Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14La réinterprétation du tragique a...Des héros tragiques assez improba...

La réinterprétation du tragique au XVIIIe siècle et au début du romantisme

Des héros tragiques assez improbables dans Antigone de Vittorio Alfieri

Eroi greci piuttosto improbabili nell’Antigone di Vittorio Alfieri
Roberto Alonge
p. 119-129

Résumés

Vittorio Alfieri a voulu, à tout prix, devenir un illustre auteur de théâtre tragique. Il faut reconnaître, cependant, qu’il y a quelque chose d’artificiel dans sa démarche. Au-delà de la structure classique de ses tragédies, on sent bien, de temps en temps, qu’il y a une dimension profonde qui n’est pas tout à fait tragique.
En prenant comme exemple le texte d’Antigone (1776-1777), une des premières tragédies d’Alfieri, cet article montre comment, tout en suivant apparemment Sophocle, le changement de quelques détails dans le traitement des personnages de la part d’Alfieri suffit à produire des effets comiques involontaires, comme dans le cas des personnages masculins Créon et Hémon qui, quoi qu’en pensent les grands spécialistes d’Alfieri, forment un extraordinaire duo de personnages comiques, et non de personnages tragiques. Occupé à écrire des tragédies classiques, Alfieri était hanté par la crainte que ses tragédies puissent faire rire. L’auteur de l’article défend l’idée qu’il avait bien des raisons de le croire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’emprunte la métaphore de fleur de serre, en référence à la tragédie classique, à Arnaldo Di Bened (...)

1Au milieu du xviiie siècle, la comédie et la tragédie, comme genres littéraires, sont sur le point d’être remplacées par le genre nouveau du drame (ou drame bourgeois). La tragédie surtout (qui est liée à une idéologie aristocratique) traverse une période de décadence, d’abord condamnée par les réflexions des philosophes des Lumières, et ensuite par la Révolution française et le triomphe de la bourgeoisie. Toutefois, pendant tout le xviiie, et jusqu’au début du xixe, on continue en Europe à cultiver cette fleur de serre qu’est la tragédie classique, fondée sur le respect des règles d’Aristote1. En Italie, l’auteur le plus significatif, dans ce sens, est Vittorio Alfieri. Le fait qu’Aristote dans sa Poétique reconnaisse la primauté de la tragédie, parmi les différents genres littéraires, encourage la lutte des intellectuels pour s’attribuer le titre de grand tragédien. Surtout en Italie, qui est un pays très frustré de ne pas avoir eu de production à la hauteur de celle de la France, avec son Corneille et son Racine. Vittorio Alfieri fait un véritable pari : il veut, à tout prix, devenir un illustre auteur de théâtre tragique. Il faut reconnaître, cependant, qu’il y a quelque chose d’artificiel dans sa démarche. Au-delà de la structure classique de ses tragédies, on sent bien, de temps en temps, qu’il y a une dimension profonde qui n’est pas tout à fait tragique. Mais, on le sait, les fleurs de serre aussi sont toujours plus fragiles, moins vraies et moins vitales, que les fleurs qui poussent de façon spontanée dans la nature.

2Je prends comme exemple le texte d’Antigone (1776-1777), une des premières tragédies d’Alfieri. L’auteur a derrière lui une tradition célèbre, qui remonte à Sophocle. Apparemment, Alfieri suit parfaitement Sophocle, mais quelques détails suffisent à changer complètement le discours. Le Créon d’Alfieri veut punir Antigone pour une raison moins institutionnelle (le respect de la loi), et plus personnelle, pour renforcer son propre pouvoir politique. Il est perçu comme usurpateur, dans le sens qu’il a bien profité de la mort d’Etéocle et de Polynice et du mauvais destin d’Œdipe, pour s’emparer du trône. Tout cela donne une couleur particulière au personnage, qui se présente comme un petit tyran domestique, au sens étymologique, qui pense à la domus, à sa maison. Il travaille pour la famille. Il a trouvé par hasard un trône, et son problème est de le laisser en héritage à son fils. Il y a là une nuance un peu bourgeoise. À la différence de Sophocle, il n’y a pas de femme, à côté de Créon. Il vit seulement en tant que père, très attentif à son fils unique, qui l’occupe et le préoccupe. Il apparaît en scène la première fois au début du deuxième acte, et son horizon sentimental est déjà centré sur son fils :

  • 2 «  Mais comment  ? Toi seul, ô mon fils, tu es affligé / dans ce moment de joie qui est le mien  ? (...)

Creonte   Ma che ? Tu sol nella mia gioja, o figlio
                 afflitto stai ? Di Tebe al fin sul trono
                 vedi il tuo padre ; e tuo retaggio farsi
                 questo mio scettro. Onde i lamenti ? Duolti
                 d’Edippo forse, o di sua stirpe rea ?2

3Le discours s’ouvre sur une conjonction adversative, parce que le père doit subir l’incompréhensible opposition de son fils. Créon a l’air d’un bon fonctionnaire de l’État, qui, pendant de longues années, a obéi, en se taisant, à tous les représentants de la lignée glorieuse mais maudite d’Œdipe. Mais, maintenant qu’il a réussi à ramener l’ordre et la paix à Thèbes, en montant sur un trône destiné à son fils bien aimé, voilà que ce fils ne comprend pas, n’apprécie pas, ne laisse voir ni gratitude ni plaisir. Bien sûr, Créon croit que tout le monde est fait comme lui, que tout le monde est intéressé par le pouvoir, mais Hémon, bien qu’il soit son fils, est différent, il est fait d’une autre pâte, d’une pâte plus raffinée. En suivant les traces de Sophocle, Alfieri garde le titre, Antigone, mais les innovations les plus originales de sa tragédie résident dans la construction des personnages masculins – Créon et Hémon – quoi qu’en pensent les grands spécialistes d’Alfieri, comme Mario Fubini et Walter Binni. Il s’agit, toutefois, d’un extraordinaire duo de personnages comiques, et non de personnages tragiques. Créon est un boutiquier très amusant, un peu vulgaire (dont son fils a honte), mais foncièrement honnête et correct. Les fils d’Œdipe se sont tués entre eux, et il est normal qu’Œdipe s’en aille en exil, parce que ses crimes ont contaminé Thèbes. Hémon est plus difficile, plus délicat. Son père trouve légitime que le trône lui revienne. Mais – comme tous les gens vulgaires – il montre trop sa satisfaction devant sa conquête et c’est bien ce que son fils lui reproche. Hémon insiste sur le fait qu’Œdipe, bien qu’exilé, est toujours roi de Thèbes et qu’Antigone est l’héritière légitime du trône. Pour Hémon, le trône de son père est un trône usurpé et par conséquent, il ne peut pas accepter le machiavélisme de Créon qui a décrété l’interdiction d’ensevelir Polynice uniquement pour qu’Antigone viole son décret. Créon sait bien, au fond de lui, qu’il a usurpé ce trône ; il met donc en place une répression qui doit le débarrasser du seul héritier légitime, comme il l’avouera à son fils au troisième acte.

4Il y a, me semble-t-il, une espèce de comique involontaire, qui surgit de cette situation d’incompréhension, où nous retrouvons un Créon presque émouvant dans sa souffrance de père, qui n’est pas reconnu par son fils, qui n’est pas aimé par son fils :

  • 3 «  Je n’ai rien de plus important que toi  ; / Je n’ai de tendre attention que pour toi  : / Il ne (...)

Creonte   Non ho di te maggior, non ho più dolce
                 cura, di te : solo mi avanzi ; e solo
                 di mie fatiche un dì godrai. Vuoi forse
                 farti al tuo padre, innanzi tempo, ingrato ?3

  • 4 III, 1, v. 114-115, 120.
  • 5 III, 1, v. 126-127.

5À ce stade de l’action, Créon ignore l’amour d’Hémon pour Antigone, mais, lorsqu’il l’apprend, au troisième acte, il est prêt à se montrer – de façon surprenante et inattendue – un bon père, digne de certaines comédies de Ménandre ou de Térence. Il laisse rapidement de côté ses projets criminels, et il est prêt non seulement à pardonner à Antigone, mais à la rendre reine, en acceptant que son fils l’épouse. Du point de vue politique, le meurtre d’Antigone était utile mais, s’il est possible de renforcer le trône grâce à un mariage entre Antigone et Hémon, Créon n’y voit aucun inconvénient. Le moment où Créon a cette illumination : « Or, dimmi : / sei parimenti riamato ? », « Di’ ; potrebb’ella a te dar dar man di sposa ? » (« Dis-moi, est-ce qu’elle t’aime aussi », « Dis, pourrait-elle devenir ton épouse ? »)4 est particulièrement intéressant comme l’est aussi le pragmatisme marchand grâce auquel Créon pense avoir trouvé la solution la plus adéquate en disant à son fils : « Ardisci ; / tua man le rende in un la vita, e il trono » (« Ose ; / ta main lui rend à la fois la vie et le trône »)5. On peut souligner aussi son pouvoir de décision, la rapidité de ses choix :

  • 6 «  Que, devant moi, sans tarder, on conduise / Antigone. Elle mérite bien la mort  ; / à bon droit, (...)

Creonte   Al mio cospetto, olà, traggasi or tosto
Antigone  Di morte ella è ben rea
                 dargliela posso a dritto ; e, per me forse,
                 dargliela fia più certo util partito…
                 Ma pur, mi sei caro così, ch’io voglio
                 lasciarla in vita, accoglierla qual figlia,
                 s’ella esser tua consente.6

6Créon n’hésite pas, il n’est pas dans le doute, alors qu’Hémon aimerait donner du temps à Antigone, ne pas la presser, ne pas la brusquer ainsi. Ce qui ne convient pas à un personnage d’un activisme frénétique tel que Créon.

7En réalité, Alfieri suit Sophocle, mais –peut-être même de façon inconsciente– il innove sur un point capital en imaginant une alternative (le mariage à la place de l’exécution) qui sape les bases de la structure tragique. La tragédie peut se transformer en comédie avec happy end: il suffit qu’Antigone accepte le mariage. La critique a pensé qu’Antigone est une héroïne de la liberté intransigeante, qui va à la mort par haine du tyran. Mais il n’en est rien. Il faut aller au-delà des apparences pour voir surgir une réalité bien différente. Au troisième acte, Créon revient sur sa décision d’exécuter Antigone, et il est prêt à lui pardonner, mais en lui imposant ses conditions. Créon apparaît alors comme un sympathique petit tyran bourgeois, toujours prêt à marchander. Il offre la vie sauve à Antigone, et le trône en plus, si elle accepte comme mari un jeune homme qu’elle ne trouve point désagréable. Mais Antigone refuse. Parce qu’on ne négocie pas avec le tyran, disent les spécialistes d’Alfieri. Mais en analysant le texte de près, on se rend compte qu’Antigone ne refuse pas tout de suite et qu’elle prend un temps pour négocier. Avant de décliner l’offre, elle veut savoir ce que le tyran est prêt à concéder. Se marier avec Hémon ne l’intéresse pas. Créon –comme les obsessionnels, on l’a dit– est limité. Il est intéressé par le pouvoir, et il pense que tout le monde l’est. Il se trompe. Antigone n’est pas insensible au pouvoir : elle reproche, en effet, continuellement à Créon d’être un usurpateur ; toutefois ce n’est pas le trône qui est important pour elle, mais plutôt son rapport avec Œdipe, que Créon a condamné à l’exil, le séparant d’elle, puisqu’elle est obligée de rester à Thèbes. Tout cela pourrait sembler une interprétation personnelle discutable, mais il suffit de lire la réplique d’Antigone pour se rendre compte qu’il n’en est rien:

  • 7 «  Ce trône / qui me revient et que tu usurpes me rend désormais / bien trop maudite. Va  ; je ne t (...)

Antigone  Rea
                 me troppo or fa l’incontrastabil mio
                 trono, che usurpi tu. Va ; non ti chieggio
                 né la vita, né il trono. Il dì, che il padre
                 toglievi a me, ti avrei la morte io chiesta
                 o data a me di propria man l’avrei ;
                 ma mi restava a dar tomba al fratello.
                 Or che compiuta ho la sant’opra, in Tebe
                 nulla a far mi riman : se vuoi ch’io viva, rendimi il padre.7

8En effet, Antigone exprime ici le mépris dédaigneux d’une vraie princesse à l’égard de l’usurpateur, la haute conscience que le trône est à elle. Mais elle ne refuse pas de négocier ; elle est prête à accepter le marché, mais elle veut imposer ses conditions : ce n’est pas Hémon qu’elle veut, mais son père. La critique est convaincue qu’Antigone aime Hémon. Rien n’est moins sûr ; mais, même dans cette hypothèse, il est évident qu’elle ne peut pas se marier avec lui, pour les raisons qu’elle expose très clairement à Créon, en présence d’Hémon :

  • 8 «  Antigone  : Hémon pourrait me rendre la vie / si non plus chère, du moins plus supportable. Lui (...)

Antigone  Se non più cara, più soffribil forse
                 farmi la vita Emon potrebbe ; e solo
                 il potrebb’ei. – Ma, qual fia vita ? E trala
                 a te dappresso ? e udir le invendicate
                 ombre de’ miei da te traditi, e spenti,
                 gridar vendetta dall’averno ? Io, sposa,
                 tranquilla, in braccio del figliuol del crudo
                 estirpator del sangue mio ?…
Creonte   Ben parli.
                 Troppo fia casto il nodo : altro d’Edippo
                 figliuol v’avesse ! ei di tua mano illustre
                 degno ei solo sarebbe…8

9Antigone avoue que le lien avec le genos est plus fort que l’éventuel rapport avec Hémon. Elle se reconnaît dans le cône d’ombre de l’inceste, et Créon se limite à répéter la même chose, mais avec un goût cruel du sarcasme (Hémon n’est pas l’idéal, comme époux, parce qu’il n’est pas un frère incestueux…).

10Si on lit le texte attentivement, on découvre que ce n’est pas « la pulsion idéologique » contre le tyran qui motive Antigone mais plutôt son lien avec le clan, avec le père. Antigone aurait bien voulu se tuer après la mort de ses frères et le suicide de Jocaste, mais c’est sa préoccupation pour Œdipe qui l’a retenue et elle l’avoue dès le premier acte :

  • 9 «  Et moi que dois-je faire  ? … Impure survivante / de ce sang maudit, moi aussi j’aurais dû / me (...)

Antigone  Ed io che fo ?… Di questo fatal sangue
                 impuro avanzo, anch’io col ferro istesso
                 dovea svenarmi ma, pietà mi prese
                 del non morto, né vivo, cieco padre.
                 Per lui sofferta ho l’abborrita luce ;
                 serbata io m’era a sua tremula etade…9

11Tout le premier dialogue entre Antigone et Argia (la femme de Polynice, personnage inventé par Alfieri) insiste sur ce thème Une réflexion plus attentive sur ces scènes aurait évité la conclusion trop facile des spécialistes alfieriens : Antigone veut mourir, bien sûr, mais non par haine du tyran, mais à cause de l’amour qu’elle porte à son père. Elle l’avoue même de manière très cruelle à Hémon en disant que la nouvelle de son mariage avec lui pourrait tuer le pauvre Œdipe :

  • 10 «  Ce père, qui serait ma seule raison de vivre dignement / oh  ! s’il apprenait un tel lien  ! / a (...)

Antigone  Quel padre,
                 che del più viver mio non vil cagion
                 sol fora, oh ! s’egli mai tal nodo udisse !
                 ove il duol, l’onta, e gli stenti, finora
                 pur non l’abbiano ucciso, al cor paterno
                 coltel saria l’orribile novella.10

  • 11 (V, 2, v. 61-63)
  • 12 Vittorio Alfieri, Tragedie, Introduzione e note di Bruno Maier, Milano, Garzanti, 1989.

12Mais il y a, peut-être, encore autre chose. Il semble difficile de ne pas mettre en évidence, chez Antigone, une certaine complaisance morbide d’appartenir à une famille maudite, incestueuse, mais, en fin de compte, unique au monde. Elle y revient sans cesse avec tous les personnages. Les stygmates du péché sont pour elle le signe d’ une sorte d’excellence, une condition d’élite. Elle dira à Argia au cinquième acte : « Ah! vivi. / Di Edippo tu figlia non sei; non ardi / di biasimevole amore in cor, com’io » (« Ah ! vis. / Tu n’es pas la fille d’Œdipe, tu ne brûles pas / d’un amour coupable dans le cœur, comme moi »)11. Dans ces vers, Antigone exprime son orgueil un peu insensé d’être fille d’Œdipe, mais elle avoue aussi de façon presque impudique, son amour coupable pour son père comme on l’a souligné12.

13Mais revenons à la scène deux de l’acte trois d’où nous sommes partis. Le dialogue traumatisant entre Antigone et Créon constitue une révélation éclatante pour Hémon, qui, à cet instant (et à cet instant seulement) se rebelle non seulement contre Créon, mais aussi contre Antigone. Et même davantage contre Antigone que contre Créon. Hémon a toujours été conscient qu’Antigone ne l’aime pas « parce qu’elle aime trops les siens », comme il le dit à son père. Mais connaître la vérité de façon abstraite est une chose, le fait d’être mis face à la vérité en est une autre et on peut dire qu’Antigone jette la vérité à la figure d’Hémon. Il n’est pas surprenant, alors, qu’Hémon éclate, d’une manière qui peut paraître presque comique :

  • 13 «  Ah  ! mon espoir / est malheureusement vain désormais  ! Seul le sang / peut apaiser vos haines (...)

Emone     Ah ! la mia speme
               vana è pur troppo omai ! Può solo il sangue
               appagar gli odi acerbi vostri : il mio
               scegliete dunque ; il mio versate. – E’ degno
               il rifiuto di Antigone, di lei :
               Giusto in te, padre, anco è lo sdegno : entrambi
               Io v’amo al par ; me solo abborro. – Darle
               vuoi tu, Creonte, morte ? or lascia, ch’ella
               col darla al figliuol tuo, da te la merti
               Brami, Antigone, aver di lui vendetta ?
               Ferisci ; in questo petto (eccolo) intera
               avrai vendetta : il figlio unico amato
               in me gli togli ; orbo lo rendi affatto ;
               più misero d’Edippo. Or via, che tardi ?
               Ferisci ; a me più assai trafiggi il core,
               coll’insultarmi il padre.13

  • 14 Les grands spécialistes d’Alfieri ont du mal à comprendre cette scène. Pour Fubini, Hémon « déclame (...)

14Jusque-là, Hémon s’est toujours rangé aux côtés d’Antigone. Mais, cette fois, il pèse très habilement ses mots : le refus d’Antigone est « digne » d’elle, mais « la colère » du père est « juste ». Ils ont raison tous les deux. Hémon perçoit les deux antagonistes comme des personnages d’une tragédie du pouvoir, qu’il n’arrive pas à bien comprendre parce qu’il se vit comme un personnage de drame bourgeois. Il cherche à réactiver ce duel absurde, en s’offrant comme victime docile à Créon et à Antigone : qu’Antigone le tue, pour punir Créon dans son sentiment paternel ; et que Créon, à son tour, tue Antigone, par vengeance. Il n’est pas question de pouvoir, de génos, pas d’échanges stériles à propos du véritable héritier du trône de Thèbes. Le discours d’Hémon peut sembler équilibré, mais, en réalité, les flèches les plus acerbes sont adressées à Antigone. Créon sera un père plus malheureux qu’Œdipe, et Hémon dit cela parce qu’il est conscient que la référence d’Antigone est toujours le fantôme de son père. Créon vient de terminer son attaque contre Antigone (pour laquelle – dit-il – Hémon est un mari trop chaste, non incestueux), et Hémon, à son tour, se réfère à Œdipe14.

  • 15 (IV, 6, v. 248-250).

15Naturellement, ni Antigone ni Créon ne peuvent adhérer à la proposition paradoxale d’Hémon, mais il est certain qu’ils sont gênés, embarrassés. En effet, à partir de ce moment crucial, le texte prend une autre tournure ; il peine à s’inscrire dans une structure tragique. Le quatrième acte abonde en passages comiques. Par exemple, quand Créon a compris qu’il a trop d’ennemis, et qu’il décide de ne plus tuer Argia (avec Antigone), il ne parvient pas facilement à son but, parce qu’Argia ne veut pas survivre à Antigone. Bref, Créon doit faire violence à Argia pour ne pas lui faire violence, et réussir à la libérer. Après avoir commandé à ses hommes d’employer la violence pour vaincre la résistance d’Argia, Créon fera ce commentaire : « Trovar degg’io / al mio comando, o sia pietoso, o crudo, / ribelli tutti? » (« Ne dois-je trouver / devant mes ordres, qu’ils soient compatissants ou impitoyables / que des rebelles ? »)15.

  • 16 (IV, 2, v. 95-99).

16Antigone a elle aussi certains sursauts ridicules, quand elle est confrontée aux premières menaces qu’Hémon profère contre son père : « Oh di destino avverso / fatal possanza! a mie tante sventure / ciò sol mancava, ed al mio nascer reo, / che istigatrice all’ira atroce io fossi / del figlio contro al padre » (« Oh fatale puissance / d’un destin contraire ! À mes malheurs / et à ma naissance maudite, il ne manquait que cela / que je sois l’instrigatrice de la rage féroce / du fils contre son père »)16.

17À la fin, bien sûr, la tragédie l’emporte, grâce à la scena ductilis, qui permet d’exhiber le cadavre d’Antigone, tuée hors-scène. En voyant cela, Hémon se précipite en brandissant son épée contre son père, mais il la tourne contre lui-même et s’en perce le sein. Apparemment, il s’agit de la traduction du récit du messager de Sophocle, mais il faut souligner une nuance non négligeable chez Alfieri. Chez Sophocle, Hémon essaie de transpercer son père d’un coup d’épée, mais Créon esquive l’attaque, et alors Hémon se tue. Chez Alfieri, Hémon fait seulement semblant de viser son père, et il retourne tout de suite l’épée contre lui-même. Ce qui veut dire que, dans la tradition illustre (et aristocratique) de Sophocle, les fils tuent les pères (Œdipe et Laïus) ou tentent de les tuer (Hémon avec Créon) ; dans la tradition bourgeoise d’Alfieri, les fils tuent les fils, et épargnent les pères.

18Alfieri déteste la société bourgeoise qui prend le pouvoir avec la Révolution française. Il n’écrit pas de drames bourgeois ; il écrit des tragédies classiques. Mais il était hanté par la crainte que ses tragédies puissent faire rire. Il avait bien raison. L’auteur – il faut l’avouer – ne peut pas tout contrôler ; quelque chose lui échappe. C’est l’esprit du temps, der Zeitgeist.

Haut de page

Notes

1 J’emprunte la métaphore de fleur de serre, en référence à la tragédie classique, à Arnaldo Di Benedetto, Il dandy e il sublime. Nuovi studi su Vittorio Alfieri, Firenze, Olschki, 2003, p. 21-23.

2 «  Mais comment  ? Toi seul, ô mon fils, tu es affligé / dans ce moment de joie qui est le mien  ? Enfin sur le trône de Thèbes / tu vois ton père  ; et ce sceptre te revenir / en héritage. Pourquoi ces lamentations  ? Souffres-tu à cause d’Œdipe, ou de sa lignée maudite  ?  », Vittorio Alfieri, Antigone, edizione critica a cura di Carmine Jannaco, Asti, Casa d’Alfieri, 1953 (II, 1, v. 1-5).

3 «  Je n’ai rien de plus important que toi  ; / Je n’ai de tendre attention que pour toi  : / Il ne me reste que toi, et toi seul, un jour, / tu jouiras de mes efforts. Veux-tu peut-être, / avant l’heure, te montrer ingrat envers ton père  ?  » (II, 1, v. 99-100, 108-111)

4 III, 1, v. 114-115, 120.

5 III, 1, v. 126-127.

6 «  Que, devant moi, sans tarder, on conduise / Antigone. Elle mérite bien la mort  ; / à bon droit, je peux la lui donner, et pour moi, peut-être, / ce serait certainement une décision utile… / Mais, tu m’es cher, et je veux / la laisser en vie, l’accueillir telle une fille, / si elle accepte d’être à toi.  » (III, 1, v. 135-142)

7 «  Ce trône / qui me revient et que tu usurpes me rend désormais / bien trop maudite. Va  ; je ne te demande / ni la vie, ni le trône. Le jour où tu m’as privée de mon père, / je t’aurais moi-même demandé de me tuer, / ou je l’aurais fait de mes propres mains / Mais il me restait à ensevelir mon frère. / Maintenant que j’ai accompli cette tâche sacrée, / rien ne me retient à Thèbes. / Si tu veux que je vive, rends-moi mon père.  »(III, 2, v. 179-188)

8 «  Antigone  : Hémon pourrait me rendre la vie / si non plus chère, du moins plus supportable. Lui seul / le pourrait. Mais pourquoi  ? Pour vivre / auprès de toi  ? Pour entendre les ombres inapaisées / des miens que tu as trahis et anéantis, / crier vengeance depuis les enfers  ? Moi, épouse, / sereine dans les bras du fils de l’exterminateur / cruel de ma lignée  ?

Créon  : Tu parles bien. / Le lien serait trop chaste  : si Œdipe / avait un autre fils  ! Lui seul serait digne / de ton illustre main.  » (III, 2, v. 192-202)

9 «  Et moi que dois-je faire  ? … Impure survivante / de ce sang maudit, moi aussi j’aurais dû / me tailler les veines, de ce même fer. Mais je fus prise de pitié / pour ce père aveugle, ni vivant, ni mort. Pour lui j’ai supporté la lumière abhorrée / Je voulais me consacrer à sa vieillesse sans défense.  » (I, 3, v. 154-159)

10 «  Ce père, qui serait ma seule raison de vivre dignement / oh  ! s’il apprenait un tel lien  ! / au cas où la douleur, la honte, et les privations ne l’aient pas tué jusqu’ici / l’horrible nouvelle transpercerait son cœur paternel.  » (III, 3, v. 308-313)

11 (V, 2, v. 61-63)

12 Vittorio Alfieri, Tragedie, Introduzione e note di Bruno Maier, Milano, Garzanti, 1989.

13 «  Ah  ! mon espoir / est malheureusement vain désormais  ! Seul le sang / peut apaiser vos haines acerbes  : choisissez / le mien donc  ; versez le mien. – Le refus / d’Antigone est digne d’elle  : / Père, la colère que tu éprouves, est juste, elle- aussi  : / Je vous aime autant l’un que l’autre  ; je ne hais que moi-même. / Tu veux lui donner la mort, Créon  ? Laisse qu’en la donnant à ton fils, / elle la mérite de toi. Tu désires, Antigone, te venger de lui  ? / Frappe-moi  ; voici mon flanc, tu auras ainsi / ta vengeance  : en me tuant, tu le prives / de son fil unique bien aimé  ; tu le rends plus misérable / qu’Œdipe. Allez, pourquoi hésites-tu  ? / Frappe-moi  ; tu me transperces bien davantage le cœur / en insultant mon père.  » (III, 2, v. 204-219)

14 Les grands spécialistes d’Alfieri ont du mal à comprendre cette scène. Pour Fubini, Hémon « déclame avec emphase, trop semblable aux nombreux princes malheureux et vertueux du théâtre classique français », Mario Fubini, Vittorio Alfieri (Il pensiero – la tragedia), Firenze, Sansoni, 1937, p. 117. Pour Binni, Hémon « est trop résigné et trop loin de la puissance et de la complexité de la femme qu’il aime et dont il reconnaît presque trop facilement la supériorité », Walter Binni, Studi alfieriani, a cura di Marco Dondero, Modena, Mucchi, 1995, vol. II, p. 100).

15 (IV, 6, v. 248-250).

16 (IV, 2, v. 95-99).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberto Alonge, « Des héros tragiques assez improbables dans Antigone de Vittorio Alfieri »Arzanà, 14 | 2012, 119-129.

Référence électronique

Roberto Alonge, « Des héros tragiques assez improbables dans Antigone de Vittorio Alfieri »Arzanà [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/arzana/678 ; DOI : https://doi.org/10.4000/arzana.678

Haut de page

Auteur

Roberto Alonge

Roberto Allonge est écrivain et professeur d'histoire du théâtre à l'Università degli Studi de turin. En 1988, il a fondé la revue théâtrale trimestrielle Il castello di Elsinore, en 2002, la revue Angelo di fuoco, spécialisée dans l'œuvre de Pirandello, et en 2004, la revue d'études scandinaves North-west Passage, spécialisée dans les arts du spectacle. En collaboration avec Guido Davico Bonino, il a dirigé l'ouvrage en 4 volumes Storia del teatro moderno et contemporaneo (Torino, Einaudi, 2000-2004).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search