Navigation – Plan du site
EPHE
Proche et Moyen-Orient anciens
Sudarabique et ouest-sémitique

Sudarabique et ouest-sémitique

Conférences de l’année 2011-2012
Conférence de François Bron
p. 8-9

Résumé

Programme de l’année 2011-2012 : I. Inscriptions puniques et néopuniques. — II. Inscriptions sabéennes, minéennes et qatabanites.

Haut de page

Texte intégral

I. Inscriptions puniques et néo-puniques

1Pour compléter l’étude des dédicaces à Milqart bʿl hṢr, « maître de Tyr », qu’on avait vues l’année précédente, on a repris la grande inscription de Tharros, Sardegna 32, dédiée à la même divinité. Ce texte est écrit dans une graphie très fine et a en outre souffert de nombreux coups de pioche lors de sa découverte. Il présente donc de grandes difficultés de lecture et d’interprétation. Après la mention du nom divin, vient la description de divers édifices cultuels, qui comporte de nombreux termes inconnus par ailleurs. Il semble qu’on puisse restituer à la ligne 6 la formule ʾš ndr, « ce qu’a voué », suivie du nom du dédicant, pourvu d’une généalogie qui remonte à la septième génération. L’inscription se termine avec les noms de divers artisans ayant collaboré à la construction, puis avec les formules de datation.

2On a présenté ensuite une dédicace néopunique inédite à Baʿal Ḥammon, dont un collectionneur avait envoyé la photographie à M. Sznycer ; la provenance n’en est pas connue. L’auteur se nomme ʾpṭʿṭʾ bn bʿsʾ, « Optatus, fils de Bassus ».

3On est passé par la suite aux inscriptions de Guelma conservées au musée du Louvre, publiées par Chabot dans ses Punica, p. 57-94. On s’est tout d’abord rendu compte que les inscriptions réunies sous cette appellation aussi bien par Chabot que par le Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, p. 198, et par K. Jongeling dans son Handbook, p. 228-244, proviennent en réalité de deux sites bien distincts, Guelma et Ain Nechma, qui se trouve à 4,5 km au sud. M. Leglay, Saturne africain, Monuments I, p. 386-403 (Guelma) et p. 404-415 (Ain Nechma) leur a consacré deux chapitres séparés. Parmi les treize inscriptions du Louvre, sept proviennent en réalité d’Ain Nechma. Ces textes, à la graphie très grossière, mériteraient une nouvelle étude à partir de bonnes photographies.

4Toute la seconde partie de l’année a été consacrée à l’étude des inscriptions de Maktar, à partir du dossier préparé par M. Fantar et M. Sznycer, retrouvé dans les archives de M. Sznycer. Il faut souhaiter que cette publication puisse voir le jour dans un avenir point trop éloigné.

II. Inscriptions sabéennes, minéennes et qatabanites

5L’année a débuté avec la présentation des nouvelles publications de l’« école d’Iéna » : la thèse de M. A. Al-Salami, Sabäische Inschriften aus dem H̲awlān (Wiesbaden, 2011), plusieurs articles substantiels de A. Multhoff et enfin la contribution de P. Stein au volume de M. Huth et P. G. van Alfen, Coinage of the Caravan Kingdoms, Studies in Ancient Arabian Monetization, New York, 2010, p. 303-343, où il a réussi à mettre au clair l’ensemble de la terminologie monétaire sabéenne.

6On a étudié ensuite un certain nombre d’inscriptions apparues sur le marché des antiquités :

7— deux stèles monumentales archaïques dédiées à Almaqah, qui pourraient provenir de Jidfir ibn Munaykhir ;

8— une inscription votive du Maḥram Bilqīs, à Mārib, dont le formulaire est identique à celui de Jamme 581, bien que les auteurs soient différents ;

9— deux nouvelles plaques de bronze dédiées à Ḥawkam, provenant toujours du même sanctuaire du wādī Ḥarīb ; l’une mentionne une corégence de rois de Qatabān inconnue jusqu’à présent, celle de Shahr Yagūl et de son fils Wahabʿamm ;

10— enfin, une plaque de bronze dédiée à Taʾlab Riyāmum, patron de la confédération de Samʿī, dans son temple du ǧabal al-ʿAdān, sur les hauts plateaux au nord de Ṣanʿāʾ, site visité par Ch. Robin il y a une trentaine d’années.

11On a terminé l’année en relisant les plus importantes inscriptions de Samʿī : tout d’abord deux inscriptions rupestres, gravées sur des rochers du ǧabal Riyām, en commençant par RES 4176, qui marque le passage de la confédération sous la suzeraineté de Sabaʾ. Ce décret du dieu Taʾlab est l’un des textes les plus difficiles de l’épigraphie sudarabique : on a comparé les différentes traductions qu’en ont donné N. Rhodokanakis, A. F .L. Beeston, M. Ghul et W. W. Müller. Malgré de considérables progrès dans l’interprétation, dus à ces divers auteurs, certaines clauses restent énigmatiques. L’autre inscription, CIH 338 = Gl 1209, présente moins de difficultés, dès lors qu’on en a une bonne photographie.

12Enfin le texte CIH 37, actuellement conservé à Berlin, remonte à l’époque où Samʿī était encore dirigé par ses rois. Ce texte énumère une série de concessions de terres, émanant de divers pouvoirs, qui révèlent une structure sociale extrêmement complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bron, « Sudarabique et ouest-sémitique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013, 8-9.

Référence électronique

François Bron, « Sudarabique et ouest-sémitique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 144 | 2013, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1422

Haut de page

Auteur

M. François Bron

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals