Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144Antiquité classiquePhilologie et dialectologie grecques

Antiquité classique

Philologie et dialectologie grecques

Conférences de l’année 2011-2012
Laurent Dubois
p. 40-42

Résumé

Programme de l’année 2011-2012 : I. Inscriptions archaïques d’Ionie. — II. Inscriptions grecques archaïques récemment publiées. — III. Commentaire à l’Alexandra de Lycophron (suite).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette année a été pour une bonne part consacrée aux inscriptions ioniennes des Cyclades et à certaines colonies pariennes de la côte thrace. Nous avons commencé par l’étude des inscriptions archaïques qui présentent encore l’alphabet parien originel dont la caractéristique principale est l’inversion des valeurs phonologiques de l’omicron et de l’oméga, le premier notant un o long ouvert, le second notant indifféremment le o bref et le o long fermé récent. Nous avons commencé par l’épigramme funéraire thasienne pour Thrasyclès CEG 157 (fin vie), qui se signale également par un flottement dans la graphie de la série des voyelles d’avant : le génitif Θρασυκλήος est à comprendre comme -κλέος avec synizèse et l’aoriste ἐποήεσε présente, en fin d’hexamètre une sorte de redondance graphique que M. Lejeune, REA 1949, p. 11, interprétait comme le désir du graveur de noter une voyelle longue (comme d’ailleurs à Théra ΗΕΝΑΤΟΣ pour ἤνατος) et non le signe de l’aspiration. Ces flottements dans la notation des voyelles d’avant ne sont pas propres aux Pariens et à leurs colons puisque une inscription de Naxos de la fin du vie siècle présente des graphies non moins surprenantes : Horos 2 (1984) 167-174 Ληυκαρίον ἐηποίεσήν μη Θεολίστεο μνῆμα. Dans ce cas, nous avons insisté sur le fait qu’il fallait donner le texte avec son alphabet authentique et non, comme le fait par exemple H. Duchêne dans La Stèle du Port, 1992, p. 112, avec une atticisation alphabétique qui ne rend pas compte des tâtonnements des graveurs si révélateurs. Nous avons ensuite commenté l’épigramme de Léarétè, CEG 161 (500-490), et celle d’Akératos, CEG 162 (début ve), et constaté que l’alphabet paro-thasien avait, comme l’attique, recours au digraphe φσ pour la notation de ψ dans ἐσοφσόμεθα, et présentait dans le génitif Φρασιηρίδο une désinence analogique de type attique à la place d’un génitif en -ίδεω attendu en ionien.

2De Thasos nous sommes passés sur la rive thrace de l’Égée. Nous avons présenté l’une des quatre bornes des années 500 quasiment inédites du musée de Kavala trouvées sur le site de l’antique Galepsos, fondation thasienne connue par les listes des tributs versés à Athènes (IG I3, 259, IV, l. 15) : Δήμητρως hώρως εἰμί τωκατωνπέδω, ce qui donnerait en attique Δήμητρος hόρος εἰμὶ τοῦ ἑκατονπέδου. On remarque et la première mention d’un hékatompédon, un temple de cent pieds de long, et la graphie inconstante de l’aspiration présente dans le nom de la borne, mais absente dans l’initiale du nom du temple. Nous nous sommes ensuite intéressés à l’épigramme d’Eion au bord du Strymon en aval d’Amphipolis rédigée par des Pariens, CEG I, 155 (début ve). Nous y avons constaté l’emploi d’un alphabet non psilotique dans lequel, outre l’inversion des valeurs de l’omicron et de l’oméga, le même signe êta note à la fois la longue ouverte et l’aspiration : μνῆμα…….hόνεκεν. Nous avons enfin commenté l’inscription de la cité de Bergé (BCH 124, 2000, 227-246) désormais définitivement située, grâce à cette inscription à Néos Skopos Serrôn sur la rive orientale et non plus occidentale du Strymon. Son texte a été judicieusement corrigé par A. Matthaiou, Horos 14-16 (2000-2003) 227-232, en particulier pour la ligne 6 où il propose de retrouver le terme ionien λάχσις = λάξις « lot de terre » et l’adjectif ψιλή qui désigne une terre inculte. Nous nous sommes en revanche montré plus réservé quant à l’interprétation de ἐν τῆι βωλῆι τῆι πρωτέρηι comme « lors du premier tirage au sort » car on attend un génitif pour exprimer « ce qui est lancé ».

3Nous avons enfin examiné un abécédaire ionien gravé sur le pied d’un vase attique du début du ve siècle découvert à Poséidi en Chalcidique, J. Vokotopoulou, ΑΕΜΘ 5 (1991), 310, pl. 16. La présence remarquable d’un sampi dans cette région est vraisemblablement imputable à des éléments ioniens qui participèrent à la conquête perse et diffusèrent leur propre alphabet.

4Nous avons ensuite gagné l’île de Chios pour y étudier les textes les plus anciens. Nous avons débuté par l’étude de l’épigramme gravée stoichèdon CEG 167 (fin ve) qui est truffée de références homériques mais qui présente surtout une graphie anomale de la diphtongue ancienne /ou/ dans ττο et du groupe φθ dans καταπθιμένης, graphie dont il existe un autre exemple dans l’inscription de Phocide CEG 344 (vii/vie) : ἄπθιτον. À partir du commode Χιακὸν Συμπόσιον en l’honneur de W.G. Forrest publié par A. Matthaiou en 2006, nous avons réuni le corpus de neuf lois sacrées de Chios des ve et ive siècles que nous avons expliquées par le menu en remontant souvent à l’editio princeps de Picard et Plassart dans le BCH de 1913, qui comportait d’excellents commentaires, souvent bien plus pertinents que ceux de Sokolowski dans ses Lois sacrées. Par exemple, l’expression la plus remarquable dans ces lois sacrées est celle qui qualifie les entrailles, σπλάγχνα, qui sont destinées, après le sacrifice, ἐς χεῖρας καὶ γούνατα « aux mains et aux genoux ». Cette expression qui ne se trouve qu’à Chios fait allusion à l’endroit apte à recevoir des offrandes qu’est le plan horizontal constitué par les cuisses et les bras des statues assises identiques à celles qui se trouvent dans la première salle à gauche du musée national d’Athènes. Cette expression, comme l’avait remarqué Plassart, BCH 1913, p. 198-199, trouve un bon appui dans les vers 518-519 des Oiseaux d’Aristophane qui évoquent la voracité des oiseaux qui se repaissent de ces entrailles placées sur les mains des statues lors des sacrifices. Nous avons aussi insisté sur la présence de la variante ionienne γλάσσα de γλῶσσα qui n’est attestée qu’à Chios et chez le poète Hérondas.

5Nous n’avons enfin pu résister à la joie de présenter la découverte d’une lettre de Nikonion du Pont (act. Ovidiopol) après la découverte par B. Awianowicz, ZPE 178 (2011) p. 237-238, du fragment gauche parfaitement jointif qui complète celui qui avait été découvert en 2009 et publié par le même savant dans la même revue, 168 (2009), p. 196-198. Cette lettre du iiie s. a.C., écrite comme c’est souvent le cas sur un tesson, comprend 10 lignes d’un texte qui mentionne un bateau monoxyle, μονόξυλον, qui a été vidé de sa cargaison, ἐξεράσας, puis qu’il faut hâler à terre, ἀνασπασάτω. Il est aussi mentionné un autre chargement constitué de 9 médimnes d’orge, κριθῶν….μέδιμνοι ἐννέα. L’expéditeur de la lettre est un Διονύσιος, qui semble en relation avec un certain Ποσσικράτης, et négocie avec un individu au nom indigène, Μαρακατης. Une femme est peut-être la destinataire de la lettre, l. 9 ἀποδοῦσα, qui est elle-même en relation d’affaires avec le peuple nouveau des Θοαψοι.

6Les autres sujets abordés ont été amenés par les intérêts de certains auditeurs. Nous avons par exemple fait un excursus crétois en traduisant la colonne I des Lois de Gortyne qui a trait aux relations juridiques entre un homme libre et un esclave. Gérard Genevrois, qui est un excellent connaisseur de l’épigraphie crétoise, nous a aidés à résoudre quelques difficultés de ce texte difficile. Nous avons aussi traduit le traité entre Gortyne et Lato, IC I, XVI, 1, dont le principal intérêt linguistique réside dans les graphies hellénistiques du digamma par un bêta (βέρδηι, ἔβαδε, ὑπόβοικοι), dans la présence du verbe λῆν « vouloir », et dans celle du pronom indéfini ὁτεῖος.

7À la faveur de la publication dans les Annali dell’Istituto Italiano du Numismatica 2010, d’un article de Lavinio Del Monaco et Nicola Parise, p. 10-22, sur les unités de compte à Corcyre, nous avons repris l’étude des textes IG IX 4, 862-872 (ve) qui sont aussi intéressants pour les realia. Nous avons par exemple proposé d’expliquer le nom de la tribu des Ἀϝοροί comme celle des atteleurs, nom d’agent du verbe ἀείρω 2 du DELG. Nous sommes en outre revenus sur le passionnant bordereau de livraison de tuiles et de poutres, IG IX 4, 874, qui comporte la mention de « conducteurs d’ânes », des ὀνικίνδιοι.

8Nous avons entendu deux exposés passionnants. Nicole Lanérès a repris le commentaire de l’inscription du trône d’Aléa Horos 10-12 (1996), p. 259-276, en proposant une explication très satisfaisante et selon moi définitive de la partie centrale de l’inscription en isolant le groupe καὶ ἅμα « et en même temps ». L’adverbe ἅμα est typiquement laconien : il est attesté aussi bien dans la Lysistrata d’Aristophane que dans les inscriptions de Géronthrai, IG V 1, 1120, et dans la célèbre stèle de Damonon IG V 1, 213 (ve).

9Alcorac Alonso Déniz a fait un brillant exposé sur l’épigramme chypriote ICS 264 qui fourmille en difficultés qui ont été en partie judicieusement levées.

10Nous avons reçu à titre d’invité étranger le professeur Rudolf Wachter des universités de Bâle et Lausanne qui a fait quatre remarquables conférences sur les inscriptions vasculaires, non-attiques et attiques, en initiant l’auditoire à la recherche sur Internet de ces textes d’une infinie richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dubois, « Philologie et dialectologie grecques »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013, 40-42.

Référence électronique

Laurent Dubois, « Philologie et dialectologie grecques »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 144 | 2013, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1447

Haut de page

Auteur

Laurent Dubois

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search