Navigation – Plan du site
EPHE
Antiquité classique
Philologie et dialectologie grecques

Philologie et dialectologie grecques

Conférences de l’année 2013-2014
Conférence de Laurent Dubois
p. 54-58

Résumé

Programme de l’année 2013-2014 : I. Inscriptions archaïques d’Ionie. — II. Inscriptions grecques archaïques récemment publiées. — III. Commentaire de l’Alexandra de Lycophron (suite).

Haut de page

Entrées d’index

Subjects :

Greek dialectology
Haut de page

Texte intégral

1Nous avons en 2013-2014 continué notre périple ionien en nous arrêtant en Eubée sans nous refuser quelques escapades en milieu dorien.

  • 1 Voir ce caractère dans le fac-similé joint au format Pdf.

2Nous avons commencé par l’études des graffites d’Érétrie du viiie siècle publiés par A. Kenzelmann Pfyffer, T. Theurillat et S. Verdan dans la ZPE 151 (2005), p. 51-83. Mais nous nous sommes surtout arrêtés au graffite rétrograde contenant trois lettres du milieu de l’alphabet, omicron, pi, samekh. À la suite de cette publication, p. 84-86, notre ami Rudolf Wachter avait bien reconnu ici le même samekh en forme de petite fenêtre1 que celui qui figure dans l’alphabet de Marsiliana d’Albegna, IGDGG I p. 15 et qui est donc imputable à une importation en Italie d’un trait eubéen. Nous avons prolongé l’enquête et avons reconnu le même ductus dans les abécédaires sur bronze de la collection Schøyen publiés avec grand soin par A. Scott et alii dans les Papyri Graecae Schøyen, (P. Schøyen I), p. 149-160, à Florence en 2005. Remontant sans doute à un modèle levantin de 22 lettres, ces abécédaires du ixe siècle, dont l’authenticité est désormais assurée, pourraient avoir été inspirés par des abécédaires attestés en pays de Canaan où ce ductus est aussi connu. Nous avons donné à la revue Kadmos un article sur la genèse de ce signe.

3Après avoir étudié les graffites érétriens du viiie siècle nous avons naturellement présenté les graffites découverts à Méthônè en Piérie, colonie érétrienne qui a livré, au milieu de nombreux graffites qui se réduisent parfois à une seule lettre, neuf véritables inscriptions vasculaires dont la plus remarquable est une Diebsthalverbotformel à rapprocher de celle du lécythe de Tataiè à Cumes, IGDGG I no 12 : dans les deux textes le voleur éventuel est menacé de cécité. En étudiant ces quelques textes ou fragmentaires ou indigents nous avons mis en évidence leurs caractéristiques surtout alphabétiques qui confirme bien les dires de Plutarque, Questions grecques, no 11, selon lequel les Érétriens résidant à Corcyre en furent chassés par les Corinthiens mais aussi chassés de leur métropole qui ne voulait pas leur accorder le droit au retour, et qui décidèrent d’aller s’installer dans le Nord de la Grèce à Méthônè. Nous espérons que cette publication de Bésios, Tziphopoulos et Kotsonias, ΜΕΘΩΝΗ ΠΙΕΡΙΑΣ, Thessalonique 2012, sera prochainement complétée par d’autres découvertes épigraphiques.

4La présence d’un anthroponyme Hακέσανδρος dans cette inscription de Méthônè nous a incité à étudier d’autres textes dans lesquels le verbe ἀκέομαι était doté d›une aspirée que Chantraine tient pour étymologique. Outre le texte delphique CID I, 10, nous avons surtout étudier le vieux texte argien Buck 83 (vie a.C.) qui présente tant de difficultés mais dans lequel l’impératif ἀφακεσάσθō semble assuré. Son onomastique très rare et en particulier le nom Ἐράτυιιος nous a donné l’occasion de nous intéresser à différents premiers membres onomastique en –τυ- comme Ἀρτύλοχος, Ματτυξίδας, en approfondissant des hypothèses de notre amie Catherine Dobias, Verbum 18 (1995-1996), p. 267-268, en y ajoutant des noms en Δατυ-.

5Nous avons ensuite abordé la loi monétaire du vie siècle, IG ΧΙΙ 9, 1273-1274, étudiée dans la réédition de F. Cairns, Phoenix 45 (1991), p. 291-313, meilleure que celle de Vanderpool-Wallace, Hesperia 33 (1964) 381-390. Nous avons insisté sur la présence de la conjonction hypothétique ἰάν = att. ἐάν, qui est typiquement eubéenne et se retrouve dans la plaque de bronze sicilienne IGDS 15, vie, et qui est une forme élargie de la conjonction simple ἰ attestée à Cumes IGDGG I, 15. Pour expliquer le début du texte qui commence par δικὲν ἐπεὰν κατομόσει, τίνυσθαι, etc., nous nous sommes fondés, forts d’une indication de G. Genevrois, sur l’interprétation donnée par A. Cassio dans Die Sprache 35 (1991-1993), p. 198, n. 41, en considérant que c’est le juge qui à la fois prête serment et qui exige de se faire payer l’amende : il n’y a donc pas de changement de sujet à envisager. Nous n’avons pas été enthousiasmés par la restitution de F. Cairns, ZPE 54 (1984), p. 145-155 (approuvée par O. Picard, Mél. Lerat, 1984, p. 683) χρέματα δόκιμα κα[ὶ h]υγιᾶ qui oblige à supposer un atticisme peu probable à cette époque : puisque l’adjectif ὑγιής n’est pas attesté à propos de monnaies de bon aloi, on pourrait se demander si la présence d’un adjectif [ζ]ύγια « trébuchante », attesté à date tardive, ne serait pas préférable. La mention du cap Kènaion ainsi que celle des îles Πετάλαι, entre l’Eubée et l’Attique, est intéressante dans la mesure où est ainsi délimitée la zone d’action des marins érétriens ; mais on peut ainsi corriger Strabon 444 = X 1, 2, qui nomme ces îles Πεταλίαι. L’évocation dans le même texte du salaire de ceux qui dépasseront le cap Kènaion ou les îles Pétélai nous a incités à étudier le texte de Praisos en Crète (IC III VI, 7, iiie av. = Chaniotis, Verträge no 64) qui, en B, l. 10-25, énumère les différents types de navigation, côtière ou plus lointaine, pour lesquelles les marins ne perçoivent pas les mêmes rémunérations ni les mêmes provisions pour leurs voyages. Comme ce dernier texte contient un magnifique serment nous avons saisi l’occasion pour commenter aussi le serment qui figure dans la belle inscription de la cite voisine d’Itanos, IC III IV 8.

6Dans l’épigramme de Timocratès de la seconde moitiés du vie siècle, CEG 321a, nous avons remarqué la première apparition du rhotacisme érétrien dans le participe νικρας. Ces cas d’introduction d’une forme strictement dialectale dans un texte poétique ne sont pas des plus fréquents et mériteraient d’être davantage étudiés.

7Nous avons brièvement commenté trois décrets de la fin du ve siècle qui présentent de superbes exemples du rhotacisme érétrien : le décret en l’honneur d’Hègélochos de Tarente qui, en 411, avait aidé les Érétriens à se libérer du joug athénien, IG XII 9, 187A (ἐπιδημέωριν, συνελευθερώραντι), celui en l’honneur d’Héracleitos de Tarente de peu postérieur, 187B (σίτηριν, τοῖς παιρίν) et, de la même main que le premier, le texte de la convention entre Érétrie et Histiaia, IG XII 9, 188 (παραβαίνωριν, ἀρχὰς ὀμνυούρας) dont un exemplaire doit être exposé dans le sanctuaire d’Artémis à Amarynthos (au locatif Ἀμαρυνθοῖ) et un autre dans le sanctuaire de Zeus au cap Κηναῖον, au nord-ouest de l’Eubée.

8Nous avons achevé l’année en étudiant la loi sacrée sur l’organisation des Artémisia, Sokolowski, LSCG 92, en remettant à l’année suivante la loi sur la tyrannie publiée par D. Knœpfler, BCH 2001 et 2002. Cette loi, promulguée après que les Athéniens eurent débarrassé Érétrie du tyran à la solde des Macédoniens, est importante car, comme nul autre texte, elle nous livre par le menu les modalités de l’instauration d’un concours musical, le nom des différents types d’artistes, les prix afférents et, plus généralement, les modalités de l’organisation de la grande et longue procession qui va d’Érétrie à Amarynthos, à 11 km à l’est, lieu du sanctuaire d’Artémis. Outre son intérêt pour l’histoire religieuse, ce texte est important pour l’histoire du dialecte : il présente en effet les dernières manifestations du rhotacisme érétrien dans le lexique, alors que le phénomène à titre d’archaïsme apparaît encore dans l’onomastique au siècle suivant. Nous avons aussi discuté longuement la ligne 7 du texte où il est dit que la cité devait fournir ἄρνας τεῖ πρὸ τῶν Ἀρτεμιρίων πέντε ἡμέρας, τούτων δὲ δύο ἐγκρίτους εἶναι, segment de phrase dont la difficulté n’a guère été remarquée (ignorée en particulier chez Rhodes-Osborne, GHI 404-323, no 73) : comme il est hors de question d’admettre deux compléments de temps, nous suivrions volontiers D. Knœpfler (Catalogue Eretria p. 227-231) qui supposait que figurait ici l’adjectif ἥμερος à l’accusatif pluriel au sens de « apprivoisés », c’est à dire figurant déjà dans le cheptel de la déesse. Certes, encore faut-il admettre que l’accusatif féminin pluriel en apposition à ἄρνας « agneaux », à l’accusatif masculin pluriel, renvoie implicitement à de jeunes brebis désignées globalement par le masculin. Face à cette réelle difficulté, faudrait-il aller jusqu’à proposer une violente correction du texte qui impliquerait une permutation des deux derniers mots ainsi qu’une faute dans la désinence : ἄρνας τεῖ πρὸ τῶν Ἀρτεμιρίων ἡμέρ<ει> πέντε, ? Le problème n’est pas résolu.

9Nous avons fait un excursus dans le nord de l’Eubée pour étudier la dédicace d’un Hermès par Képhalôn, CEG 785 = 322a. Nous avons remarqué que, dans ce texte truffé de références homériques, l’adjectif rarissime ποσσίκροτος « (sanctuaire) qui retentit du fracas des coups de pieds (des danseurs) » ne se retrouvait qu’à titre de qualificatif de la cité arcadienne de Tégée chez Hérodote I 66 dans un oracle : il doit s’agir là d’un vieux terme emprunté plus à la lyrique chorale qu’à l’Épopée.

Autres inscriptions ioniennes

10En triant de vieux papiers d’Olivier Masson, nous avons découvert un projet d’article sur la dédicace archaïque samienne, désormais IG XII 6, 2, 561. Nous avons définitivement admis que la forme verbale ἔπρησεν ne pouvait être que l’aoriste de πίμπρημι : il doit s’agir de la consumation d’une fraction du butin sur l’autel d’Héra, déesse topique dédicataire de cette consécration. Le butin est ici désigné par le terme strictement samien σύλη (F. Gr. Hist. 544, F. 3) ; or nous savons par Hérodote, III 39, que le nom inconnu par ailleurs de l’un des petits-fils du dédicant était Συλοσῶν que l’on pourrait traduire par « celui qui sauvegarde le butin acquis par des actes de piraterie maritime ». Nous nous sommes aussi intéressés à l’onomastique de cette dédicace puisque, Hérodote mentionne explicitement la famille des tyrans de Samos à la fin du vie siècle : on peut désormais reconstituer grâce à l’épigraphie quatre générations de ces dynastes locaux dont le plus célèbre était Polycrate. Nous sommes en revanche restés très circonspects sur le sens de l’expression κατὰ τὴν ἐπίστασιν qui figure en fin de texte. K. Hallof la traduit vraisemblablement avec raison par « ex iussu Iunonis », mais ce sens de ἐπίστασις reste très isolé.

11À la faveur de la publication par A. V. Belousov et S. Y. Saprikyn, dans la ZPE 185 (2013), 153-160, d’une lettre de la cité pontique d’Hermonassa des années 400 a.C., nous avons relu un certain nombre de documents sur plomb du Pont où le dialecte ionien apparaît dans sa naïveté originelle. Nous constatons l’érosion des diphtongues finale dans ἐπιστέλλε, ἐνθαυτο(ῖ) et dans πυνθάνομα. Avec notre disciple Éric Lhôte nous avons préféré traduire δίαιταν κακῶν par « arbitrage de gredins » plutôt que par « conduite de voyous » en nous fondant sur le sens de διαιτήτης « arbitre ». Nous avons aussi remarqué que la postposition χάριν pouvait dans le syntagme Μάνδρō χάριν avoir le sens de « grâce à » qui, en dépit de l’étymologie, est très rare. Nous avons aussi montré, en nous fondant sur le bel article de Madalina Dana, REA 109 (2007) 67-97, et sur nos IGDOP 23-26, que ces lettres de détresse présentaient un formulaire qui leur était propre qui est le gage d’une alphabétisation précoce dans ces régions pourtant périphériques.

Inscriptions non ioniennes

12À titre de récréation dialectologique nous avons repris l’étude de la stèle de Cos qui enregistre l’acceptation par cinq cités péloponnésiennes de l’asylie du sanctuaire d’Asclépios dans la seconde moitié du iiie siècle, IG XII 4, 215. On a mis en relief le « laconisme » remarquable du décret des Lacédémoniens et, à l’inverse, la prolixité du texte des Messéniens. Même si des erreurs aisément décelables imputables au graveur coen se sont parfois glissées dans cette transcription de décrets originaux, nous avons là un panorama très évocateur de la variété dialectale dans le Péloponnèse hellénistique.

  • 2 Voir ce caractère dans le fac-similé joint au format Pdf.

13Nous ne pouvions pas ne pas commenter la belle publication par K. Hallof, K. Hermann et S. Prignitz, dans la revue Chiron 42 (2012), p. 213-225, de la dédicace et de la signature qui figurent sur une base d’Olympie supportant une plaque de bronze sur laquelle était érigée une statue de la seconde pointé du vie siècle dont il ne reste que le pied droit et le talon gauche. D’une façon remarquable mais attendue la dédicace des Byzantins rédigée en alphabet mégarien est accompagnée de la signature du bronzier éginète Πελανίδας dans l’alphabet éginétique. Outre que ce texte nous fait connaître un autre membre de l’école des bronziers d’Égine, la dédicace nous fourni le premier exemple épigraphique de l’usage du bèta mégarien dans la colonie de Byzance où seules les monnaies présentaient jusqu’ici ce signe au ductus curieux2. Non moins intéressante dans cette dédicace est l’expression de la nature de cette offrande : ἀϙροθίνιον τᾶλαίας qu’il faut comprendre comme τᾶλ λαίας < τᾶς λαίας « prémices du butin » : la statue a donc été coulée avec le bronze des armes prises à l’ennemi (inconnu).

14Nous avons commenté également l›inscription béotienne publiée récemment par l’un des auditeurs de la conférence, Y. Kalliontzis, en compagnie de N. Papazarkadas, dans la ZPE 183 (2013), p. 165-171. Il s’agit d’une inscription de deux lignes des années 400 gravée sur le haut de la face principale d’une haute borne. Il est question des Tritopatreis d’un certain Arneiôn fils de Péripontas. La mise en relation du nom Arneiôn avec la patrie thessalienne des Béotien Arnè pose de gros problèmes d’ordre étymologique puisque le nom de cette cité connue par le Catalogue des Vaisseaux, Il. 2, 507, comportait un digamma initial que l’on attendrait bien évidemment en béotien à cette époque. Enfin il est très tentant de mettre le patronyme Περιπόντας en relation avec le nom Περιπόλτας du devin qui accompagna le roi des Béotiens de Thessalie à Thèbes selon Plutarque, Cimon, 1. Nous avons proposé de voir dans la forme à nasale intérieure une variante du type *φίλτος > ϕίντος : la forme épigraphique aurait conservé la variante dialectale, tandis que la forme littéraire aurait conservé la variante ancienne qui procède d’un renouvellement d’un ancien -πολος en πόλτας du type de -φονος / -φόντας.

15Le séminaire a accueilli deux brillants exposés : celui de Gérard Genevrois sur la célèbre loi de Dréros en Crète sur la non itération du cosmat et celui d’Éric Lhôte sur les tablettes de Dodone récemment publiées par la Société archéologique d’Athènes.

Haut de page

Notes

1 Voir ce caractère dans le fac-similé joint au format Pdf.

2 Voir ce caractère dans le fac-similé joint au format Pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dubois, « Philologie et dialectologie grecques », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015, 54-58.

Référence électronique

Laurent Dubois, « Philologie et dialectologie grecques », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 146 | 2015, mis en ligne le 29 septembre 2015, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1695

Haut de page

Auteur

M. Laurent Dubois

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals