Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences

Démotique

Michel Chauveau
p. 6-10

Résumé

Programme de l’année 2017-2018 : I. Textes documentaires. — II. Papyrus littéraires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Studies in honor of John A. Wilson, Chicago, 1969 (SAOC 35), p. 43-54 ; le papyrus a été republié p (...)

1Le directeur d’études a proposé aux étudiants et auditeurs une révision du papyrus British Museum 10845, provenant de la collection Michaelides et publié en 1969 par le savant américain George Hughes sous le titre intrigant de « The Cruel Father »1.

2Il s’agit d’une plainte adressée par deux orphelins aux animaux sacrés d’Hermopolis, ceux-ci étant censés les défendre dans un éventuel procès intenté à leur père, coupable selon eux de les avoir spoliés et abandonnés. Appartenant à un type de textes connus sous l’appellation « appels aux dieux », ce document est inhabituellement développé. Plutôt que de le situer à l’extrême fin de la période lagide, selon l’éditeur qui s’est fondé sur des graphies correspondant en fait à des lectures erronées, l’ensemble des données paléographiques incite à lui attribuer une date plus ancienne, vers la fin du troisième ou le début du deuxième siècle avant notre ère. Une photo récente de ce papyrus est disponible en ligne sur le site du British Museum. Celle-ci nous a permis de proposer plusieurs corrections importantes que la mauvaise qualité de la reproduction jointe à l’édition originale de permettait pas d’effectuer. Voici la traduction à laquelle nous sommes parvenus à l’issue de cette série de conférences :

Psenthotès et la fille Tnéphérôs(a), les deux enfants mineurs qu’Haonchis a mis au monde pour Harpakèmis – (celui-ci) étant méchant, les ayant jetés dehors sans avoir eu de pitié pour eux – sont ceux qui déclarent devant l’Ibis, le Faucon, le Babouin, et tous les dieux qui reposent avec ceux-ci dans la demeure de l’Ibis, le grand dieu qui réside à Hermopolis :

(Pour) nous, veuillez bien nous défendre devant la Cour et puissiez-vous faire en sorte qu’on écoute notre voix !(b) Avilissement la nuit et misère le jour à cause d’un méchant, [...] un impie (qui ?) ne connaît pas de regret, que l’on nomme Harpakèmis, alors que son (vrai) nom est Sharaha(c), fils d’Oun-Montou, que l’on appelle notre père, alors qu’il n’a pas eu pitié de nous, et avec qui notre mère avait passé de nombreuses années. Elle nous avait elle-même mis au monde pour lui(d). Ma (sic) mère mourut alors que nous étions en bas âge, il prit alors une autre femme dans sa maison et il nous jeta dehors dès le jour de sa mort. Il ne nous donna ni pain, ni vêtement ni huile. Quiconque ressent pour nous la pitié que le dieu a mise dans son cœur, s’il nous voit affamés, il nous donnera un pain. Quiconque nous trouve dans les angles des murs dans la rue le soir, et qui ressent pour nous la pitié que le dieu a mise dans son cœur, il nous amènera(e) dans sa maison jusqu’au matin. Alors même que la dot de notre mère est sous sa mainmise et qu’il nous en a spoliés ! Nous n’avons trouvé personne qui nous servira de protecteur contre lui en dehors de vous. C’est vous qui nous défendrez. S’il prête serment devant vous, puissiez-vous l’interroger, puissiez-vous nous départager d’avec cet homme-là ! Innombrables sont les sévices qu’il commet contre nous. Si une brute nous frappe dans la rue, tout ce qu’il dit est : « Battez-les ! », il ne dit jamais : « Arrêtez ! ». S’il nous voit à la porte de sa maison, il nous jette des pierres(f). Cet homme-là, il a de l’argent, des céréales, des légumes(g) et (d’autres) choses, il n’est pas à court de ce pain qui nous avait été destiné(h) ! Ils sont trop nombreux pour être écrits, alors qu’aucun papyrus ne peut les recevoir, les privations, les vols, les vexations et les contraintes que Hor-le-méchant(i), notre père susmentionné, exerce sur nous. Avilissement la nuit et misère le jour à cause de cet homme-là ! Si vous l’interrogez, et si vous nous départagez d’avec lui, alors les magistrats(j), les juges et les assesseurs du tribunal, quand ils l’interrogeront, établiront notre droit dans notre procès avec lui(k). Nous sommes tombés, faites-nous relever ! Nous sommes opprimés, faites-le cesser ! Nous subissons l’injustice, faites que notre droit soit établi !

Nous jetons cet appel devant les dieux dont les noms sont écrits ci-dessus. Quiconque accèdera à ce document avec malveillance afin de le dénigrer, obligez-le à ne pas s’écarter de sa littéralité en notre faveur(l). Faites qu’il le lise du début à la fin. Faites que cet homme-là [le lise] à la porte sud, à la porte nord, à la porte occidentale et à la porte orientale du lieu tandis que les dieux s’y reposent(m), et c’est en entendant (la lecture de) cette lettre qu’ils lanceront leur malédiction.

3Notes :

  • 2 Ainsi dans le Papyrus Dodgson, sur lequel voir mon rapport dans l’Annuaire. EPHE, SHP, 144e année ( (...)

4(a) T3-nfr-r et non N3-nfr-r (éd.), cf. E. Lüddeckens et al., Demotisches Namenbuch, 1996, p. 1068. Pour la lecture s.m.t au lieu de w῾.t, voir M. Depauw, the Demotic Letter, Sommerhausen, 2006 (Dem. Stud. 14), p. 357. — (b) Je lis d’après la photo inn mtw=tn mr nt=nm-b3 t3 qnb.t mtw=tn [di.t sm=w] rw=n au lieu de iw=n mtw=tn mr[=tn n] m-b3 t3 qnb.t [sm=tn r] rw=n « We are yours. May you favor us before the Council and may listen to our plea » (éd.), difficilement explicable grammaticalement. Noter la construction du pronom indépendant (ⲁⲛⲟⲛ) en anaphore du COD suivi d’un conjonctif indépendant à sens injonctif. — (c) En dépit de l’opinion de l’éditeur, qui se fondait sur l’emploi de l’expression mtw=w d n=f, ce n’est pas r-pa-Kmy qui doit être considéré comme le surnom du père, mais bien Šr-῾. Celui-ci doit être un sobriquet que les deux enfants substituent au véritable nom de leur bourreau, selon une pratique bien attestée comme châtiment infligé aux criminels2. Il pourrait s’agir de l’équivalent du copte ϣⲁⲣⲁϩⲉ « ayant brièvement vécu », exprimant ainsi le souhait des enfants d’un trépas prochain de leur géniteur. — (d) Je lis w3=s ms=n ῾=sn=f n-mwt t3y mwt au lieu de w3=s ms=n di=f n-mwt t3y<=n> mwt « She bore us and he caused our mother’s death » (éd.), car les signes bien visibles sur la photo entre ms=n et =f ne permettent pas de lire le causatif di, tandis que le pronom =f semble bien surmonté du datif n. Je ne peux rien proposer d’autre que l’intensif ῾=s « elle-même », bien que le sens de la nuance apportée par ce dernier n’apparaisse pas clairement. En tout cas, il ne paraît pas probable que les plaignants aient accusé leur père du féminicide de leur mère. — (e) Malgré l’avis contraire de l’éditeur, les traces me semblent mieux correspondre à in « amener » qu’à 3y « take ». — (f) Lire iny.t « pierre(s) » au lieu de ipy.t « oipe-container » (éd.), malgré le déterminatif sans rapport évident avec l’une ou l’autre lecture. — (g) Lire probablement pr.t sm « céréales et légumes », au lieu du simple pr.t (éd.) dont la graphie serait inexplicablement étendue. — (h) Je lis p3y ῾q <r.>wn-n3.w 3῾.w n=n au lieu de p3y ῾q <r.>wn-n3.w ir=f t3 ḥṱ n=n, lecture que l’éditeur a eu beaucoup de peine à justifier. Pour l’expression 3῾ n « préserver pour », comparer le copte ⲕⲱ ⲛ-. — (i) Le nom r-pa-Kmy « Horus-d’Égypte » a été cette fois transformé en r-p3-wh3 « Horus-le-méchant », selon le même procédé de débaptisation discuté supra note (c). — (j) Lire n3 sr.w au lieu de n3 s3wty.w « the guards » (éd.), voir J. Quack, Enchoria 18, 1991, p. 193-196. — (k) La séquence « magistrats, juges et assesseurs », selon notre interprétation, plutôt que « guards, messengers and servants », selon les lectures et interprétations de Hughes, semble bien évoquer la tenue d’un procès réel, les dieux étant censés inspirer le tribunal dans le jugement qui doit être rendu. — (l) Cette séquence doit être lue ainsi : p3 rmt nb p3 t3 mtw=f p p3y b3k (n) hbl[3] r b=f m-ir di.t šm=f r-bnr r=f n=n au lieu de p3 rmt nb p3 t3 mtw=f tk p3y b3k (n) h῾3[h] r b=f m-ir di.t šm=f r-bnr r rw=n « As for anyone in the world who will set this document on fire to destroy it, let him not to escape from our plea » (éd.). Noter que le signe lu rw par Hughes n’est autre que le déterminatif habituel de r « face », r=f « sa face » désignant le texte littéral contenu dans le document. Ce que nous lisons n=n pourrait aussi être le pronom [[=n]] biffé et remplacé par =f, ce dernier étant très clair sur la photo. Il n’est donc pas question dans ce passage d’une possible destruction du papyrus par le feu, mais d’une tentative de la partie adverse de minimiser son contenu, ce qui renforce l’hypothèse d’une pièce susceptible d’être présentée lors d’un procès réel. Enfin l’abandon des lectures tk et h῾3[h] permet d’éliminer les principales preuves paléographiques avancées par Hughes pour une datation tardive du papyrus. — (m) L’emploi d’un circonstanciel au lieu du relatif attendu, qui a rendu justement l’éditeur perplexe, pourrait indiquer à mon sens qu’il n’est pas question du lieu de résidence habituel des hypostases divines, mais plutôt d’un reposoir ou d’un kiosque ouvert dans les quatre directions, et dans lequel seraient exposés les animaux sacrés lors d’une procession. C’est une telle occasion particulière qui rendrait possible la publicité de cet appel devant le tribunal des prêtres.

5Cet « appel aux dieux » est ainsi une véritable plainte déposée auprès du tribunal du temple d’Hermopolis par deux enfants dans le but de récupérer l’héritage de leur mère dont leur père les a indûment spoliés. Les plaignants, mineurs et dépourvus de tuteur, puisque orphelins de mère et victimes de leur père, choisissent de se mettre sous la protection des dieux, et la plainte, effectivement destinée à être traitée par le tribunal des laocrites, a été rédigée par un professionnel qui l’a conçue comme un véritable plaidoyer susceptible d’émouvoir les juges humains en faveur de la cause défendue, et non seulement les dieux auxquels elle est explicitement adressée. Il s’agit donc bien d’un document ayant une réelle valeur juridique, et non d’un simple témoignage de piété confiante mais vaine.

  • 3 Les « révoltes égyptiennes » : recherches sur les troubles intérieurs en Égypte du règne de Ptolémé (...)
  • 4 F. de Cenival, D. Devauchelle et M. Pezin (†), « Les “révoltés” d’Hermonthis (Pap. Louvre F 13584 R(...)
  • 5 Voir A.-E. Veïsse, op. cit (n. 3), p. 67-73 et 79.
  • 6 A, col. 1, 1. 1 et 2, selon notre lecture pr-ḥḏ n p3 tš.
  • 7 A, col. 2, l. 1-2, selon notre interprétation.
  • 8 A, col. 1, l. 9.
  • 9 A, col. 1, l. 5 et 8.
  • 10 Le seul point commun semble être la mention d’un certain Hermias (frgt A, col. 2, l. 3 ; et frgt B, (...)

6À la demande de Mme Anne-Emmanuelle Veïsse, auteur d’un livre désormais classique sur les révoltes égyptiennes3, nous avons examiné et commenté la toute récente publication4 d’un papyrus conservé au Louvre, provenant du site de Gébélein et concernant de graves troubles en Haute-Égypte, probablement au tournant des iie et ier siècles avant notre ère. Le papyrus en question est constitué de deux fragments notables, dont le plus important comporte deux colonnes de texte lacunaires. C’est ce dernier qui suscite le plus grand intérêt, puisqu’il reproduit un rapport très circonstancié sur la répression d’une révolte ayant affecté les nomes pathyrite et hermonthite en Haute-Égypte, complétant ainsi un dossier déjà fourni de documents connus depuis longtemps et relatant des troubles similaires5. Il y est question de combats engageant des cavaliers et de l’infanterie, dont l’un des enjeux pourrait avoir été le contrôle du magasin ou entrepôt public du nome6 (d’Hermonthis ou de Pathyris ?). On note aussi l’inondation intentionnelle du terroir dans le but probable de gêner le mouvement des troupes7, des saisies d’animaux domestiques8, et la mention de nombreuses victimes9. En revanche, le texte livré par le second fragment ne semble concerner que des affaires agricoles et financières, sans qu’on puisse trouver le moindre lien évident de forme ou de contenu avec le premier10, l’écriture même paraît différente, au point qu’on peut s’interroger sur la pertinence, voire la réalité, de leur réunion sur un seul papyrus, réunion que les éditeurs n’ont guère argumentée de manière convaincante.

7L’état de ces fragments est tel qu’il est impossible de restituer une seule phrase complète, et que l’interprétation donnée dans la publication comporte nombre de points hypothétiques et de problèmes insolubles. Malgré toute la minutie et l’acribie dont ont fait preuve les éditeurs, on peut proposer quelques corrections ou suggestions de lecture et de traduction qui ont été discutées lors de plusieurs séances consécutives :

8Fragment A, col. 1

9l. 1 : à la place de pr-Mwt (?), je me risquerai à lire pr-ḥḏ (également à la ligne 2 : fy=f r pr-ḥḏ, et col. 2, l. 2). Je traduirai la ligne ainsi : « [...] il les apporta (ou amena) au magasin du district. » La graphie est en tout cas très différente de celle, plus assurée, de pr-Mwt dans le fragment B, ligne 2.

10l. 4 : gtp=w « ils furent défaits », plutôt que « ils vainquirent », selon l’usage le plus habituel du copte ϭⲱⲧⲡ, les rares parallèles démotiques ainsi que le déterminatif de la mort ici employé.

11l. 6 : lire […] n=w r Iwn-Mn iw=w pt m-s3=w, « […] ils s’approchèrent d’Hermonthis, alors qu’on leur courait après (ou en courant après eux) », au lieu de [… n3 rm nty (?)] bks r Iwn-Mn iw=w pt irm=w, « [… les hommes qui se sont (?)] révoltés vers Hermonthis, en s’enfuyant avec (?) eux. ». À noter que le mot bks « révolte » n’apparaît nullement dans le texte conservé, ce qui rend moins pertinent le titre même de l’article : « Les “révoltés” d’Hermonthis ».

12Col. 2

  • 11 Les restes du mot partiellement en lacune peuvent difficilement correspondre à yr « flot », le déte (...)
  • 12 À noter que l’antécédent de cette relative ne peut pas être šte « canal », ce substantif étant indé (...)
  • 13 loc. cit., p. 245.

13l. 1-2 : une courte lacune gênante a dissuadé les éditeurs de proposer une interprétation claire pour ce début de paragraphe. La suggestion, non reprise dans la traduction, de lire tw[s n3 y]r.w n šte « voici les flots dans le canal… » me paraît impossible, puisque l’on attend ici, juste après la mention d’une date, une narration et non un discours. L’élément tw initial ne peut donc être qu’un sm=f causatif, et le sujet pluriel qui suit doit sans aucun doute désigner des individus chargés d’entretenir et de réguler les canaux d’irrigation. Je proposerai, en liant cette ligne à la suivante : « Le 9 Mésorè, [les] gardiens11 de canaux qui font circuler l’eau12 firent [ouvrir les vannes (?) …], l’eau monta tandis que les barrages et les digues étaient rompus vers le magasin […] ». Si cette hypothèse est juste, la montée de l’eau ne serait plus directement liée à la crue du Nil, comme le pensent les éditeurs13, mais serait la conséquence d’une action humaine, et il n’y aurait donc plus lieu d’y voir un indice pour la datation de ce texte.

14l. 3 : au vu du déterminatif de la mort, q me semble devoir être rapproché du copte ϧⲟⲕ « frapper, heurter, bousculer, écraser », plutôt que de qr (copte ϧⲱⲕ) « être orné, paré, armé ». Je comprends donc ainsi la phrase : « Hermias et la cavalerie bousculèrent la troupe (à pied) qui était avec lui », probablement par une fausse manœuvre. On peut supposer que la cavalerie, ayant brusquement fait retraite pour une cause quelconque (embuscade ?), a piétiné les fantassins disposés à l’arrière, type d’accident souvent relaté dans les récits guerriers.

15l. 6 : après lf῾, lire tw3e [n sw] 10 [+x ?] « (Au) matin du 10 [+ x ?] (Mésorè) ». Le signe qui suit doit être une simple croix en x, analogue à celle qui se trouve en marge de la ligne suivante. Pour l’ajout interlinéaire au-dessus, on ne peut retenir que la seconde solution de lecture proposée par les éditeurs : wš n s « texte manquant », explicitant ainsi la présence de la croix. Une telle annotation du scribe permet d’inférer que ce dernier a compilé différents rapports partiels (rédigés sur ostraca ?), et que ceux-ci comportaient éventuellement des lacunes.

16Fragment B

17l. 5 : au lieu de p3 nty iw(=y) r šp ir [...], que l’absence de pronom résomptif rend difficile à accepter, je lirai bien p3 w 20, en traduisant : « […] leur taxe sur la récolte pour le roi, à proportion (du nombre) de 20 cultivateurs ».

18l. 9 : p3 tn n pr-rsy « la digue du Sud » me paraît peu probable, je lirai pour ma part p3 bnr n pr-rsy, et traduirai ainsi : « alors qu’il y en a de nombreux autres en dehors du Sud ».

19l. 10 : lire au début [n3 s]bq, et traduire ainsi la ligne : « les biens qui seront ajoutés au (trésor du) roi sont maigres ».

20l. 11 : lire [p3 r῾-]w3 [r]-fy=w r-r=w iw bn-pw=n r [...] « [la] réclamation qu’on a portée contre eux, alors que nous n’avons pas pu [...] ».

Haut de page

Notes

1 Studies in honor of John A. Wilson, Chicago, 1969 (SAOC 35), p. 43-54 ; le papyrus a été republié par Abd-el-Gawad Migahid, Demotische Briefe an Götter von der Spät- bis zur Römerzeit, Würzburg, 1987, Urk. 9, p. 115-121.

2 Ainsi dans le Papyrus Dodgson, sur lequel voir mon rapport dans l’Annuaire. EPHE, SHP, 144e année (2011-2012), Paris, 2013, p. 2.

3 Les « révoltes égyptiennes » : recherches sur les troubles intérieurs en Égypte du règne de Ptolémée III à la conquête romaine, Louvain, 2004 (Stud.Hell. 41).

4 F. de Cenival, D. Devauchelle et M. Pezin (†), « Les “révoltés” d’Hermonthis (Pap. Louvre F 13584 Ro) », dans K. Donker van Heel, F .A. J. Hoogendijk, C. J. Martin (éd.), Hieratic, demotic and Greek Studies and Text Editions – Festschrift in Honour of Sven P. Vleeming (P.L.Bat. 34), Leyde, 2018, p. 233-248.

5 Voir A.-E. Veïsse, op. cit (n. 3), p. 67-73 et 79.

6 A, col. 1, 1. 1 et 2, selon notre lecture pr-ḥḏ n p3 tš.

7 A, col. 2, l. 1-2, selon notre interprétation.

8 A, col. 1, l. 9.

9 A, col. 1, l. 5 et 8.

10 Le seul point commun semble être la mention d’un certain Hermias (frgt A, col. 2, l. 3 ; et frgt B, l. 3), mais, comme le reconnaissent les éditeurs, le nom est trop répandu dans la Thébaïde de l’époque pour affirmer qu’il s’agit du même individu.

11 Les restes du mot partiellement en lacune peuvent difficilement correspondre à yr « flot », le déterminatif étant d’ailleurs différent de celui de l’eau. La graphie, courte mais apparemment complexe, serait plutôt celle d’un logogramme, peut-être s3wty ?

12 À noter que l’antécédent de cette relative ne peut pas être šte « canal », ce substantif étant indéterminé.

13 loc. cit., p. 245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Chauveau, « Démotique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019, 6-10.

Référence électronique

Michel Chauveau, « Démotique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 150 | 2019, mis en ligne le 07 juin 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/2851

Haut de page

Auteur

M. Michel Chauveau

Directeur d'études, M., École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Démotique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Démotique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Démotique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Démotique [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Démotique [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Démotique [Texte intégral]
    Conférences de l'année 2011-2012
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals