Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Histoire moderne et contemporaine...Art et technique à Paris, 1750-1850

Histoire moderne et contemporaine de l'Occident

Art et technique à Paris, 1750-1850

Conférences de l’année 2012-2013
Élisabeth Pillet
p. 261-262

Résumé

Programme de l’année 2012-2013 : Innovations techniques et artistiques, 1750-1850 (suite).

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Histoire de Paris
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches que nous avions menées sur la sculpture en carton au xviiie siècle à travers l’étude de la carrière et des œuvres du sculpteur, Jean Nicolas Gardeur, ont été poursuivies au cours de cette année. L’examen des informations contenues dans les ouvrages consacrés aux arts et métiers publiés au xviiie siècle montre à quel point l’emploi de ce matériau était courant à cette époque. En effet, l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot consacrait déjà en 1751 dans sa rubrique « sculpture » un paragraphe à la sculpture en carton (t. 14, p. 843). Quelques années plus tard, Quatremère de Quincy rappelait dans l’Encyclopédie méthodique (s. v. « Carton », t. 1, 1788, p. 527) que le carton avait été employé dans quelques-uns des « plus grands partis de décoration » et ajoutait que de tous temps, il avait aussi été utilisé pour faire des statues dans toutes les manifestations éphémères ne nécessitant « qu’une apparence de représentation, et qui exigent de la célérité, de la légèreté et de l’économie ». Dans ces publications sont également décrites les deux manières de réaliser une sculpture de ce type : la première est l’application dans un moule de plusieurs feuilles de papier en couches successives, méthode appelée carton de feuilles ou carton de collage, et la seconde, consistant à broyer du papier avec de l’eau pour le réduire en pâte, est connue sous le nom de carton de moulage. On retrouve d’ailleurs ces deux procédés expliqués dans l’« Art du cartonnier » de la Description des Arts et métiers (t. 4, 1776, p. 580-610), où après avoir évoqué l’usage du carton par les relieurs, Jérôme de La Lande cite les multiples ouvrages effectués avec ce matériau. Celui-ci servait ainsi à la fabrication de poupées, de globes et de vases imitant la porcelaine, ou bien encore de « creux pour imiter des médailles ou des bas-reliefs » et il disait avoir vu exécuter « avec une pâte de carton ou de papier, de très beaux ouvrages en dorure et en vernis ». Dans cet ouvrage, un développement est spécialement consacré à la méthode de fabrication des boîtes en carton ou tabatières comme celles fabriquées par le vernisseur Martin depuis 1740. Un autre tome de la Description des arts et métiers apporte aussi des informations sur la façon de mouler en carton ; il s’agit du chapitre concernant l’« Art du mouleur en plâtre » (t. 14, 1780, p. 600-602) dans lequel il est question des « creux pour les cartonnages et de la manière de faire les cartons ». Nous avons ensuite recherché des œuvres encore conservées. Il est apparu que de nombreux sculpteurs du xviiie siècle ont exécuté des sculptures en carton. Il pouvait s’agir de réalisation d’éléments décoratifs comme par exemple les ornements de la salle du théâtre de la Reine au domaine de Versailles, réalisés par Joseph Deschamps en 1778, mais aussi de statues comme le Voltaire, conservé à la bibliothèque de Rouen, ou la Frileuse du musée Meermanno de La Haye, toutes deux exécutées par Jean Antoine Houdon (cf. Marie-Jeanne Cok-Escher, « “La frileuse de Houdon”. Un exemple de moulage en papier mâché », dans Le moulage. Actes du colloque international, 10-12 avril 1987, Paris, 1988, p. 147-152).

2Dans un deuxième temps, nous avons étudié les progrès techniques ayant contribué à la remise en pratique de certains arts considérés comme perdus, notamment celui de la peinture sur verre. Nous avons donc consacré plusieurs conférences aux propositions faites dès le milieu du xviiie siècle pour le remettre en valeur, comme celles émanant du fabricant de pain d’épices strasbourgeois, Jean-Adolphe Dannegger, ou du verrier anglais venu en France pour y fonder une manufacture de flint-glass, Robert Scott Godfrey. Nous avons également repris la question de la production de verres de couleurs nécessaire au rétablissement des vitraux, notamment la recherche de la fabrication du verre rouge, et celle des démarches effectuées par le préfet de la Seine, Gaspard de Chabrol, pour encourager le retour de la peinture sur verre dans les églises de la capitale. L’étude des circonstances de la création entre 1823 et 1825 des deux verrières de la chapelle de la Sorbonne nous a permis de compléter la biographie de leur auteur, Jean Alexandre Paris, grâce à des actes notariés inédits. Qualifié de bijoutier et fabricant de croix d’ordres, celui-ci devint au xixe siècle, le spécialiste des émaux incrustés dans le cristal. Il déposa en 1818, avec le chimiste émailleur Georges Ami Tulout, une demande de brevet « pour trois procédés de placage, soit des métaux émaillés peints sur émail, soit des couleurs en émail, soit des arabesques en métal pur ou coloré par les émaux » (INPI, base brevets du xixe siècle). Il obtint une mention honorable l’année suivante à l’Exposition des produits de l’industrie. En 1824, il s’associa avec un ancien ouvrier de la verrerie en cristal du Creusot pour fabriquer et vendre des cristaux « tant blancs que de couleurs soit par les anciens procédés soit par les procédés découverts » et fonda son établissement à Bercy. Il fit en 1849 une nouvelle demande de brevet pour l’émaillage du fer et de la tôle de fer puis, l’année suivante, une addition à celui-ci présentant l’émaillage de « boutons à l’usage des vêtements d’hommes et de femmes ». Après sa mort survenue en juillet 1850, son fils Charles Émile, ingénieur des Arts et Manufactures, reprit la verrerie et cristallerie de Bercy qu’il transféra au Bourget après 1864, et produisit de nombreuses mosaïques et laves émaillées.

3Enfin nous avons exposé nos recherches sur des artisans ayant apporté des améliorations aux constructions parisiennes, comme par exemple Pierre Journet et Louis Auguste Tellier. Le premier, charpentier et entrepreneur de travaux publics, connu pour sa machine « omnitolle », déposa en 1833 une demande de brevet concernant un échafaudage devant servir aux restaurations des immeubles parisiens, auquel il apporta des perfectionnements en 1836 et 1837. Ses demandes et les rapports du Conseil des bâtiments civils conservés aux Archives nationales, montrent l’adhésion de plusieurs architectes à cette invention et son utilisation pour la restauration de bâtiments et apportent des éléments intéressants sur la construction de quelques immeubles de la capitale. On a rapproché cette invention de celle du « filet-parachute » de Louis Auguste Tellier. Directeur de filature à Condé-sur-Noireau (Calvados), Tellier subit la crise économique et tenta de trouver fortune à Paris grâce à la création en 1848 de son filet destiné à protéger la vie des ouvriers travaillant sur les échafaudages. Il s’agit là d’une première et importante démarche en faveur de la protection des ouvriers, à une époque où les revues d’architecture constatent un grand nombre d’accidents du travail, sans toutefois y apporter de solutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Pillet, « Art et technique à Paris, 1750-1850 »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014, 261-262.

Référence électronique

Élisabeth Pillet, « Art et technique à Paris, 1750-1850 »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 145 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1624

Haut de page

Auteur

Élisabeth Pillet

Chargée de conférences, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search