Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux

Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale

Conférence de François-Xavier Dillmann
p. 186-188

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : I. Lecture et explication de poèmes eddiques — II. Études de mythologie scandinave.

Haut de page

Texte intégral

1Les conférences de cette année ont été consacrées à l’examen de l’une des représentations eschatologiques les plus caractéristiques de la Scandinavie ancienne, celle concernant le séjour des morts appelé la Valhǫll (ou Valhalle). Cette étude a été menée à partir d’un examen approfondi de trois vieux poèmes norrois, d’une part les Eiríksmál et les Hákonarmál, qui appartiennent au genre des panégyriques, et d’autre part les Grímnismál, poème eddique faisant partie du cycle mythologique.

2À l’issue de plusieurs exposés d’introduction à l’ancienne poésie norroise, l’atten­tion s’est concentrée sur les Eiríksmál : cette œuvre a dû être composée dans la seconde moitié du xe siècle, par un scalde demeuré anonyme, à la demande de la reine Gunnhildr qui souhaitait honorer la mémoire de son mari, le roi de Norvège Eiríkr blóðøx (Éric à la Hache sanglante), lequel trouva la mort en Angleterre vers l’an 954 après avoir été chassé de son pays. La tradition manuscrite de cette œuvre a été présentée de façon détaillée, et l’on a souligné le fait qu’à l’exception de la première strophe, qui est connue également par les manuscrits de l’Edda de Snorri Sturluson, l’ensemble du poème (soit neuf strophes) n’a été préservé que par plusieurs copies récentes de l’un des deux manuscrits sur parchemin de la Fagrskinna, recueil qui vit le jour en Norvège au début du xiiie siècle. L’une de ces copies sur papier (collection arnamagnéenne, cote AM 761 b 4to) fut corrigée de la main même du savant islandais Árni Magnússon vers l’an 1700. C’est à partir d’elle que fut établie par Jón Helgason (dans le recueil intitulé Skjaldevers, Copenhague, 1961) l’édition de référence du poème (ou plus exactement des seules strophes qui en ont été conservées), laquelle a été utilisée au cours des conférences de même que les photographies des pages du manuscrit lui-même, ce qui a permis aux auditeurs de s’initier à la lecture d’un manuscrit norrois de date récente.

3Les neuf strophes des Eiríksmál ont été commentées par le directeur d’études en tenant compte de chacune des variantes offertes par les copies conservées du manuscrit A de la Fagrskinna, et, pour la première strophe du poème, par les principaux témoins de la tradition manuscrite de l’Edda. L’importance de cet examen philologique a été mise en évidence, dès la première strophe, avec la discussion des deux leçons concurrentes du vers 8 au sujet des dispositifs qui sont pris, à la demande du dieu Óðinn, pour préparer l’arrivée du roi Eiríkr à la Valhalle (borðker, « service de table », et biórker, « récipients à bière »). L’étude de la strophe vii, qui est manifestement lacunaire, a retenu longuement l’attention, et il a été montré qu’elle offrait une information de grande valeur au sujet d’un élément central parmi les représentations eschatologiques des anciens Scandinaves : celle de l’attente angoissée de l’attaque de la Valhalle par le loup monstrueux Fenrir à la fin des temps. En outre, le caractère solennel de l’entrée du roi Eiríkr dans la demeure des dieux a été souligné, de même que le rôle qui est assigné dans ce séjour de l’Au-delà aux guerriers morts sur le champ de bataille.

4Composé à une date un peu plus récente, le poème appelé les Hákonarmál est l’œuvre du scalde norvégien Eyvindr Finnsson, qui, selon la tradition littéraire, était très proche du roi de Norvège Hákon inn góði (Hákon le Bon) et qui aurait pris modèle sur les Eiríksmál lorsqu’il voulut célébrer la mémoire de son souverain. Cités à la fois dans la Fagrskinna et dans la Heimskringla de Snorri Sturluson (ainsi que dans l’Edda du même auteur, pour deux strophes et demie), les Hákonarmál décrivent tout d’abord le déroulement de la bataille de Storð (vers 960), que le roi Hákon remporta contre ses neveux, les fils d’Eiríkr blóðøx, mais à l’issue de laquelle il trouva la mort ; puis l’arrivée des deux valkyrjur (ou valkyries) appelées Gǫndul et Skǫgul, qui viennent chercher le guerrier mort pour le conduire à la Valhalle, où il est accueilli par les dieux Hermóðr et Bragi.

5Ce poème de vingt et une strophes fournit un témoignage de première importance sur les plus anciennes conceptions norroises relatives aux figures mythologiques appelées valkyrjur (pluriel du féminin valkyrja, « valkyrie »), au rôle qui est dévolu à ces cavalières dans le choix des guerriers qui trouvent la mort sur le champ de bataille, au chemin qui conduit ces derniers à la demeure des dieux ; mais aussi aux sentiments attribués à un personnage comme Hákon le Bon lorsqu’il s’apprête à pénétrer chez Óðinn, et à l’accueil qui lui est réservé, avec l’invitation que reçoit le roi de Norvège à participer au banquet des Ases, après avoir reçu l’assurance que la paix qui protège tous les habitants de la Valhalle lui serait accordée. Les enseignements que l’on peut en outre tirer de ce poème pour l’histoire religieuse de la Norvège sous le règne de Hákon le Bon ont été mis en évidence, et l’on s’est arrêté tout particulièrement sur la strophe xviii, avec la mention par le poète de la protection des sanctuaires ancestraux par le roi Hákon.

6Transmis dans son entier par le Codex regius des poèmes eddiques (Gl. kgl. sml. 2365 4to) et par le manuscrit AM 748 I 4to, le poème appelé Grímnismál (Dits de Grímnir), qui fut vraisemblablement composé au xe siècle, donc à la fin de la période préchrétienne, se présente – après un prologue en prose et trois strophes qui situent le cadre de l’action – sous la forme d’un monologue de cinquante et une strophes, au cours desquelles Óðinn, dissimulé sous le nom d’emprunt de Grímnir, commence par décrire les principales demeures des dieux, et parmi elles la Valhalle, puis révèle peu à peu son identité. Cette description a fourni à l’historien et poète islandais Snorri Sturluson la matière de plusieurs développements sur la Valhalle lorsqu’il rédigea, au début du xiiie siècle, le traité de mythologie scandinave appelé la Gylfaginning (ou Mystification de Gylfi), qu’il inséra dans l’Edda.

7La richesse des indications que les strophes des Grímnismál contiennent au sujet du séjour des guerriers morts dans l’Au-delà des anciens Scandinaves a été mise en évidence au cours des conférences du troisième trimestre. On a insisté tout particulièrement sur la localisation de la Valhalle (strophe viii), sur l’aspect extérieur de l’édifice (strophe ix), qui est décrit comme rutilant d’or, sur son architecture singulière (avec l’utilisation de hampes de lance pour la charpente et de boucliers pour le toit), sur la présence d’animaux caractéristiques tels que l’aigle et le loup à proximité immédiate de la demeure (strophe x). Le rôle joué par la déesse Freyja dans le choix des guerriers morts sur le champ de bataille a été ensuite examiné, en commentant la strophe xiv. Les mentions relatives à la vie quotidienne à la Valhalle (par exemple à la nourriture et à la boisson des einherjar et du dieu Óðinn), telles qu’elles sont décrites à partir de la strophe xviii, ont été longuement examinées, de même que la description du fleuve que les morts doivent franchir avant de parvenir à la Valhalle (strophe xxi), de la grille placée devant l’entrée de l’édifice (strophe xxii) et surtout des dimensions colossales de ce dernier, qui comporte un nombre fabuleux de portes (strophes xxiii-xxiv) ; ce point a conduit le directeur d’études à revenir sur l’hypothèse, qui fut avancée par le philologue norvégien Magnus Olsen dans la première moitié du xxe siècle, d’une origine romaine de la représentation de la Valhalle et à en montrer le caractère peu vraisemblable. Parmi les autres questions qui furent abordées au cours de cet examen des Grímnismál, citons notamment celle de la présence sur le toit de la Valhalle d’une chèvre appelée Heiðrún et d’un cerf du nom d’Eikþyrnir, animaux mythiques qui broutent les rameaux de l’Arbre du monde (strophes xxv et xxvi), et l’énumération à la strophe xxxvi de treize valkyrjur, aux noms révélateurs de la nature et de la fonction magico-guerrière de ces femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 186-188.

Référence électronique

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/297 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.297

Haut de page

Auteur

M. François-Xavier Dillmann

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals