Navigation – Plan du site
EPHE
Antiquité classique
Papyrologie grecque

Papyrologie grecque

Conférences de l’année 2012-2013
Conférence de Jean-Luc Fournet
p. 104-106

Résumé

Programme de l’année 2012-2013 : I. Initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus. — II. L’affaire du double meurtre d’Aphrodité et nouveaux textes des archives de Dioscore d’Aphrodité (VIe s.).

Haut de page

Entrées d’index

Subjects :

Greek papyrology
Haut de page

Texte intégral

1I. Comme par le passé, I a été intégré à II, l’initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus se faisant sur les textes étudiés dans le cadre du volet thématique de la conférence.

  • 1 L. S. B. MacCoull, « The Aphrodito Murder Mystery », JJP, 20 (1990), p. 103-107 ( = Ead., Coptic Pe (...)

2II. L’année a été entièrement consacrée à l’étude du P.Mich. XIII 660 et 661 auquel il faut désormais raccorder le SB XVI 12542. Il s’agit du procès-verbal gréco-latin d’une audience judiciaire qui s’est tenue, à une date non mentionnée durant le vie s., devant le duc de Thébaïde (curieusement désigné par le seul titre de comes militum) au sujet de deux meurtres commis dans le village d’Aphrodité sur les personnes du prêtre Biktôr et d’un certain Herakleios. Ce document, depuis son édition en 1977, a suscité un certain intérêt1, sans pour autant que son texte ait donné lieu à un nouvel examen. Une grande partie de l’année a donc été consacrée à une relecture du papyrus, ce qui a permis de corriger en de nombreux endroits la première édition et d’établir un texte plus sain.

3Malgré l’attention que lui ont portée les papyrologues et les historiens ces dernières décennies, il s’est avéré que le texte n’avait pas fait l’objet d’une juste contextualisation. L’étude menée cette année a d’abord permis de dater assez précisément les deux meurtres dont il est question. Essentielle à cette fin a été l’identification du Βίκτωρ ὁ νοτάριος̣ ὁ καὶ τοποτηρητής, qui apparaît dans le procès-verbal juste après la mention d’un magnificentissimus Sarapammôn, avec le Biktôr νοτάρ(ιος) du praeses (gouverneur civil) de Thébaïde que l’on rencontre dans deux lettres inédites de Berlin (P.Berol. 16379-16380) que le directeur d’études avait étudiées lors de sa conférence de l’année précédente. La confrontation de ces lettres et du procès-verbal permet de confirmer l’hypothèse, jadis proposée par Jean Gascou, selon laquelle Sarapammôn était praeses. Les lettres berlinoises apportent par ailleurs des indices indispensables à la datation du procès-verbal : elles sont en effet adressées aux protocomètes Dioscore et Apollôs, qui sont attestés conjointement par d’autres documents à ces mêmes fonctions au moins en 552-553. Aussi doit-on en conclure que le meurtre d’Herakleios (8 Phaôphi de la 6e indiction) date du 5 octobre 557, celui de Biktôr (derniers jours du mois de Mesorê de la 5e indiction) des jours précédant le 23 août 558 tandis que le procès a lieu entre cette dernière date (fin de Mesorê) et le 25 avril 559 (fin de l’indiction).

  • 2 Op. cit. (n. 1), p. 180-184 et loc. cit. (n. 1), p. 160.

4L’attention de l’auditoire s’est ensuite portée sur l’identification des deux victimes. S’il est actuellement impossible de mieux cerner le prêtre Biktôr du fait de la banalité de son nom (on connaît au moins 7 prêtres ainsi nommés à Aphrodité), Hera-kleios a laissé plus de traces dans la documentation. G. Ruffini2 a proposé d’y voir le κεφαλαιωτής ( = chef de corporation d’artisans) homonyme apparaissant dans les comptes du comte Ammônios (P.Cair.Masp. II 67139, V vo, 21 [5e-9e ind. = 541-546]). Mais cette identification repose sur une base argumentaire très mince. Ce en quoi Ruffini a néanmoins raison, c’est que ce meurtre doit prendre ses racines dans des inimitiés villageoises qui durent se cristalliser sous la forme de courants factieux. Or, il y a un candidat beaucoup plus vraisemblable, en tant qu’il incarne la tête d’une de ces factions villageoises, précisément concurrente de la famille de Dioscore : le protocomète Herakleios (Ruffini, Prosopography H. 35 auquel il faut joindre H. 2+33). Le document principal permettant de cerner cet Herakleios est un mémorandum écrit par Dioscore (P.Cair.Masp. III 67319) faisant la liste de ses pâturages dévastés par des individus étrangers (ὑπ]ο[μν]ηστικ(ὸν) [τ]ῶ̣ν̣ βοσκημάτων μου [τ]ῶν β̣ρωθ̣[έν]τ(ων) παρὰ διαφόρων ἀν[θρ]ώπ(ων)). Ce type d’incident n’était pas rare (cf. P.Cair.Masp. I 67087 [543]). Mais ici, il semble revêtir, par la durée et le nombre de personnes mises en cause, un caractère plus ample et systématique, comme si les propriétés de Dioscore avaient fait l’objet de dégradations volontaires de la part d’un certain nombre de personnes. Le document, incomplet, liste plus d’une quinzaine d’individus dénoncés par au moins six personnes. Parmi les accusés, deux se détachent par leur fréquence : les protocomètes Herakleios et Iôannês (l. 3-5 ; 7 ; 16). Ils sont accusés tantôt d’avoir commis les dégâts seuls (l. 4 : δ̣(ιὰ) τῶν αὐτῶν πρωτ[ο]κωμ̣(ητῶν) ; 5 : δ(ιὰ) τῶν αὐτῶν̣) tantôt de les avoir commandités ou commis avec d’autres (l. 3 : ὑ̣πὸ τῶ̣ν περὶ Ἡράκλειον καὶ Ἰωάννην ; l. 16 : δ̣(ιὰ) τῶν ἀπὸ̣ πρωτοκωμ(ητῶν) τῶν περὶ Ἡράκλειον καὶ Ἰωάννην). L’emploi que fait Dioscore de la préposition περί + accusatif dans cette dernière expression montre qu’Herakleios et Iôannês étaient à la tête d’une bande.

5On retrouve cet emploi dans un autre texte des archives de Dioscore, précisément au sujet d’Herakleios, le P.Cair.Masp. I 67032, 23, contrat rédigé à Constantinople en 551 par lequel Dioscore et ses compagnons engagent un exsecutor negotii pour permettre l’exécution du rescrit impérial qu’ils viennent d’obtenir :

ἡμεῖς οἱ προγεγραμμένοι Διόσκορος καὶ
Ἀπολλῶς καὶ Καλλίνικος καὶ Κῦρος διʼ ἐ̣μ̣[οῦ] Σενούθου ποιου̣<μέ>ν̣ο̣υ̣
τὴν χώραν αὐτοῦ θείαν ἐπορισάμεθα κέλευσιν κ[ατὰ] τ̣ῶ̣ν̣
ἀντιδίκων ἡμῶν τν περὶ Ἡράκλειον Ψαΐωτος καὶ λοιπῶν
25 ἀπὸ τῆς ἡμετέρας κώμης

(…) nous, les sus-mentionnés Dioscore, Apollôs, Kallinikos et Kyros mandaté par moi, Senouthês, nous avons obtenu un ordre impérial à l’encontre de nos adversaires, la bande d’Herakleios fils de Psaïôs et d’autres, originaires de notre village (…)

6Nous apprenons donc par ce texte que l’adversaire principal de Dioscore est Herakl-eios et sa bande et que c’est contre elle qu’il est allé à Constantinople obtenir un rescrit impérial.

7Cet Herakleios se retrouve dans un autre texte, où il était passé jusqu’à maintenant inaperçu à cause d’une erreur de J. Maspero : P.Cair.Masp. III 67354, fragments d’une pétition, où sont dénoncées les tentatives du pagarque pour faire passer Aphrodité sous sa coupe malgré son privilège d’autopragie. Le texte, seulement décrit par Jean Maspero, a fait l’objet d’un déchiffrement complet. Il se trouve que cette pétition se conclut sur une liste des accusés (et les souscriptions des pétitionnaires comme le pensait Maspero) à la tête desquels est un certain Herakleios, suivi d’autres personnages (notamment Iôannês) que l’on retrouve parmi les auteurs des dépradations commises dans les champs de Dioscore enregistrés dans P.Cair.Masp. III 67319.

8Herakleios et ses complices ont donc constitué, au sein d’Aphrodité, un clan, affilié au pagarque, qui s’est opposé à la famille de Dioscore, qui dirigeait à cette époque le village. Aussi est-il probable que l’assassin ou le commenditaire de l’assassinat d’Herakleios soit à chercher dans cette même famille…

Haut de page

Notes

1 L. S. B. MacCoull, « The Aphrodito Murder Mystery », JJP, 20 (1990), p. 103-107 ( = Ead., Coptic Perspective on Late Antiquity, Aldershot, 1993 [Variorum CS, 398], XVIII) ; J. Keenan, « The Aphrodito Murder Mystery : A Return to the Scene of the Crimes », BASP, 32 (1995), p. 57-63 ; P. Sarris, Economy and Society in the Age of Justinian, Cambridge, 2006, p. 106-108 ; G. Ruffini, Social Networks in Byzantine Egypt, Cambridge, 2008, p. 180-184 ; G. Ruffini, « Factions and Social Distance in Sixth-Century Aphrodito », dans J.-L. Fournet (éd.), Les archives de Dioscore d’Aphrodité cent ans après leur découverte. Histoire et culture dans l’Égypte byzantine, Paris, 2008 (Études d’archéologie et d’histoire ancienne), p. 157-170.

2 Op. cit. (n. 1), p. 180-184 et loc. cit. (n. 1), p. 160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014, 104-106.

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 145 | 2014, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1590

Haut de page

Auteur

M. Jean-Luc Fournet

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2011-2012
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 143 | 2012
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 142 | 2011
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals