Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139Antiquité classiquePapyrologie grecque

Antiquité classique

Papyrologie grecque

Jean-Luc Fournet
p. 92-95

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : I. Initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus. — II. Études de papyrus inédits de diverses collections.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’organisation de la conférence a été modifiée : I et II ont été fusionnés puisque l’initiation à l’édition s’est faite et se fera dorénavant exclusivement sur des inédits. Cette année, les papyrus étudiés proviennent de la collection d’Alexandrie à l’exception d’un texte du musée du Louvre.

2C’est ce dernier, une pétition portant la cote E 6846.24, qui a inauguré les conférences de cette année. Ce papyrus, dont on a achevé le déchiffrement amorcé l’an dernier, s’est revélé du plus haut intérêt : il fait partie des quelques textes faisant allusion directement à la conquête perse en Égypte (619-629) puisque la pétitionnaire se réfère à des événement situés ν καιρ τν θων Περσέων (l. Περσν) « à l’époque des Perses impies » ; du coup, il peut être daté postérieurement à 629, ce qui en fait la dernière pétition aussi précisement datable livrée par la documentation papyrologique. Son étude a été l’occasion de s’interroger sur la raréfaction, au viie s., des pétitions – et encore s’agit-il presque toujours de pétitions privées (genre récemment dégagé par Jean Gascou dans J. Gascou et D. Feissel, La pétition à Byzance, Paris 2004, p. 93-103) – et sur le développement simultané et inversement proportionnel des arbitrages (dialyseis), phénomènes dans lesquels les progrès fulgurants du copte dans la documentation juridique dès la moitié du vie s. jouent un rôle déterminant.

3La qualité du destinataire (peut-être le patriarche d’Alexandrie) et l’allusion possible (mais hypothétique) à une loi impériale concernant les ventes faites sous l’occupation perse achèvent de rendre cette pétition tout à fait exceptionnelle.

4Le reste de l’année a été consacré à l’édition ou la réédition de papyrus de la collection du musée gréco-romain d’Alexandrie allant du iiie avant au viie après J.-C., confiés pour la plupart à divers participants en vue d’une édition collective. Les papyrus sont rapidement présentés ici selon l’ordre chronologique de leur rédaction.

5P. Alex. inv. 309, comptes de la fin du iiie avant J.-C., confiés à A.-E. Veïsse. Ce texte a introduit l’auditoire aux particularités de l’onomastique égyptienne, notamment à ses fortes spécificités locales, dont l’étude constitue une des méthodes pour déterminer la provenance d’un texte, si celle-ci vient à manquer. C’est elle qui dans le présent texte permet de l’assigner au nome Arsinoïte.

6P.Alex. inv. 636, contrat de prêt (Ptolémaïs Euergétis, 174-179) tiré d’un tomos synkollêsimos, présenté par P. Kossmann. Ce texte a été l’occasion de parler de la diplomatique des contrats romains en même temps que du système onomastique latin dans les papyrus grecs (puisque cet acte implique un citoyen romain).

7P.Alex. inv. 477, meriteia ou donation à cause de mort (Arsinoïte, fin iie s. /iiie s.) très endommagée, confiée à M.-P. Chaufray. L’étude de ce texte a donné lieu à une introduction (avant tout diplomatique) aux documents relevant du droit successoral (testaments et actes para-testamentaires).

8P.Alex. inv. 616, procédure en vue d’une obtention de saisie ou khrêmatismos enekhyrasias (Arsinoïte, iie / iiie s.), confiée à M.-A. Ribes. Il s’est avéré que ce fragment se raccordait au P.Aberdeen 19, ce qui a permis de corriger cette dernière édition et de mieux comprendre, avec l’aide de parallèles, le papyrus d’Alexandrie.

9P.Alex. inv. 633, plainte pour cambriolage (Arsinoïte, déb. iiie s.), présentée par S. Wackenier. Ce texte entre dans la catégorie des requêtes qui n’ont pas pour objet d’introduire une instance, mais de faire connaître aux autorités le dommage subi par le pétitionnaire de la part d’individus dont l’identité est inconnue.

10P.Alex. 31, liste d’ustensiles de cuisine (provenance inconnue, iiiive s.). Ce papyrus déjà publié méritait une réédition. Livrant quelques mots rares ou au sens mal attesté (ainsi χαριστων « peson, balance » connu par Simplicius et une attestation papyrologique mal comprise), ce texte est un exemple parmi tant d’autres de la richesse lexicographique de ces listes qui font constamment évoluer notre connaissance du lexique technique grec.

11P.Alex. inv. 239, liste de versements (Arsinoïte, ive s.). Malgré sa banalité, ce document apporte son lot de nouveautés : trois addenda onomasticis (Φούλκις, Μαρτυρς, Ψωμαρος) et deux addenda lexicis qui se trouvent être de nouveaux noms de métiers en -ς (λωτς ?, λαδς). Il est un bon exemple de ce goût pour les formations en -ς dans les noms propres et les technonymes, bien attesté par les papyrus – quoique cela ne soit pas un phénomène propre au grec d’Égypte – et étudié il y a 40 ans dans ces mêmes murs par Olivier Masson (cf. Annuaire EPHE IVe section, 1966-1967, p. 170-173 et 1971-1972, p. 194-196).

12P.Alex. inv. 735/2, lettre privée (provenance inconnue, viie s.), confiée à F. Lemaire. Ce texte contient des consignes données par un propriétaire concernant la récolte et la salaison des olives.

13Les papyrus littéraires n’ont pas été oubliés : D. Renaut a présenté un inédit homérique (Odyssée), P.Alex. inv. 609, qui a été l’occasion de guider l’auditoire dans le maquis de la papyrologie homérique et de l’entretenir de la place d’Homère dans l’Égypte gréco-romaine, notamment de son impact sur les documents (vocabulaire, citations, échos, etc.).

14Le directeur d’études a conclu l’année en exposant les premiers résulats de son étude des inscriptions amphoriques collectées par la mission archéologique de l’Istituto Vitelli (Florence), dont il est membre depuis 2006, sur le site d’Antinoopolis. Ces notations économiques apposées sur des conteneurs céramiques, en l’occurrence des ve-viie s., ont toujours souffert de l’indifférence de la recherche, principalement du fait qu’elles sont très difficiles à lire. La qualité du matériel d’Antinoopolis – qui fait une large part à des amphores importées de Chypre ou de Cilicie (Late Roman Amphora 1) et d’Afrique du Nord (spatheia) –, étudié en collaboration avec un céramologue rompu aux productions de l’Antiquité tardive (Dominique Pieri, Paris I) et croisé avec les nombreux parallèles trouvés en Méditerranée, a permis des progrès de lecture et de compréhension, aidés par la connaissance des écritures cursives ou stylisées des papyrus. Par ailleurs, cette documentation a priori ingrate et austère a pu livrer des nouveautés toponymiques et lexicographiques, comme le nom d’un centre de production du garum, Γαρούπολις (litt. « la cité du garum »), et celui d’une huile propre à la Palestine, γριμέλαιον. Ce champ encore mal exploré s’avère prometteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 92-95.

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.214

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Fournet

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search