Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Revue annuelle, publiée par l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL-UMR 5186 du CNRS), Arrêt sur scène / Scene Focus aborde les théâtres européens, principalement anglais et français, des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, à l’échelle de la scène ou du type de scène. L’approche, interdisciplinaire, au travers de contributions en français et en anglais, couvre les champs suivants : littérature, rhétorique, mise en scène, dramaturgie, arts du spectacle, questions textuelles ou éditoriales, histoire des idées ou du livre, politiques culturelles ou économiques.

Les anciens numéros de la revue sont disponibles sur le site de l’IRCL-UMR 5186

Dernier numéro en ligne
12 | 2023
Scènes de médecine chez Molière : Fortune et modèles européens

Medical Scenes in Molière: European Models and Afterlives
Sous la direction de Évelyne Berriot-Salvadore, Bénédicte Louvat, Florence March et Janice Valls-Russell

Les thèmes de la maladie et de la médecine offrent une prise singulière sur l’œuvre de Molière, permettant d’évaluer son éventuelle actualité et de voir si le dramaturge peut nous aider à penser notre présent. Entre le début des années 1660 et l’année 1673, Molière a, en effet, composé quatre comédies (Le Médecin volant, L’Amour médecinLe Médecin malgré lui et Le Malade imaginaire) dans lesquelles la médecine constitue un motif structurant, fournissant personnel et actions dramatiques ainsi que scènes topiques. À ces quatre « comédies médicales » s’ajoutent deux autres pièces qui comportent une séquence médicale d’amplitude variée, Le Festin de Pierre (connue plus tard sous le titre de Dom Juan) et Monsieur de Pourceaugnac. Comédies-ballets ou pièces exclusivement parlées, en un ou trois actes, ces comédies constituent un ensemble, voire un cycle parfaitement reconnaissable et doté d’une cohérence et d’une unité remarquables, qui tiennent à des raisons tant thématiques que dramatiques. Elles mettent en débat les conceptions contemporaines en matière de médecine et proposent aux spectateurs des schémas comiques, des types de scènes et de personnages qui proviennent des dramaturgies espagnole et italienne et dont les adaptateurs et imitateurs de Molière, en France, en Angleterre et dans l’Europe entière, s’inspireront ou s’émanciperont.

Il semble dès lors pertinent de chercher à évaluer jusqu’à quel point Molière était redevable, pour la composition de ses scènes de médecine, à des traditions théâtrales antérieures, mais aussi jusqu’à quel point il a influencé après sa mort, en France et dans l’espace européen, les pièces médicales ou mettant en scène des médecins et des malades. On peut, par ailleurs, se demander quelle est la singularité du propos de Molière sur la médecine et la maladie au regard de celui de ses contemporains, mais également quelles sont les raisons qui expliquent la multiplication, en France et dans toute l’Europe, des pièces à sujet médical, aux XVIIe et XVIIIe siècles et dans quelle mesure ces pièces offrent une représentation des débats médicaux contemporains ou de la médecine du temps.

La singularité du présent numéro tient à la dimension européenne de l’enquête, mais aussi à l’échelle à laquelle nombre de contributions analysent les pièces à sujet médical, à savoir celle de la scène et, en l’occurrence, de ce que l’on peut définir comme une scène de médecine. Elle tient en outre à la place qu’on a voulu donner à Molière, comme passeur entre une tradition théâtrale qui lui préexiste et un corpus européen qui s’élabore après sa mort et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Ce numéro est issu du dialogue croisé entre chercheurs et artistes qui a eu lieu à Pézenas et Montpellier du 26 au 28 mai 2022 durant le colloque-festival « Scènes de médecine chez Molière. Fortune et modèles européens ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search