Navigation – Plan du site

Brigitte de Suède et Alfonso de Jaén

Une « amitié spirituelle » à la fin du XIVe siècle
Santa Brigida di Svezia e Alfonso di Jaén. Un’«amicizia spirituale» alla fine del XIV secolo
Giulia Puma
p. 329-364

Résumés

Par « amitié spirituelle », on entend au Moyen Âge l’unisson des amis dans l’amour du Christ, et le monastère est le lieu le plus propice à son éclosion. Or, qu’en est-il d’une amitié mixte, entre une femme et un homme ? Les mots employés par sainte Brigitte de Suède (1303-1373) dans ses Révélations pour décrire son rapport à son dernier confesseur, Alfonso de Jaén (1329-1389), constituent des documents précieux pour la connaissance de l’amitié mixte à la fin du XIVe siècle. Ils se rencontrent à Rome en 1368, puis, durant l’été 1370, séjournent ensemble auprès du pape. Alfonso sert à la fois à Brigitte de confesseur et d’interprète lors de son entrevue avec Urbain V visant à le persuader de rentrer d’Avignon à Rome. Alfonso a une très bonne connaissance du latin, ce qui conduit Brigitte à rendre encore plus étroite leur collaboration. Elle reçoit plusieurs révélations où Marie d’abord et le Christ ensuite lui ordonnent explicitement de confier à l’ermite espagnol le travail de révision et de publication des Révélations. Brigitte est ainsi la dépositaire de la parole divine, et Alfonso le récipiendaire de ce précieux trésor. Le Christ fait même d’Alfonso le correcteur, l’éditeur et le responsable de la version définitive des Révélations.
Si l’ami est traditionnellement un alter ego, la relation de Brigitte et d’Alfonso, qui présuppose une profonde similitude morale, aboutit à l’altérité pragmatique de leurs rôles, complémentaires mais hiérarchisés : leur amitié mixte est légitimée, formalisée, codifiée par cette double intervention céleste, qui préside en même temps à sa mise en pratique, pour que le message oral des Révélations accède au statut de livre.

Haut de page

Texte intégral

Non tamen est illicita illa amicicia,
immo meritoria, si bono animo agatur,
et pro Deo diligitur, non pro carnis suauitate.
Richard Rolle of Hampole (1300-1349), 
De Incendio Amoris

  • 1 Voir Jacques Follon, James McEvoy, Sagesses de l’amitié I. Anthologie de textes philosophiques anci (...)
  • 2 «  Ce traité connaît un succès immédiat. Dès la fin du xiie siècle, il est plagié par Pierre de Blo (...)
  • 3 Jacques Follon, James McEvoy, Sagesses de l’amitié I…, p. 256-61. Au début du De spiritali amicitia(...)
  • 4 Quid enim sublimius de amicitia dici potest, quid uerius, quid utilius, quam quod in Christo inchoa (...)
  • 5 Damien Boquet, L’ordre de l’affect…, p. 12-13.
  • 6 «  L’amitié mixte pour Ælred ne ressortit pas de l’idéal accessible mais de la nostalgie, ou encore (...)
  • 7 Écrit avant février 1343. Voir Nicole Marzac, Richard Rolle de Hampole. Vie et œuvres suivies du “T (...)

1Durant les derniers siècles du Moyen Âge, de nombreux traités ou sommes ont été consacrés à la définition d’une amitié chrétienne1. Ælred de Rievaulx (1110-1167), abbé cistercien anglais, grand amateur du De amicitia de Cicéron, écrivit entre 1164 et 1167 le De spiritali amicitia2, avec l’intention de «  composer le traité systématique de l’amitié chrétienne que les Pères n’avaient jamais produit  »3. L’amitié spirituelle y est définie avant tout par l’unisson des amis dans l’amour du Christ, loin de notre conception d’amitié comme lien privilégié, d’ordre avant tout sentimental et affectif4. Par opposition à l’amitié entre deux êtres humains (à deux pôles), telle que Cicéron a pu la théoriser, l’amitié spirituelle à l’ère chrétienne ne se réalise qu’in Deo (à trois pôles donc). Aux yeux d’Ælred, le lieu le plus propice à son éclosion est, bien sûr, le monastère masculin5. Or, qu’en est-il de l’amitié spirituelle entre laïcs  ? Qui plus est d’une amitié mixte, entre une femme et un homme  ? Ælred ne s’attarde pas sur la question6. En revanche, plus d’un siècle et demi plus tard, elle est envisagée par un autre anglais, l’ermite mystique Richard Rolle de Hampole (1300-1349). Dans le De Incendio Amoris7, qui traite des diverses formes d’amour, il aborde la question de l’amitié entre femme et homme  :

Porro etsi inter uiros et mulieres amicicia sit periculosa, quia species delectabilis fragilem animum faciliter allicit, et uisa temptacio carnalem concupiscenciam accendit, ac sepe pollucionem mentis et corporis inducit. Sicque familiaritas mulierum uiris in detrimentum uirtutis accidere solet. Non tamen est illicita illa amicicia, immo meritoria, si bono animo agatur, et pro Deo diligitur, non pro carnis suauitate. […] Est et quedam naturalis dileccio uiri ad mulierem, et mulieris ad uirum, qua nullus caret nec eciam sanctus, secundum naturam a Deo primo institutam, per quam simul existentes et inuicem concordantes, naturali instinctu socialiter letantur. Que quidem dileccio eciam suas habet delectaciones ut in mutuis colloquiis et actibus honestis, grataque cohabitacione, per quam tamen homo non meretur nisi caritate fuerit informata, nec eciam demeretur nisi fuerit culpa denigrata.

  • 8 Margaret Deanesly, The Incendium Amoris of Richard Rolle of Hampole, Manchester, University Press, (...)

[«  Bien que l’amitié entre hommes et femmes soit dangereuse, parce qu’une apparence plaisante séduit facilement un esprit faible, et la tentation entrevue enflamme la concupiscence charnelle, et conduit souvent à la pollution de l’esprit et du corps, et qu’ainsi la fréquentation des femmes cause usuellement préjudice à la vertu pour les hommes, une telle amitié n’est cependant pas illicite, elle est même méritoire, pourvu qu’elle soit menée dans une bonne disposition de l’esprit, et si on aime pour Dieu, non pour la suavité de la chair. […] Il existe une dilection naturelle de l’homme pour la femme, et de la femme pour l’homme, dont aucun homme, fût-il saint, ne manque, instituée à l’origine par Dieu selon la nature, et par laquelle vivant ensemble et concordant les uns avec les autres, ils se réjouissent, par un instinct naturel, de leur compagnie. Cette dilection a ses réjouissances, comme dans les entretiens des uns avec les autres ainsi que dans les actions honnêtes, dans une cohabitation plaisante ; pour cette dilection, l’homme n’aurait pas de mérite si elle n’était pas inspirée par la charité, ni de démérite, sauf si elle était entachée par une faute  »]8.

  • 9 John Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and their Male Collaborators, New York (...)
  • 10 Coakley va jusqu’à identifier des triades sans pour autant faire le lien avec la forme trinitaire d (...)
  • 11 Claire L. Sahlin a introduit la notion d’amitié spirituelle dans son étude des liens entre Brigitte (...)

2Richard Rolle de Hampole consacre quelques lignes à cette amitié mixte, sans doute parce que, depuis le xiiie siècle et encore plus au xive siècle, les personnages de femmes mystiques se sont multipliés, posant le problème de leur rapport aux hommes d’Église qui les entourent, ce qui n’était pas encore le cas au temps d’Ælred de Rievaulx. Dans son livre Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and their Male Collaborators paru en 2006, John W. Coakley a effectué la première analyse approfondie d’une dizaine de rapports de ce type (Hildegarde de Bingen et Guibert de Gembloux, Margherita da Cortona et Giunta Bevegnati, pour n’en citer que deux), à propos desquels il emploie le terme de partnerships, que l’on pourrait traduire par «  collaborations  »9. Toutefois, la question d’une éventuelle amitié entre ces femmes et ces hommes n’y est pas abordée, alors que la lecture attentive de Rolle de Hampole suggère bien, dans l’inter uiros et mulieres amicicia, un plaisir (dileccio) d’être ensemble et de l’échange (mutuis colloquiis, grata cohabitacione), qui va au-delà de la simple collaboration10. L’étude des mots employés par Brigitte de Suède (1303-1373) dans ses Révélations pour décrire son rapport à son dernier confesseur, Alfonso Pecha da Vadaterra (1329-1389), fournit l’occasion de s’interroger sur un cas d’amicitia spiritualis mixte à la fin du Moyen Âge11. Ce dernier, également appelé Alfonso de Jaén, du nom de son évêché, fut à la fois pour Brigitte secrétaire-éditeur et interprète.

  • 12 M. Schlosser, «  Madre-sorella-sposa nella spiritualità di santa Chiara », Chiara. Francescanesimo (...)
  • 13 James France, «  Bridget Gathers Cistercian Flowers », Studies in St Birgitta and the Brigittine Or (...)
  • 14 Les cardinaux corrompus, par exemple, qui parviennent à persuader le pape Grégoire XI de ne pas qui (...)
  • 15 Voir par exemple la Rév. VI, 88  : Nocte natalis Domini tam mirabilis et magna aduenit sponse Chris (...)

3Le mot amicus apparaît dans plusieurs révélations concernant Alfonso, sans compter que le terme est également présent dans la bouche d’un témoin, lors du procès de canonisation, pour désigner le rapport de Brigitte et d’Alfonso. Les paroles de Brigitte constituent des documents précieux pour la connaissance de l’amitié mixte à l’époque médiévale  ; s’y entrelacent en effet deux registres de vocabulaire destinés à caractériser son lien avec son confesseur  : le vocabulaire de l’amitié avec Dieu, d’une part, en même temps que le vocabulaire de la pseudo-parenté (être pour l’autre comme une mère, une sœur, une fille, etc.) d’autre part. Ces deux registres appartiennent au vocabulaire mystique depuis un siècle et demi12  : les paroles de Brigitte s’inscrivent en effet dans un contexte culturel et religieux qu’il faut reconstruire, autant que possible. Elle fut, sa vie durant, en contact avec la culture cistercienne, et des structures ainsi que des termes très semblables à ceux de l’écriture du cistercien Ælred apparaissent dans les Révélations brigittines13. Tout d’abord, la récurrence des syntagmes amicus Dei ou amici Dei, à propos de personnages que Brigitte estime, par opposition aux amici temporales ou carnales qui désignent ceux qui n’écoutent pas les paroles ou les injonctions divines14. Le syntagme amici spirituales apparaît également tel quel dans les Révélations pour désigner des personnes proches de Brigitte15. Avant de voir quels termes exacts désignent Alfonso, il est sans doute utile de revenir sur les parcours de Brigitte et d’Alfonso ainsi que sur les circonstances de leur rencontre.

  • 16 Il existe de nombreuses biographies de sainte Brigitte de Suède  : Igino Cecchetti : «  Brigida di (...)
  • 17 Voir Vita S. Birgittae, Auctore Birgero, archiepiscopo Upsalensi, Cap. I, [2], Acta Sanctorum, Octa (...)
  • 18 Le roi Sverker Ier de Suède fonda ce monastère en 1143. Encouragée et conduite par des cisterciens (...)
  • 19 «  En Santiago [Brígida] adquirió el libro atribuido a San Bernardo Liber de modo bene vivendi (ad (...)
  • 20 Dans les actes du procès de canonisation, son témoignage porte la mention spéciale de depositio cop (...)
  • 21 «  En 1352 va a Santa Maria della Porziuncula, por propia indicacíon espiritual del poverello […] r (...)

4Brigitte naît en 1303 dans une famille proche de la cour royale de Suède16. Son père a généreusement doté églises et abbayes de son vivant, en particulier le monastère cistercien de Skoo17. Mais le monastère cistercien qui joue un rôle prépondérant dans la vie de Brigitte se trouve à Alvastra18. Le mari de Brigitte, Ulf – épousé en 1316 et dont elle eut huit enfants – y a été élevé. Lorsqu’en 1342 le couple se rend, à pied, en pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, un moine d’Alvastra les accompagne en qualité de confesseur. Au retour de ce long voyage, Ulf tombe malade, à la suite de quoi, d’un commun accord avec Brigitte, il fait vœu de chasteté et est accueilli comme novice chez les cisterciens d’Alvastra, où l’un de leurs fils, Bengt, se prépare déjà à la vie monacale. Élément plus surprenant et signe supplémentaire du lien étroit entre Brigitte de Suède et l’ordre de Cîteaux, après le décès d’Ulf, en 1344, Brigitte demeure pendant plusieurs années à Alvastra pour y étudier, bien que ce soit un monastère masculin19. Elle y rencontre un prieur nommé Petrus Olafsson ou Olavi en latin (1307-1390), également appelé Petrus d’Alvastra20, qui l’accompagne lorsqu’elle se rend à Rome pour le jubilé de 1350. À partir de cette date, elle fait de l’Italie sa terre d’élection et ne retourne jamais en Suède. Durant ses deux décennies italiennes, elle parcourt la péninsule de pèlerinage en pèlerinage21. En 1372-1373, elle effectue un grand pèlerinage en Terre Sainte et elle s’éteint à Rome le 23 juillet 1373, quelques mois seulement après son retour. Boniface IX proclame sa canonisation dans la bulle du 7 octobre 1391.

  • 22 «  Alfonso’s father became chamberlain (camarero mayor) to King Alfonso XI… Alfonso’s mother was El (...)
  • 23 Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 34-35.
  • 24 Son frère aîné, Pedro Fernández, qui vivait à la cour au service de la famille royale, suivant en c (...)
  • 25 «  Según este texto [los estatutos sinodales de 1478], fue Alfonso quien había convocado el primer (...)

5Alfonso Pecha naît à Segovia en 1329, dans une famille d’un rang semblable à celle de Brigitte puisque ses parents sont au service d’Alfonso XI, roi de Castille22. Le pape Innocent VI l’ordonne évêque de Jaén en 1359, en désaccord avec le chapitre de cette ville, qui proclame à ce même poste l’un de ses membres23. Neuf ans plus tard, en 1368, Alfonso renonce à son épiscopat, sans doute à cause des troubles propres à l’évêché, mais aussi en raison de la réorientation, d’ordre plus personnel, de ses choix de vie : en effet, après avoir remis sa démission au pape à Montefiascone (près de Viterbe, dans le Nord du Latium) le 19 juillet 1368, Alfonso choisit de devenir ermite olivétain dans cette même région d’Italie24. Il est donc probable que, si des circonstances hostiles à Alfonso l’ont poussé à renoncer à sa position d’évêque, ces déboires n’ont fait qu’accélérer une mutation de ses opinions et de ses intérêts. Ainsi, au moment de leur rencontre en 1368, Brigitte a 65 ans, a vécu à la cour de Suède, a été épouse et mère, elle vit en pèlerine en Italie depuis dix-huit ans, tandis qu’Alfonso a 39 ans, un passé d’engagement pour la réforme de l’Église25 et a radicalement changé son mode de vie et d’action dans l’Église.

Rédaction et publication des Révélations

  • 26 Quomodo adhuc puella vidit amiranda. Puella igitur Brigida, sponsa Christi, cum iam septimum annum (...)
  • 27 «  Such stories are extremely stereotypical, and probably have little historical content. They serv (...)
  • 28 Quomodo sancta Birgitta cepit habere reuelaciones diuinas et quare etc. Cap. XLVII. Transactis aliq (...)
  • 29 «  In 1346-47 two close supporters, Prior Peter of Alvastra and Bishop Hemming of Åbo (Turku), conv (...)

6Les deux principales sources d’informations sur Brigitte sont ses Révélations et les actes du procès de sa canonisation, le Liber Attestationum (qui comprend la transcription des témoignages et des dépositions de ses proches), publié avec le nom d’Acta et processus canonizacionis. Brigitte aurait fait la première expérience d’une révélation, c’est-à-dire une vision durant laquelle Jésus ou Marie lui transmettent un message, à sept ans26. Toutefois, les récits des révélations de son enfance et de son adolescence ressemblent fort à des topoï, comme autant de pièces stratégiquement apportées au dossier de la canonisation27. Les premières révélations qui ont une vraisemblance historique se situent au moment de la mort de son mari Ulf, en 1344, alors qu’elle a 41 ans. Au moment où elle se demande quelle orientation donner à sa nouvelle vie de veuve, Jésus, dès les premières révélations, répond à son attente en lui annonçant qu’il fait d’elle son «  épouse  » (sponsa) et qu’elle sera désormais un «  canal  » pour transmettre des messages à la chrétienté28. De fait, elle reçoit jusqu’à sa mort près de sept cents révélations. Les Révélations, étudiées ici pour ce qu’elles disent de l’amitié, touchent en réalité à une très grande variété de sujets  : de la vie religieuse locale (fondation d’un couvent à Vadstena en Suède) à la politique internationale (messages de paix concernant ce qu’on a appelé, a posteriori, la guerre de Cent Ans, retour du pape à Rome…)29.

  • 30 Verba diuinitus ei data scribebat in lingua sua materna manu sua propria, quando erat sana, et faci (...)
  • 31 «  During the canonization process, witnesses had to answer among other questions one on Birgitta’s (...)
  • 32 Undhagen souligne la compétence de Matthias de Linköping, qui fut donc le premier à permettre à Bri (...)
  • 33 «  Since the message of the Revelations to a great extent concerned persons and circumstances outsi (...)

7Lorsqu’elle recevait l’une de ces révélations, Brigitte la prenait en note (ou bien elle la dictait) en suédois avant d’en demander la traduction en latin à ses confesseurs. Elle relisait ensuite attentivement les deux versions (suédoise et latine) pour s’assurer de la fidélité de la traduction30. Elle ne pouvait cependant exercer qu’un contrôle limité puisqu’elle ne maîtrisait pas parfaitement le latin, dont elle n’avait entrepris l’apprentissage qu’après la mort de son mari. Au fur et à mesure que sa vie publique s’intensifiait, elle avait compris que la connaissance de cette lingua franca devenait indispensable31. Brigitte n’a cependant pas atteint un niveau tel qu’elle puisse jamais s’affranchir de l’assistance de ses confesseurs. Avant Alfonso, elle eut trois confesseurs suédois. Le premier, Mathias de Linköping († 1350), maître en théologie, fut à ses côtés tant qu’elle vécut en Suède32. Le second, Petrus d’Alvastra, cité plus haut, assista Brigitte durant trente ans, depuis ses toutes dernières années en Suède jusqu’à la fin de sa vie. Enfin, le troisième confesseur s’appelait également Petrus Olafsson ou Olavi, comme Petrus d’Alvastra, mais il était dit Petrus de Skänninge († 1378) pour le distinguer de son homonyme. Petrus de Skänninge enseignait le latin à Brigitte et assistait ponctuellement Petrus d’Alvastra. Les trois hommes (Matthias de Linköping et les deux Petri Olavi) exerçaient en outre les fonctions de rédacteurs matériels des Révélations et d’éditeurs, puisqu’ils en assuraient la diffusion33. Cependant, la publication n’advenait pas de façon systématique pour chaque révélation, mais par bribes, selon les occasions.

  • 34 Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 55-58.
  • 35 Anno Domini mº cccº lxxvijº […] Reuelaciones, in pluribus voluminibus conscripte, quia sic commodit (...)
  • 36 «  Quite a number of the considerable revelations that Prior Petrus, at Birgitta’s exhortation, had (...)

8Dans les dernières années de sa vie, Brigitte s’attache les services d’Alfonso de Jaén, à qui elle confie la lourde tâche de revoir l’édition et la publication de l’ensemble des révélations. Alfonso trouve probablement le travail d’édition à mi-chemin  : Petrus d’Alvastra avait traduit la plus grande partie des Révélations mais il ne les avait pas organisées systématiquement en livres. Des sept livres qu’Alfonso publia, certains étaient déjà constitués tandis qu’il dut en élaborer d’autres ex novo34. Alfonso répondit à la demande de Brigitte en deux temps, et de façon stratégique, après la mort de la mystique suédoise en juillet 1373. Il a d’abord établi une première rédaction des Révélations, dans laquelle il a soigneusement sélectionné les textes les plus à même de favoriser la canonisation de Brigitte. Cette version, dite Liber Alphonsi, était conçue pour la commission de canonisation et Alfonso l’avait achevée dès 137735. Par la suite, il a pris le temps de préparer une seconde version, destinée à un public plus large et achevée en 1379. À la première version, il ajoute un huitième livre et plusieurs compilations thématiques36.

  • 37 Cela explique que dans un manuscrit postérieur de quelques années, toujours conservé à Vadstena, to (...)
  • 38 L’édition critique des Révélations a été publiée à Stockholm, chez Almqvist & Wiksell  : Sancta Bir (...)

9De son côté, Petrus d’Alvastra rentra en Suède, à Alvastra, en 1374-1375, où il récupéra de nombreux textes d’anciennes révélations qu’il y avait laissés en 1349, lorsqu’il était parti pour Rome aux côtés de Brigitte. Il les utilisa dans un premier temps pour étoffer son témoignage lors de son interrogation en janvier 1380. De retour en Suède à l’été 1380, il les confia aux frères de Vadstena, en leur fournissant des indications précises sur les ajouts à faire au Liber Alphonsi. Alfonso avait envoyé une copie de sa rédaction à Vadstena en 1377 pro exemplari et memoriali perpetuo huic loco watzstenensi37. La nouvelle rédaction, élaborée dans le courant des années 1380, contenait des Addiciones et des Declaraciones pour les livres déjà existants et la création d’un volume supplémentaire, les Revelaciones extrauagantes. La totalité des Révélations, enfin, a fait l’objet d’une édition critique, livre par livre, entre 1956 et 200238.

La rencontre puis l’alliance dans l’action publique

10Pourquoi Alfonso a-t-il conquis la confiance de Brigitte au point de devenir l’editor-in-chief (Undhagen 1977) des Révélations alors qu’elle avait déjà à ses côtés le très fidèle Petrus d’Alvastra qui les traduisait en latin depuis presque trente ans  ? C’est Alfonso lui-même qui s’en explique lorsqu’il intervient, en qualité de témoin, devant la commission pour la canonisation de Brigitte le 16 septembre 1379  :

Cum ipse testis [Alfonsus] audivisset famam sanctitatis vite ipsius domine Brigide a quodam devoto et laudabili heremita fratre Laurencio de Yspania et quomodo ipsa staret in Roma et steterat per multos annos cum filia sua domina Katherina […] quodque eciam dimiserat bona sua pauperibus, ipse testis multum desideravit eam videre propter sanctitatem, quam de ea audiebat, quod et postea Deus sui gracia adimplere dignatus est, quoniam ipse testis, ut dixit, postea venit Romam et perquisivit domum dicte domine Brigide, quam jnvenit, et locutus fuit cum ea pluries.

  • 39 Acta et processus…, 1924-1931, p. 364.

[«  Comme le témoin [Alphonse] avait appris, de la bouche d’un dévot et louable ermite frère Laurent d’Espagne, la réputation de sainteté dans laquelle dame Brigitte menait sa vie, comment elle habitait à Rome et qu’elle y était demeurée durant de nombreuses années avec sa fille dame Catherine […], du fait aussi qu’elle avait donné ses biens aux pauvres, le témoin désira ardemment la voir pour la sainteté qui était la sienne, à ce qu’il entendait dire. Souhait que, par la suite, Dieu dans sa grâce lui permit de réaliser  : le témoin donc, comme il l’a dit, se rendit à Rome par la suite, chercha la demeure de dame Brigitte, qu’il trouva, et s’entretint avec elle à plusieurs reprises  »]39.

  • 40 Voir l’éclairante démonstration de Didier Lett en la matière, menée à propos de Nicola da Tolentino (...)
  • 41 Cum propter uirtutem et probitatem etiam eos, quos numquam uidimus, quodam modo diligamus. [«  Vert (...)

11Alfonso place d’emblée Brigitte sous le signe de la fama sanctitatis, un des éléments clés à souligner lors d’un procès de canonisation40. La rencontre se fonde sur une valeur, la vertu, que Brigitte irradie, provoquant chez Alfonso le désir de la rencontrer et de la fréquenter (multum desideravit eam videre). Cette attirance exercée “de loin” par la renommée de la vertu, ici vertu chrétienne, fait partie des causes de l’amitié déjà identifiées par Cicéron41. Alfonso offre un témoignage en forme de topos, et, ce faisant, répond aux exigences hagiographiques du cadre dans lequel il s’exprime. Après avoir expliqué que c’est bien cette attraction qui l’a poussé à se rendre à Rome, il apporte une information concrète, quoique floue (locutus fuit cum ea pluries), sur une première phase de contacts, sinon réguliers, du moins répétés, durant une période d’environ un an et demi, entre la seconde moitié de l’année 1368 et l’été 1370.

  • 42 Eric Colledge, «  Epistola solitarii ad reges  : Alphonse of Pecha as Organizer of Birgittine and U (...)
  • 43 Voir n. 30.
  • 44 «  Alfonso and Birgitta collaborated to make God’s will known to ecclesiastical and worldly leaders (...)
  • 45 Voir ci-après n. 53.

12Le rapprochement entre Alfonso et Brigitte se concrétise lorsque, durant l’été 1370, ils séjournent trois mois à Montefiascone pour tenter de convaincre le pape de rentrer à Rome au lieu de retourner à Avignon après l’été  : on passe alors des «  entretiens  », favorisant la naissance de l’amitié réciproque, à l’action concertée en vue d’un but commun. Alfonso est le confesseur de Brigitte pendant ces trois mois. Il lui sert également d’interprète lors d’une entrevue avec le pape Urbain V – qui ne tient pas compte des recommandations de Brigitte et retourne à Avignon où il meurt le 19 décembre 137042. Brigitte, persévérant dans son combat, tente de convaincre le nouveau souverain pontife – Grégoire XI, élu le 30 décembre – de rentrer à Rome. Elle reçoit, début 1371, une révélation qu’Alfonso traduit en latin avant de l’apporter lui-même à Avignon (sans parvenir à persuader le pape). L’intense activité de persuasion menée auprès du pape connaît une interruption d’un peu plus d’un an, à partir de novembre 1371, lorsque Brigitte et Alfonso partent ensemble en pèlerinage en Terre Sainte  : la communauté de vie, autre topos, vient ainsi s’ajouter aux autres traits marquants de l’amitié. Leur collaboration se poursuit  : en deux occasions, à Chypre puis à Naples, à la fois parce qu’elle était une femme et parce qu’elle ne s’exprimait pas bien en latin à l’oral – elle avait un fort accent suédois –, Alfonso prononce en lieu et place de Brigitte ses paroles. De même que, lorsqu’elle donnait un texte à traduire à ses confesseurs, Brigitte tenait ensuite à le reprendre en main afin de vérifier la fidélité de la traduction43, elle écoute en silence Alfonso lire au public sa révélation mais, une fois qu’il a terminé, elle reprend symboliquement possession de son texte en tendant, de sa propre main, la version écrite du texte aux présents44. À cette occasion, la similitude entre les amis, cet idem velle souvent célébré à la suite de Salluste et repris par Ælred45, fait place à une collaboration active, qui se caractérise, pour Brigitte et Alfonso, par leur complémentarité dans la différence de leurs rôles respectifs.

  • 46 «  Nei suoi intenti, la nuova congregazione avrebbe dovuto ispirarsi all’esempio del monastero di F (...)
  • 47 «  After a modified version of Birgitta’s monastic Rule (the Regula Salvatoris) received its first (...)

13Cet épisode révèle à la fois que Brigitte avait besoin d’homme(s) à ses côtés qui puissent assurer dans la pratique les tâches que son statut de femme ne l’autorisait pas à accomplir, mais aussi qu’en déléguant ces tâches, elle donnait la preuve qu’elle les maîtrisait potentiellement, qu’elle les connaissait et les organisait. Brigitte fut tout de même la première femme à fonder un ordre monastique nouveau (l’Ordo Sanctissimi Salvatoris, communément appelé Ordre des Brigittines). Dans cet ordre, tel qu’elle le concevait, une abbesse dirigerait le monastère et les sœurs recevraient l’assistance d’un groupe d’hommes à leur service tout aussi bien pour célébrer la messe, recevoir les confessions ou exécuter les travaux manuels46. Elle envisageait donc la cohabitation à l’échelle de deux communautés, féminine et masculine, telle qu’elle la pratiquait au niveau individuel  ; chaque groupe chargé d’un rôle bien distinct mais tous deux unis dans une conduite de vie similaire. Brigitte semble ainsi avoir considéré comme positive son expérience de la similitude de vie entre femme et homme dans la différence et la séparation des rôles de chacun  : au point de la théoriser comme un modèle viable, à reproduire dans la conduite d’une vie monastique d’un genre nouveau. Sa proposition ne fut pas reçue sans résistance, cependant elle témoigne de la capacité remarquable de Brigitte à penser des rapports fructueux entre femmes et hommes sur un mode inédit jusque-là47.

  • 48 «  Besides the material accepted by Alfonso into the textual redaction intended for the canonisatio (...)

14Au printemps 1373, dès le retour du pèlerinage en Terre Sainte effectué avec Alfonso à ses côtés, Brigitte reprend son activité de persuasion auprès du pape. Elle demeure à Naples quelques semaines avant de rentrer à Rome en juillet – où elle s’éteint quelques jours plus tard. Alfonso dans le même temps s’est rendu à Avignon, auprès du souverain pontife, où il demeure jusqu’en août 1373. Durant ces quelques mois (avril-juillet 1373), il transmet trois révélations au pape dans lesquelles Brigitte, à travers la voix de la Vierge (IV, 140) puis de Jésus (IV, 142 et IV, 143), enjoint à Grégoire XI, sur un ton de plus en plus pressant, d’entamer la réforme dont l’Église a besoin. Dans la première (140), Marie ordonne quod in mense Marcii vel ad ultimum intrante Aprili proxime futuro ipse [Gregorius XI] personaliter in predicta urbe seu provincia Ytalia omnino sit ingressus. [«  qu’au mois de mars ou au tout début du mois d’avril prochain il soit entré en personne dans la ville susdite [Rome] ou en territoire italien  »]. Face à l’indifférence du pape, Jésus réitère cette demande (142)  : ut venias Romam ad sedem tuam, quam cicius poteris  ; tempus enim pono in arbitro tuo. [«  [j’ordonne] que tu viennes à Rome où se trouve ton siège, aussi vite que tu peux  ; mais je te laisse choisir la date  »]. Confronté à l’obstination du pontife, le Christ doit fixer encore un nouveau délai (143)  : volo quod omnino veniat in proximo sequenti autumpno [«  je veux qu’il arrive [à Rome] sans faute à l’automne prochain  »]. Ces textes prirent à l’origine la forme de lettres qu’Alfonso n’a pas incluses par la suite dans son édition des Révélations. Les moines de Vadstena les ont ajoutées lorsqu’ils ont produit, dans les années 1380, l’édition augmentée incluant également la révélation IV, 141, reçue entre la 140 et la 142, avec le titulus  : hanc revelationem [Birgitta] non misit pape, quia non fuit ei preceptum divinitus [«  Brigitte n’envoya pas cette révélation au pape, car elle n’en reçut pas l’ordre par Dieu  »], très certainement à cause de la véhémence de ses propos  : iste papa Gregorius est similis paralitico, qui non movet manus ad operandum nec pedes ad ambulandum [«  ce pape Grégoire est pareil à un paralytique, qui ne bouge pas ses mains pour agir ni ses pieds pour marcher  »]48.

  • 49 «  Alfonso de Jaén, confesor y asesor de Santa Brígida » (voir supra n. 22).
  • 50 Eric Colledge, «  Epistola solitarii… », p. 20  ; M. Seidlmayer, «  Ein Gehilfe der hl. Birgitta vo (...)
  • 51 Tore Nyberg, «  The canonization process of St. Birgitta of Sweden », Procès de canonisation au Moy (...)
  • 52 «  L’amitié romaine ne se réduit pas au sentiment intime que nous désignons par ce terme  ; au-delà (...)
  • 53 Amicitia itaque spiritalis inter bonos, uitae, morum, studiorumque similitudine parturitur, quae es (...)

15Le lien entre Brigitte et Alfonso se concrétise ainsi avant tout dans une collaboration pragmatique. Cette dimension concrète se retrouve dans les qualificatifs que les chercheurs accolent à Alfonso, en plus de confesseur, lorsqu’ils caractérisent son rapport à Brigitte. Arne Jönsson choisit le terme d’asesor49 et Seidlmayer parle de Gehilfe (assistant, aide) tandis que Colledge voit en lui un spiritual director and ambassador50. Ces différents termes traduisent le besoin de préciser et de compléter les fonctions de l’Espagnol auprès de Brigitte. En effet, quoiqu’ils ne se soient rencontrés que cinq ans avant la mort de Brigitte et que leur véritable collaboration n’ait commencé qu’en 1370, il est frappant de constater avec quel entrain ils ont mené une entreprise commune. La communauté d’intérêts a sans doute fonctionné comme un premier niveau très concret de motivation, auquel vient s’ajouter, à un second niveau, une convergence d’opinions et de convictions. Pour Tore Nyberg, au moment de la mort de Brigitte, Alfonso était son most recent friend and confessor51. Qualifier leur rapport de collaboration semble par conséquent trop faible, car ce terme s’applique certes à la dimension publique (la communauté d’intérêts) mais pas à la dimension personnelle (la convergence d’opinions) de leur lien. Or, la superposition de ces deux dimensions ne fait-elle pas la substance de l’amitié cicéronienne52  ? L’implication de soi, présente chez Cicéron à travers la virtus, condition sine qua non de l’amitié, constitue également une dimension essentielle de l’amitié chrétienne, où la virtus se pratique, d’après Ælred, par l’exercice des quatre vertus cardinales53.

  • 54 Voir n. 28.

16L’amitié, telle que l’on peut la définir pour Brigitte et Alfonso, se réalise d’un côté dans une collaboration pragmatique, tandis que, de l’autre, elle est rendue possible par une affinité, une confiance et une estime réciproques. Le sens contemporain d’alliance le traduit sans doute mieux, car il suppose une mise en commun des forces pour l’action publique et s’apparente à la collaboration, tout en trouvant sa raison d’être dans un engagement mutuel et volontaire, en conscience. Mais, en s’employant à faire connaître le contenu des révélations, Brigitte et Alfonso se préoccupent de transmettre un message qui n’est pas seulement destiné au salut de la chrétienté en général (propter salutem omnium Christianorum54), puisqu’il concerne bien souvent les choix politiques (tactiques et stratégiques) de la plus haute autorité de l’Église. Leur collaboration n’est pas dissociable de cette dimension publique qui doit déboucher sur la publication (le dévoilement) des Révélations  : c’est en fonction de cela que se précisent leurs rôles respectifs, complémentaires mais clairement dissociés.

L’amicitia Dei comme fondement et moteur de l’amitié humaine

  • 55 «  Las Revelationes fueron reunidas en una especie de corpus por los que ella llamaba «  amigos de (...)
  • 56 «  According to Johannes Jorgensen it may have been Bridget’s experiences from the confirmation tra (...)

17Pour mieux garantir le dynamisme de leur alliance dans l’action publique, une seconde raison conduit Brigitte à privilégier sa collaboration avec Alfonso  : sa connaissance du latin qu’elle juge supérieure à celle de ses autres confesseurs-transcripteurs. Elle en vient ainsi à opérer un tri, et à instaurer une hiérarchie, au sein de ses «  amis de Dieu  »55. Elle reçoit en effet, à partir de l’été 1370 à Montefiascone, plusieurs révélations (trois, d’après les documents disponibles aujourd’hui) où le Christ et Marie lui ordonnent explicitement de confier à l’ermite espagnol le travail de révision et de publication des Révélations56. Fait remarquable, Alfonso omet ces textes dans sa version des Révélations, tandis que Petrus d’Alvastra y fait allusion dans son témoignage au procès de canonisation et, surtout, les publie dans sa version des Révélations.

La révélation de 1370, d’après le témoignage de Petrus d’Alvastra

18Le 30 janvier 1380, lorsqu’il répond aux questions de la commission pour la canonisation de Brigitte, Petrus d’Alvastra fait allusion à la première des révélations qui concernent Alfonso, mais dont le texte ne nous est pas parvenu. Le témoignage de Petrus est ainsi la seule trace de cette révélation de 1370, reçue alors même que Brigitte sollicitait une audience auprès d’Urbain V  :

19Item ibi tunc in Monteflascone precepit [sc. virgo Maria] ei, quod ipsa diceret cuidam presbytero heremite sibi noto et amico, quod ex parte sua ipse scriberet et copiaret libros reuelacionum, que sibi date fuerant diuinitus, que quidem reuelaciones vsque tunc secrete tenebantur.

  • 57 «  Vita beatae Brigide prioris Petri et magistri Petri », in Acta et processus…, 1924-1931, p. 638. (...)

[«  Et encore, là-bas à Montefiascone [la Vierge] lui enjoignit de dire à un prêtre ermite qu’elle connaissait et qui était son ami qu’il devait transcrire et recopier de sa part les livres des révélations qui lui avaient été données par Dieu, révélations qui, il est vrai, jusque-là avaient été tenues secrètes  »]57.

  • 58 Ad amicitiam quatuor specialiter pertinere uidentur  : dilectio et affectio, securitas et iucundita (...)

20L’usage des deux termes noto et amico est révélateur  : d’une part, noto a une connotation neutre, qui informe sur le fait que Brigitte et Alfonso se connaissent et ont déjà passé un certain temps ensemble  ; d’autre part, amico dénote une affinité, une entente par-delà la simple connaissance. Dans ce cas précis, la communauté d’opinion et la compétence d’Alfonso sont les conditions pour qu’elle lui confie ses textes, y compris ceux qui, jusque-là, étaient restés secrets (que quidem revelaciones usque tunc secrete tenebantur). L’une des conditions les plus unanimement reconnues de l’amitié – la possibilité de confier en toute sécurité ses secrets à son ami58 – se trouve redéfinie dans le cas de Brigitte  : elle n’attend pas d’Alfonso qu’il sache garder le secret, mais bien au contraire qu’il assure la meilleure publicité à ses paroles. L’enjeu de la confiance demeure mais se déplace, en passant de la discrétion qu’exige le secret pour l’ami au dévoilement public du secret par l’ami, dès lors que le secret liant les amis change radicalement de nature.

21Après cette première révélation de 1370, Brigitte semble avoir reçu deux autres messages divins concernant Alfonso. Ces deux textes, que celui-ci avait passés sous silence, se trouvent ajoutés l’un au septième livre des révélations (VII, 16 Addicio), l’autre dans le volume des révélations extravagantes (Rev. extrav., 49). Il est difficile de déterminer leur succession chronologique (ou leur éventuelle simultanéité). Leurs tituli (respectivement Sequitur reuelacio facta beate Birgitte in Famagusta et Hanc reuelacionem habuit a Deo domina Birgitta in regno Cipri in ciuitate Famaguste, quando ipsa ibat ad Iherusalem) indiquent qu’ils remontent tous deux au séjour de Brigitte à Famagouste, près de Chypre, lors de son voyage en Terre Sainte, deux ans donc après la révélation perdue de 1370.

L’Addicio à la Révélation VII, 16  : le premier message reçu à Famagouste

  • 59 Voir «  The destruction of Cyprus » et «  Excursus on Cyprus » dans Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, (...)

22Brigitte arrive à Famagouste le 13 avril 1372, de sorte que la révélation VII, 16 (ainsi que les VII, 18 et 19) est consacrée à la situation politique agitée à Chypre59. L’Addicio de cette révélation – l’un des moyens de signaler les ajouts postérieurs à la version originale alfonsine – comprend plusieurs messages concernant les protagonistes de la politique locale (De duce, De confessore ducis, De regina Cypri, In coronacione noui regis). Au milieu de cette série se trouve un message à propos d’Alfonso (il est explicitement intitulé De episcopo) qui est proféré par la Vierge, alors que tous les autres étaient prononcés par le Christ. La Vierge s’y livre à une sorte d’explication de texte qui donne des directives précises sur la nature des rapports entre Brigitte et Alfonso  :

«  De episcopo  ». Mater loquitur  : Amicus meus debet diligere te sicut matrem, sicut dominam, sicut filiam et sicut sororem. Sicut matrem propter etatem et propter consilia requirenda. Secundo sicut dominam propter graciam tibi datam a Deo, qui per te ostendit secreta sapiencie sue. Tercio sicut filiam, docendo et consolando et prouidendo tibi vtiliora. Quarto sicut sororem, arguendo, cum fuerit oportunum, et ammondendo et incitando ad perfecciora verbis et exemplis. Item dic ei, quod ipse debet esse sicut ille, qui portat flores optimos. Hii sunt verba mea, que dulciora sunt melle sapientibus ea, acuciora et penetrabiliora sagittis, efficaciora remuneracione. Oportet ergo portantem cauere floribus a vento, pluuia et estu  : a vento scilicet mundanee locucionis, a pluuia carnalium delectacionum, ab estu mundani fauoris. Qui enim talibus gloriatur, flores facit vilescere et se ipsum minus idoneum ostendit ad portandum.

  • 60 Rev. VII, 16, Addicio, 16-21, Sancta Birgitta, Revelaciones - Book VII…, p. 169-171.

[«  À propos de l’évêque. La Vierge Mère prononce ces paroles  : Mon ami doit t’aimer comme une mère, comme une dame, comme une fille et comme une sœur. Comme une mère du fait de ton âge et pour te demander conseil. Deuxièmement, comme une dame, du fait de la grâce qui t’a été donnée par Dieu qui, à travers toi, révèle les secrets de sa sagesse. Troisièmement, comme une fille, en t’instruisant, te consolant et te pourvoyant de ce qui te sera plus utile. Quatrièmement, comme une sœur, en te raisonnant, si le besoin se présente, en t’admonestant et en t’incitant à progresser, par ses paroles et par ses exemples. Dis-lui aussi qu’il doit être comme celui qui porte les fleurs les meilleures. Ces fleurs sont mes paroles, qui sont plus douces que le miel pour ceux qui les savourent, plus pointues et pénétrantes que des flèches, plus avantageuses qu’une rémunération pécuniaire. Il faudra donc que le porteur protège les fleurs du vent, de la pluie et de la chaleur  : c’est-à-dire du vent des verbiages mondains, de la pluie des plaisirs de la chair, de la chaleur de la faveur mondaine. Celui qui se vante de tels comportements fait flétrir les fleurs et perd son aptitude à les porter  »]60.

  • 61 Sur le terme domina, voir  : «  Domina  : statut social ou statut matrimonial  ? », Didier Lett, Un (...)
  • 62 Jacques Dalarun considère déjà comme habituelle dans les écrits de sainte Claire l’«  expression de (...)
  • 63 Sur l’analyse en termes de rapports de force femme-homme, centrés sur l’enjeu de l’autorité entre B (...)

23Cette révélation redéfinit «  à la hausse  » les modalités du lien qui unit Alfonso et Brigitte. L’emploi du vocabulaire de la parenté (mater, filia, soror) et des positions sociales (domina, à entendre comme le féminin de dominus, dont la traduction par «  dame  » ne peut rendre compte que partiellement)61 indique un rapport complet, où chacun est placé sous la tutelle de l’autre62. La Vierge souligne, sur le mode de l’injonction (debet te diligere), les devoirs de l’un envers l’autre. Du fait de la différence d’âge (propter etatem), Brigitte est comme une mère pour Alfonso, qui peut lui demander conseil. En outre, il doit révérer en elle la dépositaire privilégiée des secrets divins (propter graciam tibi datam a Deo). À l’inverse, Alfonso exerce ses facultés de directeur de conscience en instruisant Brigitte et en lui fournissant ce dont elle a davantage besoin (docendo et prouidendo vtiliora). La proximité que confère le lien de fraternité autorise également Alfonso à réprimander Brigitte si besoin est, tout en l’incitant à s’améliorer (ammondendo et incitando ad perfecciora)63.

  • 64 Voir n. 58, ou encore  : Quatuor quaedam probanda sunt in amico  : fides, intentio, discretio, pati (...)
  • 65 Amicus igitur amico quod honestum sit suadeat, secure, manifeste, libere. Nec solum monendi sunt am (...)
  • 66 The Contra amatores mundi of Richard Rolle of Hampole, Paul F. Theiner (éd. et tr.), University of (...)

24Ce type de recommandations, avec l’annonce de quatre termes ensuite explicités un à un, revient à plusieurs reprises dans le De spiritali amicitia d’Ælred64. Les recommandations elles-mêmes sont semblables à celles qui régissent l’amitié spirituelle, en particulier en ce qui concerne la correction des défauts ou des erreurs de l’ami65. Que Brigitte ou ses confesseurs-secrétaires aient eu accès directement au texte d’Ælred est quasi impossible à déterminer, cependant la comparaison des paroles brigittines avec d’autres textes sur l’amitié permet d’estimer ce qui provient du milieu où elle évolue et ce qui relève de son invention. Le rapprochement entre les textes brigittins et les paroles du cistercien anglais permet de souligner des préoccupations communes (amor Dei et contemptus mundi), également partagées par Richard de Hampole, cité plus haut pour ses paroles sur l’amitié mixte et chronologiquement proche de Brigitte (il meurt en 1349)66.

  • 67 La métaphore floréale était déjà présente, même si elle n’était pas explicitée, dans la Rév. extrav (...)

25Dans la première partie de l’Addicio donc, la Vierge se charge de définir les rapports d’Alfonso, qu’elle désigne comme amicus meus, avec Brigitte, tandis que, dans la seconde partie, elle confie à Brigitte (dic ei) la tâche de préciser les nouvelles prérogatives et responsabilités dont va se trouver chargé Alfonso, qui doit savoir se montrer à leur hauteur. La Vierge s’adresse donc directement à Brigitte pour qu’elle parle en son nom à Alfonso  ; elle déploie son propos grâce à une comparaison associée à une série de métaphores, que la Vierge prend aussitôt soin de décrypter. Alfonso porterait des fleurs qui sont les paroles divines reçues par Brigitte  : leur très haute valeur est soulignée par le superlatif absolu (optimos)67, tandis qu’elle se sert de comparatifs (vtiliora, ad perfecciora) pour désigner les obligations réciproques de l’amitié. Le nouveau rôle d’Alfonso (ille qui portat flores/portantem/idoneum ad portandum), sur lequel s’attarde la deuxième partie, s’exerce sur un objet (verba mea) de bien plus de prix, aux yeux de la Vierge, que les exhortations au perfectionnement moral, où l’on retrouve les définitions les plus traditionnelles des devoirs d’amitié.

  • 68 Itaque in dignitatibus uel officiis, maxime ecclesiasticis, magna cautio adhibenda est  ; nec atten (...)
  • 69 Voir citation correspondant à la n. 60 et la n. 64.
  • 70 Le vocabulaire brigittin comprend bien sûr tout autant les paroles effectivement choisies par Brigi (...)

26Les trois génitifs exégétiques (vento mundanee locucionis, pluuia carnalium delectacionum, estu mundani fauoris) accumulent les métaphores des tentations et corruptions temporelles dont Alfonso doit se protéger, sous peine de faillir à son nouveau rôle de «  porteur  ». La Vierge énonce ici les prérogatives de l’ami spirituel, digne de ce nom s’il ne cède pas lui-même à ces tentations et s’il aide son ami à s’en tenir éloigné68. Un autre élément commun chez Brigitte et chez Ælred est ainsi la mise à l’épreuve de l’ami  : Alfonso doit se montrer apte à porter les fleurs si précieuses qui lui sont confiées (se ipsum [] idoneum ostendit ad portandum / Quatuor quaedam probanda sunt in amico69). Les recommandations que la Vierge fait suivre à son injonction initiale (Amicus meus debet diligere te) rappellent ainsi fortement les traits de l’amitié spirituelle minutieusement théorisés par le cistercien Ælred. Toutefois, l’écriture brigittine, c’est-à-dire la parole de Brigitte toujours filtrée par la voix de son ami qui maîtrise le latin, n’en présente pas moins des traits particuliers comme la prédilection pour la translatio (la métaphore), l’un des procédés essentiels de l’ornatus difficilis (ainsi Brigitte apparaît comme subsumée dans les fleurs-paroles de Dieu)70, qui est ici attribuée à la Vierge elle-même, soucieuse en même temps d’en assurer la décodification.

La Révélation extravagante 49 : l’autre message reçu à Famagouste

27L’autre révélation reçue par Brigitte à Famagouste à propos d’Alfonso se trouve dans le volume des Révélations extravagantes (Rev. extrav. 49). À la différence du De episcopo – mêlé à des considérations sur le contexte politique à Chypre –, elle est tout entière consacrée à réaffirmer et préciser sa responsabilité et ses prérogatives dans l’édition et la divulgation de toutes les Révélations. Les verba-flores, métaphore traditionnelle des excerpta anthologiques, sont ici omnes libros reuelacionum, et la révélation elle-même porte entièrement sur le processus qu’implique la transformation des paroles divines en livres (verba mea in libros).

  • 71 Istam reuelacionem idem episcopus non inscripsit in libris reuelacionum propter arroganciam vitanda (...)

28Le texte de la Rev. extrav. 49 a été retrouvé dans les archives d’Alfonso après sa mort (1389), comme l’indique le titulus qui la précède dans plusieurs manuscrits en précisant que l’Espagnol ne l’aurait pas incluse dans sa rédaction par crainte de se montrer trop présomptueux (propter arroganciam vitandam71) :

Filius Dei loquebatur ad sponsam [sc. Brigidam] dicens  : «  Ego sum similis carpentario, qui prescindens ligna de silua deportat in domum et inde fabricat ymaginem pulchram et ornat eam coloribus et liniamentis. Cuius amici videntes ymaginem, quod adhuc pulchrioribus coloribus ornari posset, apposuerunt et ipsi colores suos depingendo super eam. Sic ego Deus prescidi de silua deitatis mee verba mea, que posui in cor tuum. Amici vero mei redegerunt ea in libros secundum graciam eis datam et colorauerunt et ornauerunt illa. Nunc igitur ut ipsa pluribus linguis conueniant, trade omnes libros reuelacionum eorundem verborum meorum episcopo meo eremite, qui conscribat et obscura elucidet et catholicum sensum spiritus mei teneat. Quia spiritus meus dimittit quandoque electos meos sibiipsis, ut ipsi more statere diiudicent et discuciant verba mea in corde suo et post multos cogitatus exponunt clarius et eliciant meliora. Nam sicut cor tuum non semper est capax et feruidum ad proferendum et scribendum illa, que sentis, sed nunc voluis et reuoluis in animo tuo, nunc scribis et riscribis illa, donec venis ad pro[p]rium sensum verborum meorum, sic spiritus meus cum euangelistis et doctoribus ascendebat et descendebat, quia nunc ponebant aliqua emendanda, nunc aliqua retractanda, nunc iudicabantur et reprehendebantur ab aliis. Et tamen alii postea venerunt, qui subtilius discusserunt et lucidius explanauerunt verba eorum. Attamen omnes euangeliste mei a spiritu meo per infusionem habuerunt verba, que loquebantur et scripserunt. Item dic eidem heremite, quod faciat et impleat officium euangeliste.  »

  • 72 Sancta Birgitta, Reuelaciones extrauagantes…, p. 165-166.

[«  Le fils de Dieu parlait à son épouse [Brigitte] en lui disant  : “Je suis semblable au charpentier qui, coupant du bois dans la forêt, l’apporte chez lui puis fabrique une belle image, l’orne de couleurs et de traits. Ses amis voyant l’image, parce qu’elle aurait pu être ornée de couleurs plus belles encore, ajoutèrent leurs couleurs en peignant sur l’image. De même moi, Dieu, j’ai coupé dans la forêt de ma divinité mes paroles, que j’ai posées dans ton cœur. Mes amis les ont mises en livres selon la grâce qui leur a été donnée  ; ils les ont rehaussées de couleurs et les ont ornées. Maintenant, afin que ces paroles s’adaptent à plusieurs langues, remets tous les livres des révélations contenant mes paroles à mon évêque ermite, afin qu’il les consigne toutes par écrit, qu’il élucide les points les moins clairs et qu’il garantisse le sens catholique de mon esprit. Parce que mon esprit laisse parfois ceux que j’ai choisis juger par eux-mêmes, à la manière d’une balance, et examiner mes paroles dans leur cœur et, après mûre réflexion, ils les exposent de façon plus claire et les font mieux briller. Car, de même que ton cœur n’est pas toujours disponible et ardent pour proférer et écrire les choses que tu ressens – tantôt tu les tournes et retournes dans ton esprit, tantôt tu les écris et les réécris, jusqu’à ce qu’enfin tu arrives au véritable sens de mes paroles –, de même mon esprit montait et descendait avec les évangélistes et les docteurs, parce que tantôt ils notaient quelque chose qui devait être corrigé, tantôt quelque chose à remanier, tantôt ils étaient jugés et critiqués par d’autres. Et cependant après eux venaient d’autres encore, qui ont examiné de façon plus subtile et expliqué de façon plus limpide leurs paroles. Mais cependant tous mes évangélistes reçurent de mon esprit, par infusion, mes paroles qu’ils proféraient et écrivirent. Dis encore à l’ermite qu’il se comporte ainsi et qu’il remplisse l’office d’évangéliste”]72.

  • 73 «  Dans ce langage de tradition qu’est le latin médiéval, la part de l’élément formel et technique (...)
  • 74 Le fait que la voix d’Alfonso soit évidemment présente dans ce texte ne veut pas dire pour autant q (...)
  • 75 «  On parle de la coloration des mots et des pensées (dictionum et sententiarum coloratio), qualité (...)
  • 76 Ibid.

29À la différence du De episcopo, la Rev. extrav. 49 est entièrement construite autour d’une allégorie, ou métaphore continuée, découlant de la comparaison initiale dans laquelle Jésus s’assimile à un charpentier (ego sum similis carpentario) qui fabrique une ymago. Ce terme peut avoir, au xive siècle, le sens de statue ou de retable, puisqu’il existait des objets en bois peint aussi bien bi- que tridimensionnels. Jésus veut que cette ymago soit belle et il l’orne, pour cela, de couleurs et de traits. Mais il attend de ses amis (amici, amici mei) une contribution active à son œuvre, c’est-à-dire qu’ils colorent à leur tour son ymago. Les couleurs ne sont pas ici de simples ornements, mais un outil essentiel de la rhétorique, au service de la bonne transmission du message divin73. L’ensemble du texte affirme la nécessité de la dictionum et sententiarum coloratio et offre en même temps un exemple de sa parfaite maîtrise74. Alfonso manie avec élégance les figures de rhétorique, aussi bien celles qui reposent sur des effets sonores – l’ornatus facilis, avec l’annominatio (ornat eam coloribus et liniamentis/pulchrioribus coloribus ornari posset/apposuerunt et ipsi colores suos/colorauerunt et ornauerunt illa) – que les plus recherchées qui supposent une manipulation du sens des mots – l’ornatus difficilis, avec la translatio (sum similis carpentario qui fabricat ymaginem/sic ego Deus prescidi de silua deitatis mee verba mea)75. Ces éléments caractérisent le stilus tullianus, «  le seul style placé sous l’autorité non d’un père de l’Église mais d’un auteur antique  »76  : ici, c’est le Christ lui-même qui se fait la caution de cette autorité.

  • 77 «  In the revelation of 1372 (Rev. ex. 49) Christ says explicitly that his friends had edited his w (...)

30Qui sont les amis auxquels Jésus fait allusion  ? Le deuxième membre de la translatio apporte la réponse (Sic ego Deus…)  : si Jésus-verbum est comme une forêt divine dans laquelle Jésus-charpentier prélève du bois pour fabriquer une statue ou un retable à peindre, lorsque cette forêt divine devient une forêt de paroles transmises aux hommes, le cœur de Brigitte se substitue à la maison (deportat in domum/posui in cor tuum). En remplaçant les flores, dont avait parlé la Vierge, par le bois, matériau que l’on travaille et retravaille, la translatio adoptée par le Christ entraîne une plus grande richesse d’allusions concrètes à la pratique de l’écriture et de la réécriture. L’apposition des couleurs et des traits (liniamentis) sur le bois n’est que la première étape de la manifestation sur terre de la parole de Dieu, complétée par les amis. Mathias de Linköping, Petrus d’Alvastra et Petrus de Skänninge, amis de Dieu, ont commencé ce travail en rassemblant les révélations en livres (Amici mei redegerunt ea in libros), et ils l’ont exécuté avec talent (secundum graciam eis datam et colorauerunt et ornauerunt illa)77. Alfonso, au moment sensible du passage de relais, offre la preuve, par son écriture, qu’il est bien digne de leur succéder, voire qu’il est le seul en mesure d’effectuer un travail dont aucun autre n’est capable.

  • 78 Voir citation correspondant à la n. 48.

31Jésus en vient en effet à l’injonction qui est l’objet principal de la révélation (Nunc igitur…)  : faire désormais d’Alfonso le correcteur, l’éditeur et le responsable de la publication de la version définitive des Révélations – une version qui serait ensuite susceptible de satisfaire aux plus hautes exigences lors d’un procès de canonisation. La phrase, toute en subjonctifs (ut… conueniantqui conscribat et… elucidet et catholicum sensum spiritus mei teneat) dépendant d’un impératif (trade), énonce deux objectifs à atteindre. D’une part, que les Révélations soient disponibles dans leur totalité (omnes libros revelacionum), dans un latin clair et intelligible (obscura elucidet) et pour un vaste public (ut ipsa pluribus linguis conveniant). D’autre part, il s’agit de garantir l’orthodoxie de ces textes (catholicum sensum spiritus mei teneat). À partir du moment où Alfonso devient garant de cette orthodoxie, il peut décider de censurer certains textes ou fragments de textes, comme c’est le cas par exemple pour la révélation où Grégoire XI est qualifié de paralytique78.

  • 79 L’édition Ghotan est l’editio princeps, réalisée à l’occasion du centenaire de la canonisation de B (...)
  • 80 Première colonne  : Ego sum similis carpentario, qui prescindens ligna… deportat in domum et inde f (...)

32Dans la suite du texte, Jésus se livre à un étonnant exercice de diachronie sur la tradition des textes sacrés, marquée par les marges d’initiative personnelle que Dieu laisse à ses transcripteurs et exégètes dans leur incessant labeur d’élucidation et de rectification. Il rend ainsi hommage à l’exégèse des évangélistes et des docteurs tout en expliquant qu’à chaque génération de relecteurs et de correcteurs il s’en substitue une autre, qui va plus loin encore que la précédente (Et tamen alii postea venerunt, qui subtilius discusserunt et lucidius explanauerunt verba eorum). Le Christ distingue ainsi de fait entre docteurs et évangélistes, ce qui revient à distinguer entre les confesseurs suédois de Brigitte, les exégètes, et Alfonso, promu au rang d’évangéliste (pluriel/singulier, amici mei/episcopo meo heremite, omnes evangiliste mei/evangeliste). Ce rôle prestigieux semble avoir été reconnu, si l’on en croit la gravure sur bois de l’édition Ghotan (1492) des Révélations qui représente Brigitte tendant ses Révélations à Alfonso, en habits d’évêque79. Les deux personnages y sont dépeints sous la colombe du Saint Esprit ainsi que sous Jésus et Marie en buste qui bénissent leur entreprise commune. Ils convergent l’un vers l’autre dans une attitude similaire, mais chacun dans son rôle : Brigitte comme dépositaire de la parole divine et Alfonso comme récipiendaire de ce précieux trésor. L’image est complétée par deux colonnes de texte qui contiennent une version abrégée de la Rev. extrav. 4980.

Following divine ordination, St. Bridget hands over her celestial revelations to Bishop Alfonso

Following divine ordination, St. Bridget hands over her celestial revelations to Bishop Alfonso

The quotation is from Rev. ex.49, see p. 27.

Woodcut from the Gothan editor (Lübeck 1492).

Épilogue

  • 81 De même qu’elle n’utilise pas ce terme pour ses autres confesseurs. Elle qualifie Petrus d’Alvastra (...)

33Brigitte semble avoir eu une conscience étonnante des enjeux qui la concernaient et qui influeraient sur son image après sa mort. Avec Alfonso, elle a effectué un choix judicieux. Elle s’efforce de rendre les paroles divines qui lui sont révélées (cor tuum non semper est capax et feruidum ad proferendum et scribendum illa, que sentis, sed nunc voluis et reuoluis in animo tuo, nunc scribis et riscribis illa), mais, consciente de ses propres insuffisances et tâtonnements, elle sait que son rôle s’arrête là où commence celui d’Alfonso, l’amicus meus de la Vierge et l’évangéliste que le Christ distingue d’entre tous ses amici. La Rev. extrav. 49 énonce ainsi une complémentarité de Brigitte et d’Alfonso, où chacun a un rôle bien distinct et en aucune manière interchangeable. Tous deux remplissent les conditions pour être considérés comme amici spirituales mais, du moins dans les textes qui nous sont parvenus, Brigitte ne qualifie pas directement Alfonso comme son ami81. Il est, avant tout, l’ami de Jésus et de Marie, comme par ailleurs elle s’estime amica Dei. Leurs rapports correspondent, d’une part, à un état de fait (sicut matrem, sicut dominam), de l’autre, à des relations in progress, où Alfonso a un rôle actif à son égard, comme il l’a eu, dès le début, à l’égard de leur amitié dont il a été l’initiateur. Mais sa tâche se manifeste dans toute son excellence à l’égard des flores optimos qu’il est seul chargé de porter et de protéger – contre ses propres intempéries autant que contre celles de Brigitte. La tâche spécifique à laquelle ils sont attelés (conjointement et différemment) est à la fois le gage du lien objectif qui les unit et la pierre de touche de sa solidité, de leur compatibilité. Si l’ami est, traditionnellement un alter ego, leur relation, qui présuppose une profonde similitude morale, aboutit à l’altérité pragmatique de leurs rôles, complémentaires mais hiérarchisés, dès lors que leur tâche commune se scinde en deux responsabilités bien distinctes.

  • 82 Voir la citation «  Item ibi tunc in Monteflascone… » au paragraphe «  1. La révélation de 1370, d’ (...)

34On a vu que Petrus d’Alvastra, dans sa déposition lors du procès de canonisation, n’hésite pas à appeler Alfonso cuidam presbytero heremite sibi noto et amico82. Mais cette amitié mixte doit être légitimée, formalisée, codifiée par l’injonction divine pour qu’elle puisse être mise en pratique par les deux amis eux-mêmes. L’amitié en Dieu serait ce qui permet de dire la singularité de cette amitié mixte, que Brigitte et Alfonso bâtissent au gré des responsabilités communes, distinctes et hiérarchisées, à l’égard de la parole divine qu’il s’agit de transmettre et divulguer. Alfonso en effet est seul capable du travail de transformation des verba in libros. Et Brigitte ne peut que s’incliner – ou s’en persuader – à l’issue d’une double intervention divine où le Christ, en particulier, se montre très féru en matière de réécriture. Mais il n’est pas interdit de penser que la solide «  charpente  » rhétorique de cette allégorie pourrait être le fruit d’une réélaboration tardive par Alfonso, voulant ainsi étayer son intronisation divine par une véritable profession de foi sur les rapports entre le style et le sens.

35L’association de l’ami à la révélation du message divin renvoie au passage de l’Évangile de Jean qui est cité par Ælred  :

36Vnde Dominus in euangelio  : «  Iam non dicam uos seruos, sed amicos  »  ; causamque subiungens qua amici nomine digni haberentur  : «  Quia omnia  », inquit, «  quae audiui a Patre meo nota feci uobis  ». Et alias  : «  Vos amici mei estis, si feceritis quae praecepio uobis  ».

  • 83 Ælredus Rievallensis, Opera omnia…, p. 334-335  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 78. (...)

[«  Voilà pourquoi le Seigneur a dit dans l’Évangile  : “Je ne vous appellerai plus serviteurs mais amis”  ; ajoutant le motif qui les rend dignes du nom d’amis  : “Parce que”, dit-il, “je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père”. Et ailleurs, il dit  : “Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande”  »]83.

37C’est bien cette action, ce «  faire  » (si feceritis quae praecepio vobis), qui caractérise l’amicitia in Deo concrètement pratiquée par Brigitte de Suède et Alfonso de Jaén.

Haut de page

Notes

1 Voir Jacques Follon, James McEvoy, Sagesses de l’amitié I. Anthologie de textes philosophiques anciens, Fribourg, Cerf – Éditions universitaires de Fribourg, «  Pensée antique et médiévale – Textes », 1997 et Jacques Follon, James McEvoy, Sagesses de l’amitié II. Anthologie de textes philosophiques patristiques, médiévaux et renaissants, Fribourg, Cerf – Éditions universitaires de Fribourg, «  Pensée antique et médiévale – Textes », 2003. Également Bénédicte Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX de l’Éthique à Nicomaque (xiiie-xve s.), Turnhout, Brepols, 2007. Récemment, l’amitié au Moyen Âge a fait l’objet de plusieurs colloques  : James McEvoy, «  The Theory of Friendship in the Latin Middle Ages  : Hermeneutics, Contextualization and the Transmission and Reception of Ancient Texts and Ideas, from c. AD 350 to c. 1500 », Friendship in Medieval Europe, Julian Haseldine (éd.), Stroud (Gloucestershire), Sutton Publishing, 1999. Voir également, Thomas A. F. Kelly, Philipp W. Rosemann (éds.), «  Amor amicitiae »  : On the Love that is Friendship. Essays in Medieval Thought and Beyond in Honor of the Rev. Professor James McEvoy, Louvain, Peeters, 2004.

2 «  Ce traité connaît un succès immédiat. Dès la fin du xiie siècle, il est plagié par Pierre de Blois (v. 1135-1200) qui compose L’Amitié chrétienne sans préciser que les trois quarts de son ouvrage sont empruntés à Ælred. Plusieurs compilations du traité d’Ælred sont également rédigées au xiiie siècle. », Damien Boquet, L’ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Ælred de Rievaulx, Caen, Publications du CRAHM, 2005, p. 11-12. Le texte original latin du De spiritali amicitia se trouve dans Ælredi Rievallensis, Opera omnia, A. Hoste et C. H. Talbot (éds.), Turnhout, Brepols, Corpus Christianorum – Continuatio Mediaevalis, vol.  I, 1971, p. 279-350. Pour la traduction française, voir Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle, tr. du latin par Sœur Gaëtane de Briey, Abbaye de Bellefontaine, Vie monastique, no 30, 1994.

3 Jacques Follon, James McEvoy, Sagesses de l’amitié I…, p. 256-61. Au début du De spiritali amicitia, Ælred raconte  : Tandem aliquando mihi venit in manus, liber ille quem de amicitia Tullius scripsit  ; qui statim mihi et sententiarum gravitate utilis, et eloquentiae suavitate dulcis apparebat […] iam tunc enim nihil quod non dulcissimi nominis Iesu fuisset melle mellitum, nihil quod non sacrarum Scriptarum fuisset sale conditum, meum sibi ex toto rapiebat affectum. Et iterum atque iterum ea ipsa revolvens, quaerebam si forte possent Scripturarum auctoritate fulciri. Cum autem in sanctorum patrum litteris de amicitia plura legissem, volens spiritaliter amare nec valens, institui de spiritali amicitia scribere, et regulas mihi castae sanctaeque dilectionis praescribere. [«  Un jour enfin, le livre que Cicéron écrivit sur l’amitié me tomba entre les mains  ; il m’apparut aussitôt profitable par la profondeur des idées émises, et délectable par la façon dont elles étaient exposées. […] Rien ne captivait alors entièrement mon affection hormis ce qui était adouci par le miel du très doux nom de Jésus et assaisonné du sel des Saintes Écritures. Lisant et relisant cet ouvrage, je cherchais le moyen de l’étayer par l’autorité de l’Écriture. J’avais lu beaucoup de choses sur l’amitié dans les œuvres des saints Pères et je voulais aimer spirituellement mais je n’y parvenais pas  : j’entrepris donc d’écrire sur l’amitié spirituelle et de me prescrire des règles pour une chaste et sainte dilection ».], Ælredi Rievallensis, Opera omnia…, p. 287-288  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 19-20. Les modifications que j’apporte à la traduction sont indiquées en italique.

4 Quid enim sublimius de amicitia dici potest, quid uerius, quid utilius, quam quod in Christo inchoari, et secundum Christum produci, et a Christo perfici debeat probetur. [«  En effet, que peut-on dire de plus sublime, de plus vrai, de plus utile sur l’amitié que ceci  : elle doit prendre naissance dans le Christ, se développer conformément au Christ et trouver son achèvement dans le Christ. »], Ælredi Rievallensis, Opera omnia…, p. 291  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 23.

5 Damien Boquet, L’ordre de l’affect…, p. 12-13.

6 «  L’amitié mixte pour Ælred ne ressortit pas de l’idéal accessible mais de la nostalgie, ou encore à proprement parler de l’utopie, c’est-à-dire d’une anticipation du royaume céleste. », Damien Boquet, L’ordre de l’affect…, p. 286.

7 Écrit avant février 1343. Voir Nicole Marzac, Richard Rolle de Hampole. Vie et œuvres suivies du “Tractatus super Apocalypsim”, Paris, Vrin, 1968, p. 55.

8 Margaret Deanesly, The Incendium Amoris of Richard Rolle of Hampole, Manchester, University Press, 1915, p. 263. Je tiens à remercier tout particulièrement Mesdames Anna Fontes et Gisèle Besson, qui ont bien voulu relire et corriger mes traductions du latin. Si des erreurs demeurent, j’en suis seule responsable.

9 John Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and their Male Collaborators, New York, Columbia University Press, 2006.

10 Coakley va jusqu’à identifier des triades sans pour autant faire le lien avec la forme trinitaire de l’amitié spirituelle  : «  By incorporating themselves as characters in their narratives, they are more likely to expand the couple into the three-some or triad – woman/Christ/cleric – that we have observed repeatedly. This triad appears in a variety of ways. Christ and the woman may appear talking about the man […]. Christ may communicate through the woman to the man about himself or others… Christ may explain to the woman the authority or responsibilities of the man […]. Or the man may speak of himself as a servant or subordinate to both the woman and Christ […]. The woman and the man may develop a shared strategy for approaching the divinity. In these various triadic scenes or images, knowledge and experience of God are inseparable from human interaction. », John Coakley, Women, Men…, p. 224-225.

11 Claire L. Sahlin a introduit la notion d’amitié spirituelle dans son étude des liens entre Brigitte et Alfonso, sans pour autant la justifier à travers une analyse des textes des Révélations  : «  Recent scholarship concerning medieval Christianity examines interactions between religious women and their male spiritual advisers, scribes, and hagiographers. Historians have identified close, spiritual friendships between them, investigated the role of clerics in the production of women’s religious writings, and examined the significance of visionary women to their clerical guides and biographers. », Claire L. Sahlin, Birgitta of Sweden and the Voice of Prophecy, Woodbridge, The Boydell Press, «  Studies in Medieval Mysticism », 2001, p. 110. C’est nous qui soulignons.

12 M. Schlosser, «  Madre-sorella-sposa nella spiritualità di santa Chiara », Chiara. Francescanesimo al femminile, Davide Covi, Dino Dozzi, Bologna, Dehoniane, 1992, mentionné par Jacques Dalarun, «  Et Dieu changea de sexe, pour ainsi dire ». La religion faite femme (XI-XVe siècle), Paris, Fayard, 2008, p. 203.

13 James France, «  Bridget Gathers Cistercian Flowers », Studies in St Birgitta and the Brigittine Order, vol.  1, 1993, p. 29-48  ; Idem, «  From Bernard to Bridget  : Cistercian Contribution to a Unique Scandinavian Monastic Body », Bernardus Magister  : Papers Presented at the Nonacentenary Celebration of the Birth of Saint Bernard of Clairvaux, Kalamazoo, Michigan, 10-13 May 1990, John R. Sommerfeldt (éd.), Kalamazoo, Cistercian Publications Inc., Cistercian Studies Series 131, 1992, p. 394-397.

14 Les cardinaux corrompus, par exemple, qui parviennent à persuader le pape Grégoire XI de ne pas quitter Avignon sont pour Brigitte amicorum carnalium […] amici, non spiritus set carnis ipsius Gregorii pape. Voir Sancta Birgitta, Revelaciones - Book IV, Hans Aili (éd.), Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1992, p. 392, 395. Cette dichotomie, très marquée dans les écrits de sainte Brigitte, reflète une forma mentis commune à son époque et à son milieu. Il existe, depuis le tout début des années 1340, une communauté (rassemblant à la fois laïques et clercs) de Rhénanie et du Brabant qui a pour nom justement Amici dei, et dont les combats rejoignent ceux de Brigitte. Voir Bernard Gorceix, Amis de Dieu en Allemagne au siècle de Maître Eckhart, Paris, Albin Michel, «  Spiritualités Vivantes », 1984, p. 65 et 89  : «  Le terme Ami de Dieu était déjà fréquemment utilisé pour désigner les apôtres, les évangélistes, les saints, et les âmes pieuses  : aussi bien dans la Chanson de Roland que chez la correspondante d’Hildegarde de Bingen, Elisabeth de Schönau. Tout au long du xiiie siècle, dans le Saint Empire, nous assistons à l’augmentation de la fréquence du terme, au sein notamment de la mystique féminine  : chez Mechtilde de Magdebourg, il désigne souvent l’âme pieuse qui cherche Dieu et qui trouve Dieu. […] L’amitié divine n’a pas été, en Occident, aussi fructifère qu’en Orient  : le beau et grand thème spirituel n’en a pas moins nourri une tradition riche et durable  ; au xive siècle, chez les grands mystiques tout d’abord, chez les Amis de Dieu ensuite, il a connu un véritable sommet ».

15 Voir par exemple la Rév. VI, 88  : Nocte natalis Domini tam mirabilis et magna aduenit sponse Christi exultacio cordis, vt vix se pre leticia tenere posset, et in eodem momento sensit in corde motum sensibilem admirabilem, quasi si in corde esset puer viuus et voluens se et reuoluens. Cumque motus iste duraret, ostendit patri spirituali suo et aliquibus amicis spiritualibus suis, ne forte esset illusio. Qui visu et tactu probantes veritatem admirabantur. [«  La nuit de la naissance du Seigneur, le cœur de l’épouse du Christ fut saisi d’une exultation si grande et si merveilleuse que Brigitte pouvait à peine se contenir telle était sa joie, et dans le moment même elle sentit en son sein un mouvement sensible et merveilleux, comme si dans son cœur se trouvait un enfant vivant qui se tournait et se retournait. Comme ce mouvement durait, elle le montra à son père spirituel et à quelques-uns de ses amis spirituels, pour s’assurer que ce n’était pas une illusion. Ces derniers, ayant éprouvé par la vue et le toucher, admiraient la vérité de cet événement. »], Sancta
Birgitta, Revelaciones - Book VI, Birger Bergh (éd.), Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1991, p. 247. C’est nous qui soulignons.

16 Il existe de nombreuses biographies de sainte Brigitte de Suède  : Igino Cecchetti : «  Brigida di Svezia », Bibliotheca Sanctorum, vol.  II, Roma, Città Nuova Editrice, 1961, p. 439-530  ; Bridget Morris, Saint Birgitta of Sweden, Woodbridge, The Boydell Press, Studies in Medieval Mysticism, 1999  ; Vicente Almazán, Santa Brígida de Suecia. Peregrina, politica, mistica, escritora, Saint Jacques de Compostelle, Xunta de Galicia, 2000.

17 Voir Vita S. Birgittae, Auctore Birgero, archiepiscopo Upsalensi, Cap. I, [2], Acta Sanctorum, Octava Dies Octobri, BHL 1335 [Col. 0485 A], http://acta.chadwyck.co.uk, consulté le 4 juin 2009.

18 Le roi Sverker Ier de Suède fonda ce monastère en 1143. Encouragée et conduite par des cisterciens français, la construction donna naissance au plus grand monastère de son époque en Suède  : Carl Hallendorff, Adolf Schück, History of Sweden, tr. du suédois par Lajla Yapp, Stockholm, Fritze, 1929, p. 32-33.

19 «  En Santiago [Brígida] adquirió el libro atribuido a San Bernardo Liber de modo bene vivendi (ad sororem), que influyó en su pensamiento. […] Santa Brígida se retiró al convento donde falleció su esposo [i.e. Alvastra], y allí medita intensamente […] Se inicia aquí el período intensamente místico que llenaría el resto de su vida. », Angela Franco, «  Santa Brígida y la iconografía evangélica », in VII Centenario. Santa Brígida, Patrona de Europa, Dueñas (Palencia), Simancas, 2005, p. 84-85. Un frère, du nom de Gerekinus, proteste contre sa présence à Alvastra (Rév. extrav. 55)  : «  Cur ista domina residet hic in monasterio monachorum contra regulam nostram, inducens nouam consuetudinem  ? » Tunc idem frater in oracione raptus in quodam mentis excessu audiuit quandam vocem dicentem sibi  : «  Hec enim mulier est amica Dei et ad hoc venit ad monasterium, vt sub monte isto flores colligat, de quibus omnes gentes eciam vltra mare et fines mundi recipient medicinam ». [«  “Pourquoi cette femme réside-t-elle ici, dans un monastère de moines, enfreignant notre règle, introduisant une nouvelle coutume  ?” Alors ce même frère, étant en prière, ravi dans une extase de l’esprit, entendit une voix qui lui disait  : “Cette femme est l’amie de Dieu, et elle est venue expressément dans ce monastère pour cueillir sur cette montagne des fleurs dont toutes les nations, même au-delà des mers et aux confins du monde recevront le remède.” »] », Sancta Birgitta, Reuelaciones extrauagantes, Lennart Hollman (éd.), Uppsala, Almqvist & Wiksell, 1956, p. 176.

20 Dans les actes du procès de canonisation, son témoignage porte la mention spéciale de depositio copiosissima tant il dépasse en longueur et en précision celui des nombreux autres témoins. Petrus d’Alvastra est sans aucun doute celui qui passa le plus de temps auprès de Brigitte. Voir le fac-simile du ms. A 14 de la Bibliothèque Royale de Stockholm  : Acta et processus canonizacionis Sanctae Birgittae - Codex Holmiensis A 14, Isak Collijn (éd.), Stockholm, Cederquists Grafika Aktiebolag, 1920 et surtout sa transcription, Acta et processus canonizacionis Beate Birgitte, Isak Collijn (éd.), Uppsala, Almquist & Wiksell – A.-B., 1924-1931.

21 «  En 1352 va a Santa Maria della Porziuncula, por propia indicacíon espiritual del poverello […] reza ante las tumbas de los santos apóstoles diseminadas por el sur de Italia  : Ortona, Benevento, Salerno, Amalfi, Bari, San Miguel en el monte Gargano, y asimismo Nápoles. », Ángela Franco, Santa Brígida…, p. 98.

22 «  Alfonso’s father became chamberlain (camarero mayor) to King Alfonso XI… Alfonso’s mother was Elvira Martinez, of Segovia, camarera mayor to Alfonso XI’s queen, Mary. », Arne Jönsson, Alfonso of Jaén, his life and works, Lund, University Press, Studia Graeca et Latina Lundensia – 1, 1989, p. 32-33. Jönsson a
proposé une version synthétique et mise à jour des informations concernant Alfonso de Jaén dans le volume sur le 7e centenaire de la naissance de sainte Brigitte  : Idem, «  Alfonso de Jaén, confesor y asesor de Santa Brígida », in VII Centenario…, p. 69-79.

23 Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 34-35.

24 Son frère aîné, Pedro Fernández, qui vivait à la cour au service de la famille royale, suivant en cela la tradition familiale, se retira et devint ermite entre 1367 et 1368. Les deux frères s’impliquent ensemble dans la fondation d’un nouvel ordre d’ermites, les Jéronimites. Quelques années plus tard, Alfonso renonce à une partie de ses biens pour doter un ermitage fondé par son frère. Voir à ce propos Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 33-36 et 69-72.

25 «  Según este texto [los estatutos sinodales de 1478], fue Alfonso quien había convocado el primer sínodo conocido en Jaén que se cree tuvo lugar en el año 1368. Así, Alfonso parece haber sido uno de los obispos de Castilla que jugó un papel importante en los intentos de reformar la Iglesia en el siglo XIV. Gilkjaer [sic, Gilkaer] lo considera como “algo parte de un logro por parte de Alfonso Pecha, que fue capaz de reunir el sacerdote de la diócesis en el primer sínodo de Jaén, sólo un pequeño período de tiempo después del final de los últimos ocho años del cisma […]. No era un obispo debilitado el que abandonó el obispado de Jaén.” », Arne Jönsson, «  Introducción… », in VII Centenario…, p. 72.

26 Quomodo adhuc puella vidit amiranda. Puella igitur Brigida, sponsa Christi, cum iam septimum annum attigesset etatis, vidit semel vigilans ex opposito lecti sui altare et quandam dominam super illud vestibus fulgidis sedentem et habentem in manu preciosam coronam, que dixit ei  : «  O Brigida, veni  ! » Illa autem hoc audiens surrexit de lecto currens ad altare, cui dixit domina  : «  Visne habere istam coronam  ? » Cui annuenti dicta domina imposuit coronam in capite, ita quod sensit tunc Brigida quasi circulum corone caput suum tangere. Redeunte vero ea ad lectum, disparuit visio, quam tamen numquam poterat obliuisci. Quomodo vidit Cristum crucifixum. Circa decimum annum [etc.] [«  Comment la jeune fille vit des choses merveilleuses. Il arriva une fois que la jeune Brigitte, l’épouse du Christ, alors qu’elle avait déjà atteint l’âge de sept ans, ne dormant pas, vit sur l’autel en face de son lit une femme assise, vêtue d’habits resplendissants et tenant dans sa main une précieuse couronne, qui lui dit  : “Ô Brigitte, viens  !” Entendant cela, Brigitte bondit de son lit en courant vers l’autel, et la femme lui dit  : “Ne veux-tu pas posséder cette couronne  ?” Brigitte acquiesçant, la femme plaça la couronne sur sa tête, et cette dernière eut la sensation alors que le cercle de la couronne pesait sur sa tête. Tandis qu’elle retournait à son lit, la vision disparut, que cependant elle ne put jamais oublier. Comment elle vit le Christ en croix. Quand elle avait environ dix ans… »], Acta et processus…, 1924-1931, p. 75-77.

27 «  Such stories are extremely stereotypical, and probably have little historical content. They serve to a large degree as prefigurations of her later life, and convey standard hagiographical patterns […]. She has her first vision proper at the traditional age of seven, an age at which she probably would have received her first communion and been made aware of the social roles expected of her […]. The image of the Virgin placing a crown on her head in this first vision can be seen as a call to the spiritual life. », Bridget Morris, Saint Birgitta…, p. 39.

28 Quomodo sancta Birgitta cepit habere reuelaciones diuinas et quare etc. Cap. XLVII. Transactis aliquibus diebus post mortem mariti, cum beata Birgitta sollicita esset de statu suo, circumfudit eam spiritus Domini ipsam inflammans. Raptaque in spiritu vidit nubem lucidam, et de nube audiuit vocem dicemtem sibi  : «  Ego sum Deus tuus, qui tecum loqui volo. Scias, quia non loquor propter te solam sed propter salutem omnium Christianorum. Audi igitur, que loquor. Tu quippe eris sponsa mea et canale meum, audies et videbis spiritualia et secreta celestia. [«  Comment sainte Brigitte commença à avoir des révélations divines et pourquoi, etc. Quelques jours après la mort de son mari, alors que la bienheureuse Brigitte s’interrogeait sur sa condition, l’esprit du Seigneur, l’enflammant, se répandit en elle. L’esprit en extase, elle vit un nuage lumineux, et depuis le nuage entendit une voix qui lui disait  : “Je suis ton Dieu et je veux parler avec toi. Sache que je ne te parle pas pour toi seule mais pour le salut de tous les Chrétiens. Écoute donc ce que je dis. Tu seras mon épouse et mon canal, tu entendras et tu verras des choses spirituelles et des secrets célestes”. »], Sancta Birgitta, Reuelaciones extrauagantes…, p. 162-163.

29 «  In 1346-47 two close supporters, Prior Peter of Alvastra and Bishop Hemming of Åbo (Turku), conveyed her revelations concerning the Hundred Years War and the Avignon papacy to an international audience, including the kings of France and England and Pope Clement VI. », Claire L. Sahlin, Birgitta of Sweden…, p. 17. Les révélations adressées aux rois et aux empereurs sont rassemblées dans le Liber celestis imperatoris ad reges  ; celles adressées aux papes dans le Tractatus de summis pontificibus. Pour une étude systématique du contenu des Révélations, voir Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I, cum Prologo Magister Mathie, Carl-Gustaf Undhagen (éd.), Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1977, p. 38-50.

30 Verba diuinitus ei data scribebat in lingua sua materna manu sua propria, quando erat sana, et faciebat illa translatari in lingua latina fidelissime a nobis confessoribus suis et postea ascultabat illa cum scriptura sua, quam ipsa scripserat, ne unum verbum ibi plus adderetur uel deficeret, nisi que ipsa in visione diuinitus audierat et viderat. Si vero erat infirma, vocabat confessorem et scriptorem suum secretarium ad hoc specialiter deputatum, et tunc ipsa cum magna deuocione et timore Dei et aliquando cum lacrimis referebat ei verba illa in uulgari suo cum quadam attenta eleuacione mentali, quasi si legeret in libro, et tunc confessor dicebat illa verba in lingua latina illi scriptori, et ille scribebat illa ibidem in sua presencia, et postea cum erant verba conscripta, ipsa volebat illa ascultare et ascultabat ualde diligenter et attente. [«  Elle écrivait les paroles qu’elle recevait de Dieu de sa propre main dans sa langue maternelle, lorsqu’elle était en bonne santé ; elle les faisait traduire en latin très fidèlement par nous ses confesseurs et ensuite elle les écoutait en tenant à la main ses textes, qu’elle avait écrits elle-même, afin de vérifier que pas un mot n’avait été ajouté ou retranché et qu’il n’y avait rien d’autre que ceux qu’elle avait entendus et vus dans sa vision divine. Si au contraire elle était malade, elle appelait son confesseur et son secrétaire-écrivain spécialement assigné à cette tâche, et alors, avec une grande dévotion et une grande crainte de Dieu, parfois en larmes, elle lui rapportait les paroles dans sa langue, se concentrant, par l’élévation de son esprit, comme si elle lisait dans un livre  ; le confesseur disait alors au secrétaire ces paroles en latin, ce dernier les écrivait sur le champ en sa présence  ; après quoi, lorsque ses paroles étaient transcrites, Brigitte demandait à les entendre et les écoutait avec grand soin et attentivement. »], Acta et processus…, 1924-1931, p. 84, cité dans Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 5, n. 6. Voir Ibidem, «  Introduction générale », p. 1-37.

31 «  During the canonization process, witnesses had to answer among other questions one on Birgitta’s knowledge of Latin (art. 38). From the answers it is evident that Magister Petrus Olavi of Skänninge was her principal teacher in Latin grammar and also that she made great progress in a short space of time so that she could speak and understand Latin fairly well  ; but it is not possible to establish how conversant she became with Latin during her 24 years in Italy. », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 7, n. 11.

32 Undhagen souligne la compétence de Matthias de Linköping, qui fut donc le premier à permettre à Brigitte de toucher un public en diffusant localement certains textes en suédois puis en traduisant en latin certaines des révélations destinées à un public international  : «  That Birgitta engaged a man of Mathias’ scholarship and authority as assistant shows a sound judgement », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 10, n. 22.

33 «  Since the message of the Revelations to a great extent concerned persons and circumstances outside Sweden, Birgitta was most anxious to have them translated into Latin, the international language of the Middle Ages. », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 6. Claire L. Sahlin a étudié le rapport de Brigitte à chacun de ses confesseurs successifs dans le chapitre «  Submission, Role Reversals, and Partnerships  : Birgitta and her Clerical Associates », in Birgitta of Sweden…, p. 109-135.

34 Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 55-58.

35 Anno Domini mº cccº lxxvijº […] Reuelaciones, in pluribus voluminibus conscripte, quia sic commoditus a pluribus inspici potuerunt, presentate fuerunt per manus […] domine Katerine, nate beate Birgitte, fratris Petri, prioris Aluastri, et domini Petri Olaui, confessoris prefate domine Birgitte, sanctissimo patri, domino Gregorio XJº. Qui […] statim eas assignauit et commisit examinandas circumspectissimis et peritissimis viris […]  ; jtem venerabili patri, domino Alphonso […] [«  L’an du Seigneur 1377, les Révélations, transcrites en plusieurs volumes, parce qu’elles pouvaient ainsi être confortablement examinées par plusieurs personnes, furent présentées au très saint père Grégoire XI de la main de Catherine, née de la bienheureuse Brigitte, de frère Petrus, prieur d’Alvastra, et de Petrus Olavi, confesseur de la susdite Brigitte. Le pape les confia immédiatement à une commission d’hommes d’une prudence remarquable et particulièrement expérimentés, chargés de les examiner, [dont faisait aussi partie] le vénérable père Alfonso »], lettre de Petrus de Skänninge citée dans Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 13, n. 32. Outre sa capacité à honorer sa tâche de responsable d’édition et de publication, Alfonso avait également le réseau de connaissances nécessaires pour peser sur le sort de Brigitte. Il fut juge et partie puisqu’il siégea dans les deux commissions chargées d’examiner les Révélations que lui-même avait élaborées. Il y eut deux commissions parce que Grégoire XI mourut en mars 1378  ; son successeur, Urbain VI, reprit donc le dossier de Brigitte en instaurant une nouvelle commission d’examen (active de 1378 à 1380), dont Alfonso faisait toujours partie. Voir Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 78-79.

36 «  Quite a number of the considerable revelations that Prior Petrus, at Birgitta’s exhortation, had presented to Alfonso for revision and publication were found for several reasons, for instance ecclesiastical policy, to be unsuitable for inclusion in the first Alfonso redaction. […] Alfonso realized that many of those not included in the first redaction deserved to be published at a suitable time for a wider circle. […] Therefore he began to make compilations […]. The revelations […] dealing with kings and emperors were gathered with others of a similar content into a sort of «  Mirror for Kings » which Alfonso called Liber celestis imperatoris ad reges [aussi appelé huitième livre] […]. A number of Birgitta’s revelations dealt with popes. Most of these were gathered by Alfonso into a Tractatus de summis pontificibus, a «  Mirror for Pontiffs » », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 22-23.

37 Cela explique que dans un manuscrit postérieur de quelques années, toujours conservé à Vadstena, tous les ajouts par rapport à cette première version puissent être signalés avec précision par des notes comme Jstud non habet alphonsus ou bien Finis uj libri secundum alphonsum. Voir Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 17.

38 L’édition critique des Révélations a été publiée à Stockholm, chez Almqvist & Wiksell  : Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I, op. cit., 1977  ; Book II, Carl-Gustaf Undhagen, Birger Bergh (éds.), 2001  ; Book III, Ann-Mari Jönsson (éd.), 1998  ; Book IV, op. cit., 1992  ; Book V, Liber questionum, Birger Bergh (éd.), 1971  ; Book VI, op. cit., 1991  ; Book VII, Birger Bergh (éd.), 1967  ; Book VIII, Liber celestis imperatoris ad reges, Hans Aili (éd.), with a reprint of Alfonso of Jaén, Epistola Solitarii ad reges, Arne Jönsson (éd.), 2002  ; Revelaciones Extravagantes, op. cit., 1956.

39 Acta et processus…, 1924-1931, p. 364.

40 Voir l’éclairante démonstration de Didier Lett en la matière, menée à propos de Nicola da Tolentino, dont le procès de canonisation s’est tenu trois quarts de siècle avant celui de Brigitte  : «  À chacun sa fama sanctitatis », Didier Lett, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale, Paris, PUF, «  Le nœud gordien », 2008, p. 357-378.

41 Cum propter uirtutem et probitatem etiam eos, quos numquam uidimus, quodam modo diligamus. [«  Vertu et honnêté nous attachent en quelque sorte même à des personnes que nous n’avons jamais vues. »], Cicéron, De amicitia, éd. bilingue, tr. du latin F. Combès, Paris, Belles Lettres, 1996, VIII-28, p. 38-39.

42 Eric Colledge, «  Epistola solitarii ad reges  : Alphonse of Pecha as Organizer of Birgittine and Urbanist Propaganda », Mediaeval Studies, col. XVIII, 1956, p. 25.

43 Voir n. 30.

44 «  Alfonso and Birgitta collaborated to make God’s will known to ecclesiastical and worldly leaders. She obtained communications from God, and he promulgated them at her behest. She relied on him for protection and a public hearing, and he depended on her for direct contact with the celestial world […]. When she disclosed a prediction of divine wrath to a large assembly in Naples, which was specially gathered for hearing it, she was silent while Alfonso read the revelation aloud to the crowd «  at Lady Birgitta’s command » (de mandato ipsius domine Brigide). When he was finished, Birgitta then handed a copy of the revelation, which Alfonso had written out, over to the people. », Claire L. Sahlin, Birgitta of Sweden…, p. 129-131.

45 Voir ci-après n. 53.

46 «  Nei suoi intenti, la nuova congregazione avrebbe dovuto ispirarsi all’esempio del monastero di Fontevraud retto da Robert d’Arbrissel, che essa aveva visitato  : una sorta di doppia comunità in cui uomini e donne vivevano e operavano gli uni accanto alle altre in luoghi separati ma uniti dal punto di vista economico, sociale e religioso. I papi approvarono la fondazione del suo primo convento a Vadstena, e più tardi anche l’ordine, ma rifiutarono sempre di concedere il benestare al sistema dei due monasteri riuniti. Tuttavia un’istituzione di questo tipo venne fondata a Marienwater, presso Rosmalen, da dove le monache si mossero nel 1713 per Uden », Louis Goosen, Dizionario dei santi. Storia, letteratura, arte e musica, tr. dall’olandese Maria Cristina Coldagelli, Silvia Contarini, Raffaella Novità e Franco Paris, Milano, Mondadori, 2000, p. 87-88.

47 «  After a modified version of Birgitta’s monastic Rule (the Regula Salvatoris) received its first formal approbation in 1370 and the Order was formally recognized in 1378, forty-six nuns and eighteen brothers took formal vows in Vadstena in 1384. During the fifteenth century, in the midst of sharp controversies over the indulgence privileges awarded the Order as well as the respective roles of women and men in the Order (including the leadership of the abbess in the monastic houses), the Birgittine Order spread quickly throughout Scandinavia and also to Italy, Germany, England, Poland, Estonia, the Low Coutries, and Spain. By the end of the fifteenth century, the number of Birgittine houses reached sixty or seventy. », Claire L. Sahlin, Birgitta of Sweden…, p. 17.

48 «  Besides the material accepted by Alfonso into the textual redaction intended for the canonisation proceedings, the Birgittine corpus contained a large number of revelations, whose contents Alfonso had judged to be too controversial or too mundane to merit inclusion. This material was, however, accepted into the text corpus by later editors. […] The contents of Book IV were later further amplified by yet other Revelations – one on the excellence of the angels (Rev. IV 131), four on the morals of the clergy (Tractatus ad sacerdotes, Rev. IV 132-135), and nine dealing with the importance of the return of the Papal seat to Rome (Tractatus ad summos pontifices, Rev. IV 136-144). This supplementary material was incorporated gradually and with individual variations, which has given rise to two identifiable later redactions, firstly the Vadstena Redaction, which is characterised by the presence of all the Add. and Decl. and, in Book IV, by Rev. 131-144 […]. Öberg (1969) has shown that IV […] 140, 142 and 143 have originally been drafted as letters to various persons, and still contain epistolary elements. », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book IV…, p. 18-19  ; les quatre révélations (140 à 143) se trouvent aux p. 392, 395, 397, 400.

49 «  Alfonso de Jaén, confesor y asesor de Santa Brígida » (voir supra n. 22).

50 Eric Colledge, «  Epistola solitarii… », p. 20  ; M. Seidlmayer, «  Ein Gehilfe der hl. Birgitta von Schweden  : Alfons von Jaen », Historisches Jahrbuch der Görres-Gesellschaft, 50, 1930, p. 1-18.

51 Tore Nyberg, «  The canonization process of St. Birgitta of Sweden », Procès de canonisation au Moyen Âge. Aspects juridiques et religieux – Medieval Canonization processes. Legal and religious aspects, Gábor Klaniczay (éd.), Rome, École française de Rome - 340, 2004, p. 70. Également intéressant à ce sujet, quoique portant sur une période postérieure  : Romana Guarnieri, «  Nec domina nec ancilla, sed socia. Tre casi di direzione spirituale tra Cinque e Seicento », in Eadem, Donne e Chiesa tra mistica e istituzioni (sec. XIII-XV), Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2004, p. 367-390.

52 «  L’amitié romaine ne se réduit pas au sentiment intime que nous désignons par ce terme  ; au-delà de lui, elle recouvre aussi un certain type de relation sociale qui ordonne en particulier tout un pan de la vie publique  : être «  amis », c’est aussi, et souvent surtout, être alliés dans l’action publique, les deux dimensions, personnelle et politique, se superposant en un réseau complexe d’affinités, mais aussi de services et de contre-parties dans un système où les relations personnelles occupent la place dévolue dans nos systèmes modernes aux idéologies et aux mécanismes des partis. », François Prost, Préface, in Cicéron, De amicitia…, p. XXVI.

53 Amicitia itaque spiritalis inter bonos, uitae, morum, studiorumque similitudine parturitur, quae est in rebus humanis atque diuinis cum beneuolentia et caritate consensio. Quae quidem diffinitio ad amicitiam exprimendam satis mihi uidetur esse sufficiens […]. Vbi talis est amicitia, ibi profecto est idem uelle et idem nolle, tanto utique dulcius, quanto sincerius  ; tanto suauius, quanto sacratius  ; ubi sic amantes nihil possunt uelle quod dedeceat, nihil quod expediat nolle. Hanc nempe amicitiam prudentia dirigit, iustitia regit, fortitudo custodit, temperantia moderatur. [«  L’amitié spirituelle entre gens de bien naît de la similitude de vie, de mœurs et de goûts  ; elle est une conformité de sentiments, accompagnée de bienveillance et de charité, à propos des choses humaines et divines. Cette définition me paraît suffisante pour dire ce qu’est l’amitié. […] Là où existe une telle amitié, là aussi existe certainement un même vouloir et un même non vouloir, d’autant plus doux qu’il est plus sincère, d’autant plus suave qu’il est plus saint. Ceux qui s’aiment ainsi ne peuvent que vouloir ce qui convient et ne pas vouloir ce qui n’est pas de mise. Cette amitié, la prudence l’oriente, la justice la régit, la force la garde, la tempérance la modère. »], Ælredis Rievallensis, Opera omnia…, p. 297  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 30.

54 Voir n. 28.

55 «  Las Revelationes fueron reunidas en una especie de corpus por los que ella llamaba «  amigos de Dios », Petrus de Skänninge, Petrus de Alvastra, y sobre todo el eremita español Alfonso de Vadaterra. », Ángela Franco, «  Santa Brígida… », VII Centenario…, p. 86.

56 «  According to Johannes Jorgensen it may have been Bridget’s experiences from the confirmation transactions, when she learned that the Latin of her Swedish confessors was not good enough, that were the impetus for the revelation in which the Virgin Mary made Alfonso editor of her books of revelations. », Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 47.

57 «  Vita beatae Brigide prioris Petri et magistri Petri », in Acta et processus…, 1924-1931, p. 638. Voir également, Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 27  : «  When Bridget was at Montefiascone in 1370 for an audience with Pope Urban V, the Virgin Mary appeared to her and told her to tell her acquaintance and friend the priest and hermit to «  write and copy » the books of revelations, which had been kept secret until then. »

58 Ad amicitiam quatuor specialiter pertinere uidentur  : dilectio et affectio, securitas et iucunditas […] ad securitatem, sine timore uel suspicione omnium secretorum et consiliorum […] [«  Quatre réalités font spécialement partie de l’amitié  : la dilection et l’affection, la sécurité et l’agrément […] dévoiler tous ses secrets et ses projets, sans crainte ni suspicion, concerne la sécurité […] », Ælredis Rievallensis, Opera omnia…, p. 327  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 68.

59 Voir «  The destruction of Cyprus » et «  Excursus on Cyprus » dans Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 99-102.

60 Rev. VII, 16, Addicio, 16-21, Sancta Birgitta, Revelaciones - Book VII…, p. 169-171.

61 Sur le terme domina, voir  : «  Domina  : statut social ou statut matrimonial  ? », Didier Lett, Un procès…, p. 208-209.

62 Jacques Dalarun considère déjà comme habituelle dans les écrits de sainte Claire l’«  expression de la classique pseudo-parenté spirituelle », in Jacques Dalarun, «  Et Dieu changea de sexe »…, p. 194. Voir plus généralement le chapitre II.6 «  Claire et les hommes », p. 190-206.

63 Sur l’analyse en termes de rapports de force femme-homme, centrés sur l’enjeu de l’autorité entre Brigitte et ses confesseurs, voir Claire L. Sahlin  : «  Whereas Birgitta depended greatly on clerical officials for assurance and approbation, she sometimes, in fact, exercised authority that paralleled and superseded theirs. », Eadem, Birgitta of Sweden…, p. 110-111.

64 Voir n. 58, ou encore  : Quatuor quaedam probanda sunt in amico  : fides, intentio, discretio, patientia. [«  Il s’agit de vérifier la fidélité, l’intention, le bon sens et la patience de ton ami »], Ælredis Rievallensis, Opera omnia…, p. 329  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 70.

65 Amicus igitur amico quod honestum sit suadeat, secure, manifeste, libere. Nec solum monendi sunt amici, sed si opus fuerit obiurgandi. [«  Que les amis se donnent donc de bons conseils en toute assurance, clarté et liberté. Il ne s’agit pas seulement d’avertir son ami mais de le réprimander, s’il en est besoin. »], Ælredis Rievallensis, Opera omnia…, p. 341  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 86.

66 The Contra amatores mundi of Richard Rolle of Hampole, Paul F. Theiner (éd. et tr.), University of California Press, Berkeley/Los Angeles, 1968. Richard Rolle, Le Chant d’Amour. Melos Amoris, François Vandenbroucke (éd.), tr. du latin par les Moniales de Wisques, 2 vol. , Cerf, Paris, 1971.

67 La métaphore floréale était déjà présente, même si elle n’était pas explicitée, dans la Rév. extrav. 55 où le moine Gerekinus se plaint de la présence de Brigitte à Alvastra. Dieu répondait au plaignant que la présence de Brigitte se justifiait parce qu’elle rassemblait des fleurs pour soigner l’humanité (flores colligat, de quibus omnes gentes eciam vltra mare et fines mundi recipient medicinam)  : voir n. 19.

68 Itaque in dignitatibus uel officiis, maxime ecclesiasticis, magna cautio adhibenda est  ; nec attendendum quid tu possis praestare, sed quid ille cui praestas poterit sustinere. […] Quocirca semper in his ratio sequenda est, non affectus  ; nec his imponendus est honos uel onus istud quos habemus amicitiores, sed quos ad ea sustinenda credimus aptiores. [«  Lorsqu’il s’agit de conférer des dignités ou des fonctions, surtout ecclésiastiques, il faut agir avec beaucoup de précaution  ; tu dois prêter attention à ce que ton candidat est à même de porter et non à ce que tu peux faire pour lui. […] En cette matière, il faut toujours suivre la raison, et non le sentiment d’affection  ; nous ne devons pas donner une place d’honneur ou une charge à ceux qui sont nos meilleurs amis, mais à ceux que nous estimons les plus capables de les porter. »], Ælredis Rievallensis, Opera omnia…, p. 343-44  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 90. Ælred emploie sustinere, sous la forme d’un polyptote (ille cui poterit sustinere/quos ad sustinenda credimus aptiores), avec le sens que l’on retrouve dans le texte brigittin pour le verbe portare (ille qui portat/idoneum ad portandum).

69 Voir citation correspondant à la n. 60 et la n. 64.

70 Le vocabulaire brigittin comprend bien sûr tout autant les paroles effectivement choisies par Brigitte que celles proposées par ses confesseurs, puisqu’ils étaient les auteurs de la version latine. Sur le problème délicat de la voix à identifier derrière les textes que nous avons en main aujourd’hui, voir «  The Problem of Finding Birgitta’s Voice in the Revelations », Claire L. Sahlin, Birgitta of Sweden…, p. 25-33 et Hans Torben Gilkaer, The Political Ideas of St. Birgitta and her Spanish Confessor, Alfonso Pecha, Odense, University Studies in History and Social Sciences, 1993.

71 Istam reuelacionem idem episcopus non inscripsit in libris reuelacionum propter arroganciam vitandam et causa humilitatis, sed post mortem eius reperta est in breuiario suo [«  L’évêque ne transcrivit pas cette révélation dans les livres des révélations afin de ne pas paraître arrogant et par modestie  ; mais, après sa mort, elle fut retrouvée dans son bréviaire »], Sancta Birgitta, Reuelaciones extrauagantes…, p. 165.

72 Sancta Birgitta, Reuelaciones extrauagantes…, p. 165-166.

73 «  Dans ce langage de tradition qu’est le latin médiéval, la part de l’élément formel et technique est grande. L’importance donnée aux moyens expressifs est la conséquence naturelle de l’effort pour s’exprimer dans une langue non naturelle. […] Le style est partie intégrante du sens. […] Il est même bien des cas où le style est la clé du sens. […] Le beau style est un hommage à Dieu dont nul ne songe à déprécier la valeur. Ainsi, pour les hagiographes, la «  vérité » d’une vie de saint apparaît parfois résider surtout dans son style  : en l’absence d’informations précises, ou parallèlement, l’impact du message consiste dans la perfection méditative de l’énoncé, d’où l’importance du phénomène de réécriture. », Pascale Bourgain, Marie-Clotilde Hubert, Le latin médiéval, Turnhout, Brepols, L’Atelier du Médiéviste – 10, 2005, p. 393.

74 Le fait que la voix d’Alfonso soit évidemment présente dans ce texte ne veut pas dire pour autant que Brigitte en soit totalement exclue. Il est possible par exemple qu’Alfonso ait choisi le parallélisme ymago/verba parce qu’il s’adaptait parfaitement à ce qu’il voulait démontrer mais aussi parce que Brigitte s’était toujours montrée particulièrement sensibles aux supports peints comme vecteurs d’un message religieux. Ángela Franco a étudié (voir n. 19) la sensibilité de Brigitte aux images et objets d’art religieux. Elle fournit une liste, sinon exhaustive du moins détaillée, des diverses œuvres qu’elle a pu observer durant ses divers pèlerinages, voyages, et séjours, surtout en Italie.

75 «  On parle de la coloration des mots et des pensées (dictionum et sententiarum coloratio), qualité qui est la tonalité plus vive et intense donnée au discours par l’usage des figures… c’est un style [le stilus tullianus] reconnu comme difficile (ornatus difficilis), mais qui se combine avec la tendance allégorique abondamment diffusée sous l’influence des méthodes exégétiques  : l’allégorie est une «  métaphore continuée » (Aristote)  ; l’habitude de rechercher le sens profond sous le voile de l’expression explique l’énorme succès de cette façon d’écrire. C’est le seul style placé sous l’autorité non d’un père de l’Église mais d’un auteur antique. », Pascale Bourgain, Marie-Clotilde Hubert, Le latin médiéval…, p. 397.

76 Ibid.

77 «  In the revelation of 1372 (Rev. ex. 49) Christ says explicitly that his friends had edited his words into books in accordance with the grace they had got. (According to Schück these friends were apparently Prior Peter and Master Peter). […] In the revelation of 1372 there is […] a reference to «  friends » who have made a redaction of the revelations. It seems that Bridget was not satisfied, for God’s son orders her to hand over all books of revelations to Alfonso for revision, a need obviously deeply felt. », Arne Jönsson, Alfonso of Jaén…, p. 55-56.

78 Voir citation correspondant à la n. 48.

79 L’édition Ghotan est l’editio princeps, réalisée à l’occasion du centenaire de la canonisation de Brigitte  : «  The printer was Bartholomaeus Ghotan, for which reason the editio princeps is usually known as the Ghotan edition. », Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 1 et n. 1a.

80 Première colonne  : Ego sum similis carpentario, qui prescindens ligna… deportat in domum et inde fabricat ymaginem pulchram et ornat eam coloribus et liniamentis. Cuius amici videntes ymaginem, quod adhuc pulchrioribus coloribus ornari posset, apposuerunt et illi colores suos depingendo super eam. Sic ego Deus prescidi de silua deitatis mee verba mea, que posui in cor tuum. Ami-  ; deuxième colonne  : -ci vero mei redegerunt ea in libros secundum graciam eis datam et colorauerunt et ornauerunt illa. Nunc ergo ut pluribus linguis conueniant, trade omnes libros reuelacionum eorundem verborum meorum episcopo meo Alphonso heremite, qui conscribat et obscura elucidet et catholicum sensum spiritus mei teneat… Et dic eidem heremite, quod faciat et impleat officium euangeliste.

81 De même qu’elle n’utilise pas ce terme pour ses autres confesseurs. Elle qualifie Petrus d’Alvastra, pourtant le plus proche de tous ses confesseurs, de viro religioso amico dei, renvoyant toujours l’amitié à Dieu plutôt qu’à elle-même. Voir Sancta Birgitta, Revelaciones - Book I…, p. 8.

82 Voir la citation «  Item ibi tunc in Monteflascone… » au paragraphe «  1. La révélation de 1370, d’après le témoignage de Petrus d’Alvastra. »

83 Ælredus Rievallensis, Opera omnia…, p. 334-335  ; Ælred de Rievaulx, L’Amitié spirituelle…, p. 78. Pour le passage de l’Évangile selon saint Jean, 15, 14-15, voir La Bible de Jérusalem, tr. en français sous la dir. de l’École biblique de Jérusalem, Paris, Cerf, 2007, p. 1810-1811.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Following divine ordination, St. Bridget hands over her celestial revelations to Bishop Alfonso
Légende The quotation is from Rev. ex.49, see p. 27.
Crédits Woodcut from the Gothan editor (Lübeck 1492).
URL http://journals.openedition.org/arzana/docannexe/image/598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Puma, « Brigitte de Suède et Alfonso de Jaén », Arzanà, 13 | 2010, 329-364.

Référence électronique

Giulia Puma, « Brigitte de Suède et Alfonso de Jaén », Arzanà [En ligne], 13 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/arzana/598 ; DOI : 10.4000/arzana.598

Haut de page

Auteur

Giulia Puma

Giulia Puma est maître de conférences en histoire médiévale – histoire des images, à l’Université Nice Sophia Antipolis. Elle fait partie du Laboratoire CEPAM – UMR 7264 (Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité et Moyen Âge) et du laboratoire MTI (Monuments, Textes, Images dans les sociétés anciennes et médiévales).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals