Navigation – Plan du site

AccueilNuméros142Antiquité classiquePapyrologie grecque

Antiquité classique

Papyrologie grecque

Jean-Luc Fournet
p. 85-87

Résumé

Programme de l’année 2009-2010 : I. Initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus. — II. Étude de papyrus inédits de diverses collections. — III. Nouveaux textes des archives de Dioscore d’Aphrodité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comme pour les années précédentes, I a été intégré à II et III, l’initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus se faisant sur des textes inédits.

II. Étude de papyrus inédits de diverses collections

2Cette partie est avant tout réservée aux étudiants et auditeurs qui se sont vu confier des inédits. Mais cette année, aucun des papyrus du Musée gréco-romain d’Alexandrie distribués par le directeur d’études en vue de l’élaboration d’un volume d’édition n’était encore prêt pour une présentation ; il est vrai que ces textes sont difficiles, souvent du fait de leur piteux état de conservation. La collection des papyrus Weill, dont l’appartenance à l’EPHE vient d’être établie, et celle de la Bibliothèque nationale de France, qui fait l’objet d’une étude du directeur d’études (sous convention EPHE-BNF), devraient apporter de la matière nouvelle et plus excitante pour les années suivantes. En attendant, Chris Rodriguez, actuellement en diplôme sous la direction de J. Mélèze-Modrzejewski, a présenté une réédition du P.Michigan inv. 4800, jadis édité par H. Musurillo, Acta Alexandrinorum, Leipzig, 1961, n° 22, p. 67-72. Il a montré combien ce papyrus avait été trop hâtivement inclus dans les Actes des Alexandrins par Musurillo malgré son état fragmentaire qui aurait dû inciter à la prudence. Y relevant plusieurs allusions au récit de Philon sur le pogrom de 38 apr. J.‑C., il propose de voir dans ce texte soit une chronique, soit un « drame judiciaire » dont l’auteur serait un juif qui utiliserait Philon. L’hypothèse selon laquelle nous avons affaire à une version plus complète de l’In Flaccum ou de la Legatio ad Caium de Philon ne serait pas à exclure selon C. Rodriguez. On retrouvera la matière de cet exposé dans un article que ce dernier a publié depuis lors, « P.Mich. inv. 4800 : un témoignage du conflit judéo-alexandrin de 38-41 de n. è. ? », JJP, 39 (2009), p. 161‑197.

3La publication d’un catalogue illustré de la Bibliothèque nationale du Caire, Arabic Papyri. National Library of Egypt, Le Caire, 2008, a été l’occasion de présenter à l’auditoire un papyrus arabo-grec des archives du pagarque Basilios (souvent improprement appelées archives de Qurra ibn Sharik, du nom du gouverneur en fonction à l’époque), qui, quoique déjà édité par A. Grohmann dans ses P.Cair.Arab. III 161 (après C. H. Becker, « Neue arabische Papyri des Aphroditofundes », Der Islam, 2, 1911, p. 267-268), est resté méconnu des papyrologues pour n’être pas entré dans leur Sammelbuch. On a pu améliorer les précédentes éditions.

4L’auditoire a enfin travaillé sur un papyrus médical d’Oxyrhynchos, une préparation d’onguents (στύψεις), à l’étude de laquelle le directeur d’études a été associé lors d’une table ronde fermée organisée par N. Gonis à l’University College de Londres (24‑25 mai 2010) et qui sera éditée par D. Leith dans un prochain volume des P.Oxy.

III. Nouveaux textes des archives de Dioscore d’Aphrodité

5Le gros de l’année a été consacré à la poursuite de l’étude des papyrus d’Aphrodité d’époque byzantine. Le dossier choisi cette année était celui des reçus d’annone militaire. Le point de départ a été fourni par un inédit de Berlin, P.Berol. 25723, repéré par le directeur d’études dans la boîte « BL 7, 34, etc. » de la collection de Charlottenburg (anciennement Berlin-Ouest) et complété par un autre fragment inédit trouvé dans la boîte « K  26 » de la collection située au Pergamon-Museum. Raccordés, les deux fragments livrent un reçu d’annonce militaire (dont manque seulement l’angle supérieur gauche), émis par Andreas actuaire du numerus d’Antaioupolis, représenté par son fils Iôannês qui rédige le reçu, à l’adresse des protocomètes d’Aphrodité représentés par l’hypodecte Iôannês, pour le versement de 12,5 solidi de blé adéré et de 50 solidi d’oinokreon (formule de rationnement contenant un tiers de viande et deux de vin) au titre de l’annone d’une 4e indiction. Ce reçu entre dans une série constituée de cinq autres pièces adressées à l’hypodecte Iôannês, qui ont fait l’objet d’un nouvel examen : 1) P.Cair.Masp. II 67137+I 67050 (1e indiction, actuaire : Stephanos, représenté par son fils Andreas) ; 2) P.Cair.Masp. II 67229 descr. (4e indiction, actuaire : Andreas, représenté par son fils Psatês) qui a donné lieu à une édition ; 3) SB XXIV 15956 (6e indiction, actuaire : Iôannês, représenté par son père Psatês) ; 4) P.Cair.Masp. I 670151 (8e indiction, actuaire : Psatês représenté par Iôannês fils de Psatês) ; 5) P.Cair.Masp. II 67230 descr. (indiction en lacune, actuaire : en lacune) qui a été entièrement déchiffré malgré son mauvais état de conservation. À ces six reçus doivent être ajoutés deux fragments inédits de la British Library, P.Lond. inv. 0498a et 0524a, qui ont été lus par l’auditoire : le premier a la particularité d’être émis par le boêthos du bureau des comptes (logistêrion) d’Hermoupolis, tandis que le second, comme les autres, est émis par l’actuaire (en l’occurrence, Psatês fils de Iakôb). On a ainsi établi une prosopographie des actuaires du numerus d’Antaioupolis qui, en s’enrichissant, a conduit à rendre problématiques les chronologies proposées jusqu’ici. On s’était, par exemple, fondé sur la récurrence de l’actuaire Psatês pour classer chronologiquement ces reçus. Mais on a affaire à plusieurs Psatês : outre le Psatês fils d’Iôannês (P.Cair.Masp. II 67229), lui-même père de l’actuaire Iôannês (SB XXIV 15956), une des nouvelles pièces (non datée), P.Lond. inv. 0524a, nous révèle l’existence d’un Psatês fils d’Iakôb. Par ailleurs, à côté des reçus adressés à l’hypodecte Iôannês que l’étude de C. Zuckerman, Du village à l’Empire. Autour du registre fiscal d’Aphroditô (525/526), Paris, 2004, p. 40-51, inciterait à dater du cycle indictionnel commençant en 537/538, nous devons prendre en considération un témoignage méconnu car mal édité, le P.Flor. III 380 de 514, où intervient un actuaire dont le nom a été mal lu : τοῦ θαυμασ(ιωτάτου) Σαὺλ ἀκτου̣αρίου Ἀνταίο(υ) (l. 17-18). Le nom Saul étonne (nous n’en avons aucune autre attestation dans la documentation d’Égypte), et pour cause : il faut lire Σάτου, forme de Psatês sans l’article égyptien. Cet actuaire (P)satês de 514 ne peut être identique à l’homonyme fils d’Iakôb. En l’état et compte tenu des zones d’ombre persistantes concernant la chronologie d’une partie des archives de Dioscore (cf. AntTard 6, 1998, p. 79, n. 86), le dossier des actuaires est difficilement datable avec certitude.

6Cette série de quittances annonaires a été confrontée à d’autres documents fiscaux des mêmes archives : les comptes de l’hypodecte Iôannês, la Table budgétaire d’Antaioupolis (SB XX 14494), le P.Aphrod.Reg. et les prostagmata annonaires du gouverneur (P.Cair.Masp. III 67320 et P.Erl. 55) qui ont fait l’objet de corrections. L’ensemble de ces textes a permis d’étudier la fiscalité de l’annone militaire, essentiellement d’époque justinienne, et ses diverses procédures de liquidation et de recouvrement.

7Dans le cadre des séances consacrées aux papyrus d’Aphrodité, Loreleï Vanderheyden, qui mène un doctorat sur les lettres coptes des archives de Dioscore sous la direction du directeur d’études, a présenté deux papyrus inédits du corpus qu’elle étudie, P.Cair.S.R. 3733.5 bis, une lettre adressée par le diacre Iôannês et Sarapiôn à Apa Termouté, archimandrite du monastère d’Apa Zénobios (situé dans le nome Panopolite) ainsi que P.Cair.S.R. 3733.6 bis, lettre très mutilée retrouvée enroulée dans la précédente, où il est question d’un sarakôte ou moine girovague.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 142 | 2011, 85-87.

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 142 | 2011, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1146

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Fournet

Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search