Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141Inde et Extrême-OrientArt et archéologie de la Chine pr...

Inde et Extrême-Orient

Art et archéologie de la Chine pré-impériale

Alain Thote
p. 324-326

Résumé

Programme de l’année 2008-2009 : La principauté de Zeng d’après les sources épigraphiques et archéologiques (suite).

Haut de page

Texte intégral

1La conférence a poursuivi le travail d’analyse des sites de la principauté de Zeng曾  entrepris l’année précédente. Aucune cité, aucun village n’ayant été jusqu’à présent fouillés, il s’agit soit de cimetières, soit de tombes isolées. Les sites se répartissent à proximité de petites rivières dans une région délimitée aujourd’hui par trois villes du Hubei : Zaoyang 棗陽, Suizhou 隨州 et Jingshan 景山.

2Datables entre la fin du ixe siècle et le début du ive siècle avant notre ère, les bronzes qui ont été découverts dans cette région forment un riche corpus. Plusieurs d’entre eux portent une inscription, mais dans leur grande majorité ils en sont dépourvus. Leurs commanditaires sont presque tous des membres de la famille de Zeng. Quelques-uns appartiennent à d’autres familles aristocratiques qui lui étaient alliées. Enfin, un dernier groupe est constitué de personnes attachées au service des princes de Zeng. Très probablement, celles-ci ont eu accès aux ateliers de la principauté, car leurs bronzes ont les mêmes caractéristiques techniques et stylistiques que ceux de leurs seigneurs. Ils s’en distinguent cependant par une taille inférieure ou une inscription moins soignée. C’est le cas par exemple du Zeng Taishi X ding 曾太師 X 鼎, dont l’inscription est constituée d’un texte abrégé, de forme archaïque, et dont les caractères ont une graphie irrégulière.

3Dans les tombes, le mobilier funéraire est souvent hétéroclite. Plusieurs en­sembles de bronzes rituels sont incomplets, et les pièces qui les composent n’ont pas toujours une cohérence stylistique du fait qu’on a mélangé des vases produits à l’occasion des funérailles avec des vases plus anciens. On distingue trois catégories. Un premier groupe est constitué de quelques bronzes provenant de la plaine Centrale ; certains mêmes ont été importés de Zhouyuan 周原 (au Shaanxi), où vivait la cour des Zhou jusqu’en 771 avant notre ère. Le groupe le plus large est formé de pièces fondues localement. D’assez bonne, voire d’excellente qualité, elles copient des modèles métropolitains. Cette proximité indique qu’au viiie siècle encore les princes de Zeng avaient conservé des liens assez forts avec les familles aristocratiques de la plaine Centrale. En même temps, on décèle dans cette production locale des traits stylis­tiques propres. Enfin, quelques bronzes plus originaux ont été produits dans des centres métallur­giques situés à la périphérie du monde chinois, plus au sud ou dans l’Anhui. L’examen de la production de Zeng, formée des bronzes du deuxième groupe, rend compte d’un déclin progressif des ateliers de la principauté. Dès le viie siècle en effet, ils ne furent plus capables de fondre des bronzes de belle qualité, et les techniques métallurgiques se sont appauvries. D’autre part, les sites des viie-ve siècles se trouvent concentrés autour de Suizhou, ce qui est probablement le résultat d’un affaiblissement de la principauté.

4Ayant présenté l’intégralité des sites des ixe et viiie s. av. J.-C., nous avons établi une typologie des tripodes ding pour la cuisson des viandes lors des sacrifices et des coupes gui 簋 pour la présentation d’offrandes de grains (selon l’explication traditionnelle). Ces vases occupent en effet une place à part dans les ensembles rituels, du fait que leur usage est lié au rang de leur propriétaire dans la hiérarchie nobiliaire. Les tripodes sont de deux types : à panse ronde, hémisphérique, avec deux anses verticales sur le bord ; à panse large et peu profonde, avec deux anses latérales. Le premier est héritier d’une forme de l’époque des Zhou occidentaux, qui s’est développée en particulier à la phase finale (env. 850-771 av. J.-C.). D’origine plus ancienne, le second type est resté très peu diffusé en Chine centrale, où il a été créé. La comparaison des tombes dans lesquelles des tripodes ont été découverts est très parlante : aucun ensemble ne comprend à la fois le type 1 et le type 2, qui s’excluent donc mutuellement. En majorité, les tripodes du type 2 appartiennent à des séries, ils ont été fondus pour des princes ou des princesses de Zeng, et découverts dans les sépultures de personnes ayant une haute position sociale, sinon la plus haute. En revanche, ceux du type 1 se trouvaient dans des tombes relativement modestes. D’autre part, on a observé que la forme des ding du type 2 a peu évolué dans un premier temps. Puis, à partir des environs de 700 avant notre ère, des changements substantiels sont intervenus, dans lesquels on perçoit l’influence croissante des ateliers du royaume de Chu. Une fois adoptés dans le royaume méridional de Chu, les ding du type 2 ont connu un développement étonnant. Sous le nom de sheng 升鼎 (ou shengding 升鼎鼎), ils furent réservés à l’usage des membres de la famille royale et des aristocrates de premier rang dans la hiérarchie nobiliaire. Les ateliers de Zeng ont donc joué un rôle d’intermédiaire dans la diffusion de la culture Zhou en Chine du Centre-Sud, sans pour autant avoir eu beaucoup d’initiatives au plan de la création artistique.

5Le cas des gui est sensiblement différent de celui des tripodes. Ces bronzes composés d’une base évasée parfois montée sur trois pieds courts, d’une coupe à profil fermé, et d’un couvercle imitent aussi des vases créés par les ateliers métropolitains de la vallée de la Wei 渭 à l’époque des Zhou occidentaux, et leur décor reprend des motifs classiques élaborés au ixe siècle : cannelures, dragons au dessin abstrait, écailles, et têtes de dragons en ronde-bosse. Deux groupes sont également à distinguer : gui àprofil arrondi et large, de faible hauteur ; gui à petite ouverture présentant un profil trapézoïdal. Cependant, le second groupe a fini par supplanter le premier, et l’analyse a montré que les pièces le composant étaient de fabrication locale, contrairement aux gui du premier groupe, semble-t-il. Leur forme a évolué graduellement en s’étirant en hauteur – une caractéristique propre à la production de Zeng, mais les décors, faits d’emprunt, sont restés figés.

6L’établissement de ces typologies a rencontré quelques difficultés : l’évolution des bronzes fut lente, car jusqu’au milieu du viiie siècle les artisans de Zeng sont restés, pour des impératifs idéologiques, fidèles aux modèles légués par les générations précédentes.

7Après cet examen des pièces de provenance archéologique fiable, nous avons passé en revue les bronzes inscrits de Zeng sans provenance connue, aujourd’hui dans des musées. Ces pièces de collection ont permis d’élargir la typologie, par exemple d’ajouter des coupes pen 盆 à panse carénée, qui confirment par leur style l’existence de liens entre les ateliers de Zeng et ceux de Huang 黃 en particulier.

8Si la présence de séries de ding et de gui dans les ensembles rituels est en étroite relation avec le statut de leur propriétaire et si leur forme comme leur décor ont été régis par des règles strictes, la production des autres vases, pour le vin ou pour l’eau des ablutions, a subi moins de contraintes. Le statut du commanditaire s’y manifeste de façon différente, dans la qualité de la fonte, dans les recherches décoratives. Parmi ces bronzes se trouve le meilleur de la production des ateliers de Zeng. Le décor occupe une place importante sur la surface des pièces, il y est à la fois sophistiqué et plus riche. Le système décoratif des bronzes de Zeng semble donc hiérarchisé : un style sobre est réservé aux vases qui sont des marqueurs de statut (ding, gui), tandis qu’une plus grande liberté est laissée aux artisans pour le reste de la production.

9On a passé en revue les techniques (relief plat, relief modulé, décor sur fond en réserve, motifs ajourés), défini les principes qui régissent la composition du décor (loi du cadre, organisation en registres, utilisation de la symétrie ponctuelle ou d’axes en diagonale). Encore aujourd’hui, ces décors restent mal appréciés, car le répertoire des motifs est limité. En fait, ce que recherchaient les artistes, ce sont des contrastes, un mouvement, des compositions dynamiques. On a analysé l’évolution stylistique du décor des bronzes depuis le début de la dynastie Zhou, montrant comment le vocabulaire décoratif s’est progressivement appauvri pour se réduire à quelques motifs zoomorphes, centrés sur l’image du dragon. Cette évolution s’est accompagnée de re­cherches décoratives permettant un enchaînement fluide des motifs les uns à la suite des autres sur les registres. Dans la composition, les divisions verticales ont disparu.

10Nos comparaisons ont été établies en privilégiant les bronzes inscrits, ce qui nous a amené à faire une digression sur l’expression zi zuo 自乍 [作] (« [X] a fait faire pour lui-même… »), qui est fréquente dans les inscriptions de Zeng, mais rare dans celles des autres principautés. D’une manière générale, l’art du bronze au début des Zhou orientaux servait une religion dédiée aux ancêtres, il semble être resté figé, tourné vers le passé. À côté de quelques vases où se manifeste un fort investissement artistique, la majorité de la production métallurgique se limite à la reproduction de vases qui suivent les mêmes modèles sur plusieurs générations, ou s’en écartent très peu. Dans ce contexte, l’innovation est plus souvent manifeste dans les motifs secondaires du décor à un moment précis de l’évolution, jusqu’à ce qu’un artiste, une ou deux générations plus tard, vienne à les intégrer dans le décor principal.

11Les problèmes méthodologiques rencontrés dans l’analyse des bronzes de Zeng ont pu être mis en perspective avec la présentation du livre récent de Robert Bagley (Max Loehr and the study of Chinese bronzes: style and classification in the history of art, Ithaca, N. Y., Cornell University, 2008), dans lequel sont confrontées les recherches sur les bronzes chinois menées par deux savants à partir des années 1930, et les résultats qu’ils obtinrent en suivant des approches radicalement différentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Thote, « Art et archéologie de la Chine pré-impériale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011, 324-326.

Référence électronique

Alain Thote, « Art et archéologie de la Chine pré-impériale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 141 | 2011, mis en ligne le 25 février 2011, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1056

Haut de page

Auteur

Alain Thote

Directeur d’études, correspondant de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search