Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Avant-propos

Avant-propos

Véronique Abbruzzetti et Anne Boulé-Basuyau
p. 9-15

Texte intégral

  • 1 Un article du 30 juillet 2010 de L’Express recense tous les faits divers transformés en sources de (...)
  • 2 Rappelons que le sigle CERLIMMC signifie Centre d’études et de recherche sur la littérature italien (...)
  • 3 Ce qui est la définition de l’anachronisme comme le rappelle Daniel Arasse dans ses Histoires de pe (...)

1En juin 2009, lors d’une séance de travail commune aux médiévistes et aux contemporanéistes du Cerlimmc, dans une France prise dans le tourbillon du « un fait divers-une loi »1, nous lançâmes l’idée d’un colloque international sur le fait divers dans la culture italienne sur la longue durée (Moyen Âge et époque contemporaine2). Nous étions bien conscientes des risques de l’anachronisme, c’est-à-dire du mélange des temps3, et de la pertinence problématique de la catégorie «  fait divers  », expression française – que l’italien «  fatto di cronaca  » ne traduit pas exactement – qu’une telle enquête comportait pour les médiévistes. Ni l’expression «  fatti  » que l’on peut trouver dans les chroniques médiévales, ni le syntagme «  casi vari  » qu’utilisera Boccace, par exemple, ne peuvent être assimilés à ce que nous appellerons provisoirement un «  fait  » que le traitement médiatique transforme en «  fait divers  ». Les médiévistes se voyaient donc contraints d’envisager la question sous un autre angle, de travailler l’écart temporel et conceptuel d’avec notre époque, de se tourner vers la catégorie présente au Moyen Âge : le mirabile, pour interroger l’irruption dans le quotidien de ce qui provoquera l’étonnement, un des traits caractéristiques du « fait divers ».

2La modernité du «  fait divers  » ne rendait pas pour autant la tâche plus facile aux contemporanéistes, qui devaient travailler la narrativité du «  fait divers  » et son actualisation par le déport de ce dernier de l’écriture journalistique à l’écriture littéraire, entendue au sens large, et par l’insertion matricielle du fait divers dans le roman, la poésie ou le cinéma.

  • 4 Ce colloque intitulé «  Le fait divers dans la culture italienne. Du mirabilis médiéval au fatto di (...)

3Malgré ces difficultés – ou peut-être en raison de ces difficultés –, l’idée plut et le projet prit forme4. La curiosité et la générosité intellectuelles de madame le professeur Dominique Budor, directrice du Cerlimmc, des participants du colloque, de madame le professeur Myriam Tanant, directrice de l’ED 122, de monsieur le professeur Pierre Civil, vice-président du conseil scientifique, qui honorèrent notre colloque de leur présence, firent le reste.

4Qu’ils en soient tous, ici, vivement remerciés.

5Le recueil d’articles issus de cette manifestation scientifique, présenté sous le titre Écritures italiennes du fait divers. Mirabile médiéval, fatto di cronaca contemporain, veut rendre compte des questionnements suscités par l’approche transversale du «  fait divers  ». L’ouvrage s’ordonne en trois parties pour rendre compte de cohérences et de convergences qui se sont dégagées à l’issue du colloque  : la première s’intéresse à la déclinaison médiévale du fait divers (mirabile, fatto/fatti, caso/casi vari), la deuxième partie explore le lien entre crise de l’expérience et représentation poétique du fait divers, la troisième partie interroge la frontière entre fait divers, mémoire et politique.

  • 5 Tous les auteurs se réfèrent peu ou prou à l’article de Roland Barthes «  Structure du fait divers  (...)
  • 6 Compte tenu de la diversité des approches, des périodes étudiées, des genres et du type de supports (...)
  • 7 L’écriture journalistique a déjà été amplement étudiée depuis les années 1970, en particulier en Fr (...)

6L’ensemble des contributions montre de nombreux points de contact. Ces convergences s’expliquent certes par une base théorique commune à nos réflexions individuelles – avant toute chose l’article «  fondateur  » de Roland Barthes et les ouvrages d’Annick Dubied5 –, que chacun a su adapter, discuter en fonction de son objet d’étude6, mais aussi dépasser puisque nous avons choisi d’analyser non pas le fait divers comme rubrique ou écriture journalistique7, mais sa mise en fiction. Les convergences tiennent aussi à la difficulté de cerner et de définir la catégorie «  fait divers  » dans la culture italienne, qui nous a tous conduits à une série de questionnements que l’on découvrira à la lecture des différents articles.

7Les enjeux de ce volume ont été, en dépit de l’évident anachronisme de départ, de faire tout d’abord se répondre deux périodes éloignées, de s’interroger sur la difficile, voire impossible dénomination italienne du fait divers, de réfléchir à la ductilité de la catégorie et de mettre en évidence le caractère subversif du fait divers.

Innommable «  fait divers  »

  • 8 Marc Lits, «  Le fait divers  : un genre strictement francophone  ? », Semen. Revue de sémio-lingui (...)

8On le sait, l’expression française «  fait divers  » forgée au xixe siècle par une écriture journalistique n’a pas d’équivalent littéral, en dépit de la mention «  fatti diversi  » sous la plume de Giovanni Verga qui, en exergue à sa nouvelle L’amante di Gramigna (dans le recueil Vita dei campi de 1880), se demande si les futurs romans ne seront pas désormais des «  fatti diversi  ». L’expression de Verga ne fit d’ailleurs pas florès, l’italien préférant associer «  faits  » et «  chronique  » (fatti di cronaca) insistant, par là même, sur l’enregistrement de faits se déroulant dans le flux du quotidien, dans un lieu géographiquement précis (une ville, une région) ou dans une rubrique journalistique, avec une possibilité d’extensions thématiques que les adjectifs «  rosa  » (pour annoncer des événements heureux) ou «  nera  » (pour annoncer des événements malheureux, quelque catastrophe naturelle ou crime monstrueux) autorisent et que la langue française ignore, comme si «  fait divers  » faisait sens en lui-même. Un de nos auteurs cite à ce propos l’article de Marc Lits, au titre problématique  : «  Le fait divers  : un genre strictement francophone  ?  »8. Cette irréductibilité, pour le moins troublante, en termes de traduction du fait divers au fatto di cronaca témoigne d’une instabilité sémantique de la diversité du fait.

9Les termes, utilisés au Moyen Âge, de mirabile (et son pluriel mirabilia) et leur déclinaison en langue vulgaire, meraviglia/maraviglia, meravigliosa, tous formés sur la racine mir, insistaient sur le regard, vers le haut, vers le Ciel  : on s’émerveillait. On s’émerveillait, c’est-à-dire qu’on s’étonnait devant l’extra-ordinaire, devant ce qui sortait de l’ordinaire. Les théologiens pouvaient donner des réponses toutes faites, si l’on peut dire, à ces faits étonnants  : annonce apocalyptique, châtiment divin, rappeler que ce qui était vu n’était que signe d’autre chose. Mais le mot ne nommait pas la chose, il n’indiquait qu’une réaction, qu’une attitude (regarder bouche bée ou pas), qu’une impression  : l’étonnement face à ce qui dépasse l’entendement humain. Casi vari, accidenti que l’on employait aussi au Moyen Âge insistaient sur la chute, sur ce «  qui nous tombait dessus  », nous invitant peut-être à regarder vers le bas (sans que le Ciel, pour autant, ne disparaisse), vers nos limites humaines, notre condition de pécheurs soudainement accablés.

10Rappelons qu’au xvie siècle, on souligne particulièrement la nature irrationnelle des événements et l’impossibilité pour l’homme d’avoir prise sur eux : i casi, l’empire de la Fortuna, expriment autant d’impondérables que l’homme ne peut que subir, dans le bien comme dans le mal. Cette approche du rapport de l’homme aux mondes intérieur et extérieur s’inscrit dans une tradition ancienne qui, toutefois, acquiert un relief particulier à cette époque, notamment du fait des guerres d’Italie. Ainsi, au cours de cette période, la meraviglia est une catégorie mentale dont le périmètre sémantique s’élargit : dans le renouveau de la tragédie, la maraviglia s’ajoute aux deux sacro-saints paramètres que sont la crainte et la pitié d’aristotélicienne mémoire, pour occuper une place équivalente. Le courant maniériste, qui définit l’esthétique de l’époque, valorise à l’extrême toute une gamme d’émotions en rapport avec l’étonnement, cultive le goût de l’insolite et la recherche de l’étrange. Ce qu’on ne parvenait pas à nommer parce qu’on ne comprenait pas d’où cela venait commence à prendre forme, à nous être moins étranger, moins lointain, moins énigmatique. On pourrait formuler l’hypothèse que là, à la Renaissance, est le tournant conceptuel qui autorise l’émergence autonome du fait dont l’illisibilité s’atténue. Dans cette perspective, la connexion entre le passé et le présent, le Moyen Âge et l’époque contemporaine serait assurée par le biais d’une meraviglia aux contours sémantiques plus larges.

11On a vu précédemment que l’expression «  fatti diversi  » due à la plume de Verga n’était pas passée dans le langage courant ; on pourrait ajouter pour la période plus contemporaine la faillite d’une forgerie pirandellienne : « dati di fatto », ces faits instables qui se dérobent à toute logique et constituent ce qui arrive dans la vie, exactement ce qu’une définition première du fait divers pourrait recouvrir. Mais nous pouvons remarquer que les «  dati di fatto  » pirandelliens, pas plus que «  fatti diversi  » verghiens, ne s’enracinent dans la langue italienne.

12La difficulté à nommer ce fait décidément inclassable en italien et qui résiste à toute qualification conduit à se demander si le fait divers ne serait pas en soi une catégorie vide.

« Insignifiant » fait divers

  • 9 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber, Raisons d’agir, 1996.

13Envisager le fait divers comme catégorie vide signifie permettre à l’auteur – l’écrivant ou le cinéaste, pour ce qui concerne ce volume – de la combler selon son intention et son projet, et en fonction de l’horizon d’attente du public. On a ainsi une élasticité et même une malléabilité infinie d’un contenant et non plus un contenu. Avec le risque, pour le Moyen Âge et la Renaissance, d’une banalisation, d’un aplatissement de la singularité du mirabile, par l’empilement sériel de ces faits qui provoquent l’étonnement. Pour l’époque contemporaine, la plasticité du fait divers implique sa réappropriation pour en faire autre chose, pour créer un «  fait-divers-de-quoi  ?  ». Au-delà du jeu sur les mots, la question demeure. Si, comme l’a dit Pierre Bourdieu, le «  fait divers divertit  »9, s’il fait diversion, de quoi fait-il diversion ? La réponse pourrait être d’ordre idéologique.

  • 10 Par exemple, la définition proposée par le Larousse  : «  Événement sans portée générale qui appart (...)

14Mais, nous objectera-t-on avec justesse, n’y a-t-il pas, consignés dans des chroniques, des archives, des nouvelles, romans et poésies, des «  petits faits mineurs  », de ces petits faits insignifiants, définition possible, normalisée voire normative que donne couramment le dictionnaire pour caractériser le fait divers10  ? On répondra que le simple fait d’une mise en écriture du fait divers, le simple fait qu’il soit considéré comme digne d’être consigné, effacent l’insignifiance du petit fait mineur  ; en effet, qu’il s’agisse de certaines chroniques médiévales ou de textes littéraires contemporains, le fait divers par sa brièveté plus ou moins grande, par son insertion et son caractère déchiffrable autorise la parabolisation, pour employer un terme qui renvoie à des pratiques interprétatives médiévales. Et on rappellera que la diversité du fait divers peut se concevoir seulement s’il est saisi dans un ensemble – que ce soit un recueil de nouvelles ou de poésies –, s’il est compris dans un système, mis en rapport avec d’autres faits, particulièrement dans son rapport problématique et perturbant avec la norme.

Subversif fait divers

15On l’aura compris : le fait divers ne naît pas fait divers, il le devient. Il le devient par la mise en écriture, qu’il soit emprunté à la réalité, «  importé  » de journaux ou créé de toutes pièces. Devenu partie intégrante de l’œuvre, absorbé par le texte, il abolit les frontières entre fiction et non-fiction, pour devenir littérature. Les problèmes de référence à la réalité, qui gouvernent la distinction entre le récit fictionnel et le récit factuel, ne sont plus opératoires. Le texte littéraire ou filmique qui a assimilé et fait sien un fait divers ne pourrait-il pas être considéré comme une variante du roman-reportage (ou nonfiction novel) qui, comme on le sait, utilise les procédés de la littérature pour traiter de sujets et de personnages réels.

16Nous dirons, pour conclure et laisser place à la lecture des interventions, que nous avons voulu montrer dans ce volume, à travers l’analyse de textes de chroniqueurs, «  nouvellistes  », romanciers et de poètes italiens, combien le fait divers dynamise – et serait-on tenté de dire dynamite le récit –, en apportant avec lui l’irruption de l’étonnement pour le Moyen Âge, du «  nouveau  » pour les auteurs plus contemporains, puisque, comme on le sait, le fait divers transgresse toujours une norme, qu’elle soit divine ou humaine. Les auteurs des articles présentés dans ce volume ont démontré que le fait divers dynamise aussi l’écriture, en permettant l’avènement d’une nouvelle poïétique.

Haut de page

Notes

1 Un article du 30 juillet 2010 de L’Express recense tous les faits divers transformés en sources de lois depuis 2005. Voir L’Express, www.lexpress.fr/actualite/politique/comment-l-ump-transforme-les-faits-divers-en-propositions-de-loi. Rappelons que pour un juriste, le «  fait divers » n’existe pas, on parlera en droit d’une «  infraction » que la loi sanctionne.

2 Rappelons que le sigle CERLIMMC signifie Centre d’études et de recherche sur la littérature italienne médiévale, moderne et contemporaine. Cette équipe d’accueil rassemble donc structurellement des spécialistes du Moyen Âge (membres du centre CERLIM) et des spécialistes des xviiie, xixe et xxe siècles (membres du centre CRITIMC). Le CERLIMMC organise traditionnellement un colloque par contrat rassemblant tous ses membres autour d’un objet d’études commun. Se sont ainsi tenus le colloque sur Les modèles médiévaux dans la littérature italienne contemporaine (études réunies par D. Ferraris et M. Marietti) en 2003, en 2007 le colloque sur Le personnage tragique (études réunies par M. Tanant) et en 2010 celui sur Le fait divers dans la culture italienne dont nous publions les actes aujourd’hui. Le découpage chronologique est inhérent à la composition de l’équipe ; les contributions des chercheurs autour des axes fédérateurs choisis lors de ces colloques ont montré par ailleurs la pertinence de ces manifestations scientifiques communes et la vitalité du lien, pour l’Italie, entre le Moyen Âge et les siècles allant des Lumières à aujourd’hui.

3 Ce qui est la définition de l’anachronisme comme le rappelle Daniel Arasse dans ses Histoires de peinture, Paris, Denoël, 2004, p. 149. Dans le sillage de Daniel Arasse, le médiéviste Michel Pastoureau, dans son article Programme, Histoire d’un mot, histoire d’un concept revenait sur la question de la légitimité de l’anachronisme, en posant ces questions  : «  Jusqu’à quel point l’historien médiéviste peut-il se servir de mots et de concepts inconnus du Moyen Âge  ? Où commence l’anachronisme  ? où s’arrête le légitime recours à des outils intellectuels de notre temps pour essayer de comprendre le passé  ? », Cahiers du Léopard d’Or, Le programme, une notion pertinente en histoire de l’art médiéval  ?, Paris, Le Léopard d’Or, 2011, p. 17.

4 Ce colloque intitulé «  Le fait divers dans la culture italienne. Du mirabilis médiéval au fatto di cronaca contemporain » s’est déroulé à Paris les 15 et 16 octobre 2010, à la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

5 Tous les auteurs se réfèrent peu ou prou à l’article de Roland Barthes «  Structure du fait divers », Paris, Médiations, 1962, ainsi qu’à l’ouvrage d’Annick Dubied, Les dits et les scènes du fait divers, Genève, Droz, 2004.

6 Compte tenu de la diversité des approches, des périodes étudiées, des genres et du type de supports, nous avons choisi de laisser le lecteur se reporter aux références bibliographiques à l’intérieur de chaque contribution.

7 L’écriture journalistique a déjà été amplement étudiée depuis les années 1970, en particulier en France – songeons aux travaux de la sociologue Violette Naville-Morin (Écriture de la presse, publié la première fois chez Mouton à Paris en 1969 et republié en 2003 à Sainte Foy, aux Presses de l’université du Québec)  ; le fait divers a été lui aussi l’objet de nombreuses analyses (Georges Auclair, Le mana quotidien  : structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, Anthropos, 1970) et de colloques (récemment  : le colloque international Le fait divers dans tous ses états, qui se tint à Lyon 2 et Lyon 3, les 23-24 mars 2006).

8 Marc Lits, «  Le fait divers  : un genre strictement francophone  ? », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, 13, 2001, Genres de la presse écrite et analyse de discours (consulté sur le site http://semen.revue.org).

9 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber, Raisons d’agir, 1996.

10 Par exemple, la définition proposée par le Larousse  : «  Événement sans portée générale qui appartient à la vie quotidienne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Abbruzzetti et Anne Boulé-Basuyau, « Avant-propos »Arzanà, 15 | 2012, 9-15.

Référence électronique

Véronique Abbruzzetti et Anne Boulé-Basuyau, « Avant-propos »Arzanà [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/arzana/247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.247

Haut de page

Auteurs

Véronique Abbruzzetti

Véronique Abbruzzetti est maître de conférences en Études italiennes à l’Université Sorbonne nouvelle, spécialiste de littérature religieuse du Moyen Âge et de la correspondance de Pétrarque.

Articles du même auteur

Anne Boulé-Basuyau

Anne Boulé-Basuyau est Maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle. Ses activités en matière de recherche s’exercent dans le domaine de la culture italienne des xixe et xxe siècles, en particulier les rapports entre littérature et Histoire, mémoire et écriture, et l’hypertextualité, y compris lors de la transposition d’un art à l’autre. Articles parus en 2010 : «  Chemins du deuil au cinéma : La stanza del figlio et Caos calmo », Cinéma italien du 21e siècle, Chroniques italiennes, Université Sorbonne nouvelle, no85/86, 2/3 ; « Pinocchio réinventé par Benigni. Ou des poires aux sucettes », in Réinventer les classiques, « Cahiers de l’Hôtel de Galliffet », Paris, Istituto Italiano di Cultura.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search