Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences

Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval

Conférence de Charlotte von Verschuer
p. 404-414

Résumé

Programme de l’année 2016-2017 : I. Les artisans japonais à l’époque ancienne, VIIIe-Xe siècles (première heure). — II. « Chronique des relations avec les pays voisins » Zenrin kokuhôki (1470), texte en kanbun, suite (deuxième heure).

Haut de page

Texte intégral

I. Les artisans japonais à l’époque ancienne, VIIIe-Xe siècles

  • 1 Tôkyô daigaku Shiryô hensanjo, éd., Dainihon komonjo vol. 1-25, Tôkyô daigaku shuppankai, 1977 (p (...)
  • 2 Farris, Wayne, « Pieces in Puzzle: Changing Approaches to the Shôsôin Documents », Monumenta Nippo (...)

1Les artisans du Japon ancien fabriquaient les objets utilisés par la cour impériale dans des ateliers de forge, de tissage, de teinture, de laque, de céramique, de production de papier, d’ébénisterie et de vannerie. Les documents du Shôsôin (Shôsôin monjo), qui1 se composent de douze mille manuscrits autographes datés de 702 à 780, permettent d’étudier les conditions de travail, les procédés de fabrication et la gestion de ces produits. Il s’agit de fragments de textes écrits à l’encre de Chine sur du papier conservés jusqu’à ce jour dans les magasins du temple Tôdaiji de la ville de Nara, capitale impériale de 710 à 784. Ces dépôts de papier étaient constitués de pièces administratives périmées destinées à être réutilisées sur leur face vierge pour la copie de textes bouddhiques. Après le viiie siècle, les magasins du Tôdaiji n’ont été ouverts qu’en de rares occasions afin de les aérer ou d’y prélever des manuscrits pour la cour impériale ou le gouvernement militaire. Ce n’est qu’en 1833 – à l’époque d’Edo (1603-1868) –, que l’ensemble des dépôts du Tôdaiji a été sorti pour la première fois. Le gouvernement shogunal a chargé en Hoida Tadatomo (1791-1847) de les archiver et de les cataloguer. En 1836, une fois cette classification achevée, les archives furent à nouveau fermées jusqu’en 1872. À partir de 1875, sous l’égide du gouvernement de Meiji (1868-1912), l’Institut historiographique de l’Université de Tokyo, alors attaché à la maison impériale, a transcrit les archives du Shôsôin en caractères d’imprimerie et il les a publiées de 1901 à 1940 dans la collection « Archives anciennes du Grand Japon », Dainihon komonjo2.

  • 3 <Chiffre donné par Kuwabara Yûko, « Shôsôin monjo chûshaku » (Ishiyamadera) 3, no 1, Kodaigaku (...)

2Le contenu des archives du Shôsôin concerne des domaines aussi divers que le gouvernement, l’administration et les finances de la cour de Nara, mais aussi et surtout la gestion des provinces y compris la fiscalité, les terres rizicoles, les domaines, les cadastres ou les registres d’état civil. On y trouve des rapports concernant la culture matérielle notamment l’habitat, les vêtements de travail, les salaires, les rations alimentaires, la gestion des ateliers et des corvées ainsi que les comptes des travaux publics, des directives pour des missions ponctuelles, des bordereaux de livraisons, des dispositions de toutes sortes et des comptes de chantiers de construction. Il ne s’agit pas d’archives institutionnelles ou législatives mais d’un ensemble de documents administratifs ponctuels en rapport avec un événement d’ordre pratique ou matériel. Ils contiennent notamment un lot de vingt-trois bilans de comptabilité annuelle de plusieurs provinces et un corpus de registres d’état civil de quarante-huit districts ou cantons qui recensent plusieurs centaines de familles en mentionnant les noms des chefs de foyer et des membres de chaque foyer, leur lien de parenté, leur âge, leurs éventuels handicaps et parfois leur métier. On y trouve aussi un troisième corpus provenant de l’Office de la construction du temple Tôdaiji (Zô Tôdaiji-shi) qui a également géré les chantiers de construction des temples Hokkeji de Nara, en 741 et Ishiyamadera dans la province d’Ômi (Shiga-ken), en 762 et 763. Ces textes constituent des données de première main sur le travail des artisans au viiie siècle. Dans les lignes qui suivent, nous proposons une traduction de l’un des deux cent douze documents3 concernant le chantier du Ishiyamadera.

Fragment sans titre daté de 762, quatrième mois, deuxième jour4

  • 4 DNK XV : 182 (Dainihon komonjo, vol. 15, p. 182), fragment concernant le chantier de construction (...)
  • 5 Au sujet des miroirs, voir Torao II : 400 (Torao Toshiya, éd., Engishiki, Shûeisha, vol. 2, 2007, (...)

3Qu’il faut faire fabriquer quatre miroirs impériaux en fonte : chaque miroir mesure un pied (29,6 cm) de diamètre et 5 bu (1,48 cm) d’épaisseur5.

[Matières premières]

4Utiliser au total

  • 6 Le terme « cuivre pur » s’oppose à « cuivre » dô 銅 ; dô désigne aussi bien le cuivre que le bro (...)
  • 7 Voir un tableau des mesures selon le Engishiki (927, ci-après abrégé ES), dans Torao I : 1099. Il (...)
  • 8 Byakurô, alliage de plomb namari et d’étain suzu, en proportion de 4 pour 1 (Nihon kokugo dai (...)
  • 9 Tesshô / shôtetsu 鉄精, il s’agit vraisemblablement d’une matière utilisée pour la pâte abrasive à p (...)
  • 10 Les pierres à grain grossier servent pour l’affûtage et celles à grain fin, pour le polissage.
  • 11 Aoto, pierres à polir de calibre fin et de couleur bleuâtre (cf. Torao II : 391), utilisées après (...)
  • 12 Nikozumi, nikizumi, charbon de bois tendre, par exemple de pin matsu ou de châtaigner kuri (NK (...)
  • 13 Amandine Cosson, communication au cours du séminaire.
  • 14 Clio Simonetta, communication au cours du séminaire.

5— du cuivre pur jukudô6 : 70 grandes livres kin (47,18 kg)7 dont 48 livres fournies par l’atelier sho / tokoro [du Ishiyamadera] et 22 livres spécialement livrées [par Nara ?] ; — du bronze byakurô8 : 5 grandes livres et 16 onces ryô (4 kg) ; — de la cire : 1 grande livre (674 g) [destinée au moulage à la cire perdue] ; — de la poudre de fer : 4 grandes onces (168,5 g) [pour le polissage]9 ; — du fer : 2 lingots tei [d’acier] dur katai (4 kg) ; — du pongé de soie : 1 toise (2,97 m) ; — du pongé de soie grège suzushi : 2 pieds (59,2 cm) ; — de la ouate de soie wata provenant du tribut : 2 ton (337 g) ; — de la toile de chanvre provenant du tribut : 1 toise ; — deux pierres à aiguiser toishi [pour l’affûtage]10 ; — deux pierres bleues aoto [à polir]11 ; — de l’huile de sésame : 4  (0,32 l) ; — du charbon brut ara sumi : 12 koku (960 litres) ; — du charbon traditionnel nikizumi 和炭12 : 6 koku (480 litres) ; — de la chaux ishibai 石灰 [pour séparer l’argent du plomb13 ?] : 1 grande livre ; — vingt tuyères [tuyaux en bambou utilisés comme jets pour la fonte]14.

6[Main d’œuvre]

7Qu’il faut assigner au service : dix artisans techniciens zakkô 雑工, [service comptabilisé] en unités tankô 単功 [du nombre de personnes et de jours de service : au total] 124 unités dont :

  • 15 D’après Torao II : 1196, le tour de potier servirait pour la confection du modèle en cire. Nous pen (...)
  • 16 Fu 夫 et kyôsaku 共作 sont deux appellations d’une même fonction. Fu 夫 sont des aides sans spécia (...)
  • 17 Le total des 124 unités concerne 10 personnes travaillant chacune un nombre de jours différent ; le (...)

8— 5 fondeurs au titre de 64 unités, parmi lesquels 8 unités 功 pour la fonte et 56 unités pour les diverses autres opérations saku saku 錯作 ; celles-ci comprennent : — un artisan ciseleur saiku [pour peaufiner le décor en relief du miroir ?] au titre de 15 unités ; — un tourneur rokuro [pour le polissage15 ?] au titre de 2 unités ; ces deux personnes feront le nombre [de jours] indiqués en unités ci-dessus ; — un forgeron au titre de 3 unités ; — deux aides kyôsaku-fu 共作夫16 ; leur service est compté au titre de 40 unités dont 12 unités pour apporter l’argile de la capitale de Nara, 2 unités comme aides du tourneur, 3 comme autres services et 23 unités comme commis17.

[Denrées alimentaires]

9Qu’il faut attribuer des vivres kyûshoku 給食 à savoir du riz : 2,48 koku (198,4 litres) ensemble pour les artisans techniciens et les aides, au total 124 rations, à savoir 2 shô (1,6 litres ou environ 1,4 kg) par unité [d’une personne par jour] ;

10— du sel : 4,96 shô (3,968 l) pour 124 unités ensemble d’artisans techniciens et d’aides, à savoir 4 shaku (0,032 l) par unité ; — des algues Undaria (wakame, une laminaire) : 13 livres et 10 onces (2,935 kg) ensemble pour 124 unités d’artisans techniciens et d’aides, à savoir 2 onces (28,08 g) par unité ; — des algues Eisenia (arame, une autre laminaire) : 10 livres et 8 onces (2,362 kg) pour 84 unités de techniciens à savoir 2 onces (28,1 g) par unité ; — de la lie de sauce de soja fermenté (hishio no ori) : 8 shô (6,72 l) ; — de la sauce de soja fermenté : 8 shô (6,72 l), — et du miso : 8 shô (6,72 l), les 3 dernières denrées [seulement] pour les 84 unités d’artisans techniciens au titre de 5 shaku (0,04 l) par unité ; — du vinaigre : 4,2 shô (3,36 l) ensemble pour les 84 unités d’artisans techniciens, à savoir 5 shaku par unité ; — et enfin 2 nattes de paille mushiro, 4 bâches de paille orikomo, 2 claies en bois su et 6 sièges ronds [tressés] enza [pour l’ensemble de la main d’œuvre].

11Précédemment, dès le 25e jour du 3e mois dernier, suite à l’ordre [transmis par] Hachiman Nakamura de fabriquer les miroirs impériaux, les matériaux ont été préparés comme indiqué ci-dessus.

  • 18 Directeur de l’Office de la construction du temple Tôdaiji qui gérait aussi le chantier du Ishiyama (...)

12Tenpyô hôji 6.4.2. (762) Ato no sukune [Otari] 安都宿禰[雄足], fonctionnaire de 4e classe Ato no sukune18 [fin du fragment].

13Le texte est signé par Ato no Otari, fonctionnaire de grade moyen de la cour de Nara qui assumait le rôle de directeur de la construction du temple Tôdaiji, à la capitale. Ce personnage était parallèlement chargé de surveiller les chantiers de construction d’autres temples dont le Ishiyamadera situé près du lac Biwa, à environ trois jours de marche au nord de la capitale de Nara. Dans le document traduit ci-dessus, qui est daté du deuxième jour du quatrième mois, c’est-à-dire du 30 avril 762, Ato donne les directives pour faire fabriquer quatre miroirs rituels à usage impérial sur le site du temple. Il fait commander les matériaux, et organise la comptabilité du travail et des denrées alimentaires. D’après les données fournies par le texte, il s’agit de miroirs rituels destinés à une cérémonie impériale ayant un diamètre de 30 cm et pesant chacun presque quatre kilogrammes. Ces miroirs étaient coulés en bronze à la cire perdue. La fonte des matériaux se faisait sur un foyer à charbon. Pour le finissage, on utilisait d’abord des pierres à polir de grain moyen pour lisser les objets sortis du moule, puis d’autres pierres de calibre fin pour polir les pièces et enfin une pâte à faire briller faite, semble-t-il, de poudre de fer et de charbon tendre mélangé avec de l’huile de sésame. Cette pâte était sans doute pressée dans petit sachet constitué de tissu de soie. Pour le polissage final, on employait, selon toute vraisemblance, de la ouate de soie et d’autres textiles. Le polissage pouvait aussi se faire avec un tour actionné à la main.

14Dix artisans techniciens ont été employés pour un temps de service variable. Il y avait parmi eux cinq fondeurs (chacun pour une durée moyenne de 12,8 jours), un forgeron (3 jours), un ciseleur sculpteur (15 jours), un tourneur (2 jours), et deux aides pour une durée non précisée. La comptabilité se faisait par unités de jour de travail par personne. Les cinq fondeurs ont assuré ensemble 64 jours de service, le forgeron trois jours, le ciseleur quinze jours et le tourneur deux jours, soit un total de 84 jours. Étant donné que 124 unités d’artisans spécialistes avaient été prévues, il reste 40 jours pour les deux aides ou 20 jours pour chacun d’entre eux. On peut penser que les artisans travaillaient parallèlement sur les quatre miroirs et que le processus a duré une vingtaine de jours depuis le moulage du premier miroir jusqu’au polissage du quatrième. L’ordre de fabrication ayant été donné à la fin du mois d’avril, le travail a dû se dérouler au mois de mai. La fabrication des quatre miroirs s’inscrit dans le cadre du chantier du temple Ishiyamadera qui a duré plusieurs années.

  • 19 DNK XVI : 309-315, Brouillon de rapport du bureau de la Construction du pavillon d’Or kondô [du t (...)
  • 20 C. von Verschuer, Le riz dans la culture de Heian – mythe et réalité, Paris, Collège de France, d (...)

15La directive reçue de Nara comprend en outre la préparation de « denrées alimentaires ». Il s’agit de trois denrées : du riz, du sel et des algues Undaria pour tous, ainsi que d’autres algues, du miso, de la sauce de soja, de la lie de sauce de soja et du vinaigre uniquement pour les huit artisans techniciens. La quantité de riz s’élève à 2 shô (1,6 litres ou environ 1,4 kg) par jour et par personne, pour les artisans comme pour les aides. Elle est nettement supérieure à une consommation individuelle journalière. Elle correspond en effet à 18 kg de riz pour chacun des treize fondeurs pour 12,8 jours ou encore à 4,2 kg pour le forgeron. Ce sont des quantités tout à fait considérables susceptibles de nourrir une famille entière pendant plusieurs semaines. Il en va de même pour les autres denrées, à savoir les algues et les produits fermentés. Ce sont tous des aliments de conservation. Il faut donc croire qu’il s’agit en fait d’une rémunération sous forme de per diem. Le terme « attribution de vivres » (kyû shoku) correspond aux rémunérations (kyû) sous forme de textiles pratiquées dans d’autres chantiers monastiques19. Le volume de 2 shô de riz était d’ailleurs aussi en usage pour certains services rémunérés à la capitale20. La main d’œuvre du chantier du Ishiyamadera ne relevait pas des corvées publiques et elle était composée de spécialistes recrutés pour un projet ponctuel extraordinaire.

  • 21 Asaka Toshiki, Nihon kodai shu-kôgyô-shi 手工業史 no kenkyû, Hôsei Daigaku, 1971, p. 113, 114.
  • 22 DNK I : 607-620 Owari no kuni shôzeichô, daté de 734, mentionne des charpentiers d’Owari envoyés (...)
  • 23 DNK II : 146-148 Chikuzen no kuni shôzeichô, daté de 738, mentionne des fabricants de claies, de (...)
  • 24 Code administratif ritsuryô, règlement sur l’organigramme de la cour Shikiinryô, art. 7-10, 26, 3 (...)

16La pratique des travaux rémunérés est attestée par le code administratif ritsuryô émis en 701 par la cour impériale de l’ancienne capitale Fujiwara-kyô. Ce code prévoyait des corvées de soixante jours pour les hommes adultes dans toutes les provinces du pays ainsi que des recrutements extraordinaires d’hommes des provinces pour des services à la capitale21. La cour pouvait ainsi solliciter des artisans pour des missions spécifiques (banshô 番匠) avec un salaire en riz (ryômai 粮米) qui leur était versé par leur province22. Il lui arrivait aussi d’embaucher directement (koyaku 雇役) à la capitale et pour une durée déterminée des artisans techniciens (takumi 工) salariés (kujiki / kôchoku 功直, kôyô 功庸 ou yôshokutô 庸食稲)23. Cette main d’œuvre à titre temporaire venait s’ajouter aux artisans qui travaillaient de façon permanente dans les ateliers gérés directement par la cour de Nara et institués par le code administratif de 701. Les ateliers de la cour fabriquaient notamment le brocart et le sergé de soie, les décors faits d’or, d’argent et de pierres précieuses, les chaussures et les vêtements, les peintures, les armes, et le mobilier – dont les tapis, les sièges, les bancs, les bâches tressées en paille, les cloisons et les stores – ainsi que les tentures, les laques, les céramiques, les huiles et la papeterie24. Nous connaissons l’existence des ateliers impériaux par le biais des codes, mais c’est grâce aux documents du Shôsôin que nous savons en quoi consistait la gestion des fabrications artisanales du point de vue matériel et technique.

II. « Chronique des relations avec les pays voisins » Zenrin kokuhôki 善隣国宝記 (1470) texte en kanbun

17La « Chronique des relations avec les pays voisins » Zenrin kokuhôki (1470) est une compilation du moine Zuikei Shûhô 瑞溪周鳳 (1391-1473) qui retrace l’histoire des relations du Japon avec la Chine et la Corée, de ses débuts légendaires jusqu’au xve siècle. Ce moine Zen du temple Shôkokuji de Kyoto était conseiller pour les affaires étrangères du shogun Ashikaga Yoshimasa (1436-1490).

  • 25 Voir une liste des manuscrits dans Ishii 1995, p. 641-657. Le manuscrit de Tenri ne comporte aucune (...)
  • 26 Lieu indéterminé car il existe de nombreux temples portant le même nom.
  • 27 Ishii, p. 204 ; la date de la postface de Zuikei Shûhô ne figure dans aucun manuscrit japonais et o (...)

18Le texte du Zenrin kokuhôki a été établi par Ishii Masatoshi (1995). Sur les sept manuscrits conservés au Japon, c’est celui de la bibliothèque de l’université de Tenri qui est considéré comme le plus ancien. Il daterait en effet de « la fin de l’époque Muromachi » (1392-1573)25. Mais le manuscrit conservé à la bibliothèque de l’université de Cambridge (Catalogue des ouvrages japonais, « Gaikoku kankei » no 1384, collection George Aston, 1911) est la version datée la plus ancienne. Il comporte un post-scriptum du copiste disant : « J’ai copié ceci en la onzième année Eiroku (1568), en hiver, au douzième mois, dans ma cellule du nord du temple Hôsenji »26. Son auteur, Zuikei Shûhô a, quant à lui, daté son texte après sa postface en ces termes : « En Bunmei 2e année (1470), année kanoe tora du cycle calendaire, 12e mois, 23e jour, moi, Zuikei Shûhô, vieux Gaun en sa 80e année, ai ajouté [la postface] à la fin de ma Chronique des relations avec les pays voisins »27.

19Le manuscrit de Cambridge est un fascicule de soixante quatorze feuillets reliés et non paginés qui porte sur la première page deux cachets dont l’un indique « University Library Cambridge Aston Collection 1911 », en référence au legs fait à cette bibliothèque par l’épouse de George Aston (1841-1911), historien du Japon. Ce manuscrit a peut-être été acheté par Aston lors de son séjour au Japon chez l’un des antiquaires réputés de longue date de Kyoto. Le deuxième cachet porte la mention « Archives Ishihara » (Ishihara bunko) qui renvoie directement à Ishihara Masaakira (1750-1821), disciple du philologue Motoori Norinaga (1731-1801).

  • 28 Voir notre traduction des quatre premières parties dans les Annuaires. Résumés des conférences et (...)

20Le texte de Zuikei Shûhô présente les évènements dans l’ordre chronologique avec de nombreux extraits tirés des sources japonaises, chinoises et coréennes. À partir de l’entrée de l’année 1398, il reproduit trente-neuf lettres diplomatiques échangées par le Japon avec la Chine et la Corée. C’est un compendium de courriers dont les uns sont des brouillons de missives japonaises, les autres des lettres envoyées au shogun par des souverains étrangers. Au monastère Shôkokuji, Zuikei Shûhô disposait apparemment d’archives non seulement récentes mais aussi anciennes. Certaines des pièces reproduites dans son œuvre figurent également dans les chroniques officielles des dynasties chinoises et coréennes mais d’autres ne sont connues que grâce à la compilation de 147028. Nous proposons ci-après une traduction de la postface de la Chronique des relations avec les pays voisins de Zuikei Shûhô. Elle se présente sous la forme d’un choix d’évènements historiques commentés par l’auteur.

Postface29

  • 29 <Zenrin kokuhôki, éd. Ishii, 1996, p. 201-205, et le manuscrit de Cambridge (feuillet commençant (...)
  • 30 Suiko, souveraine dont la cour se trouvait au cœur du Yamato (la région actuelle d’Asuka au sud de (...)
  • 31 Référence au Zenrin kokuhôki, entrée de Suiko tennô 15e année (607) ; voir Verschuer, 1999, p.  (...)
  • 32 Zenrin kokuhôki dans Ishii, 1995, p. 202. En 1470 Zuikei Shûhô cite la première « Chronique du Ja (...)

21À mon avis, quand on passe en revue l’histoire de notre pays, à commencer par la politique du prince Shôtoku (574-622) et de Suiko (r. 592-628)30, [on peut voir que ces derniers] ont été les premiers à envoyer une lettre diplomatique en Chine à l’époque des Sui (581-618). Le prince, après avoir pris connaissance [en 608] d’une lettre du souverain des Sui, a constaté qu’elle avait le format épistolaire du « fils du ciel » (tenshi, c’est-à-dire l’empereur de Chine) qui s’adresse à un « prince vassal », tout en nous appelant « souverain de Yamato » Wa-kô 倭皇. L’appellation « souverain » correspond à leur cérémonial31. [Le prince Shôtoku] a finalement dressé un projet de lettre de réponse. On y lit la formulation suivante : « Le souverain de l’Est higashi no kôtei 東皇帝 adresse ses salutations au souverain de l’Ouest nishi no kôtei 西皇帝 »32. Mais la formulation « adresse ses salutations » était impropre [vis-à-vis d’un supérieur]. Or le prince refusait de se soumettre au « fils du ciel » [de Chine]. Il ne voulait pas non plus entraver les bonnes relations. Nous devons apprécier l’habileté [de son propos].

  • 33 C. von Verschuer, 1985, p. 517 ; il y a eu dix-sept ambassades japonaises en Chine entre 600 et 838 (...)

22Plus tard, lors du règne de Kanmu (r. 781-806), il y a eu plusieurs ambassades envoyées en Chine des Tang (618-907). [Les moines] Kôbô [daishi] (Kûkai, 774-835), Dengyô [daishi] (Saichô, 767-822) et d’autres sont tous partis en Chine dans la suite d’une ambassade officielle [en 804]33. À cette époque [en 806], il n’y avait vraisemblablement pas de lettre du « fils du ciel » [tenshi du Japon], et les ambassadeurs ont transmis leur message [oralement] par l’intermédiaire de leur interprète.

  • 34 Ishii, 1995, p. 69, note que ces deux marchands sont inconnus par ailleurs. Selon C. von Verschuer, (...)

23À l’époque de l’empereur retiré Toba (r. 1107-1123, retiré 1123-1156), le pays des Grands Song (960-1279) nous a envoyé une lettre [en 1118] par l’intermédiaire des marchands [chinois] Sun Junming et Zheng Qing. Alors nous avons sollicité nos savants (confucéens) [docteurs de la voie des lettres de la cour] pour examiner la lettre, mais il n’y a finalement pas eu de réponse de notre cour34.

  • 35 Shigemori est le fils aîné de Taira no Kiyomori (1118-1181), un guerrier qui s’est imposé à la cour (...)
  • 36 Grand monastère Zen Tiandongsi du mont Ayuwangshan dans le Zhejiang, près de l’actuelle ville de Ni (...)

24Par ailleurs Taira no Shigemori (1138-1179)35 a adressé [vers 1179] un don sous forme d’une somme en or au mont Ayuwangshan [en Chine]36.

  • 37 La version du Zenrin kokuhôki de cette légende, également connue par ailleurs, est la plus détail (...)

25Par la suite, Genji Sanetomo (1192-1219, shogun de 1203 à 1219) a recherché une relique de dent du Buddha du temple Nengrensi du mont [Jingshan en Chine]37.

  • 38 Il s’agit du moine chinois Mugaku Sogen (1226-1286), supérieur du monastère du mont Ayuwangshan. Il (...)
  • 39 Du milieu du ixe siècle au milieu du xive siècle, il n’y a pas eu d’échange de missions off (...)

26Tokimune des Heishi (Hôjô Tokimune, 1251-1284, régent auprès du shogun) a invité un moine de la préfecture Mingzhou à devenir supérieur du temple Kenchôji [à Kamakura]38. Mais ces évènements n’étaient pas le fait de relations diplomatiques39.

  • 40 Cette façon de désigner les deux souverains est une variante de celle utilisée plus haut (voir note (...)

27À considérer les faits ci-dessus évoqués, on constate que, depuis Suiko [en 608], le souverain de l’Est tô-kô 東皇 [du Japon] et le souverain de l’Ouest sei-kô 西皇 [de la Chine]40 étaient sur un pied d’égalité du point de vue de leur vertu gi.

  • 41 Tous les manuscrits japonais donnent « contrée de l’Ouest » seihi 西鄙, en citant une phrase des cl (...)
  • 42 Il s’agit des deux invasions mongoles de 1274 et 1281 qui se sont terminées par la destruction de l (...)

28C’est un fait que l’armée mongole des Yuan (1206-1367) est venue envahir notre contrée de l’Est41 et qu’elle s’est retirée sans avoir remporté de victoire42.

  • 43 Le gouvernement général était situé dans la ville actuelle de Fukuoka. Le gouverneur général était (...)
  • 44 Épisode de Ôan 6 (1374), cf. Ishii, 1995, p. 99 ; Verschuer, 2002, p. 438.
  • 45 Cf. Ishii, 1995, p. 103, et Verschuer, 2002, p. 441.

29Le vénérable empereur Taizu (Hongwu, r. 1368-1398) des Grands Ming (1368-1662) a envoyé à plusieurs reprises des délégués chargés de lettres afin d’annoncer la fondation de la dynastie des Ming, mais le gouvernement général de Kyushu43 [à Chikuzen, l’actuelle Fukuoka] ne les a pas transmises à la cour impériale [à Kyoto] et les envoyés [chinois] ont été contraints de repartir sans avoir pu aller à la capitale44. Or le vénérable Empereur [de Chine] savait que les princes et les dignitaires [japonais] étaient tous des adeptes du bouddhisme. En secret mitsu [au titre de mission privée], il a chargé le supérieur Zhongyou [Zu]shan du temple Tianning chansi et le supérieur Wuyi [Ke]qin du temple Waguan jiaosi d’aller chez nous afin de renouer des relations amicales45. Il savait que sous les Tang et les Song, notre pays n’avait pas répondu à leurs ordres mei.

  • 46 Dans le manuscrit de Cambridge, « À la suite de cela » kore ni oite 於是 est écrit : « avant cela » (...)
  • 47 Rokuon’in, temple rattaché au Shôkokuji, fondé par Yoshimitsu. Ishii, 1995, p. 202, reproduit ici u (...)
  • 48 Envoyé chargé d’une lettre officielle en 1401, traduite par Verschuer, 2014, p. 125.
  • 49 Koitsumi revient à Kyoto en 1402, 8e mois, 11e jour, accompagné des envoyés de Jianwen qui appo (...)
  • 50 Départ en 1403, voir Zenrin kokuhôki, Ishii, 1995, p. 113 ; Verschuer, 2007, p. 283, note 54. Ken (...)
  • 51 Yongle a occupé la capitale de Pékin et détrôné son neveu Jianwen en 1402, 6e mois. Cette nouvell (...)

30Au début de l’ère Ôei (1394-1428), le marchand [japonais] Koitsumi de Tsukushi (Kyushu) est revenu de Chine et nous a expliqué l’intérêt que nous aurions à engager des échanges diplomatiques avec ce pays. À la suite de cela46, le grand général Minamoto no ason Yoshimitsu (Ashikaga Yoshimitsu, shogun de 1358 à 1408), seigneur du Rokuon-in47, a désigné Koitsumi comme envoyé48. Il a restauré les relations diplomatiques et envoyé une lettre officielle avec un tribut. En réponse, l’empereur Jianwen (Huidi, r. 1399-1402) des Ming a délégué les deux moines honorables du Zen, Tianlun [Daoyi, ?-?] et Yi’an [Yiru, ?-?]49. Par la suite, le shogun a encore délégué Mitsu Kenchû50 pour raccompagner Tianlun et Yi’an [en Chine]. Mais avant qu’ils n’arrivent en Chine, l’empereur Jianwen a dû faire face à des troubles dans son pays. Son oncle, le prince Yan, s’est emparé du trône et a inauguré l’ère Yongle (r. 1403-1424)51. Kenchû a cependant réussi à mener à bien sa mission et il est revenu [au Japon]. Depuis ce temps, les missions ont fait des allées et venues entre les deux pays sans interruption.

  • 52 Les insignes en deux parties étaient constitués par des fiches en papier qui comportaient le nom de (...)

31Par ailleurs, ce qu’on appelle insigne en deux parties kangô 勘合 sont des titres de créance fushin 符信. Cette pratique n’existe que depuis l’ère Yongle (en 1403)52. [À cette époque], des pirates étaient actifs sur le littoral de Kyushu. Montés à bord de cinq ou jusqu’à dix bateaux, ils se présentaient comme des envoyés [du Japon] et accostaient en Chine où ils harcelaient les régions côtières. C’est depuis lors que les voyageurs non munis d’une lettre [officielle] du Japon et de l’insigne en deux parties ont été arrêtés et se sont vu refuser l’entrée dans leur pays. C’était la méthode [des Chinois] pour éviter les arrivées de pirates et interdire ainsi la piraterie.

  • 53 Écrit « époque des Yuan » Gen no ki 元期 dans le manuscrit de Cambridge, mais « sous la dynastie de (...)
  • 54 Ishii, 1995, p. 204, et le manuscrit de Cambridge écrivent : uramu beki ka / uramu beki ya / uramu (...)

32Depuis les temps anciens, on assiste aux allées et venues en haute mer de navires de marchands. C’est grâce à cela que les religieux [japonais] ont pu remplir leurs vœux. Les uns étaient des maîtres renommés qui pratiquaient la conversion et prêchaient la voie, les autres étaient des pratiquants novices qui s’en allaient là bas en quête de la loi bouddhique. Les allées et venues ont continué même à l’époque des Yuan53, lorsque l’échange de lettres diplomatiques était interrompu. Et ce n’est pas tout, [au contraire] : depuis l’introduction des insignes en deux parties, il n’y a plus eu de trafic autre que les bateaux des missions officielles. Comment peut-on se plaindre54 !

33Bunmei 2e année (1470), année kanoe tora du cycle calendaire, 12e mois, 23e jour, Zuikei Shûhô, le vieux Gaun en sa 80e année, a ajouté ceci à la fin de la Chronique des relations avec les pays voisins. [fin du texte]

34La trame du propos de la postface de Zuikei Shûhô est le statut diplomatique du Japon. Alors que la Chine se posait comme suzerain de tous les pays voisins y compris le Japon, l’auteur insiste à deux reprises sur les relations d’égalité entre les deux pays et il illustre son propos par les échanges de la souveraine Suiko avec l’empereur de Chine en 607 et en 608. Il met aussi en relief l’absence de lettres adressées par le Japon au souverain de Chine en 806, en 1118 et en 1368, ce qui illustre, selon lui, l’attitude réservée du Japon vis-à-vis du protocole diplomatique imposé par la Chine. La postface de Zuikei Shûhô évoque aussi l’échec de l’invasion mongole au Japon, en insinuant discrètement que l’armée mongole venue de Chine n’était pas très puissante. Par ailleurs le niveau de la culture religieuse du Japon est présenté comme égal à celui de la Chine et cette idée est illustrée par le va-et-vient des moines éminents des deux pays. Zuikei Shûhô insiste aussi sur la profonde dévotion du shogun Sanetomo qui l’a poussé à rechercher une relique bouddhique en Chine. Et il met en relief le don colossal de deux mille onces d’or adressé par le Japon au plus grand monastère Zen chinois de son époque. Il montre ainsi que le Japon ne reculait devant rien quand il s’agissait de promouvoir le Zen. C’est ainsi qu’au terme de sa chronique, Zuikei Shûhô donne son avis sur l’histoire diplomatique du Japon alors que jusque-là, il s’était abstenu de porter un jugement expressis verbis sur les événements et s’était contenté de mentionner des faits et des documents d’archives dans l’ordre chronologique.

Bibliographie

35Hérail, Francine (éd.), L’histoire du Japon des origines à nos jours, Hermann, 2009.

36Ishii Masatoshi (éd.), « Zenrin kokuhôki », dans Tanaka Takeo, Zenrin kokuhôki, Shintei-zoku Zenrin kokuhôki, Shûeisha, 1995, p. 1-249.

37Ishii Masatoshi et al. (éd.), Kentôshi kenkyû to shiryô, Tôkyô daigaku shuppankai, 1987.

38Robinson, Kenneth, « Centering the King of Choson: Aspects of Korean Maritime Diplomacy, 1392-1592 », The Journal of Asian Studies, 59-1 (2000).

39Verschuer, Charlotte von, Le commerce entre le Japon, la Chine et la Corée à l’époque médiévale, VIIe-XVIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

40Verschuer, Charlotte von, « Japan’s Foreign Relations 600 to 1200 A.D. A Translation from Zenrin kokuhôki », Monumenta Nipponica, 54-1 (1999), p. 1-39.

41Verschuer, Charlotte von, « Japan’s Foreign Relations 1200 to 1392 A.D. A Translation from Zenrin Kokuhôki », Monumenta Nipponica, 57-4 (2002), p. 413-454.

42Verschuer, Charlotte von, « Ashikaga Yoshimitsu’s Foreign Policy 1398 to 1408 A.D. A Translation from Zenrin Kokuhôki, the Cambridge Manuscript », Monumenta Nipponica, 62-3 (2007).

43Verschuer, Charlotte von, « Les relations diplomatiques entre la Chine et le Japon au début du xve siècle, d’après une lettre adressée par l’empereur Yongle au shôgun Ashikaga Yoshimochi », Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, éd., Les relations diplomatiques au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 197-208.

44Verschuer, Charlotte von, Les relations officielles du Japon avec la Chine aux VIIIe et IXe siècles, Genève, Librairie Droz, 1985 (EPHE, Collège de France, Institut des Hautes Études japonaises).

45Wang, Yi-t’ung, Official Relations between China and Japan 1368-1549, Harvard University, thèse de doctorat non publiée, 1953.

46Zenrin kokuhôki, fac-similé de l’édition xylographique de 1657, Kokusho Kankôkai, 1975.

47Zenrin kokuhôki, manuscrit, Cambridge Library, item number 1384, Section Nine (Gaikoku kankei).

Haut de page

Notes

1 Tôkyô daigaku Shiryô hensanjo, éd., Dainihon komonjo vol. 1-25, Tôkyô daigaku shuppankai, 1977 (première impression 1901) ; Kunaichô Shôsôin jimusho, éd., Shôsôin komonjo eiin shûsei (Fac-similé des documents du Shôsôin), 17 vol., Tokyo, Yagi shoten, 1988-2007 ; « The komonjo full text database », en ligne sur : University of Tokyo Historiographical Institute.

2 Farris, Wayne, « Pieces in Puzzle: Changing Approaches to the Shôsôin Documents », Monumenta Nipponica 62-4 (2007), p. 397-435.

3 <Chiffre donné par Kuwabara Yûko, « Shôsôin monjo chûshaku » (Ishiyamadera) 3, no 1, Kodaigaku 8 (mars 2016), p. 14.>

4 DNK XV : 182 (Dainihon komonjo, vol. 15, p. 182), fragment concernant le chantier de construction du temple Ishiyamadera, daté de Tenpyô hôji 6.4.2. (762), même lot de fragments qu’un autre lot compris dans DNK XVI : 178.

5 Au sujet des miroirs, voir Torao II : 400 (Torao Toshiya, éd., Engishiki, Shûeisha, vol. 2, 2007, p. 400). Voir une analyse des documents du Ishiyamadera par Fukuyama Toshio, Jiin kenchiku no kenkyû, vol. 2, Chûô kôrôn bijutsu shuppan, 1982 (première édition 1973).

6 Le terme « cuivre pur » s’oppose à « cuivre » dô 銅 ; dô désigne aussi bien le cuivre que le bronze. Torao II : 400, 401, 1200, ne fait pas de distinction entre les deux.>

7 Voir un tableau des mesures selon le Engishiki (927, ci-après abrégé ES), dans Torao I : 1099. Il s’agit vraisemblablement d’une erreur pour 70 petites livres kin (15,75 kg) ce qui donne 3 937 g pour chaque miroir, chiffre qui correspond à un miroir actuellement conservé au Shôsôin ayant un diamètre de 24,7 cm et un poids de 3 707 grammes ; cf. Nara kokuritsu hakubutsukan, éd., Shôsôin-ten 2014, p. 74.

8 Byakurô, alliage de plomb namari et d’étain suzu, en proportion de 4 pour 1 (Nihon kokugo daijiten NKD, entrée byakurô qui cite Shoku Nihongi Monmu 2.7., 698, fournitures de Iyo). Le bronze du miroir conservé au Shôsôin a la même composition, cf. Nara kokuritsu hakubutsukan, op. cit., p. 74, no 33, miroir en bronze, composé de cuivre 74 %, d’étain 24 %, de plomb 4 %, avec des inclusions de fer, de nickel, de zinc aen 亜鉛 (Zn) et d’argent.

9 Tesshô / shôtetsu 鉄精, il s’agit vraisemblablement d’une matière utilisée pour la pâte abrasive à polir qui était composée de poudre de fer, d’huile de sésame et de charbon traditionnel et qui servait pour le polissage final, selon le Engishiki, cf. ES Torao II : 400.

10 Les pierres à grain grossier servent pour l’affûtage et celles à grain fin, pour le polissage.

11 Aoto, pierres à polir de calibre fin et de couleur bleuâtre (cf. Torao II : 391), utilisées après d’autres pierres de calibre plus grossier ; Christian Fleury, communication personnelle.

12 Nikozumi, nikizumi, charbon de bois tendre, par exemple de pin matsu ou de châtaigner kuri (NKD).

13 Amandine Cosson, communication au cours du séminaire.

14 Clio Simonetta, communication au cours du séminaire.

15 D’après Torao II : 1196, le tour de potier servirait pour la confection du modèle en cire. Nous pensons toutefois qu’il était utilisé pour le polissage parce que la fabrication d’un modèle au tour ne demande pas deux jours, mais tout au plus une ou deux heures.

16 Fu 夫 et kyôsaku 共作 sont deux appellations d’une même fonction. Fu 夫 sont des aides sans spécialisation, à la différence des techniciens comme les takumi / kô 工 ou zakkô 雑工 qui sont des artisans spécialisés ; cf. Torao II : 387, 1196, (début du fascicule 17 du Engishiki). Torao cite aussi le Engishiki fascicule 5, Saigû-shiki qui dit « prendre un domestique shichô 仕丁 comme aide fu 夫 ou kyôsaku 共作 » (shichô o torite kore o atsu 取仕丁充之).

17 Le total des 124 unités concerne 10 personnes travaillant chacune un nombre de jours différent ; les unités représentent donc le nombre de jours à prévoir pour la comptabilité des denrées alimentaires indiquées ci-dessous.

18 Directeur de l’Office de la construction du temple Tôdaiji qui gérait aussi le chantier du Ishiyamadera.

19 DNK XVI : 309-315, Brouillon de rapport du bureau de la Construction du pavillon d’Or kondô [du temple Hokkeji de Nara] Saku Kondô-sho no ge an, cité dans Kushiki Yoshinori, Nihon kodai rôdôryoku hensei no kenkyû, Hanawa shobô, 1996, p. 265.

20 C. von Verschuer, Le riz dans la culture de Heian – mythe et réalité, Paris, Collège de France, diffusion De Boccard, 2003, p. 269-273.

21 Asaka Toshiki, Nihon kodai shu-kôgyô-shi 手工業史 no kenkyû, Hôsei Daigaku, 1971, p. 113, 114.

22 DNK I : 607-620 Owari no kuni shôzeichô, daté de 734, mentionne des charpentiers d’Owari envoyés à Nara ; voir Asaka, 1971, p. 108, 109.

23 DNK II : 146-148 Chikuzen no kuni shôzeichô, daté de 738, mentionne des fabricants de claies, de fourneaux, de tours de tourneurs et d’éleveurs de faucons venus de Chikuzen ; Asaka, p. 112-113.

24 Code administratif ritsuryô, règlement sur l’organigramme de la cour Shikiinryô, art. 7-10, 26, 33-41, 48-57, cf. Ritsuryô, édité par Inoue Mitsusada et al., coll. « Nihon shisô taikei », vol. 3, Iwanami shoten, 1976, p. 163-185. Voir Hérail, Francine, La cour et l’administration du Japon à l’époque de Heian, Genève, Librairie Droz, 2006, les chapitres sur les ateliers, p. 614-665.

25 Voir une liste des manuscrits dans Ishii 1995, p. 641-657. Le manuscrit de Tenri ne comporte aucune date.

26 Lieu indéterminé car il existe de nombreux temples portant le même nom.

27 Ishii, p. 204 ; la date de la postface de Zuikei Shûhô ne figure dans aucun manuscrit japonais et on la trouve seulement dans la reproduction imprimée de la Suite de la collection des écrits du Japon (coll. Zoku gunsho ruijû, vol. 30 jô Zatsu, chap. 879), une compilation de Hanawa Hokiichi (1746-1821).

28 Voir notre traduction des quatre premières parties dans les Annuaires. Résumés des conférences et travaux, EPHE, SHP 2001-2002, 2004-2005, 2008-2009, 2010-2011, 2013-2014 ; voir la bibliographie ci-dessous.

29 <Zenrin kokuhôki, éd. Ishii, 1996, p. 201-205, et le manuscrit de Cambridge (feuillet commençant par : 余按国史).>

30 Suiko, souveraine dont la cour se trouvait au cœur du Yamato (la région actuelle d’Asuka au sud de Nara), cf. F. Hérail, p. 62.

31 Référence au Zenrin kokuhôki, entrée de Suiko tennô 15e année (607) ; voir Verschuer, 1999, p. 13. Voir Nihonshoki Suiko 15.7. (607), retour de l’ambassadeur Ono no Imoko ; cf. Ishii, 1987, p. 109.

32 Zenrin kokuhôki dans Ishii, 1995, p. 202. En 1470 Zuikei Shûhô cite la première « Chronique du Japon » Nihonshoki (720), livre 22, article « Suiko tennô 16e année, 9e mois » (608), mais avec une modification. Le texte original du Nihonshoki dit : « L’empereur de l’Est Higashi no tennô adresse ses salutations au souverain de l’Ouest Nishi no kôtei » (Ishii, 1987, p. 123). Pourtant, au début de sa chronique, Zuikei Shûhô donne le texte correct du Nihonshoki (Ishii, 1995, p. 32). Le titre d’empereur tennô a été adopté pour la première fois par l’empereur Tenji (668-671). Ce titre a été rétroactivement appliqué aux souverains du Japon depuis les temps mythiques dans la chronique Nihonshoki dont l’édition a été initiée par l’empereur Tenji, cf. Hérail p. 63. Les chroniques chinoises utilisent toujours l’appellation « empereur » huangdi (kôtei) 皇帝 de Chine et Zuikei Shûhô suit cet usage plus loin dans son texte.

33 C. von Verschuer, 1985, p. 517 ; il y a eu dix-sept ambassades japonaises en Chine entre 600 et 838 ; l’empereur Kanmu (r. 781-806) a envoyé une seule ambassade en Chine en 804.

34 Ishii, 1995, p. 69, note que ces deux marchands sont inconnus par ailleurs. Selon C. von Verschuer, 1999, p. 35, ces marchands chinois auraient dit aux Japonais : « vous êtes le chef des barbares de l’Est ; le peuple du Japon est comblé de modestie et sa terre est prospère ; depuis toujours vous avez présenté votre allégeance à nos illustres règnes, mais par la suite, il y a eu un long silence où vous avez négligé votre devoir de nous apporter le tribut ; il est temps maintenant de venir remplir votre devoir ». Mais cette citation ne figure pas dans le Zenrin kokuhôki.

35 Shigemori est le fils aîné de Taira no Kiyomori (1118-1181), un guerrier qui s’est imposé à la cour et s’est emparé du pouvoir en 1168. Mais par la suite, la maison Taira a été évincée après sa défaite de 1185, au cours des guerres Genpei.

36 Grand monastère Zen Tiandongsi du mont Ayuwangshan dans le Zhejiang, près de l’actuelle ville de Ningbo. Il s’agit d’un mécénat de 2 000 onces d’or que les Taira auraient envoyé au monastère vers 1179, épisode relaté dans le Heike monogatari (xiiie-xive siècle).

37 La version du Zenrin kokuhôki de cette légende, également connue par ailleurs, est la plus détaillée (C. von Verschuer, 2002, p. 423-426). Le shôgun aurait envoyé une mission en Chine pour rechercher une relique au mont Jingshan près de Chang’an, à la suite d’un rêve qu’il avait fait dans lequel il était lui-même une réincarnation du grand moine Daoxuan (596-667), fondateur de l’école du Vinaya Lü du mont Jingshan.

38 Il s’agit du moine chinois Mugaku Sogen (1226-1286), supérieur du monastère du mont Ayuwangshan. Il a été invité à venir au Japon par le régent Tokimune pour devenir supérieur fondateur du monastère Engakuji de Kamakura, ville où se trouvait le siège du gouvernement militaire des shoguns de 1185 à 1333.

39 Du milieu du ixe siècle au milieu du xive siècle, il n’y a pas eu d’échange de missions officielles du Japon avec la Chine et la Corée.

40 Cette façon de désigner les deux souverains est une variante de celle utilisée plus haut (voir note 32), variante que Zuikei Shûhô a sans doute adoptée parce qu’elle correspondait mieux à leur titre.

41 Tous les manuscrits japonais donnent « contrée de l’Ouest » seihi 西鄙, en citant une phrase des classiques chinois concernant deux royaumes de la Chine antique. Mais le manuscrit de Cambridge dit à juste titre « contrée de l’Est » tôhi 東鄙, puisque le Japon est situé à l’est de la Chine. Zuikei Shûhô a donc adapté la citation chinoise à la situation réelle du Japon. Ce détail est l’un des éléments qui permettent de penser que le manuscrit de Cambridge est la copie la plus proche du manuscrit autographe de Zuikei Shûhô.

42 Il s’agit des deux invasions mongoles de 1274 et 1281 qui se sont terminées par la destruction de la flotte mongole par une tempête (appelée « vent divin » kamikaze dans les classiques japonais).

43 Le gouvernement général était situé dans la ville actuelle de Fukuoka. Le gouverneur général était le prince Kaneyoshi (?-1383), fils de l’empereur Godaigo de la cour de Yoshino.

44 Épisode de Ôan 6 (1374), cf. Ishii, 1995, p. 99 ; Verschuer, 2002, p. 438.

45 Cf. Ishii, 1995, p. 103, et Verschuer, 2002, p. 441.

46 Dans le manuscrit de Cambridge, « À la suite de cela » kore ni oite 於是 est écrit : « avant cela » kore yori mae 前是. Mais à en juger par la succession des faits, « avant cela » est une erreur de copiste.

47 Rokuon’in, temple rattaché au Shôkokuji, fondé par Yoshimitsu. Ishii, 1995, p. 202, reproduit ici une note du Zenrin kokuhôki, coll. Zoku gunsho ruijû, vol. 30 jô, p. 368, qui ne se trouve dans aucun manuscrit japonais ni dans celui de Cambridge.

48 Envoyé chargé d’une lettre officielle en 1401, traduite par Verschuer, 2014, p. 125.

49 Koitsumi revient à Kyoto en 1402, 8e mois, 11e jour, accompagné des envoyés de Jianwen qui apportent une lettre du souverain chinois, datée de 1402, 2e mois, 6e jour ; voir Verschuer, 2007, p. 280-282 ; Wang Yi-t’ung, p. 22-23.

50 Départ en 1403, voir Zenrin kokuhôki, Ishii, 1995, p. 113 ; Verschuer, 2007, p. 283, note 54. Kenchû Keimitsu, dates inconnues, moine Zen de l’école Rinzai, nommé supérieur du Tenryûji en 1403, 2e mois, 18e jour, la veille de son départ de Kyoto pour la Chine.

51 Yongle a occupé la capitale de Pékin et détrôné son neveu Jianwen en 1402, 6e mois. Cette nouvelle est arrivée à Kyoto quand les deux envoyés chinois n’étaient pas encore partis de Kyushu. Cf. Ishii, 1996, p. 113 ; Verschuer, 2007, p. 282, notes 53 et 54.

52 Les insignes en deux parties étaient constitués par des fiches en papier qui comportaient le nom de l’ère et une numérotation. Elles étaient coupées en deux et une moitié était conservée à la cour chinoise et l’autre remise aux ambassadeurs du shogun. Le shogun (qui en avait reçu un lot) a muni ses ambassadeurs d’une moitié de fiche. La calligraphie de l’inscription permettait de vérifier l’authenticité de la fiche quand on réunissait les deux moitiés.

53 Écrit « époque des Yuan » Gen no ki 元期 dans le manuscrit de Cambridge, mais « sous la dynastie des Yuan » Gen chô 元朝 dans tous les autres manuscrits, cf. Ishii, 1995, p. 204. Il nous semble que l’expression « époque des Yuan » correspond à l’attitude d’un archiviste de 1470 qui a consulté les documents originaux et que celle de « dynastie des Yuan », figurant dans tous les autres manuscrits, correspond à une formulation d’historien ayant consulté les histoires dynastiques compilées après les événements.

54 Ishii, 1995, p. 204, et le manuscrit de Cambridge écrivent : uramu beki ka / uramu beki ya / uramu beki kana 可恨哉, expression difficile à interpréter : « Que c’est regrettable ! / Faut-il regretter cela ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte von Verschuer, « Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018, 404-414.

Référence électronique

Charlotte von Verschuer, « Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 149 | 2018, mis en ligne le 11 juillet 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ashp/2752

Haut de page

Auteur

Mme Charlotte von Verschuer

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals