Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Tyrannie. Meurtres. ContradictionsLe tyran diabolisé dans l’Ecerini...

Tyrannie. Meurtres. Contradictions

Le tyran diabolisé dans l’Ecerinis d’Albertino Mussato (1314)

Il tiranno demonizzato nell’Ecerinis d’Albertino Mussato (1314)
Anna Fontes Baratto
p. 35-53

Résumés

Cet article présente et analyse la tragédie Ecerinis, d’Albertino Mussato, centrée sur le personnage historique d’Ezzelino da Romano. Après avoir rappelé le contexte historique et politique dans lequel l’œuvre a vu le jour, l’auteur procède à l’analyse du dédoublement de la figure du tyran – le héros éponyme étant accompagné de son frère, Alberico – et de la double conclusion de l’histoire qui s’ensuit, à travers les deux récits successifs, mais bien différents, de la mort des deux frères. L’auteur de l’article examine la façon dont la tragédie d’Albertino Mussato fait cohabiter, mais aussi s’entrechoquer, trois approches différentes de l’histoire qu’elle veut remettre en mémoire : une approche « critique », qui analyse les causes historiques et politiques de la tyrannie d’Ezzelino ; une approche « mythique », qui se fonde sur le théâtre de Sénèque pour bâtir la figure tragique du tyran et façonner les monstres qui peuplent la fabula ; une approche chrétienne, enfin, qui voit dans la victoire finale le triomphe providentiel de la justice divine.

Haut de page

Texte intégral

1L’Ecerinis d’Albertino Mussato (1261-1329), une tragédie en latin, écrite en 1314 à Padoue, est la première tragédie du Moyen Âge et la seule pièce théâtrale de la même époque en Italie – au sens, en tout cas, d’une pièce inspirée du théâtre antique et non destinée à des cérémonies religieuses.

  • 1 Albertino Mussato, Écérinide, Épîtres métriques sur la poésie, Songe, édition critique, traduction (...)

2Elle a été publiée récemment, en 2000, par Les Belles Lettres, dans la collection « Les classiques de l’Humanisme »1. En dépit du prestige de la maison d’édition et de sa collection, je crains que cela ne suffise pas pour faire de l’Ecerinis une œuvre universellement connue. Il m’a donc semblé inévitable de commencer par quelques éléments de contextualisation, d’autant plus nécessaires que cette proto-tragédie est en même temps une tragédie historique, relatant la résistible ascension d’Ezzelino da Romano (1194-1259) – vite considéré comme le tyran par antonomase –, qui, dans la première moitié du xiiie siècle, avait réussi à devenir le seigneur de Vérone (1227), puis à imposer sa domination sur toute la partie centrale de la Vénétie, et partant sur Padoue (1237), la ville natale de l’auteur.

3Ezzelino, ou Ezzelino da Romano, en italien (Romano étant la localité d’origine de sa famille) ; Ecerinus en latin : d’où Ecerinis, titre modelé sur l’Énéide de Virgile, et que l’on a donc traduit par Écérinide – titre philologiquement irréprochable, mais d’une prononciation ingrate : je continuerai donc d’appeler Ecerinis la tragédie, mais je garderai le nom italien, Ezzelino, pour le personnage.

  • 2 Guido Billanovich, « Il preumanesimo padovano », dans l’ouvrage collectif Storia della cultura vene (...)

4Si Albertino Mussato a pu songer à écrire une tragédie – et une tragédie qu’il n’a pu écrire que d’après Sénèque –, c’est qu’il faisait partie de ces « pré-humanistes » de Padoue auxquels l’on doit la redécouverte du théâtre de Sénèque2 : c’est-à-dire de tout ce que l’on connaissait à l’époque de la tragédie antique – et la redécouverte de Sénèque va devenir aussitôt un phénomène européen (comme elle le redeviendra ensuite à la Renaissance) : que l’on songe au cardinal italien Niccolò da Prato demandant, à peu près dans les mêmes années du début du xive siècle, depuis la curie papale qui venait de s’installer à Avignon, un commentaire des tragédies de Sénèque à Nicholas Trevet, un dominicain anglais qui se promenait entre l’Angleterre, la Normandie, le Sud de la France et l’Italie.

5Le théâtre de Sénèque, redécouvert par les « pré-humanistes » padouans, comprenait dix tragédies (une de plus que les neuf que nous lui connaissons), car on lui attribuait alors aussi l’Octavia, qui en fait n’est pas de Sénèque, mais qui demeure la seule prætexta, la seule tragédie romaine de sujet historique qui nous soit parvenue : il y est question de la répudiation d’Octavie par Néron, et cela permet d’évoquer les innombrables crimes de celui-ci. Mussato s’autorise donc d’une pièce alors attribuée à Sénèque pour proposer sa propre version de la tragédie, dont le protagoniste est un personnage historique que la propagande guelfe avait aussitôt rangé parmi les « monstres » du genre humain – plus exécrable encore que tous les Néron de l’Antiquité.

  • 3 Rolandino, Vita e morte di Ezzelino da Romano (Cronaca), a cura di Flavio Forese, Milano, Mondadori (...)
  • 4 C’est pour mettre un terme à la suprématie d’Ezzelino sur la région que le pape Alexandre IV organi (...)

6En fait de contextualisation, faisons d’abord un grand saut en arrière dans le temps, et situons-nous à Padoue en avril 1262 : le chroniqueur padouan Rolandino venait tout juste d’achever sa Cronica, ouvrage historique (en latin, bien sûr) relatant faits et gestes d’Ezzelino, mort depuis trois ans. La ville de Padoue organise aussitôt une lecture publique de toute la Cronica (12 livres, et quelque 300 pages dans l’édition moderne)3. Cette cérémonie urbaine sans précédent visait la damnatio memoriæ d’Ezzelino, la condamnation mémorable du tyran ; aussi était-elle, en même temps, la consécration officielle du mythe guelfe faisant d’Ezzelino non seulement un héros politiquement négatif en tant que « tyran », mais encore la figure même de l’adversaire4 : de l’ennemi diabolique tout à la fois du genre humain, de la religion chrétienne, de l’Église, des villes guelfes de l’Italie du Nord, et donc de Padoue.

  • 5 Il est impossible de rendre compte ici, ne fût-ce que brièvement, de la présence d’Henri VII et de (...)
  • 6 « Ezzelino […], – guardare bene – non ha trovato ancora il suo storico », affirme d’ailleurs Girola (...)

7Mais quelque cinquante ans après ce mémorable avril 1262, l’histoire menace de se répéter : en 1313, la mort de l’empereur Henri VII de Luxembourg semble balayer le seul rempart contre les visées expansionnistes du nouveau seigneur de Vérone, Cangrande della Scala (ce sont tous des personnages que Dante a rendus assez familiers)5, en qui l’on voit aussitôt une réincarnation maléfique d’Ezzelino – assimilation immédiate due à l’efficacité communicative de la très puissante propagande guelfe, qui avait déjà à son actif l’exploit d’avoir réussi à effacer complètement (et durablement) les traits historiques d’Ezzelino au profit exclusif de sa diabolisation6.

  • 7 Il s’agit de la De gestis Henrici VII Cesaris Historia Augusta, en 16 livres, qui retrace les année (...)
  • 8 Dans l’esprit de ses organisateurs, le Collège des Arts de Padoue, cette cérémonie était destinée à (...)

8La ville de Padoue réactive alors (en 1315), dans ces circonstances dramatiques pour sa propre survie en tant que commune autonome, le recours à la fonction « patriotique » de la fête urbaine, à laquelle elle confère en outre une valeur symbolique inédite en attribuant la couronne de laurier – la plus prestigieuse des récompenses officielles – à Albertino Mussato ; et ce à un double titre : en tant qu’historiographe de la malencontreuse expédition italienne de l’empereur Henri VII7 et en tant qu’auteur de l’Ecerinis. Mais c’est pour qu’ait lieu la lecture publique de la tragédie, et de la tragédie seule, que Padoue organise, quelques jours plus tard – le jour de Noël –, une deuxième cérémonie, tout aussi solennelle8.

  • 9 Je ne donnerai qu’un exemple symptomatique de cette interprétation de l’Ecerinis : « La tragedia vo (...)

9Dès lors, l’interprétation de cette tragédie semble aller de soi : c’est une œuvre patriotique et apotropaïque, destinée à raviver la mémoire des dangers passés – et surmontés –pour mieux conjurer les menaces du présent ; à travers Ezzelino, c’est Cangrande qui est toujours visé, et l’heureuse issue de la résistance populaire contre le tyran d’alors doit conforter la confiance des Padouans en leur capacité actuelle de résister victorieusement contre la réincarnation de la tyrannie9.

10Je dois dire que je ne partage pas cette lecture univoque de l’Ecerinis : une lecture qui fait du texte l’exécutant fidèle des intentions que l’on prête – par ailleurs à juste titre – aux organisateurs de la double cérémonie urbaine (je ne peux évidemment parler que du texte de l’Ecerinis, car nous ne savons rien du déroulement de sa lecture publique, de même qu’il n’y a nulle trace d’une quelconque représentation). Il me semble, au contraire, que la tragédie d’Albertino Mussato fait cohabiter, mais aussi s’entrechoquer, trois approches différentes de l’histoire qu’elle veut remettre en mémoire : une approche « critique », qui analyse les causes historiques et politiques de la tyrannie d’Ezzelino ; une approche « mythique », qui se sert du théâtre de Sénèque pour bâtir la figure tragique du tyran et façonner les monstres qui peuplent la fabula ; une approche chrétienne, enfin, qui voit dans la victoire finale le triomphe providentiel de la justice divine. En particulier, il me semble que ce triomphe final d’une conception chrétienne – et donc, dans ce sens, anti-tragique – de l’histoire ne parvient pas à gommer les questions dérangeantes (les questions qui dérangent, dans une conception providentielle de l’histoire) que la tragédie a fait surgir en cours de route sur les causes et la raison d’être du mal dans le monde. Ne pouvant aborder ici tous les aspects qui, selon moi, rendent cette tragédie bien plus problématique qu’on ne le dit d’habitude, je me bornerai à analyser le dédoublement de la figure du tyran – le héros éponyme étant flanqué de son frère, Alberico – et la double conclusion de l’histoire qui s’ensuit, à travers les deux récits successifs, mais bien différents, de leurs morts respectives.

  • 10 Je reprends en fait un découpage qui est déjà proposé par l’édition italienne de l’Ecerinis dans Il (...)

11Avant d’en venir là, il me faut franchir une dernière étape préalable, en retraçant un synopsis de la pièce, aussi succinct que possible. Pour ce faire, je me servirai d’une division en actes et en scènes qui est une modernisation abusive du texte (dans les manuscrits, les 630 vers de l’Ecerinis se suivent sans interruptions), mais qui est bien pratique pour mon propos10.

12Voulant rendre compte de la trajectoire du tyran dans son déroulement chronologique, l’auteur ne pouvait que resserrer au maximum l’évocation d’une épopée qui s’était prolongée pendant plus de trente ans. Parce qu’il est un Padouan écrivant pour des Padouans, A. Mussato structure la pièce et organise la parabole du protagoniste en fonction d’un seul enjeu historique : la conquête de Padoue, qui constitue ainsi la pierre de touche des exploits d’Ezzelino – et qui est aussi l’aune, dans l’histoire, de sa démesure dans la fabula.

  • 11 Ecerinis, v. 1-112  ; aux v. 86-90 la didascalie séparant les deux premières scènes et distinguant (...)
  • 12 Ecerinis, I, 1, v. 71-72 : « Cum me uigilia uana seu somni quies / incerta tenuit » (« Un jour, je (...)
  • 13 Ecerinis, I, 1, v. 75-85 : « Quid poscis ultra, frater  ? An tanti pudet / uesane, patris  ? Abnega (...)
  • 14 Ecerinis, I, 2, v. 112 : « Annue, Sathan, et filium talem proba » (« Acquiesce, Satan, et éprouve u (...)
  • 15 Ibid., v. 109 : « Ensis cruenti detur officium michi » (« Je réclame pour moi le privilège du glaiv (...)
  • 16 Ibid., v. 102, 107-8 : « Assint ministre facinorum comites michi […] / nec inferorum spiritus quisq (...)

13Le premier acte est en fait une sorte de prologue : un prologue familial en deux scènes, reliées par une didascalie (cas unique dans la pièce)11. La mère, peut-être mourante, révèle à ses deux fils, Ezzelino et Alberico, le secret de leur naissance, qu’elle avait tu jusque-là : dans des vapeurs de soufre, accompagné par l’éclair et le tonnerre, un monstre de la taille d’un taureau a surgi, auréolé de flammes, des entrailles de la terre, et a abusé d’elle. C’est lui le véritable père d’Ezzelino ; quant à Alberico, elle ne saurait dire si la même chose s’est vraiment répétée, car elle en garde un souvenir confus, comme d’un mauvais rêve12. Mais Ezzelino n’a pas de doutes : et le geste par lequel il s’annexe Alberico, pour qu’il partage la même origine, est aussi son premier acte d’allégeance au père infernal13. Après quoi, il s’abîme, seul, dans les profondeurs de la maison,, prosterné face contre terre, il invoque le père pour qu’il « prenne possession » de lui (potiare me, v. 97) et le reconnaisse comme son fils14 en lui donnant comme « objet magique » le glaive ensanglanté15 et comme adjuvants tous les esprits du mal16.

  • 17 Ecerinis, I, 3, v. 129-145 : « Vos in iurgia, nobiles, / atrox inuidie scelus / ardens elicit, infi (...)
  • 18 Comme le souligne la présence de la même diathèse passive : « ensis cruentis detur officium michi » (...)
  • 19 Le Chœur et le Messager ne sont pas des personnages à l’identité établie mais des fonctions dramatu (...)

14La première intervention du Chœur (I, 3), qui fait suite au « prologue familial », nous ramène sur terre – et au sein d’une communauté urbaine que le monologue du Chœur scinde en deux catégories distinctes d’allocutaires : vos, « vous », les nobles, qui par votre jalousie attisez toutes les haines, et nos, « nous », plebs vilissima, qui, en secondant les puissants, « nous tendons des pièges à nous-mêmes » : ils tombent, et nous tombons avec eux17. « Les villes réclament le fer » (« ferrum poscitur urbibus », v. 159) conclut le Chœur, par un vers qui rappelle la requête d’Ezzelino à son père18 ; et c’est alors qu’il voit arriver, tout essoufflé, le Messager porteur de nouvelles19.

  • 20 Ecerinis, II, 1, v. 219-220 : « euersa terra nobilis pretio iacet / parens tyranno Padua » (« la no (...)
  • 21 Ibid., v. 226-227 : « meriti nobiles primi luunt  ; / qui uendidere, scelera iam expen­dunt sua ».
  • 22 Ibid., v. 233-234 ; 274-275: « Non tuas affert fremitus ad aures / rumor humani generis per auras ? (...)

15Le deuxième acte (v. 163-280) se compose de deux scènes. Il commence par un dialogue entre le Chœur et le Messager (II, 1, v. 163-227) venu annoncer que Padoue est désormais aux mains d’Ezzelino – une conquête qui est en fait le résultat de la vente de leur ville par les nobles20 ; aussi, poursuit-il, tandis qu’Ezzelino « promet » au peuple padouan les pires atrocités, « les nobles, responsables, sont-ils les premiers à expier : ceux qui ont vendu leur ville paient déjà leurs crimes »21. Resté seul (II, 2), le Chœur déplore les malheurs d’un monde que Dieu semble avoir déserté : « La rumeur des hommes ne fait-elle pas parvenir son grondement à travers le ciel jusqu’à tes oreilles ? […] Pourquoi, Dieu, supportes-tu pareille fureur sans brandir ta foudre coutumière ? »22.

  • 23 Il y dialogue, tour à tour, avec son frère Alberico (III, 1, v. 281-321), son demi-frère Ziramonte (...)

16Dans le troisième acte (v. 281-464) se succèdent 7 scènes : ce sont d’abord 5 scènes dialoguées, où Ezzelino est constamment présent23 ; il y a ensuite une intervention du Chœur (III, 6, v. 432-458), suivie de la dernière apparition d’Ezzelino, qui revient sur scène pour prononcer un court monologue (III, 7, v. 459-464).

17Les deux premières scènes suivent une ligne ascendante, qui correspond aux effets euphorisants produits sur Ezzelino par la conquête de Padoue.

18S’entretenant d’abord avec son frère (III, 1), il partage avec lui le projet de partir à la conquête de la terre entière, et même, en émule des Titans, de donner l’assaut au ciel, pour y revendiquer la place perdue par leur père. Après quoi, dans un vers qui est le centre exact de la pièce, il conclut : « notre œuvre achevée, / nous livrerons à Orchus nos corps ainsi que nos âmes » (« functi quibus / corpora trahamus et animas Orcho simul », v. 314-315). Dans le dialogue suivant (III, 2), dès qu’il a la confirmation de la soumission totale de Padoue, il s’exclame : « Hem vicimus ! iamque omne fas licet et nephas » (« Ah ! victoire ! désormais tout nous est permis, dans le bien et dans le mal », v. 328). Il se livre alors à l’autre manifestation hyperbolique de sa démesure : après le délire de puissance (III, 1), l’ivresse de la rage meurtrière (III, 2) – après le Titan, l’ange exterminateur.

  • 24 Ecerinis, III, 3, v. 396-397 : « Nec inspector Deus / prohibere uoluit, esse sic ultro sinens » («  (...)

19La troisième scène (III, 3) constitue le point culminant et le pivot de la pièce, car c’est à partir de là qu’ensuite tout bascule. Un moine, probablement un franciscain, frère Luca, tente de convaincre Ezzelino qu’il lui faut se soumettre à la lex certa, à la loi infaillible de Dieu tout-puissant, qui est un Dieu de justice mais aussi de miséricorde. Ezzelino ironise d’abord sur la parabole évangélique du bon pasteur que frère Luca lui rappelle : qu’est-ce que ce Dieu, réplique-t-il, à qui mon salut est plus cher que toutes les brebis qu’entretemps Il m’a laissé égorger ? Opposant ensuite à la profession de foi de frère Luca (« Ecerine, crede », v. 374) son propre Credo (« Me credo mundo, scelera ut ulciscar datum, / illo iubente », « Je crois que c’est sur Son ordre que j’ai été donné au monde pour venger les crimes », v. 380-381), il se réclame du Dieu vengeur de l’Ancien Testament qui s’est servi tantôt des fléaux tantôt des tyrans pour punir les crimes : si Dieu, à qui rien ne peut échapper (inspector Deus), le laisse faire, c’est qu’Il veut qu’il en soit ainsi24.

  • 25 Ecerinis, III, 4, v. 401-405  ; 411 : « Progressa Venetis exulum feruens aquis / inuasit agros magn (...)

20Après ce dialogue, qui est le constat en acte d’un non-dialogue, d’une tentative de rachat bafouée, les mauvaises nouvelles se succèdent, qui annoncent (III, 4) puis confirment (III, 5) la perte de Padoue par Ezzelino – et la chronologie fait ainsi un bond en avant d’une vingtaine d’années pour en venir à la « croisade », lancée par le pape en 1256, et à l’avancée victorieuse de ses troupes, « précédées de la Croix, sous la conduite du légat du pape » et « avec l’appui total de Venise »25.

  • 26 C’est Stefano Pittaluga qui insiste sur l’importance de la Consolatio de Boèce en tant que « modèle (...)

21Padoue s’est donc livrée à l’armée des croisés. Mais les Commilitones (ses compagnons d’armes) invitent Ezzelino à marcher contre la ville rebelle et à sévir contre ses habitants (III, 5), car, disent-ils par un vers qui imite Virgile, « la Fortune favorisera notre audace » (« Fortuna vires ausibus nostris dabit », v. 431). Le Chœur intervient alors (III, 6) pour commenter d’un point de vue opposé le rôle de la Fortune, dont la roue, qui éternellement tourne, détermine l’instabilité de toutes choses (des considérations sur la fortune reprises de Sénèque et de Boèce)26 : Padoue a résisté à l’assaut d’Ezzelino voulant la reconquérir ; le tyran a dû se retirer à Vérone, où il a fait périr 11 000 prisonniers padouans.

  • 27 Ecerinis, III, 5, v. 459-460 : « Aduersa uires fortibus prebet uiris / fortuna, uiles opprimit » (« (...)
  • 28 Ecerinis, III, 7, v. 461-464 : « Restat suo / uincenda Padua tempore. Abscedite retro. / Lombarda s (...)

22Dans son dernier monologue (III, 7), Ezzelino reprend ce qu’avaient dit ses compagnons d’armes : la fortune adverse n’abat que les faibles27 ; mais il ajoute « Abscedite retro » (« Retournez en arrière », v. 462) : la marche en avant, stoppée par la résistance de Padoue, doit faire place à la retraite, qu’Ezzelino déguise en manœuvre temporisatrice (« il nous reste à vaincre Padoue au moment opportun »), lui ouvrant néanmoins d’autres horizons de conquête (« Toute la nation lombarde, en deçà des Alpes, désire être soumise à mes enseignes »)28.

  • 29 Ecerinis, v. 465-629 : les deux dialogues respectivement aux v. 465-520 (IV, 1) et 537-615 (V, 1), (...)

23Les deux derniers actes ont la même structure : un dialogue entre le Chœur et le Messager, suivi d’un monologue du Chœur29.

  • 30 Ecerinis, IV, 1, v. 465-466 : « Huc huc uenite quisquis optatum uelit / finem malorum scire » (« Ic (...)
  • 31 Ibid., v. 469 : « in uos ab alto iustus inspexit Deus » (« depuis le Ciel, Dieu juste a porté son r (...)
  • 32 Ibid., v. 516-519 : « Abductus inde spernit oblatas dapes / curas salutis atque uitales cibos. / Ac (...)

24Le premier Messager (IV, 1) vient apporter la bonne nouvelle, qui est, tout à la fois, « la fin souhaitée de vos malheurs »30 et le fait que « depuis le ciel, Dieu juste a porté son regard [« inspexit »] sur vous »31. Puis il raconte assez sobrement la mort héroïque d’Ezzelino, « tyran vieilli » (« senem tyrannum », v. 488) qui cependant résiste vaillamment aux troupes ennemies, supérieures en nombre, mais est blessé au pied puis frappé à la tête par des soldats anonymes. Conduit à l’écart, il meurt, solitaire, d’une mort quasiment voulue : « il rejette les aliments qu’on lui présente, ne se soucie ni de son salut ni de la nourriture qui l’aiderait à vivre. Il meurt, farouche, l’œil menaçant et cruel. Il pénètre de lui-même [« sponte »] dans les ombres paternelles du Tartare »32.

  • 33 Ecerinis, V, I, v. 552-564 : « Hic rapti ab ubere matris infantis pedes / carpit, tenelum robori al (...)

25C’est le deuxième Messager (V, 1) qui raconte une véritable mise à mort – qui n’a rien d’héroïque –, dans un récit qui est le plus long et le plus détaillé de toute la pièce : la mise à mort, ou plutôt le massacre (terme répété plusieurs fois), d’Alberico et de toute sa famille (sa femme, ses trois petits garçons, ses cinq filles) par l’armée des « croisés », vite relayée par la foule avide de vengence. Pour décrire ce massacre familial, qui est le pendant conclusif du prologue familial, car il signifie l’élimination de l’histoire de toute la famille da Romano, Albertino Mussato rivalise efficacement avec les scènes d’horreur, d’enfants suppliciés sur lesquelles se terminent plusieurs tragédies de Sénèque33.

26Le mot de la fin revient cependant au Chœur (V, 2), qui invite les « justes » à avoir confiance (« Fidite », « iusti », v. 617) en la loi infaillible et l’ordre inébranlable (termes martelés tout au long de ces 14 derniers vers) de Dieu, qui est « iudex rigidus, iudex placidus » (v. 623) : un « juge sévère » qui « rémunère les justes et condamne les coupables » (« donat iustos, damnat iniquos », v. 624) – mais, semble-t-il, en prenant tout son temps : « iudex placidus », « juge doux », voire, littéralement, « placide ».

27Même lorsqu’Ezzelino s’efface en tant que personnage agissant sur la scène, il demeure omniprésent dans les réflexions du Chœur et dans le dialogue entre le Chœur et le Messager. Cette double dimension de sa figure va me permettre de rendre compte du dédoublement du personnage du tyran, qui fera maintenant l’objet de mon propos.

28La tragédie commence, nous l’avons vu, par une révélation de la mère (I, 1), un récit des origines qui équivaut à un deuxième enfantement et à une seconde naissance : c’est par là qu’Ezzelino re-naît comme le fils de Satan. Mais c’est aussi à travers le dialogue avec la mère qu’Ezzelino advient comme personnage tragique, conscient du plaisir que la tragédie procure : « Tout ce qui est grand et farouche, c’est bon de l’entendre », dit-il dans sa première réplique (« grande quocumque et ferum est / audire iuvat », v. 18-19).

  • 34 Ecerinis, I, 1, v. 18 : « Effare, genitrix » (« Parle, mère »)  ; v. 26 : « Recolis  ? » (« Te souv (...)
  • 35 Ecerinis, I, 1, v. 22-24 : « Erige labentem cito, / Albrice, matrem : illusit amentem timor. / Resp (...)
  • 36 Ibid., v. 39 et 60.
  • 37 Ibid., v. 8-12 et Thyeste, v. 641-643. Les rapports entre ces deux descriptions ont été notamment a (...)
  • 38 Ecerinis, I, 1, v. 39-50 et Phèdre, v. 1035-1048.

29En fait, seul Ezzelino semble véritablement actif, dans cette scène initiale dont il dirige l’action, en pressant de questions la mère, qui a du mal à poursuivre34, et en donnant des ordres à son frère pour qu’il la secoure lorsqu’elle défaille35, mais où il oriente aussi, par ses questions, le récit de la mère. Qualis, demande-t-il à deux reprises36, pour que la mère intègre dans son récit des éléments descriptifs, dès qu’elle évoque l’« adulterum ignotum » (v. 38), l’auteur inconnu de l’adultère, puis sa venue au monde par un « enfantement monstrueux » (« nec monstruoso, nate, sine partu venis », v. 59). Par sa première question (« Qualis is adulter, mater ? », v. 39), Ezzelino ne demande pas « qui » est ce « violeur inconnu », sur l’identité duquel il n’a pas de doute, mais veut savoir « comment » il se montre. La description qui suit constitue le deuxième emprunt voyant à Sénèque dans cette scène liminaire, où Mussato affiche d’emblée sa dette à l’égard de son modèle, mais montre en même temps, comment il s’en détache. C’est en effet la maison d’Atrée, dans le Thyeste de Sénèque, qui a servi d’abord de modèle pour décrire la citadelle de Romano, où le viol a eu lieu37 : celle-ci devient ainsi l’équivalent moderne de la demeure maudite qui a abrité les crimes les plus abominables que l’Antiquité ait pu concevoir. Le monstre marin qui, dans la Phèdre (de Sénèque), allait déchiqueter Hippolyte a ensuite prêté quelques-uns de ses traits au taureau satanique, surgissant des profondeurs de la terre, que la mère décrit pour répondre à la question de son fils38.

30Remarquons tout de suite que ces emprunts descriptifs à Sénèque permettent de réélaborer librement les éléments du mythe guelfe. Mais remarquons surtout que Mussato bouleverse l’emplacement, et donc la portée, de ces descriptions au sein de la tragédie. Associées dans les deux cas à des massacres d’enfants chez Sénèque, elles se situent également, chez lui, à la fin des deux pièces – où il n’y a pas de victoire sur le monstre, humain ou marin. Mussato, au contraire, place les deux descriptions « mythiques » au début de l’Ecerinis, mais les détache du massacre « historique » des enfants, dont le récit ne sera détaillé qu’à la fin : dessinant ainsi un parcours du mythe à l’Histoire qui apparaît comme l’une des clefs de lecture de sa tragédie.

  • 39 Ecerinis, I, 3, v. 113 et Thyeste, v. 339 : « Quis uos exagitat furor » (« Quelle fureur vous harcè (...)

31La première intervention du Chœur, à la fin du premier acte (I, 3), commence par un vers qui est un nouvel emprunt au Thyeste39 : précisément, au chœur qui, chez Sénèque, condamne les haines ancestrales au sein de la famille des Atrides pour dresser ensuite le portrait stoïcien du roi idéal. Chez Mussato, nul portrait idéal ; mais pas non plus de cloisonnement des haines, et des atrocités qui en découlent, au sein d’une seule famille (dans l’Ecerinis, Alberico et Ezzelino ne sont nullement rivaux). Chez lui, ce discours du Chœur sert en effet à montrer que les rivalités fratricides du mythe s’actualisent maintenant au sein de l’espace urbain : non pas dans une famille, mais entre les grandes familles, entre les clans rivaux des nobles, entre les nobles et le peuple : « les factions [« partes »] dévoilent leurs crimes » (« partes crimina detegunt », v. 158) – et c’est la communauté urbaine dans son ensemble qui court ainsi à sa perte.

  • 40 Ecerinis, II, 1, v. 168-169 : « Finis petitus litibus uestris adest  ; / adest tyrannus, uestra que (...)

32Ensuite, au début du deuxième acte, le récit du Messager (II, 1), expliquant que Padoue n’a pas été conquise mais vendue, confirme que la tyrannie est autant le résultat que le révélateur des « intrinseca odia civium » (v. 179), des haines intestines de la population urbaine : « Voici l’aboutissement recherché [« finis petitus »] de vos conflits ; voici le tyran que votre rage a suscité », dit le Messager40. Et la roue de la Fortune, qui tourne toujours, montre que les victimes peuvent se transformer en complices actifs du bourreau. Se détachant du sens que Sénèque et Boèce lui avaient donné, le mouvement incessant de cette roue devient la métaphore servant à denoncer les conséquences néfastes de tous ces mauvais rôles.

  • 41 Ecerinis, II, 1, v. 172-173 (« Je vais d’abord parler des événements qui sont à l’origine de nos ma (...)
  • 42 Ecerinis, I, 1, v. 13-15.
  • 43 Ecerinis, II, 1, v. 179-184 : « Intrinseca odia ciuium peperit nepha / in Marchia tunc, cum regimen (...)

33Cependant, avant d’en venir à la nouvelle qu’il doit annoncer, la conquête-vente de Padoue, le Messager tient à préciser d’emblée les « causes des malheurs actuels » : « Dicam aliquid ex gestis prius, / dedere que presentibus causas malis »41. Après la rémémoration initiale de la mère (I, 1), on a ainsi, pour la deuxième fois, un retour en arrière dans le temps, une deuxième analepse narrative pour un nouveau récit des origines (II, 1) : dans lequel nous avons la surprise de découvrir, dans le rôle du progéniteur, ce père d’Ezzelino – pour nous désormais son père « putatif » – dont la mère avait dit qu’il dormait à ses côtés dans le lit conjugal lors du viol42, mais dont on présume qu’il n’avait rien vu ni rien entendu de tout ce qui était en train de se passer. Or ce père putatif, étranger à la reconstruction mythique de l’« enfantement monstrueux », est en fait, d’après le récit analeptique du Messager, le père historique « des malheurs actuels », qui découlent tous des conflits engendrés par son hostilité tenace envers la grande famille rivale des Este43. Pour le Messager, la conquête de Padoue par Ezzelino ne saurait se situer que dans le droit fil de cette paternité-là. Avant qu’Ezzelino n’entre en scène dans le rôle du tyran s’emparant de Padoue, la tragédie a ainsi disposé tous les éléments pour une lecture à deux niveaux, sachant distinguer ce que la fabula emprunte au mythe, façonné par la propagande guelfe ou proposé par les tragédies de Sénèque, et ce qui appartient à l’Histoire.

34Dans l’Histoire, la croisade contre Ezzelino atteint son but : la mobilisation de toutes les forces guelfes triomphe non seulement du senem tyrannum, du tyran à qui Dieu avait permis de vieillir, mais aussi de toute la famille d’Alberico, le frère qu’Ezzelino avait d’emblée annexé à sa propre destinée satanique. Ce frère n’avait fait ensuite qu’une assez courte apparition dans l’acte trois, pour qu’Ezzelino lui fasse partager l’ivresse de la toute puissance, le rêve de conquête totale prolongeant la conquête de Padoue. Mais c’est maintenant, dans le redoublement de la conclusion et dans la construction parallèle des deux derniers actes, que se précise la fonction de ce dédoublement de la figure du tyran en deux personnages distincts.

  • 44 Ecerinis, I, 1, v. 61 et IV, 1, v. 518.

35La mort d’Ezzelino est une disparition volontaire, car le vieux tyran, qui, resté seul, se laisse mourir, pénètre de lui-même dans le royaume du père, réalisant ainsi ce qu’il avait annoncé à son frère dans le vers central de la pièce, que j’ai déjà cité. Mais pour le décrire au moment où il meurt, le Messager se sert exactement des mêmes termes par lesquels la mère l’avait décrit venant au monde : « fronte crudeli minax » (« l’œil menaçant et cruel »)44. Ezzelino se referme ainsi sur lui-même, c’est-à-dire sur les paroles qui, dans le texte, le délimitent en tant que personnage, de son avènement à sa mort héroïque. Ezzelino, le tyran qui meurt mais qui n’est pas mis à mort, demeure irréductible au mythe créé par la propagande guelfe, qui n’entendait pas faire de lui un héros, tout comme il est inatteignable par l’action vengeresse des croisés.

  • 45 Ecerinis, I, 1, v. 8.

36Ceux-ci atteignent par contre Alberico (V, 1) dans la citadelle où il s’était réfugié : le retour du même mot du prologue (arx), qui est aussi le premier mot du récit analeptique de la mère45, dit que la demeure familiale, reproduisant celle d’Atrée dans le Thyeste, va être maintenant investie par les forces qui agissent dans l’Histoire.

  • 46 Dans la première scène de l’acte IV, aux v. 491-496, lorsque le Messager en vient au récit de la ca (...)
  • 47 Ecerinis, V, 1, v. 582 : « a cede gratas sponte subducens moras ».
  • 48 Ecerinis, V, 1, v. 602-615.

37Le dernier récit du Messager est en fait, je l’ai dit, une réécriture qui rivalise avec les grands classiques de l’horreur la plus truculente. Cependant, le Chœur montre à plusieurs reprises qu’il n’apprécie pas les comparaisons épiques sur lesquelles le Messager a tendance à s’attarder, car il les interrompt régulièrement par des « Abrège », « Avance »46. Ces comparaisons, qui portent toutes – il va de soi – sur le thème de la chasse, concernent, en dernier lieu, la foule qui couvre d’insultes les cinq filles et la femme d’Alberico, avant de les pousser sur le bûcher : tels les chasseurs qui, avant que la chasse ne se transforme en curée, retiennent leurs chiens pour prolonger le plaisir du massacre47. Mais le tout dernier acte de ce carnage, qui est la mise en pièces d’Alberico48, n’a plus besoin de recourir aux comparaisons épiques, car les chiens sont bien là ; ils sont même le mot de la fin, dans le vers conclusif du récit qui met en regard, à ses deux extrémités, vulgus et canes (« vulgus per avidos illa distribuens canes ») : le peuple qui, après avoir déchiqueté les membres d’Alberico (illa), les disperse en les distribuant aux chiens voraces (v. 615).

  • 49 Ecerinis, V, 2, v. 616-617: « Hec perpetuo durat in euo / regula iuris ».

38La pièce s’achève sur le message rassurant du dernier Chœur : l’élimination de la tyrannie est providentiellement inévitable. « Éternelle est cette règle de justice », proclame-t-il aussitôt49. On aboutit ainsi à une conclusion, double et opposée, de la tragédie, où la punition exemplaire, réservée au tyran « historicisé » qu’est Alberico, le tyran que l’Histoire a pu rattraper, coïncide avec la conclusion heureuse, faisant triompher ceux qui, jusque-là, en avaient été les victimes. Grâce à l’intervention divine, d’un Dieu qui, du haut des cieux, a enfin songé à diriger ses regards vers la terre, la tyrannie a pris fin, et la tragédie peut disparaître du théâtre de l’Histoire.

39Toutefois, pendant que l’intervention divine tardait à venir, le Chœur et le Messager se sont prononcés sur les causes qui, au sein même des villes, ont engendré la tyrannie : « voici le tyran que votre rage a suscité », avait dit le Messager (II, 1). Leurs réflexions douloureuses ont montré à l’œuvre, dans les agissements concrets des couches urbaines, ces mêmes forces maléfiques – haine et rage – dont se réclamait Ezzelino, dans un discours au bout du compte parallèle, par-delà la démesure hyperboliquement blasphématoire du personnage.

40Le Dieu qui voit tout, le Dieu inspector, dont parlait Ezzelino (III, 3), s’il a enfin montré son visage de iudex rigidus, est aussi le iudex placidus (V, 2) qui a laissé faire, et dont le Chœur, au deuxième acte (II, 2), avait déploré l’inaction – pendant que, dans la ville, nobles et peuple, à tour de rôle, favorisaient l’avènement du tyran. Mais Ezzelino ne disait pas autre chose, lorsqu’il demandait à frère Luca : « pourquoi tarde-t-Il à me punir ? Quel est ce Dieu qui préfère mon salut à la perte de beaucoup ? » Le personnage du tyran peut être alors celui qui, par ses questions dérangeantes, empêche que l’abandon confiant à la justice divine (le Fidite iusti du dernier Chœur) détourne les hommes des responsabilités inhérentes à l’exercice du libre arbitre (« Nam quisque liber arbiter in actus suos » : « chacun est le libre arbitre de ses propres actes », avait dit Ezzelino à son frère, v. 286). Car l’élimination du tyran n’élimine pas, ipso facto, les causes et la raison d’être du mal qu’est la tyrannie – un mal que les citoyens ont « recherché » (« finis petitus »), par la « rage » de leurs haines intestines, comme le dit le Messager (II, 1). Le dédoublement du personnage tout comme le double récit de mort qui s’ensuit, faisant pendant au double récit des origines – à la double attribution de paternité –, mythique et historique, qui avait été proposé au début, vont dans le même sens : la mise à mort, la mise en morceaux d’Alberico est autre chose, narrativement et symboliquement, que la disparition « volontaire » d’Ezzelino.

  • 50 Ecerinis III, 3, v. 375-378 : « Mitis Deus / redemptor animas ipse venatur suas / errore falso deui (...)

41C’est en fait toute la pièce qui se construit à travers une série de dédoublements qui la structurent de bout en bout, en fonction d’un même questionnement portant sur la présence du mal dans le monde. La démarche est alors la même qui met à l’épreuve de leur actualisation dans l’Histoire les forces maléfiques qui hantent l’écriture des mythes tout comme les forces bénéfiques dont la providence divine garantit le triomphe : la curée par laquelle s’achève la mise à mort d’Alberico ne se borne pas à dépouiller de toute grandeur la comparaison épique de la chasse, car c’est bien par là que l’Histoire apporte sa propre réplique à la parabole évangélique du bon pasteur, évoquée dans l’échange, à tous égards crucial, entre Ezzelino et frère Luca (III, 3). D’après ce dernier, d’ailleurs, le bon pasteur est en même temps un Dieu qui pratique lui-même l’art de la vénerie, lorsqu’il « donne la chasse » (« ipse venatur ») aux âmes égarées par l’erreur50. Mais la tragédie chrétienne de Mussato, loin de s’apaiser dans la confiance des justes en la providence divine, comme le prône le Chœur dans son dernier monologue (V, 2), ne cesse de buter contre l’énigme ultime du double visage d’un Dieu (« iudex rigidus, iudex placidus », v. 623) dont la « placidité » est, au fond, bien plus tragiquement insaisissable que sa sévérité.

42Aussi, en conclusion, le message « patriotique » de l’Ecerinis me paraît-il comporter une mise en garde qui est certes dirigée contre Cangrande della Scala, réincarnation du tyran diabolique, mais qui semble surtout destinée à alerter les Padouans contre eux-mêmes, contre ce jeu de rôle, véritablement tragique, par lequel, « monstruoso partu », « en un accouchement monstrueux », ils peuvent encore enfanter la tyrannie. Si celle-ci est la « bête immonde » qui fait renaître la tragédie, c’est dans le « ventre » de la société urbaine qu’elle redevient féconde.

Haut de page

Notes

1 Albertino Mussato, Écérinide, Épîtres métriques sur la poésie, Songe, édition critique, traduction et présentation par Jean-Frédéric Chevalier, Paris, Les Belles Lettres, 2000. Les citations sont issues de cette édition ainsi que les traductions, où j’ai cependant introduit de menues modifications lorsque mon propos me semblait devoir s’appuyer sur une traduction davantage littérale.

2 Guido Billanovich, « Il preumanesimo padovano », dans l’ouvrage collectif Storia della cultura veneta, II : Il Trecento, Vicenza, Neri Pozza, 1976, p. 19-110. Mussato a consacré trois ouvrages à Sénèque et à ses tragédies : Argumenta tragediarum Senece, Evidentia tragediarum Senece (ou Tractatus super tragediis componendis), Senece vita et mores, auxquels il faut ajouter la première de ses Épîtres métriques (aux pages 30-35 de l’éd. Chevalier), où il donne sa définition de la tragédie.

3 Rolandino, Vita e morte di Ezzelino da Romano (Cronaca), a cura di Flavio Forese, Milano, Mondadori, 2004.

4 C’est pour mettre un terme à la suprématie d’Ezzelino sur la région que le pape Alexandre IV organise contre lui, en 1256, la première « croisade » (sic) ad hominem (et Ezzelino est alors désigné comme étant « homo in homines inhumanus »).

5 Il est impossible de rendre compte ici, ne fût-ce que brièvement, de la présence d’Henri VII et de Cangrande dans l’œuvre de Dante. Je me bornerai à rappeler que, dans la Divine Comédie, Ezzelino est évoqué à deux reprises : au chant XII de l’Enfer, où il est puni parmi les « tyrans » (v. 109-110)  ; au chant VIII du Paradis (la cantica dont Cangrande est le dédicataire), où Dante s’inscrit en faux contre la légende de sa naissance diabolique (v. 25-31).

6 « Ezzelino […], – guardare bene – non ha trovato ancora il suo storico », affirme d’ailleurs Girolamo Arnaldi (« Il mito di Ezzelino da Rolandino al Mussato », dans l’ouvrage collectif La rinascita della tragedia nell’Italia dell’Umanesimo. Atti del IV Convegno di Studi sul teatro medievale, Viterbo, 1979, p. 85-97.

7 Il s’agit de la De gestis Henrici VII Cesaris Historia Augusta, en 16 livres, qui retrace les années 1311-1313.

8 Dans l’esprit de ses organisateurs, le Collège des Arts de Padoue, cette cérémonie était destinée à se renouveler tous les ans, le jour de Noël, mais l’avènement de Jacopo da Carrara, le nouveau seigneur de Padoue, allié de Cangrande, y mit fin dès 1318. Le retentissement de la lecture publique est par ailleurs confirmé par la parution de deux commentaires de l’Ecerinis qui devaient en faciliter la réception, et dont l’un (le Commentum super tragœedia Ecerinide de Castellano da Bassano et de Guizzardo da Bologna) est considéré comme l’explicitation « officielle » de la pièce. Le titre de l’autre, l’Evidentia Ecerinidis par Pace da Ferrara, renvoie en outre à l’Evidentia tragediarum Senece du même Mussato.

9 Je ne donnerai qu’un exemple symptomatique de cette interprétation de l’Ecerinis : « La tragedia voleva essere un appello ai Padovani perché si armassero contro il tiranno [i. e. Cangrande] che voleva togliere loro la libertà e la possibilità di avere condizioni di vita serene e normali : eccolo, messo in scena, come sarebbe stato il nuovo tiranno, identico a quello vecchio. Questo intento patriottico veniva incontro alle esigenze della repubblica : essa si trovava così ad avere già pronta, scritta, la migliore propaganda politica, mescolata agli allettamenti della poesia » (Daria Perocco, « Albertino Mussato e l’Eccerinis », dans l’ouvrage collectif Dal Medioevo al Petrarca. Miscellanea di studi in onore di Vittore Branca. I, Firenze, Olschki, 1983, p. 337-349).

10 Je reprends en fait un découpage qui est déjà proposé par l’édition italienne de l’Ecerinis dans Il teatro italiano. I. Dalle origini al Quattrocento, a cura di E. Faccioli, Torino, Einaudi, 1975.

11 Ecerinis, v. 1-112  ; aux v. 86-90 la didascalie séparant les deux premières scènes et distinguant les deux lieux scéniques où elles se déroulent : « Sic fatus ima parte secessit domus / petens latebras, luce et exclusa caput / tellure pronus sternit in faciem cadens / tunditque solidam dentibus frendens humum / patremque seua uoce letiferum ciet » (« Sur ces paroles, il s’est retiré au fond de sa demeure, cherchant un lieu isolé, et, dans l’obscurité, se prosterne face contre terre, frappe le sol dur en grinçant des dents, et invoque avec rage son père porteur de mort »). L’acte I se termine ensuite par la première intervention du Chœur, v. 113-162.

12 Ecerinis, I, 1, v. 71-72 : « Cum me uigilia uana seu somni quies / incerta tenuit » (« Un jour, je ne sais si ce fut hallucination ou songe »).

13 Ecerinis, I, 1, v. 75-85 : « Quid poscis ultra, frater  ? An tanti pudet / uesane, patris  ? Abnegas diuum genus  ? / Diis gignimur. Nec stirpe tanta Romulus / Rhemusque quondam Marte tolluntur suo. / Hic maior est, latissimi regni deus, / rex ultionum, cuius imperio luunt / penas potentes principes reges duces. / Erimus paterno iudices digni foro, / si uendicemus operibus regnum patris, / cui bella mortes exitia fraudes doli / perditio et omnis generis humani placent » (« Que réclames-tu de plus, mon frère  ? Rougis-tu, insensé, d’avoir un père si grand  ? Renies-tu ton ascendance divine  ? Nous sommes issus des dieux. Romulus et Rémus, engendrés autrefois par Mars, ne s’enorgueillissent pas d’une origine aussi grande. Notre père est plus grand, dieu d’un royaume très étendu, roi vengeur : sous son empire, puissants, princes, rois, ducs subissent leurs châtiments. Nous serons des juges dignes du tribunal paternel, si nous revendiquons par nos actes le royaume de notre père : guerres, morts, ruines, perfidies, ruses, perdition de tout le genre humain, voilà ce qu’il aime »).

14 Ecerinis, I, 2, v. 112 : « Annue, Sathan, et filium talem proba » (« Acquiesce, Satan, et éprouve un tel fils »).

15 Ibid., v. 109 : « Ensis cruenti detur officium michi » (« Je réclame pour moi le privilège du glaive ensanglanté »).

16 Ibid., v. 102, 107-8 : « Assint ministre facinorum comites michi […] / nec inferorum spiritus quisquam uacet : / animos ad iras odia et inuidias cient » (« Que tes servantes deviennent les compagnes de mes crimes […], qu’aucun démon ne reste oisif  ; qu’ils incitent les esprits à manifester colère, haine et jalousie »).

17 Ecerinis, I, 3, v. 129-145 : « Vos in iurgia, nobiles, / atrox inuidie scelus / ardens elicit, inficit : / numquam quis patitur parem. / O quam multa potentium / nos et scandala cordibus / plebs uilissima iungimus  ! / Illos tollimus altius, / hos deponimus infimos. / Leges iuraque condimus, / post hec condita scindimus. / Nobis retia tendimus  ; / mortale auxilium damus  ; / falsum presidium sumus. / Hec demum iugulis luunt. / Nos secum miseri trahunt, / nos secum cadimus  ; cadunt » (« Vous, nobles, le crime atroce et brûlant de la jalousie attise vos querelles et vous imprègne : nul d’entre vous n’a jamais souffert d’égal. Combien de fois nous associons-nous aux péchés des puissants, nous, la plèbe très vile  ! Nous exaltons les uns, nous abattons les autres. Nous établissons lois et droits  ; une fois établis, nous les renversons. C’est contre nous que nous tendons des filets  ; nous prêtons une aide mortelle  ; nous offrons un soutien illusoire. Pour finir, voilà ce qu’ils expient par leur mort. Et nous, ils nous entraînent avec eux, les misérables  ; nous, nous tombons avec eux  ; ils tombent »).

18 Comme le souligne la présence de la même diathèse passive : « ensis cruentis detur officium michi » (v. 109)  ; « ferrum poscitur urbibus » (v. 159).

19 Le Chœur et le Messager ne sont pas des personnages à l’identité établie mais des fonctions dramaturgiques : aussi réapparaissent-ils, de scène en scène, sous le même nom, bien qu’en des lieux et à des époques différents.

20 Ecerinis, II, 1, v. 219-220 : « euersa terra nobilis pretio iacet / parens tyranno Padua » (« la noble Padoue, son sol ravagé, est vendue à l’encan, soumise au tyran »).

21 Ibid., v. 226-227 : « meriti nobiles primi luunt  ; / qui uendidere, scelera iam expen­dunt sua ».

22 Ibid., v. 233-234 ; 274-275: « Non tuas affert fremitus ad aures / rumor humani generis per auras ? […] Quid Deus tantos pateris furores, / quos soles et non iacularis ignes ? »

23 Il y dialogue, tour à tour, avec son frère Alberico (III, 1, v. 281-321), son demi-frère Ziramonte (III, 2, v. 322-337), un moine, frère Luca (III, 3, v. 338-397), le Messager (III, 4, v. 398-414), son vicaire à Padoue, Ansedisio, et ses Commilitones (III, 5, v. 415-431).

24 Ecerinis, III, 3, v. 396-397 : « Nec inspector Deus / prohibere uoluit, esse sic ultro sinens » (« Dieu, témoin, n’a pas voulu l’empêcher, permettant même qu’il en fût ainsi »). Ce sont là les deux derniers vers à la fois de son Credo (v. 380-397) et de son (non-)dialogue avec frère Luca.

25 Ecerinis, III, 4, v. 401-405  ; 411 : « Progressa Venetis exulum feruens aquis / inuasit agros magna Patauorum cohors / Ferariensiumque, quot plene rates / deferre poterant, totus et Venetus fauor, / cruce preuia Papeque legato duce. / […] / Capta Padua est, et exules illam tenent » (« Partie de Venise, une troupe tumultueuse d’exilés de Padoue et de Ferrare, autant que pouvaient en transporter de pleins navires, envahit les plaines avec l’appui total de Venise, précédée de la Croix et sous la conduite du légat du Pape. […] Padoue est prise : les exilés l’occupent »).

26 C’est Stefano Pittaluga qui insiste sur l’importance de la Consolatio de Boèce en tant que « modèle philosophique » de l’Ecerinis, tandis que Sénèque en serait davantage le « modèle littéraire » (mais voir aussi, ci-dessous, la note 41)  ; il rappelle en outre que « la fortuna volubilis è […] uno degli aspetti del genere tragico identificati dal Mussato nell’ep. 1, v. 101 : “Materiam tragico fortuna volubils auget” » (Stefano Pittaluga, « Modelli tragici e filologia nell’Ecerinis di Albertino Mussato », in La scena interdetta. Teatro e letteratura fra Medioevo e Umanesimo, Napoli, Liguori, 2002, p. 245-256).

27 Ecerinis, III, 5, v. 459-460 : « Aduersa uires fortibus prebet uiris / fortuna, uiles opprimit » (« L’adversité accroît les forces des héros, mais abat les faibles »).

28 Ecerinis, III, 7, v. 461-464 : « Restat suo / uincenda Padua tempore. Abscedite retro. / Lombarda signis appetit subdi meis / gens tota ab infra Gallicis degens iugis » (« Il nous reste à vaincre Padoue au moment opportun. Retournez en arrière. Toute la nation lombarde, en deçà des Alpes, désire être soumise à mes enseignes »).

29 Ecerinis, v. 465-629 : les deux dialogues respectivement aux v. 465-520 (IV, 1) et 537-615 (V, 1), les deux monologues aux v. 521-536 (IV, 2) et 616-629 (V, 2).

30 Ecerinis, IV, 1, v. 465-466 : « Huc huc uenite quisquis optatum uelit / finem malorum scire » (« Ici, venez ici, vous tous qui voulez connaître la fin souhaitée de nos malheurs »).

31 Ibid., v. 469 : « in uos ab alto iustus inspexit Deus » (« depuis le Ciel, Dieu juste a porté son regard sur vous »). On se rappellera l’inspector Deus dans le Credo d’Ezzelino (III, 3, v. 396 : voir supra, la note 24).

32 Ibid., v. 516-519 : « Abductus inde spernit oblatas dapes / curas salutis atque uitales cibos. / Acerque moritur fronte crudeli minax / et patrias umbras sponte Tartareas subit. »

33 Ecerinis, V, I, v. 552-564 : « Hic rapti ab ubere matris infantis pedes / carpit, tenelum robori allidens caput : / fuso cerebro sparsus inscribit cruor / genitricis ora. Ecerinus occurrit nouus / gladium tenenti, quem puer patruum uocat / trienis. Ille “patruus edocuit tuus / tradere nepotibus simile munus suis” / ait, et patentes guturis uenas secat. » (« L’un arrache un enfant du sein de sa mère et le saisit par les pieds, heurtant sa tête délicate contre une poutre : la cervelle se répand, le sang coule et marque le visage de la mère. Un petit Ezzelino va au-devant d’un homme qui brandit un glaive. L’enfant de trois ans l’appelle son oncle. “Ton oncle m’a appris à offrir à ses neveux pareil cadeau”, répondit-il, et il lui tranche les veines de sa gorge qui s’offrait. »).

34 Ecerinis, I, 1, v. 18 : « Effare, genitrix » (« Parle, mère »)  ; v. 26 : « Recolis  ? » (« Te souviens-tu  ? »)  ; v. 26 : « O mea mater, id pande ocius » (« Mère, hâte-toi de me le révéler »). Cet échange s’inspire d’un vers du Thyeste de Sénèque : « effare et istud pande, quodcumque est, malum » (v. 633).

35 Ecerinis, I, 1, v. 22-24 : « Erige labentem cito, / Albrice, matrem : illusit amentem timor. / Resperge faciem, sincopim limphis leua » (« Soutiens vite notre mère qui vacille, Alberico. Elle perd l’esprit. La peur se joue d’elle. Humecte son visage pour que l’eau la ranime »).

36 Ibid., v. 39 et 60.

37 Ibid., v. 8-12 et Thyeste, v. 641-643. Les rapports entre ces deux descriptions ont été notamment analysés par Ezio Raimondi, « Una tragedia del Trecento », in Metafora e storia, Torino, Einaudi, 1982, p. 147-162.

38 Ecerinis, I, 1, v. 39-50 et Phèdre, v. 1035-1048.

39 Ecerinis, I, 3, v. 113 et Thyeste, v. 339 : « Quis uos exagitat furor » (« Quelle fureur vous harcèle »).

40 Ecerinis, II, 1, v. 168-169 : « Finis petitus litibus uestris adest  ; / adest tyrannus, uestra quem rabies dedit ». À ce « finis petitus litibus uestris » s’oppose l’« optatum […] finem malorum » qu’annonce le Messager dans la scène 1 de l’acte IV (voir supra, la note 30). Entre petitus et optatum se creuse l’abîme qui sépare les agissements humains des desseins providentiels : autrement dit, la question qui, étant au cœur du dialogue entre Ezzelino et frère Luca, est aussi au centre de la tragédie chrétienne.

41 Ecerinis, II, 1, v. 172-173 (« Je vais d’abord parler des événements qui sont à l’origine de nos malheurs actuels »).

42 Ecerinis, I, 1, v. 13-15.

43 Ecerinis, II, 1, v. 179-184 : « Intrinseca odia ciuium peperit nepha / in Marchia tunc, cum regimen urbis gerens Estensis Aço marchio eiectus fuit, / fauore falso fulta : non notus sagax / Ecerinus erat in ambitum flagrans suum / Hic cepta lis, hic Marchie exitium fuit » (« L’impiété a engendré les haines de la guerre civile dans la Marche, quand celui qui tenait les rênes de Vérone, le marquis Azzo d’Este, fut exilé – haines fondées sur un soutien fallacieux : Ezzelino le Moine n’était connu ni pour sa rouerie, ni pour son ambition dévorante. C’est là l’origine du conflit, et là ce qui causa la ruine de la Marche »). En évoquant ces événements, survenus en 1208, le Messager se réfère donc à Ezzelino le père, dit Ezzelino le Moine.

44 Ecerinis, I, 1, v. 61 et IV, 1, v. 518.

45 Ecerinis, I, 1, v. 8.

46 Dans la première scène de l’acte IV, aux v. 491-496, lorsque le Messager en vient au récit de la capture d’Ezzelino, le Chœur le presse de questions : « Quid ille tantis uiribus septus facit  ? / Quis uultus aut actus  ? » (« Encerclé par tant de forces, quelle est sa réaction  ? Quel visage montre-t-il  ? Que fait-il  ? »). Mais le Messager se lance alors dans une comparaison épique que le Chœur se hâte d’interrompre : « Nuntius : Facit ut aluo lupus / pleno repulsus, dentibus frendens, canes / circumlatrantes conspicit, multam ferox / ex ore spumam mittit et orbes rotat… / Chorus : Progredere et ultra » (« M. : Sa réaction est celle d’un loup qui, chassé, le ventre plein, et grinçant des dents à la vue des chiens qui aboient tout autour, féroce, projette de sa gueule une écume abondante et fait rouler ses yeux… Ch. : Abrège et poursuis »). Puis, lorsque, dans la scène parallèle de l’acte V, il s’agit de raconter le supplice de la famille d’Alberico, le Messager reprend et prolonge la même comparaison épique, provoquant ainsi la même réaction agacée du Chœur (V, 1, v. 579-583) : « Nuntius : Vt, ad cubile belluis pressis, stetit / circum rapaces turba uenatrix lupos, / patrata memorans damna et adducens canes, / a cede gratas sponte subducens moras… / Chorus : Procede, nobis pande supplicii modos » (« M. : De même que, autour des loups ravisseurs, traqués dans leur tanière, se tient la troupe des chasseurs, se souvenant des dommages causés et conduisant les chiens, en retardant volontairement le plaisir du massacre… Ch. : Continue. Explique-nous comment s’est déroulé le supplice »).

47 Ecerinis, V, 1, v. 582 : « a cede gratas sponte subducens moras ».

48 Ecerinis, V, 1, v. 602-615.

49 Ecerinis, V, 2, v. 616-617: « Hec perpetuo durat in euo / regula iuris ».

50 Ecerinis III, 3, v. 375-378 : « Mitis Deus / redemptor animas ipse venatur suas / errore falso deuias pastor bonus » (« Dieu de douceur, le Rédempteur recherche lui-même ses âmes égarées par l’erreur, en bon pasteur qu’Il est »). À l’« ipse venatur » de ce passage fait écho la « turba venatrix » (« la troupe des chasseurs », v. 580) qui, dans la dernière comparaison épique du Messager, désigne la foule encerclant la femme et les filles d’Alberico et « retardant volontairement le plaisir du massacre », avant de les pousser vers le bûcher (voir supra, la note 47).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Fontes Baratto, « Le tyran diabolisé dans l’Ecerinis d’Albertino Mussato (1314) »Arzanà, 14 | 2012, 35-53.

Référence électronique

Anna Fontes Baratto, « Le tyran diabolisé dans l’Ecerinis d’Albertino Mussato (1314) »Arzanà [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/arzana/643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.643

Haut de page

Auteur

Anna Fontes Baratto

Anna Fontes Baratto est professeur émérite de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, où elle a enseigné la littérature italienne du Moyen Âge et de la Renaissance, sur laquelle portent ses travaux. Elle a notamment dirigé le CERLIM (Centre d’études et de recherche sur la littérature italienne du Moyen Âge) et la revue Arzanà. Cahiers de Littérature italienne médiévale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search