dans le territoire de Padoue, donc)17. Mais ce crime a bien eu pour mandants les Este, la famille, exécrée par Dante, qui avait d’abord bâti autour de Padoue les bases de sa puissance, et que l’on faisait à son tour descendre des Troyens.

  • 18 C’est là l’opinion de Padoan (cf. n.4).

14Et pourtant il me semble que, même en tenant le plus grand compte de la présence insistante de la polémique antiestense – et par ricochet anti-Padoue– tout au long de l’Enfer et dans les premiers chants du Purgatoire, ce rôle de fondateur que l’on attribuait à l’exilé troyen ne saurait être, à lui tout seul, à l’origine du choix antithétique d’Anténor comme éponyme de la deuxième zone du Cocyte18 : un choix qui ne peut se rattacher qu’au rôle joué par Anténor dans la chute de Troie, et partant au sein de l’histoire (évidemment providentielle) qui relie Troie à Rome et à l’empire.

  • 19 Jung, Marc-René, 1997, « L’histoire grecque : Darès et les suites », in Baumgartner, Emmanuèle, Har (...)
  • 20 Dans les deux cas, l’« objet » déclencheur est le même : la pomme. Comme l’écrit Eusèbe, « Alexande (...)

15Histoire providentielle pour Dante, certes, mais pas seulement, car on ne saurait sous-estimer l’importance conférée à la chute de Troie par toutes les chroniques universelles, où elle constitue une césure d’autant plus marquante qu’elle est censée réitérer la Chute originelle : « la chute de Troie est le grand événement de l’histoire universelle », dit Marc-René Jung19. La valeur paradigmatique acquise par la chute de Troie n’était certainement pas une acquisition récente, mais elle s’était encore renforcée dans l’ère chrétienne. L’immense exploit historiographique que constituent les histoires, ou chroniques, universelles (au premier chef celle d’Eusèbe, traduite et reprise par Jérôme) conduit à dresser des tableaux synchroniques des événements qui se sont succédé depuis la Création dans les différents royaumes de l’Antiquité, c’est-à-dire dans l’histoire d’un monde qui ne cesse de courir à sa perte jusqu’à la Nativité (thème augustinien repris et développé par l’Historia adversos paganos d’Orose). Non seulement la chute de Troie y trouve sa place, et sa datation précise, mais, dans certains manuscrits où ces tableaux synchroniques sont présentés en colonnes, seule la mention Troia capta est portée, en capitales, et parfois en rouge, sur une ligne qui barre toutes les colonnes, instaurant dans le texte une coupure parfois plus grande que pour la Nativité. C’est dire (et donner à voir) la valeur emblématique que l’on reconnaît autant à cette ville, devenue le paradigme de la toute puissance orgueilleusement souveraine, qu’à sa destruction, qui marque dans l’histoire le moment où la chute originelle se répète20.

2

16Pour nous, la chute de Troie évoque aussitôt l’histoire du cheval. Voyons alors de plus près ce que Dante dit de ce fameux cheval. De plus près, et cependant dans le désordre, parce que je ne vais pas commencer par le chant d’Ulysse mais par If XXX 91-129, où l’on voit côte à côte maître Adam et « ’l falso Sinon greco di Troia » (v.98). Dans ce long passage, je me borne à extraire trois vers :

  • 21 « “S’io dissi il falso, e tu falsasti il conio”,/disse Sinon ; “e son qui per un fallo,/e tu per pi (...)

« […] son qui per un fallo » [c’est Sinon qui parle]
« Ricorditi, spergiuro, del cavallo, »
« e sìeti reo che tutto il mondo sallo ! » [réplique de maître Adam]21

17La rime fallo : cavallo : sallo corrobore la version de l’histoire que tout le monde connaît (« tout le monde en jase », traduit joliment Pézard) : il suffit d’avoir lu Virgile. Auparavant, dans le chant d’Ulysse, c’est justement Virgile qui mentionne « l’agguato del caval » (If XXVI 59).

18L’histoire du cheval – « agguato » et « fallo »–, qui entraîne la punition de ses responsables dans Malebolge, relève donc de la fraude : tromperie grecque, conçue par Ulysse et dont Sinon le faussaire, « le faux Grec de Troie », a été l’exécutant très doué (je laisse de côté Diomède). La trahison, c’est autre chose, et elle ne peut concerner que le camp troyen. Si toutes deux, trahison et fraude, ont concouru à la chute de Troie, Dante tient à bien les séparer, nous faisant ainsi comprendre que la responsabilité la plus grave retombe sur la trahison, et donc sur le troyen “vrai” : sur Anténor.

19Mais reprenons l’histoire du cheval, pour compléter la citation du chantXXVI :

  • 22 « “E dentro da la lor fiamma si geme/l’agguato del caval che fé la porta/onde uscì de’ Romani il ge (...)

« l’agguato del caval che fé la porta
onde uscì de’ Romani il gentil seme22 ».

20La ligne providentielle qui passe par la « brèche » ouverte par le cheval conduit en fait jusqu’à Rome. Or, s’il faut croire que la trahison d’Anténor s’insère, comme celle de Judas, dans le plan providentiel, il est tout à fait exclu qu’Anténor fasse également partie de la lignée qui, sortie par cette même brèche, a donné naissance aux Romains, « gentil seme » ou « sementa santa » (If XV 76). Encore une évidence : le lien providentiel Troie-Rome se fait à travers Énée, et lui seul.

  • 23 Parce que Virgile en parle, bien sûr (qui avait rattaché à la peregrinatio d’Énée les légendes port (...)
  • 24 « E quei che m’era ad ogne uopo soccorso/disse : “Volgiti qua : vedine due/venir dando a l’accidïa (...)

21Mais Dante tient aussi à se prononcer sur la diaspora troyenne, ou du moins sur une partie de celle-ci23. Dans Pg XVIII 130-13824, les deux exemples d’accidia que l’on blâme mettent en parallèle les Hébreux qui, s’étant rebellés à Moïse, ont péri dans le désert sans atteindre la Palestine

« […] Prima fue
morta la gente a cui il mar s’aperse,
che vedesse Iordan le rede sue »

et les Troyens qui se sont arrêtés en Sicile pour ne pas prolonger les affres du voyage :

« […] quella [gente] che l’affanno non sofferse
fino alla fine col figlio d’Anchise,
sé stessa a vita sanza gloria offerse. »

22Ces Troyens accidiosi ne sont certes pas des traîtres, mais ce sont des rebelles, ou des récalcitrants, nous dit le rapprochement avec les Hébreux : des exilés qui ont renoncé à la terre promise et qui ont encouru la “mort dans le désert”, réelle (pour les Hébreux) ou métaphorique (la « vita sanza gloria », coupée de l’issue providentielle, pour les Troyens restés en Sicile).

23De cette « porte », de la brèche ouverte par le cheval, sont donc sortis, au même titre que le seul ancêtre du « gentil seme », de futurs accidiosi et un traître avéré.

  • 25 « Poi quando fur da noi tanto divise/quell’ombre, che veder più non potiersi,/novo pensiero dentro (...)
  • 26 Pg XIX 22-23. Remarquons, au passage, que cette « sirène » est également évoquée par l’Épître V iv (...)

24Il me plaît d’imaginer que les pensées qui se mettent aussitôt à tourbillonner dans la tête de Dante (c’est la conclusion du chant XVIII du Purgatoire25) sont suscitées par l’écoute de ces deux exempla, qui ne sont d’ailleurs pas sans rapport avec ce qui se dit dans les deux chants suivants. Avec le rêve de la « femmina balba », d’abord, qui survient au début du chant XIX – la sirène qui se vante d’avoir détourné Ulysse : « io volsi Ulisse del suo cammin vago [« vagabond »]/al canto mio26 ». Avec la dénonciation ensuite par Hugues Capet, au chant XX, des forfaits de ses descendants, la « mala pianta » (v.43) qui a toujours agi, par avarice, contre l’impero : qui s’est toujours détournée de et tournée contre l’impero. À ce propos, bornons-nous à remarquer ici que, lorsqu’il en vient à Charles de Valois, Hugues Capet le définit comme celui qui combat « solo con la lancia/con la qual giostrò Giuda » : qui fait de la trahison son arme unique (v.73-74). Il semblerait donc que sur la « mala pianta » des Capétiens se soient greffées des pousses d’un autre arbre, qui porterait dans ses branches Judas autant qu’Anténor.

  • 27 La Chronique du pseudo-Frédégaire, puis l’Historia Daretis Frigii de origine Francorum postulent, a (...)

25On en revient ainsi à la question de la diaspora troyenne : car une tradition historiographique bien consolidée faisait descendre directement les Francs d’un petit-fils d’Énée (parfois même d’un frère) – mais elle entrait aussi en concurrence avec une autre reconstitution généalogique qui rattachait l’origine des Francs à un descendant d’Anténor27.

  • 28 Il suffit de se rapporter pour cela au passage du De vulgari eloquentia déjà cité.
  • 29 Ce dont A.-M.Chiavacci-Leonardi s’aperçoit d’autant moins que sa note à If 70 est un exemple confon (...)

26La légende troyenne se prêtait en effet à toutes sortes de variantes, voire de manipulations, et tout porte à croire que Dante les connaissait, ou du moins en connaissait un nombre certain28 (ne serait-ce qu’à travers le Tresor de Brunetto Latini). Il pouvait même leur attribuer une validité “historique” à certains égards comparable à celle de Virgile. Comparable à, mais pas toujours conciliable avec ce que dit Virgile : le cas d’Anténor se situe justement là, à ce point de croisement délicat où l’adoption de l’une de ces variantes revenait, de fait, à une “trahison” de Virgile29.

27Lequel Virgile est d’ailleurs explicitement mis de côté, tenu à l’écart par Dante pendant toute la traversée de l’Antenora :

E io : « Maestro mio, or qui m’aspetta » (XXXII 82).

28À toutes les explications que l’on a données de cette apostrophe à Virgile –mieux, de l’hapax que constitue cette injonction péremptoire–, on peut ajouter celle-ci : Dante sait qu’il doit prendre seul la responsabilité de la version de la légende troyenne qu’il adopte à ce moment-là, une version qui non seulement ne doit rien à Virgile, mais qui, justement, s’en écarte, voire le “trahit”.

3

  • 30 Par une coïncidence sans doute fortuite, Anténor et les Anténorides ne sont mentionnés que deux foi (...)
  • 31 Pour un développement bien plus articulé des questions qui ne sont ici qu’effleurées, je renvoie à (...)

29De la légende troyenne telle qu’elle s’est constituée, et aussitôt ramifiée, dans l’Antiquité – telle qu’elle s’est constituée en se ramifiant–, il ne nous reste pas grand-chose : en gros, Homère, Virgile, et Ovide. Excusez du peu, certes ; mais ce qu’Homère et Virgile30 nous apprennent sur les dix années de guerre ne porte, de fait, que sur un laps de temps bien court : les six mois allant de la colère d’Achille à la mort d’Hector ; les quelques jours correspondant à la phase finale de la chute de Troie. De tout le reste (Cypria, Petite Iliade, nostoi, Télégonie…), il ne surnage que quelques fragments, qui témoignent notamment de l’appropriation de cette matière épique par les grands tragiques grecs31.

  • 32 XIII 1, 53 : « Sofocle dunque nel racconto della presa di Troia riferisce (phesì) che davanti alla (...)
  • 33 Braccesi, ibid., p.60.

30C’est au fragment d’une tragédie perdue de Sophocle, les Anténorides, que remonte pour nous la première mention de ce qui était déjà – ou sera, ou deviendra – une pièce à l’appui pour le “dossier” de la trahison : la dépouille d’un léopard placé devant la porte d’Anténor pour indiquer que sa demeure devait être préservée. De ce fragment de Sophocle nous ne connaissons que sa paraphrase par Strabon32. Mais nous savons aussi, grâce à Pausanias, que– en gros dans les mêmes années du ve siècle où Sophocle écrit les Anténorides– le peintre Polygnote a représenté sur un mur de Delphes des scènes de l’Ilioupersis où l’on voit le même signal : « La maison d’Anténor […] avec une peau de léopard suspendue à la porte, signal pour avertir les Grecs de respecter cette maison » [10, 27, 3]33.

  • 34 « Antenore ed Enea, quest’ultimo col padre Anchise sulle spalle, mentre evadono da Troia, sono raff (...)

31Anténor, c’est un exilé, certes, mais un exilé qui a acquis des vainqueurs la permission de sortir – et de s’en sortir–, avec sa famille et ses biens. D’acquis à acheté le pas est vite franchi. Énée aussi s’en est sorti. Sur un cratère – encore en gros des mêmes années du ve siècle – on le voit fuir en même temps qu’Anténor34 ; et la question s’est assez vite posée pour lui aussi : à quel prix ? La trahison d’Anténor déteint sur celle d’Énée, qui en devient le complice actif.

  • 35 « La leggenda romana di Enea […], presso il mondo dei vinti, legittima un mito di conquista. […] Qu (...)

32Je simplifie à outrance toutes les variantes (et les implications) de cette histoire à deux, qui s’est forgée dans le monde athénien du ve siècle comme outil de propagande (pas seulement anti-romaine, d’ailleurs). Pour les Grecs (ou, en tout cas, pour certains Grecs, à certaines époques), les Romains peuvent bien se prétendre les descendants d’Énée : c’est en fait d’un traître qu’ils sont issus35.

33Du côté romain, il est notoire que l’insistance de Virgile sur la pietas d’Énée obéit à tout un tas de raisons liées à la politique d’Auguste et à glorification de son règne : y compris en coupant court à tous les racontars sur la trahison. Et pourtant l’autorité de Virgile ne suffit pas pour les faire taire.

  • 36 Voir, par exemple, le passage cité à la n. 29.

34À l’égard de la trahison d’Énée, Servius se montre en fait très circonspect, voire sur la défensive. Il lui importe de blanchir Énée : ce qu’il fait en accordant du crédit, par contre coup, à la trahison d’Anténor. Mais, à tout propos (et, souvent, même hors de propos36), il ne cesse pas pour autant d’attribuer à Virgile l’intention sous-jacente de disculper Énée. Des très nombreuses citations possibles, je me borne à celle-ci : « laborat [i. e. Virgile] hoc sermone probare ab Ænea non esse proditam patriam » (c’est la glose ad Æn I 647, qui se réfère aux cadeaux, arrachés aux ruines de Troie, « munera […] Iliacis erupta ruinis », qu’Énée ordonne d’apporter pour les offrir à Didon).

  • 37 Callu, Jean-Pierre, 1978, « “Impius Æneas” ? Échos virgiliens du Bas-Empire », in Chevallier, Raymo (...)

35Servius est ainsi un exemple éloquent du fait que la question du rôle à assigner à Énée redevenait d’actualité au ve siècle de notre ère, au moment où l’empire est partagé, à la mort de Théodose, entre ses deux fils, Honorius et Arcadius – avec tous les conflits entre leurs conseillers, les complots et les meurtres en chaîne qui en ont découlé. En s’attaquant à Énée, on s’en prenait alors aux origines de l’empire d’Occident, bâti sur une trahison autant que sur un fratricide37(ce qu’Augustin avait dit, comme on le sait bien, dès les premiers chapitres du De civitate Dei).

  • 38 Ne pouvant rendre compte ici d’une bibliographie surabondante, oscillant entre le repérage archéolo (...)

36Arrêtons-nous sur cette question de la légende du fratricide lié à la fondation de Rome, légende que l’on a essayé d’aménager (par exemple en inventant un certain Celer qui aurait été le responsable du meurtre), mais sans pouvoir s’en passer : la légende est au bout du compte plus forte que toutes les tentatives de, disons pour aller vite, rationalisation38.

  • 39 Pour la présence insistante du paradigme du parricide provoquant l’exil du héros fondateur dans les (...)

37Elle est d’autant plus forte qu’elle s’intègre dans un paradigme où toute fondation a partie liée avec un crime originel qui, dans bien des cas, préexiste à la fondation et en constitue le préalable, voire le “fondement” : c’est parce qu’il a commis un crime (volontaire ou involontaire, en tuant son père, ou ses deux parents, ou son frère : crimes que le latin qualifiait tous de « parricide ») que le héros est contraint à l’exil qui aboutira à la fondation d’une nouvelle ville39.

38Si le péché originel, qui a fondé l’histoire de l’humanité exilée, est une variante du meurtre du père, la Bible nous apprend ensuite que Caïn, le premier meurtrier et fratricide “en titre”, qui se sait banni, est aussi le premier fondateur d’une cité (Gn 4, 17 : « Il devint un constructeur de ville et il donna à la ville le nom de son fils, Hénok »).

  • 40 Mais pas que cela, bien sûr: « What happens in the world (events), the selection, recording and int (...)

39Rien de plus compréhensible du fait (idée ou mythe) que le fondateur soit, d’abord, un exilé, ou, plus largement, un profugus, un fugitif (avec toutes les nuances possibles qui renvoient au sens à son tour très large d’exilium) : c’est d’un ailleurs, d’un lieu géographique et existentiel tout à fait autre, que l’on vient lorsqu’on fonde une ville, dans un territoire que l’on dit non peuplé auparavant ou, en tout cas, dont les habitants vivaient en communautés dispersées. Fonder une ville, c’est jeter les fondements d’un nouvel ordre, de la nouvelle configuration sociale d’un lieu, de sa socialisation, voire de son avènement à l’histoire et à la civilisation40 ; mais rien ne saurait être tout à fait neuf et vierge, totalement innocent dans la confrontation originelle avec l’autre et son ailleurs, sur laquelle plane l’ombre portée d’une culpabilité primordiale. Le mythe des origines, en tant que mythe de fondation, bute inévitablement, dit René Girard, sur le rôle fondateur de la violence meurtrière, et partant sur la quête toujours recommencée d’une innocence aussi originelle qu’impossible à retrouver.

  • 41 Il y a certes aussi le “modèle” constitué par le parricide de Brutus, mais ce crime politique n’est (...)

40Si donc le héros fondateur se présente, depuis Caïn, sous le double visage de l’exilé et du meurtrier, c’est apparemment par le biais de la réélaboration grecque des personnages d’Énée et d’Anténor que l’exilé se rend coupable d’un parricide qui est un patricide, un crime contre la patrie. Ce qui pourrait suffire pour que, dans l’Enfer, la deuxième zone du Cocyte s’appelle Antenora : Dante ayant alors perçu et “institutionnalisé” la nouveauté – ou, en tout cas, la valeur paradigmatique – de cette figure de l’exilé en parricide/fratricide parce que proditor, parce traître à sa patrie (ce que pourrait montrer aussi la consécution Caina-Antenora)41.

  • 42 « “Poeta fui, e cantai di quel giusto/figliuol d’Anchise che venne di Troia,/poi che ’l superbo Ilï (...)
  • 43 Storia e “Comedìa”…, p.124. Comme le dit Ilaria Tufano, tandis que les exégètes modernes, G.Inglese (...)
  • 44 Je n’en donne ici que deux exemples. Les doutes d’un Tertullien à ce propos ne le conduisent qu’à m (...)

41Et pourtant cela ne suffit pas encore pour répondre à la question posée au début : au nom de quoi pouvait-il accorder à la légende de la trahison d’Anténor un tel crédit ? Un crédit qui ne va certes pas, chez lui, jusqu’à entamer le personnage d’Énée, mais qui confère d’emblée, dès le premier chant de l’Enfer, encore plus de relief “contestataire” aux vers qui comportent la référence inaugurale à Énée (If I 73-4), « quel giusto/figliol d’Anchise… », etc.42, et tout d’abord à l’épithète « giusto », isolée et mise en valeur par l’enjambement. Ce « giusto » antéposé, dit Giorgio Inglese, prend littéralement les devants en affichant « l’impegno polemico […] in apertura della Comedìa43 » à l’encontre de la tradition discordante, très largement répandue, qui, tout à la fois, niait la véridicité du récit virgilien et se rattachait aux sources qui associaient Énée et Anténor dans la trahison44.

42Mais, une fois parvenu au fin fond de l’enfer, Dante nous dit encore autre chose. En mettant Antenora dans la bouche du traître de Montaperti, il ne se borne pas à accréditer la légende de la trahison : il lui importe, surtout, de l’actualiser. Loin de la reléguer dans le passé lointain des origines, ce qu’il montre, c’est sa présence toujours agissante dans l’histoire contemporaine, bien au-delà de la polémique anti-Este ou anti-Padoue et de sa portée, somme toute assez restreinte. Autrement dit : il y a, dans le présent, dans la réalité historique contemporaine, bien d’autres Anténorides que les Padouans ou les Este. Car les multiples, proliférantes versions de la guerre de Troie ne se bornaient pas à broder sur la chute et ses causes, mais mettaient – littéralement – en circulation une quantité impressionnante d’exilés troyens dont on retrouvait les traces un peu partout en Europe. La « brèche » ouverte par le cheval s’est ainsi progressivement élargie, au fur et à mesure qu’une véritable diaspora troyenne finissait par se substituer aux quelques figures de rescapés qui se rattachaient, peu ou prou, à la tradition homérique.

43Tandis que les dames florentines d’antan, dans leur sagesse tranquille, se plaisaient à raconter ce qu’elles savaient être des fables, « l’impegno polemico » dont parle G. Inglese conduit Dante à identifier, pour la dénoncer, la fonction historique dont ces légendes sont parées : une fonction historique d’autant plus réelle, d’autant plus agissante dans le présent qu’est davantage contestable la légende sur laquelle elle repose.

4

  • 45 Rosier-Catach traduit par « ouvrages d’histoire et de science » (op. cit., p.121). Pour le deuxième (...)
  • 46 La compilation de Brunet Latin (Tresor I 32-39) en est un très bon exemple.

44Le moment serait enfin venu de dire quelque chose de plus précis sur cette tradition et sa diffusion très large. Pour ce faire, reportons-nous d’abord au passage, déjà cité, du De vulgari eloquentia (I x 2) où Dante pointe les deux « genres » dans lesquels la prose d’oïl venait d’illustrer sa delectabiliorem vulgaritatem : « ystorie ac doctrine45 ». Au titre des ystorie, ce qu’il mentionne en premier, Biblia cum Troianorum Romanorumque gestibus compilata, rend parfaitement compte de ce qui était effectivement la grande nouveauté de la production en langue d’oïl (quidquid redactum est sive inventum) depuis le tout début du xiiie siècle. Une production vernaculaire qui prenait certes le relais des histoires ou chroniques universelles, mais qui conférait un relief tout à fait inédit à la guerre de Troie, à ses causes lointaines, son déroulement et ses issues, d’une part, et qui, d’autre part, la “laïcisait” par une narration ne visant plus, comme chez Eusèbe-Jérôme ou Orose, l’histoire du salut46.

  • 47 C’est un modèle de prosimetron dont la différenciation entre les domaines respectifs de l’histoire (...)
  • 48 Voir Croizy-Naquet, Catherine, 1999, Écrire l’Histoire romaine au début du XIIIesiècle : l’“Histoir (...)
  • 49 À propos de Biblia cum Troianorum Romanorumque gestibus compilata, tandis que Tavoni se borne à men (...)

45La compilation qui doit à Paul Meyer son titre actuel, Histoire ancienne jusqu’à César (1208-1213), est le premier texte en prose vernaculaire où l’on retrace l’histoire du monde depuis la genèse jusqu’aux grandes invasions (dans les intentions de l’auteur, du moins, car la compilation s’est interrompue à l’époque romaine). La prose devient ainsi la nouvelle langue de l’histoire, remplaçant la précédente historiographie vernaculaire en octosyllabes (seule la prose pouvant se conformer à la brevitas qu’exigeait une chronique universelle) ; et pourtant il s’agit bien d’un prosimetron par la présence de vers réservés au registre de la moralité, qui ainsi se détache, et se distingue, de la narration historique47. Plus de vers dans Li fet des Romains, tout juste postérieurs (1212-1213), centrés surtout sur la figure de César, d’après Salluste et Lucain (souvent par des traductions de première main)48 : c’est là l’une des sources actuellement répertoriées du Tresor, mais c’est surtout l’un des grands best-sellers du Moyen Âge – à la condition de préciser, cependant, qu’ils le sont quasiment à égalité avec l’Histoire ancienne, car ces deux compilations sont le plus souvent transcrites ensemble, sans solution de continuité49. Ce qui complique encore davantage l’histoire très touffue de leur tradition manuscrite, d’autant plus que celle-ci les consigne fréquemment dans des volumes de miscellanées au contenu, pour nous, bien disparate, du fait qu’une traduction des Héroïdes d’Ovide, par exemple, peut s’y trouver à la fin de l’Histoire ancienne.

  • 50 Je renvoie, par commodité, à Fry, Gérard, 2004, Récits inédits sur la guerre de Troie (Iliade latin (...)

46Mais il me faut abréger ces gloses, déjà trop rapides, du passage en question du De vulgari eloquentia pour en venir aux deux textes qui ont le plus compté dans la longue histoire de la « matière de Troie » et de ses réécritures médiévales : la De excidio Troiæ Historia de Darès le Phrygien ; les Ephemeridos belli troiani Libri (« l’histoire au jour le jour ») de Dictys le Crétois50.

  • 51 Dans son cas, le texte latin dont nous disposons semble donc être bien une « traduction » : c’est c (...)

47Remontant vraisemblablement l’un (Dictys) au ive, l’autre (Darès) au vie siècle, et apparemment sans rapport direct entre eux, ils ont néanmoins des caractéristiques semblables. Au premier chef, celle de se présenter comme les ouvrages historiques à la fois les plus véridiques et les plus exhaustifs sur toute la guerre de Troie, car leurs deux auteurs se disent les contemporains des événements qu’ils relatent (contrairement à Homère, donc), et auxquels ils ont même participé personnellement, l’un, Darès le Phrygien, dans le camp troyen, l’autre, Dictys le Crétois, dans l’armée grecque. Ils nous sont parvenus tous deux dans une « traduction » latine et précédés chacun d’une lettre de leur traducteur respectif, qui raconte dans quelles circonstances, plus ou moins rocambolesques, il s’est procuré l’original grec (pour Dictys, c’est un bel avatar de l’histoire du manuscrit retrouvé). Un original grec qui a effectivement existé pour le texte de Dictys, dont on a retrouvé deux fragments au siècle dernier, remontant à l’époque hellénistique51.

  • 52 Laomédon, le père de Priam, a bafoué les lois de l’hospitalité à leur égard : c’est là le « péché o (...)

48Les deux récits, qui ont encore en commun de refuser l’intervention des dieux dans les affaires humaines, diffèrent par leur longueur (celui de Darès est beaucoup plus court) et, en partie, leur contenu. Tandis que Darès remonte aux Argonautes (dont le conflit avec le père de Priam est à l’origine de l’expédition grecque52) et s’arrête à la fin de la guerre, Dictys commence par l’enlèvement d’Hélène et ajoute, après les cinq livres consacrés à la guerre, un sixième livre où il raconte les nostoi des Grecs : jusqu’au retour et à la mort d’Ulysse, tué involontairement par Télégonus, le fils qu’il avait eu de Circé.

  • 53 Il n’y a pas de traces de Dictys en Italie avant le début du xive siècle, « poi aumentano tanto da (...)
  • 54 Stohlmann, Jürgen (éd.), 1968, Anonymi “Historia troiana Daretis Frigii”. Untersuchungen und kritis (...)

49Le succès de Darès a été immense, largement supérieur, en Occident, à celui de Dictys53 (davantage connu et exploité dans le monde byzantin, du moins jusqu’au xive siècle). De ce véritable best-seller, on a pu dire : « presque chaque bibliothèque européenne qui conserve des manuscrits possède un exemplaire de Darès54 ».

  • 55 La réception de Darès comme historien doit sans doute beaucoup à Isidore, qui voit même en lui l’un (...)
  • 56 Crevatin, Giuliana, 2006-2007, « Leggere Tito Livio: Nicola Trevet, Landolfo Colonna, Francesco Pet (...)

50Il est notoire que le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure suit de près le récit de Darès, mais la réception de celui-ci, tout autant que celle de Dictys, dépasse de loin la seule littérature romanesque55. Je n’en veux pour preuve que Pétrarque, qui cite plusieurs fois Dictys et Darès dans ses lettres, qui s’en sert pour des scholies à la traduction d’Homère par Leonzio Pilato, qui, surtout, avait acheté et annoté le manuscrit (le Parigino latino 5690 de la BNF) contenant, dans l’ordre (et cette juxtaposition est, à elle seule, on ne peut plus significative), Dictys, Tite-Live et Florus : un manuscrit « fastosamente illustrato » (dit Giuliana Crevatin), qui avait auparavant appartenu à Landolfo Colonna56.

  • 57 Tout porte à croire, par exemple, que les chapitres que le Tresor consacre à l’histoire de Troie et (...)
  • 58 Rossi, Luca, Carlo (éd.), 1998, Graziolo Bambaglioli, Commento all’“Inferno” di Dante, Pisa, Scuola (...)
  • 59 Il suffit de penser à Télégonus tuant Ulysse chez Dictys. Mais la postérité des héros homériques (É (...)

51Quant à Dante, si l’on peut seulement supposer qu’il les connaissait, il est en revanche certain que le public auquel il s’adressait s’était familiarisé avec la « matière de Troie » à travers Dictys et Darès – ou l’un de leurs innombrables rifacimenti – autant, sinon plus, qu’en lisant Virgile57. Je me borne encore à en donner un seul exemple, minime mais révélateur. Graziano Bambaglioli, le premier auteur d’un commentaire en latin à l’Enfer (1324), rend compte du fameux « né dolcezza di figlio, né la pieta/del vecchio padre […] » (IfXXVI 94-95) par « non amor paternus, non filiorum58 » : où l’assimilation des auteurs autres que Virgile est devenue une sorte de réflexe incontrôlable59.

52Encore quelques indications, nécessairement rapides, sur ces textes qui racontent une histoire non virgilienne de Troye la grant. Dès le Roman de Troie (±1165), la diffusion du récit de Darès est liée à l’énorme succès de ce poème de 30000 et quelque vers, qui connaît, au siècle suivant, de nombreux rifacimenti en prose – les romans en prose étant la grande nouveauté de la fin du xiiie siècle.

  • 60 Dans une glose de la Fiorita (cf. n.53), Armannino mentionne le Roman de Troie : « lo Troyano vulgh (...)
  • 61 Gozzi, Maria (éd.), 2000, Binduccio dello Scelto, La storia di Troia, Milano-Trento, Luini. Si l’on (...)
  • 62 Une diffusion qui s’est faite « grâce aux Anjou de Naples » (Jung, Marc-René, 1987, « Le Roman de T (...)
  • 63 D’Agostino, Alfonso, 2006, « Dal Roman de Troie all’Istorietta troiana », Filologia e Critica, 31, (...)

53Les cinq versions « dérimées » du roman de Benoît de Sainte-Maure que l’on a répertoriées sont désignées par Prose 1, Prose 2, etc. Bien souvent, celles-ci sont consignées dans des manuscrits italiens, voire ce sont des textes italiens qui en gardent les seules traces60. Il en va ainsi de la Storia di Troia de Binduccio dello Scelto, translation fidèle de Prose 2, qui remonte à la fin du Duecento61. La diffusion en Italie de la Prose 3, conservée dans un manuscrit de Rouen62, est attestée par six transcriptions fragmentaires dans des manuscrits italiens ainsi que par l’Istorietta troiana, qui en un volgarizzamento63.

  • 64 Jung, Marc-René, 1985, « De Lamedonta filio Hectoris », in Reinle, Adolf, Schmugge, Ludwig, Stotz, (...)

54Quant à la Prose 5, dont le manuscrit le plus ancien provient de Naples, et qui va être intégrée dans la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne, elle comporte, dans quelques manuscrits, un ajout supplémentaire, qui développe de façon autonome un épisode déjà présent dans le Roman de Troie : le Roman de Landomata. Celui-ci, fils d’Hector et d’Andromaque, se lie d’amitié avec Achilleis, fils d’Andromaque et de Pyrrhus (le fils d’Achille), et parvient avec lui, après maintes péripéties, à reconquérir Troie en se vengeant des Anténorides qui, à la suite de la trahison de leur père, y détenaient le pouvoir. Cette fois-ci, la « matière de Troie » surmonte l’antagonisme entre les deux camps dont les deux géniteurs (Hector et Achille) étaient les champions, et peut donc bien se terminer64.

  • 65 Sur la circulation manuscrite de l’Historia destructionis Troie et de ses traductions/transposition (...)

55Entre temps, à la fin du xiiie siècle (en 1287), un nouveau best-seller paraît, qui va rivaliser avec la diffusion du roman de Benoît de Sainte-Maure : l’Historia destructionis Troie de Guido delle Colonne (sans doute le même auteur que le poète de l’école sicilienne), qui translate le Roman de Troie en latin et en prose. Le succès que connaît ce texte est aussi extraordinaire que durable, le « retour » au latin facilitant sa diffusion dans toute l’Europe. Pendant que l’on continue de reproduire l’original, les traductions se multiplient à leur tour dans quasiment toutes les langues : en catalan (1367), en napolitain (le Libro de la destructione de Troia, du xive siècle), en français (1464), en anglais (1474), en castillan (1587)65.

  • 66 Un guet-apens déguisé, dit Priam, en invitation à dîner. Chez Dante, le repas utilisé comme guet-ap (...)

56À l’issue de ce panorama sommaire, on peut enfin renouer avec l’histoire de la trahison, d’après la version qu’en donnent Dictys et Darès. À son origine, il y a l’existence de deux factions à l’intérieur de Troie : bien attestées par Dictys tout au long de la narration, ces deux factions ne ressortent clairement, chez Darès, qu’à la fin des dix années de guerre, au cours d’un conseil où Anténor et Énée, qui plaident pour la paix, s’opposent frontalement à Priam et l’un de ses fils. Le conseil terminé, Priam communique à son fils sa décision : il faut tuer les partisans de la paix en les attirant dans un guet-apens66. Mais Anténor prend les devants, mobilise ses amis du parti de la paix, puis scelle avec les Grecs le pacte qui garantit la vie sauve aux conjurés et à leurs familles ainsi que la sauvegarde de tous leurs biens.

57La nuit suivante, comme convenu, Anténor et Énée, qui montent la garde, ouvrent à Néoptolème la porte au-dessus de laquelle était sculptée une tête de cheval.

58Au cours des péripéties sanglantes qui s’ensuivent, Énée croise Hécube qui fuit avec Polyxène et accepte de cacher celle-ci auprès d’Anchise. Au bout d’une nuit de destruction et de pillage, Agamemnon fait approuver par toute l’armée la promesse faite à Anténor, à Énée et aux autres qui ont trahi leur patrie. La mise à sac dure cinq jours ; au moment de partir, Néoptolème, le fils d’Achille, réclame à Agamemnon Polyxène, qui a été la cause de la mort de son père. Agamemnon s’adresse à Anténor, qui impose à Énée de rendre la jeune fille, et Néoptolème l’égorge sur le tombeau de son père. Furieux contre Énée qui a caché Polyxène, Agamemnon lui ordonne de partir à l’instant. Énée s’en va en empruntant les vaisseaux sur lesquels Pâris s’était rendu en Grèce enlever Hélène.

  • 67 Comme l’appele Servius, ad Æn II 15 : « machinamentum bellicum » (dans le commentaire cité à la n. (...)

59Résumons-nous. Dictys et Darès répondent tous deux à la question de savoir qui, des intervenants externes (assiégeants et cheval) ou des facteurs internes (divisions, rivalités, complots, trahison), a provoqué la chute. Leur réponse est on ne peut plus claire : une ville ne tombe pas de l’extérieur, car l’intervention externe n’est que le relais des initiatives internes des habitants eux-mêmes. Le point de vue sur la destruction de Troie s’en trouve bien modifié, qui subordonne l’issue du siège aux agissements des Troyens, car les Grecs n’ont pu pénétrer dans la ville qu’à partir du moment où les partisans troyens de la paix avec l’ennemi – Anténor et Énée au premier chef–, ne pouvant pas l’emporter sur la faction adverse et se sachant menacés par elle, en sont venus à se comporter en proditores. Aussi le fameux cheval, la « machine de guerre67 » montée par Ulysse, en est-il réduit, chez Darès, à une tête sculptée, déjà là : simple avatar du motif du signal que l’on avait vu apparaître chez Sophocle. Du même coup, l’histoire du Palladium en est à son tour considérablement infléchie : chez Dictys, la statue est subtilisée par Anténor (qui avait auparavant expliqué aux Grecs ce qu’elle signifiait pour Troie), et Ulysse se borne à la recevoir de ses mains.

60Sans m’y attarder davantage, il me semble évident que cette version de la chute de Troie due à la trahison est celle qui rend le mieux compte à la fois du choix d’Anténor comme parangon des traîtres à la patrie et du fait que c’est justement par Bocca degli Abati que Dante nous apprend son rôle d’éponyme infernal.

5

61Il n’en demeure pas moins que le revival médiéval d’Anténor ne le confine pas dans le seul rôle du traître, bien au contraire : comme on l’a déjà vu pour Padoue et les Este, le proditor, plus ou moins blanchi de tout crime, est promu au rang de conditor, et pas que d’un seule ville ou d’une seule famille. D’une part, Virgile et Tite-Live avaient déjà assigné un terme différent à ses pérégrinations. Tandis que Virgile avait fait d’Anténor le conditor d’une Padoue appelée par lui Troia,

  • 68 À propos des vers incipitaires de l’Énéide « Troiae qui primus ab oris/Italiam fato profugus Lavini (...)

Antenor potuit, mediis elapsus Achiuis,
Illyricos penetrare sinus, atque intima tutus
regna Liburnorum, et fontem superare Timaui,
unde per ora nouem uasto cum murmure montis
it mare proruptum et pelago premit arua sonanti.
Hic tamen ille urbem Pataui sedesque locauit
Teucrorum, et genti nomen dedit, armaque fixit
Troia ; nunc placida compostus pace quiescit (Æn I 242-249)68.

62Tite-Live, le Padouan, ne mentionne pas la fondation de Padoue, mais fait parvenir Anténor jusqu’au territoire habité par les populations qui ont alors reçu le nouveau nom de Veneti :

casibus deinde variis Antenorem cum multitudine Enetum […] venisse in intimum maris Hadriatici sinum, Euganeisque qui inter mare Alpesque incolebant pulsis Enetos Troianosque eas tenuisse terras. Et in quem primo egressi sunt locum Troia vocatur pagoque inde Troiano nomen est : gens universa Veneti appellati (Ab urbe condita, I 1).

63Bien entendu, l’historiographie vénitienne s’empare très tôt de cette « vénétisation » de la légende : pour l’opposer à sa « patavinisation », mais aussi, voire davantage, pour rehausser le prestige de Venise par une fondation très antérieure à celle de Rome, ne remontant qu’à de lointains descendants d’Énée.

  • 69 C. Beaune, L’utilisation politique…, p.331. Elle a fort bien montré, en particulier, la triple fonc (...)
  • 70 Marc-Réné Jung, dans L’exil d’Anténor, déjà cité, fournit une mise au point très claire sur les qua (...)
  • 71 D’où aussi le motif topique du Sycamber, recyclé comme synonyme poétique à la fois de Franc et de T (...)

64D’autre part, chez les épigones de Darès et Dictys les pérégrinations d’Anténor s’allongent et diversifient sans cesse, bien au-delà des confins italiens. Qu’il suffise de citer ce que Colette Beaune affirme d’entrée de jeu : « Toutes les nations de l’Europe médiévale s’inventèrent des légendes d’origine glorieuses et invérifiables. À l’image de celle de Rome, elles furent le plus souvent troyennes69. » Les rôles d’Énée et d’Anténor y sont à peu près interchangeables, du fait que l’un et l’autre (mais aussi Priam, tant qu’à faire) se trouvent dotés d’un nombre insoupçonnable d’enfants et petits-enfants, prêts à s’installer dans toutes les régions européennes. De son côté, Anténor, au cours des pérégrinations qui peuvent le conduire (lui ou les Anténorides) jusqu’en Angleterre (le premier nom de Londres a été « nova Troia »), voire au Danemark (son fils Danus est l’éponyme des Danois), est souvent censé faire halte à Sycambria (fondée par lui et un petit-fils de Priam), en Pannonie, alias Hongrie70. D’où les Gesta Hungarorum du xive siècle, qui se réclament de Darès71.

  • 72 À vrai dire, il y manquerait aussi l’Espagne et l’Irlande.
  • 73 Luiselli, Bruno, 1978, « Il mito dell’origine troiana dei Galli, dei Franchi e degli Scandinavi », (...)

65En fait, parmi tous ces peuples, un seul semblait manquer à l’appel des origines troyennes : les Scandinaves72. Mais la lacune est comblée grâce à un article de Bruno Luiselli73, qui a trouvé le chaînon manquant dans une somme de la mythologie nordique, l’Edda Snorri, rédigée à partir de 1220 par un poète islandais, Snorri Sturluson. Par bonheur, il en existe une traduction latine, qui nous facilite la compréhension des trois passages qui nous intéressent.

  • 74 Je rappelle en passant que, pour les premiers commentateurs de la Divine Comédie, Créuse était souv (...)

66Dans le premier, il est dit qu’Odin, descendant du mariage d’un roi troyen avec une fille de Priam74, avait ajouté au sien le nom de Priam, qu’il avait appelé Frigga sa femme et que, du nom de celle-ci, il avait aussi appelé Phrygie son royaume, où il avait construit une ville :

Hic [ =Odin] tunc sibi suisque eorum [ =Troianorum] nomina indidit, Priamumque Odinem, reginam eius Friggam nominatam esse contendit ; unde regnum, in quo urbs steterat, nomen sortitum Phrygiaque appellatum est.

67D’après le deuxième passage, les dieux ont construit, au centre du monde, une forteresse que les Islandais appellent Troia :

Deinde arcem sibi in medio mundo ædificarunt, Asgardum appellatam, quam Troiam vocamus.

  • 75 Chez les Francs aussi la loi salique était censée être d’origine troyenne. Dans Tresor I 17, Coment (...)

68Enfin, Odin, dieu scandinave mais « oriundo troiano », dote la ville qu’il a fondée d’une constitution inspirée de la législation troyenne75 :

  • 76 Que les Turcs soient à leur tour d’origine troyenne, c’est au fond ce qui devrait surprendre le moi (...)

Odin igitur, huius regionis amœnitate et fertilitate delectatus, ibidem sibi condendæ urbis locum delegit, ubi nunc Sigtunæ dicuntur. Hiuc loco principes præfecit, ad similitudinem insitutionum Troianorum, quum duodecim viros primarios in urbe constitueret, qui ius dicerent ; eodem modo omnia privilegia instituit, sicuti antea fuerant Troiæ constituta, quibusque Tyrki adsueti erant76.

69Luiselli ajoute que l’origine troyenne d’Odin se trouvait peut-être déjà dans l’ouvrage historiographique perdu d’un autre Islandais, Saemundr Sigfùsson, surnommé (hélas…) Frodi, c’est-à-dire « Le Sage » (1056-1133), qui a étudié à Paris, où il a pu connaître les légendes sur les origines troyennes des autres peuples germaniques. Et rien n’interdit d’imaginer un Dante séjournant à Paris, qui, avant de retourner, plus ou moins précipitamment, en Italie pour se rendre auprès de HenriVII, jette un œil nullement distrait sur le texte de ce « Sage » islandais…

  • 77 « E quel di Portogallo e di Norvegia/lì si conosceranno, e quel di Rascia/che male ha visto il coni (...)
  • 78 À titre d’exemple, voici ce que dit Scartazzini : « Osservando che tutti gli antichi commentatori n (...)

70Plus sérieusement : l’Épître V n’est pas le seul texte où Dante évoque la Scandinavie, puisque, dans Pd XIX 139, c’est un roi de Norvège qu’il range parmi tous les rois européens qui s’écartent de la voie de la justice tracée par l’Aigle77. Tous les commentateurs sans exception, des plus anciens aux plus récents, ont avoué ne pas savoir où dénicher la source de cette référence à l’histoire contemporaine de la Norvège, dont le roi en question, Akon V (1299-1319), a accédé au trône tout juste avant que ne commence le voyage dans l’au-delà78.

  • 79 Paul Diacre, Historia Langobardorum, I 1-2 (c’est moi qui souligne, ici et dans les citations de l’(...)

71Dante avait certes trouvé une mention de la Scandinavie dès le premier chapitre de l’Historia Langobardorum de Paul Diacre, qui toutefois distingue l’origine germanique des Lombards d’avec leur provenance scandinave79 :

Gothi siquidem Wandalique, Rugi, Heruli atque Turcilingi, necnon etiam et aliae feroces et barbarae nationes e Germania prodierunt. Pari etiam modo et Winilorum, hoc est Langobardorum, gens, quae postea in Italia feliciter regnavit, a Germanorum populis originem ducens, licet et aliae causae egressionis eorum asseverentur, ab insula quae Scadinavia dicitur adventavit.

Cuius insulae etiam Plinius Secundus in libris quos De natura rerum conposuit, mentionem facit.

  • 80 À ce propos, voir supra la n. 52.

72Dans le syntagme « Scandinavie soboles » de l’Épître V, l’origine et la provenance des Lombards sont au contraire mêlées. Ce gauchissement des renseignements puisés chez Paul Diacre s’explique en fait par l’insertion de la Scandinavie soboles dans un contexte où les allusions à l’histoire de Troie débordent le récit de Virgile, car, à l’instar de Darès, Dante fait remonter l’origine de la guerre à l’époque des Argonautes80. Contrairement à Darès, cependant, mais conformément à la perspective des chroniques universelles, l’origine de la guerre de Troie est ici la prima scintillula d’un « feu » qui s’est ensuite propagé dans le monde entier :

Nam si a prima scintillula huius ignis revolvamus preterita, ex quo scilicet Argis hospitalitas est a Frigibus denegata, et usque ad Octaviani triumphos mundi gesta revisere vacet, nonnulla eorum videbimus humane virtutis omnino culmina trascendisse [……] (Ep. V viii 24).

  • 81 La « coadductam barbariem » de son origine composite (« Pone, sanguis Longobardorum, coadductam bar (...)
  • 82 Épître V v : « [17] […] ut Hectoreus pastor vos oves de ovili suo cognoscat […] ». La contiguïté sé (...)
  • 83 Il la traduit en effet par « le berger maître de l’héritage », et renvoie en note à l’Appendice I q (...)

73Dans ce contexte, le pluriel collectif de l’apostrophe à la « Scandinavie soboles », qui succède à la synecdoque « sanguis Longobardorum81 », s’oppose au singulier de la périphrase « hectoreus pastor » (id est HenriVII)82. En fait, c’est d’abord la périphrase elle-même qui est “singulière” – même Pézard n’en revient pas, qui propose de l’amender83–, puisqu’elle connote la métaphore évangélique (pastor) par un référent troyen (hectoreus). Elle l’est bien moins, cependant, dès lors qu’elle permet à Dante d’associer HenriVII au seul héros non compromis, et pour cause, dans toute la saga de la diaspora troyenne (mais qui était apparu en rêve à Énée, etc. : Æn II 268-298).

74De même qu’à Florence les « bestie fiesolane », les descendants de Catilina, rebelle et renégat, l’emportent sur la « sementa santa » des Romains (If XV 73-78), de même partout en Europe c’est désormais la diaspora troyenne (brocardée par l’ironie de l’hyperbole « Scandinavie soboles ») qui sert de ciment à la rébellion des villes italiennes et des nations européennes qui sont autant de traîtres à l’empire. Aussi, dans l’Épître V, la liberté authentique (parce que rationnellement conforme au dessein providentiel) des « incole Latiales », plongeant leurs racines dans la terre destinée à Énée et se reconnaissant en tant que sujets de l’empire :

[19] Evigilate igitur omnes et assurgite regi vestro, incole Latiales, non solum sibi ad imperium, sed, ut liberi, ad regimen reservati (Ep. V vi)

s’oppose-t-elle aux « sirènes » des velléités d’insoumission qui séduisent irrationnellement la « Scandinavie soboles » :

[12] Eya, facite, Scandinavie soboles, ut, cuius merito trepidatis adventum, quod ex vobis est, presentiam sitiatis. [13] Nec seducat alludens cupiditas, more Sirenum nescio qua dulcedine vigiliam rationis mortificans. [14] Preoccupetis faciem eius in confessione subiectionis […](Ep. V iv).

  • 84 Luiselli, Il mito dell’origine troiana…, p.104 (aux p.103-104 il transcrit les passages du pseudo-F (...)

75L’insistance sur l’intolérance de ces Troyens de la diaspora à l’égard de toute forme de soumission et d’assujettissement est en effet un motif récurrent. Chez les historiographes français, il apparaît dès le pseudo-Frédégaire : « semper alterius dicione [sic] negantes » ; « semper liberi ab externa dominatione vivere conati sunt84 ».

76Et je peux enfin conclure. Si Anténor est, dans l’Enfer, un traître à la patrie, tous ces Anténorides – qui en Italie ne sont pas seulement padouans – sont les héritiers d’une revendication d’indépendance et d’insoumission qui devient, dans l’Épître V, le crime politique dans lequel se trouvent associés tous les rebelles à l’Empire.

Haut de page

Notes

1 « E io : “Maestro mio, or qui m’aspetta,/sì ch’io esca d’un dubbio per costui ;/poi mi farai, quantunque vorrai, fretta”.//Lo duca stette, e io dissi a colui/che bestemmiava duramente ancora :/“Qual se’ tu che così rampogni altrui ?”//“Or tu chi se’ che vai per l’Antenora,/percotendo”, rispuose, “altrui le gote,/sì che, se fossi vivo, troppo fora ?” » (If XXXII 82-93).

2 Épître V iv : « [11]Pone, sanguis Longobardorum, coadductam barbariem ; et si quid de Troianorum Latinorumque semine superest, illi cede, ne cum sublimis aquila fulguris instar descendens affuerit, abiectos videat pullos eius, et prolis proprie locum corvulis occupatum. [12] Eya, facite, Scandinavie soboles, ut, cuius merito trepidatis adventum, quod ex vobis est, presentiam sitiatis. [13] Nec seducat alludens cupiditas, more Sirenum nescio qua dulcedine vigiliam rationis mortificans. […] ». Mon attention a été attirée sur ce syntagme par Davies, Charles T., 1990 [1984], L’Italia di Dante, Bologna, Il Mulino (dont le ch. 1 porte le même titre), qui le cite à deux reprises (p.52 et 54) mais sans en rendre compte.

3 Pour sa diffusion en France, le renvoi s’impose à l’ouvrage de référence de Beaune, Colette, 1985, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard. Le chapitre « L’utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge » a également paru dans Lectures médiévales de Virgile, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome (Rome, 25-28 octobre 1982), Rome, École française de Rome, 1985, p.331-55. « Tous nous sommes Troyens » est dit dans la Chronique rimée de Philippe Mouskes, du milieu du xiiie siècle (ibid., p.333).

4 Voir Padoan, Giorgio, 1970, « Antenore », in Enciclopedia Dantesca, vol. I, p.296-7 ; Brugnoli, Giorgio, 1985, « Eneadi e antenoridi », Italianistica, 14, 1, p.9-13 ; et, surtout, Inglese, Giorgio, 2000, « Storia e Comedìa : Enea », L’intelletto e l’amore. Studi sulla letteratura italiana del Due e Trecento, Milano, La Nuova Italia, p.123-164 (d’abord in « Una pagina di Guido delle Colonne e l’Enea dantesco [con una postilla a Inferno II 23 : “per lo loco santo”] », La Cultura. Rivista trimestrale di filosofia letteratura e storia, 1997, 35, 3, p.403-433).

5 Pour aller vite, je désigne par Servius l’ensemble du commentaire, bien que l’on y distingue la main de deux scholiastes. Il va de soi que Dante, comme tous ses contemporains, lisait Virgile autant avec qu’à travers Servius, dont le commentaire encadrait toutes les éditions de l’Énéide.

6 Pour les ouvrages auxquels Dante pouvait songer en écrivant cela, voir la note ad locum de Tavoni, Mirko, 2011, in Alighieri, Dante, Opere, sous la direction de Marco Santagata, vol. I, Milano, Mondadori, p.1235-1237, à laquelle renvoie également Rosier-Catach, Irène (éd.), 2011, in Alighieri, Dante, De l’éloquence en vulgaire, Paris, Fayard, p.121. Mais je reviendrai plus loin sur cette question.

7 J’en profite pour rappeler en passant que traditor a remplacé proditor en latin sous l’influence de l’histoire de Judas, par qui la “livraison” [<tradere] coïncide avec la trahison.

8 Dans Eneadi e antenoridi…, p.9.

9 Pd VI 69 (pas dans le rôle de meurtrier ou de traître, cependant).

10 « Poi fummo fatti soli procedendo,/folgore parve quando l’aere fende,/voce che giunse di contra dicendo : // “Anciderammi qualunque m’apprende” ;/e fuggì come tuon che si dilegua,/se sùbito la nuvola scoscende. » (Pg XIV 130-135).

11 Braccesi, Lorenzo, 1997, La leggenda di Antenore. Dalla Troade al Veneto, Venezia, Marsilio, a reconstruit les étapes à travers lesquelles, dans l’Antiquité gréco-latine, on a abouti à la « patavinisation de la légende », que Virgile a canonisée (Æn I, 242-249). « Nessuna cronaca padovana, che non cominci con Antenore », avait déjà dit Pio Rajna (Id., 1975 [19002], Le fonti dell’« Orlando Furioso », Firenze, Sansoni, p.112). La revendication des origines troyennes de Padoue au Moyen Âge est réitérée au moins depuis que, en 1210, ces vers de Giovanni da Val di Taro ont été gravés sur une plaque : « Vos Antenorides, si tuti vultis ab hoste/esse foris muro, pax vos liget intus amoris » (voir C. Gasparotto, « Alla origine del mito della tomba di Antenore », in Medioevo e Rinascimento veneto, con altri studi in onore di Lino Lazzarini, Padova, Antenore) Comme le réaffirme notamment Benes, Carrie E., 2011, Urban Legends. Civic Identity and the Classical Past in Northern Italy, 1250-1350, Penn State University Press (dont je n’ai pu consulter que « Padua : Rehousing the Relics of Antenor », online, devenu, dans l’ouvrage, le chap. 2), le « culte » d’Anténor, parallèlement à la vénération des reliques de saint Antoine, s’inscrit dans les multiples initiatives citadines (rappelons la lecture publique de la chronique de Rolandino en 1262 et de l’Ecerinis de Mussato en 1315) qui visent à imposer une image de Padoue dont participe sa revendication au rôle de « secunda Roma ». La Cronica de Rolandino, par exemple, lui reconnaît ce rôle découlant de sa fondation par Anténor, compagnon d’exil d’Énée en qui Rolandino voit le conditor de l’Urbs : « Numquid Padua condam est ab Antenore constituta, egresso civitatem troianam eadem hora cum Enea, conditore romano ? […] Nempe, si michi parcat romana Curia, iam Padua dici potest quasi secunda Roma. » (Fiorese, Flavio [éd.], 2005, Rolandino, Vita e morte di Ezzelino da Romano, Milano, Mondadori, Fondazione Lorenzo Valla, XII, 1, p.523).

12 Sur le rôle joué par Lovato Lovati au sein du « préhumanisme » padouan, voir Billanovich, Guido, 1976, « Il preumanesimo padovano », in Storia della cultura veneta, vol. II, Il Trecento, Vicenza, Neri Pozza, p.19-110; Witt, Ronald G., 2000, In the footsteps of the Ancients: the origins of Humanism from Lovato to Bruni, Leiden, Brill, Studies in medieval and Reformation thought, 74.

13 Infurna, Marco (éd.), 2011, L’“Entrée d’Espagne” : Rolando da Pamplona all’Oriente, di Anonimo Padovano, Roma, Carocci. Mais il est sans doute encore plus significatif de rappeler que Marsile de Padoue s’autodéfinit « Antenorides ego quidam » dans le prologue du Defensor Pacis (Piaia, Gregorio, 1994, « Antenorides ego quidam. Chiose al prologo del Defensor Pacis », Il pensiero politico, p.9 sqq.)

14 Un passage du Tresor (I 39, 1-2) confirme en effet l’existence d’un précédent tombeau : « Quant la citez de Troie fu destruite et que les uns s’enfoirent en ça et les autres en la, selonc ce que fortune les condusoit, il avint chose que Priant le jeune, qui fu fiz de la suer le roi Priant de Troie, et avec lui Antenor s’en alerent par mer a tot. xiiim. homes armez … et [au cours de leur périple] s’en alerent en la Marche de Trevise, non mie loins de Venise, et la firent il une autre cité qui est apelee Padue, ou gist le cors Antenor et encor i est son sepulcre. » (Beltrami, Pietro G., Squillacioti, Paolo, Torri, Plinio, Vatteroni Sergio (éds), 2007, Brunetto Latini, Tresor, Torino, Einaudi, p.70).

15 Pour le tombeau réaménagé en 1283, après la découverte des « reliques » d’Anténor, et qui « closely resembles the tombs of contemporary jurists like Accursius, Odofredus, and Rolandino Passaggeri in Bologna » (Benes, Carrie E., Padua…), Lovato compose l’inscription « inclitus Antenor patriam vox nisa quietem/transtulit huc enetum dardanidum[que] fugas/expulit euganeos patavinam condidit urbem/quem tenet hic humili ma[r]more cesa domus. ». Quelques années après, le culte des reliques citadines est parachevé par la découverte des prétendus restes de Tite-Live.

16 Padrin, Luigi, 1896, “La dedizione di Treviso e la morte di Cangrande I”, Carme del secolo xiv (per le nozze Tolomei-Frigerio), Padova, Tipografia del Seminario. D’après la chronique rédigée en 1292 par Marco (on ne connaît que son prénom), le premier vers faisait en fait déjà partie d’un distique gravé « sur la tombe d’Anténor » (in cuius tumulo) : « Hic iacet Antenor, Paduane conditor urbis./Vir bonus ille fuit, omnes secuntur eum » (Pertusi, Agostino [éd.], La storiografia veneziana fino al secolo xvi. Aspetti e problemi, Firenze, Olschki, p.122). Dans sa glose à IfXXXII 73-78 [1327-28 ?], Guido da Pisa transcrit à son tour l’épitaphe qui était censée figurer (« ut dicitur ») sur le tombeau d’Anténor (« in suo sepulcro »), mais le deuxième vers est en fait emprunté au distique de La dedizione

17 C’est Jacopo del Cassero qui parle : « “Quindi fu’ io ; ma li profondi fóri/ond’uscì ’l sangue in sul quale io sedea,/fatti mi fuoro in grembo a li Antenori,//là dov’ io più sicuro esser credea :/quel da Esti il fé far, che m’avea in ira/assai più là che dritto non volea” » (Pg V 73-78).

18 C’est là l’opinion de Padoan (cf. n.4).

19 Jung, Marc-René, 1997, « L’histoire grecque : Darès et les suites », in Baumgartner, Emmanuèle, Harf-Lancner, Laurence (éds), Entre fiction et histoire : Troie au Moyen Âge, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p.186. Et encore : « la coupure que représente Troia capta est beaucoup plus importante, du moins pour l’œil du lecteur, que celle de la Nativité du Christ », dit-il ailleurs, d’autant plus que» Troia capta est suivi d’une récapitulation d’omne tempus usque in presentem diem, tandis qu’à la Nativité du Christ il n’y a qu’un rappel des années écoulées depuis Abraham » (Id., 1984, « L’exil d’Anténor », in Krauss, H., Rieger, D.(éds), Mittelalterstudien Erich Köhler zum Gedenken, Heidelberg, Carl Winter, p.103-119 : 119, n.40).

20 Dans les deux cas, l’« objet » déclencheur est le même : la pomme. Comme l’écrit Eusèbe, « Alexander Helenam rapuit et Troianorum bellum decennale surrexit causa mali », à cause de la pomme, le prix obtenu par Pâris-Alexander pour son fameux jugement. Bien sûr, Eusèbe n’est pas le premier à parler de la pomme de Pâris, mais il est significatif qu’il fasse de la pomme, et non pas de l’enlèvement d’Hélène, la cause de la guerre qui a abouti à la destruction de Troie.

21 « “S’io dissi il falso, e tu falsasti il conio”,/disse Sinon ; “e son qui per un fallo,/e tu per più ch’alcun altro demonio !”//“Ricorditi, spergiuro, del cavallo”,/rispuose quei ch’avëa infiata l’epa ;//“e sìeti reo che tutto il mondo sallo !” » (If XXX 115-120).

22 « “E dentro da la lor fiamma si geme/l’agguato del caval che fé la porta/onde uscì de’ Romani il gentil seme” » (If XXVI 58-60).

23 Parce que Virgile en parle, bien sûr (qui avait rattaché à la peregrinatio d’Énée les légendes portant sur les Troyens installés en Sicile).

24 « E quei che m’era ad ogne uopo soccorso/disse : “Volgiti qua : vedine due/venir dando a l’accidïa di morso”.//Di retro a tutti dicean : “Prima fue/morta la gente cui il mar s’aperse,/che vedesse Iordan le rede sue”.//E : “Quella che l’affanno non sofferse/fino alla fine col figlio d’Anchise,/sé stessa a vita sanza gloria offerse” » (PgXVIII 130-138).

25 « Poi quando fur da noi tanto divise/quell’ombre, che veder più non potiersi,/novo pensiero dentro a me si mise,//del qual più altri nacquero e diversi ;/e tanto d’uno in altro vaneggiai,/che li occhi per vaghezza ricopersi,//e ’l pensamento in sogno trasmutai » (PgXVIII 139-145).

26 Pg XIX 22-23. Remarquons, au passage, que cette « sirène » est également évoquée par l’Épître V iv 13 : dans le passage qui fait immédiatement suite à l’apostrophe « Scandinavie soboles » (cf. n.1).

27 La Chronique du pseudo-Frédégaire, puis l’Historia Daretis Frigii de origine Francorum postulent, au viie siècle, l’origine troyenne des Francs, descendants d’un Francius/Francion issu d’Énée (ou de Priam), « probablement pour mieux asseoir les prétentions des rois mérovingiens » (et donc avant que l’on ne rattache Charlemagne à Priam, au début du ixe siècle). Mais « le Liber historiæ Francorum, achevé vers 727, fait remonter l’origine des Francs à Anténor. […] Cette légende a tôt été mélangée à celle de Francion, qui a parfois même pris la place d’Anténor » (M.-R. Jung, L’exil d’Anténor…, p.108).

28 Il suffit de se rapporter pour cela au passage du De vulgari eloquentia déjà cité.

29 Ce dont A.-M.Chiavacci-Leonardi s’aperçoit d’autant moins que sa note à If 70 est un exemple confondant de fausse précision : « Poscia ch’io vidi : si passa qui nella seconda zona di Cocito, che ospita i traditori politici, detta Antenora (v.88) da Antenore troiano che secondo una tradizione postomerica consegnò Troia ai greci aprendo lo sportello del cavallo di legno (Servio, ad Æn. I 242) ». Dans le passage cité de Servius, il n’est nullement question du cheval. Servius y explique pourquoi Vénus, se plaignant auprès de Jupiter du fait qu’Énée est rejeté bien loin des rives d’Italie, cite l’exemple d’Anténor, qui a déjà débarqué dans l’Italie du Nord, où il a fondé Padoue : si le traître est sauvé, pourquoi son fils ne l’est-il pas ? Si elle avait choisi un autre exemple, poursuit Servius, on aurait eu vite fait de lui rétorquer que son fils, par sa trahison, le méritait bien : « [ad Æn I 242] non sine causa Antenoris posuit exemplum, cum multi evaserint Troianorum periculum, […] ; sed propter hoc, ne forte illud occurreret, iure hunc [ =Énée] vexari tamquam proditorem patriae. Legit ergo similem personam ; hi enim duo Troiam prodidisse dicuntur secundum Livium, quod et Vergilius per transitum tangit, ubi ait “se quoque principibus permixtum agnovit Achivis”, et excusat Horatius dicens “ardentem sine fraude Troiam”, hoc est sine proditione : quae quidem excusatio non vacat ; nemo enim excusat nisi rem plenam suspicionis. Sisenna tamen dicit solum Antenorem prodidisse. quem si velimus sequi augemus exemplum : si regnat proditor, cur pius vagatur ? Ob hoc autem creditur Graecis Antenor patriam prodidisse, quia sicut superius dictum est, et auctor reddendae Helenae fuit et legatos qui propter Helenam venerant suscepit hospitio, et Ulixen in mendici habitu agnitum non prodidit ». La question du cheval n’est évoquée que plus loin : « [ad Æn II 15] de hoc equo varia in historiis lecta sunt : ut Hyginus et Tubero dicunt, machinamentum bellicum fuit, quod equus appellatur, sicut aries, sicut testudo, quibus muri vel discuti vel subrui solent […] : ut alii, porta quam eis Antenor aperuit, equum pictum habuisse memoratur, vel certe Antenoris domus, quo posset agnosci. Non nulli signum equi datum, ut internoscerent Graeci suos, vel hostes. A quibusdam dicitur facta proditione praedictum, ne quis eas domos violaret, quarum ante ianuam equus esset depictus, unde Antenoris et ceterorum domus agnitae sunt. […] Aut a monte Hippio, post quem se absconderant Graeci, […] aut re vera hoc fuit, quod Vergilius sequitur. Sed melius machinamenti genus accipimus. »

30 Par une coïncidence sans doute fortuite, Anténor et les Anténorides ne sont mentionnés que deux fois dans la Divine Comédie tout comme dans l’Énéide. L’Iliade parle d’eux beaucoup plus fréquemment : d’Anténor il est dit d’emblée que, son âge l’éloignant des combats, il était souvent aux côtés de Priam ; mais il est aussi question de sa femme, Théanô, de ses filles et, surtout, de ses fils, tous vaillants au combat.

31 Pour un développement bien plus articulé des questions qui ne sont ici qu’effleurées, je renvoie à L. Braccesi, La leggenda di Antenore, déjà cité (n. 10).

32 XIII 1, 53 : « Sofocle dunque nel racconto della presa di Troia riferisce (phesì) che davanti alla porta di Antenore era stata appesa (protethênai) una pelle di leopardo, quale segno di riconoscimento perché fosse lasciata inviolata la casa ». Je reproduis la traduction par Braccesi (op. cit., p.44) parce qu’elle lui permet d’affirmer, contrairement à l’avis d’autres traducteurs, que « Strabone precisa qui l’argomento di una perduta tragedia di Sofocle : gli Antenoridi ».

33 Braccesi, ibid., p.60.

34 « Antenore ed Enea, quest’ultimo col padre Anchise sulle spalle, mentre evadono da Troia, sono raffigurati congiunti dal Pittore di Altamura, in una scena di Iliupersis su un cratere databile fra il 465 e il 460 a. C. ; ciò è indice non solo che l’accostamento tra i due eroi è tema ampiamente vulgato in quest’età, ma anche che è trascelto per ornare i manufatti destinati all’esportazione in Occidente » (ibid., p.45).

35 « La leggenda romana di Enea […], presso il mondo dei vinti, legittima un mito di conquista. […] Qui, proprio per reazione a Roma, nasce appunto la tradizione della proditio Troiæ, che si sviluppa tanto più capillarmente quanto più ampia e ramificata diviene la conquista dell’urbe sul mondo ellenico o ellenizzante. […] Questa del tradimento, della proditio Troiæ, che coinvolge anche il troiano Antenore, leggenda di fatto secondaria nel mondo antico, ma non per questo priva di carica dirompente ed eversiva […], sempre si riaccende nei momenti di cruciale attrito fra mondo greco e romano » (Braccesi, Lorenzo, 1994, « Orazio e la leggenda della proditio Troiæ », Grecità di frontiera, Padova, p.80-81). Selon Braccesi, l’accusation, qui vise d’abord Énée, n’a été reportée qu’ensuite sur Anténor, pour ne pas heurter de front la puissance romaine. Les témoignages les plus anciens sur la trahison d’Énée (ainsi que d’Anténor) sont donc tous, au départ, le fait d’auteurs grecs (la polémique anti-romaine se greffant d’ailleurs sur d’autres thèmes de la propagande grecque).

36 Voir, par exemple, le passage cité à la n. 29.

37 Callu, Jean-Pierre, 1978, « “Impius Æneas” ? Échos virgiliens du Bas-Empire », in Chevallier, Raymond (éd.), Présence de Virgile, Actes du colloque des 9, 11 et 12décembre 1976 (Paris ENS, Tours), Paris, Les Belles Lettres, p.161-183.

38 Ne pouvant rendre compte ici d’une bibliographie surabondante, oscillant entre le repérage archéologique des traces susceptibles d’accréditer la légende (mieux, les versions différentes de la légende : comme le fait, par exemple, Mastrocinque, Romolo, 1993, La fondazione di Roma tra storia e leggenda, Este, Zielo, Pubblicazioni dell’Università di Trento-Storia antica) et l’affirmation d’une incompatibilité radicale entre mythe et histoire (qu’il suffise de renvoyer à Perret, Jacques, 1942, Les origines de la légende troyenne de Rome, Paris, Les Belles Lettres), voire prenant comme objet d’enquête cette oscillation même (Grandazzi, Alexandre, 2004, La fondation de Rome, Paris, Les Belles Lettres), je me borne à mentionner l’un des derniers ouvrages parus sur la question de l’origo : Dupont, Florence, 2011, Rome, ville sans origine, Paris, Gallimard.

39 Pour la présence insistante du paradigme du parricide provoquant l’exil du héros fondateur dans les narrations médiévales, je renvoie d’abord à Brunetto Latini, qui, dans les chapitres du Tresor sur l’histoire du monde, voit des fratricides un peu partout. Sur la « culpabilité fondatrice d’Énée » (une « culpabilité initiale » absente de l’Énéide et qui serait l’équivalent du péché originel) dans la réécriture de l’histoire de Troie depuis les écrits anglo-normands du xe siècle (Dudon de St Quentin, De moribus et actis primorum Normannie ducum, tout d’abord) jusqu’aux romans du xiie, voir Mora-Lebrun, Francine, 1994, L’“Énéide” médiévale et la naissance du roman, Paris, PUF ; Marchello-Nizia, Christiane, 1985, « De l’Énéide à l’Eneas : les attributs du fondateur », in Lectures médiévales de Virgile …, p.251-266. Pour le domaine espagnol, voir Coates, Geraldine, 2009, Treacherous foundations: betrayal and collective identity in early Spanish epic, chronicle and drama, Woodbridge, Tamesis. Quant à Anténor, ne retenons que Benoît de Sainte-Maure, qui le compare à Judas (Roman de Troie, v.26132).

40 Mais pas que cela, bien sûr: « What happens in the world (events), the selection, recording and interpretation of those happenings (history), and what we think should happen in the world (law), are not finally divisible domains. They are all linked, mediated, and in part constituted by fictions, the stories we tell that dream our desires for duration, dominion, and identity. The particular story our founding legend tells realizes our desires for these things, but only by denying them to others. The sons of Troy and of Japheth have constructed out of Roman and Christian fictions their mandate to subjugate the globe » (Waswo, Richard, 1995, « Our Ancestors, the Trojans: Inventing Cultural Identity in the Middle Ages », Exemplaria, 7, 2, p.269-290: 290).

41 Il y a certes aussi le “modèle” constitué par le parricide de Brutus, mais ce crime politique n’est pas un crime contre la patrie ; et d’ailleurs le parcours du Cocyte conduit bien du crime contre la patrie au crime contre l’empire, mais, justement, sans les confondre.

42 « “Poeta fui, e cantai di quel giusto/figliuol d’Anchise che venne di Troia,/poi che ’l superbo Ilïòn fu combusto” » (If I 73-75).

43 Storia e “Comedìa”…, p.124. Comme le dit Ilaria Tufano, tandis que les exégètes modernes, G.Inglese excepté, ne s’attardent guère sur ce giusto, « i commentatori antichi si sentirono in dovere di sciogliere un nodo esegetico che non dovea affatto sembrare ovvio a un lettore medievale » (Tufano, Ilaria, 2010, « Dal tradimento alla negromanzia : la vicenda di Enea nel Trecento italiano », Critica del testo, 13, 2, p.235-256 : 239).

44 Je n’en donne ici que deux exemples. Les doutes d’un Tertullien à ce propos ne le conduisent qu’à mieux se gausser de la pietas d’Énée : « Sed et proditor patriae Aeneas invenitur, tam Aeneas quam Antenor. Ac si hoc verum nolunt, Aeneas certe patria flagrante dereliquit, socios feminae Punicae subiciendus […]. Pius Aeneas ob unicum puerum et decrepitum senem, Priamo et Astyanacte destitutis ? » (Ad nationes II, 9). Quant à Boncompagno da Signa, la trahison d’Énée est pour lui un fait acquis : « Heneas quidem in odium Priami excellentissimam urbem Troiam destrui persuasit » (Epistula mandativa ad comites palatinos, consultée online).

45 Rosier-Catach traduit par « ouvrages d’histoire et de science » (op. cit., p.121). Pour le deuxième « genre », sa traduction me semble préférable à celle de Tavoni par « trattati » (op. cit., p.1235). Pour le premier « genre », Tavoni a raison d’affirmer que, contrairement à l’interprétation donnée par Mengaldo, ystorie n’a pas le sens exclusif de gesta res « in contrapposizione a fabula e argumentum » (ibid., p.1236, note ad locum). Dante qualifie en effet comme ystorie autant les compilations “historiques” (Biblia cum Troianorum Romanorumque gestibus compilata) que les “fables” des romans arthuriens. On peut même se demander si c’est au poids culturel de ces ystorie, à l’impact de leur présence diffuse dans l’imaginaire européen que l’on peut faire aussi remonter la résistance qu’il a longtemps opposée, et dont il s’accuse dans Mon II i, à la juste appréciation du rôle providentiel du peuple romain : à cause de l’autorité d’Augustin, certes, mais pas seulement, sans doute.

46 La compilation de Brunet Latin (Tresor I 32-39) en est un très bon exemple.

47 C’est un modèle de prosimetron dont la différenciation entre les domaines respectifs de l’histoire et de la moralité se retrouvera, par exemple, dans la Fiorita d’Armannino giudice, un texte des années 1320 qui prolonge l’Histoire ancienne jusqu’en 1268, et qui est dédié à Bosone da Gubbio, tous deux étant parmi les premiers auteurs à citer la Divine Comédie (Monfrin, Jacques, 1997, « L’histoire d’Énée dans la Fiorita d’Armannino Giudice », in Entre fiction et histoire…, p.237-250, où se trouve également la référence aux travaux de Paul Meyer).

48 Voir Croizy-Naquet, Catherine, 1999, Écrire l’Histoire romaine au début du XIIIesiècle : l’“Histoire ancienne jusqu’à César” et les “Faits des Romains”, Paris, Honoré Champion ; Marroni, Sergio, 2004, I fatti dei Romani. Saggio di edizione critica di un volgarizzamento fiorentino del Duecento, Presentazione di Ignazio Baldelli, Roma, Viella (j’en ai consulté, online, la longue « Introduzione », p.11-70, riche de renseignements sur leur transmission par des manuscrits italiens).

49 À propos de Biblia cum Troianorum Romanorumque gestibus compilata, tandis que Tavoni se borne à mentionner Li fet Romains, Mengaldo avait déjà signalé, dans son éditions du Dve (note ad locum), que « le due opere andavano spesso assieme nei codici, e conobbero vasta popolarità, come attestano anche i volgarizzamenti, in Italia : anche l’intitolazione perifrastica di Dante corrisponde abbastanza da vicino ad analoghe di manoscritti dell’Histoire ancienne […], ivi compreso il verbo compilare ».

50 Je renvoie, par commodité, à Fry, Gérard, 2004, Récits inédits sur la guerre de Troie (Iliade latine, Éphéméride de la guerre de Troie, Histoire de la destruction de Troie), traduits et commentés par Gérard Fry, Paris, Les Belles Lettres.

51 Dans son cas, le texte latin dont nous disposons semble donc être bien une « traduction » : c’est celle-ci qui est datée du ive siècle.

52 Laomédon, le père de Priam, a bafoué les lois de l’hospitalité à leur égard : c’est là le « péché originel » qui entraîne la première destruction de Troie par Hercule et Jason. Mais Ajax Télamon enlève Hésione, la sœur de Priam, que les Grecs refusent ensuite de rendre lorsque Anténor, mandaté par Priam, vient la réclamer : l’enlèvement d’Hélène par Pâris/Alexandre en est ainsi à la fois la conséquence et la rétorsion. Quant au fameux « jugement », mentionné par le seul Darès, il ne s’était déroulé qu’en songe (sur la postérité iconographique de ce « songe », voir Damisch, Hubert, 1997 [1992], Le jugement de Pâris, Paris, Flammarion).

53 Il n’y a pas de traces de Dictys en Italie avant le début du xive siècle, « poi aumentano tanto da superare Darete, con manoscritti di circolazione colta » (Punzi, Arianna, 2004, « Le metamorfosi di Darete Frigio : la materia troiana in Italia [con un’appendice sul ms. Vat. Barb. Lat. 3953] », Critica del testo, VII, 1, p.163-211 ; voir aussi Ead., 1991, « La circolazione della materia troiana nell’Europa del 200 : da Darete Frigio al Roman de Troie en prose », Messana, VI, p.69-108). Un exemple de cette « circolazione colta » est donné par le Chronicon de Benzo d’Alessandria (ami et correspondant d’Albertino Mussato), dont le livre XXII, consacré à la guerre de Troie, est issu de Dictys : Petoletti, Marco, 1999, « Benzo d’Alessandria e le vicende della guerra troiana : appunti sulla diffusione della Ephemeris belli Troiani di Ditti Cretese », Aevum, 73, 2, p.469-491 ; mais la « redécouverte » de Benzo est due à Sabbadini, Remigio, 1996 [1914],» Benzo d’Alessandria », Le scoperte dei codici latini e greci ne’ secoli xiv e xv. Nuove ricerche, Firenze, Le Lettere, p.128-150.

54 Stohlmann, Jürgen (éd.), 1968, Anonymi “Historia troiana Daretis Frigii”. Untersuchungen und kritische Ausgabe, Wuppertal, A.Henn, p.203, cité par Faivre d’Arcier, Louis, 2006, Histoire et géographie d’un mythe. La circulation des manuscrits du “De excidio Troiae” de Darès le Phrygien (viiie-xve siècles), Paris, École des chartes, p.13, et, auparavant, par Jung, Marc-René, 1996, La légende de Troie en France au Moyen Âge. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Bâle-Tübingen, Francke Verlag, Romanica Helvetica, 114, p.333.

55 La réception de Darès comme historien doit sans doute beaucoup à Isidore, qui voit même en lui l’un des deux fondateurs de l’histoire : Etym, XLII. « de primis avctoribvs historiarvm. [1] Historiam autem apud nos primus Moyses de initio mundi conscripsit. Apud gentiles vero primus Dares Phrygius de Graecis et Troianis historiam edidit, quam in foliis palmarum ab eo conscriptam esse ferunt. [2] Post Daretem autem in Graecia Herodotus historiam primus habitus est. »

56 Crevatin, Giuliana, 2006-2007, « Leggere Tito Livio: Nicola Trevet, Landolfo Colonna, Francesco Petrarca », Incontri triestini di filologia classica, 6, p.67-79: 67 (mais voir maintenant l’édition du manuscrit par Crevatin, Giuliana, Ciccuto, Marcello (éds), 2012, “Reliquiarium servitor”. Il manoscritto parigino latino 5690 e la storia di Roma nel Livio dei Colonna e di Francesco Petrarca, Pisa, Scuola Normale Superiore). Pour les citations de Darès et Dictys par Pétrarque, on peut encore se reporter à de Nolhac, Pierre, 2004 [1907], Pétrarque et l’humanisme, nouvelle édition, remaniée et augmentée, Genève, Slatkine Reprints.

57 Tout porte à croire, par exemple, que les chapitres que le Tresor consacre à l’histoire de Troie et de Rome, et pour lesquels Brunet renvoie « au grant livre des troians » (I 32, 3), ne doivent rien à Virgile. D’après M. Marti (dans Segre, Cesare [éd.], La prosa del Duecento, Milano-Napoli, Ricciardi, III, p.375), le chapitre 33, en particulier, serait issu de ce que l’on appelle les Storie de Troia e de Roma (que les éditeurs de l’édition la plus récente du Tresor, déjà citée, ne mentionnent cependant pas), à leur tour issues d’une compilation latine de la première moitié du xiie siècle. Conservées dans un volgarizzamento de 1252-58 en antico romanesco et dans deux autres en toscan, il s’agit de « la più vecchia compilazione di storia antica della nostra letteratura », d’après Monaci, qui ajoute le texte latin à la reproduction de ces trois manuscrits (Monaci, Ernesto, 1920, Storie de Troja et de Roma, altrimenti dette “Liber Ystoriarum Romanorum”, Roma, Società Romana di Storia Patria). Ajoutons que l’on a aussi avancé l’hypothèse que Cola di Rienzo les ait lues pendant son emprisonnement à Avignon, où « Aveva livri assai, sio Tito Livio, soie storie de Roma, Abibia [la Bible] e aitri livri assai » (Mazzali, Ettore (éd.), 1991, Anonimo Romano, Cronica : vita di Cola di Rienzo, Milano, Rizzoli, p.70).

58 Rossi, Luca, Carlo (éd.), 1998, Graziolo Bambaglioli, Commento all’“Inferno” di Dante, Pisa, Scuola Normale Superiore, p.172.

59 Il suffit de penser à Télégonus tuant Ulysse chez Dictys. Mais la postérité des héros homériques (Énée et Anténor, certes, ainsi que, justement, Ulysse, Achille, et même Hector) donne lieu à son tour à de multiples rifacimenti, dont le Roman de Landomata (ou, dans certains manuscrits, de Lamedonta) cité ci-dessous.

60 Dans une glose de la Fiorita (cf. n.53), Armannino mentionne le Roman de Troie : « lo Troyano vulghare loquale fece Benedecto oltramontano ». J.Monfrin (L’histoire d’Énée…, p 246) remarque : « Cette mention de l’œuvre de Benoît est très intéressante. En effet, si nous avons de nombreuses traces de la diffusion en Italie du Roman de Troie, qu’il s’agisse du texte lui-même du roman ou des diverses adaptations qui en on été faites (il suffit de renvoyer sur ce point aux travaux de Marc-René Jung), cette référence au nom même de Benoît est la seule que nous trouvions sous la plume d’un adaptateur italien ». Malheureusement, rien n’a encore remplacé, du côté italien, le recueil publié par Gorra en 1887 : Gorra, Egidio, 1887, Testi inediti di storia troiana preceduti da uno studio sulla leggenda trojana in Italia, Torino, Triverio, (compte rendu par Morf, Heinrich, 1895, « Notes pour servir à la légende de Troie en Italie », Romania, XXI, p.18 sqq. ; XXIV, p.174 sqq.). Dans La prosa del Duecento, vol. III, déjà cité, on trouve, dans la section « Traduzioni e imitazioni dal latino e dal francese. 2. Storia » : Storie de Troia e de Roma, p.375 sqq. ; Istorietta troiana, p.533 sqq. Voir également D’Agostino, Alfonso, 2006, Le gocce d’acqua non hann consumato i sassi di Troia. Materia troiana e letterature medievali, Milano, CUEM. Mais il faudrait regarder aussi davantage du côté des témoignages iconographiques. Les fresques du Palais Manin à Udine, par exemple, s’inspirent de l’une des mises en prose du Roman de Troie : A.Punzi, La circolazione della materia troiana…, p.102.

61 Gozzi, Maria (éd.), 2000, Binduccio dello Scelto, La storia di Troia, Milano-Trento, Luini. Si l’on ne sait pas grand-chose de l’auteur, M.Gozzi a pu identifier dans le copiste, qui se nomme dans l’explicit, un parent de Ciampolo di Meo, le premier vulgarisateur de l’Énéide.

62 Une diffusion qui s’est faite « grâce aux Anjou de Naples » (Jung, Marc-René, 1987, « Le Roman de Troie en prose du manuscrit de Rouen », Romania, 108, p.433-460).

63 D’Agostino, Alfonso, 2006, « Dal Roman de Troie all’Istorietta troiana », Filologia e Critica, 31, p.7-56.

64 Jung, Marc-René, 1985, « De Lamedonta filio Hectoris », in Reinle, Adolf, Schmugge, Ludwig, Stotz, Peter (éds), « Variorum munera florum » : Latinität als prägende Kraft mittelalterlicher Kultur, Festschrift für Hans F. Haefele zu seinem sechzigsten Geburtstag, Sigmaringen, J.Thorbecke, p.219-229.

65 Sur la circulation manuscrite de l’Historia destructionis Troie et de ses traductions/transpositions, je renvoie à Jung, Marc-René, 1996, La légende de Troie en France au Moyen Âge … L’édition moderne du texte se trouve dans Griffin, Nathaniel Edward (éd.), 1936, Guido de Columnis, Historia destructionis Troiae, Cambridge (Mass.), Mediaeval Academy of America. Voir aussi Simpson, James, 1998, « The Other Book of Troy: Guido delle Colonne’s Historia destructionis Troiaein, Fourteenth- and Fifteenth-Century England », Speculum, 73, 2, p.397-423; Venuda, Roberto, 1993, Il « Filocolo » e la « Historia destructionis Troiae » di Guido delle Colonne, Firenze, Atheneum.

66 Un guet-apens déguisé, dit Priam, en invitation à dîner. Chez Dante, le repas utilisé comme guet-apens par le traître est, on le sait, une “occasion” que bien des damnés du Cocyte ont exploitée (comme le précisent les premiers commentateurs), mais que la narration sous-entend, avant son évocation métaphorique par frate Alberigo : « i’ son quel da le frutta del mal orto » (If XXXIII, 119).

67 Comme l’appele Servius, ad Æn II 15 : « machinamentum bellicum » (dans le commentaire cité à la n. 29).

68 À propos des vers incipitaires de l’Énéide « Troiae qui primus ab oris/Italiam fato profugus Laviniaque uenit/litora », Servius s’empresse d’expliquer que la « priorité » ainsi accordée à Énée n’est pas contredite par l’arrivée d’Anténor mentionnée ensuite : Énée atteint l’Italie, tandis qu’Anténor parvient dans la province qu’était encore, lorsque Virgile écrit, la Gaule cisalpine. Dans la perspective de la trahison, d’autre part, l’hémistiche mediis elapsus Achiuis (I 242) a toujours été lu comme la preuve que Virgile lui-même avait voulu l’accréditer.

69 C. Beaune, L’utilisation politique…, p.331. Elle a fort bien montré, en particulier, la triple fonction que joue, depuis le viie siècle, la légende des origines troyennes des Francs : à l’égard de l’identité, voire de l’indépendance nationales (« Les ancêtres troyens […] justifiaient le rang du royaume parmi les nations européennes et face à l’Église et à l’Empire ») ; dans le domaine de la politique étrangère (« Alliances et guerres s’y trouvaient en germe dès les origines. Toutes les aventures extérieures pouvaient s’y enraciner ») ; la fonction, enfin, de prestige culturel (« ces guerriers, devenus des héros civilisateurs, fondateurs de cités, édicteurs de lois […], allèrent garantir à l’aube de la nation l’originalité de sa culture, […] en incorporant toute l’histoire gauloise »). Mais elle ajoute : « Il y avait pourtant un pan de l’histoire nationale qu’il [le mythe des origines troyennes] ne pouvait assumer : la religion chrétienne, où le royaume préexcellait. […] Aussi Clovis continua-t-il à équilibrer Pharamond [le premier roi des Francs : d’origine troyenne, bien sûr] » (ibid., p.354-355).

70 Marc-Réné Jung, dans L’exil d’Anténor, déjà cité, fournit une mise au point très claire sur les quatre destinations d’Anténor en tant que conditor (à compléter, ajoute-t-il, avec les fondations de ses fils).

71 D’où aussi le motif topique du Sycamber, recyclé comme synonyme poétique à la fois de Franc et de Troyen (« Sycamber francus qui et teucrus »), bien au delà de la fameuse phrase prononcée lors du baptême de Clovis.

72 À vrai dire, il y manquerait aussi l’Espagne et l’Irlande.

73 Luiselli, Bruno, 1978, « Il mito dell’origine troiana dei Galli, dei Franchi e degli Scandinavi », Romanobarbarica, 3, p.89-121 (aux pages 118-121 les citations qui suivent, ainsi que les références concernant l’édition de la Snorra Edda et sa traduction latine). E.Gorra, qui, dans Testi inediti di storia troiana…, avait déjà dit « Tutti i popoli d’Europa vollero discendere di Troiani » (p.68), avait bien ajouté « gli scandinavi da Dauno, compagno di Antenore », mais sans citer sa source.

74 Je rappelle en passant que, pour les premiers commentateurs de la Divine Comédie, Créuse était souvent la fille de Priam.

75 Chez les Francs aussi la loi salique était censée être d’origine troyenne. Dans Tresor I 17, Coment loi fu premierement establie, on trouve, après Moïse qui bailla la loy aux Hébreux, Phoronée aux Grecs, Mercure aux Égyptiens, Solon aux Athéniens, Lugurgus as troians (§2). Si « erreur » il y a, comme le dit la note ad locum dans l’édition déjà citée (« l’errore risale probabilmente a Brunetto »), elle est de toute façon symptomatique de la tendance à multiplier les domaines où les Troyens jouent le rôle de fondateurs.

76 Que les Turcs soient à leur tour d’origine troyenne, c’est au fond ce qui devrait surprendre le moins…

77 « E quel di Portogallo e di Norvegia/lì si conosceranno, e quel di Rascia/che male ha visto il conio di Vinegia » (Pd XIX 139-141).

78 À titre d’exemple, voici ce que dit Scartazzini : « Osservando che tutti gli antichi commentatori non ne sanno nulla, non crediamo che si faccia torto a Dante, ammettendo che anche lui non era al giorno della storia della Norvegia ». En fait, les deux vers suivants (v.140-141) semblent, sinon dévoiler les sources de tout ce qui est dit dans cette terzina, du moins suggérer où les chercher. C’est Torraca (bien sûr !) qui l’a fait : « E quel di Rascia ecc. Il regno di Rascia, detto così dalla capitale, ora Novi-Bazar, era formato di parti della Servia, della Bosnia, della Croazia e della Dalmazia. Vi regnava nel 1300 Stefano Urosio II Milutino, il quale fece contraffare i grossi o ducati di Venezia. Con decreti del 1282 e del 1306, il governo veneziano tentò impedire la diffusione della moneta contraffatta : nel 1305 furono processati a Bologna alcuni, che la spacciavano. » (Je cite d’après la version online du Dartmouth Dante Project.) Il est donc probable que dans les archives de Bologne ou de Venise gisent également des preuves de leurs rapports avec la Norvège.

79 Paul Diacre, Historia Langobardorum, I 1-2 (c’est moi qui souligne, ici et dans les citations de l’Épître qui suivent).

80 À ce propos, voir supra la n. 52.

81 La « coadductam barbariem » de son origine composite (« Pone, sanguis Longobardorum, coadductam barbariem ; et si quid de Troianorum Latinorumque semine superest […] », Épître V iv 11) fait écho aux propos de ser Brunetto sur Florence dans If XV 73-78.

82 Épître V v : « [17] […] ut Hectoreus pastor vos oves de ovili suo cognoscat […] ». La contiguïté sémantique entre l’apostrophe au « sanguis Longobardorum », requalifié comme « Scandinavie soboles », et la périphrase « hectoreus pastor » est confirmée par la variatio qui porte sur « pullos », « prolis » (V iv 11) et « oves » (V v 17). Ce dernier terme s’insère à son tour dans un polyptote (« vos oves de ovili suo ») qui conjure l’opposition néfaste entre l’aigle et le corbeau envisagée dans V iv 11 (« ne cum sublimis aquila fulguris instar descendens affuerit, abiectos videat pullos eius, et prolis proprie locum corvulis occupatum. »)

83 Il la traduit en effet par « le berger maître de l’héritage », et renvoie en note à l’Appendice I qui justifie cette traduction (Pézard, André, 1965, in Dante, Œuvres complètes, Paris, Gallimard : p.755, pour la traduction ; p.1679-1680, pour l’Appendice, où il précise : « Ce mélange d’Evangile et d’Iliade est bien curieux. […] Aucun texte n’a jamais lié les deux noms. Hectoreus accompagnerait fort bien miles ou dux […], mais ici Dante ne pense plus à la guerre : il prêche la paix. Des deux termes accouplés, c’est donc bien pastor qui est nécessaire, et lui seul »).

84 Luiselli, Il mito dell’origine troiana…, p.104 (aux p.103-104 il transcrit les passages du pseudo-Frédégaire qui concernent l’origine troyenne des Francs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Fontes Baratto, « Conditor et/ou proditor : figures de l’exilé en héros fondateur »Arzanà, 16-17 | 2013, 253-283.

Référence électronique

Anna Fontes Baratto, « Conditor et/ou proditor : figures de l’exilé en héros fondateur »Arzanà [En ligne], 16-17 | 2013, mis en ligne le 16 juin 2015, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/arzana/224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.224

Haut de page

Auteur

Anna Fontes Baratto

Anna Fontes Baratto est actuellement professeur émérite de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, où elle a enseigné la littérature italienne du Moyen Âge et de la Renaissance, sur laquelle portent également ses travaux. Elle a notamment dirigé le CERLIM (Centre d’études et de recherche sur la littérature italienne du Moyen Âge) et la publication de la revue annuelle Arzanà. Cahiers de Littérature italienne médiévale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search