Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139Proche et Moyen-Orient anciensSudarabique et ouest sémitique

Proche et Moyen-Orient anciens

Sudarabique et ouest sémitique

François Bron
p. 20-21

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : I. Inscriptions puniques. — II. Le royaume de Saba au iiie siècle de notre ère.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Inscriptions puniques

1Parmi les inscriptions néo-puniques qui n’ont guère retenu l’attention depuis leur publication au xixe siècle, il faut compter l’inscription de Cherchell, NP 130. Publiée par J. Derenbourg en 1875 et revue aussitôt après par J. Euting, elle a fait depuis l’objet d’une seule étude de J.-G. Février, en 1952. Absente du recueil de H. Donner et W. Röllig, KAI, elle a été reprise récemment dans l’anthologie de K. Jongeling et R. M. Kerr, Late Punic Epigraphy. On a bénéficié d’une excellente photographie inédite du musée du Louvre et on s’est efforcé de déterminer, parmi les propositions souvent hardies de Février, celles qui résistent à l’analyse.

2Le reste de l’année a été consacré aux inscriptions de Tripolitaine. On a revu quelques textes publiés après la parution de KAI, telles la stèle de Tarhuna et l’inscription funéraire du wadi el-Amud, qui permet de reconstituer l’arbre généalogique d’une famille sur quatre générations. On est passé ensuite à un document exceptionnel, l’ostracon de Cussabat, publié par G. Levi Della Vida, en 1964. Ce travail de pionnier n’a guère suscité d’émules et le texte, de nature économique, reste encore hérissé de difficultés, malgré toute l’ingéniosité de son éditeur.

3À l’occasion de la parution préliminaire de la thèse de R. M. Kerr, Latino-Punic and its linguistic environment, on a consacré de nombreuses séances à une première présentation des inscriptions latino-puniques. On s’est vite rendu compte que l’article de Levi Della Vida, paru dans Oriens Antiquus,2 (1963), p. 65-94, reste un point de départ irremplaçable, même si les études ultérieures ont pu améliorer ses interprétations sur tel ou tel point. On a revu une dizaine de ces textes, à savoir les inscriptions IRT 24, 828, 852, 873, 877, 889, 893, 906 et l’inscription de Zliten. Il est clair qu’il nous manque pour l’instant un corpus de ces inscriptions, illustré de bonnes photographies. Il faut espérer que la publication définitive de la thèse de Kerr constituera cet instrument de travail indispensable.

II. Sudarabique

4Lors de la conférence de sudarabique, on a présenté tout d’abord l’ouvrage de M. Arbach et J. Schiettecatte, Catalogue des pièces archéologiques et épigraphiques du Jawf au musée national de San’â’ (San’â’, 2006), dans lequel les auteurs ont publié près de trois cents pièces provenant du pillage des sites archéologiques du Jawf, parmi lesquelles cent quarante-six stèles funéraires et une trentaine d’inscriptions monumentales. Parmi celles-ci, on a relu deux inscriptions dédicatoires sabéennes provenant d’un temple d’Almaqah à al-Bayḍā’, al-Jawf 04.16 et al-Jawf 04.17, puis une inscription minéenne d’un intérêt tout particulier, puisqu’elle a pour auteur un roi de Ma’în peu attesté jusqu’ici, Abūkarib Yatha’, fils de Waqah’il. Il s’agit de la concession, de la part du roi, de fractions d’un tombeau à un clan de vassaux. L’acte est daté d’un mois de dhū-Na’ar, également attesté dans RES 3458/7, mais qui n’avait pas été lu correctement auparavant. On a réétudié ensuite une brève dédicace minéenne à Nakraḥ,al-Jawf 04.32, où M. Arbach a voulu voir la mention d’une reine sudarabique ; mais il est clair que la phrase ywm mlkt n’htn doit se traduire « lorsqu’elle a acquis des plantations ».

5On a présenté également une inscription sabéenne, Ṣirwāḥ-04, publiée par M. Arbach dans un volume de mélanges en l’honneur de l’ethnographe russe V. Naumkin. Il s’agit d’une dédicace de personne à ’Athtar, provenant de Ṣirwāḥ, et qui doit remonter aux viie-vie siècles avant notre ère. Elle présente la particularité d’être rédigée sous forme d’un acte de vente, avec la formule hš’m whqny, « a vendu et dédié », et comporte une datation et une liste de témoins ; seul manque le prix de vente.

6On a repris ensuite l’étude des inscriptions historiques des deux rois frères, Ilsharaḥ Yaḥḍub et Ya’zil Bayān. CIH 314+954 a trait encore à l’épisode de l’alliance entre les Ḥimyarites et les Éthiopiens, déjà connu par Jamme 585. Avec Jamme 578, on passe à la seconde partie du règne et à la lutte contre le roi ḥimyarite Karib’il Ayfa’, avec la bataille de la plaine de Ḥurmat, mantionnée également dans Jamme 590/10, Jamme 2107/10 et BR-M. Bayḥān 1/10. Grâce à la libéralité de Chr. Robin, on a pu lire ensuite le récit de la même bataille, vue du côté ḥimyarite, par un chef de la tribu de Radmān, dans l’inscription rupestre al-Mi’sal 2, chacun des adversaires s’attribuant la victoire.

7Dans le domaine des bâtonnets inscrits, on a lu le très curieux récit d’un rêve fait par une femme, qui vient d’être publié par P. Stein dans AoF 33, 2006, p. 293-312.

8On a présenté enfin une stèle de la collection Moussaieff, dédicace à Almaqah faite vraisemblablement à partir du butin provenant de la prise de Nashshān par Karib’il Watar, au viie siècle avant notre ère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bron, « Sudarabique et ouest sémitique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 20-21.

Référence électronique

François Bron, « Sudarabique et ouest sémitique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 19 novembre 2008, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.150

Haut de page

Auteur

François Bron

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search