Navigation – Plan du site
EPHE
Inde et Extrême-Orient
Histoire de l’Extrême-Orient prémoderne et épigraphie chinoise

Écritures rares et traduction dans l’histoire de la Chine

Conférences de l’année 2011-2012
Conférence de Bojun Sun
p. 274-275

Résumé

Madame Sun Bojun a donné, du 20 janvier 2012 au 10 février 2012, à un public d’auditeurs et d’étudiants de l’EPHE, un cycle de quatre conférences intitulé : « Écritures rares et traduction dans l’histoire de la Chine ».

Haut de page

Texte intégral

I. Le manuscrit de Dunhuang P. 3861 conservé à la BNF

1Dans le document de Dunhuang P.3861 conservé à la Bibliothèque nationale de France alternent les parties en khotanais, tibétain et chinois. Les deux premières lignes sont en khotanais et signifient : « produire le cœur d’éveil ». Puis une demi-page est une formule (dharani) en tibétain. Le milieu est composé de sutras bouddhiques et de dharani en chinois. Le document se termine sur des dharani en tibétain et un glossaire tibétain-chinois de termes bouddhiques. Deux mantras en chinois qui utilisent des transcriptions phonétiques reflètent les caractéristiques de la prononciation locale à l’ouest du fleuve Jaune aux viiie et ixe siècles, lorsque les Tubo occupaient Dunhuang. La conférence a montré qu’en comparant ces mantras aux transcriptions phonétiques chinoises du sanscrit chez les Xi Xia du xiie siècle, on trouve une parenté entre la phonologie des Xixia et celle des dialectes à l’ouest du fleuve Jaune.

II. Le Mizhou Yuanyin Wangsheng ji dans le Tripitaka du temple Puningsi et les documents en écriture ʼphags-pa

2L’écriture ʼphags-pa a été créée par le maître impérial ʼPhags-pa sous les Yuan à partir de l’écriture tibétaine. À l’époque elle était appelée « Nouveaux caractères mongols ». Le Mizhou Yuanyin Wangsheng ji est une compilation de formules efficaces à partir de tous les sutras, réalisée autour de 1200. Il rassemble 32 formules. Dans l’édition du Tripitaka du Puningsi et certains canons bouddhiques des Ming et des Qing, le Mizhou Yuanyin Wangsheng ji est accompagné de notation phonétique en écriture ʼphags-pa. D’après un fragment du Mizhou Yuanyin Wangsheng ji découvert à Khara Khoto et conservé à l’Institut de recherche sur les manuscrits orientaux de l’Académie des sciences sociales de Russie, à l’époque Xi Xia le texte fut d’abord gravé en chinois et sanscrit. Les caractères ʼphags-pa durent être ajoutés sur les traductions xi xia en circulation à l’époque. Le Mizhou Yuanyin Wangsheng ji n’est pas seulement un matériau qui transcrit la langue chinoise parlée dans le Nord de la Chine à l’époque Yuan, il est aussi le document le plus long qui transcrit le sanscrit en ʼphags-pa. Cette conférence a exposé, à travers les transcriptions du Mizhou Yuanyin Wangsheng ji, dans quelle mesure l’écriture ʼphags-pa sous les Yuan a pu atteindre son objectif qui était de « transcrire toutes les langues ».

III. Une étude sur la version tangut d’une œuvre du bouddhisme tibétain, le Mahamudra

3En 1909, l’équipe de l’archéologue russe Kozloff découvrait dans les ruines de Khara Khoto un dépôt de documents qui sont actuellement conservés à l’Institut de recherche sur les manuscrits orientaux de l’Académie des sciences sociales de Russie. Selon une évaluation incomplète, les documents xi xia nos 2530, 0875, 0892, 2841, 4977, 6775, 7216 et 7218 appartiennent à une œuvre du bouddhisme tibétain, le Mahamudra, dont la traduction chinoise a été conservée. Cette conférence a présenté le Mahamudra conservé à Khara Khoto et l’a comparé à d’autres sutras xi xia et chinois, esquissant une description du bouddhisme à l’ouest du fleuve Jaune entre la fin des Xi Xia et le début de la période mongole.

IV. Recherches sur le Hua Yi yiyu

4Les gouvernements centraux des dynasties Ming et Qing ont créé des institutions spécifiques pour l’accueil des diplomates étrangers et pour la correspondance avec les minorités dans l’empire. Sous les Ming, ce furent le Siyiguan et le Huitongguan, que les Qing unifièrent sous le nom de Huitong siyiguan. Cette institution, qui avait pour mission la traduction des documents ordinaires et la formation du personnel, édita un glossaire qui indiquait pour les termes chinois leur traduction dans toutes les langues étrangères et les langues des minorités, le Hua Yi yiyu 華夷譯語. La conférence a présenté le processus de compilation du Hua Yi yiyu ainsi que les exemplaires de ce glossaire conservés dans le monde, en insistant particulièrement sur la compilation de la langue « Fulaanxiya » (le français).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bojun Sun, « Écritures rares et traduction dans l’histoire de la Chine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013, 274-275.

Référence électronique

Bojun Sun, « Écritures rares et traduction dans l’histoire de la Chine », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 144 | 2013, mis en ligne le 12 novembre 2014, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1533

Haut de page

Auteur

Mme Bojun Sun

Directeur d’études invité, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques, Académie des sciences sociales de Chine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals