Navigation – Plan du site
EPHE
Proche et Moyen-Orient anciens

Sudarabique et ouest-sémitique

Conférence de François Bron
p. 12-13

Résumé

Programme de l’année 2010-2011 : I. Le punique chez Plaute. — II. Inscriptions sabéennes, minéennes et qatabanites.

Haut de page

Texte intégral

I. Le punique chez Plaute

1L’année a débuté par un hommage à Maurice Sznycer, décédé l’été précédent, qui a enseigné l’épigraphie phénicienne et punique dans cette maison durant près de quarante ans.

2On a repris ensuite l’étude du punique plautinien : le livre de M. Sznycer, Les passages puniques en transcription latine dans le « Poenulus » de Plaute (Paris, 1967) reste une base très solide, même si son analyse peut être améliorée sur certains points. En particulier, sur le problème de la présence de deux textes parallèles, l’étude de A. S. Gratwick, dans Hermes, 99 (1971), p. 25-45, a démontré que le texte le plus ancien, remontant probablement à l’époque de Plaute, est le texte II et non pas le texte I, comme le pensait Sznycer.

3Revenant à l’épigraphie, on a revu quelques inscriptions des îles : tout d’abord, de Sicile, deux inscriptions de Motyé, puis CIS 138, conservée au Musée de Palerme, et l’une des inscriptions peintes dans la Grotta Regina, près de Palerme, mentionnant le dieu Shadrapha.

4De Sardaigne, on a étudié deux inscriptions dédicatoires comportant le terme mystérieux ḥnwṭ : CIS 139, provenant de l’île de San Pietro, près de Sulcis, puis une inscription trouvée à Cagliari, récemment publiée par M. G. Amadasi Guzzo, Quaderni – Soprintendenza archeologica per le provincie di Cagliari e Oristano, 19 (2002), p. 173-179. Il apparaît que ḥnwṭ doit désigner la sorte de cippe sur lequel est gravée l’inscription de Cagliari. Ce cippe est dédié au dieu Milqart, portant l’épithète ʿl hṢr, littéralement « qui est sur Tyr ». Nous avons donc examiné d’autres inscriptions récemment publiées où apparaît cette épithète, jusqu’alors inconnue : une inscription sur une plaquette de bronze, provenant du site d’Antas, en Sardaigne, publiée par G. Garbini, Rivista di studi fenici, 25 (1997), p. 59-67, et un autre texte, trouvé à Ibiza, gravé sur une base de pierre, étudié par M. G. Amadasi Guzzo dans le volume Loquentes linguis, Studi linguitici e orientali in onore di Fabrizio A. Pennacchietti (Wiesbaden, 2006), p. 13-20. On a revu également l’autre inscription récemment trouvée à Ibiza, gravée sur une plaquette en os et dédiée à Echmoun-Milqart, étudiée par M. G. Amadasi Guzzo et P. Xella, dans Studi epigrafici e linguistici, 22 (2005), p. 47-57. Revenant en Sardaigne, on a étudié l’inscription gravée sur le bord d’une coupe en argent, provenant de Sulcis, publiée par P. Bartoloni et G. Garbini, Rivista di studi fenici, 27 (1999), p. 79‑91.

5On a terminé l’année avec la très étrange inscription néo-punique de Populonia, qui vient d’être publiée par A. Romualdi et M. G. Amadasi, dans les Annali della Fondazione per il Museo « Claudio Faina », vol. XIV (Orvieto, 2007), p. 161-175. Il s’agit d’un texte de trente-quatre lettres, incisées après cuisson sur une coupe en céramique à vernis noir, trouvée dans une tombe à dromos. Le contexte archéologique permet de la dater approximativement du troisième quart du iiie siècle avant notre ère, donc bien antérieurement à la date qu’on attribue aux inscriptions néo-puniques. Le texte, où l’on distingue clairement le mot « sicles », paraît consister en la répétition de formules à base d’allitérations, peut-être un rituel prononcé lors de l’ensevelissement ?

II. Inscriptions sabéennes, minéennes et qatabanites

6On a commencé l’année par une présentation détaillée de deux importants ouvrages récemment parus : la publication des deux premiers volumes consacrés à la collection de bâtonnets inscrits en caractères minuscules de la Staatsbibliothek de Munich (Peter Stein, Die altsüdarabischen Minuskelinschriften auf Holzstäbchen aus der Bayerischen Staatsbibliothek in München, Tübingen, 2010) et Walter W. Müller, Sabäische Inschriften nach Ären datiert (Wiesbaden, 2010).

7On a repris ensuite l’étude de la grande inscription rupestre d’al-ʿAlma, commencée l’année précédente. Ce texte, qui traite de différents aménagements agricoles, présente de nombreuses difficultés de lecture et de vocabulaire.

8On est passé ensuite à l’étude d’un texte apparu sur le marché des antiquités, quoiqu’il provienne d’un site régulièrement fouillé par des missions archéologiques depuis une soixantaine d’années, le grand temple d’Almaqah, à Mârib. Il s’agit d’une inscription dédicatoire de vingt-six lignes, parfaitement conservée, qui a le même auteur qu’une autre inscription du Maḥram Bilqīs, Iryani 12. Elle date de la première moitié du iiie siècle de notre ère, plus précisément du règne de Laḥayʿathat Yarkham, roi de Sabaʾ et dhū-Raydān, roi qui n’était mentionné jusqu’ici que par deux inscriptions. Elle commémore un incident survenu entre les tribus sabéennes et les Abyssins qui occupaient la Tihāma, incident déjà rapporté dans Jamme 574.

9En fin d’année, on a lu la grande inscription al-Miʿsal 5, à partir de la transcription procurée par W. W. Müller dans l’ouvrage mentionné plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bron, « Sudarabique et ouest-sémitique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012, 12-13.

Référence électronique

François Bron, « Sudarabique et ouest-sémitique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 143 | 2012, mis en ligne le 20 septembre 2012, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1255

Haut de page

Auteur

M. François Bron

Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals