Navigation – Plan du site
EPHE
Inde et Extrême-Orient

Histoire de l’Extrême-Orient prémoderne et épigraphie chinoise

Conférence de Pierre Marsone
p. 310-322

Résumé

Programme de l’année 2010-2011 : I. Histoire des empires sinisés (Liao, Jin) et de la Chine sous les Mongols : histoire des Khitan (907-1125) Khitan : les règnes de Taizong et Shizong. — II. Épigraphie chinoise : étude d’inscriptions sino-khitan.

Haut de page

Texte intégral

1La partie historique des conférences était consacrée à la suite de la lecture systématique des annales de l’Histoire des Liao (Liaoshi). Ce texte dense, varié et parfois obscur, appelle de nombreuses annotations et soulève des questions difficiles à résoudre. Il est impossible ici de reproduire les commentaires donnés durant les conférences. Le lecteur trouvera dans les pages suivantes la traduction brute, légèrement simplifiée et provisoire, du matériau étudié dans le cadre des conférences et qui fera, à terme, l’objet d’une édition revue et surtout commentée. La période parcourue durant l’année recouvre la deuxième partie (939‑947) du règne de Taizong et le bref règne de Shizong (947‑951). Les bonnes relations entre les Khitan et leur vassal, les Jin Postérieurs, se dégradent brutalement après la mort du fondateur des Jin. Ne tolérant pas l’indépendance que veulent prendre les Jin, Taizong se lance dans une campagne militaire sans être en mesure de gérer militairement et civilement cet immense territoire chinois supplémentaire. Son successeur Shizong ne se montrera pas plus motivé ni efficace. Sans qu’il y ait vraiment de vainqueur ni de vaincu, la campagne échoue et marque la limite de l’avancée des Khitan vers le sud. La narration de ces événements est accompagnée de multiples mais brèves informations sur les ambassades et les tributs, les déplacements de l’empereur, les nominations de hauts fonctionnaires, voire les événements importants pour les astrologues de cour, comme les éclipses.

2La partie épigraphique des conférences a donné lieu à la traduction de la « Stèle funéraire de la princesse Pureté éternelle des Grands Liao » (Da Liao Yongqing gongzhu muzhi 大遼永清公主墓誌). Cette stèle gravée en 1095 fut retrouvée en Mongolie Intérieure en 2003 avec la stèle en khitan du mari de la princesse, le général Duolilan Taishan (Xiao Yanbi 蕭彥弼, surnommé Liangfu 良輔, en chinois). Outre sa valeur historique, cette stèle est donc intéressante aussi pour la progression du déchiffrement de l’écriture khitan. Elle sera intégrée à des travaux ultérieurs.

Le règne de Taizong (2e partie, 939-947)

3939

4Au 1er mois, on envoya des émissaires annoncer aux Nan Tang et à Koryo l’investiture reçue des Jin. L’empereur tint audience dans la salle Kaihuangdian, donna un banquet pour l’émissaire des Jin, Feng Dao, et ses suivants, et leur offrit des cadeaux selon leurs rangs. Jin envoya le grand général de la garde de l’Oiseau [de droite], Ma Congbin, et le secrétaire à l’évaluation des mérites, Liu Zhixin, apporter un tribut d’objets précieux et de pièces de monnaie qui fut réparti entre les ministres. Les Jin envoyèrent un émissaire pour remercier de l’exemption de taxes en monétaire pour quatre préfectures frontalières

5Au 3e mois, l’empereur chassa au bord de l’étang Niaotan. Les Jurchen apportèrent le tribut. Le fils impérial Shulü, futur Muzong, fut nommé prince Shou’an, et Yansage prince Taiping. Au 4e mois, l’empereur visita le mont sacré Muyeshan et au 5e mois il fut interdit à Nanjing (act. Pékin) de vendre des brebis vers l’étranger. Le tribut apporté par les Nan Tang fut distribué aux ministres. Le souverain (chanyu) des Ouighours envoya un émissaire solliciter des titres de fonctionnaires, mais l’empereur ne leur accorda que des préfets et des chefs de districts. Au 7e mois, les Tuyuhun apportèrent le tribut, de même que les Zubu Alidi au 9e mois. Au 10e mois, Taizong ordonna de transférer aux Ugul (Wugu) trois districts (shire) des administrations du Sud et du Nord car leurs pâturages étaient riches et beaux. Les Tieli et Dunhuang vinrent ensemble apporter le tribut au 11e mois, et le mois suivant l’empereur alla pêcher sur la rivière Tuhe.

6940

7Durant les deux premiers mois, l’État de Wu Yue, le roi des Xi, Laoguning, et les Jurchen vinrent apporter le tribut. Le moli Humoli revint de sa mission chez les Ouighours Arslan et on lui offrit des vêtements appariés (duiyi) pour le récompenser. Un émissaire des Jurchen du Yalujiang fut reçu en audience. Au 5e mois, lors du banquet offert pour la fête de Duanwujie, on demanda aux ambassadeurs des Ouighours et de Dunhuang de danser selon leur coutume devant tous les ambassadeurs.

8Au 6e mois, le grand ministre de Dongjing, Yelü Yuzhi, rapporta que le ministre de Bohai, Da Suxian [Dae So-hyŏn], était impliqué dans des malversations. L’empereur ordonna que les fonctionnaires et le peuple choisissent un homme vertueux pour le remplacer. Au 7e mois, l’empereur alla avec l’impératrice douairière rendre visite à la concubine du Roi auguste de l’homme, qui mourut quelques jours plus tard. Le mois suivant, Taizong ordonna aux fonctionnaires et au peuple de Dongdan de célébrer la mémoire de Madame Xiao, épouse de leur roi Bei. Les Zubu, les Shiwei aux Chars noirs et les Linlie notamment apportèrent le tribut. Un émissaire des Bigude demanda un titre de noblesse et il fut nommé premier ministre (guoxiang). Les bassins des rivières [Yu]xielihe et Luquhe furent affectés à trois district (shire), les Oujin Tulü, les Yisibo du Nanyuan et les Wenna hela du Beiyuan, et ils furent mis en culture.

9Au 9e mois, les généraux des frontières annoncèrent que les Tuyuhun avaient été battus et leur chef capturé. Les chefs et les guerriers les plus valeureux furent exécutés, les autres furent relâchés. Un émissaire des Jin apporta des chevaux de prix et les Jurchen et Wu Yue apportèrent le tribut. Au 10e mois, le maréchal (ke) Lang fut envoyé à Wu Yue, et Lüegu chez les Tang du Sud. Un émissaire des Jin apporta des étoffes et demanda à offrir lui-même un sacrifice au pic du Sud, ce que l’empereur agréa. Au 11e mois, on ordonna aux responsables de promouvoir dans le peuple la culture agricole et le tissage et la loi du sororat fut abrogée. Au 12e mois, Taizong visita le campement de Taizu. Après avoir célébré un rituel fanchai, il fit une offrande dans la tente sacrée, puis il décréta que les Khitan qui recevaient des titres de fonctionnaires chinois suivraient les rites chinois et auraient le droit d’épouser des Chinoises.

10941

11Au 1er mois, l’empereur ordonna que les veufs et veuves des tribus Yishi, Pinbei et Tugui qui ne pouvaient subvenir à leurs besoins fussent mariés entre eux officiellement. Un émissaire des Tang du Sud apporta le tribut et Taizong ordonna de fixer les mérites de la campagne contre les Dangxiang. Au 2e mois, un émissaire des Jin apporta des parfums et les Tieli apportèrent le tribut. L’empereur ordonna de compiler les Hauts faits de l’Ancêtre originel Qishou. Yang Yanxun, envoyé des Jin, apporta le tribut et fit état de la rébellion de An Zhongrong à Zhenzhou (Zhengding). Il fut retenu à la cour. De son côté, à Zhenzhou, An Zhongrong retint le yela émissaire des Liao.

12Au 3e mois, l’émissaire ouighour reçut le titre de kuoli yuyue (« conseiller suprême ») ainsi qu’un étendard, un arc, une épée et divers objets précieux. Un envoyé des Jin, venu remercier pour la permission accordée de faire une offrande dans les faubourgs sud, apporta deux cents livres d’or. Le mois suivant, un autre envoyé des Jin apporta des cerises et des pêches.

13Au 5e mois, des chefs (yilijin) tuyuhun passèrent aux Jin. Diela fut envoyé pour mettre en garde Jin et le gouverneur de Taiyuan. Au 6e mois, à Shuozhou, le vice-commissaire impérial Zhao Chong chassa son commissaire impérial, Yelü Huali, fit sécession et se rallia à Jin. Le xuanhuishi Niaoguzhi marcha sur Shuozhou et assiégea la ville. Au 7e mois, Niaoguzhi envoya un mémoire à la cour pour demander qu’un émissaire soit envoyé appeler Shuozhou à la reddition. Mais ceux qui gardaient la ville renforcèrent la fermeture des portes et ne le laissèrent pas rentrer. Les services concernés rapportèrent que sur le char porte-enseigne une ruche commençait à produire du miel. Les astrologues tirèrent les présages, qui étaient de bon augure. L’émissaire de Jin offrit un encrier de cristal. Au 8e mois, un émissaire des Jin apporta un arc incrusté de corne de rhinocéros et des flèches de bambou. Au 9e mois, on vit une étoile filante au-dessus de Jin. L’empereur visita Guihuazhou. Au 10e mois, des rapports firent état d’une récolte exceptionnelle à Yan et Ji. Un émissaire du roi de Wu Yue apporta le tribut.

14Au 11e mois, Jin annonça qu’il avait réprimé An Zhongrong. Les Tuyuhun annoncèrent leur reddition et un émissaire fut envoyé en prendre le contrôle. Les Zubu et les Jurchen du Yalujiang apportèrent le tribut. Les fêtes de Yongning et Tianshou, le nouvel an, Chongwu (05/05, Duanwujie), le solstice d’hiver et le 8e jour du 12e mois (la 臘) furent décrétés jours de vœux, et cela fut porté dans les règlements.

15Au 12e mois, un envoyé des Jin annonça que le commissaire impérial de Shannan, An Congjin, se rebellait. L’empereur ordonna de le réprimer. Jin vint annoncer que An Zhongrong était vaincu et Yang Yanxun put rentrer. L’émissaire des Jin demanda alors que les « troupes des frontières » fussent retirées et ordre fut donné au tiyin Shuogu de se replier. Mais Shuozhou fut prise et le commandant de la garde impériale, Xieli, fut envoyé récompenser l’armée. Or Niaoguzhi était mort dans le siège. L’empereur, très irrité, fit exécuter tous les hommes forts de la ville et affecter trente nobles foyers de la ville comme esclaves de (la famille de) Niaoguzhi.

16942. — Mort du fondateur des Jin Postérieurs — Naissance des tensions avec les Khitan

17Au 1er mois, l’empereur à Guihuazhou tint audience dans la salle mobile (xingdian) pour recevoir les ministres. Les tributs de toutes les régions furent offerts à l’impératrice douairière ou répartis entre les fonctionnaires de la famille impériale. L’empereur demanda que [les ministres] s’exprimassent librement, et le commandant de l’administration du Nord, Yelü Haisi, tint des propos qui satisfirent l’empereur. Il reçut exceptionnellement le titre de xuanhuishi. L’empereur ordonna à plusieurs personnes, notamment le directeur des affaires politiques, Sengyin, d’établir des colonies de foyers khitan aux frontières sud. Jin apporta la tête de An Zhongrong dans un coffret. Jin envoya un émissaire pour fêter la pacification de Shuozhou et l’officier du protocole (keshengshi), Yelü Huage, fut envoyé à Jin pour l’anniversaire [de l’empereur des Jin].

18Au 2e mois, le prince héritier et les ministres dirent à l’empereur que les préfectures de Xiang, Zhen et Shuo étaient pacifiées mais que des Tuyuhun s’étaient laissé entraîner par An Zhongrong et qu’il fallait envoyer des troupes pour les réprimer et donner un exemple aux autres tribus. Taizong ordonna alors au prince Ming, Wei’en, de remplacer le yuyue Xin’en comme commissaire à la répression du sud-ouest. Puis il alla à Nanjing et envoya un émissaire demander aux Jin de livrer les rebelles tuyuhun. Ce même mois, les Bigude apportèrent le tribut, tout comme les Tieli deux mois plus tard. Les annales mentionnent encore qu’un émissaire de Jin apporta un cheval sellé pour le « tir à l’arc sur rameau de saule », et qu’au 5e mois on interdit de tuer du bétail.

19Au 6e mois, Jin, les Tudugu et les Susa apportèrent le tribut. Le souverain de Jin, Shi Jingtang, mourut, et son fils, Shi Zhonggui, lui succéda. Les audiences furent suspendues pendant sept jours. On envoya des émissaires pour les offrandes funèbres chez les Jin. Apprenant que l’impératrice douairière était souffrante, l’empereur se précipita à son chevet, goûtant lui-même les décoctions. Puis il alla prier dans le temple de Taizu, visita la salle du Bodhisattva et nourrit cinquante mille moines. L’impératrice douairière fut guérie.

20Au 7e mois, Jin envoya Liang Yan, grand général de la garde de l’Oiseau [de droite], et Zhu Chongjie, directeur de l’institut de l’accueil des [émissaires] étrangers [de Jin], pour les remerciements. Comme dans leur lettre les Jin ne s’appelaient plus « serviteur », mais « petit-fils », l’officier du protocole, Qiao Rong, fut chargé de les réprimander. Jing Yanguang répondit : « L’empereur défunt fut mis en place par [votre] sainte Dynastie, mais le souverain actuel a été investi par notre nation. « Petit-fils », cela est suffisant. Rong s’en revint et en rendit compte. Alors l’empereur commença à penser à une campagne militaire vers le sud. Ce même mois, les Zubu, Bigude et Ugul (Wugu) apportèrent le tribut. Les généraux, notamment Tadeli et Pugu, amenèrent le général vaincu Xiade jusqu’à la cour et présentèrent le butin. Au 8e mois, les Jurchen, Zubu et Ugul apportèrent chacun des produits de leur terroir. Jin reprit la préfecture de Xiangzhou.Le commissaire impérial du Hedong, Li Zhiyuan, reçut l’ordre de transférer le commissaire aux Ugul, qui avait trahi, de Yanjing à la cour. Le commissaire impérial de Tianchengjun, Xiao Baishi, fut envoyé pour l’offrande funéraire chez les Jin.

21Au 9e mois, on envoya un émissaire présenter les félicitations au nouvel empereur de Jin. Au 10e mois, on leva des troupes dans toutes les régions et le général Migude fut envoyé réprimer les Tangut. Au mois suivant, l’armée de Wudingjun rapporta qu’un pin avait produit des jujubes. Au 12e mois, un envoyé des Jin vint remercier [pour les félicitations au nouvel empereur]. Cet hiver, l’empereur s’arrêta à Chicheng.

22943

23Au 2e mois, un émissaire des Jin apporta des objets qui avaient appartenu à l’empereur précédent. Quelques jours plus tard, un émissaire des Jin demanda que [l’empereur des Jin] puisse habiter à Bian (Kaifeng), ce qui lui fut accordé. Au 3e mois, un émissaire de Wu Yue apporta le tribut. Le meili Chuanyin (inconnu par ailleurs) se rallia. Au 4e mois, il y eut une éclipse de soleil. Au 6e mois, les Tieli apportèrent le tribut, la tribu Chuguli des Xi apporta un musc blanc et la préfecture de Mozhou apporta un paon blanc. Au 8e mois, Jin apporta à nouveau de l’or en tribut. L’empereur alla à Fengshengzhou et l’empereur de Jin envoya son fils aîné, Shi Yanxu, en audience. Au 11e mois, le vice-roi de Shangjing, Yelü Dinian, arrêta un espion des Jin et comprit qu’ils avaient des intentions cachées. L’empereur se rendit donc à Nanjing et discuta d’une éventuelle attaque de Jin. Il ordonna à Zhao Yanshou, Zhao Yanzhao, Anduan et Jieli d’attaquer par les préfectures de Cang, Heng, Yi et Ding. Le gros des troupes suivrait.

24944. — Les Khitan attaquent les Jin

25Au 1er mois, Zhao Yanshou et Yanzhao, à la tête de 50 000 cavaliers, passèrent par Renqiu. Anduan entra à Yan et assiégea Xin 忻 et Dai 代. Zhao Yanshou encercla Beizhou. Le commandant qui gardait Beizhou, Shao Ke, fit ouvrir les portes sud pour laisser entrer les Khitan, et le gouverneur Wu Luan se suicida en se jetant dans un puits. Zhao Yanshou fut nommé commissaire impérial de Wei et de Bo, et reçut le titre de roi de Wei. Il cantonna ses troupes à Nanle pendant que d’autres troupes attaquaient Liyang. Les Jin envoyèrent Zhang Yanze pour contre-attaquer tout en délégant un ambassadeur pour tenter de rétablir les bonnes relations d’autrefois. L’empereur exigea que Jin cède toutes les préfectures au nord du Fleuve et envoya Sang Weihan et Jing Yanguang pour les négociations.

26Au 2e mois, les Khitan attaquèrent Bozhou et le préfet Zhou Ru leur remit la ville. Le commissaire impérial de Pinglujun, Yang Guangyuan, guida en secret l’armée khitan pour traverser le fleuve à Majiakou1. Le général des Jin, Jing Yanguang, confia la défense de Majiakou2 à un brigand, Shi Bin, et celle de Majiakou1 à Bai Zairong (?‑950), un autre brigand. À ce moment, Zhou Ru fit camper le commandant khitan Mada à l’est du Fleuve et ils attaquèrent le gué nord de Yunzhou, en coordination avec Guangyuan. Les Jin envoyèrent Li Shouzhen, Huangfu Yu, Liang Hanzhang et Xue Huairang avec 10 000 hommes pour attaquer sur la terre et sur l’eau simultanément. L’armée khitan encercla le général auxiliaire des Jin à Qicheng, mais le souverain des Jin arriva lui-même pour les dégager et l’armée khitan se dispersa. Lorsque Shouzhen arriva à Majiakou1, Mada envoya 10 000 fantassins pour qu’ils construisent un camp fortifié gardé par 10 000 cavaliers à l’extérieur. Le reste des troupes était cantonné à l’ouest du fleuve. Avant qu’ils eussent fini de traverser, ils furent attaqués par les Jin et l’armée Liao fut mise en difficulté.

27Au 3e mois, Zhao Yanshou dit : « Les armées Jin ont construit des fortins le long du fleuve. Ils ont peur et n’osent partir au combat. Si nous pouvons emmener nos troupes à Chanyuan et prendre le pont, Jin est à nous. » Ce jour-là, les soldats des Jin étaient cantonnés à Chanyuan. Gao Xingzhou et l’avant-garde étaient à Qicheng. On ordonna à Yanshou et Yanzhao de se diriger avec plusieurs dizaines de milliers de cavaliers sur la droite de Xingzhou, et l’empereur avec les soldats d’élite attaquerait à gauche. Le combat dura jusqu’au soir. L’empereur attaqua alors par le centre avec les cavaliers d’assaut et les Jin ne purent plus combattre. Des espions rapportèrent que les troupes Jin à l’est étaient peu nombreuses et les camps retranchés le long du fleuve pas solides. Les Khitan les attaquèrent immédiatement à l’est et ce fut la débandade. Les troupes khitan furent lâchées à leur poursuite et ce fut une terrible défaite. Le gouvernement de Beizhou fut confié à Zhao Yanzhao et les prisonniers furent déportés en territoire khitan. Au 4e mois, l’empereur, de retour de la campagne, s’arrêta à Nanjing et continua sa route vers Liangxing. Au 5e mois, Yelü Balide rapporta que Dezhou avait été prise. Le préfet, Yin Jufan, le général et des fonctionnaires au nombre de vingt-sept personnes avaient été capturés.

28Au 6e mois, les Shiwei aux Chars noirs et plusieurs pays dont les Renmoli et Yaoli apportèrent le tribut. Au 7e mois, Zhang Hui, envoyé par les Jin, vint demander un accord de paix mais il fut retenu et ne put repartir. Au 8e mois, des émissaires des Ouighours vinrent demander une alliance matrimoniale mais elle ne leur fut pas accordée. Ce mois-là, des soldats de Zhenzhou chez les Jin attaquèrent le col Feihuling. Yelü Kong’a, commissaire impérial de Datongjun, les combattit et les défit.

29Au 10e mois, les Bigude apportèrent le tribut. Puis, pour la fête de Tianshoujie, tous les pays vinrent présenter leur félicitations. Seul Jin ne vint pas. Au 11e mois parut un édit de mobilisation générale dans toutes les régions, et les troupes furent réunies au nord de la rivière Wenyuhe. Au 12e mois, la campagne du Sud commença. L’empereur fit halte à Gubeikou. Au 1er jour du mois intercalaire, l’empereur passa en revue les troupes sur le Wenyuhe. En quelque jours, Hengzhou fut encerclée et neuf de ses districts furent pris.

30945. — Deuxième campagne khitan

31Au 1er mois, l’armée attaqua simultanément les trois préfectures de Xingzhou, Mingzhou et Cizhou qui furent presque complètement exterminées et pillées. Quand les Khitan entrèrent dans le secteur de Yedu, les troupes de Zhang Cong’en, de Ma Quanjie et de An Shenqi étaient alignées au sud du Anyangshui à Xiangzhou. Huangfu Yu et le préfet de Puzhou, Murong Yanchao, à la tête de 1 000 cavaliers, vinrent observer l’armée Liao. En arrivant à Yedu, ils se trouvèrent nez à nez avec plusieurs dizaines de milliers de soldats Liao. Ils se retirèrent tout en combattant, jusqu’à Yulindian. Yu et Yanchao se battirent de toutes leurs forces plus de cent fois. Quand son cheval fut tué, Yu se battit à terre. Shenqi traversa alors la rivière avec des cavaliers pour le secourir et l’armée Liao se retira.

32Au 2e mois, le général des Jin Du Zhongwei vint avec des troupes à l’aide de Wei encerclée, et le général des Jin, She Congruan, prit Shengzhou. Au 3e mois, les armées khitan prirent Qizhou et tuèrent son préfet, Shen Bin. Du Zhongwei et Li Shouzhen attaquèrent Taizhou mais se replièrent à l’arrivée de Zhao Yanshou. Les Khitan les poursuivirent jusqu’à Yangcheng et leur infligèrent une sévère défaite. Puis ils revinrent contre-attaquer avec des fantassins. Après plus de 20 assauts, les soldats des Jin furent encerclés au village de Baituanwei. Ils improvisèrent un campement entouré de chevaux de frise. Ce soir-là il y eut un grand vent. À l’aurore, l’armée des Éperviers de fer (Tieyaojun) reçut l’ordre d’arracher les chevaux de frise et les soldats portant des armes courtes attaquèrent. Utilisant le vent, on alluma du feu et on souleva la poussière [pour dissimuler l’attaquant]. Les soldats des Jin criaient : « Comment le commissaire à la répression ne mobilise-t-il pas des troupes, et laisse-t-il ses officiers et ses soldats mourir en vain ! » Et les officiers excitèrent les troupes à sortir au combat. Zhang Yanze, Yao Yuanfu et Huangfu Yu livrèrent un grand combat avec leurs troupes. Les autres généraux les suivaient et l’armée Liao recula de plusieurs centaines de pas. Le vent se renforça, le jour était obscur comme la nuit. Fu Yanqing attaqua l’armée khitan par le flanc, lançant en même temps les fantassins, et l’armée khitan fut en difficulté. Monté sur un char xi, l’empereur recula sur plusieurs dizaines de lis, poursuivi par l’armée des Jin. Il obtint un chameau et s’en revint. Les Jin se replièrent sur la préfecture de Baoding.

33Au 4e mois, passant à Nanjing, l’empereur fit bastonner plusieurs centaines de soldats qui s’étaient montrés pusillanimes au combat. Il offrit un banquet aux officiers dans la salle Yuanhedian et il alla à Liangxing. Au 6e mois, les Ouighours, Tuyuhun, Bigude et Shiwei aux Chars noirs apportèrent le tribut. Zhao Yanshou rapporta que les soldats de Jin avaient attaqué Gaoyang et que le général aux frontières les avait repoussés.

34Au 7e mois, l’empereur alla chasser dans la Plaine des pins. Meng Shouzhong, envoyé par les Jin, vint demander un accord de paix qui fut refusé. Au 8e mois, Xiao Susa reçut l’ordre d’inspecter les élevages à Beixing. Au 9e mois, au Chishan, Taizong donna un banquet aux ministres qui l’accompagnaient et les interrogea sur les priorités des affaires civiles et militaires. Ils répondirent : « Les affaires civiles et militaires reposent sur l’attention au peuple. Quand le peuple est riche, l’armée est efficace, et quand l’armée est efficace, le pays est puissant. » L’empereur approuva. Puis il rentra à la capitale Suprême. Au 10e mois, il fit une offrande sur le mont Muyeshan. Au 11e mois, les Jurchen et les Tieli apportèrent le tribut. Au 12e mois, il visita le campement de Taizu. Le commissaire impérial de Yunzhou, Yelü Kong’a, arrêta des espions des Jin. L’empereur célébra le sacrifice d’hiver et offrit aux porteurs de tribut de tous les pays des vêtements et des chevaux.

35946

36Au 1er mois, les Ouighours et les Jurchen apportèrent le tribut. Au 2e mois, les Bigude rendirent compte de leurs effectifs militaires. Au 3e mois, le capitaine Xulie, envoyé par des Tuyuhun, apporta mille familles d’esclaves et reçut le titre prestigieux de « directeur des travaux » (sikong). Au 4e mois, le Tuyuhun Baikejiu se rallia. Ce mois-là, l’empereur alla à Liangxing. Au 5e mois, le général des sentinelles de Yizhou chez les Jin, Sun Fangjian, se rallia. Au 6e mois, l’empereur visita le mausolée de l’Ancêtre et changea [le nom de] la salle Mishendian en Changsidian (salle du Souvenir éternel). Au 7e mois, ordre fut donné de conscrire des soldats de toutes régions. Ceux qui oseraient abîmer les récoltes seraient jugés selon la loi martiale. Les Jurchen apportèrent le tribut et le chef des Zubu, Hela, fut nommé yilijin de sa tribu. Au 8e mois, les Ugul apportèrent le tribut. Ce mois-là, l’empereur prit la tête de la campagne du Sud.

37Au 9e mois, l’empereur passa en revue les troupes de toutes les régions à l’étang de Zaolindian, à l’ouest de Yuyang. Ce mois-là, Zhao Yanshou et Zhang Yanze des Jin s’affrontèrent à Dingzhou. Les Jin furent défaits. Au 11e mois, Zhenzhou (Zhengding) fut assiégée. Les cavaliers envoyés en reconnaissance annoncèrent que les soldats des Jin arrivaient. On envoya des soldats d’élite couper les ponts sur le fleuve. Les soldats des Jin se replièrent et s’abritèrent à Wuqiang. Le grand roi de l’administration du Sud [lire : du Nord !], Dinian, et le général Gao Mohan attaquèrent par deux routes en traversant Yingzhou. Du Zhongwei envoya le commissaire impérial de Beizhou, Liang Hanzhang, pour contre-attaquer avec ses troupes. On se battit. Les Jin furent défaits et Liang Hanzhang fut tué. Du Zhongwei et Zhang Yanze furent envoyés défendre le pont Central (Zhongduqiao). Zhao Yanshou ouvrit l’attaque avec les fantassins, et Gao Yanwen le suivit avec les cavaliers. Il poursuivit l’ennemi en déroute et les cadavres se comptèrent par dizaines de milliers. Le général Wang Qing fut décapité et Song Yanyun mourut noyé. [Du] Zhongwei et ses suivants se replièrent sur Zhongduzhai. Le commissaire impérial de Yiwujun (Dingzhou), Li Yin, rendit la ville, et l’armée avança, s’établissant de part et d’autre de la rivière Hutuo. À trois lis de Zhongduzhai, ils se divisèrent en deux colonnes et assiégèrent la ville. La nuit, on disposait des cavaliers pour l’encerclement, et le jour on envoyait des soldats effectuer des pillages. Puis le siège fut confié aux deux armées du commandant du Palais (danei tiyin), Yelü Shuoguli, et de Zhao Yanshou. Après avoir fait passer le Fleuve aux cavaliers et aux fantassins, on attaqua Luancheng et plusieurs milliers de cavaliers et de soldats se rendirent. Les officiers furent envoyés pour contrôler les points stratégiques, et les troupes reçurent l’ordre de faire des provisions de rations car pendant trois jours on n’aurait plus le droit de faire du feu. Comme les gens de Jin qui étaient capturés étaient tatoués au visage puis relâchés, toutes les personnes chargées du ravitaillement, voyant cela, abandonnèrent leurs marchandises et s’enfuirent. L’armée des Jin fut ainsi isolée. Ses réserves s’épuisaient et elle était acculée.

38Au 12e mois, Du Zhongwei, Li Shouzhen et Zhang Yanze vinrent se rendre avec leurs 200 000 hommes. Taizong, sur son cheval, reçut leur reddition, entouré de plusieurs dizaines de milliers de cavaliers, au sommet d’une colline. Il remit à Zhongwei le titre de taifu et de vice-roi de Yedu, à Shouzhen celui de commissaire impérial de Taipingjun, et tous les autres furent reconduits dans leurs anciennes fonctions. La moitié des soldats qui s’étaient rendus furent réaffectés à Zhongwei, les autres à Zhao Yanshou. L’empereur ordonna au président du tribunal des censeurs, Jieli, au commissaire de l’armée, Fu Guier, et à Zhang Yanze, de porter un décret à Bian pour informer la mère de l’empereur des Jin, Madame Li, qu’elle n’avait rien à craindre et que Sang Weihan et Jing Yanguang devaient venir d’abord. L’empereur laissa mille cavaliers garder Wei et emmena lui-même le gros de l’armée vers le sud. Quand Jieli et sa délégation arrivèrent à Bian, l’empereur des Jin, Shi Zhonggui, reçut le décret en vêtements blancs et on porta en palanquin sa mère, Madame Li, pour remettre le mémoire de demande de pardon. (En fait, quand Zhonggui avait brisé l’amitié, [Sang] Weihan l’avait admonesté mais l’empereur ne l’avait pas écouté, et Yanze avait même tué Weihan en prétendant qu’il s’était pendu. L’empereur avait ordonné de l’inhumer, de restituer ses terres et ses demeures, et d’indemniser généreusement sa famille). Alors Yanze transféra Zhonggui, sa mère et quelques-unes de ses épouses au siège de la préfecture de Kaifeng, et le konghe zhihuishi Li Rong fut chargé de commander les soldats de [leur] garde. Taizong fit halte à Chigang. Zhonggui et toute sa maisonnée sortirent par la porte Fengqiu. Il attendit ligoté par une corde de paille et tirant un mouton. L’empereur n’eut pas le cœur de venir le voir et le fit installer à la cour des Sacrifices feng et shan (Fengshansi). Les fonctionnaires de Jin, vêtus de blanc et portant un bonnet de gaze, attendaient, prosternés, la sentence. L’empereur dit : « Quand le maître est ingrat, quelle est la faute des serviteurs ? » Puis il ordonna qu’ils retrouvent leurs fonctions et nomma An Shuqian grand général de la garde de l’Oiseau. Shuqian sortit des rangs et se tint immobile. Taizong lui dit : « Je n’ai pas oublié ta demande de Xingzhou » et il le nomma encore commissaire impérial de Zhenguojun. (En effet, à Xingzhou, Shuqian avait secrètement demandé à se rallier). Le général Kang Xiang amena Jing Yanguang. L’empereur ordonna de compter ses chefs d’accusation avec des jetons d’ivoire. On en trouva huit. Transféré à la capitale, Jing Yanguang se suicida en chemin.

39947

40Au 1er mois, on prépara le char impérial avec escorte modeste pour son entrée dans Bian. L’empereur tint audience dans la salle Chongyuandian où il reçut les vœux de la cour. Le vice-secrétaire, Liu Min, reçut provisoirement l’administration de Kaifengfu. Qin Jiwen, Li Yanshen et le commissaire à la défense de Zhengzhou 鄭州, Yang Chengxun, furent tués. Le frère cadet de ce dernier, Chengxin, fut nommé commissaire impérial de Pinglu et hérita du titre de noblesse de son père. (En effet, quand à Qingzhou Yang Guangyuan avait donné sa reddition, son fils Chengxun ne l’avait pas suivi. Il avait tué l’assistant administratif du commissaire impérial (panguan), Qiu Tao, et son frère cadet, Chengzuo, puis s’était rallié à Jin. C’est pourquoi il fut exécuté). Comme Zhang Yanze avait de son propre chef transféré Shi Zhonggui à Kaifeng, tué Sang Weihan et lâché ses troupes pour piller, commettant les pires inhumanités, il fut décapité en place publique. Les gens de Jin le découpèrent en morceaux et le mangèrent. Shi Zhonggui fut retrogradé au rang de Grand maître du bonheur resplendissant, grand chef des armées (jianjiao taiwei) et reçut le titre de Fuyihou (« Marquis ingrat envers la justice »). Zhang Li fut nommé premier ministre, Li Song des Jin secrétaire du Palais (shumishi) et Feng Dao grand précepteur impérial (taifu). He Ning fut nommé académicien et Zhao Ying précepteur du prince héritier. Liu Xu était « grand gardien » (taibao) et Feng Yu second gardien (shaobao) du prince héritier. Zhao Ying, Feng Yu et Li Yantao, avec trois cents cavaliers, reçurent l’ordre d’escorter Fuyihou, sa mère [adoptive et femme de Shi Jingtang] Madame Li, la taifei [sa vraie mère, femme de Jingru] Madame An, son épouse Madame Feng, son frère Zhongrui, ses fils Yanxu et Yanbao jusqu’à Huanglongfu pour les y installer. [Zhonggui] était encore accompagné de cinquante femmes du palais, trente eunuques, cinquante fonctionnaires alignés à l’est et à l’ouest en audience (dongxiban), un médecin, quatre serviteurs rapprochés (konghe), sept cuisiniers, trois intendants du thé et des vins, trois officiers des banquets et dix gardes du corps.

41Au 2e mois fut officialisé le nom de la nation Da Liao. Il y eut une grande amnistie et le nom d’ère Datong fut décrété. Zhenzhou (Zhengding) fut élevée au rang de capitale du Centre. Zhao Yanshou fut nommé premier ministre, directeur des affaires politiques, secrétaire du palais (shumishi), vice-roi de Zhongjing, et les fonctionnaires à la cour et en-dehors reçurent des titres et des récompenses selon leur rang. Le commissaire impérial du Hedong et roi de Beiping, Liu Zhiyuan, se proclama empereur et prit pour nom dynastique Han. Geng Chongmei fut nommé commissaire impérial de Zhaoyijun (Changzhi), Gao Tangying commissaire impérial de Zhaodejun et Cui Tingxun commissaire impérial de Heyangjun. Ils se partageaient les secteurs principaux.

42Au 3e mois, Xiao Han fut nommé commissaire impérial de Xuanwujun. Les généraux et leurs subalternes reçurent des récompenses selon leur rang. Les fonctionnaires de tous les services des Jin, les concubines, les eunuques, les médecins, les astrologues, les personnels de l’intendance, les artisans, les archives (cartes, documents), les calendriers, les classiques gravés sur pierre, les statues de bronzes, les clepsydres, les partitions de la cour des rites impériaux, les instruments de musique accrochés, les insignes d’honneur (lubu), les objets rituels et d’apparat, les armures et les armes de tous les palais, tout fut transféré vers Shangjing. Liang Hui, le commandant de Cizhou, livra la préfecture de Xiangzhou à [Xiao] Han. Gao Tangying reçut l’ordre de le réprimer.

43Au 4e mois, l’empereur quitta Bianzhou, accompagné de Feng Dao, Li Song, He Ning, Li Huan , Xu Taifu et Zhang Li. Il fit halte à Chigang. Dans la nuit, on entendit un bruit semblable au tonnerre, qui s’élevait de devant la tente impériale, cependant qu’un gros météore s’écrasait devant l’étendard et le tambour. En traversant sur un pont de bateaux la rivière Liyang, Taizong se tourna vers ses ministres et leur dit : « Dans cette opération, j’ai commis trois erreurs. La première est d’avoir laissé mes troupes piller le fourrage et les céréales ; la deuxième est d’avoir recensé les biens personnels des gens du peuple ; la troisième est de ne pas avoir tout de suite reconduit dans leurs fonctions les commissaires impériaux. » Un envoyé du frère cadet impérial vint prendre des nouvelles de la situation militaire. L’empereur lui déclara : « Avec 200 000 soldats j’avais soumis Du Zhongwei et Zhang Yanze, et pris Zhenzhou. Arrivé à Bian, j’ai diminué le nombre des petits fonctionnaires quand il y en avait suffisamment, et je n’ai conservé que ceux qui étaient capables. Quoique les structures existent encore, les fonctionnaires ont déserté, tout comme après que les poussins ont pris leur envol le nid est vide. Après une longue période de séparations et de guerre, c’est à cela que je suis arrivé. Partout où je suis passé se sont formées des bandes de brigands. Les travaux publics se succèdent sans discontinuer, le ravitaillement n’arrive pas à temps, le peuple ne peut pas survivre. L’est du Fleuve ne s’est pas encore rendu, et à l’ouest les chefs s’allient entre eux. Je réfléchis jour à nuit à une façon de gérer cette situation, mais ne peux que m’en remettre aux fonctionnaires, veiller à l’unité de l’armée et consoler le peuple, ces trois choses. Actuellement, 76 endroits se sont ralliés, qui représentent 1 090 118 foyers. S’il ne faisait pas si chaud à Bian, si cette région n’était pas si pénible à habiter, en une seule année je pourrais aisément atteindre la stabilité et la prospérité. J’ai fait de Zhenzhou la capitale du Centre pour faciliter mes tournées. Pour mener campagne à l’est du Fleuve, j’attends un plan nouveau. Voilà la situation dans les grandes lignes. »

44Lors de sa halte à Gaoyi, Taizong tomba malade. Il mourut à Luancheng à l’age de 46 ans. Cette année, au 9e mois, il fut inhumé au mont Fengshan. Son mausolée s’appelle Huailing. Son nom de temple est Taizong. En Tonghe 26 (1008), au 7e mois, on lui offrit le titre posthume honorifique de « Xiaowu huangdi ». En Chongxi 21 (1052), au 9e mois, son titre posthume fut augmenté en « Xiaowu huiwen huangdi ».

45L’éloge dit :

Lorsque Taizong eut pacifié toutes les régions, de loin comme de près on se rallia à lui. Il instaura un nom pour la nation et fixa les règlements, jusqu’à réformer les fonctions administratives et vérifier que les titres et les fonctions réelles se correspondent. Il révisa les procès, promut l’agriculture et le tissage, et remaria les veufs. Il s’entoura de personnes au franc parler et recruta Haisi qu’il promut xuanhuishi. Il loua la fidélité de Zhang Jingda des Tang [Postérieurs] à son souverain, et l’inhuma selon les rites. Cessant de tergiverser, il accepta la demande des trois ke. Avec compassion pour ses soldats, il ordonna une pause [dans les combats]. Il mena lui-même campagne au pays de Jin et mit Zhonggui dans les chaînes. C’est le cas de le dire : « Il savait en même temps diffuser l’autorité et la vertu, manifester la force martiale et la stratégie ». Après être arrivé à Bian, il n’eut pas le moindre orgueil, et reconnut ses « trois erreurs ». Le [Zuo]zhuan vante l’habileté du duc [Zhuang] de Zheng pour gérer la victoire, le Shangshu recommande le « Serment de Qin » pour connaître ses fautes. Taizong avait les deux qualités en même temps. Voilà qui est exceptionnel !

46Liaoshi, chapitre 5. — Le règne de Shizong

47Shizong, empereur Xiaohe (« Harmonie dans la piété filiale ») et Zhuangxian (« exemplaire dans la majesté ») s’appelait Ruan, son « petit surnom » (nom personnel khitan) était Wuyu. Il était le fils aîné de « l’Empereur qui laissa son pouvoir [à son frère cadet] » (Yelü Bei). Sa mère, l’impératrice Rouzhen, était du clan Xiao. L’empereur avait une noble et belle prestance ; il était libéral à l’intérieur mais sévère en apparence. Doué pour le tir à l’arc monté, il aimait faire l’aumône. Il attirait la bienveillance des gens. Taizong l’aimait comme son fils. En Huitong 9 (946), il participa à la campagne de Jin.

48947

49Au 2e mois, [le futur Shizong] fut nommé prince Yongkang. Au 4e mois, Taizong mourait à Luancheng. Lorsque le cercueil de l’empereur fit halte à Zhenyang, Shizong se proclama empereur devant le cercueil. Lors d’une halte à Dingzhou, il ordonna à Tiande, Shuogu et Jieli d’escorter le cercueil jusqu’à Shangjing. En entendant que l’empereur était monté sur le trône, l’impératrice douairière envoya le frère cadet impérial, Lihu, pour l’arrêter. Au 6e mois, Shizong fit halte à Nanjing. Le chef (yilijin) du Wuyuan, Anduan, et le général Liuge envoyèrent des messagers au galop pour rendre compte, demandant à être à l’avant-garde. À Taidequan, ils rencontrèrent l’armée de Lihu et la défirent. Shizong envoya le commandant Qinde visiter les deux armées et les sommer de se disperser. Au 7e mois, il fit halte sur le Huanghe. L’impératrice douairière et Lihu postèrent des cavaliers pour les arrêter à Hengdu. Ils s’observèrent plusieurs jours puis, suivant le stratagème de [Yelü] Wuzhi, chacun abandonna son armée et se précipita à Shangjing. Mais l’empereur entendit que l’impératrice douairière et Lihu complotaient à nouveau et les exila à Zuzhou. Il exécuta le situ Huashe et Chubuli.

50Au 8e mois, Shizong éleva sa mère (Rouzhen huanghou), madame Xiao, au titre de « Impératrice douairière ». Puis il éleva le clan de l’impératrice douairière, les Lazhi-sagulu, au rang de tente des Oncles de la nation et institua un général pour les réunir. Il répartit les foyers du campement Chongdegong [lire : Changninggong] entre les ministres méritants soutiens [de l’État] (yidai gongchen), ainsi que cinquante foyers au grand roi du Nord Wa et au grand roi du Sud Hou, et cent à Antuan et à Chubu. Il fit rendre aux descendants de Dilu et Tiela les biens qui leur avaient été confisqués injustement, et il créa la fonction de secrétaire du Nord, qu’il confia à Antuan.

51Au 9e mois, on inhuma Sisheng huangdi (Taizong) à Huailing. On célébra le rite du chaiceli et tous les ministres présentèrent [à Shizong] le titre de Tianshou huangdi (« Empereur donné par le Ciel »). Une amnistie générale fut décrétée et le nom d’ère Datong 1 fut renommé Tianlu 1. Le père de l’empereur fut nommé à titre posthume « Rangguo huangdi ». Anduan fut placé à la tête de Dongdan et reçut le titre de prince Ming. Chage fut nommé prince Taining et Liuge tiyin. Gao Xun fut nommé secrétaire du Sud.

52948

53La 2e année, au printemps, Tiande, Xiaohan, Liuge et Pendu préparèrent un complot. Tiande fut exécuté, Xiaohan bastonné, Liuge exilé aux frontières et Pendu sanctionné par l’envoi en mission chez les Qirghizes. Le souverain des Han, Liu Zhiyuan, mourut, et son fils lui succéda. Au 4e mois, les Tang du Sud envoyèrent Li Lang et Wang Zuo pour les condoléances et les félicitations. Ils étaient aussi porteurs d’un document dans une boule de cire dans lequel ils proposaient d’attaquer Han. Au 7e mois, le fils impérial Xian naquit. Au 10e mois, le vice-roi de Nanjing et roi de Wei, Zhao Yanshou, mourut. Le ministre de droite du Secrétariat central (Zhongtaisheng), Diesu, fut nommé vice-roi de Nanjing et reçut le titre de prince de Yan. Au 11e  mois, l’empereur s’arrêta au sud de Zhangwu (au Liaoning).

54949

55Au 1er mois, Xiao Han et la princesse Abuli (sœur de Shizong) fomentèrent un complot. Han fut exécuté et Abuli mourut de faim dans un cachot. Au même moment eut lieu une amnistie et les fonctionnaires du palais et hors du palais furent promus d’un rang. Au 6e mois, l’administrateur Yelü Hulizhen fut nommé administrateur du Nord. Le tiyin Tuiyu fut nommé roi de la commanderie de Qishui. Au 9e mois, les ministres furent convoqués pour discuter de la campagne du Sud. Au 10e mois, les généraux furent envoyés attaquer Gaolaozhen, dans la préfecture de Beizhou. Ils pillèrent la région de Yedu, Nangong, Tangyang, tuèrent le préfet de Shenzhou, Shi Wanshan, et firent un grand nombre de prisonniers.

56950

57Au 2e mois, Chage, prince Taining, vint en audience et fut retenu à la cour. Ce mois-là, on créa le Zhengshisheng (Département des affaires politiques). Au 3e mois, les envoyés des Nan Tang, Zhao Yansi et Zhang Fu, présentèrent leurs félicitations pour la victoire de la campagne du Sud. Au 9e mois, l’empereur alla à l’ouest des montagnes. Au 10e mois, l’empereur mena lui-même une campagne au sud. Il prit Anping, Neiqiu et Shulu, et revint avec un butin immense. Cette année, Mme Xiao (Sagezhi) fut investie du titre d’impératrice.

58951

59Au 1er mois, l’empereur alla au lac Baiquanhu. Chez les Han, Guo Wei tua son souverain et prit le pouvoir, proclamant l’État de Zhou. Il envoya Zhu Xian pour l’annoncer. Alors on envoya un messager pour apporter des chevaux de prix. Liu Chong des Han se proclama empereur à Taiyuan. Au 2e mois, Zhou envoya Yao Hanying et Hua Zhaoyin. Comme leur lettre enfreignait les rites, Hanying et sa délégation furent gardés à la cour. Au 5e mois, le précepteur du prince héritier, Zhao Ying, mourut. La cour fut suspendue un jour. On ordonna que sa dépouille fût rapportée à Bian pour y être inhumée. Il fut décrété que les administrateurs greffiers (lushi canjun) et les magistrats assistants s’en remettaient au Secrétariat central pour les nominations. Au 6e mois, Liu Chong fut attaqué par Zhou. Il envoya un émissaire en se considérant comme neveu, demandant de l’aide et un titre. L’empereur envoya alors Diesu, roi de Yan, ainsi que le secrétaire du palais Gao Xun pour l’investir du titre de « Da Han shenwu huangdi ». Les Nan Tang envoyèrent Jiang Hong pour demander des renforts militaires. Cet été-là, l’empereur alla prendre le frais dans les collines Baiquanling.

60Au 9e mois, l’empereur prit la tête de la campagne du Sud. Il s’arrêta au Xianggushan, dans la préfecture de Guihuazhou, et fit une offrande à Rangguo huangdi [son père] dans son ordo (campement). Lorsque tous les ministres furent saouls, Chage se rebella et l’empereur fut tué. Il avait 34 ans. Il fut inhumé au Xishan, dans la préfecture de Xianzhou. Son mausolée s’appelle Xianling. L’année suivante, il reçut le titre posthume de « Xiaohe huangdi » et le nom de temple Shizong. Au 7e mois de l’année Tonghe 26, son nom posthume fut augmenté en « Xiaohe zhuangxian huangdi ».

61L’éloge dit :

Shizong, souverain moyen. Il entra à la cour et hérita du trône. En moins de trois ans, il reçut des Tang un billet dans une boule de cire et s’apprêtait à partir en campagne vers le Sud. Mais il manquait d’autorité et cela nuit à la défense des frontières. Ce fut la voie qui amena les malheurs. Il était respectueux et affable, généreux et bon, et il avait la prestance d’un souverain. Mais avant qu’il ait pu ramener son armée, il fut victime d’un coup d’État pendant son ivresse. N’est-ce pas désolant !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Marsone, « Histoire de l’Extrême-Orient prémoderne et épigraphie chinoise », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012, 310-322.

Référence électronique

Pierre Marsone, « Histoire de l’Extrême-Orient prémoderne et épigraphie chinoise », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 143 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2012, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1368

Haut de page

Auteur

M. Pierre Marsone

Maître de conférences, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals