Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux
Philologie romane

Tradition manuscrite de la lyrique romane (xiiie-xive siècles)

Conférence de Fabio Zinelli
p. 147-149

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : Tradition manuscrite de la lyrique romane (xiiie-xive siècles).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Constitué de deux feuillets médians de cahier, le fragment de chansonnier provençal conservé aux Archives d’État de Sienne (côte C. 60), contient cinq pièces lyriques de Bernart de Ventadorn (BdT 70, 3, 6, 13, 25, 10) et cinq de Daude de Pradas (BdT 124,11, 13, 14, 17, 8). Utilisé par C. Appel dans son édition magistrale des poèmes de Bernart de Ventadorn (1918), le fragment a lui-même fait l’objet d’une édition de la part de Georg Steffens (1905) et d’Édith Brayer (1955). Il a ensuite été étudié par François Zufferey, qui a examiné à fond son système graphique et linguistique (1990) ainsi que les rapports que, pour la section de Daude de Pradas, celui-ci entretient avec le grand chansonnier N (New York, Pierpont Morgan Library, 819), exécuté en Vénétie (et peut-être même à Venise).

2L’origine géographique du fragment est encore incertaine. Datable de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, il serait l’œuvre d’un provençal pour G. Steffens, plus exactement même d’un scribe provençal travaillant en Italie pour É. Brayer. En revanche, F. Zufferey a mis en évidence des affinités entre la scripta du fragment et celle des deux grands chansonniers occitans exécutés en Catalogne : Sg (Barcelona, Biblioteca de Catalunya, 146) et V (Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, Str. App. 11 ’ 278). Les mêmes traits se retrouvent dans le chansonnier N pour les poèmes de Daude de Pradas, pour lesquels, nous venons de le dire, ce manuscrit et notre fragment montrent des affinités remarquables au point de vue textuel. On ne saurait contester les résultats de F. Zufferey. Parmi la bonne dizaine de traits retenus comme significatifs, le plus intéressant est la graphie -y- pour la notation du n palatal (seyor, reyon), graphie également présente dans les textes catalans médiévaux. Il faut néanmoins noter que ce y accompagné d’un gros point suscrit – comme c’est souvent le cas dans les manuscrits méridionaux – comporte une certaine ambiguïté d’interprétation. Le point peut en effet être considéré comme un tilde abréviatif de la nasale. D’autres traits, tels la forme -er du suffixe -arius et la graphie x pour la sifflante palatale, sont aussi courants dans les textes dialectaux du Nord de l’Italie. Pour d’autres, enfin, plusieurs explications sont envisageables. Il reste indéniable que la liste toute entière est dotée d’une certaine cohérence. Mais si l’on peut admettre l’existence d’une couche linguistique catalane, il serait intéressant d’inverser les termes de l’hypothèse et d’attribuer cette couche à un échelon de la tradition à situer en amont du fragment de Sienne. La diffusion catalane du Roman dels auzelhs cassadors du même Daude de Pradas et le fait que le Roman et les poèmes du troubadour devaient se trouver dans le chansonnier perdu de Miquel de la Tor, pourraient constituer une piste intéressante. Ce dernier manuscrit – pour autant que nous puissions en juger par des copies très partielles et tardives – doit, certes, être situé au cœur de la tradition languedocienne de la poésie des troubadours ; mais son compilateur, Miquel de la Tor, a utilisé des sources communes aux manuscrits catalans Sg V. Or, si pour les poèmes de Daude de Pradas le fragment de Sienne se montre proche du chansonnier italien N, il faut noter que ce dernier ne dépend pas ici de l’archétype de la tradition vénitienne des troubadours (ε). La possibilité que les deux manuscrits aient puisé dans l’ensemble des sources communes aux chansonniers languedociens (parmi lesquelles il y en avait aussi d’origine catalane) est réelle. D’autre part, pour les poèmes de Bernart de Ventadorn, le fragment de Sienne se rapproche, avec toute certitude, des chansonniers de la tradition languedocienne. De même, pour la seule pièce du troubadour limousin (BdT 70, 10) commune au fragment et à N, ce dernier relève aussi de la famille des mss. languedociens.

3Nous avons réservé l’examen des poèmes de Daude de Prades pour les conférences de l’année 2007-2008. Lors de conférences de l’année 2006-2007 nous nous sommes penchés sur la section des poèmes de Bernart de Ventadorn. Plus particulièrement, nous avons lu et commenté les chansons suivantes : Era.m cosselhatz, senhor BdT 70, 6, variation sur un motif ovidien, Be.m cuidei de chantar sofrir BdT 70, 13, aux allures rhétoriques de devinalh, et Amors, enquera.us preyara BdT 70, 3. Cette dernière pièce, qui n’a été que partiellement conservée par le fragment de Sienne, a fourni l’occasion d’un exercice d’attribution. Nous croyons, en effet, que l’attribution de la chanson à Bernart (d’après les chansonniers CMS, Ra, alors qu’elle est donnée à Peire Vidal par DH) doit lui être refusée. Le jeu rhétorique de la pièce, avec ses images paradoxales et sa syntaxe hachée, ne correspond pas à l’usage stylistique observable dans les autres poèmes du troubadour. Le schéma métrique par rimas estrampas serait lui aussi isolé dans la production de Bernart. Un indice de nature lexicale pourrait renforcer l’hypothèse d’une attribution factice. Il s’agit du verbe alugorar (v. 36-37 : sa beautatz alugora / bel jorn e clarzis noih negra), qui, pour ce qui est des textes anciens, semble avoir eu une diffusion limitée au Sud-Ouest. En ce qui concerne les dialectes modernes, d’après le FEW, le verbe et ses dérivés sont principalement attestés en toulousain et en béarnais, même si l’on trouve lugrer en Saintonge et en Poitou avec le sens d’« engraisser un animal » (donc le rendre gras et le poil brillant). Nous signalerons enfin la présence d’un trait expressif lié à un effet de plurilinguisme tout à fait étranger à la poésie de Bernart. Il s’agit d’une rime spéciale éliminée par Carl Appel dans son édition, mais qui mérite pourtant d’être réintroduite dans le texte et que nous pourrions rebaptiser « rime française ». Les premiers vers de chaque strophe devant rimer entre eux, la leçon des manuscrits est constamment partagée entre une solution canonique en -ara et une solution en -era, moins usuelle (mise à part l’alternance courante entre les formes en -ara et en -era pour le conditionnel aux v. 1, 23), qui aboutit souvent à des hybrides proches de la forme française des mots correspondants. Au v. 34, on peut récupérer dans la varia lectio une forme que l’on retrouve surtout dans des textes à certains égards francisants, tels la Chanson de la Croisade et le Guiraut de Rossillon : l’adjectif clera R, claira S, sera M (clara dans DHa C). Il semblerait ainsi possible de préférer les solutions alisquera au v. 12 (alischera M, alisquera R « peine », mot qui remonte au droit germanique) contre aliscara, ou encore les formes calquées sur le français : quera au v. 56 (chera C, clera M) pour cara « visage », et vera (c’est-à-dire vaira ou vara « volage » contre avara retenu par Appel d’après le manuscrit S) au v. 45. Puisque les formes en -ara sont toujours parfaitement légitimes, on ne voit pas pourquoi des copistes auraient ressenti le besoin de les éliminer au profit d’une panoplie de solutions à l’allure bien plus problématique. Les formes en -ara sont plus probablement le fruit d’autant de rajustements vis-à-vis des difficultés inhérentes à la conservation des formes en -era.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Zinelli, « Tradition manuscrite de la lyrique romane (xiiie-xive siècles) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 147-149.

Référence électronique

Fabio Zinelli, « Tradition manuscrite de la lyrique romane (xiiie-xive siècles) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.256

Haut de page

Auteur

M. Fabio Zinelli

Chargé de conférences, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques.

Articles du même auteur

  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2011-2012
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals