Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Le mirabile médiéval. De la chron...Le fait divers et ses avatars au ...

Le mirabile médiéval. De la chronique à la nouvelle

Le fait divers et ses avatars au Moyen Âge

Entre chronique, poésie et nouvelle
Il fatto di cronaca e le sue metamorfosi nel Medioevo. Tra cronaca, poesia e novella
Marina Gagliano
p. 43-57

Résumés

S’intéressant aux origines médiévales du fait divers, le fatto di cronaca, et aux caractéristiques de ce genre narratif à son commencement, cette contribution offre une illustration de la façon dont, à l’intérieur de la culture florentine, la narration de certains faits mineurs, empruntés à la vie communale, circule d’œuvre en œuvre jusqu’à s’inscrire durablement dans la tradition littéraire locale, où elle acquiert la valeur d’un topos dont les auteurs du XIVe siècle se servent pour réaffirmer une certaine conception de l’esprit florentin. À partir de la Nuova Cronica de G. Villani et de ses annotations sur les modes vestimentaires des Florentins, cette étude retrace le développement du thème des fogge, des modes vestimentaires, dans des œuvres appartenant à divers genres, en prose ou en vers, jusqu’au Trecentonovelle de F. Sacchetti.

Haut de page

Texte intégral

1Selon les définitions courantes, l’expression «  fait divers  » désigne à la fois un fait mineur insolite, qui sort de l’ordinaire, et le récit qui en est fait. Cette double valeur sémantique est plus explicite dans l’expression italienne fatto di cronaca, qui ne définit pas le caractère majeur ou mineur de l’événement dont il est question, mais l’inscrit dans un genre narratif dont l’origine est très ancienne et qui, en dehors de ses exploitations littéraires, trouve actuellement sa place la plus appropriée dans les médias. Ceux-ci regroupent bon nombre des événements du jour dans des rubriques thématiques comme celle de la cronaca nera, désormais prédominante, mais qui est concurrencée par la cronaca politica, la cronaca culturale voire, dans un registre plus frivole, par la cronaca mondana ou la cronaca rosa. En Italie, l’acception de cronaca – et donc de fatto di cronaca – aurait ainsi tendance à se confondre avec celle d’«  actualité  », insistant moins sur le contenu spécifique de l’information que sur le caractère récent de l’événement relaté, ou du moins sur l’intérêt qu’il possède dans le présent.

2En dépit de l’évolution des supports et des cultures, ce genre de récit s’inscrit toutefois dans une longue tradition qui, au Moyen Âge, a connu un essor tout particulier dans les Communes de la Péninsule. C’est d’ailleurs la référence explicite au genre pluriséculaire de la cronaca – la chronique – qui pourrait éclairer la nature et la variété du fatto di cronaca tel qu’il est encore conçu en Italie  : depuis le Moyen Âge, les chroniques relatent des événements divers relevant en grande partie de l’histoire locale d’une communauté donnée. Si, en effet, on ne peut pas réduire ces recueils au récit d’une suite de faits divers, il est certain qu’à côté des grands événements y figurent aussi des faits qui, au premier abord, semblent constituer le proto-type du fatto di cronaca tel qu’on l’entend aujourd’hui. Il n’en reste pas moins que le contexte culturel et littéraire dans lequel ces «  faits divers  » s’insèrent, ainsi que la pratique d’écriture des chroniqueurs médiévaux diffèrent nécessairement de ceux du journalisme moderne  : les chroniqueurs font avant tout œuvre de mémoire pour leurs contemporains et pour la postérité et, d’autre part, le laps de temps plus ou moins long qui sépare les événements et leur enregistrement est davantage propice à la réflexion, à la sélection et à l’élaboration de la matière fournie par la réalité.

3Aussi est-ce cette proximité et cette distance que je me propose d’explorer, en procédant, dans un premier temps, à une sorte d’état des lieux destiné à donner un aperçu des critères de sélection des faits par les chroniqueurs du Moyen Âge et à cerner ce que ceux-ci pouvaient percevoir comme un «  fait divers  »  : un événement relativement mineur, mais dont la novitas le rendait digne d’intérêt. Dans un deuxième temps, je me concentrerai sur un seul type de novitas, ou plutôt sur des récits, accompagnés presque toujours de commentaires, qui se rattachent à une même thématique mineure, mais dont l’intérêt pour les hommes du Moyen Âge est certain – puisqu’elle revient, avec des variantes significatives, d’une chronique à l’autre. Nous verrons enfin que, chez les auteurs florentins, cette thématique va jusqu’à déborder parfois les limites de la chronique, pour investir d’autres genres de récits, en prose ou en vers, selon des modalités spécifiques à la culture florentine.

Le dimanche 23 janvier, deux heures environ après la tombée de la nuit, ont été frappés mortellement Maître Thomas de Tarenti, docteur en médecine, sa femme et le fils adoptif qu’il avait recueilli, âgé d’environ cinq ans. L’auteur du meurtre est un domestique qui était à leur service. Pendant toute la nuit de dimanche ainsi que le lendemain, les trois victimes sont restées là où elles étaient tombées, à l’insu de tous. Ce n’est que le mardi 25 janvier qu’elles ont été trouvées et enterrées. Après avoir accompli son méfait, le domestique a volé une certaine quantité d’argent appartenant à Maître Thomas et d’autres objets présents dans la maison, puis s’est enfui.

  • 1 «  MCCCLXXXX, una domenega de sira, che fo adì XXIII del mexe de genaro quasi circha la segonda hor (...)
  • 2 La Cronaca bolognese s’ouvre d’ailleurs par plusieurs listes résumant les événements marquants aux (...)

4Ce texte, ou plutôt sa version en bolonais1, a été tiré de la Cronaca bolognese rédigée par Pietro di Mattiolo entre la fin du xive siècle et le début du xve (ce fragment en particulier est daté de 1390). Selon nos critères modernes, l’événement ici rapporté possède tous les caractères d’un fait divers qui en Italie trouverait parfaitement sa place dans la cronaca nera  : il s’agit du meurtre d’un homme sans doute connu, généreux – il a accueilli chez lui un enfant – ce jeune enfant est mort avec Maître Thomas, comme d’ailleurs la femme de celui-ci, enfin le meurtrier est un famiglio de ce médecin, quelqu’un qui travaillait dans sa maison et qui a trahi sa confiance. Et pourtant, dans les chroniques que j’ai consultées, ce genre de fait divers constitue pour ainsi dire un unicum. Malgré le pathos qui s’en dégage, il est peu probable qu’un événement de ce genre soit enregistré par les chroniqueurs médiévaux. Aux yeux de ces derniers, son intérêt pourrait peut-être tenir à son caractère vaguement exemplaire, mais l’enseignement qu’on pourrait en tirer est trop banal pour un ouvrage potentiellement destiné à être utile à la communauté bolonaise tout entière ainsi qu’à la postérité. Et alors pourquoi Pietro di Mattiolo a-t-il enregistré ce meurtre dans sa chronique ? La réponse la plus plausible, à mes yeux, est liée au statut de l’auteur  : un ecclésiastique, un curé qui avait certainement l’habitude des registres obituaires et des livres paroissiaux dans lesquels on consignait les noms des paroissiens décédés, à côté des événements majeurs ayant intéressé toute la communauté2.

  • 3 Ce meurtre est mentionné dans presque toutes les chroniques florentines – à l’exception, remarquabl (...)

5En dehors de ce cas précis, le récit d’un meurtre de ce genre constitue un cas pour ainsi dire unique dans les chroniques médiévales. Lorsque, en effet, la mort d’un homme est enregistrée, il s’agit avant tout d’un épisode majeur, chargé d’une importance politique certaine. C’est le cas de l’assassinat de Buondelmonte de’ Buondelmonti3, en 1216, qui sera à l’origine de la naissance des factions guelfe et gibelline à Florence. D’autres épisodes tout aussi retentissants et tellement marquants qu’ils ont mérité une large place dans les chroniques – dont celles de Giovanni Villani et d’Anonimo Romano – sont liés à l’élimination de «  tyrans  » comme le duc d’Athènes ou Cola di Rienzo.

  • 4 Cette représentation d’une cruauté toute particulière mériterait sans doute d’être comparée à Enfer(...)

6Au moment de son expulsion de Florence en 1343, le duc d’Athènes, le Français Gautier de Brienne qui gouverna la ville pendant dix mois s’attirant la haine de toute la population, n’eut la vie sauve que grâce au sacrifice de l’un de ses magistrats et de son fils de dix-huit ans – tués, dépecés, puis mangés, «  crus ou cuits  » précise Villani, par la foule en colère4.

7L’autre «  tyran  », le tribun romain Cola di Rienzo tombé en disgrâce en 1354 fut, quant à lui, sauvagement tué. Traîné dans les rues de Rome jusqu’à être réduit en morceaux, son cadavre fut ensuite suspendu à un balcon et martyrisé par les enfants jusqu’à ce qu’il fût détaché pour être brûlé sur la place publique.

  • 5 Voir, par exemple, le récit que Villani fait de l’impressionnant «  déluge  » de 1333, en l’accompa (...)

8Comme pour ces assassinats, dont le caractère rituel et codifié souligne la signification symbolique dont ils sont revêtus, la majeure partie des événements qui selon des critères modernes pourraient être assimilés à des fatti di cronaca ont été enregistrés non seulement pour l’impact qu’ils ont eu, mais aussi en vertu de l’attitude culturelle consistant à considérer ce qui sort de l’ordinaire comme un signe, comme un présage qu’il convient de garder en mémoire parce qu’il permet d’interpréter la réalité, passée ou à venir, et de donner un sens aux événements présents en les inscrivant dans un dessein supérieur. C’est ainsi que sont envisagés tous les fléaux naturels – inondations5, tremblements de terre, épidémies –, mais aussi l’apparition de comètes, la naissance d’enfants monstrueux ou, à Florence, la naissance ou la mort des lions, symboles de la ville, que l’on gardait dans une cage non loin du Palazzo Vecchio.

9Cette attitude à l’égard de ce qui est novus – qu’il soit extraordinaire ou seulement étrange, qu’il s’agisse d’un événement public ou privé – est très largement attestée par les écrits laïques du xive siècle. Aux yeux de leurs auteurs, les interprétations auxquelles se prêtent bon nombre d’événements justifient largement qu’on les consigne par écrit, mais elles réduisent l’intérêt de ces mêmes événements lorsqu’on entend s’interroger sur le sens que peut prendre l’enregistrement de faits mineurs ou de ceux qui, à nos yeux, apparaissent comme tels.

10En fondant mon analyse sur plusieurs chroniques du xive siècle, j’ai donc laissé de côté le type d’événements évoqués plus haut, pour m’intéresser à des récits concernant un autre genre de novitas (que notre sensibilité moderne pourrait difficilement tenir pour telle) et s’inscrivant dans une thématique relativement marginale, mais qui permet de rendre compte de l’exploitation que les chroniqueurs médiévaux, et Giovanni Villani en particulier, font de certains fatti di cronaca.

11La thématique que j’ai privilégiée est celle des habitudes vestimentaires, les fogge, un aspect de la vie médiévale qui n’est pas indifférent et qui d’ailleurs ne laisse indifférent aucun chroniqueur, étant donné l’importance cruciale que la façon de s’habiller avait dans la définition de l’appartenance sociale ou géographique des individus et du rôle que l’habillement jouait dans certaines situations sociales. Mais au-delà d’un intérêt commun pour les fogge, toujours source d’étonnement, l’attention et, par conséquent, la place accordée à cette thématique varient considérablement d’un auteur à l’autre.

  • 6 Cf. Cronaca bolognese, éd. cit., p. 24-25.
  • 7 Cf. ibid., p. 31-32.

12S’intéressant avant tout aux événements bolonais, à la vie qui se déroule sous ses yeux dans les rues de sa ville, Pietro di Mattiolo – qui ne dédaigne pas la cronaca mondana – se sert d’annotations sur l’habillement de ses concitoyens pour souligner l’atmosphère festive ou solennelle liée à des moments d’exception, comme les célébrations pour le retour à Padoue de Francesco Novello da Carrara en 13906 ou comme un grand tournoi entre chevaliers allemands et chevaliers italiens, pendant le carnaval de 13927.

13Plus curieux des événements extérieurs et attiré par les petites scènes pittoresques, Anonimo Romano s’intéresse aux modes étrangères et les détaille minutieusement, soulignant avec précision ce qui les rapproche ou les distingue de l’habillement qui lui est familier. Cette propension à la comparaison témoigne de la conscience que cet auteur a de sa propre identité culturelle, dont les habitudes vestimentaires sont une des expressions. Et c’est cette conscience et la fierté qui l’accompagne qui justifient le mouvement rhétorique caractérisant la deuxième partie du chapitre IX de la Cronaca, qui se réfère à la fin des années 1330. Après avoir évoqué, et stigmatisé, les évolutions que l’habillement a connues à cette époque, Anonimo Romano se fait ici le laudateur des habitudes vestimentaires d’antan, dont la discrétion a été délaissée par ses contemporains à l’avantage de fogge extravagantes qui les font ressembler aux Catalans, aux Sarrasins, voire aux pèlerins ou aux ermites :

  • 8 «  In questo tiempo comenzao la iente esmesuratamente a mutare abito, sì de vestimenta sì della per (...)

À cette époque-là, les habitudes changèrent démesurément, tant dans la manière de s’habiller que pour l’aspect extérieur. On commença à allonger la pointe des capuchons <………> à porter des habits serrés et ajustés comme ceux des Catalans, à porter une escarcelle à la ceinture et un bonnet par-dessus le capuchon. On portait aussi une grande barbe épaisse, comme pour imiter les Sarrasins et les Espagnols. Avant ce temps-là, les choses ne se passaient pas ainsi car les hommes se rasaient et ils portaient des habits amples et convenables. Et si quelqu’un avait porté la barbe, on l’aurait soupçonné d’être un malfaiteur, à moins qu’il ne fût un Espagnol ou un ascète. À présent la façon de penser a changé et on se plaît à porter un bonnet en signe de grande autorité, une barbe épaisse comme celle des ermites, une escarcelle comme des pèlerins. Voyez quel habillement extravagant  ! Et qui plus est, celui qui ne porte pas de bonnet, de barbe épaisse et d’escarcelle à la ceinture est tenu pour peu de chose, pour presque rien, pour rien du tout. La barbe est un bien inestimable. Celui qui porte la barbe inspire la crainte.8

  • 9 «  Or, si ceux qui portent la barbe se trouvaient à côté de ce philosophe, ils subiraient le même t (...)

14Cette nostalgie et cette réprobation se doublent d’une pointe d’humour dans le commentaire9 suivant le récit – assez proche d’une nouvelle – qui en guise de digression prolonge la description des nouvelles modes, puis leur stigmatisation, dont il renforce l’efficacité. C’est donc à l’intérieur de sa chronique, dans un passage relevant de la «  chronique des mœurs  », qu’Anonimo Romano conjugue les genres pour donner plus de poids à son argumentation.

15Cette tendance à la synergie des genres dans le développement d’une thématique comme celle des modes vestimentaires est encore plus prononcée chez les auteurs florentins, dont l’attention pour cet aspect de la vie quotidienne est certainement liée à des raisons d’ordre économique, mais aussi politique et, sans aucun doute, à l’influence de la tradition culturelle et littéraire florentine.

  • 10 Cf. Giovanni Villani, Nuova Cronica, XIII, 4, in G. Porta (éd.), Nuova Cronica, Parma, Guanda, 1991 (...)

16Avant d’élargir mon discours à d’autres œuvres, je m’intéresserai à la Nuova Cronica de Giovanni Villani en commençant par le dernier texte10 qu’il consacre aux modes vestimentaires et qui se réfère à la même époque que le long passage d’Anonimo Romano évoqué plus haut.

  • 11 Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’Anonimo Romano se soit inspiré ici de la Nuova Cronica de Giovanni (...)

17Ce qui retiendra mon attention dans cette courte «  chronique des mœurs  » n’est pas la description détaillée des nouvelles fogge, somme toute assez semblable à celle d’Anonimo Romano11, mais la cause à laquelle Villani attribue ici ces nouveautés et l’effet qu’elles auraient produit.

  • 12 Dans la chronique de Giovanni Villani, les habitudes vestimentaires introduites par le duc d’Athène (...)

18Selon le chroniqueur, les responsables de l’introduction à Florence de ces modes extravagantes ne seraient pas, comme pour Anonimo Romano, tous les étrangers que ses concitoyens avaient pu côtoyer, mais plus précisément les Français qui avaient suivi le duc d’Athènes lors de son installation au pouvoir en 134212. C’est donc par l’influence de ces Français que les Florentins auraient abandonné leurs habitudes vestimentaires qui, comme le dit Villani, «  étaient les plus belles, les plus nobles et les plus honnêtes que celles de n’importe quelle autre population  ». De plus, ajoute le chroniqueur, les habits que les Florentins avaient délaissés «  ressemblaient aux toges des Romains  ». Encore plus qu’Anonimo Romano, Giovanni Villani, par ses remarques, fait preuve de sa fierté identitaire, la fierté du citoyen de l’une des villes les plus riches de l’Europe du xive siècle. Mais au-delà de la puissance économique de la Commune, ce sur quoi Villani insiste dans ce passage est surtout l’attachement des Florentins, et son propre attachement, aux origines romaines et républicaines de Florence.

19Ce texte offre une illustration de la manière dont un fait apparemment mineur est mis au service de l’idéologie communale florentine et de son assise mythique, qui sous-tendent toute la Nuova Cronica, comme le souligne d’ailleurs l’articulation entre la première partie de ce chapitre et la deuxième, celle que je viens de citer. Avant d’évoquer les nouvelles modes vestimentaires, Villani, en effet, cite les conseils que Robert d’Anjou, le roi de Naples, avait adressés à son neveu, le duc d’Athènes précisément, l’incitant à gouverner Florence dans le respect de ses institutions républicaines. Ainsi l’allusion aux prétendues fogge françaises, qui suit immédiatement, prend la valeur d’une preuve  : dès son installation au pouvoir, le duc d’Athènes a trahi l’esprit romain et républicain de Florence. En même temps, cette preuve est présentée comme le présage annonçant la fin de cette seigneurie, ainsi que Villani le dit en concluant son chapitre  : «  Et tout cela ne pouvait qu’annoncer un changement de régime dans un avenir prochain.  »

20D’ailleurs, l’exploitation que Villani fait ici du thème des fogge n’est pas un cas isolé. Dans les pages consacrées aux années 1326-1327, est évoquée la courte seigneurie d’un autre Français, Charles duc de Calabre, fils de Robert d’Anjou. Parmi les rares initiatives de ce seigneur rappelées par Villani figure l’allégement des lois somptuaires promulguées par les Florentins seulement deux ans auparavant. L’évocation de ce fait prend à nouveau le sens d’un exemplum symbolisant l’incompatibilité entre l’attitude seigneuriale du duc de Calabre et la tradition communale florentine, une tradition que le nouveau seigneur s’était pourtant engagé à respecter en ne modifiant ni les statuts républicains ni les lois voulues par les magistrats florentins.

21En dehors de ces deux passages, le thème des fogge est évoqué d’une façon significative à deux autres reprises. En consignant les événements de l’année 1330, qui suit de deux ans la mort du duc de Calabre et le rétablissement du régime communal, Villani rappelle la promulgation d’une nouvelle loi somptuaire et détaille minutieusement les ornements prohibés en insistant sur les raisons économiques, mais aussi morales qui, selon lui, l’auraient rendue nécessaire  :

  • 13 «  Per gli quali ordini la città di Firenze amendò molto delle disordinate spese e ornamenti a gran (...)

Par ces ordonnances, la ville de Florence mit un frein à bon nombre des dépenses et des ornements excessifs, pour le plus grand bien des citoyens, mais au grand dam des marchands de soieries et des orfèvres qui, pour leur profit, ne cessaient d’imaginer des ornements toujours nouveaux. Une fois adoptées, ces mesures furent louées par tous les Italiens  ; et si auparavant les femmes abusaient des ornements, elles furent obligées de se tenir à ce qui était convenable.13

22De cette façon, les «  égarements  » favorisés par la seigneurie du duc de Calabre sont enfermés dans une sorte de parenthèse délimitée par le rappel de deux lois de la Commune destinées à réglementer le luxe.

23Mais l’allusion aux fogge la plus intéressante est assurément la première qui figure dans la Nuova Cronica et que rien ne justifie en dehors de la volonté de connoter positivement une certaine époque. Ce passage se rapporte à l’année 1259, qui précède d’un an la défaite guelfe de Montaperti et la fin du gouvernement du Primo Popolo. Pour les Guelfes de Florence, dont Villani, la bataille de Montaperti marque la fin d’une période particulièrement florissante qui avait duré dix ans et qui dans leurs évocations se charge des traits mythiques d’un âge d’or de la Commune.

24C’est donc en se référant au temps du Primo Popolo que Villani introduit la description de la sobriété vestimentaire et des coutumes vertueuses des Florentins d’antan  :

  • 14 «  E nota ch’al tempo del detto popolo, e in prima, e poi a gran tempo, i cittadini di Firenze vive (...)

Notez qu’à l’époque de ce gouvernement, et même avant et longtemps après, les habitants de Florence vivaient sobrement s’accommodant d’une nourriture grossière, dépensaient avec mesure, leurs habitudes et leurs ornements n’étaient pas raffinés  ; les hommes et les femmes s’habillaient de gros drap et nombreux étaient ceux qui portaient une peau retournée sans doublure et un bonnet  ; tous chaussaient des houseaux et les femmes des souliers sans ornement […]14

  • 15 Paradis, XV, 97-129.
  • 16 Paradis, XV-XVII.
  • 17 L’association du thème des habitudes vestimentaires à la laudatio temporis acti, opposée à la stigm (...)
  • 18 Le caractère idéologique, et non moralisant, des prises de position de Villani dans les passages me (...)

25Ce passage s’inspire ouvertement des vers de la Comédie15 de Dante où Cacciaguida trace les contours d’un autre prétendu âge d’or de Florence, la première moitié du xiie siècle, l’époque des origines de la Commune. C’est toujours dans les chants consacrés à Cacciaguida16 que Dante propose aussi une nouvelle élaboration du mythe «  romain  » de Florence, liant ainsi le thème de la sobriété vestimentaire à l’évocation d’une époque heureuse où Florence était fidèle à ses origines et à sa vertu romaines17. Ainsi, c’est par l’intermédiaire de Dante et de sa poésie que le thème des fogge fait sa première apparition dans la chronique de Villani, où il est ensuite utilisé pour appuyer la vision politique que l’auteur entend affirmer18.

  • 19 De son propre aveu, Villani s’est servi de l’œuvre de Tite-Live dans sa pratique de l’écriture hist (...)

26Comme le montrent les passages mentionnés, les évocations de ce thème ont souvent un fondement historique, mais elles acquièrent aussi la valeur d’un topos dont, dans sa mise en forme littéraire de l’histoire, Villani se sert pour enrichir son texte des résonances mythiques et morales dont ce thème est déjà chargé dans la Comédie. C’est donc tout d’abord l’œuvre poétique de Dante qui a conféré une signification symbolique à l’évocation des habitudes vestimentaires, favorisant son introduction dans la culture littéraire florentine. Par la suite, grâce à l’autorité de la Comédie – et avec le concours du modèle de Tite-Live19 dans le cas de Villani – d’autres aspects de la réalité citadine pouvant s’inscrire dans la même thématique ont fait leur apparition dans une chronique florentine. Villani, en effet, est à ma connaissance le premier chroniqueur florentin à avoir traité des lois somptuaires et les chroniqueurs florentins sont les seuls à les avoir mentionnées, même si ce genre de lois était monnaie courante dans toutes les villes de la Péninsule, y compris Rome et Bologne.

27Après la rédaction de la Nuova Cronica, l’autorité de Villani s’ajoute ainsi à celle de Dante dans la diffusion à Florence du thème des fogge, qui connaîtra de nouvelles interprétations. Dans le domaine de l’écriture cronachistica, ce thème est repris tout d’abord par Antonio Pucci qui dans son Centiloquio en terza rima propose une version giullaresca de la chronique de Villani, se chargeant de diffuser la vision historique et la célébration de Florence proposées par ce dernier, tout en adaptant le contenu de ses cantari à un public plus populaire.

  • 20 «  E tale che non aveva nulla si trovò ricco, che non pareva che fusse suo, ed a lui medesimo parev (...)

28Parmi les auteurs de chroniques en prose, je citerai le cas de Marchionne di Coppo Stefani, qui me paraît intéressant. S’inspirant abondamment de Villani, Marchionne lui emprunte, entre autres, ses références aux lois somptuaires des époques du duc de Calabre puis du duc d’Athènes, pour ensuite se désintéresser presque totalement de cet aspect de la législation florentine, pourtant non négligeable. La seule référence aux lois somptuaires que cet auteur ajoute dans sa Cronaca fiorentina se rapporte à la fin de l’année 1348 et est précédée d’un long récit portant sur les ravages produits à Florence par la grande peste. S’éloignant de la manière de Villani, qui ne consacrait à ce genre d’événements qu’un bref compte rendu et des commentaires moralisants, dans le récit de la peste, Marchionne se rapproche résolument du modèle de Boccace, pour ensuite terminer sa narration par l’évocation d’une nouvelle catégorie de nantis  : les hommes et les femmes qui, à l’issue de l’épidémie, s’étaient retrouvés à la tête d’une fortune inespérée, qu’ils avaient héritée ou qu’ils s’étaient peut-être appropriée – dans son ironie, l’expression employée par Marchionne est suffisamment ambiguë pour qu’un doute plane sur les raisons de ces enrichissements inattendus20. L’enchaînement des rubriques laisse supposer que ce sont les excès vestimentaires de ces «  nouveaux riches  » que la nouvelle loi somptuaire mentionnée par Marchionne est destinée à réglementer.

29La catégorie sociale visée ici témoigne de l’évolution de Florence depuis l’époque de Villani, mais, d’un autre côté, l’ironie du commentateur semble garder la trace de la nouvelle source, le Décaméron de Boccace, à laquelle son écriture s’inspire dans ce passage. Par ailleurs, cette source est aussi à l’origine du recueil d’un contemporain de Marchionne, Franco Sacchetti, dont le Trecentonovelle, bien plus que ce passage de la Cronaca fiorentina – et encore plus que le Décaméron dont il est tributaire –, témoigne de l’attention toujours grandissante pour les fogge au fil des décennies.

30Dans le Décaméron, en effet, les seuls personnages dont la façon de s’habiller est prise véritablement pour cible à des fins satiriques sont les étrangers – juges (VIII, 5) ou médecins (VIII, 9) – qui s’installent à Florence. Le thème des fogge est alors mis à contribution pour affirmer une prétendue supériorité et une fierté toutes florentines.

  • 21 La nouvelle CXXXVII se réfère à l’année 1384, où Sacchetti était priore à Florence et où une nouvel (...)

31En revanche, l’optimisme florentin de Boccace s’estompe chez Sacchetti qui, par ailleurs, conjugue toutes les possibles exploitations de la thématique des fogge constatées jusqu’ici. En s’inspirant du Décaméron, il stigmatise l’inadéquation des magistrats étrangers en s’appuyant sur la description de leurs accoutrements ridicules (CXLV). Ailleurs (CXXXVII), le jeu intertextuel semble porter sur la page de la Cronica de Villani où celui-ci détaille minutieusement les termes de la loi somptuaire de 1330  : en s’inspirant peut-être de ce texte et certainement de la réalité21, Sacchetti met en scène un dialogue comique entre le magistrat étranger chargé de l’application d’une nouvelle loi somptuaire et les femmes florentines qui mettent tout en œuvre pour se soustraire à la rigueur de la loi.

32Mais d’un autre côté, Sacchetti se sert du thème des fogge aussi pour blâmer ses concitoyens  : dans le Trecentonovelle, les personnages qui se laissent abuser par des dehors étranges et qui, faisant grand cas des apparences, préjugent de la qualité de leurs antagonistes, sont avant tout des Florentins (XLII, CLXV, CXCIII). Et c’est encore la légèreté de ses concitoyens que l’auteur vise dans le discours moralisant développé autour des récits. Dans la moralité de la nouvelle CLXXVIII, la facilité avec laquelle les Florentins cèdent aux modes étrangères est élevée au rang de symbole d’une inconstance et d’une vanité qui les détournent des vraies valeurs.

33En ce qui concerne la nature de ces vraies valeurs, l’appréciation de Sacchetti peut varier d’une œuvre à l’autre, selon que sa condamnation de l’inconstance florentine s’exprime en prose ou en vers  : dans la moralité que je viens de mentionner, les vraies valeurs délaissées par les Florentins seraient celles qui assurent le salut éternel, tandis que dans le Libro delle Rime, et tout particulièrement dans la chanson CVII, la valeur qu’ils déserteraient est la virtus romaine, la vertu civique dont, eu égard à leurs origines, les Florentins devraient être les dépositaires. Mais dans un cas comme dans l’autre, la source dont Sacchetti, à l’instar de ses prédécesseurs, s’inspire en dernière instance c’est la Comédie de Dante, qui fait autorité aussi bien sur le plan spirituel que temporel.

34Ainsi, quelles que soient les représentations proposées par Sacchetti et quel que soit le type de discours qu’il y associe, son traitement du thème des fogge constitue, dans sa variété, l’interprétation la plus complète d’une tradition culturelle florentine où, depuis Dante et jusqu’à Boccace, ce thème est toujours associé à la volonté d’affirmer une certaine conception de l’esprit florentin. Cette conception varie selon les auteurs, les œuvres, les époques, l’évolution de la société, mais le thème des fogge demeure une constante dans la culture littéraire de Florence. Ce n’est donc pas étonnant que Sacchetti profite abondamment de ce thème dans une époque où la novitas que les nouvelles fogge symbolisent risque, selon lui, de s’installer durablement à Florence, à cause des Florentins eux-mêmes.

35À la fin du xive siècle, à une époque où les équilibres politiques sont en train de changer dans la Péninsule et où Florence doit faire face à une multiplication des conflits internes et externes, Sacchetti craint que ses concitoyens ne se laissent séduire par de nouvelles modes, mettant en péril l’esprit communal, voire l’existence même de la Commune. Ainsi, c’est à l’adresse des Florentins qu’il multiplie ses mises en garde et que, face aux incertitudes de son temps, il s’engage dans la diffusion d’un message où il use des images et de la panoplie d’arguments que la tradition a mis à sa disposition, pour opposer aux fogge étrangères celle qui est perçue comme la foggia fiorentina, à savoir le respect du bien commun, tout d’abord, et donc de l’esprit républicain de la «  fille de Rome  », mais aussi le respect des valeurs chrétiennes traditionnelles. Et cela dans le but de conjurer toute tentative d’affirmation individuelle et toute prévarication  : de la part des Grands, de la part du Popolo minuto et, plus généralement, de la part de tous ceux qui ne respectent pas l’ordre établi et contribuent à plonger Florence dans un désordre inquiétant.

Haut de page

Notes

1 «  MCCCLXXXX, una domenega de sira, che fo adì XXIII del mexe de genaro quasi circha la segonda hora de notte fono morti a mala morte e vulnerati Maestro Thomaxe de Tarienti doctore de medexina, e una soa mogliere, e uno so figliolo adoptivo lo quale ello salevava, forsi de etade de zinque agni o circha, e si gli ancixe uno so fante e fameglio, e si steteno tuti tri morti tutta quella notte, e tuto lo dì seguente che neguno nol sappe, puosa lo martidì che venne adì XXV de genaro preditto fono trovadi, e fono sepellidi, fatto lo ditto maleficio, lo fameglio preditto tolse certa quantitade de dinari del ditto maestro thomaxe e certe altre chose de chaxa, e scampò via  », cf. Pietro di Mattiolo, Cronaca bolognese, in Corrado Ricci (éd.), Cronaca bolognese di Pietro di Mattiolo, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1885, p. 19-20.

2 La Cronaca bolognese s’ouvre d’ailleurs par plusieurs listes résumant les événements marquants aux yeux de l’auteur  : la liste des personnalités décédées, celle des fléaux ayant frappé Bologne et sa région – événements météorologiques majeurs, tremblements de terre ou épidémies –, celle des exécutions capitales, suivies de l’enregistrement des événements politiques les plus notables, ainsi que de quelques faits mineurs.

3 Ce meurtre est mentionné dans presque toutes les chroniques florentines – à l’exception, remarquable, de quelques chroniques contemporaines –, ainsi que dans d’autres genres d’écrits comme, tout d’abord, la Comédie de Dante (Paradis XVI, 136-147), mais également le Centiloquio d’Antonio Pucci (1310-1388) – une version versifiée et giullaresca de la Nuova Cronica de Giovanni Villani – et aussi Il Pecorone, le recueil de nouvelles datant des années 1370-80 et que l’on doit à Ser Giovanni Fiorentino.

4 Cette représentation d’une cruauté toute particulière mériterait sans doute d’être comparée à Enfer, XII, le chant de la Comédie de Dante où sont évoqués les tyrans sanguinaires. Ici, s’adressant au Minotaure, Virgile désigne par la périphrase «  le duc d’Athènes  » Thésée, qui s’était rendu à la Crète pour apporter le tribut sacrificiel attendu par le Minotaure – 7 jeunes gens et 7 jeunes filles athéniens destinés à être dévorés – et qui en avait profité pour réaliser le projet de tuer ce monstre. S’il y avait un rapport entre ce chant et le passage de la chronique de Giovanni Villani, celui-ci se serait servi de ce rapprochement pour condamner à la fois le duc d’Athènes, le tyran sanguinaire soutenu par les Grands, et la foule déchaînée qui, perdant le contrôle de ses passions, demande elle aussi son tribut de sang. Cette double condamnation serait tout à fait en accord avec le point de vue modéré soutenu par Giovanni Villani.

5 Voir, par exemple, le récit que Villani fait de l’impressionnant «  déluge  » de 1333, en l’accompagnant des interprétations fournies par les savants et les théologiens de l’époque, ou le récit de l’inondation de 1345, rapportée à la fois par Villani et par Anonimo Romano avec son cortège d’interprétations.

6 Cf. Cronaca bolognese, éd. cit., p. 24-25.

7 Cf. ibid., p. 31-32.

8 «  In questo tiempo comenzao la iente esmesuratamente a mutare abito, sì de vestimenta sì della perzona. Comenzaro a fare li pizzi delli cappucci luonghi <…….> comenzaro a portare panni stretti alla catalana e collati, portare scarzelle alle correie e in capo portare capelletti sopre lo cappuccio. Puoi portavano varve granne e foite, come bene iannetti e Spagnuoli voco sequitare. Denanti a questo tiempo queste cose non erano, anche se radevano le perzone la varva e portavano vestimenta larghe e oneste. E se alcuna perzona avessi portata varva, fora stato auto in sospietto de essere omo de pessima rascione, salvo non fusse Spagnuolo overo omo de penitenza. Ora ène mutata connizione, che a deletto portano capelletto in capo per granne autoritate, varva foita a muodo de eremitano, scarzella a muodo de pellegrino. Vedi nova devisanza  ! E che più ène, chi non portassi capelletto in capo, varva foita, scarzella in centa, non ène tenuto cobelle, overo poco, overo cosa nulla. Granne capitagna ène la varva. Chi porta varva ène temuto  », cf. Anonimo Romano, Cronaca, IX, in Giuseppe Porta (éd.), Cronaca di Anonimo Romano, Milano, Adelphi, 1981, p. 42-43.

9 «  Or, si ceux qui portent la barbe se trouvaient à côté de ce philosophe, ils subiraient le même traitement que le roi  » («  Ora se questi, li quali portano la varva, staiessino a lato a questo filosofo, recìperano quello che recipéo lo re  », ibid., p. 44). Le philosophe et le roi sont les protagonistes de l’exemplum-nouvelle qui précède  : le roi a reçu un crachat dans sa barbe car, dans le palais royal, le philosophe n’a pas trouvé un autre lieu aussi dégoûtant pour cracher.

10 Cf. Giovanni Villani, Nuova Cronica, XIII, 4, in G. Porta (éd.), Nuova Cronica, Parma, Guanda, 1991, p. 619.

11 Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’Anonimo Romano se soit inspiré ici de la Nuova Cronica de Giovanni Villani.

12 Dans la chronique de Giovanni Villani, les habitudes vestimentaires introduites par le duc d’Athènes et sa cour sont élevées au rang de symbole du dévoiement moral – et surtout politique – imposé à la Commune par ce seigneur français. Au chapitre XIII, 8 (éd. Porta), parmi les mesures législatives adoptées par le duc d’Athènes dès son installation au pouvoir, Villani ne néglige pas de mentionner l’allégement des lois somptuaires promulguées précédemment par les magistrats florentins. D’autre part, on sait qu’à l’automne 1343, peu de temps après l’expulsion du «  tyran  » français, le nouveau gouvernement communal rédigea et promulgua la très longue Prammatica del vestire – que Villani n’évoque pas – destinée à prescrire dans le détail les normes vestimentaires auxquelles les Florentins devaient se conformer.

13 «  Per gli quali ordini la città di Firenze amendò molto delle disordinate spese e ornamenti a grande profitto de’ cittadini, ma a grande danno de’ setaiuoli e orafi, che per loro profitto ogni dì trovavano ornamenti nuovi e diversi. I quali divieti fatti, furono molto commendati e lodati da tutti gl’Italiani  ; e se le donne usavano soperchi ornamenti, furono recate al convenevole […]  ». Cf. Giovanni Villani, Nuova Cronica, XI, 151, éd. cit., p. 489.

14 «  E nota ch’al tempo del detto popolo, e in prima, e poi a gran tempo, i cittadini di Firenze viveano sobri, e di grosse vivande, e con piccole spese, e di molti costumi e leggiadrie grossi e ruddi  ; e di grossi drappi vestieno loro e loro donne, e molti portavano le pelli scoperte sanza panno, e colle berrette in capo, e tutti colli usatti in piede, e le donne fiorentine co’ calzari sanza ornamenti […].  » Cf. Giovanni Villani, Nuova Cronica, VII, 69, éd. cit., p. 130.

15 Paradis, XV, 97-129.

16 Paradis, XV-XVII.

17 L’association du thème des habitudes vestimentaires à la laudatio temporis acti, opposée à la stigmatisation des temps présents, n’appartient pas à la tradition cronachistica florentine, que Dante connaissait aussi bien que Villani et dont ce dernier aurait pu s’inspirer indépendamment de Dante. Ce sont des auteurs comme Virgile et Juvenal, mais aussi l’historien Riccobaldo da Ferrara, contemporain de Dante, qui ont fourni la matière du mythe élaboré par ce dernier dans Paradis, XV. Dans un passage de ses Historie, que Dante connaissait, Riccobaldo décrit la sobriété des coutumes de la Péninsule italienne à l’époque de Frédéric II en employant des termes et des images qui ne sont pas sans rappeler ceux de Paradis, XV. À ce sujet, voir Charles Twitchell Davis, L’Italia di Dante, Bologna, Il Mulino, 1988, p. 109-133 (titre original  : Dante’s Italy and Other Essays, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1984).

18 Le caractère idéologique, et non moralisant, des prises de position de Villani dans les passages mentionnés est souligné par le fait qu’il ne se montre pas toujours aussi ferme dans la condamnation des dépenses somptuaires. Dans un passage se référant à l’année 1282 (où fut institué le Priorato delle dodici arti et où, comme le dit Villani  : «  à Florence régnaient une paix et une tranquillité utiles aux marchands et aux artisans  ») le chroniqueur rappelle les célébrations prévues cette année-là pour la fête traditionnelle florentine de la Saint-Jean, détaillant les fortes dépenses, les banquets, les jeux, les bals et les divertissements offerts à la population tout entière et à tous les hôtes étrangers pendant la durée de deux mois, dans le but de célébrer la Commune florissante.

19 De son propre aveu, Villani s’est servi de l’œuvre de Tite-Live dans sa pratique de l’écriture historique (voir Nuova Cronaca, IX, 36, éd. Porta), mais aussi, sans doute, pour ses références aux lois somptuaires. Dans son Ab Urbe condita, Tite-Live consacre un long passage (XXXIV, 1-5) au débat autour de la Lex Oppia, la loi somptuaire dont les femmes romaines avaient demandé l’abrogation en 195 av. J.-C.

20 «  E tale che non aveva nulla si trovò ricco, che non pareva che fusse suo, ed a lui medesimo pareva gli si disdicesse  » («  Et tel individu qui ne possédait rien auparavant se retrouva à la tête d’une fortune qui semblait ne pas lui appartenir et qui semblait même ne pas lui correspondre  »). Cf. Marchionne di Coppo Stefani, Cronaca fiorentina, XXX, rub. 634, in Lodovico Antonio Muratori, Rerum italicarum scriptores, 1903, p. 232.

21 La nouvelle CXXXVII se réfère à l’année 1384, où Sacchetti était priore à Florence et où une nouvelle loi somptuaire venait d’être promulguée. Amerigo degli Amerighi da Pesaro, le protagoniste de cette nouvelle, est un personnage historique et des événements comparables à ceux qui font l’objet du récit de Sacchetti sont consignés dans un document déposé aux archives de la Grascia de Florence, voir Guido Biagi, Fiorenza fior che sempre rinnovella  : quadri e figure di vita fiorentina, Firenze, Battistelli, 1925, p. 90-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Gagliano, « Le fait divers et ses avatars au Moyen Âge »Arzanà, 15 | 2012, 43-57.

Référence électronique

Marina Gagliano, « Le fait divers et ses avatars au Moyen Âge »Arzanà [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.253

Haut de page

Auteur

Marina Gagliano

Marina Gagliano, maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle, est spécialiste de littérature italienne du Moyen Âge. Ses travaux portent avant tout sur les écrits florentins du xive siècle à Florence, entre « crise » du Moyen Âge et Humanisme naissant, notamment sur l’œuvre en prose et en poésie de Franco Sacchetti (entre autres, « Dante, Ridolfo da Camerino, Franco Sacchetti : portraits enchaînés », in Figure, figures, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2002 ; « La guerre des Huit Saints : Sacchetti et la transition humaniste », in Arzanà. Cahiers de littérature médiévale italienne, Presses Sorbonne nouvelle, 2005).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search