Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144Antiquité classiqueSources documentaires et histoire...

Antiquité classique

Sources documentaires et histoire administrative de l’Orient romain tardif, ive-viie siècles

Conférences de l’année 2011-2012
Denis Feissel
p. 78-81

Résumé

Programme de l’année 2011-2012 : Inscriptions de la préfecture du prétoire dans l’Orient romain tardif.

Haut de page

Texte intégral

1Les conférences, consacrées cette année uniquement à l’épigraphie, ont eu pour objet l’ensemble des inscriptions relatives à la préfecture du prétoire du ive au vie siècle. Dépouillée par Constantin de toute compétence militaire, la préfecture est devenue ce que les auteurs anciens appellent volontiers « le second pouvoir » après l’empereur. Instance suprême de l’administration judiciaire et fiscale, elle est exercée par un collège de quatre préfets (leur nombre a varié au début et à la fin de la période) dont chacun a son propre ressort géographique. Le plus puissant est le préfet du prétoire d’Orient, qui siège à Constantinople et dont la compétence s’étend à toutes les provinces orientales de l’Empire, de la mer Noire à la mer Rouge. Le préfet d’Illyricum oriental, à Thessalonique, exerce son autorité sur le centre et le sud de la péninsule balkanique. Les préfectures d’Italie et des Gaules n’ont été prises en compte que d’après des documents associant leurs titulaires à leurs collègues orientaux. Quant au présent résumé, il se borne essentiellement à la préfecture d’Orient. Trois catégories d’inscriptions ont été distinguées : 1) les dédicaces d’édifices ou de statues élevés par des préfets ; 2) les dédicaces de statues en l’honneur de préfets ; 3) la publication sur pierre d’actes préfectoraux.

2Outre les corrections de détail apportées à différents textes, des vues d’ensemble ont été dégagées. Chronologiquement, les dédicaces faites par des préfets d’Orient ou en leur honneur s’échelonnent presque toutes entre le milieu du ive et le milieu du ve siècle. Linguistiquement, la place du latin par rapport au grec reste significative dans ce genre de documents. Suivant une tendance générale à cette époque, beaucoup de dédicaces en grec adoptent la forme d’épigrammes. Géographiquement, l’Asie Mineure concentre la majorité de la documentation (17 dédicaces), suivie par le diocèse d’Orient avec l’Égypte (8 dédicaces) et le diocèse de Thrace y compris Constantinople (8 dédicaces). Le tableau ci-dessous résume, dans l’ordre chronologique, la répartition des inscriptions par genre et par provenance.

Préfet du prétoire d’Orient

Bénéficiaire d’une dédicace

Auteur d’une dédicace

Constantius (324-327)

• statue de Constantin Ier

à Ancyre : CIL III, 6751.

Ablabius (336)

• statue de Constantin II César à Antioche : AE 1985, 823 ;

• à Tubernuc : AE 1985, 869 (latin).

Leontius (341-342)

• Bèrytos : CIL III, 167.

• statue de Constant à Béroè : Beševliev 191 (latin).

Philippus (peu après 351) 

• Chytréa (Chypre) : CIL III, 214.

• Pergè : inédit.

• restauration du théâtre d’Hiérapolis de Phrygie : inédit. 

Musonianus (354-358) 

Hiérapolis de Phrygie :

Hierapolis di Frigia I, 2007, p. 610.

• restauration d’un édifice incendié à Paphos : AE 1997, 1532 (latin) ;

• restauration du théâtre d’Hiérapolis de Phrygie : inédit.

Secundus (361-367)

• Rome : CIL VI, 1764 (après 365) .

• Antioche de Pisidie : AE 1914, 125.

Modestus (370-377)

• Chersôn : AE 1984, 804 (latin). 

• Cappadoce : Rott (1908) no 102.

Cynegius (384-388) 

• Alexandrie : CIL III, 19.

Tatianus (388-392)

• Sidyma : TAM II, 186-187.

• Aphrodisias : Roueché 37.

• statues des empereurs à Antinooupolis (OGI 723), Sidè (I. Side I, 51), Aphrodisias (Roueché 25-27).

• travaux au canal de Canope (SB V, 8295).

• envoi de modèles de mesures aux greniers de Myra et d’Arnéai : SEG 42, 1240.

[Eutychianus] (398)

• remparts d’Hiérapolis- Castabala : L. Robert, Castabala, p. 28-29.

Caesarius (400-403)

• Tralles : I. Tralleis 56 I et II.

Anthemius (405-414)

• Aphrodisias : Roueché 36.

Aurelianus (414-416)

• Constantinople : Anth. Pal. XVI, 73.

• Nicée : I. Iznik I, 68.

Monaxius (416-420)

• Héraclée-Périnthe : CIL III, 142075 = I. Perinthos-Herakleia 39 (latin).

Constantinus (447-448)

• Laodicée de Phrygie : MAMA VI, 15.

• achèvement des remparts de Constantinople : CIL III, 734 ; Anth. Pal. IX, 690-691 et SEG 44, 580.

Palladius (450-455) 

• remparts de Myra : Anth. Pal. XV, 2.

Vivianus (459-460)

• Constantinople ( ?) :

Anth. Pal. IX, 692.

Pusaeus (465-467 ou 473)

Epinicus (475-478)

• remparts de Constantinople : CIL III, 7404.

• remparts de Myra : Anth. Pal. XV, 2.

Julianus (530-531)

• statue de Justinien à Constantinople : Anth. Pal. XVI, 63.

Pierre Barsymès (555-562) 

Anonyme (579 ?)

• Constantinople ( ?) : Anth. Pal. XVI, 37.

• Anasartha : IGLS II, 288.

3Deux dossiers ont retenu particulièrement l’attention en raison de l’importance de la documentation à la fois épigraphique et littéraire. Outre la carrière du préfet Philippus sous Constance II, déjà évoquée en 2005-2006 (Livret-Annuaire 21, p. 149-150), celle d’Eutolmius Tatianus, préfet sous Théodose Ier (388-392), appelait de nouvelles précisions. C’est le cas par exemple de la double inscription gravée en son honneur à Sidyma (TAM II, 186-187), qui retrace en détail son cursus non pas en vers mais dans une prose poétique. De nouvelles restitutions ont été proposées au vers 1 : Tatianos à ses débuts fut l’assesseur de trois gouverneurs, [τρισὶν] ἄρχουσιν συνκαθεσθείς ; et au vers 4 : la fonction de comte d’Orient n’ayant rien de militaire, on ne lira pas ὁ[πλ]άρχος ἑῴας mais ὅ[λης] ἄρχος ἑῴας.

4Plus généralement ont été expliqués des éléments spécifiques de la titulature préfectorale. Deux prédicats honorifiques, uniquement ou quasiment réservés à la préfecture, sont attestés jusqu’à sa disparition au viie s. : ἐξοχώτατος (eminentissimus), témoin fossilisé de l’ancienne appartenance des préfets à l’ordre équestre ; et ὑπέρλαμπρος (praeclarus), néologisme créé sous Valens pour distinguer parmi les clarissimes un cercle restreint de très hauts fonctionnaires, plus tard limité à la seule préfecture. On a également étudié l’accès de certains préfets à la dignité suprême, le patriciat, et réuni les exemples de la périphrase parfois mal comprise de « père de l’empereur » qui, dans les sources littéraires latines et grecques, désigne cette dignité.

5Les derniers documents analysés ont été la dizaine d’actes préfectoraux reproduits ou résumés par des inscriptions. Émis en principe par l’ensemble du collège préfectoral, ces actes ont chacun pour auteur effectif le préfet régionalement compétent (le préfet d’Orient sauf pour les nos 1, 8 et 10). Les actes de la préfecture d’Orient, rédigés à Constantinople, ont été affichées sous forme lapidaire dans des cités d’Asie Mineure (2, 4, 6, 7, 9) et de Palestine (3, 5) plus ou moins directement intéressées à leur publication. Sauf le no 1, lettres d’un préfet d’Italie selon toute apparence traduites du latin, tous ces actes ont été rédigés directement en grec. En voici l’inventaire dans l’ordre chronologique. – 1. Deux lettres du préfet d’Italie-Illyricum Furius Placidus au prêtre d’Apollon Pythien (Delphes, 342-344 : inédit, cf. A. Chastagnol, REA 70, 1968, p. 336). – 2. Lettre de félicitations du préfet Kyros au proconsul d’Asie (Éphèse, 439-442 : I. Ephesos I, 44). – 3. Tarif de frais de justice, extrait de règlements du préfet Pousaios (Césarée de Palestine, 465-467 ou 473 : SEG 53, 1841). – 4. Règlement général du préfet Dionysios, sur la rédaction des quittances fiscales, se référant à un précédent règlement du préfet Pousaios (daté du 1er août 480, inscrit à Mylasa, Kéramos et Stratonicée : SEG 44, 909). – 5. Résumé d’une ordonnance sur la rédaction des quittances fiscales (Scythopolis, ve s. ? : inédit). – 6. Lettre du préfet Arkadios à un proconsul d’Asie (Éphèse, peu après 491 : I. Ephesos IV, 1343 et 1345 et fragments inédits). – 7. Procès-verbal de la séance du 2 avril 533 présidée par le préfet Jean de Cappadoce, confirmant l’exonération fiscale accordée par Justinien à Ioustinianoupolis (Didymes : SEG 54, 1178). – 8. Ordonnance du préfet Bonus ( ?), en charge des cinq provinces détachées de la préfecture d’Orient (quaestura exercitus), confirmant un rescrit de Justinien sur l’asylie d’un oratoire (Milet, 539-542 : Milet VI 3, 1576). – 9. Donation issue de la caisse privée de la préfecture (Germia, après 539 : SEG 36, 1180). – 10. Édit du préfet d’Illyricum sur l’importation des cuirs (Thessalonique, ve-vie s. : Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine, no 85). Outre les textes déjà édités ou réédités par le directeur d’études (4, 7, 10) et les textes encore inédits (1, 5), plusieurs demandaient à être révisés. On mentionnera en particulier le tarif du préfet Pousaios affiché à Césarée dont la récente réédition (Corpus inscr. Iudaeae/Palestinae, II [2011], no 1196) laisse encore à désirer. On peut traduire ainsi les premières lignes du tarif, en glosant quelque peu leur expression elliptique :

À l’intérieur du diocèse d’Orient, que le fonctionnaire de la préfecture qui convoque quelqu’un en justice touche à titre de gratification (sportula) 1 solidus pour 100 solidi, sans dépasser 8 solidi même si la somme en cause dépasse (800 solidi) ; pour celui qui a un prévenu à faire comparaître en partant du diocèse d’Orient, la sportule peut aller jusqu’à 12 solidi.

6Une loi contemporaine (Code Justinien I, 3, 32, datée de 472) interdit aux fonctionnaires de la préfecture, si le préfet assigne en justice des clercs résidant en province, d’exiger d’eux plus de 2 solidi, mais il s’agit là de justiciables privilégiés. La suite du tarif, dans sa première colonne, indique les gratifications liées aux formalités introductives du procès, dont bénéficie probablement l’employé du tribunal en charge du dossier en cause (exsecutor). La règlementation de Pousaios est parallèle à des lois contemporaines de Léon et de Zénon en la matière (Code Justinien XII, 21, 8 ; 25, 4 ; 29, 3). On a comparé également la législation ultérieure d’Anastase et de Justinien à cet égard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Feissel, « Sources documentaires et histoire administrative de l’Orient romain tardif, ive-viie siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013, 78-81.

Référence électronique

Denis Feissel, « Sources documentaires et histoire administrative de l’Orient romain tardif, ive-viie siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 144 | 2013, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1471

Haut de page

Auteur

Denis Feissel

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search