Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Histoire moderne et contemporaine...Histoire de la culture technique ...

Histoire moderne et contemporaine de l'Occident

Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles)

Conférences de l’année 2012-2013
Jean-François Belhoste
p. 281-282

Résumé

Programme de l’année 2012-2013 : I. Les ingénieurs américains sortis de l’École centrale des arts et manufactures au XIXe siècle. — II. L’aérostation et les débuts de l’aviation. — III. L’habit masculin au XVIIIe et au début du XIXe siècle, sa production et son rapport à la mode.

Haut de page

Texte intégral

1Durant l’année 2012-2013, la conférence s’est axée sur trois thèmes principaux : 1) les ingénieurs américains sortis de l’École centrale des arts et manufactures au xixe siècle ; 2) l’aérostation et les débuts de l’aviation ; 3) l’habit masculin au xviiie et au début du xixe siècle, sa production et son rapport à la mode.

I. Centraliens américains

2Ces conférences ont contribué à la préparation de deux colloques internationaux, organisés avec le soutien de l’Association des centraliens (Centrale histoire) : l’un, entrepris avec l’université Paris-Sorbonne, portant sur les centraliens et l’étranger (octobre 2012), et l’autre tenu à l’Institut national d’histoire de l’art (EPHE) sur William Le Baron Jenney, l’« inventeur du gratte ciel » à Chicago (décembre 2012). Plusieurs séances ont été consacrées à la carrière de cet ingénieur américain originaire de la région de Boston, venu faire à Paris ses études d’ingénieur au début des années 1850, lequel fut ensuite ingénieur à l’état-major du général Grant durant la guerre de Sécession, avant de s’installer à Chicago en 1869 et d’y concevoir les premiers grands immeubles à ossature métallique qui prirent ultérieurement le nom de gratte-ciel. On traita aussi plus généralement des Américains venus étudier à l’École centrale au xixe siècle, d’abord des francophones venus de Louisiane, puis, surtout entre 1850 et 1880, des anglophones originaires principalement de la côte Est – Boston, New York –, qui firent ensuite carrière aux États-Unis dans le génie civil, les chemins de fer, l’industrie minière et métallurgique, et même pour l’un d’entre eux, Henry Parish, dans les assurances et la banque.

II. L’aérostation et les débuts de l’aviation

3Les débuts de l’aérostation à la fin du xviiie siècle ont fait l’objet de plusieurs séances, consacrées entre autres à l’alternative entre les procédés à l’air chaud (frères Montgolfier) et les procédés au gaz hydrogène (du physicien Jacques Charles). Marc Durand est venu parler dans ce cadre des ressources documentaires disponibles au Minutier central des notaires parisiens des Archives nationales. L’accent a été mis aussi sur la dimension spectaculaire de ces premières expériences et sur l’organisation de spectacles payants qui ont permis de financer l’innovation. Le thème a été repris à propos des débuts de l’aviation, qui ont bénéficié aussi de l’organisation de concours primés et de meetings, et donné matière à de nombreux reportages dans la presse illustrée et les premières actualités cinématographiques.

III. L’habit masculin, sa production et son rapport à la mode

4Plusieurs séances ont enfin été consacrées à différents aspects de l’évolution de l’habit masculin entre la fin du xviie siècle et le milieu du xixe siècle qui virent le passage du sur-mesure à la confection. On a traité pour commencer des questions de fabrication, tant des étoffes de laine par les industries drapières que des habits par les tailleurs. Les questions de vente et de « marketing » ont suivi, en soulignant le rôle encore déterminant des marchands tailleurs, acteurs essentiels de l’évolution de la mode, du moins pour les plus réputés d’entre eux. Ont été examinés leur localisation dans certains quartiers de Paris, d’abord autour de la rue Saint-Honoré et du Palais-Royal, puis dans les rues Richelieu et Vivienne, le rôle croissant joué au cours du xixe siècle par les galeries et passages, l’importance prise dans la littérature par les choix d’habillement chez Stendhal, Victor Hugo et surtout Balzac. Une séance a été spécialement consacrée à la question des couleurs.

5Deux séances ont été consacrées à l’histoire du Sénégal avec des interventions de Salif Diedhiou et d’Aimé Kantoussan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Belhoste, « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014, 281-282.

Référence électronique

Jean-François Belhoste, « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 145 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1629

Haut de page

Auteur

Jean-François Belhoste

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search