Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire moderne et contemporaine de l'Occident
Histoire de l’art du Moyen Âge occidental

La collection de François-Roger de Gaignières (xviiesiècle)

Conférence de Anne Ritz-Guilbert
p. 220-221

Résumé

Programme de l’année 2010-2011 : La collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715).

Haut de page

Texte intégral

1Le thème des conférences est prévu pour se dérouler sur trois ans. Il se propose d’étudier la collection constituée par l’antiquaire François‑Roger de Gaignières dans la seconde moitié du xviie siècle.

2Cet érudit, passionné d’histoire de la monarchie française, a amassé sur près d’un demi siècle une documentation textuelle et graphique considérable sur des monuments en grande partie détruits aujourd’hui des époques médiévale et moderne. Quel historien n’a pas rêvé trouver dans les portefeuilles de Gaignières le cartulaire perdu, l’acte détruit qui fait défaut à son étude ? Quel historien de l’art n’a pas compulsé les célèbres portefeuilles de dessins dans l’espoir de reconnaître le portrait, le vitrail, la tapisserie, l’édifice, l’enluminure ou le monument funéraire disparu, maillon manquant à sa problématique ? Chacun dans son domaine se sert de Gaignières. Pourtant l’historien de l’art ignore l’ampleur de la documentation textuelle réunie par ce dernier, et l’archiviste celle de la richesse du fonds iconographique. Cette vision trop partielle et très réductrice de la collection n’a jamais été corrigée, jusqu’à aujourd’hui.

3Il est ainsi indispensable de reconsidérer la collection Gaignières dans sa globalité, non seulement pour mieux cerner les aspirations du collectionneur, analyser ses méthodes d’acquisition et de classement, mais aussi pour porter un regard nouveau et affiner l’interprétation à la fois des documents textuels et des dessins d’archéologie.

4Les conférences de cette année ont essentiellement porté sur l’histoire de Gaignières et celle de sa collection ainsi que sur la présentation des sources et des outils dont nous disposons aujourd’hui pour une étude en profondeur. Celles des années prochaines examineront les méthodes de recherche du collectionneur, les classements et l’organisation globale de la collection, les buts de Gaignières et son héritage.

5Plusieurs raisons sont à l’origine de la vision très morcelée et figée de la collection. D’abord son histoire. Sa donation dès 1711 par l’antiquaire au roi de France n’a malheureusement pas évité sa dispersion. Après la mort de Gaignières en 1715, Pierre de Clairambault, généalogiste du roi en charge de la passation des biens de l’érudit dans les collections royales, organise une grande vente où est cédé tout ce qui fait double emploi avec les possessions du roi : les tableaux, à l’exception du portrait de Jean le Bon, aujourd’hui au Louvre, les manuscrits originaux, les médailles, les porcelaines et plus de la moitié de la bibliothèque d’imprimés. En outre, passionné par les mêmes sujets que Gaignières, Clairambault subtilise une part non négligeable de pièces pour compléter sa propre collection. Le reste, les recueils et les portefeuilles, intègre la Bibliothèque royale. En 1740, la collection est divisée entre les fonds latin et français du cabinet des manuscrits, et les recueils généalogiques sont dépecés avant de rejoindre le Cabinet des titres (aujourd’hui cote P. O.). À cette date et jusqu’en 1860 par étapes successives, les dessins sont versés au département des Estampes : les recueils de modes et les dessins topographiques d’abord, les portefeuilles de tombeaux ensuite. Il faut enfin signaler le vol d’au moins 730 dessins de tombeaux en 1784, vol qui sera à l’origine de la collection Gaignières à la bibliothèque Bodléienne à Oxford et probablement aussi du portefeuille acquis par Albert Lenoir et que ses descendants vendront en 1883 au département des Estampes de la BNF. 

6En 1891, Henri Bouchot, alors conservateur aux Estampes, publie l’Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières conservés aux départements des Estampes et des Manuscrits. Sa tâche est énorme. Elle lui prendra dix années. Les dessins des Estampes sont facilement repérables, puisque seules les vues topographiques ont été dispersées dans le vaste fonds documentaire classé alphabétiquement par noms de lieux, mais le savant doit, au département des Manuscrits, dépouiller les fonds Latin, Français, Clairambault et Pièces originales (issues du Cabinet des titres) pour extraire les planches de dessins des recueils de texte. Il n’a à sa disposition que les anciens inventaires dressés par Clairambault et la concordance des manuscrits latins et français avec les anciennes cotes Gaignières, soit environ 1 250 recueils à dépouiller. Quant aux 3 100 pièces originales et 1 354 manuscrits Clairambault, il lui faudra passer chaque volume en revue, ce qu’il ne fit probablement pas, tant les oublis sont nombreux.

7Selon Bouchot, la collection Gaignières recèle 7 255 dessins. Même si ce nombre se révèle inexact, Bouchot est le premier à offrir à la communauté scientifique un véritable instrument de travail. Néanmoins, cet indispensable outil va participer au processus que l’histoire de la collection a déjà engagé, c’est-à-dire la séparation des dessins de la documentation textuelle, et sceller ainsi une vision morcelée de la collection.

8À ces facteurs historiques et historiographiques qui ont participé à la méconnaissance globale de la collection, il faut ajouter une des caractéristiques majeures de cette dernière : son ampleur. Avec humour, Antoine Schnapper rappelle dans son ouvrage Le Géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècleque « la masse de la documentation réunie par Gaignières a quelque chose de décourageant ». Cette remarque est d’autant plus vraie que le chercheur d’aujourd’hui n’a pas plus d’outils de travail que n’en disposait Bouchot au xixe siècle.

9Or, loin d’être un gigantesque amas de papiers comme on pourrait le craindre, l’organisation et les méthodes que Gaignières a mises en place pour réunir sa documentation, laisse émerger une logique dont il suffit de suivre la trace pour que s’éclaire le fonctionnement de la collection et que les informations historiographiques qu’elle recèle nous soit livrées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Ritz-Guilbert, « La collection de François-Roger de Gaignières (xviiesiècle) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012, 220-221.

Référence électronique

Anne Ritz-Guilbert, « La collection de François-Roger de Gaignières (xviiesiècle) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 143 | 2012, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1328

Haut de page

Auteur

Mme Anne Ritz-Guilbert

Chargée de conférences, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals