Navigation – Plan du site
EPHE
Inde et Extrême-Orient
Initiation aux arts et à l’archéologie de la Haute-Asie

Initiation aux arts et à l’archéologie de la Haute-Asie

Conférences de l’année 2012-2013
Conférence de Laurianne Bruneau
p. 305-307

Résumé

Programme de l’année 2012-2013 : L’art rupestre bouddhique de l’Himalaya occidental (Ier siècle av. n.è. – XIIIe siècle de n.è.), étude comparative transculturelle.

Haut de page

Texte intégral

1En sa première année d’enseignement le maître de conférences s’est attaché au premier semestre à présenter le cadre géographique, chronologique et méthodologique de ses recherches.

2Ces dernières portent sur l’Himalaya occidental, une entité géographique qui regroupe le district de Rutog de la région autonome du Tibet (Xizang, République populaire de Chine), la région du Ladakh de l’État du Jammu et Cachemire (République de l’Inde) et la province de Gilgit-Baltistan (République islamique du Pakistan). Située au carrefour des mondes centre-asiatique, indien et tibétain cette zone de hauts plateaux et de hautes montagnes est traversée par le cours supérieur de l’Indus qui coule du sud-est vers le nord-ouest jusqu’à ce qu’il sorte du massif du Karakoram dans les environs de Chilas (Pakistan) et tourne vers le sud. Les rives montagnardes du fleuve recèlent l’un des ensembles les plus denses et les plus divers d’art rupestre au monde.

3Sur la base des récits de Charles-Eugène de Ujfalvy, August Hermann Francke, Ghulam Mohammed, Aurel Stein, Giuseppe Tucci et de Hellmut de Terra qui ont exploré la région entre 1881 et 1947 (date de la Partition des Indes), la documentation systématique des pétroglyphes a été initiée dans les années 1980.

4Dans le Nord du Pakistan, la Forschungsstelle für Felsbilder und Inschriften am Karakorum Highway de l’Académie des sciences et humanités de Heidelberg (Allemagne) a documenté pendant presque 30 ans (1984-2012) près de 50 000 représentations et 5 000 inscriptions. Au Ladakh, ce sont quelques 20 000 gravures (dont 500 inscriptions) qui ont été recensées dès 1996 par Martin Vernier, un archéologue suisse indépendant avec qui Mme Bruneau collabore sur le terrain depuis 2006. Enfin, au Rutog près de 10 000 images ont été répertoriés par John Vincent Bellezza, un chercheur américain indépendant, depuis la fin des années 1990.

5L’ensemble rupestre de l’Himalaya occidental est surtout connu pour ses inscriptions en kharoṣthī, brāhmī, śāradā, tokharien, sogdien, arabe, chinois et tibétain, qui sont autant de témoins immuables des influences culturelles ayant marqué la région au cours du Ier millénaire de notre ère. Sauf exception l’intérêt de ces inscriptions réside plutôt dans la diversité des écritures attestées que dans leur contenu puisqu’elles consistent principalement en des noms personnels. Bien que formant moins de dix pour cent du matériel rupestre, les inscriptions ont été bien étudiées et publiées par les spécialistes, par Gérard Fussman, Oskar von Hinüber, Jason Neelis et Nicholas Sims-Williams entre autres. Le reste de l’ensemble, à savoir plusieurs milliers de représentations gravées, a reçu une attention moindre et demeure en grande partie non publié. En conséquence, dans le cadre des conférences 2012-2013, on a choisi de traiter des représentations de stūpa.

6Les résultats d’un travail publié en 2007 dans Arts asiatiques portant sur les représentations de stūpa de la région de Chilas ont tout d’abord été présentés. Une analyse morphologique a permis d’identifier 13 types de stūpa à partir desquels une étude comparative architecturale (stūpas-édifices monumentaux et votifs), sculpturale (stūpa-reliquaires et stūpa-figurés) mais aussi picturale (stūpa-peints) a été menée. Celle-ci a permis de mettre en évidence les différentes régions ayant influencé le Nord du Pakistan (Gandhāra, Cachemire et Asie centrale orientale) entre le ier siècle avant notre ère et le xiiie siècle après. Ainsi l’étude de près de mille quatre cent stūpa gravés, parfois accompagnés par des inscriptions votives en kharoṣthī, brāhmī, śāradā et tibétain, vient renforcer un schéma historique esquissé par de rares sources textuelles (récits de pèlerins chinois principalement), à savoir le rôle non négligeable du Nord du Pakistan comme voie de transmission pour le Bouddhisme entre le sous-continent indien et l’Asie centrale pour tout le Ier millénaire.

7Au second semestre, un travail d’analyse morphologique et comparative semblable a été réalisé pour les représentations de stūpa du Ladakh. La documentation présentée lors des conférences, en majorité inédite, a été rassemblée sur le terrain par Mme Bruneau et ses collègues, à savoir Martin Vernier et Quentin Devers, entre 2006 et 2011.

8Un peu plus de six cent stūpa gravés ont été documentés au Ladakh. La moitié de ces images est répartie sur une trentaine de sites alors que l’autre moitié se trouve sur un seul site, celui d’Alchi Zampa Thang. Ce site rupestre du Ladakh central est formé de rochers dispersés sur une terrasse alluviale en rive gauche de l’Indus, en amont du pont actuel. Il totalise 636 pétroglyphes de diverses périodes (âge du bronze notamment) dont 328 représentations de stūpa.

9L’analyse morphologique a permis d’identifier cinq types de stūpa. Toutefois quatre-vingt-quinze pour cent des images appartiennent à un seul type, à savoir un stūpa sur plinthe à plateformes décroissantes surmonté d’un dôme bulbeux. Invariablement un escalier descend du tambour jusqu’au sommet de la plinthe qui est parfois décorée de pétales de lotus. Il faut noter dans les gravures l’existence de plusieurs stūpa érigés sur une plinthe commune. Une analyse proportionnelle des différents éléments a démontré que les graveurs avaient suivi un modèle architectural précis. Ces proportions diffèrent du modèle de la tradition tibétaine, dit de « descente du ciel » (lha bab), qui présente un escalier.

10Afin d’identifier les monuments ayant pu servir de modèle aux représentations gravées on a procédé à une étude comparative. Ce type de stūpa ne se rencontre pas dans les régions avoisinantes (Nord du Pakistan, Rutog) ou plus lointaines (bassin du Tarim, plateau tibétain, Cachemire) que ce soit dans l’art rupestre ou l’architecture. Par contre, des stūpa-édifices correspondant au modèle architectural des gravures ont été recensés au Ladakh le long de l’Indus dans les environs de Gya (Gya, Rumtse, Sasoma et Ligche), entre Nyarma et Bazgo (Nyarma, Shey, Shushot, Spituk, Phey et Bazgo) ainsi que dans la Markha (Skyu Kaya et Nakdi). Aucun monument de ce type n’a été documenté à l’ouest d’Alchi, ni au Zanskar ni dans la Nubra. En sus de la correspondance morphologique et proportionnelle, certains des stūpa-édifices présentent une décoration identique à celle des gravures. De plus on trouve sur certains sites, comme celui de Rumtse, plusieurs stūpa construits sur une plinthe commune. Ainsi l’analyse comparative permet d’affirmer qu’il s’agit d’un modèle architectural propre au Ladakh et que les auteurs des gravures se sont inspirés de monuments locaux.

11Les stūpa-édifices, construits pour la plupart en brique crue, sont en état de délabrement avancé. Localement ils sont perçus comme étant très anciens mais aucune datation n’est possible en l’état des connaissances. Quant aux représentations de stūpa d’Alchi soixante-dix-neuf d’entre elles sont accompagnées par une inscription en tibétain. Des observations techniques de la patine et des impacts ont montré que les inscriptions et les représentations de stūpa sont contemporaines. Le contenu des inscriptions confirme cette contemporanéité puisqu’elles sont dédicatoires, certaines ont été commandées par des officiers militaires. Comme l’a démontré Philip Denwood l’onomastique et le vocabulaire révèlent un lien fort avec le bassin du Tarim, avec Khotan et Dunhuang notamment. Les inscriptions pourraient donc être l’œuvre de membres de l’armée tibétaine et dater de la seconde occupation tibétaine en Asie centrale (760-840). Toutefois, comme le fait remarquer Giacomella Orofino, les nombreuses erreurs orthographiques laissent penser qu’elles pourraient également être l’œuvre d’officiers locaux illettrés. Dans une étude non publiée Tsuguhito Takeuchi fait remarquer que certains archaïsmes paléographiques et orthographiques attestés dans les inscriptions perdurent jusqu’au xie siècle dans certains documents tibétains retrouvés dans l’Est du bassin du Tarim ou encore dans les inscriptions peintes des temples d’Alchi. Par conséquence une date postérieure à la chute de l’empire tibétain et correspondant à la fondation du premier royaume ladakhi (ixe-xie siècles) est également envisageable. Les inscriptions rupestres d’Alchi sont très importantes pour l’histoire du Ladakh puisque pour cette période (milieu du viiie-xie siècles) on ne dispose d’aucune autre source écrite, qu’elle soit locale ou étrangère.

12Quelle que soit leur datation exacte les inscriptions permettent d’affirmer que les représentations de stūpa qui leur sont associées constituent l’un des plus anciens témoignages de l’art bouddhique au Ladakh. L’étude morphologique et comparative a permis de mettre en évidence un modèle de stūpa local. On peut ainsi présumer que certains stūpa-édifices sont contemporains ou antérieurs aux gravures. L’attribution chronologique proposée est confirmée par l’absence de telles représentations dans les peintures murales du groupe de monuments d’Alchi (début du xiiie siècle) et leur présence sur des tsha tsha, collectés par August Hermann Francke et Giuseppe Tucci, attribués à la même période (viie-xie siècles) mais portant des inscriptions indiennes. Ainsi, tout comme la sphère culturelle tibétaine et le bassin du Tarim, le monde indien semble avoir joué un rôle non négligeable dans l’implantation et la diffusion du bouddhisme au Ladakh. L’importance et le rôle de ces différents mondes pour l’histoire de cette région himalayenne demeurent sous étudiés. Le maître de conférences adressera ces sujets lors de futurs enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Bruneau, « Initiation aux arts et à l’archéologie de la Haute-Asie », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014, 305-307.

Référence électronique

Laurianne Bruneau, « Initiation aux arts et à l’archéologie de la Haute-Asie », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 145 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1636

Haut de page

Auteur

Mme Laurianne Bruneau

Maître de conférences, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals