Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141Histoire et philologie des temps ...Sources et méthodes de l’histoire...

Histoire et philologie des temps médiévaux

Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’europe médiévale

Stéphane Péquignot
p. 192-195

Résumé

Programme de l’année 2008-2009 : I. Les diplomaties médiévales occidentales : approches historiographiques. — II. Archives, correspondances et délibérations diplomatiques dans l’Occident méditerranéen (XIIe-XVe siècles).

Haut de page

Texte intégral

I.Les diplomaties médiévales occidentales : approches historiographiques

1La première partie du séminaire a d’abord été consacrée à l’étude de la figure de l’ambassadeur dans les miroirs des princes occidentaux. Un bilan bibliographique a rappelé combien les specula médiévaux constituent des « œuvres […] généralement composites » (F. Lachaud et L. Scordia, Le prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, 2007) et forment un « genre hybride » (U. Graßnick, Ratgeber des Königs. Fürstenspiegel und Herrscherideal im spätmittelalterlichen England, 2004). Il a de ce fait paru préférable de ne pas se restreindre à la liste classique établie par W. Berges (Die Fürstenspiegel des hohen und späten Mittelalters, 1938), et d’élargir l’enquête à l’ensemble des textes qui, depuis les Carolingiens jusqu’à la fin du xive siècle, sous des modalités variées mais toujours à des fins d’éducation ou de conseil, établissent des modèles de comportement souverain. Plus de cinquante œuvres éditées choisies selon ce critère ont ainsi pu être examinées. Un intérêt particulier a été porté à la péninsule Ibérique, qui recèle un vaste corpus spéculaire dont les contours et la dynamique générale ont déjà été explorés par J. M. Nieto Soria, « Les miroirs des princes dans l’historiographie espagnole », dans A. de Benedictis, Specula principum, 1999, p. 193-207 ; A. Rucquoi et H. Bizzarri, « Los espejos de príncipes en Castilla : entre Oriente y Occidente », Cuadernos de Historia de España, 79/1, 2005, p. 7-30 ; et, enfin, par D. Nogales Rincón, « Los espejos de príncipes en Castilla (siglos XIII-XV) : un modelo literario de la realeza bajomedieval », Medievalismo, 16 (2006), p. 9-39.

2Des analyses détaillées ont permis de situer les extraits les plus significatifs dans l’économie propre à chacune des œuvres concernées, avant que ne soient dégagées plusieurs phases dans la caractérisation des messagers et des ambassadeurs. En Occident, du haut Moyen Âge jusqu’au xiiie siècle, plus tard encore dans la tradition inspirée par le De regimine principum de Gilles de Rome, les envoyés des rois demeurent longtemps absents des réflexions spéculaires. En revanche, les traductions ou les adaptations latines et vernaculaires du Sirr al-Asrar (le Secretum Secretorum) leur consacrent généralement un chapitre. Souvent influencées par ce texte à la diffusion manuscrite considérable, de nombreuses œuvres produites en péninsule Ibérique au xiiie et au xive siècles évoquent les ambassadeurs à travers des conseils ou des préceptes. Dans les Siete Partidas composées sous l’égide d’Alphonse X, un chapitre a pour but explicite de déterminer « quels doivent être les envoyés du roi » (quáles deben ser los mandaderos del rey [Segunda Partida, ley XXI, título IX]). Ils font l’objet de plusieurs développements substantiels dans la literatura sapiencial, notamment dans les Castigos que le roi Sanche de Castille (r. 1284-1295) destine à son fils et successeur Ferdinand (le futur Ferdinand IV), dans les Dichos de sabios en palabras breves e complidas, et dans plusieurs passages du Rimado de Palacio rédigé par le chancelier Pedro López de Ayala. Le frère franciscain Juan Gil de Zamora et Ramon Llull s’attardent également sur les messagers et les ambassadeurs, le premier dans le cadre de louanges à l’Hispania (De preconiis Hispaniae), le second au sein d’une fable à portée politique (Llibre de les bèsties). Dans l’ensemble, le déroulement même des ambassades est rarement exposé de façon concrète, tandis que les compétences oratoires, la capacité à préserver le secret ou bien encore la faculté à s’accorder sont parfois, mais pas toujours, jugées nécessaires pour faire de bons nuncii. Un point commun réunit néanmoins ces considérations en apparence disparates : écrire sur le nuncius, le missatge, le mandadero ou l’embajador consiste essentiellement à préciser les modalités d’une représentation adéquate du roi ou du prince, à apaiser d’avance par le verbe et le conseil les craintes que pourrait susciter une charge aussi nécessaire que difficilement contrôlable à distance. Longtemps pensés dans le groupe indifférencié des envoyés ou des messagers, les ambassadeurs ne sont pas conçus en figures autonomes, mais en tant que porteurs de la voix, de la parole, de l’ordre, des vertus, de la personne même de leur mandataire. Le travail mené en séminaire a par conséquent mis en évidence la proximité à cet égard des textes spéculaires avec les conceptions dominantes en droit sur des nuncii dépourvus d’une personnalité juridique propre. Les réflexions qu’ils suscitent visent dans le corpus étudié à élaborer et à proposer un modèle de comportement royal permettant de choisir, d’envoyer, de recevoir et de contrôler à bon escient les ambassadeurs, pas à coucher par écrit des maximes que ceux-ci devraient eux-mêmes mettre en pratique.

3Dans un second temps, on a procédé à un bilan comparé des études menées sur les diplomaties occidentales du xve siècle. Depuis le livre d’Otto Krauske (Die Entwickelung der ständigen Diplomatie vom fünfzehnten Jahrhundert bis zu den Beschlüssen von 1815 und 1818, 1885), plusieurs générations d’historiens ont souligné l’importance capitale de l’apparition des ambassadeurs résidents en Italie, fréquemment interprétée comme le signe manifeste du développement d’un type d’État propre au Quattrocento. Selon cette perspective classique, les ambassadeurs deviennent résidents pour soutenir un nouveau système de relations caractérisé par l’équilibre instable et le maintien de tensions permanentes entre des États indépendants (balance of power) ; la résidentialité se consolide car les stati italiens s’en saisissent comme d’un moyen pour se maintenir et s’accroître; le principe serait ensuite adopté par les différents pays d’Europe à la fin du xve siècle et au xvie siècle, de l’Espagne des Rois Catholiques vers le nord, puis, progressivement, par tous les États de la planète (Garrett Mattingly, Renaissance Diplomacy, 1955). Or, plusieurs spécialistes de l’Italie ont largement remis en cause ce schéma capillaire assez univoque : l’idée d’une « nouvelle ère » et d’une rupture brutale avec la période antérieure n’emporte plus l’adhésion générale. Après avoir rappelé les conséquences d’un renouvellement historiographique marqué notamment, pour l’Italie, par les travaux de Riccardo Fubini et de Daniela Frigo, la prise en considération des nombreuses études menées sur d’autres diplomaties occidentales a conduit à souligner également les effets contrastés de la résidentialité des ambassadeurs hors d’Italie au xve siècle. Le commentaire de plusieurs correspondances des oratores du duc de Milan Francesco Sforza auprès de Louis XI a servi à préciser ce point. Le Valois expose ainsi nettement un clivage essentiel à Alberico Malletta, qui réside à sa cour de 1463 à 1465 : « la coutume de France n’est pas semblable à celle d’Italie. Chez nous, avoir continûment un ambassadeur paraît le fait du soupçon et non pas du plein amour, et chez vous, c’est le contraire » ([en italien dans le texte de Malletta] B. de Mandrot, Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et Francesco Sforza, 1919, doc. X, p. 126). Les résidents, perçus par leur mandataire comme des « ambassadeurs continus » (ambasciatori continui), sont en fait, dans la perspective de Louis XI et de ses pairs, « retenus » à leur cour par l’effet de leur seule volonté. La suspicion les entoure, mais on les tolère. Des ambassadeurs de Venise ou du duc de Milan effectuent par conséquent des séjours prolongés à la cour de l’empereur, dans celles de Bourgogne, d’Angleterre ou de France. À l’inverse, exceptés les Rois Catholiques, les souverains occidentaux recourent au xve siècle principalement à des missions ad hoc.

4Après avoir mesuré l’impact de l’apparition des ambassadeurs résidents et les limites d’une expérience essentiellement italienne au xve siècle, on a dressé un panorama comparé des pratiques diplomatiques durant cette même période. L’accent a porté tout particulièrement sur quatre aspects étroitement imbriqués : les rencontres entre souverains (les « vues » ou vistae), les prescriptions juridiques relatives aux ambassadeurs (ces deux thèmes ont retenu récemment l’attention des chercheurs, cf. G. Schwedler, Herrschertreffen des Spätmittelalters. Formen, Rituale, Wirkungen, 2008 ; M. Kintzinger, « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropäischen Spätmittelalter », dans R. C. Schwinges et K. Wriedt [éd.], Gesandtschaftswesen und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, 2003, p. 313-364), les ambassadeurs et l’ambassade comme cadre commun d’expérience. Au terme d’un parcours qui a également requis l’analyse d’extraits de l’Ambaxiatorum Brevilogus de Bernard du Rosier et de passages des Mémoires de Philippe de Commynes (livre II, chapitres VII et VIII), plusieurs caractéristiques générales des diplomaties occidentales au xve siècle ont pu être dégagées. Dans la continuité des siècles précédents, les ambassadeurs représentent des mandataires extrêmement divers grâce à une immunité qui leur est partout reconnue. En Occident, leur spécialisation et l’usage intensif d’écritures variées s’accentuent. En Italie, une pratique, une langue et un espace communs de la diplomatie se consolident avec les ambassades résidentes. De manière générale, la spécificité du travail diplomatique est plus clairement appréhendée. Mais, corrélativement, la conscience est partout manifeste de fortes différences dans les façons de négocier, les styles des cours et les conceptions en vigueur à l’étranger. Au-delà de ces usages communs, dans un monde irrémédiablement divers, la diplomatie reste cependant aussi un espace de rencontres vécues comme extraordinaires. Pratique de passage, de dépassement des frontières, les échanges diplomatiques favorisent en Occident la paix dans les discours et parfois la guerre dans les faits ; pour les Timourides ou les Ottomans, elles sont au service d’une entreprise de domination du Dâr al-Islâm, mais peuvent apporter une paix temporaire avec l’extérieur. La diplomatie s’avère donc au xve siècle un outil potentiellement ambivalent de mise en relation entre des parties du monde qui n’interprètent pas nécessairement la portée de l’échange de façon identique.

II. Archives, correspondances et délibérations diplomatiques dans l’Occident méditerranéen (XIIIe-XVe siècles)

5Pour cette deuxième partie du séminaire, plus brève, il s’est agi d’examiner dans quelle mesure certains praticiens envisageaient au xve siècle la négociation comme un travail. Au cours d’une période à bien des égards expérimentale en ce domaine, les négociations ne sont pas seulement appréhendées par le vocabulaire du tractar, du tractatus, ou par celui de la parole et de la conversation, mais, parfois, désignées en usant de termes appartenant au champ lexical du travail. Dans quelle mesure ce phénomène permet-il alors d’incorporer la négociation dans l’ensemble des pratiques considérées comme légitimes par les pouvoirs qui y ont recours ? L’enquête a été engagée en examinant plusieurs dossiers documentaires : les rapports adressés par les représentants de la ville de Barcelone à leur mandataire, le Consell de Cent, alors qu’ils se trouvent à Naples auprès de leur roi, Alphonse le Magnanime (éd. J. M. Madurell Marimon, Mensajeros barceloneses en la corte de Nápoles de Alfonso V de Aragón 1435-1458, 1963) ; d’autre part, les échanges épistolaires, les instructions et les journaux d’ambassade produits à l’occasion d’une mission adressée en 1463-1464 au roi Louis XI par la Generalitat de Catalogne et le Consell de la ville de Barcelone, documents en partie publiés dans J. L. Madurell Marimon, « Embajada catalana a Luís XI (1463-1464). Notas para su estudio », Boletín de la Real academia de Buenas Letras de Barcelona, 1967-1968, XXXII. L’analyse des mots et des conceptions de la négociation dans ces textes a tout d’abord révélé une distinction importante : les conversations des ambassadeurs de la ville avec les monarques restent pensées dans le registre de la formulation d’une supplique visant à l’obtention d’une grâce, mais un treball (« travail ») supplémentaire est souvent jugé nécessaire par les protagonistes pour aboutir. Le vocabulaire du travail permet ainsi de décrire des actes de négociation de façon tantôt elliptique, tantôt très concrète. Treballar des Catalans parfois proche du mercadejar (« marchander »), pratica des Italiens, « besogne » des Français : autant de façons de mettre en mots une pratique très fréquente, dont on cherche alors à cerner les contours. L’analyse en contexte de cette terminologie variée et couramment utilisée au sein de métaphores maritimes ou commerciales a alors abouti à formuler des considérations plus générales sur la pluralité des conceptions de la négociation en vigueur au xve siècle dans l’Occident méditerranéen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Péquignot, « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’europe médiévale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011, 192-195.

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’europe médiévale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 141 | 2011, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1006

Haut de page

Auteur

Stéphane Péquignot

Maître de conférences

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search