Navigation – Plan du site
EPHE
Antiquité classique

Papyrologie grecque

Conférences de l’année 2011-2012
Conférence de Jean-Luc Fournet
p. 60-63

Résumé

Programme de l’année 2011-2012 : I. Initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus : les archives de Dioscore d’Aphrodité (VIe s.), nouveaux textes et étude onomastique ; papyrus de provenances variées. — II. La lettre sur papyrus des Ptolémées à l’époque arabe (suite et fin).

Haut de page

Entrées d’index

Subjects :

Greek papyrology
Haut de page

Texte intégral

1I. Les inédits d’Aphrodité ont été choisis en fonction du second thème : les étudiants et auditeurs se sont donc vu proposer cette année uniquement des lettres (cf. § II). L’étude onomastique qui avait été prévue a été remise à une prochaine année.

2Par ailleurs, des papyrus d’autres collections ont été confiés à des étudiants, notamment des textes provenant des fonds Fouad de l’Institut français d’archéologie orientale et de la Bibliothèque nationale de France (restaurés et étudiés dans le cadre d’une convention passée ente l’EPHE et la BNF). Nathan Carlig (doctorant à l’université de Liège, sous la direction de Marie-Hélène Marganne) a présenté les résultats de l’étude d’un de ces papyrus de la BNF, un fragment provenant de chemises portant la cote Supplementum graecum 1385. Il s’agit d’un nouveau témoin homérique (Iliade, XVI 45-56) qui a la particularité de faire partie du même rouleau que le P.Harris I 122 (Iliade, XVI 60-84). N. Carlig a publié depuis lors ce beau raccord dans Archiv für Papyrusforschung 58/2, 2012 (« Homère, Iliade, XVI, 45-56. Un nouveau papyrus homérique conservé à la Bibliothèque nationale de France, P.ParisBnF inv. Suppl. gr. 1385.1 (4) »).

3Le directeur d’étude a prolongé cette présentation par une étude sur la place d’Homère dans les papyrus, non pas littéraires ou paralittéraires comme on se limite trop souvent à le faire, mais documentaires. Ces derniers livrent en effet des informations méconnues ou négligées sur la façon dont le poète grec par excellence a marqué la vie intellectuelle et sociale des habitants de la Vallée du Nil et l’impact qu’il a fini par avoir sur la pratique de l’écrit documentaire (lettres et pétitions). Cette étude a fait depuis l’objet d’une publication (« Homère dans les papyrus non littéraires : le Poète dans le contexte de ses lecteurs », dans G. Bastianini & A. Casanova (éd.), I papiri omerici, Florence, 2012, p. 125-157).

4II. L’étude diachronique de la diplomatique de la lettre, commencée l’an dernier, a été poursuivie cette année jusqu’à l’époque arabe. Le premier texte soumis à l’attention des auditeurs fut un document des archives de Zénon (iiie s. avant J.-C.) retrouvé par le directeur d’étude en même temps que la lettre à Zénon étudiée l’an dernier. Il s’agit aussi d’une lettre par laquelle un certain Psenobastis demande à Zénon d’intervenir auprès du basilicogrammate Pauês afin qu’il ne s’oppose pas à ce qu’il est en train de faire avec des pêcheurs à l’épervier (ἀμφιβολεῖς). Malgré son parfait état de conservation, cette lettre pose de graves problèmes d’interprétation, liés notamment au sens à donner à l’expression τοὺς ἀπὸ χερὸς ἀμφιβάλλοντας (l. 7-8). Ce fut l’occasion de se familiariser avec les diverses techniques de pêche pratiquées dans l’Égypte ptolémaïque : la pêche à l’hameçon (ἀγκιστρεία ou ἄγκιστρον), à la seine (σαγήνη) ou à l’épervier (ἀμφίβληστρον), selon lesquelles s’organisaient les pêcheurs : ainsi le PSI VIII 901, déclaration sous serment de pêcheurs, montre que, en tout cas à l’époque romaine, ils étaient répartis en trois catégories : μηδὲ ἓν συνεστορηκέναι μηδὲ συνιστορήσ<ε>ιν ἁ[λ]ιεουσι (l. ἁλιεῦσι) μηδὲ σαγηνηευ̣ισι (l. σαγηνεῦσι) μηδὲ ἀμφιβολεουσι (l. ἀμφιβολεῦσι) κυνηγοῦντες (l. κυνηγοῦσι) <ε>ἴδωλα θεῶν ὀξυρύνχων κ(αὶ) λεπιδωτῶν « (nous jurons) de n’avoir été ni d’être à l’avenir en rien complices des halieis [ici pêcheurs à l’hameçon], des sagêneis ou des amphiboleis qui attrapent des images des dieux oxyrhynques et lépidotes ». On retrouve cette organisation tripartite dans Isaie 19, 8 (καὶ στενάξουσιν οἱ ἁλεεῖς, καὶ στενάξουσιν πάντες οἱ βάλλοντες ἄγκιστρον εἰς τὸν ποταμόν, καὶ οἱ βάλλοντες σαγήνας καὶ οἱ ἀμφιβολεῖς πενθήσουσιν) si l’on veut bien considérer que les ἁλεεῖς désignent génériquement les pêcheurs, dont les trois catégories sont ensuite précisées (introduite par un καί signifiant « à savoir, ainsi »). Il est donc préférable de traduire ainsi : « Les pêcheurs gémiront : ainsi gémiront tous ceux qui jettent leur hameçon dans le fleuve, et ceux qui jettent leur seines et les pêcheurs à l’épervier seront en deuil ». Ce texte montre qu’existaient déjà au iis. avant J.-C. (cf. G. Dorival, M. Harl et O. Munnich, La Bible grecque des Septante. Du judaïsme hellénistique au christianisme ancien, 2e éd., Paris, 1994, p. 97) les trois catégories principales attestées à l’époque romaine. Notons que la lettre à Zénon livre actuellement la plus ancienne attestation du mot ἀμφιβολεύς « pêcheur à l’épervier », puisque, outre Isaie 19, 8 et les citations ou commentaires qui en dérivent (Eusèbe, Cyrille, Théodoret, Hésychius), ce vocable était attesté jusqu’ici par des papyrus documentaires d’époque romaine : P.Corn. 46, 6 et, sous la forme συναμφ[ιβολέ]ων (BL II/2 50), 7-8 (128-131) ; P.Thmouis 1, 115, 22 : 116, 3 (180-192) ; PSI VIII 901, 13 ; 22 (46) (cf. BL III 226) ; P.Sijp. 30, 40 (iie s.).

5Cette lettre a été étudiée avant tout pour sa diplomatique. Contrairement à celle déchiffrée l’an dernier, dotée d’un prescrit épistolaire (ὁ δεῖνα τῷ δεῖνι χαίρειν), celle-ci présente un protocole d’enteuxis (τῷ δεῖνι ὁ δεῖνα χαίρειν), type de document normalement réservé aux pétitions adressées au roi, à l’exception d’un ensemble d’enteuxeis adressées au diœcète Apollônios et à Zénon. P. Collomp dans ses Recherches sur la chancellerie et la diplomatique des Lagides, Strasbourg, 1926, p. 56-72 et 133-136, proposait de diviser les enteuxeis en trois catégories : (1) lettres respectueuses sans la structure ni le formulaire de l’enteuxis (à l’exception du prescrit) ; (2) lettre-enteuxis qui adopte partiellement le formulaire et la structure de l’enteuxis proprement dite ; (3) enteuxis proprement dite, à savoir la pétition au roi. À cette typologie synchronique liée au contenu, on pourrait proposer de substituer un schéma diachronique : étant donné que la période précédant ca 250 avant J.-C. connaissait seulement la lettre et l’enteuxis et que l’hypomnêma (τῷ δεῖνι παρὰ τοῦ δεῖνος) n’était pas encore d’un usage canonique pour des pétitions, l’enteuxis était alors la forme adoptée pour des pétitions au roi mais aussi pour des requêtes formulées à des supérieurs (Apollônios, Zénon) ou même pour des demandes polies. Vers 250 avant J.-C., l’hypomnêma commença à se mettre en place pour des pétitions à des personnages autres que le roi et, après quelques années de transition où l’enteuxis fut encore utilisée dans des usages dévolus désormais à l’hypomnêma, les deux finirent par se spécialiser dans des fonctions bien différentes.

6La diplomatique de la lettre romaine et son format (coupon allongé en hauteur avec texte écrit perfibralement) a été ensuite étudiée à partir d’exemples de lettres contenant des références à Homère ou des citations homériques invoqués dans l’étude de l’homérisme documentaire (cf. § I), ce qui permit de faire d’une pierre deux coups : SB III 6823 (ier s.), BGU IV 1080 (iiie s.) et P.Flor. II 259 (249-268). L’étude de ces textes nous a conduits à corriger plusieurs lectures du SB III 6823.

7La période byzantine, qui voit la diplomatique de la lettre se transformer profondément (avec la disparition du prescrit et de la formule de salutation et le recours à des coupons plus larges que hauts, écrits transversa charta), a été abordée tout d’abord avec le déchiffrement d’une lettre du vie s. (P.Acad. inv. 53) provenant d’un fonds d’archives inédit de Lycopolis acquis par l’Académie des inscriptions et belles-lettres et en cours de publication par Jean Gascou et le directeur d’études. L’étude de la lettre byzantine s’est poursuivie avec deux autres lettres inédites d’Aphrodité, repérées par ce dernier dans des boîtes du musée de Berlin (P.Berol. 16379-16380). Outre leur intérêt prosopographique (qui sera mis en lumière lors de l’étude d’un procès-verbal d’audience judiciaire l’an prochain), ces deux lettres ont la particularité d’avoir été transmises enroulées l’une dans l’autre et de constituer un exemple de ces lettres administratives relayant les ordres d’un supérieur (le rédacteur de la seconde écrit même à la fin : γράμματα δ̣ὲ α̣[ὐτοῦ πέμπω]| ὑμῖν εἴ̣σ̣ωθεν τούτων μ̣[ο]υ̣ τ̣ῶ̣ν̣ γ̣ρα̣μ̣μάτων : « Je vous envoie sa lettre à l’intérieur de la mienne »). Thomas Galoppin, doctorant à l’EPHE (sous la direction de N. Belayche), a enfin proposé une transcription du P.Cair.Masp. II 67199, lettre qui, parce qu’ayant perdu sa moitié droite, n’a pas été jugée digne par J. Maspero d’être éditée. Intégralement éditée, cette lettre s’est avérée devoir être très probablement versée au dossier des papyrus relatifs au transport de l’annone civile du village d’Aphrodité par les « moines et diaconètes » de la Métanoia, monastère près d’Alexandrie qui assurait pour le compte de l’État le convoiement du blé annonaire de la chôra jusqu’à Alexandrie. Il y est en effet question d’un moine (l. 8), de frais de transport (τὰ ναῦλα, l. 8 ; cf. P.Cair.Masp. III 67325, VI, 2) et du bordereau d’embarquement, πρόσγραφον (l. 5), que les moines remettaient à l’administration du village (cf. P.Hamb. III 230, 9 et J.-L. Fournet & J. Gascou, « Moines pâchomiens et batellerie » dans Chr. Décobert [éd.], Alexandrie médiévale 2, Le Caire, 2002 [Études alexandrines, 8], p. 34).

8Les endossements épistolaires des lettres byzantines, à l’écriture droite et d’une stylisation qui les rend difficiles à lire, ont par ailleurs fait l’objet d’une attention toute particulière. L’examen du verso de SB XX 14120 a, par exemple, permis de corriger la lecture de l’endossement (lire τῷ ἐμῷ δεσπ(ότῃ) τὰ πάντ̣(α) λα̣μπρ(οτάτῳ) εὐδοκ(ιμωτάτῳ) πά(σης) τιμῆς ἀξ[ίῳ) ainsi que de la dernière ligne du texte de la lettre, écrite tête-bêche par rapport à l’endossement et que les éditeurs ne sont pas parvenus à lire (] Φ̣λ̣(α̣υ̣ί̣ο̣υ̣) Κ̣α̣λλινίκου τῶν κερ(ατίων) ϊ (ὑπὲρ) ὀν(όματος) τοῦ σ̣τ̣ρα̣(τιώτου) [ou γ̣ρα̣(μματέως)] Σαραπάμμωνος).

9La période arabe n’introduit pas d’innovations dans la diplomatique de la lettre privée ; le format et le sens d’écriture transfibral se maintiennent. Mais avec l’organisation d’une administration arabo-mulsumane réapparaît dans les lettres émanant des nouveaux occupants un prescrit, qui suit une diplomatique jusqu’ici inconnue (invocation divine, παρὰ τοῦ δεῖνος πρὸς τὸν δεῖνα· εἰρήνη ὑμῖν. Μετὰ ταῦτα, κτλ. « de la part d’Untel à Untel : la paix soit avec vous. Et après cela, etc. ») et qui calque un formulaire arabe. C’est celui que l’on retrouve, par exemple, dans P.Apoll. 7, lettre de l’émir Zubayd ibn Ḫudαyğ au pagarque Papas. Ce texte très lacunaire a été choisi car un fragment inédit en a été retrouvé par Jean Gascou et le directeur d’études dans le fonds des P.Apollonos Anô de l’Institut français d’archéologie orientale, qui, sans en combler toutes les lacunes, permet de réviser entièrement l’interprétation que R. Rémondon en avait faite. Il s’agit en effet d’une recommandation que l’émir fait en faveur du porteur de la lettre qu’il envoie auprès de Papas afin qu’il arbitre une querelle. Elle s’insère dans un dossier de lettres caractéristiques des vie-viie s. récemment mis en lumière par F. Morelli (« Grammatêphoroi e vie della giustizia nell’Egitto tardo antico », dans E. Cantarella [éd.], Symposion 2005, Vienne, 2007, p. 351-371) et qui présente le scénario suivant : après avoir reçu les doléances (semble-t-il orales) d’un plaignant, tel fonctionnaire adresse ce dernier (désigné usuellement par le terme γραμματηφόρος, « porteur de la lettre ») à une instance le plus souvent inférieure afin qu’elle règle le cas par médiation ou arbitrage. On a là une procédure quelque peu officieuse et extrajudiciaire, qui permet de désengorger les tribunaux en orientant les plaignants vers la solution du règlement amiable opéré au niveau local. Cette problématique sera développée l’an prochain, avec un séminaire consacré aux procédures judiciaires dans l’Égypte de l’Antiquité tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013, 60-63.

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 144 | 2013, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1462

Haut de page

Auteur

M. Jean-Luc Fournet

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 142 | 2011
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals