Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Histoire et philologie des temps ...Histoire et conscience historique...

Histoire et philologie des temps médiévaux

Histoire et conscience historique des pays russes

Conférences de l’année 2013-2014
Pierre Gonneau
p. 179-185

Résumé

Programme de l’année 2013-2014 : I. Novgorod : études historiques, archéologiques et philologiques. — II. Diplomatique russe : les actes les plus anciens de l’espace slave oriental (XIIe-XIVe s.). — III. Questions diverses.

Haut de page

Texte intégral

I. Novgorod : études historiques, archéologiques et philologiques

  • 1 Dans les notes L = Leningrad, M. = Moscou, Pg. = Petrograd, SPb. = Saint-Pétersbourg.
  • 2 Novgorodskaja pervaja letopis’ staršego i mladšego izvodov, éd. A. N. Nasonov, M.-L., 1950. Cette é (...)
  • 3 Pour faciliter la lecture de ce rapport, nous donnons la chronologie en style de l’Incarnation, alo (...)
  • 4 E. G. Bobrov, Novgorodskie letopisi XV veka, SPb., 2001, p. 67-70.
  • 5 E.G. Bobrov, op. cit., p. 66.

1Il a été tenté une présentation synthétique des principales annales qui sont rattachées à la tradition de Novgorod. Cette tâche est loin d’être aisée, car les spécialistes ont élaboré des hypothèses assez différentes, tant pour ce qui concerne la filiation des textes que pour leur datation. Les chroniques considérées comme novgorodiennes ont été publiées dès le xixe siècle, notamment dans le cadre de la Collection complète des chroniques russes1, et ont alors reçu un numéro d’ordre, mais seule la Première chronique de Novgorod justifie pleinement son nom. Toutefois, ces appellation quelque peu périmées ont été conservées, afin d’éviter la confusion en changeant la numérotation. La Première chronique de Novgorod (N1L) est connue sous deux versions2. L’ancienne (N1Lstar), représentée par un manuscrit incomplet des xiiie-xive siècles, comprend une première section, conduite jusqu’en 12343. On y reconnaît la main de Timofej (Timothée), sacristain de l’église Saint-Jacques du quartier du Commun de Novgorod (Ljudin konec). La deuxième partie poursuit l’exposé jusque dans les années 1330-1339, avec des ajouts poussant aux années cinquante du xive siècle. La version récente (N1Lmlad) est poursuivie jusqu’en 1446 et dotée de listes généalogiques et d’une série de textes juridiques qui encadrent le récit annalistique4. Celui-ci se distingue sur plusieurs points du Récit des temps passés (Povest’ vremennyx let = PVL), composé à Kiev vers 1110-1117, et qui s’est imposé comme une sorte de Vulgate de l’histoire ancienne de la Rus’ dans les autres familles de chroniques. N1Lmlad comporte une courte préface, entame la chronologie en 6362/854 et non en 6360/852. Le prince Oleg, qui règne entre Rjurik et Igor’, y est qualifié de « capitaine » (voevoda) de Rjurik et non de « parent ». NPLmlad ne reproduit pas les textes des traités byzantino-russes de 907, 911 et 944, passe sur le récit de la traduction des livres saints en langue slave (6406/894 dans PVL) et sur les extraits de la chronique byzantine de Georges Hamartole5. On identifie ainsi, grâce à la N1L, un premier nœud historiographique, attestant la tenue d’annales à Novgorod dès le xiiie siècle et jusqu’au milieu du xve, avec trois grandes étapes de rédaction : vers 1235, 1340 et 1440-1450.

  • 6 Ja.S. Lur’e, « Genealogičeskaja sxema letopisej XI – XVI vv., vključennyx v Slovar’ knižnikov i kni (...)
  • 7 1448 est la date de l’élection, par un collège restreint d’évêques, du premier métropolite russe au (...)
  • 8 Ce nom de Sainte-Sophie a été donné par les spécialistes en référence à la cathédrale de Novgorod, (...)

2Le deuxième nœud ne dépend pas uniquement des ressources locales. Ja.S. Lur’e6 et plusieurs de ses collègues ont supposé une compilation panrusse, rédigée vers 14487, dont les informations auraient été reprises et enrichies pendant un siècle dans deux familles de textes liées à Novgorod. La Quatrième chronique de Novgorod (N4L) est connue sous plusieurs versions entre le milieu du xve siècle et 1539. Parallèlement, la Première (S1L) et la Seconde chronique de Sainte Sophie (S2L) sont élaborées entre 1418 et 15348. L’interaction entre les deux familles et entre les manuscrits se rattachant à N4L est complexe. Du prototype de la compilation de 1448, identifié comme (M) dans le stemma codicum proposé par Ja.S. Lur’e, proviendraient la version ancienne de S1L et le prototype commun (N) de N4L et de sa sœur aînée, connue comme Chronique novgorodienne de Karamzin (NK).

  • 9 SKKDR.2.2, p. 54-55 ; E. G. Bobrov, p. 93-110, 115-122. Publication : PSRL, t. 42.

3Récemment, E. G. Bobrov a repris l’étude des chroniques de Novgorod au xve siècle et proposé d’importantes corrections à ce schéma. NK est connue par un seul manuscrit, divisé en deux sections chronologiques parallèles (NK1 et NK2). Elle est la première tentative de réunir la tradition annalistique de Novgorod et la tradition « panrusse »9. Ce rapprochement a été opéré par un moine novgorodien, Barlaam de l’abbaye du Mont-du-Renard (Lisič’ja gora), qui a séjourné, fin 1411-début 1412, au monastère de la Trinité Saint-Serge, voisin de Moscou. Il compose alors NK1. Peu de temps après, ce texte sert de base à la « compilation du métropolite Photius », rédigée en 1418-1419, qui est à son tour la source de S1L et N4L.

  • 10 SKKDR.2.2, p. 51-52 ; E. G. Bobrov, p. 167-200. Publication : PSRL, t. 4 (1848), 2e éd., 1915-1925.
  • 11 E. G. Bobrov, p. 215.

4La Quatrième chronique de Novgorod est connue par dix manuscrits. Il ne s’agit pas d’annales, tenues au fil des ans, mais d’une véritable compilation, résultat du travail d’un ou plusieurs rédacteurs, sous la houlette de l’archevêque Euthyme II (1429-1458). Ils procèdent à la refonte de NK1, NK2, N1Lmlad10. On distingue, une fois encore une version ancienne (N4Lstar) et une version récente (N4Lmlad). La première se termine en 1437, sur le récit du voyage d’Euthyme II à Moscou, auprès du métropolite Isidore. La seconde s’arrête dix ans plus tard, au moment où le grand-prince de Moscou, Vasilij II, revient sur son abdication forcée et entreprend de reprendre son trône. Ces deux événements marquent des ruptures fortes dans la vie religieuse et politique russe. En 1437, Isidore s’apprête à se rendre à Florence, pour y souscrire à l’union avec l’Église romaine. Cette ligne est désapprouvée par Euthyme qui sera l’un des artisans du refus de l’Union de Florence. La guerre dynastique moscovite, finalement remportée par Vasilij II, pousse Euthyme à exalter davantage les traditions proprement novgorodiennes. C’est donc entre 1411 et 1447 que sont composées les œuvres les plus significatives de la tradition novgorodienne : N1Lml, NK1, NK2, N4L11.

  • 12 SKKDR.2.2, p. 55-56 ; E. G. Bobrov, p. 218-223. Publication : PSRL, t. 4, č.2, vyp.1, Pg., 1917.
  • 13 SKKDR.2.1, p. 5-6 ; E. G. Bobrov, p. 229-233. Publication : PSRL, t. 16, SPb., 1889.
  • 14 Le récit novgorodien sur la campagne de 1471 est aussi publié à part dans Pamjatniki literatury Dre (...)
  • 15 PSRL, t. 37, p. 94 ; E. G. Bobrov, p. 240.
  • 16 SKKDR.2.2, p. 52-54. Publication : PSRL, t. 43.

5Il existe malgré tout une suite, ou un épilogue. La Cinquième chronique de Novgorod (N5L), dite aussi Chronographe de Novgorod, reprend pour sa première partie la Quatrième, qu’elle complète à partir de 1447, avant tout par des emprunts à l’historiographie moscovite12. De leur côté, les continuations de N4 sont très succinctes pour les années 1449 à 1470. C’est ailleurs qu’il faut chercher la trace des annales épiscopales novgorodiennes. Elle s’est conservée dans la Chronique d’Avraamka, contenue dans un recueil copié à Smolensk en 1495, qui contient une riche section novgorodienne, précisément pour les années 1447-146913. On trouve ensuite des informations sur les années 1470-1476, début de l’épiscopat de Théophile, dernier prélat de Novgorod avant son annexion par Moscou, dans les manuscrits du Synode et de Stroev de N4L. Ils donnent en particulier la version novgorodienne du récit de la campagne menée contre la cité par Ivan III de Moscou en 147114. Après 1476, la seule trace de l’historiographie novgorodienne indépendante est un fragment de notice de l’an 1477, conservé dans la Chronique d’Ustjug15. La tradition de la Quatrième chronique est renouvelée au début du xvie siècle, dans l’entourage de l’archevêque Macaire, prélat loyal envers Moscou, qui fait mettre à jour le texte jusqu’en 1539. C’est le manuscrit dit Dubrovskij (N4L Dubr)16.

  • 17 SKKDR.2.2, p. 51. Publication : PSRL, t. 3 (1841), p. 121-174 ; NL, p. 1-122 ; PSRL, t. 30, p. 147- (...)

6La troisième vague d’historiographie novgorodienne commence, semble-t-il, vers 1572. Cette période suit de près le sac de la ville par Ivan le Terrible (janvier 1570), puis l’établissement temporaire du tsar dans la cité lorsqu’il est menacé par les Tatars de Crimée qui ont dévasté Moscou (mai 1571 – été 1572). Le texte appelé Deuxième chronique de Novgorod expose brièvement les événements survenus depuis 911. Sa partie la plus riche se rapporte aux années 1568 à 1572, mais les entrées sont souvent dans un grand désordre chronologique qui ne facilite pas leur lecture17. Il y est fait aussi allusion à des annales inconnues par ailleurs, celles de l’abbaye locale de la Nativité sur le mont au Renard (Lis’ja gora, d’où Lisickij letopisec) qui dateraient du xve siècle et dont quelques extraits sont copiés.

  • 18 SKKDR.3.2, p. 292-295. Publication : Rossijskaja letopis’ po spisku sofejskomu Velikogo Novagrada…, (...)
  • 19 SKKDR.2.2, p. 274-277. Publication d’après la Troisième chronique de Novgorod : PSRL, t. 3 (1841), (...)

7Un peu plus tard, probablement vers 1589, date à laquelle l’archevêché de Novgorod est élevé au rang de métropole, commence le travail sur la Chronique novgorodienne d’Uvarov (NUvL)18. Le gros de la rédaction s’achève en 1606, mais des ajouts sont faits sporadiquement jusqu’en 1646. Un grand nombre d’entrées à partir du xvie siècle concernent spécifiquement la vie de Novgorod. La Chronique novgorodienne d’Uvarov est la première à copier le Récit sur l’anéantissement de Novgorod par Ivan le Terrible, décrivant les événements de 1570 sous un jour très réaliste et dont on date la composition de 1584-1599 (dans les années suivant le décès du tsar, ordonnateur de ces massacres)19.

  • 20 SKKDR.3.2, p. 290-291. Publication partielle dans les Novgorodskie gubernskie vedomosti de 1849-185 (...)
  • 21 SKKDR.3.2, p. 287-289. Publication : PSRL, t. 3 (1841), p. 205-305. Il n’est pas impossible que cet (...)
  • 22 SKKDR.3.2., p. 289-290. Publication partielle, M. N. Tixomirov, Russkoe letopisanie, M., 1979, p. 2 (...)
  • 23 SKKDR.3.2, p. 291-292. Inédit.

8On observe un fort regain d’activité dans les vingt dernières années du xviie siècle. La Chronique novgorodienne du monastère de la Molotkova (NML), compilée vers 1680, été perdue, mais nous est connue par une publication du xixe siècle20. Centrée sur la vie d’un couvent de femmes, peut-être écrite par une nonne, elle raconte aussi dix miracles survenus peu avant 1570 (et donc compris comme un avertissement de l’assaut qu’allait donner Ivan le Terrible). La Troisième chronique de Novgorod (N3L), dont on distingue deux rédactions, date des années 1682-1690, ou 1692-1696. Elle a pu être attribuée à l’initiative du métropolite Joachim, devenu en 1674 patriarche de l’Église russe, ou de deux frères, Nikifor et Maksim Kletkin21. Ce bouquet final est enrichi par la Chronique novgorodienne de Zabelin (NZabL)22, rédigée vers 1692, à partir de la NUvL, et qui sert de source à la Chronique novgorodienne de Pogodin (NPogL) que l’on peut dater de la fin du xviie siècle ou du début du xviiie23. Complétée jusqu’en 1716, elle est le dernier produit de l’historiographie locale.

9La fin de l’année a été consacrée à une première approche du plus ancien code de droit pénal russe, associé par la tradition à Novgorod, la Justice russe (Pravda russkaja), compilation des xie-xiiie siècles. Au cours d’une première lecture de la version courte, on a tenté un rapprochement avec la Loi des Gotlandais (Gutalagen) que l’on date des années 1207-1225. Une traduction française de ce dernier texte a été proposée par Mme Maud Barrand, auditrice de la conférence depuis de longues années. Ces travaux d’approche étaient liés à la deuxième question au programme, l’étude de la diplomatique russe. Il semble intéressant, en effet, d’envisager globalement les textes normatifs concernant l’espace d’échange parcouru par les Rus’, qui va du Gotland à Constantinople, en passant notamment par Novgorod et Smolensk, places fortes du commerce russe où séjournent régulièrement des « Allemands » et des « Latins ».

II. Diplomatique russe : les actes les plus anciens de l’espace slave oriental (XIIe-XIVe s.).

10La question a été mise au programme, en premier lieu en hommage à Vladimir Vodoff, détenteur de la chaire d’histoire et philologie russes à la section des Sciences historiques et philologiques l’EPHE de 1972 à 2001. Sa thèse de doctorat d’État, soutenue sur l’ensemble de ses travaux le 3 juin 1985, s’intitulait « Principautés russes et diplomatique princière (xe-xvie siècles) » et comprenait un mémoire inédit de 770 pages qui a pour titre « Naissance de l’acte princier russe (des origines à la fin du xive siècle) ». Par ailleurs, cette année a coïncidé avec la relance d’un projet d’édition en fac-similé des plus anciennes chartes russes auquel V. Vodoff avait participé en son temps. Sous sa forme actuelle, il s’agit de créer une Series Rossica dans le cadre de la collection Monumenta Palaeographica Medii Aevi où sont déjà parus de nombreux volumes concernant la paléographie latine ou grecque. Une petite équipe franco-russo-lettone a été mise sur pied à cet effet, autour du célèbre spécialiste de la diplomatique russe S. M. Kaštanov (à Moscou), de A. M. Kuznecov et A. S. Ivanov (à Daugavpils), d’A. Lavrov et P. Gonneau (à Paris). La Series Rossica, comme ses sœurs aînées, se propose d’établir une sélection de documents représentatifs, d’en publier des photographies numériques aux dimensions réelles, accompagnées de commentaires paléographiques, diplomatiques et historiques, ainsi que d’une traduction française. Ces commentaires donneront une synthèse des acquis des travaux codicologiques et historiques conduits depuis plus de deux siècles afin d’établir de façon aussi ferme que possible la datation des documents, l’identification des lieux et personnes mentionnées, la lecture du texte.

  • 24 L’étude française de référence demeure I. Sorlin, « Les Traités de Byzance avec la Russie au xe siè (...)

11Les documents diplomatiques les plus anciens dont on conserve précisément la trace sont les versions russes des traités conclus entre les Rus’ et l’empereur byzantin, en 907, 911, 944 et 971. Reconnus comme authentiques, ils ont toutefois une tradition très particulière24. Non seulement les originaux grecs ont disparu et il n’en subsiste aucune copie, mais la traduction en vieux russe est difficile à dater. En effet, ces textes ne sont conservés ni en copies individuelles, ni dans des cartulaires ou des registres, mais sous forme d’insert dans les nombreux manuscrits du Récit des temps passés, dont le plus ancien date de 1377. Il est clair que les traités avaient été conçus et rédigés par la partie grecque et témoignent, indirectement, de la diplomatique byzantine d’avant l’an mille. Toutefois, leurs dispositions pratiques reflètent les usages bilatéraux en vigueur. Ils accordent une très grande attention à la libre circulation des marchands et des marchandises, au règlement des cas de meurtre, coups, vol (par la loi du talion ou par un système de compensation), au paiement des dettes, à la dévolution des successions, à la poursuite des esclaves fugitifs et au rachat des captifs. Toutes ces dispositions ou presque survivent largement au xe siècle et se retrouvent souvent peu modifiées dans les traités de commerce que Smolensk et Novgorod vont signer avec les villes hanséatiques et le Gotland au xiiie siècle.

  • 25 Duxovnye i dogovornye gramoty velikix i udel’nyx knjazej XIV-XV vv., M.-L., 1950, no 12.

12Si l’on s’en tient aux seuls documents originaux, ou aux copies contemporaines émanant des autorités de la Rus’, en éliminant les actes étrangers, les codes de loi qui sont conservés dans des manuscrits juridiques tardifs, ainsi que les paraphrases de traités insérées dans les chroniques, le corpus des chartes les plus anciennes est de 76 pièces. La première date de 1130 environ. Fixer un terminus post quem est, forcément, arbitraire. La date de 1389 a été retenue parce qu’elle correspond à la rédaction du testament du prince de Moscou et grand-prince de Vladimir, Dmitrij Ivanovič Donskoj25. Or ce texte marque un tournant dans la vie politique des pays russes. En effet, Dmitrij ne se contente pas de léguer à ses fils les territoires dont il a lui-même hérité, mais il transmet à l’aîné, comme une terre patrimoniale (votčina), la grande-principauté de Vladimir qui jusque-là était attribuée par le khan mongol de la Horde d’Or au prince russe qu’il comptait favoriser. On assiste donc à la création d’une grande-principauté héréditaire de Moscou-Vladimir qui entame dès lors ce qu’on a appelé le « rassemblement des terres russes ».

13Après un rappel des notions essentielles de la diplomatique, la définition des critères de sélection de la Series Rossica, plusieurs séances ont été consacrées à une analyse des traités byzantino-russes, bien qu’ils ne soient pas retenus dans le corpus. Mais, comme on l’a vu, il est prévu au cours de l’année suivante, de procéder à un rapprochement global avec les autres textes normatifs de l’aire allant de la Baltique à la mer Noire. Les séances restantes ont permis d’aborder les premiers documents russes.

  • 26 Gramoty velikogo Novgoroda i Pskova, éd. S.N. Valk, M.-L., 1949, no 81 [ci-après GVNP]. Cette éditi (...)
  • 27 GVNP, nos 79, 80, 82.
  • 28 V. L. Janin, Aktovye pečati Drevnej Rusi, t. 2, M., 1970, p. 16-21.

14Le plus ancien est une donation-privilège sur parchemin, que l’on peut dater de 1130, établie par le prince Mstislav de Kiev et son fils Vsevolod de Novgorod au bénéfice du monastère Saint-Georges de Novgorod26. On lui associe traditionnellement trois autres chartes, datées de 1134, mais qui ne subsistent plus que sous forme de publication dans des éditions du xixe siècle27. La rédaction de l’acte de 1130 est subjective, à la première personne du singulier. Mstislav, père de Vsevolod, qu’il a lui-même installé à Novgorod lorsqu’il a quitté la ville pour aller régner à Kiev, mande à son fils d’exécuter la première partie de la donation. Le dispositif est exprimé au parfait : « voici que moi…, j’ai mandé à mon fils Vsevolod de donner » (se az’’, povelěl’’ esm’ synu svoemu Vsevolodu otdati). Des clauses comminatoires avertissent ceux qui contesteront la cession qu’ils s’exposent au châtiment céleste, devant Dieu, sa Mère et saint Georges. Puis suit la concession d’un revenu fiscal. Dans un troisième temps, Vsevolod donne en son nom propre un plat d’argent à l’abbaye, renouvelant les clauses comminatoires de son père. Le sceau que l’on a longtemps considéré comme celui du privilège est probablement celui de Jaroslav Vsevolodovič († 1246), père d’Aleksandr Nevskij28.

  • 29 GVNP, no 104. Nouvelle publication avec des lectures modifiées dans A. A. Zaliznjak, Drevnenovgorod (...)
  • 30 Sur ces textes et leur statut, V. Vodoff, « Les Documents sur écorce de bouleau de Novgorod », Jour (...)
  • 31 R. E. F. Smith, The Enserfment of Russian Peasantry, Cambridge, 1968, p. 29-30 ; V. L. Janin, Novgo (...)

15La donation du moine Barlaam à sa propre fondation, le monastère du Sauveur à Xutyn’, au nord de Novgorod est le plus ancien acte privé russe et l’un des plus atypiques29. Cet original sur parchemin, daté des années 1192-1210, se compose en fait de deux parties très distinctes du point de vue linguistique. La première est en pur dialecte de Novgorod et sa phraséologie est quasiment celle des documents sur écorces de bouleau30. La seconde, plus courte, est une sorte de résumé de l’acte en vieux russe standard, teinté de quelques slavonismes31. L’examen d’une carte détaillée des environs de Novgorod permet de voir que les toponymes évoqués dans la charte existent pour la plupart toujours, au nord de la cité.

  • 32 Pamjatniki russkogo prava. T.2. Pamjatniki prava feodal’no-razdroblennoj Rusi XII – XV vv., M., 195 (...)

16Enfin, une première lecture du traité de 1229 entre le prince de Smolensk, Mstislav Davydovič, Riga et le Gotland a été faite. L’édition utilisée privilégiait les versions A et D32. Il est prévu de revenir l’an prochain sur cet important document, qualifié par ses propres rédacteurs de « Justice » (Pravda), c’est-à-dire de véritable code. De fait, il s’agit à la fois d’un code de procédure, d’un wergeld réglant les pénalités qui rachètent chaque délit et d’un traité de libre circulation par lequel chacun des partenaires confère à l’autre le statut de nation la plus favorisée.

III. Questions diverses

17Plusieurs étudiants de master ont présenté l’état de leurs travaux. Le 12 février 2014, M. Viacheslav Chernov a évoqué le développement de la pensée d’Olivier Clément qui, né en France dans un milieu laïc, s’est converti à l’orthodoxie et a rejoint l’Église russe du patriarcat de Moscou, devenant l’un des acteurs du mouvement œcuménique et l’un des meilleurs spécialistes de la théologie orthodoxe. Le 9 avril, M. Victor Smirnov a fait une présentation critique du livre de David Goldfrank, Nil Sorsky, the Authentic Writings, Kalamazoo, 2008, ouvrage qui permet de poser les problèmes méthodologiques d’établissement du corpus d’un fameux maître ascète russe du xve siècle, dans le cadre de la « tradition ouverte » telle qu’elle se pratiquait en Russie. Le 14 mai, M. Ion Dimitrov a traité de l’idée de l’Éros et de la créativité chez les penseurs orthodoxes russes de la première moitié du xxe siècle. Le 21 mai, Mlle Isabelle Vallotton a donné un compte rendu détaillé et illustré de photographies personnelles sur les fouilles archéologiques réalisées à Novgorod en 2012 et 2013 et sur les écorces de bouleau découvertes au cours de ces deux campagnes.

Haut de page

Notes

1 Dans les notes L = Leningrad, M. = Moscou, Pg. = Petrograd, SPb. = Saint-Pétersbourg.

Polnoe sobranie russkix letopisej, SPb. ; L. ; Pg. ; M., 1841–> = PSRL. La première édition du t. 3 (1841) rassemblait les textes identifiés comme Première, Deuxième et Troisième chroniques de Novgorod. La Deuxième et la Troisième ont été republiées seules, Novgorodskie letopisi, tak nazyvaemye Novgorodskaja vtoraja i Novgorodskaja tret’ja letopisi, SPb., 1879 = NL. Pour une introduction générale, V. Vodoff, « L’historiographie dans la Russie ancienne », dans Histoire de la littérature russe, t. 1. Des origines aux Lumières, Paris, 1992, p. 194-207. En russe, le répertoire de référence, fournissant une notice de chaque texte, avec bibliographie, est Slovar’ knižnikov i knižnosti Drevnej Rusi, L. [puis] SPb., 1987-2012, 8 vol. = SKKDR. [1] XI-pervaja polovina XIV v. [2] Vtoraja polovina XIV-XVI v., 1988-2012, 3 vol. [3] XVII v., 1992-2004, 4 vol. 

2 Novgorodskaja pervaja letopis’ staršego i mladšego izvodov, éd. A. N. Nasonov, M.-L., 1950. Cette édition, qui fait autorité, a d’abord été publiée hors PSRL. Mais sa dernière réimpression constitue désormais le t. 3 du PSRL (2000). SKKDR. 1, p. 245-247.

3 Pour faciliter la lecture de ce rapport, nous donnons la chronologie en style de l’Incarnation, alors que les chroniques russes calculent en années du monde.

4 E. G. Bobrov, Novgorodskie letopisi XV veka, SPb., 2001, p. 67-70.

5 E.G. Bobrov, op. cit., p. 66.

6 Ja.S. Lur’e, « Genealogičeskaja sxema letopisej XI – XVI vv., vključennyx v Slovar’ knižnikov i knižnosti Drevnej Rusi », Trudy Otdela Drevne-Russkoj Literatury, 40 (1985), p. 190-205.

7 1448 est la date de l’élection, par un collège restreint d’évêques, du premier métropolite russe autocéphale, Jonas.

8 Ce nom de Sainte-Sophie a été donné par les spécialistes en référence à la cathédrale de Novgorod, mais le texte n’est plus considéré comme des annales de la chaire épiscopale novgorodienne.

9 SKKDR.2.2, p. 54-55 ; E. G. Bobrov, p. 93-110, 115-122. Publication : PSRL, t. 42.

10 SKKDR.2.2, p. 51-52 ; E. G. Bobrov, p. 167-200. Publication : PSRL, t. 4 (1848), 2e éd., 1915-1925.

11 E. G. Bobrov, p. 215.

12 SKKDR.2.2, p. 55-56 ; E. G. Bobrov, p. 218-223. Publication : PSRL, t. 4, č.2, vyp.1, Pg., 1917.

13 SKKDR.2.1, p. 5-6 ; E. G. Bobrov, p. 229-233. Publication : PSRL, t. 16, SPb., 1889.

14 Le récit novgorodien sur la campagne de 1471 est aussi publié à part dans Pamjatniki literatury Drevnej Rusi. [T. 5] Vtoraja polovina XV veka, M., 1982, p. 404-409, à la suite de la version moscovite (p. 376-403). Il est étudié, avec les autres sources de cet épisode, dans Ja.S. Lur’e, Dve istorii Rusi XV veka, Paris ; SPb., 1994, p. 123-143.

15 PSRL, t. 37, p. 94 ; E. G. Bobrov, p. 240.

16 SKKDR.2.2, p. 52-54. Publication : PSRL, t. 43.

17 SKKDR.2.2, p. 51. Publication : PSRL, t. 3 (1841), p. 121-174 ; NL, p. 1-122 ; PSRL, t. 30, p. 147-205.

18 SKKDR.3.2, p. 292-295. Publication : Rossijskaja letopis’ po spisku sofejskomu Velikogo Novagrada…, SPb., 1795, č.1.

19 SKKDR.2.2, p. 274-277. Publication d’après la Troisième chronique de Novgorod : PSRL, t. 3 (1841), p. 254-262 ; NL, p. 337-345, 393-404.

20 SKKDR.3.2, p. 290-291. Publication partielle dans les Novgorodskie gubernskie vedomosti de 1849-1850.

21 SKKDR.3.2, p. 287-289. Publication : PSRL, t. 3 (1841), p. 205-305. Il n’est pas impossible que cette chronique ait un lien avec la pseudo-chronique de Joachim à laquelle l’historien du xviiie siècle V. N. Tatiščev fait référence pour appuyer certaines de ses affirmations, voir à ce sujet A. Lavrov, « Vasilij Tatiščev, “Mabillon russe” ou mystificateur ? : la Chronique de Joachim dans l’Histoire de Russie (v. 1748-1750) », dans Écrire et réécrire l’histoire russe, d’Ivan le Terrible à Vasilij Ključevskij, P. Gonneau, E. Rai (éd.), Paris, 2013, p. 77-88.

22 SKKDR.3.2., p. 289-290. Publication partielle, M. N. Tixomirov, Russkoe letopisanie, M., 1979, p. 276-323.

23 SKKDR.3.2, p. 291-292. Inédit.

24 L’étude française de référence demeure I. Sorlin, « Les Traités de Byzance avec la Russie au xe siècle », Cahiers du monde russe et soviétique, 2 (1961), p. 313-360 et 447-475.

25 Duxovnye i dogovornye gramoty velikix i udel’nyx knjazej XIV-XV vv., M.-L., 1950, no 12.

26 Gramoty velikogo Novgoroda i Pskova, éd. S.N. Valk, M.-L., 1949, no 81 [ci-après GVNP]. Cette édition fait toujours référence, mais ses conclusions ont été souvent rectifiées, en particulier sur la datation des documents, V.L. Janin, Novgorodskie akty XII-XV vv. : xronologičeskij kommentarij, M., 1991.

27 GVNP, nos 79, 80, 82.

28 V. L. Janin, Aktovye pečati Drevnej Rusi, t. 2, M., 1970, p. 16-21.

29 GVNP, no 104. Nouvelle publication avec des lectures modifiées dans A. A. Zaliznjak, Drevnenovgorodskij dialekt, M., 1995, p. 374-377.

30 Sur ces textes et leur statut, V. Vodoff, « Les Documents sur écorce de bouleau de Novgorod », Journal des savants, 1966, p. 193-233, 1981, p. 229-281.

31 R. E. F. Smith, The Enserfment of Russian Peasantry, Cambridge, 1968, p. 29-30 ; V. L. Janin, Novgorodskie akty XII-XV vv. : xronologičeskij kommentarij, M., 1991, p. 207 ; A. A. Zaliznjak, V. L. Janin, « Vkladnaja gramota Varlaama Xutynskogo », Russian Linguistics, 16 (1992/1993), p. 185-202.

32 Pamjatniki russkogo prava. T.2. Pamjatniki prava feodal’no-razdroblennoj Rusi XII – XV vv., M., 1953, p. 57-71. L’édition publiant toutes les versions est Smolenskie gramoty XIII-XIV vv., éd. T. A. Sumnikova, V. V. Lopatin, M., 1963, p. 20-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gonneau, « Histoire et conscience historique des pays russes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015, 179-185.

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Histoire et conscience historique des pays russes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 146 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/1725 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.1725

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search