Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Quelques remarques sur l’amitié d...

Quelques remarques sur l’amitié dans le Décaméron

La nouvelle de Tito et Gisippo (X, 8)
Alcune osservazioni sull’amicizia nel Decameron. la novella di Tito e Gisippo (X, 8)
Mathias Schonbuch
p. 245-256

Résumés

Même si la glorification de l’amitié n’est pas un thème central du Décaméron, elle en est néanmoins une composante essentielle, comme le montrent, en particulier, les deux nouvelles successives de la dixième journée (X, 8 ; X, 9) qui l’illustrent de manière aussi programmatique que différente, mais qui s’inscrivent aussi à l’intérieur d’un ensemble plus vaste sur le thème de l’amour (X, 7 et X, 10). Les dernières nouvelles réellement exemplaires du recueil sont bien la X, 8 et la X, 9, qui reconnaissent l’amitié comme valeur suprême des rapports entre individus, supérieure à tout autre lien humain. L’amitié de Tito et Gisippo (X, 8) est, à cet égard, une mise en avant des codes du passé qui creuse le décalage d’avec la société contemporaine.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’amitié qui s’instaure entre le boulanger Cisti et le notable messire Geri Spina, à la fin de la nouvelle VI, 2 du Décaméron, a pu être interprétée comme un signe d’ouverture propre à la société florentine du xive siècle. Certes, la nouvelle se termine par le mot amico, et présente l’amitié comme un aboutissement, auquel les deux hommes sont parvenus au terme d’une relation qui vaut mise à l’épreuve mutuelle, mais il faut sans doute modérer l’étendue de cette amitié, qui se trouve relativisée par les termes mêmes qu’emploie Boccace : « sempre poi per da molto l’ebbe e per amico » (§ 30). L’expression l’ebbe (« le considéra comme »), tout en affirmant l’amitié, modère en effet la portée de cette relation, la rabaissant à un semblant d’amitié, sur les modalités de laquelle nous n’avons pas d’autre précision, l’objet de la nouvelle étant du reste de rapporter un mot d’esprit.

2En revanche, le thème de l’amitié est abordé dans le Décaméron dans deux nouvelles successives de manière programmatique, la X, 8 et la X, 9, et il y est traité de manière différente puisque l’on voit à l’œuvre dans la première la puissance de l’amitié, alors que dans la seconde Boccace insiste davantage sur la manière d’acquérir un nouvel ami, en l’occurrence prestigieux.

  • 1 Voir C. Perrus, Libéralité et munificence dans la littérature italienne du Moyen Âge, Pisa, Pacini (...)

3Ces deux nouvelles sur l’amitié sont mises en perspective dans la mesure où elles s’inscrivent à l’intérieur d’un ensemble plus vaste : elles sont en effet encadrées par deux nouvelles sur le thème de l’amour (X, 7 et X, 10). De la nouvelle X, 7 à la nouvelle X, 10 sont présentés des liens de fidélité et d’amitié indéfectible qui surmontent les obstacles que sont les différences de condition sociale (X, 7 et X, 10), la rivalité amoureuse (X, 8) et même militaire (X, 9). Cet ensemble de quatre nouvelles s’insère à son tour dans le thème général de la journée, qui porte sur le récit de l’accomplissement de choses merveilleuses1.

  • 2 Voir J. Follon et J. McEvoy, Sagesses de l’Amitié II, Éditions universitaires de Fribourg, Suisse, (...)

4À considérer l’ensemble de la journée, on voit que le thème de l’amour est abordé dès la nouvelle X, 6, avec le contre-exemple du roi Charles, dont l’amour est orienté « vers le bas »2, et indécent en ce que l’objet de son désir sont les deux filles de son hôte.

5Acceptable sous certaines conditions, ou au moins compréhensible et transformé dans ses modalités, est en revanche l’amour de Lisa pour son seigneur, le roi Piero (X, 7), compréhensible par le lecteur et compris par le souverain – même si, bien sûr, les interdits sociaux empêchent l’accomplissement concret de son amour, qui subit une sublimation et une réalisation d’ordre symbolique au moyen d’une modification à la fois de sa nature et de son objet, ce qui évite toute transgression des règles sociales. De plus, nous sommes ici dans le registre élevé, destiné précisément à racheter les nombreux adultères du Décaméron. Le thème y est encore celui de l’amour, que Boccace ne confond donc pas avec l’amitié, mais que subtilement le roi Piero a réussi à faire glisser vers la chasteté :

vogliamo che colui prendiate per marito che noi vi daremo, intendendo sempre, non obstante questo, vostro cavaliere appellarci senza più di tanto amor voler da voi che un sol bascio (§ 38).

6Puis, en présence de son épouse et des parents de la jeune femme :

presole con amenduni le mani il capo le basciò la fronte (§ 47).

7Grâce à ce glissement, Lisa devra donc opérer une distinction entre amour comme désir, attraction, aspiration (qui devra nécessairement rester tel) et amour conjugal. Le désir à l’égard du roi, privé de toute possibilité d’assouvissement, laisse place à un assujettissement mêlé d’une admiration sans faille. Et c’est par cette attitude qui consiste à être « tout à l’autre » que l’on pourra rapprocher l’amour de Lisa de l’amitié qui lie Tito et Gisippo.

8D’un point de vue structurel, on peut aussi rapprocher d’un côté les nouvelles X, 7 et X, 9, où les protagonistes acquièrent l’amitié d’un roi, et de l’autre les nouvelles X, 8 et X, 10, qui développent l’aspect sacrificiel puisqu’elles montrent jusqu’où peut aller la fidélité, de l’amitié d’abord et de l’amour conjugal ensuite. Dans la X, 10 en effet, Griselda surmonte les épreuves nécessaires pour mériter la confiance de son mari, pour qu’il y ait égalité et donc possible « amitié » entre le mari et la femme, qui est, de surcroît, de condition inférieure.

9La position en fin de recueil et, surtout, la solennité des nouvelles qui y sont présentées (récits dramatiques à fin heureuse) mettent en valeur les nouvelles de la dixième journée, que Boccace nous invite à lire à travers le prisme d’une progression ascensionnelle, par la compétition qu’il met en scène entre ses dix narrateurs, reprenant en cela le schéma des récits du Filocolo.

10Ces cas extrêmes, à la suite desquels la surenchère des commentaires de chaque narrateur organise une hiérarchie, offrent l’exemple d’une amitié qui va jusqu’à l’abnégation et au sacrifice. L’amitié doit surpasser la passion amoureuse (X, 8), mais céder sa place devant l’amour conjugal (X, 9), dans la mesure où messire Torello quitte son nouvel ami pour retrouver son épouse. Enfin, l’abnégation, l’oubli de soi pour l’autre préparent le terrain au renoncement sacrificiel de Griselda (X, 10).

11Grâce au thème de la dixième journée, Boccace prend de la hauteur par rapport aux nouvelles (notamment de tromperie) qui occupent la plus grande part du Décaméron, et qui apparaissent ainsi comme un divertissement temporaire d’autant plus acceptable qu’il est clos, telle une parenthèse, par une série de nouvelles sérieuses. Cette structuration de l’œuvre, qui conditionne aussi le cheminement de l’esprit du lecteur, correspond du reste au chemin accompli par les dix jeunes gens de la brigata, bientôt prêts à rentrer à Florence. Mais attention aux excès de zèle sur le chemin de la vertu, semblent nous dire dans la dernière nouvelle les commentaires de Dioneo, qui n’incitent à imiter ni Gualtieri (X, 10, 3) ni Griselda (§ 69). Dans ce parcours dessiné par le Décaméron, les dernières nouvelles réellement exemplaires sont donc bien la X, 8 et la X, 9, qui reconnaissent l’amitié comme valeur suprême des rapports entre individus, supérieure à tout autre lien humain :

Quali stati, quai meriti, quali avanzi avrebbon fatto Gisippo non curar di perdere i suoi parenti e quei di Sofronia, non curar de’ disonesti mormorii del popolazzo, non curar delle beffe e degli scherni per sodisfare all’amico, se non costei [l’amistà] ? (X, 8, 115).

  • 3 «  seco stesso disse di volere esser più che mai amico del Zeppa, quando volesse  » (VIII, 8, 29).

12Ainsi, même si la glorification de l’amitié n’est pas un thème central du Décaméron, elle en est néanmoins une composante essentielle. L’amitié indéfectible, comme les autres vertus célébrées au cours de la dixième journée, ne rachète pas seulement les adultères, mais aussi les récits où la passion amoureuse supplante les liens d’amitié. Qu’il suffise de citer en particulier la nouvelle II, 7 où, pour l’amour d’Alatiel, entre autres trahisons, un homme tue son frère (§ 35) et un prince est tué par un « amico e parente » (§ 48), ou encore la nouvelle VIII, 8, où chacun des deux jeunes gens qui s’aiment pourtant « come se stati fosser fratelli » (§ 5) n’en abuse pas moins de l’épouse de l’autre. Il est à noter cependant que dans cette nouvelle, une fois vengé l’épisode de la trahison, l’amitié est rétablie et même accrue3 grâce une communauté de mœurs qui voit la mise en commun des conjoints (§ 35). Zeppa et Spinelloccio n’ont ainsi renoncé ni à l’amitié, ni à l’amour. Cette communauté de biens extrême entérine et résout pacifiquement au profit de l’amitié un état de fait qui est issu d’une transgression. Il nous semble que cet état de fait paraît au lecteur d’autant plus acceptable que notre auteur exclut des circonstances la préméditation de ses personnages : contrairement à la décision commune de Tito et Gisippo, qui fait suite à une longue discussion, la décision de Zeppa et Spinelloccio ne résulte pas, en effet, d’un accord préalable initial, même si elle est la conséquence d’un désir inavouable préexistant et finalement dévoilé.

13Dans un autre registre, celui du Teseida, qui retrace en réalité davantage l’histoire d’Arcita et Palemone que l’épopée de Thésée, les deux amis luttent à mort pour l’amour d’Emilia, à laquelle aucun des deux n’est prêt à renoncer : « Questa non è l’amistà ch’io credea / aver di te, poi sì palesemente / un don mi nieghi il quale i’ ti chiedea » (V, 43, 1-4). En définitive, au niveau structurel, on peut considérer que chacun des deux amis obtiendra la jeune femme désirée, l’un grâce à sa victoire au combat, l’autre dans un deuxième temps, par la mort « accidentelle » de l’ami victorieux après le combat.

  • 4 C’est ce qui faisait hésiter Athis à se marier  : cf. Li Romans d’Athis et Procelias, édition du ma (...)

14Chez Tito et Gisippo aussi, un même désir vient éprouver l’amitié, mais celle-ci ne subit aucune faille ni transgression. Leur vie commune finale n’implique pas le partage des épouses mais accroît l’intimité, les deux amis presque frères devenant alors beaux-frères par l’inclusion de Gisippo dans la famille de Tito. Gisippo, qui avait renoncé à sa promise au profit de Tito, épouse en effet la sœur de son ami. Ainsi, le mariage, qui théoriquement éloigne les amis4, permet dans cette nouvelle de les rapprocher encore davantage.

15Le désir amoureux, qui régnait en maître dans de nombreuses nouvelles du Décaméron, est ici relégué – difficilement – au second rang, par un renoncement volontaire, motivé non seulement par l’amitié, mais aussi par le risque de mort qui pèse sur Tito : « senza indugio diliberò la vita dello amico più che Sofronia dovergli esser cara » (X, 9, 24). La trahison, que l’on voyait à l’œuvre dans les nouvelles d’adultère, touche cette fois la promise, trompée par ses deux prétendants sur l’identité de son véritable mari.

16Après le départ pour Rome d’un Tito triomphant, le récit est relancé par l’asymétrie de la situation des deux amis : Gisippo, qui a volontairement renoncé à l’amour, ne parvient pas à trouver l’apaisement malgré le bonheur de son ami. Il sombre au contraire dans la déchéance. Son sort est d’errer tristement, « non solamente povero ma mendico » (§ 91), et il ne trouve son salut que grâce à l’apparition in extremis d’un personnage providentiel : la sœur de Tito.

17Cette deuxième partie de la nouvelle, qui voit Tito proposer de sacrifier sa vie pour sauver son ami, rachète un récit comme celui de la nouvelle IX, 4, que l’on pourrait nommer la nouvelle de la mauvaise amitié. Les deux protagonistes y portent le même prénom, Cecco, mais cette ressemblance extérieure n’en fait pas pour autant de vrais amis. Boccace nous précise :

quantunque in molte altre cose male insieme di costumi si convenissero, in uno, cioè che ammenduni li loro padri odiavano, tanto si convenieno, che amici n’erano divenuti e ispesso n’usavano insieme (IX, 4, 5).

18Le jeu conduit ensuite l’un des deux à voler l’autre. Tout à l’opposé du vol, c’est bien le don qui permet à Tito et Gisippo, ces deux personnages dont l’âme est si proche, de matérialiser leur fusion intellectuelle par un rapprochement spatial. L’amitié parfaite suppose en effet la déclaration d’une communauté de biens, et se trouve scellée par celle-ci :

primieramente con lui ogni suo tesoro e possessione fece comune e Gisippo […] con la sua Fulvia, e Tito con la sua Sofronia, sempre in una casa gran tempo e lietamente vissero, più ciascun giorno, se più potevano essere, divenendo amici (X, 8, 109-110).

19Le même idéal de partage et de vie commune entre amis se retrouve dans la nouvelle X, 9 : « Messer Torello, […] voi qui siate il signore » (§ 58) et « Sarebbemi stato carissimo, poi che la fortuna qui v’aveva mandato, che quel tempo, che voi e io viver dobbiamo, nel governo del regno che io tengo parimente signori vivuti fossimo insieme » (§ 73).
Comme l’a remarqué M.-M. Castellani :

  • 5 Ibid., p. 100.

L’amitié étant donc toujours en danger, il est nécessaire de l’affirmer par des signes éclatants, par exemple le partage systématique des biens, signe social visible de cette volonté d’être de la même famille, ou de la même terre, mais aussi de l’éprouver constamment5.

  • 6 Voir Aristote sur l’amitié conjugale, et la glose de Nicolas Oresme in J. Follon et J. McEvoy, op.  (...)
  • 7 Voir J. Follon et J. McEvoy, op. cit., p. 283.

20Cette communauté de biens se rapproche de la communauté de vie entre époux6, et c’est dans cette perspective que le marquis de Saluzzo (X, 10), par une série de mises à l’épreuve dans la durée, entend juger si son épouse est moralement digne de bénéficier de cette communauté de vie que lui offre d’emblée le mariage7.

  • 8 «  La donna e l’anella e la corona avute dal nuovo sposo quivi lasciò e quello che della coppa avev (...)

21Le partage des biens est matériellement concrétisé par le don de ce qu’il y a de plus intime : le vêtement. Le marquis de Saluzzo fait se dénuder Griselda pour la revêtir des vêtements qu’il lui donne. Pour les amis, cet acte, qui pérennise leur réjouissance (maravigliosa festa, X, 8, 108 ; festa grande, X, 9, 59), est effectué comme un rituel symbolique marquant une promotion sociale qui sera parachevée lors de la reconnaissance publique que constitue le mariage. Tito redonne à Gisippo des habits dignes de son rang : « rivestitolo e ritornatolo nell’abito debito alla sua vertù e gentilezza » (X, 8, 109). Et dans la nouvelle X, 9, après que Saladin a reconnu messire Torello : « E fattasi la festa insieme grande, di reali vestimenti il fé vestire » (§ 59). Même lors de son « remariage »8 avec son épouse, messire Torello est habillé par son royal ami, qui le dote copieusement et va jusqu’à faire préparer et garnir son lit.

22Le mariage marque en même temps la séparation des amis, si bien que le vêtement donné, qui permet de maintenir le lien affectif, se substitue à la présence de l’ami et prend dès lors la valeur d’un « objet transitionnel », à la manière des enseignes de Lisa portées par le roi Piero (X, 7, 48). Dans la nouvelle X, 8, les deux amis offrent encore davantage une « partie d’eux-mêmes », un bien encore plus cher dans la mesure où le don n’est pas seulement matériel et financier, mais aussi « physique » puisqu’il concerne la promise dans le cas de Gisippo, puis la sœur, dans le cas de Tito.

  • 9 «  senza alcun fallo Filomena, in ciò che dell’amistà dice, racconta il vero e con ragione nel fine (...)
  • 10 D. Radcliff-Umstead, «  Boccaccio’s adaptation of some latin sources for Decameron  », Italica, XLV (...)
  • 11 L. DiFrancia, «  Alcune novelle del Decameron illustrate nelle fonti  », GSLI, XLIV, 1904, en part (...)
  • 12 La version courte Li romans d’Athis et Procelias a été publiée par M.-M. Castellani, op. cit..
  • 13 Petrus Alfonsi, Disciplina clericalis, trad. et notes de J.-L. Genot-Bismuth, Paris, éd. de Paris, (...)
  • 14 On peut désormais lire et comparer ces différentes versions sur http://www.unige.ch/lettres/mela/re (...)

23La présence d’éléments symboliques est sans doute liée au caractère exemplaire et moralisateur de la nouvelle X, 8, dont se défend pourtant Boccace (X, 9, 3-4)9. En effet, comme le montre notamment Douglas Radcliff-Umstead10, à la suite de Letterio Di Francia11, Boccace l’a composée en s’inspirant à la fois du roman français en vers Athis et Prophilias12 d’Alexandre de Bernay et de sa source, qui n’est autre que le deuxième exemplum de la Disciplina clericalis de Pierre Alphonse. La Disciplina clericalis13 a été traduite en français sous le titre de Descepline de Clergie, a également été adaptée en vers (Fables Pierre Aufons et Chastoiement d’un père à son fils14) et a donné lieu à différentes adaptations que rappelle Vittore Branca, à son tour, dans son édition du Décaméron. Relevons simplement ici qu’à la fin de l’exemplum, l’ami rentre chez lui alors que, dans le Décaméron, Gisippo reste à Rome. Le critique signale de nombreuses autres références parmi les sources possibles, auxquelles nous pouvons encore ajouter des points de contact avec le roman du xiiie siècle Ami et Amile, et avec l’histoire de Démétrius et Antiphile dans le Toxaris de Lucien de Samosate, essentiellement pour la deuxième partie.

24Les deux parties qui composent la nouvelle sont déjà présentes dans la Disciplina clericalis, et cette bipartition très nette qui structure la nouvelle, même si elle peut apparaître comme un défaut d’unité, est en réalité inhérente à la thématique, et au caractère démonstratif de la nouvelle, puisque cette symétrie est destinée à montrer la réciprocité de l’amitié. Au nom de l’amitié, Gisippo renonce à épouser Sofronia, et dans la deuxième partie, Tito est prêt à sacrifier sa vie, en se dénonçant pour disculper son ami du crime dont il s’accuse. Les fils des deux récits se relient néanmoins à la fin de la nouvelle, qui voit la compensation du sacrifice de Gisippo lorsque son ami lui donne sa sœur pour épouse (una sua sorella giovinetta […] gli diè per moglie, § 109). On remarque qu’au début de la nouvelle déjà, Gisippo n’avait pas séduit mais s’était vu attribuer Sofronia pour épouse, sans être emporté par la passion amoureuse : « il confortarono a tor moglie : e trovarongli una giovane […] » (§ 10). Ainsi, le renoncement de Gisippo ne sacrifie pas une passion comparable à celle qu’éprouve Tito :

  • 15 Il est dit également que Gisippo est épris «  più temperatamente  » (X, 8, 24).

Egli è il vero che Sofronia è mia sposa e che io l’amava molto e con gran festa le sue nozze aspettava ; ma per ciò che tu, sì come molto più intendente di me, con più fervor disideri così cara cosa come ella è […] (§30)15.

25Il y a donc lieu de relativiser le discours conclusif grandiloquent de Filomena sur l’amitié (§111-119, 378 mots) :

Quale amore, qual richezza, qual parentado avrebbe il fervore, le lagrime e’ sospiri di Tito con tanta efficacia fatte a Gisippo nel cuor sentire, che egli per ciò la bella sposa gentile e amata da lui avesse fatta divenir di Tito, se non costei [l’amistà] ? Quali leggi, quali minacce, qual paura le giovenili braccia di Gisippo ne’ luoghi solitari, ne’ luoghi oscuri, nel letto proprio avrebbe fatto astenere dagli abbracciamenti della bella giovane, forse talvolta invitatrice, se non costei ? […] (§113-114).

  • 16 § 10-89, soit 4 643 mots pour la première partie, et § 90-110, soit 1 027 mots pour la deuxième.

26Par ailleurs, les deux parties de la nouvelle ne sont pas également développées. Le récit de la première partie proprement dite, sans l’introduction, comprend 79 paragraphes alors que la deuxième partie en compte quatre fois moins16. Les discours hyperboliques et hypertrophiés de Tito et Gisippo, qui reflètent en détail leurs tourments psychologiques sont en effet concentrés dans la première partie. L’insistance sur cette première partie tend à valoriser le sacrifice pourtant moindre de Gisippo. Néanmoins, ces longues tirades ne trouvent pas de place dans le résumé initial, qui est un concentré d’actions, où seule compte l’issue des interminables tergiversations larmoyantes, réduites à un antefatto :

Sofronia, credendosi esser moglie di Gisippo, è moglie di Tito (§1).

27En procédant de la sorte, Boccace montre qu’il insère ces présentations de modèles vertueux dans une dynamique de récit. Ainsi, paradoxalement, la rubrique de présentation, où il n’est nullement question d’amitié, a pour sujet initial Sofronia, alors que dans la nouvelle elle n’est qu’objet. En revanche, sont évoqués les personnages tiers qui permettent d’obtenir une fin heureuse : l’épouse de Gisippo, le vrai meurtrier qui se dénonce et Octavien qui gracie les trois hommes.

28Même si cette issue inespérée est loin d’être vraisemblable, la question de la vraisemblance ne se pose évidemment pas en ces termes. Les deux récits sont donnés en exemple, et l’heureux dénouement est donné comme la conséquence logique d’une pratique vertueuse exemplaire. Les louanges des membres de la brigata vont uniquement à la « magnifica gratitudine di Tito » (X, 9, 2), compensant peut-être aussi la moindre longueur de la deuxième partie.

  • 17 J.-L. Genot-Bismuth fait même remonter les origines de ce récit à une tradition antérieure in op ci (...)

29Quoi qu’il en soit, les auteurs, de Pierre Alphonse17 à Boccace, soulignent le caractère exceptionnel d’une amitié de cette qualité, qui n’est plus de ce monde. C’est le sens de la conclusion de Filomena :

Santissima cosa adunque è l’amistà […], li cui sacratissimi effetti oggi radissime volte si veggiono in due, colpa e vergogna della misera cupidigia de’ mortali, la qual solo alla propria utilità riguardando ha costei fuor degli estremi termini della terra in essilio perpetuo rilegata (X, 8, 111-112).

30Boccace rend donc d’autant plus vraisemblable cette amitié qu’elle est située dans une antiquité gréco-latine idéalisée, peuplée de philosophes rhéteurs, qu’il n’a nullement cherché à actualiser.

  • 18 «  non so quale idio dentro mi stimola e infesta a doverti il mio peccato manifestare  » (X, 8, 105 (...)

31Néanmoins, la nouvelle n’est pas un texte philosophique sur l’amitié, mais bien une démonstration de ses vertus. Nous pouvons percevoir un certain optimisme boccacien dans la différence de traitement du récit par rapport à ses sources : le meurtier qui se dénonce est touché par une sorte de grâce divine18 qui a rendu communicatifs la générosité et l’oubli de soi, alors que, dans la Disciplina clericalis, il se dénonçait par crainte d’un châtiment divin, et que les coupables d’Athis et Prophilias étaient retrouvés et dénoncés.

32En outre, Boccace se focalise davantage sur son thème : dans la Disciplina clericalis, les deux amis se connaissent tout d’abord par courrier et sont deux marchands ; Tito et Gisippo, comme Athis et Prophilias, sont plus jeunes mais, contrairement aux héros du très prolixe Alexandre de Bernay, ne prennent consistance qu’avec le début de leur amitié. Les descriptions sont limitées aux deux amis et à leurs actes, et il n’y a pas même de description physique de Sofronia. La mention de ses qualités suffit à justifier l’effet qu’elle produit chez Tito. Et alors que Boccace écrit simplement « di Sofronia ricordandosi », le poète normand décrit en détail ces images :

  • 19 Cité par L. Di Francia, op. cit., p. 38.

Et son gent cors muult avenant, / son doulz ragars et son cler vis, / sa belle bouche et son biaul ris, / Ses biaulz chevolz et son gent cors (v. 620-630)19.

33En somme, pour répondre à la question de l’originalité que posait L. Di Francia dans son article, si nous voulons tirer des conclusions générales et non sur quelques points concernant l’inventio des différents récits, nous pouvons dire qu’il y a dans la nouvelle, par rapport à l’exemplum, à la fois la caractérisation et une justification des motivations psychologiques des personnages et, par rapport au roman, la tentative d’éviter les digressions.

34Ainsi, la partie concernant la naissance de l’amitié se trouve contenue dans les limites de l’introduction, et n’est pas l’objet de la nouvelle. L’amitié est une donnée de départ. Il paraît en effet évident à Boccace que l’égalité d’âge, de statut social, de formation, en plus de l’intimité fraternelle, s’il est vrai qu’elle suscite aussi une émulation qui confine à la rivalité, débouche sur une amitié que notre auteur, par la superposition de tous ces facteurs, s’efforce dès le départ et en quelques mots de décrire comme indéfectible, extrême, en un mot : exemplaire. C’est l’exemplarité des personnages de Tito et Gisippo qui donne à la nouvelle son allure de démonstration. De la même manière, leurs discours si empreints de scolastique, qui explorent les limites de l’argumentation en renversant les points de vue ordinaires jusqu’au paradoxe, apparaissent sans aucun doute artificiels, mais permettent d’illustrer parfaitement une force de caractère exceptionnelle.

35Il est vrai que, par définition, le caractère extrême de leur personnalité rend difficile l’identification du lecteur : ces personnages de la dixième journée sont des modèles idéaux, à imiter, plus que des miroirs dans lesquels se reconnaître et sont, partant, moins crédibles, moins vraisemblables et moins « humains », mais bien plus héroïques. Et la nouvelle, même si elle n’est généralement pas présentée comme caractéristique du style boccacien, n’est pas pour autant moins « réussie » que d’autres, mais elle a forcément un parti pris différent.

36Ce récit, en effet, n’est pas emblématique de la nouveauté décaméronienne qui privilégie une localisation dans la Toscane contemporaine de ses premiers lecteurs. La variété de ton et de style du Décaméron naît précisément de l’insertion de ce type de tesselles pour former sa mosaïque. Ici, la nouvelle est exceptionnellement située dans le monde antique et Boccace se réfère explicitement à une tradition pluriséculaire. Le canevas est une démonstration exemplaire qui illustre la lutte entre la passion amoureuse et la force de l’amitié. Or, ce combat psychologique des personnages donne lieu à de si nombreuses effusions de pleurs qu’au terme de la lecture, il apparaît que Boccace a mis l’exemplum au service d’un récit sentimental.

37L’amitié de Tito et Gisippo pourrait apparaître comme une sorte d’anachronisme, de retour en arrière, mais elle est plus exactement une mise en avant des codes du passé. Cette amitié, déjà en décalage dans la société contemporaine de Boccace, apparaît comme un des modèles idéaux qui peuplent le paradis perdu que forme la dernière journée du Décaméron.

Haut de page

Notes

1 Voir C. Perrus, Libéralité et munificence dans la littérature italienne du Moyen Âge, Pisa, Pacini editore, 1984.

2 Voir J. Follon et J. McEvoy, Sagesses de l’Amitié II, Éditions universitaires de Fribourg, Suisse, 2003, p. 319 et André le Chapelain, De Amore  : Trattato d’amore, S. Battaglia (éd.), Roma, Perrella, 1947.

3 «  seco stesso disse di volere esser più che mai amico del Zeppa, quando volesse  » (VIII, 8, 29).

4 C’est ce qui faisait hésiter Athis à se marier  : cf. Li Romans d’Athis et Procelias, édition du manuscrit 940 de la bibliothèque municipale de Tours, publié par M.-M. Castellani, Paris, Champion, 2006.

5 Ibid., p. 100.

6 Voir Aristote sur l’amitié conjugale, et la glose de Nicolas Oresme in J. Follon et J. McEvoy, op. cit., p. 479-480.

7 Voir J. Follon et J. McEvoy, op. cit., p. 283.

8 «  La donna e l’anella e la corona avute dal nuovo sposo quivi lasciò e quello che della coppa aveva tratto [l’anneau que Torello y avait caché] si mise e similmente la corona mandatale dal soldano  : e usciti della casa dove erano, con tutta la pompa delle nozze infino alla casa di messer Torel se n’andarono  » (X, 9, 111  ; nous soulignons).

9 «  senza alcun fallo Filomena, in ciò che dell’amistà dice, racconta il vero e con ragione nel fine delle sue parole si dolfe lei oggi così poco da’ mortali esser gradita. E se noi qui per dover correggere i difetti mondani o pur per riprendergli fossimo, io seguiterei con diffuso sermone le sue parole  ; ma per ciò che altro è il nostro fine, etc.  » (nous soulignons).

10 D. Radcliff-Umstead, «  Boccaccio’s adaptation of some latin sources for Decameron  », Italica, XLV, n. 2, 1968, p. 180-182.

11 L. DiFrancia, «  Alcune novelle del Decameron illustrate nelle fonti  », GSLI, XLIV, 1904, en part. p. 33-56  ; voir aussi M. Landau, Die Quelle des Dekameron, Stuttgart, 1884.

12 La version courte Li romans d’Athis et Procelias a été publiée par M.-M. Castellani, op. cit..

13 Petrus Alfonsi, Disciplina clericalis, trad. et notes de J.-L. Genot-Bismuth, Paris, éd. de Paris, 2001.

14 On peut désormais lire et comparer ces différentes versions sur http://www.unige.ch/lettres/mela/recherche/disciplina.html

15 Il est dit également que Gisippo est épris «  più temperatamente  » (X, 8, 24).

16 § 10-89, soit 4 643 mots pour la première partie, et § 90-110, soit 1 027 mots pour la deuxième.

17 J.-L. Genot-Bismuth fait même remonter les origines de ce récit à une tradition antérieure in op cit., p. 208, n. 40.

18 «  non so quale idio dentro mi stimola e infesta a doverti il mio peccato manifestare  » (X, 8, 105).

19 Cité par L. Di Francia, op. cit., p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Schonbuch, « Quelques remarques sur l’amitié dans le Décaméron »Arzanà, 13 | 2010, 245-256.

Référence électronique

Mathias Schonbuch, « Quelques remarques sur l’amitié dans le Décaméron »Arzanà [En ligne], 13 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/arzana/582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.582

Haut de page

Auteur

Mathias Schonbuch

Mathias Schonbuch est maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Rouen. Ses recherches portent sur l’écriture de l’oralité, notamment dans la littérature médiévale italienne. Il s’intéresse également à la diffusion de Boccace en France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search