Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139Antiquité classiquePhilologie grecque

Antiquité classique

Philologie grecque

Brigitte Mondrain
p. 52-54

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : I. Histoire des livres, histoire des textes et histoire de la culture : étude de manuscrits scientifiques, historiques et théologiques. — II. Questions de paléographie et de codicologie.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I.Histoire des livres, histoire des textes et histoire de la culture : étude de manuscrits scientifiques, historiques et théologiques

1En prenant comme point de départ l’étude entreprise l’année précédente sur la question des interventions autographes des auteurs et les modalités de leur identification, aujourd’hui, dans les manuscrits byzantins, on a poursuivi l’analyse du riche dossier consacré à l’érudit Isaac Argyros. Ce savant de l’époque paléologue dont la période d’activité est à situer essentiellement dans le troisième quart du xive siècle est jusqu’à présent plutôt méconnu : son principal titre de gloire semble, quand on examine la littérature, le fait qu’il a été un disciple de Nicéphore Grégoras. Si l’on regarde un peu plus avant, on voit que sont associés à son nom avant tout quelques travaux scientifiques ponctuels, d’ampleur relativement peu développée, dans le domaine de l’astronomie – c’est un très bon connaisseur de Ptolémée, comme l’était Grégoras –, de l’arithmétique et de la géométrie. Il est connu aussi pour avoir écrit quelques scholies, surtout une longue scholie à la Géographie de Ptolémée, mise explicitement sous son nom dans les manuscrits. Il a d’autre part pris part à la controverse palamite qui agite cette époque, en appartenant, comme son maître Nicéphore Grégoras, au camp des anti-palamites et en écrivant trois brefs traités théologiques sur ces questions. Ces opuscules ont été étudiés par Giovanni Mercati qui, dans des travaux publiés en 1931 (Studi e testi 56), a mis en valeur que l’on avait peut-être la main d’Isaac Argyros dans des manuscrits vaticans contenant les traités en question ; de fait, on a pour ces textes des ratures, des modifications et des ajouts marginaux d’une écriture différente de celle du scribe et qu’il est bien tentant d’attribuer à la main même de l’auteur. Cette suggestion n’a guère donné lieu ensuite à d’autres développements, d’une part sans doute parce que la figure d’Isaac Argyros semblait n’avoir que peu de relief, d’autre part aussi parce que son écriture n’est en fait pas si aisée à reconnaître avec certitude dans d’autres contextes.

2On avait l’année passée, avant de tenter de donner plus d’« épaisseur » à cet érudit, insisté sur les difficultés qu’il y a à identifier avec certitude son écriture, parce qu’elle présente des caractéristiques très voisines de celles d’autres copistes qui ont, en particulier, travaillé également autour de Nicéphore Grégoras ; on avait ainsi souligné, en se fondant sur diverses confrontations, la nécessité d’une prudence toujours renouvelée avant d’effectuer une attribution qui pourrait se révéler ensuite fautive. Et l’on avait pu mettre finalement en évidence, en abordant l’étude sous l’angle paléographique, la présence de sa main dans plus d’une quinzaine de manuscrits. Il restait à s’attacher à une analyse non plus seulement paléographique mais aussi codicologique et surtout philologique et historique de plusieurs de ces témoins, de façon, d’une part, à mettre en valeur l’importance que la plupart d’entre eux ont au niveau de l’histoire des textes qu’ils transmettent et, d’autre part, à être en mesure de reconstituer les différentes facettes de l’activité d’Isaac Argyros. Car cet intellectuel délaissé jusqu’à présent par la recherche illustre à la perfection le rôle qu’ont pu avoir certains érudits de cette époque dans la lecture et l’édition des textes, classiques et moins classiques : la copie d’un texte se révèle dans bien des cas être effectivement bien plus qu’une copie, c’est à proprement parler la réalisation d’une édition qu’effectue le scribe. Les manuscrits dans lesquels Argyros intervient et qu’on a identifiés jusqu’à présent illustrent les champs d’intérêt les plus divers de la part de ce savant, ceux qu’on connaissait comme l’astronomie ou la théologie mais aussi ceux qui n’avaient encore jamais été mis en relation avec lui, telle la poésie au sens large, et plus précisément la métrique.

3Dans le cadre de cette présentation brève, on évoquera seulement quelques-uns des manuscrits qui ont été examinés, en les répartissant selon diverses catégories :

  • la première catégorie est celle des copies autographes ; dans le Vaticanus gr. 176 de la Géographie de Ptolémée se trouve en effet la grande scholie d’Argyros dont, il y a quelques années, W. Laue et G. Makris ont judicieusement proposé d’attribuer la copie à Argyros lui-même, sans mettre néanmoins en relation cette écriture avec celle sur laquelle G. Mercati avait attiré l’attention. Mais on peut donner un autre exemple dans le domaine de l’astronomie, le Marcianus gr. 323, dans lequel il est le copiste de son traité Sur l’astrolabe et où il intervient également dans le texte de sa Pragmateia (on s’est dans ce domaine intéressé aussi au Marcianus gr. 308, où il copie la fin du texte de Cléomède, alors que cette partie du manuscrit était attribuée à l’Italie méridionale par l’auteur du catalogue des manuscrits vénitiens, E. Mioni) ;

  • Isaac Argyros en tant que collaborateur de Nicéphore Grégoras : en particulier dans le Parisinus gr. 1276 qui donne des portions de l’Histoire romaine de Grégoras partiellement copiées par l’auteur et un livre, le livre 30, dû à Argyros, ou le Laurentianus 70, 5, recueil de miscellanées où il intervient à quelques reprises pour des textes brefs ; c’est au même milieu de Grégoras qu’on peut rattacher le Marcianus gr. 162, florilège dogmatique copié essentiellement par un collaborateur habituel de Grégoras ;

  • Argyros ajoutant des textes à la fin d’un livre dû à d’autres scribes contemporains moins liés au cercle de Grégoras, ainsi dans le Marcianus gr. 155, manuscrit contenant des œuvres antipalamites avant tout (Akindynos et Prochore Cydonès) qu’on avait déjà étudié dans le cadre de la conférence et dont une partie est en fait due à Balsamon, qui sera le maître en géométrie de Jean Chortasménos ;

  • on s’est aussi longuement attaché à des manuscrits relevant de domaines plus inattendus : O. Smith a montré que deux manuscrits importants et originaux dans la tradition des textes qu’ils transmettent, le Parmensis 154 (triade byzantine d’Euripide) et le Parisinus gr. 2821 (triade byzantine d’Aristophane), sont dus au même scribe et sont les éléments d’un livre unique ; on a ajouté un troisième élément à ce groupe, le Parisinus gr. 2758, qui en constitue codicologiquement la suite et est aussi copié par ce scribe, qui n’est en fait qu’autre qu’Argyros. Il se révèle d’autant plus intéressant qu’il débute par un court traité Sur les mètres poétiques d’un certain moine Isaac : nous avons là à coup sûr une nouvelle copie autographe de notre érudit, ce moine Isaac doit être Isaac Argyros et, surtout, on a là un témoignage permettant de comprendre mieux les particularités de mise en œuvre métrique des textes tragiques et comiques dans les deux autres livres du groupe. L’usage qu’Argyros a pu en faire dans le cadre d’un enseignement a été examiné ;

  • enfin, revenant sur l’analyse paléographique, on a montré que le Parisinus gr. 2507, témoin important pour les œuvres astronomiques et philosophiques qu’il renferme (en particulier l’œuvre astronomique d’Albumasar et les Mechanica mis sous le nom d’Aristote) n’est pas un manuscrit du xve siècle, copié par Isidore de Kiev, comme il a été écrit et répété, mais bien un nouveau témoin à attribuer à Isaac Argyros. Le rôle que D. Pingree a, sur la base de ce manuscrit, attribué à Isidore de Kiev comme éditeur de texte donnant une lecture différente de nombreux passages d’Albumasar (en lui accordant une place à part dans l’apparat de sa propre édition dans la collection Teubner) doit donc être restitué à Argyros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Mondrain, « Philologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 52-54.

Référence électronique

Brigitte Mondrain, « Philologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 19 novembre 2008, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.182

Haut de page

Auteur

Brigitte Mondrain

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques.

Articles du même auteur

  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 141 | 2011
  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140 | 2009
  • Philologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search