Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux
Histoire des sciences au Moyen-Age

Corps et âme selon les médecins et les théologiens du xvie siècle : le conflit des facultés

Conférence de Ian Maclean
p. 157

Notes de la rédaction

Les trois premières conférences de M. Maclean ont été présentées lors du séminaire de M. Quantin qui l’avait invité conjointement avec Mme Jacquart ; on en trouvera le résumé après celui des conférences de M. Quantin, infra.

Texte intégral

1Depuis le xiiie siècle, la théologie revendique le droit d’imposer aux autres facultés certaines doctrines, dont celles qui concernent la relation du corps et de l’âme et l’immortalité de cette dernière, et de leur en défendre d’autres, dont celle de la « double vérité » et celle de l’unicité de l’intellect. Ces interdictions donnent lieu à leur tour à plusieurs stratégies qui rendent possible l’entretien avec la philosophie grecque et arabe, comme la pratique de naturalibus naturaliter prônée par Albert le Grand, et la distinction herméneutique entre une analyse textuelle ne visant qu’à exposer le vouloir-dire d’un auteur et celle qui prétend établir ou détruire la vérité de ses raisonnements. Ces pratiques continuent à s’exercer jusqu’au xvie siècle. Sans s’opposer explicitement à la scolastique sur ces matières, plusieurs doctrines de la médecine galénique les remettent en question : la théorie de la complexion, l’étude des passions et des maladies de l’âme, le déterminisme climatique d’Hippocrate, et la physiognomonie, laissent tous présupposer une part matérielle dans l’âme. Au seuil du xvie siècle, les universités italiennes hébergent des penseurs hardis (dont le plus notoire est Pierre Pomponace) qui osent relancer l’interprétation averroïste d’Aristote selon laquelle le Stagyrite présuppose la matérialité et la mortalité de l’âme. Après les décrets du Concile de Latran qui en 1513 réaffirment l’immortalité de l’âme et l’unicité de la vérité théologique et philosophique, un grand nombre de philosophes et de médecins, entre autres Jérôme Cardan et Jules-César Scaliger, s’intéressent à cette question ; et il y a un renouveau d’études physiognomoniques et métoposcopiques. La frontière qui sépare la théologie et la philosophie se trouvant de nouveau menacée, des penseurs catholiques comme Benito Pereira tentent de rétablir un certain équilibre en scindant la métaphysique en deux pour « sauver » l’intégrité de la métaphysique scolastico-aristotélicienne en même temps qu’ils prônent une enquête philosophique sur la nature de l’âme. Dans leur sillage, Francisco Suárez inaugure une science physique de l’âme, ce qui s’était déjà produit chez certains protestants, dont Melanchthon et ceux qui le suivent dans cette voie, notamment Bartholomaeus Keckermann et Johann Heinrich Alsted. Du côté des catholiques comme de celui des protestants, deux problèmes restent sans résolution : celui de l’origine de l’âme, et celui de la ligne de démarcation entre physique et métaphysique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ian Maclean, « Corps et âme selon les médecins et les théologiens du xvie siècle : le conflit des facultés », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 157.

Référence électronique

Ian Maclean, « Corps et âme selon les médecins et les théologiens du xvie siècle : le conflit des facultés », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 07 janvier 2009, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.264

Haut de page

Auteur

Ian Maclean

Directeur d’études invité à l’École pratique des hautes études, Professor of Renaissance Studies de l’Université d’Oxford et Senior Research Fellow, All Souls College, Oxford

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals