Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Le mirabile médiéval. De la chron...Les faits divers dans le Diario f...

Le mirabile médiéval. De la chronique à la nouvelle

Les faits divers dans le Diario fiorentino de Luca Landucci

I faits divers nel Diario fiorentino di Luca Landucci
Michelle Schuller
p. 29-41

Résumés

Le Journal florentin de Luca Landucci est une œuvre singulière, entre les chroniques médiévales et les « Mémoires » des marchands florentins. Outre les grands événements historiques, l'auteur enregistre de nombreux « faits divers », qui prennent simplement place dans l'ordre chronologique, unique structure du texte. Ces faits extraordinaires frappent les esprits parce qu'ils sont transgressifs, ils brisent aussi bien l'ordre de la nature que l'ordre social. Ils requièrent donc un sens: les phénomènes naturels sont perçus comme manifestations de la justice divine; les actions humaines doivent être soumises à la justice des hommes, c'est pourquoi elles sont toujours encadrées par le discours de la justice et la description du châtiment. La narration de tels événements, dont pour la plupart l'auteur a été personnellement témoin, dépeint une société très violente, et profondément imprégnée, en une époque fortement troublée, par la peur d'un Dieu impitoyable. Cependant Landucci ne conduit pas une réflexion sur l'histoire, il nous apporte seulement le témoignage d'un citoyen comme les autres, un « homme de la rue ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit original se trouve à la bibliothèque communale de Sienne. Les nombreuses transcription (...)
  • 2 «Morissi la mia sopradetta donna […] la quale in 48 anni stata meco, non mi fece mai adirare co lei (...)

1Le Diario fiorentino de Luca Landucci1 est une œuvre bien connue des historiens, pour lesquels il constitue une source exceptionnelle d’informations sur une période particulièrement mouvementée de l’histoire de Florence. Luca Landucci est né vers 1437, probablement à Florence, où il est mort en 1516. Le peu qu’on sait de son histoire personnelle provient presque exclusivement des quelques notations d’ordre autobiographique et familial éparses dans son livre. On y apprend ainsi qu’il a commencé à étudier l’abaco en 1450, à l’âge de «  14 ans environ  », puisqu’il est entré en apprentissage deux ans plus tard. En 1466 il épouse Salvestra di Tommaso Pagni, qui lui donnera douze enfants, et avec laquelle il vivra paisiblement jusqu’en 15142. Avec la dot de sa femme, il achète un fonds de speziale «  al canto dei Tornaquinci  » et se met à son compte. Grâce à son commerce, il acquiert progressivement une certaine aisance  ; ainsi est-il à même de financer les études de médecine de son fils Antonio, qui devient docteur à Bologne vers 1506. Précisons qu’il n’a exercé aucune charge publique, ni dans les affaires de la Commune, ni dans sa corporation. Il semble avoir vécu en homme discret, menant l’existence ordinaire d’un modeste speziale.

2Le Diario fiorentino couvre la période 1450-1516, un continuateur anonyme (probablement un de ses descendants) en a poursuivi la rédaction jusqu’en 1542. C’est une œuvre singulière, qui se distingue aussi bien des autres chroniques florentines, que des «  Livres de famille  » rédigés, aux xive et xve siècles, par certains grands bourgeois florentins. En effet, Landucci ne remonte pas plus aux origines de sa famille, comme le font les auteurs de mémoires familiales, qu’aux origines de Florence et à sa fondation légendaire, comme le font la plupart des chroniqueurs. Il commence in medias res, sans introduction, ni invocation religieuse et autres formules rituelles, sans raconter l’histoire de ses ancêtres. Il se distingue d’emblée de genres voisins par son titre de Diario – et non pas cronica, storia, ou storie, comme sont intitulées d’autres chroniques historiques écrites à Florence entre le xive et le xvie siècles – qui suppose une rédaction au jour le jour. Mais il ne s’apparente pas non plus au journal personnel, dans la mesure où les éléments autobiographiques y sont rares. Ce Diario fiorentino est une chronique citadine, où l’auteur a consigné, sa vie durant, tous les événements qui se sont déroulés dans sa ville et qui lui ont paru mériter d’être rapportés – une histoire qu’il a personnellement vécue.

3C’est donc plus d’un demi-siècle de l’histoire de Florence qui se trouve raconté ici, une période riche en événements de première importance, qui va de l’avènement des Médicis à la bataille de Marignan. Landucci assiste au carnage provoqué par la conjuration des Pazzi  : l’assassinat de Julien de Médicis, Laurent échappant de peu à la mort, et la répression sanglante qui s’ensuit. Mais c’est surtout la période suivante qui semble avoir été la plus marquante pour lui, celle de Savonarole. Fervent chrétien, l’auteur a adhéré profondément aux idées du moine de Ferrare et admiré son action  ; et même si, par prudence, il a cessé d’assister à ses prédications quand Savonarole a été excommunié et Florence frappée d’interdit, il lui est resté fidèle dans l’intimité de sa conscience et il regrette à maintes reprises, longtemps après sa mort, qu’on ait renié ses enseignements. L’exécution de Savonarole coïncide à peu près avec le début des guerres d’Italie, dont les péripéties occupent tout le reste du récit. C’est aussi l’époque des Borgia, du pape Alexandre VI et de son fils César qui met l’Italie à feu et à sang, pourtant soutenu financièrement par Florence, ce qui indigne notre auteur et ses concitoyens. En même temps, Florence est en proie à d’incessants désordres internes, les Médicis, tour à tour chassés, honnis, rappelés, tandis que continuent à se dérouler les conflits séculaires avec les cités voisines, principalement avec Pise que les Florentins convoitent pour avoir une ouverture sur la mer – des années de batailles sanglantes, au dedans comme au dehors, avec leurs cortèges de famines.

4Mais l’une des principales singularités de cette œuvre est de rapporter, à côté de ces événements historiques majeurs, un nombre remarquable de ce qu’on peut appeler faits divers.

  • 3 Roland Barthes écrit par exemple  : «  Voici un assassinat  : s’il est politique, c’est une informa (...)
  • 4 A. Dubied, M. Lits, Le fait divers, Paris, PUF, collection «  Que sais-je  ?  », 1999.

5Nous ne nous attarderons pas ici à la question, d’ailleurs peut-être insoluble, de la définition du fait divers. Diverses études ont été faites sur ce sujet – qui tendent d’ailleurs plutôt à décrire le fait divers, à en énumérer les caractéristiques et à en établir une typologie, qu’à en établir une définition stricte. Je rappellerai simplement que, dans le domaine de l’information, le fait divers se repère, non sans une certaine part de subjectivité, et par une forme de consensus développé par l’usage, plutôt par ce qu’il n’est pas  : il se situe en dehors des grands thèmes de l’information, les événements politiques avant tout3. On tend par conséquent à considérer que le fait divers relève plutôt de la vie privée, des individus singuliers, par opposition aux événements qui ont une valeur collective et des effets sur la société dans son ensemble. Si l’expression «  fait divers  » n’apparaît qu’au xixe siècle avec l’essor de la presse, la relation des faits divers est de tradition ancienne, oralement d’abord sans doute  ; sous forme écrite, on la repère au moins depuis la diffusion de ces «  canards  », aux xve-xvie siècles, qui sont étudiés par A. Dubied et M. Lits4, des feuilles volantes, parfois agrémentées d’illustrations, qui racontaient des événements considérés comme extraordinaires. La relation de faits divers prendra plus d’ampleur au cours des xviie-xviiie siècles avec le développement des gazettes. Mais en ce qui concerne la chronique historique, en Italie, au Moyen Âge et au début de la Renaissance, les choses sont plus ambiguës.

  • 5 Nuova cronica, Livre IX, chapitre CLXIII.
  • 6 «cosa strana e non degna di memoria», Matteo Villani, Cronica, Livre IV, chapitre XXXVII.

6Comme la plupart des autres chroniqueurs médiévaux, Giovanni Villani dans sa Nuova cronica rapporte les événements naturels exceptionnels, des miracles, des accidents, les incendies qui éclataient fréquemment dans la cité. Quant aux événements d’origine humaine, ceux qu’il raconte ont toujours pour protagonistes des personnes, ou, le plus souvent, des groupes de personnes – familles, partis et autres «  sectes  » – qui comptent parmi les notoriétés de la ville et qui sont impliqués dans des conflits, des attentats, des émeutes, événements qui ont donc, à quelque degré, une portée politique. Le seul fait divers, en tant qu’action isolée, d’ordre privé, d’un seul individu, qu’il juge bon de noter, est le cas d’un riche citoyen mort sans héritier qui laisse tous ses biens aux pauvres  ; et l’auteur d’expliquer qu’il le rapporte «  per dare buono esemplo  »5. Ainsi le fait divers, rapporté pour sa valeur morale, rejoint-il l’exemplum. Giovanni Villani semble donc écarter le fait divers, privé de signification supérieure, qui ne vaudrait que pour son étrangeté et ne serait raconté que pour lui-même. Son neveu et continuateur Matteo Villani s’en tient à la même démarche  : les relations de grêles, de séismes, d’éclipses, de comètes, de naissances de monstres, et même celle d’une invasion de sauterelles, abondent dans sa chronique. Un seul fait divers en revanche y figure  : l’histoire affreuse d’un nourrisson qui a été dévoré par un chat. Cet exemple unique est particulièrement intéressant, parce que Matteo Villani se justifie de le rapporter, là encore à titre d’exemplum, pour inciter parents et nourrices à la vigilance, bien qu’il s’agisse «  d’une chose bizarre et indigne d’être retenue  »6  : ainsi semble-t-il exprimer l’opinion que les chroniqueurs animés d’une ambition d’historiens nourrissaient à l’égard des faits divers  : ce genre d’événements stupéfiants (mirabilia) n’était cependant pas dignes d’être retenus (memorabilia).

7Comme les autres chroniqueurs de son temps, Landucci rapporte de nombreux phénomènes naturels  ; mais lui rapporte aussi, et en grand nombre, ce qu’on peut apparenter aux fatti di cronaca, c’est-à-dire des crimes, des délits, des actions surprenantes accomplies par de simples particuliers, souvent anonymes, et qui sont sans relation avec le contexte historique. En effet, le mode de rédaction du Diario est exclusivement chronologique  : Landucci rapporte les événements au jour le jour, parfois heure par heure dans les moments les plus dramatiques. C’est l’unique structure du récit. L’essentiel du discours étant consacré aux événements politiques, les faits divers viennent s’incruster dans leur succession de façon abrupte, sans que rien ne les rattache au reste, auquel ils ne sont reliés par aucun rapport logique, sinon le moment où ils se sont produits.

  • 7 C’est là un des principaux aspects mis en évidence par R. Barthes  : «  Le fait divers est une info (...)

8On observe cependant quelques différences dans l’énonciation. Le récit des événements politiques est constitué d’une succession de paragraphes d’inégale longueur, qui commencent par une date, suivie, de façon à peu près systématique, de la formule «  ci fu come  » qui introduit la narration des faits. Les faits divers, eux, sont soit amenés directement après la date, sous forme d’un bref récit, soit introduits par le verbe «  intervenne », ou la formule «  intervenne questo / questo caso  » (on trouve aussi «  questo orribile caso  »). Dans l’ensemble, le fait divers fait donc l’objet de ce qu’on appellerait aujourd’hui une «  brève  », c’est-à-dire d’un récit réduit au minimum, qui se suffit à lui-même7. Le verbe «  intervenne  » met en évidence l’aspect casuel de l’événement, son côté subit, accidentel, voire irrationnel.

9En prenant la notion de fait divers au sens large, on peut en dénombrer environ 172 dans le récit de Landucci, qui se divisent en plusieurs catégories  :

  • les phénomènes naturels, eux-mêmes constitués de deux groupes  : les phénomènes météorologiques (orages, grêles, inondations, etc.) et les séismes, auxquels s’ajoute la notation d’une invasion de chenilles  ; et des phénomènes plus mystérieux, lesquels se subdivisent à leur tour en deux groupes  : les phénomènes célestes (éclipses, comètes) et les naissances de monstres.

    • 8 Landucci note une trentaine d’accidents, une dizaine de suicides, près d’une cinquantaine de fatti (...)

    les événements impliquant des êtres humains, qui se répartissent également en plusieurs sous-catégories  : les accidents, les suicides, les délits (meurtres, viols, actes de vandalisme et de profanation, évasions, fabrication de fausse monnaie, exécutions manquées), ainsi que certaines actions surprenantes8.

  • 9 «E a dì 23 d’aprile 1488, scurò la luna. È seguito in questo dì, cascò morto un garzonetto di circa (...)

10Toutefois, certains faits peuvent se rattacher à plusieurs catégories à la fois. Notons d’abord quelques événements qui ont une valeur autobiographique et familiale  : dans la rue a lieu une agression inexpliquée dont est victime l’un des fils de l’auteur  ; un incendie ravage sa propre maison  ; à la suite d’une exécution capitale, les docteurs de Florence obtiennent l’autorisation de disposer du cadavre pour procéder à une étude anatomique, à laquelle son fils médecin participe. Par ailleurs, on peut se demander si les phénomènes naturels peuvent être considérés comme des faits divers. Mais beaucoup de phénomènes météorologiques se rattachent à la catégorie des accidents en provoquant des victimes, ou des dégâts qui ont de graves conséquences humaines. Une éclipse même est regardée comme ayant causé la mort subite de plusieurs personnes9. Certains faits se situent en marge des événements politiques  : Landucci rapporte ainsi les actes horribles commis après le meurtre de Julien de Médicis par des fanciulli qui déterrent le cadavre de Iacopo Pazzi (un des principaux instigateurs de la conjuration) et lui font subir pendant plusieurs jours toutes sortes d’outrages. À plusieurs reprises, l’instabilité politique, jointe éventuellement à des calamités météorologiques, provoque des famines, qui entraînent des émeutes, au cours desquelles des personnes meurent étouffées ou piétinées.

  • 10 Op. cit., p. 64.
  • 11 Op. cit., p. 67.
  • 12 «Si levò un vento così grande […] che mai fu veduto simile», op. cit., p. 55. «Venne Arno grosso [… (...)

11Quoi qu’il en soit, tous ces faits présentent des caractères communs – ceux qui sont le plus généralement reconnus comme étant propres aux faits divers  : ils sont exceptionnels, surprenants, «  incroyables mais vrais  » – ils sont de l’ordre du mirabilis  : Landucci lui-même écrit  : «  una cosa amirativa10  » et «  cose mirande11 ». Cet aspect est particulièrement mis en évidence dans la relation des phénomènes naturels, qu’on trouve assortis de commentaires à valeur superlative ou du type  : «  on n’avait jamais rien vu de tel  »12. Ainsi l’auteur écrit-il, à propos d’un fort verglas, «  Fu una cosa incredibile e vera  » (p. 61), phrase qui met particulièrement en évidence cette sorte de heurt entre l’incroyable et la réalité qui caractérise précisément le fait divers.

12Les fatti di cronaca sont également retenus pour leur caractère exceptionnel, stupéfiant, excessif. Quand ce sont des accidents, ils sont évidemment inattendus  ; se produisant de façon imprévisible, ils relèvent de hasards effarants, d’une conjonction improbable de circonstances. Les crimes et délits témoignent de passions qui, comme les phénomènes météorologiques, apparaissent démesurées. Ils reposent souvent sur le choc entre des éléments disproportionnés, ou qu’on aurait cru incompatibles. Écart inouï entre la gravité de l’acte et la futilité de son mobile  : un homme souille une statue de la Vierge, un autre se suicide d’une façon atroce, tous deux parce qu’ils ont perdu au jeu  ; une jeune fille en tue une autre pour lui voler quelques bijoux. Ici, l’écart est aussi entre la nature du délit et celle de son auteur («  una fanciulla  »), de même que dans ce crime d’un homme qui égorge ses enfants, ou celui d’une jeune servante séduite qui étrangle son bébé et le jette «  nel cesso ». D’autres faits provoquent un trouble persistant parce qu’ils sont réellement inexplicables, constituant des mystères non élucidés  : on trouve dans une sépulture de Santa Maria Novella le cadavre d’une jeune femme ligotée dans deux sacs, un autre cadavre de jeune femme est découvert dans un puits  ; dans les deux cas ni les victimes ni les meurtriers ne sont identifiés.

13Tous ces événements, naturels ou non, sont caractérisés par leur violence, l’excès – violence des éléments, violence des comportements humains. Ce sont des actes de transgression, ils rompent l’ordre. Les phénomènes météorologiques exceptionnels rompent l’ordre de la nature, soit parce qu’ils prennent des proportions inusitées, soit parce qu’ils se produisent à des moments inhabituels  : un vent chaud en décembre «  comme si on avait été en juillet  » précise l’auteur, de la neige en août. Les phénomènes astronomiques, en ce qu’ils apparaissent alors comme exceptionnels, en dehors des mouvements réguliers des objets célestes, rompent également l’ordre usuel des choses. Quant aux actes humains, ceux qui sont relatés apparaissent comme violemment contraires à ce qui est communément admis comme relevant de la nature humaine – l’innocence enfantine, l’amour maternel ou paternel – le vol, le meurtre, le viol, la profanation de lieux ou d’objets sacrés, rompent l’ordre social, et surtout l’ordre moral.

14Ces événements suscitent chez les personnes qui en sont témoins, ou qui en ont connaissance, de fortes émotions  : surprise, incrédulité, curiosité, indignation, horreur, compassion, parfois – beaucoup plus rarement – admiration. De toutes les manières, les faits divers ont pour effet de choquer. De plus, ils sont excitants précisément parce qu’ils paraissent dénués de sens, ou hors du sens commun, ils interrogent le lecteur, en même temps qu’en le dérangeant, ils interrogent l’ordre du monde.

  • 13 Landucci écrit, après avoir relaté le violent orage qui a éclaté à Florence quelques jours avant la (...)
  • 14 Landucci rapporte successivement deux naissances de monstres, l’une ayant eu lieu à Venise, l’autre (...)
  • 15 « … tirando su le tende di San Giovanni […] s’appiccorono alla croce […] e tirolla in terra […] e f (...)

15Or, s’il y a une certaine délectation dans les émotions provoquées par ces événements extraordinaires, il semble en revanche que la rupture de l’ordre ne soit pas supportable. De là, peut-être, le besoin de trouver une signification aux phénomènes naturels, de leur donner un sens, en les faisant entrer dans un ordre supérieur. Les calamités météorologiques, en particulier les phénomènes violents comme les orages ou les tempêtes, sont le plus souvent perçus comme porteurs de menace : ils sont annonciateurs de quelque chose – et quelquefois on s’en tient à cette vague formule  : «  c’est mauvais signe  » (remarquons d’ailleurs que ces interprétations sont souvent proposées après coup)13. Les naissances de monstres, qui sont systématiquement rapportées par les chroniqueurs, semblent exercer une fascination particulière ; les monstres intriguent et inquiètent  : ils annoncent des malheurs à venir  ; ils sont également considérés comme des formes de châtiments, et font l’objet d’une «  lecture explicative  » selon leur configuration14. Il est à noter que les naissances de monstres relatées par Landucci ne se sont pas produites à Florence, ce qui souligne l’importance qu’on y attachait  : les nouvelles en étaient largement diffusées, accompagnées de descriptions détaillées et même de représentations graphiques. Les accidents eux-mêmes sont parfois interprétés comme des signes, surtout quand ils se produisent lors d’une fête religieuse15. Tous ces signes sont des manifestations de la colère de Dieu, qui fait naître des monstres, provoque des accidents ou des catastrophes naturelles pour punir les hommes de leurs fautes et les avertir de l’imminence d’autres fléaux.

  • 16 «  Fu giudicato un bon segno, e massime che in quell’ora ch’avevano ratificato l’accordo e Pisani, (...)

16Il arrive aussi, exceptionnellement, que certains signes soient au contraire considérés comme fastes  : en 1509, le jour où, après des décennies de guerre, les Florentins et les Pisans signent enfin un accord de paix, une colombe entre par la porte du Palais de la Seigneurie, vole dans la cour, se pose même aux pieds de l’un des Dix, qui la prend dans ses mains  ; on considère que c’est là un bon signe, qui confirme que la paix est enfin venue et que c’en est fini de tant de maux. Notons toutefois que certains sceptiques, ou pessimistes, n’ont vu là qu’un fait naturel16.

  • 17 «E a dì 10 d’aprile 1465, andò una fanciulla a giustizia, ch’era figliuola di Zanobi Gherucci, la q (...)

17Quant aux actions humaines, il est indispensable de les faire rentrer dans l’ordre moral, en les enfermant dans l’expression de la justice humaine. C’est ainsi que les faits divers les plus caractéristiques, les fatti di cronaca, qui sont pour la plupart des délits particulièrement graves, sont présentés selon un schéma à peu près constant. Le tout premier cas relaté fait figure de modèle  : «  Le 10 avril 1465, une jeune fille fut menée en justice, qui était fille de Zanobi Gherucci, laquelle tua une fillette de Bernardo della Zecca, orfèvre, pour lui prendre un collier de perles et quelques bijoux d’argent qu’elle avait au cou, et la jeta dans un puits  : elle fut emmenée sur une charrette, et on lui coupa la tête  »17. L’événement lui-même est raconté le plus succinctement possible, sans commentaire  ; il constitue une «  brève  », mais bien encadrée par l’évocation de la justice, en préambule et en conclusion  : avant qu’on sache de quoi il s’agit, on est comme rassuré à l’avance en sachant d’abord que justice a été faite  ; puis l’acte choquant est en quelque sorte atténué, sinon effacé, par la relation concrète de l’exécution. Cette structure, avec quelques légères variantes, se retrouve pour la plupart des faits divers du même genre  : la relation du crime est accompagnée de celle du châtiment, la notion de justice intervenant d’emblée, comme une sorte de précaution, ou de garantie  : il y a eu transgression, mais l’ordre a été restauré. L’acte transgressif, hors normes, est ainsi ramené à la norme sociale par la punition. Le châtiment est d’ailleurs lui aussi un événement violent, spectaculaire, générateur de vives émotions  ; Landucci précise toujours le genre de supplice qui a été infligé au coupable (pendaison, décapitation, lapidation, écartèlement), les exécutions sont publiques et attirent de grandes foules. Mais il permet surtout de combler la brèche dans l’ordre social que constituerait le crime impuni, et donc cette béance dans la narration que constituerait la relation d’un délit sans celle de sa punition. Ainsi, si les événements naturels sont l’expression de la justice divine, les actions humaines relèvent de la justice des hommes.

18Qu’apprenons-nous, à travers ces faits divers, sur la société florentine au temps de l’auteur  ? On est avant tout frappé de voir à quel point la société dépeinte par Landucci est marquée par la violence. Dans le traitement narratif de ces faits divers, on y perçoit ce qui choque, ce qui scandalise, et aussi ce qui ne choque pas, mais au contraire satisfait  : la brutalité de la justice, qui est elle-même extrêmement violente  ; on torture, on exécute à tour de bras, y compris des adolescents, y compris pour des délits qui nous paraîtraient mineurs, et dans les plus brefs délais. Surtout, «  le peuple  » lui-même, comme le désigne constamment l’auteur, est violent  : Landucci rapporte plusieurs cas où ce peuple fait justice lui-même, en capturant et tuant des délinquants, ou se retourne contre un bourreau inefficace. Les exécutions et tortures sont des spectacles, de même que certaines horreurs – par exemple, un pendu qui n’était pas mort et qu’on laisse agoniser plusieurs jours sur un parvis  ; Landucci écrit à ce sujet, comme en d’autres occasions  : «  tout Florence l’a vu  ». On voit aussi ici l’importance de la vie collective, et l’unanimité dans cette acceptation, cette habitude, de la violence. Un élément particulièrement frappant dans cette chronique est la violence de ceux que Landucci appelle les «  fanciulli  ». Peuvent-ils être regardés comme le miroir, le point focal, de cette société  ? Ils commettent eux-mêmes des actes atroces, ils dénoncent les coupables, ils sont au premier rang devant les spectacles sanglants, ils incitent les bourreaux à la cruauté. Et Landucci admire Savonarole pour les avoir métamorphosés, rendus presque angéliques – ce qui ne les empêche pas, dans le même temps, fanatisés par le moine, d’agresser des homosexuels ou des femmes trop parées.

  • 18 Jean Delumeau, La peur en Occident, xive-xviiiesiècles, Paris, Fayard, 1978.
  • 19 «E a dì 17 di gennaio 1478, ci venne un certo romito e predicava, e minacciava di molti mali. […] E (...)
  • 20 Landucci écrit, relatant des actes sacrilèges  : «  Per la qual cosa e buoni e savi uomini tremavan (...)

19L’autre aspect essentiel de cette société qui se dégage des faits divers relatés dans cette chronique est précisément la puissance de la religion. Les actes de profanation sont ceux qui choquent le plus fortement et suscitent les réactions les plus violentes. C’est quand il rapporte ces faits-là que l’auteur émet des jugements personnels, et exprime son indignation. Les actes de profanation suscitent une horreur bien plus grande que les crimes «  ordinaires  ». Ce qui se manifeste le plus vivement ici, c’est la peur. On n’est plus au Moyen Âge, mais à l’orée de la Renaissance  ; cependant, cette mentalité marquée par la peur, que Jean Delumeau a longuement analysée dans son ouvrage La peur en Occident18, est encore très présente. Dans ces temps marqués par d’innombrables calamités (les épidémies, les famines, les innombrables conflits qui déchirent le pays, les incessants désordres intérieurs qui ensanglantent Florence), le sentiment de culpabilité et l’angoisse de l’avenir qu’il engendre sont profondément enracinés dans les esprits. Le discours eschatologique est très présent  ; de nombreux prophètes de rue sévissent  : Landucci parle de certains religieux qui s’installent sur les places pour prêcher, annonçant les pires désastres et l’imminence du Jugement dernier19. Dans l’esprit populaire, la pensée religieuse n’est pas sereine  ; elle est fondée sur la conception d’un Dieu vengeur, qui punit durement les fautes. Landucci oppose régulièrement à ceux qui commettent des actes de profanation «  i buoni e savi uomini  », qui craignent Dieu20.

20On découvre aussi qu’il y avait des esprits forts, comme il apparaît, par exemple, à propos de l’épisode de la colombe  : la plupart des gens voient là un signe favorable, mais certains considèrent que «  ce sont des choses naturelles  ». Landucci rapporte, avec une vive indignation, certains actes de profanation commis dans plusieurs églises une veille de Noël, témoignant d’un esprit de révolte, qui sont également rapportés par Giovanni Cambi dans les Istorie  : celui-ci les justifie par la disparition de Savonarole, jugeant que certains considèrent désormais que tout est permis. Ces événements ont donc aussi une signification politique  ; ils sont révélateurs du poids de l’ordre moral que Savonarole avait instauré à Florence, vécu par certains comme une véritable oppression.

21Ces faits divers ne sont pas des documents, mais ils constituent une sorte d’illustration, très concrète, de la vie citadine. Landucci a été témoin oculaire d’un certain nombre d’événements  ; c’est même là pour lui, semble-t-il, une raison de les rapporter  : ainsi se justifie-t-il quelquefois de raconter un fait difficile à croire, ou choquant, ou même d’intérêt mineur, parce qu’il l’a vu de ses propres yeux. Dans d’autres cas, il en a eu connaissance par des personnes qui en ont été témoins. D’autres informations lui sont parvenues par écrit  : il a eu sous les yeux des lettres écrites par des témoins directs  ; il signale une fois qu’il n’a fait que recopier textuellement telle ou telle lettre. Certaines lettres sont accompagnées de dessins, que Landucci décrit très précisément  : c’est le cas pour deux naissances de monstres, ainsi que pour un curieux objet d’art trouvé à Murano lors de fouilles. Nous voyons ici comment les informations circulaient  : oralement, par l’écrit, et aussi par l’image. Landucci fait également état des rumeurs, des bruits qui courent. Notons qu’il émet parfois des doutes quant au sérieux de certaines nouvelles, mais qu’il les note cependant «  parce que cela se disait  ». Ainsi rapporte-t-il aussi, malgré le titre de sa chronique, des événements qui ne se sont pas déroulés à Florence, en particulier des catastrophes naturelles, comme le tremblement de terre de Constantinople, en 1509  : c’était donc des événements dont les nouvelles se répandaient largement, qui faisaient un certain bruit dans la cité et qu’il jugeait bon de noter pour cette raison. Outre ce qu’il pouvait avoir vu ou vécu personnellement, il collectait ces informations  ; on peut penser que sa boutique, située dans un emplacement tel qu’elle constituait un bon poste d’observation, était aussi un lieu de rencontre, où l’on apportait les nouvelles de la ville, mais aussi d’ailleurs. Ceci nous éclaire quant au point de vue de Landucci  : il ne cherche guère à prendre de la hauteur, à adopter une attitude d’historien. Il rapporte les faits qui l’ont frappé, lui, d’abord, par leur caractère extraordinaire. En général, il ne juge pas, il n’analyse pas, il n’explique pas  ; il s’étonne. On reste dans la perspective du mirabile, de l’intérêt pour l’événement surprenant. Et pour Landucci, le mirabile est memorabile.

22Le Diario fiorentino se situe donc à la transition entre la chronique médiévale et une écriture plus ambitieuse de l’histoire, et nous songeons aux «  Histoires florentines  » qui seront rédigées peu après par Machiavel et Guicciardini et qui traitent, entre autres, de la même période. Luca Landucci se rattache au premier genre par sa structure strictement chronologique qui traite de la même manière des événements politiques majeurs et des faits divers marginaux, hors du temps. Luca Landucci se distingue, précisément, par la place qu’il accorde à ces faits divers qu’on peut apparenter aux fatti di cronaca.

23Il n’en est pas moins difficile de déterminer à qui Landucci s’adressait en rédigeant ce «  journal  », quelles étaient ses intentions. Comme il a vécu de façon modeste, il semble avoir écrit avec une modeste ambition  : celle de laisser le témoignage d’un citoyen ordinaire, sans chercher à faire œuvre d’historien. Ce Diario est bien une chronique citadine, sans grande ambition littéraire ni idéologique  ; mais il a un caractère d’humanité qu’on ne trouve pas toujours chez les autres chroniqueurs  : on y entend la voix d’un homme simple, mais prompt à l’émotion et attentif aux autres. À côté des grands personnages qui décident du destin de la cité, il s’intéresse aussi bien aux petites gens, aux anonymes que des passions terriblement humaines poussent à commettre ces crimes ou ces actes désespérés qui sont le sujet des faits divers.

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit original se trouve à la bibliothèque communale de Sienne. Les nombreuses transcriptions, souvent partielles, qui en ont été exécutées très tôt puis dans les siècles suivants, témoignent du succès immédiat de l’œuvre. La seule édition disponible à ce jour est celle de Iodoco Del Badia (Firenze, Sansoni, 1883). La présente étude a été conduite d’après la réimpression anastatique de cette édition (Firenze, Studio Biblos, 1969), à laquelle les notes font référence.

2 «Morissi la mia sopradetta donna […] la quale in 48 anni stata meco, non mi fece mai adirare co lei» (p. 8).

3 Roland Barthes écrit par exemple  : «  Voici un assassinat  : s’il est politique, c’est une information, s’il ne l’est pas, c’est un fait divers  », «  Structure du fait divers  », in Essais critiques, Paris, Seuil, 1970, p. 194.

4 A. Dubied, M. Lits, Le fait divers, Paris, PUF, collection «  Que sais-je  ?  », 1999.

5 Nuova cronica, Livre IX, chapitre CLXIII.

6 «cosa strana e non degna di memoria», Matteo Villani, Cronica, Livre IV, chapitre XXXVII.

7 C’est là un des principaux aspects mis en évidence par R. Barthes  : «  Le fait divers est une information totale, ou plus exactement, immanente  ; il contient tout son savoir. […] Tout est donné dans un fait divers  ; ses circonstances, ses causes, son passé, son issue  », «  Structure du fait divers  », art. cité, p. 195.

8 Landucci note une trentaine d’accidents, une dizaine de suicides, près d’une cinquantaine de fatti di cronaca. Le reste, soit un peu plus de 85 événements, est constitué principalement de phénomènes naturels, auxquels s’ajoutent quelques miracles et apparitions.

9 «E a dì 23 d’aprile 1488, scurò la luna. È seguito in questo dì, cascò morto un garzonetto di circa 12 anni, lo quale vidi io morto in San Simone, e un altro ser Bonaccorso notaio, e così una fanciulla. Fu tenuto in Firenze un forte dì, e un grande effetto della luna», op. cit., p. 44.

10 Op. cit., p. 64.

11 Op. cit., p. 67.

12 «Si levò un vento così grande […] che mai fu veduto simile», op. cit., p. 55. «Venne Arno grosso […] E fu tale che niuno di nostri più antico non si ricorda in questo tenpo sì grosso», op. cit., p. 69. «Una fortuna d’un vento più non udito», op. cit., p. 348, etc.

13 Landucci écrit, après avoir relaté le violent orage qui a éclaté à Florence quelques jours avant la mort de Laurent le Magnifique  : «  Fu tenuta una cosa molto amirativa e significativa di qualche cosa grande  », op. cit., p. 64. De même, à propos d’une invasion de chenilles  : «  Parve ‘alcuni cosa miracolosa […] e che dovessino significare qualche cosa  » (p. 180)  ; d’un violent orage survenu à Rome  : «  Fu tenuto un grande segno e pronostico per detto Papa [il s’agit du pape Alexandre VI Borgia]  », op. cit., p. 212  ; d’un gros orage encore, à Florence  : «  fu tenuto tristo segnio per il Re di Francia […] e anche questo significava qualche incomodo della Chiesa  », op. cit., p. 312.

14 Landucci rapporte successivement deux naissances de monstres, l’une ayant eu lieu à Venise, l’autre à Padoue, et conclut en ces termes  : «  Questi segni significano grande tribulazione alla città dove vengono  », op. cit., p. 57. Je renvoie sur ce sujet à l’étude d’A. Martignoni  : «  “Era nato uno monstro, cossa horrendissima”. Monstres et tératologie à Venise dans les Diarii de Marin Sanudo (1496-1533)  », Revue historique 2004/1, no 629, p. 49-80.

15 « … tirando su le tende di San Giovanni […] s’appiccorono alla croce […] e tirolla in terra […] e feciono cadere embrici da un tetto e ammazzorono un uomo  ; e a un fanciullo ruppono una gamba. Fu tenuto tristo pronostico  », op. cit., p. 232. «  E a dì 24 di giugno […] si ruppe una ruota al carro del palio di San Giovanni […] Parve a molti cattivo segno  », op. cit., p. 276.

16 «  Fu giudicato un bon segno, e massime che in quell’ora ch’avevano ratificato l’accordo e Pisani, che fu segno che gli era da dovero, e che s’era posto fine a tanto male, e ch’ella sarebbe buona pace  : benché molti dicono sono cose naturali. Nondimeno fu pure gran cosa ch’andassi a’ Dieci che facevano l’accordo, e, più forte, in mano al preposto […] Gli uomini buoni dissono ch’era da Dio  », op. cit., p. 294.

17 «E a dì 10 d’aprile 1465, andò una fanciulla a giustizia, ch’era figliuola di Zanobi Gherucci, la quale uccise una banbina di Bernardo della Zecca, orafo, per torgli un vezzo di perle e certi arienti aveva al collo, e gittola in un pozzo  : andò in su’n uno carro, e fugli mozzo la testa», op. cit., p. 4.

18 Jean Delumeau, La peur en Occident, xive-xviiiesiècles, Paris, Fayard, 1978.

19 «E a dì 17 di gennaio 1478, ci venne un certo romito e predicava, e minacciava di molti mali. […] E così tutto ‘l giorno veniva tal cose», op. cit., p. 30.

20 Landucci écrit, relatant des actes sacrilèges  : «  Per la qual cosa e buoni e savi uomini tremavano di paura di giudizio di Dio grande […] sanza timore di Dio…  », op. cit., p. 190-191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Schuller, « Les faits divers dans le Diario fiorentino de Luca Landucci »Arzanà, 15 | 2012, 29-41.

Référence électronique

Michelle Schuller, « Les faits divers dans le Diario fiorentino de Luca Landucci »Arzanà [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/arzana/252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.252

Haut de page

Auteur

Michelle Schuller

Michelle Schuller est membre du CERLIM. Parmi ses articles : « Le temps et l’espace dans les Lettres d’Alessandra Macinghi-Strozzi », Revue des études italiennes, t. 46, 3-4/2000 ; « La correspondance de la famille Strozzi. L’écriture comme discours de l’absence », Arzanà, no9, septembre 2003 ; Soi et les autres. Étude des relations familiales dans les écrits privés florentins des xive-xve siècles, Paris, 2005-Lille, ANRT, 2007 ; « Les lettres de Lapo Mazzei à Francesco Datini : l’amitié entre le notaire et le grand marchand », Arzanà, no13, juin 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search